.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltamadmen krakens
- Hollya Sonstead -
wibbley wobbley timey wimey

Amoureuse, en couple depuis très longtemps si on peut dire, mais rien n'est évident avec Hollya. Viens d'accoucher d'une petite fan de star wars.
Elle voyage dans le temps, peut se téléporter dans le passé ou dans le futur, plusieurs jours en arrière ou en avant, n'importe où. Elle se déplace où elle veut sur la ligne du temps. Cela dit, son pouvoir la contrôle aussi, puisque ponctuellement, il décide de l'envoyer où il veut quand il veut, généralement très loin dans l'espace-temps et sans qu'elle puisse y changer quoi que ce soit. À savoir, son corps est lui-même un portail donnant accès à n'importe quelle époque. Quand elle le souhaite, les actes du présent n'ont donc pas d'effet sur elle.
Professeur de littérature et philosophie, et ouais.
28/11/2013
Natalie FUCKING Dormer.
Tearsflight (ava) & tumblr (gifs).
466

MessageSujet: Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.   Dim 14 Déc - 20:34


Le retour du Jedi.
Des mois. Voilà des mois qu'elle était partie, sans prévenir personne, sans prévenir Silver et Leia, les laissant là alors qu'au fond, elle n'avait qu'une envie, passer le reste de sa vie à leur côté. C'était son rêve et Hollya y était presque parvenue, contrôlant au mieux son pouvoir, persuadé de ne plus jamais en souffrir. Peut-être avait-elle agi trop rapidement, trop désireuse de vivre cette vie qui lui échappait depuis si longtemps... Oui, c'est surement, elle aurait du mieux réfléchir, moins s'emporter et peut-être n'aurait-elle pas dû les quitter le coeur brisé, incapable de retourner en arrière, incapable d'expliquer son geste. Chaque jour durant des mois, elle s'était répété que c'était la meilleure chose à faire pour eux deux, qu'elle n'avait pas le choix... Mais plus les semaines passaient, plus elle se demandait si elle n'avait pas fait une énième erreur, trop impatiente, trop effrayé par son don dont elle n'a jamais vraiment voulu. Ce soir là, ils auraient dû partir diner ensemble, un repas de famille dont la belle n'avait jamais cessé de rêver... Puis il était arrivé, ce test positif, lui annonçant qu'elle était enceinte. Heureuse? Évidemment qu'Hollya l'était, c'était leur chance d'avoir une famille, leur famille, même si elle considérait déjà Leia comme sa fille, avec ce bébé, ils auraient pu cimenter davantage leur relation, rendre tout ça encore plus réel. Effrayée? Elle l'était tout autant. Avec les années, la petite blonde s’était efforcée d'oublier ce moment où elle avait été enceinte et où finalement, à cause de son pouvoir, tout s’était arrêté brusquement, laissant son ventre vide de vie, vide de cette preuve d'amour qu'elle chérissait déjà tant. Et si ça recommençait? Si encore une fois elle promettait à Silver une merveilleuse chose sans pouvoir au final la lui offrir? Hollya ne voulait pas lui imposer ça, ni à sa fille, leur faire miroiter ce bonheur familial, pour finalement le perdre encore une fois, tout ça à cause de son pouvoir, à cause d'elle. C'était trop dur, alors elle était partie.

Une lettre c'est tout ce qu'elle avait laissé, sans rien expliquer, ni le pourquoi, ni le comment, s'excusant juste de son acte, lui promettant de revenir un jour, tentant de légitimer son acte en lançant de simple « c'est pour notre bien à tout les trois » . Peut-être y avait-il cru, peut-être ne lui en voulait-il pas. C'est ce qu'elle se répétait, sans vraiment y croire. Debout devant cette porte qu'elle avait tant de fois franchie, notre aventurière prit une grande inspiration, remettant son poncho en place, elle voulait cacher autant que possible sa grossesse, préférant lui dire en face, plutôt que le laisser découvrir tout ça aussi subitement. Il ne lui restait qu'une semaine avant son accouchement, peut-être un peu plus, peut-être un peu moins, quoi qu'il en soit, les risques de ce qui c'était passé pour elle il y a sans doute des siècles étaient en partie écartés, elle l'espérait, d'où sont retour si soudain. Holly' hésita un moment avant de pousser la porte, à dire vrai, elle mit presque une heure avant de se décider à rentrer. Puis finalement, trainant sa large valise, non sans difficulté, elle décidé de franchir le cap, se retrouvant face à des dizaines d'élèves, certains la reconnaissant, surpris, d'autre l'ignorant, se demandant qui était sans doute cette inconnue au crâne à moitié rasé. Enceinte, mais avec du style messieurs dames. À cette pensée, remarquant les regards, la belle eut un léger rictus avant de finalement se remettre en route. Elle espérait le trouver dans sa chambre ou dans les cuisines, mais évidemment, comme on le sait maintenant avec Hollya, rien ne se passe jamais comme elle le prévoit. Résultat, c'est dans un couloir, non loin de l'entrée, qu'elle le croisa et impossible de s'éclipser, puisqu'elle n'utilisait plus du tout ses pouvoirs depuis le début de sa grossesse, trop effrayée à l'idée d'être la cause de la perte de son enfant. Un regard échangé. Une espèce d'arrêt sur image. Et la voilà qui ouvre la bouche... pour son plus grand malheur. « Salut... t'as vu ma nouvelle coupe de cheveux? Sympa non?... » What? Elle disparaît des mois, sans explication et voilà la seule chose qu'elle arrive à balancer? … ouais bon, ça passe, c'est du Hollya quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse betagrumpy lioncats
- Silver Braxton -
duco corporis

fiancé, il est le père de deux fillettes, Leia et Revan....Oui il aime Star Wars.
hypervitesse lumineuse. Silver est capable de se déplacer à une vitesse comparable à celle de la lumière, laissant derrière lui, en cas de vitesse extrême, un filet de lumière rouge, vive, semblable à un néon. décharge d'énergie: Silver est capable de créer, comme les néons qu'il laisse derrière lui en se déplaçant des blasts d'énergie aussi brûlants, aussi brillant et aussi lumineux. Il est classé comme un mutant bêta, puisqu'il est totalement incapable d'avoir une vie normale malgré sa parfaite maîtrise de ses deux pouvoirs.
cuisinier. ayant énormément de temps libre, il assiste ses collègues durant leurs cours pratiques, puis qu'il est une cible très dure à atteindre.
06/01/2014
chris pratt
swan & tumblr
197

MessageSujet: Re: Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.   Mer 17 Déc - 22:35

torn apart
The space you used to fill it’s now this great black hole. You’re out of sight but not out of my mind. And it hurts like hell To be torn apart. And it hurts like hell To be thrown around
Tes doigts s'accrochent un peu plus à la feuille que tu tenais entre tes mains. Ils tremblent, cherchant une ancre, un point de repère en ce bout de papier coloré avec soin par ta gamine aux boucles blondes et aux yeux rieurs. Comme le reste de ta vie tu allais le ranger dans une boite en carton pour le préserver, pour le redécouvrir dans quelques années, provoquant chez toi le même sourire, la même fierté qui t'avais habité jusqu'à ce que sa voix de s'élève et te stoppe.
« C'est tout ce que tu trouves à me dire ? » Un rire nerveux s'échappe de tes lèvres. Tu es amer, tu es fatigué. Le sommeil te manque cruellement. Après l'avoir assez pleuré tu t'étais mit en tête de passer à autre chose, à ne plus penser à tout ça. Tu n'y arrivais pas curieusement, tes pensées t'harcelant, te privant du sommeil dont tu avais tant besoin. Cela expliquait sûrement pourquoi tu ne t'étais pas déplacé à une vitesse hypersonique dans le couloir pour rejoindre ta chambre. Maintenant, tu te disais que tu aurais du. Tu aurais peut-être repoussé ce moment de quelques heures, d'un jour peut-être ? Te laissant encore un peu de répit. Te laissant avec tes sourires qui revenaient timidement, des piques beaucoup moins douloureux dans la poitrine. Il n'y avait que toi et Leia, comme avant. Tout était simple, tout pouvait aller mieux. Tu ferais ton deuil, tu attendrais quelques années, te persuadant que peut-être elle n'allait pas t'oublier.
Elle était là, les cheveux coupés, un poncho ridiculement grand sur le dos et sa valise derrière elle. Elle ne te fuit pas, t'affronte directement. Tout redevient soudainement compliqué, la peine revient, ta colère aussi. Tu ne sais pas quoi penser, passant d'une humeur à l'autre dans ton temps fonctionnant au ralentis. Tu voudrais pleurer de nouveau. De joie ou de tristesse, ton cœur balance entre les deux, ballottés par tout ce qu'elle t'avait fait subir et tout vos moments heureux. Qu'est-ce qui était le plus important au fond, pour toi ? Cette attente, qui était devenue ta compagne depuis des années, ou bien ta maîtresse, que tu retrouvais de temps à autres, ta faiblesse, qui pouvait jouer avec ton cœur juste en poussant une porte.

Tu finis par baisser les yeux, observant entre tes mains le dessin que tu plis proprement, avant de le ranger dans la poche de ta veste en soupirant. Tu es fatigué, blasé d'être la bonne poire. Ca t'énerves n'est-ce pas ? De sentir que tu n'arriverais pas à lui en vouloir. De savoir que même en te forçant à jouer l’indifférence, t'en souffrirais. « Il lui a fallut quoi, huit mois pour ce joli résultat, bravo au coiffeur. Mais on repassera, pour la rapidité du service. » Ton humour noir coupe l'air, une bonne fois pour toute.  Tu ne parleras pas plus du temps qu'elle t'as quitté. Huit mois pour vous s'était rien. Huit mois, tu avais à peine eu le temps de t'y faire. En guérir te prenait beaucoup plus de temps. C'était un flashback direct de ta propre arrivée à l'institut, il y a six ans avec un bébé dans les bras. De ce moment où vous êtes restés là à vous fixer avant d'arriver à parler. Ton histoire se répète, inlassablement. Tu es le garçon qui a attendu, attend et attendra après une folle dingue qui voyage dans le temps. 

« Je croyais que tu ne devais plus partir, sauf si tu en voulait autrement. Et te revoilà déjà, faisant comme tu revenais du coiffeur trois heures plus tard. Ça fait pas trois heures, Hollya. » Ta voix se casse un peu sur la fin, trop grave pour toi, sonnant beaucoup trop sérieuse pour ta bouche. Tu es le clown, le cuisinier jovial qui illumine les gens par ton énergie, ton envie de vivre incessante. Elle avait fait ses bagages avec, troquant ton hyperactivité, tes grasses mâtinés et tes éclats de rires pour quelques mois pour les garder avec elle contre tes insomnies et ta fatigue écrasante. On savait facilement quand tu n'allais pas bien, quand tout déconnait dans ta tête. Tu te figes, immobile. Tu réfléchis, peut-être beaucoup plus vite que tout le monde, mais surtout beaucoup plus longtemps. Tu t'ennuies, tu tournes en rond, il fait moche dehors et fumer une cigarette ne suffit pas à te relaxer. Tu lui foutais tout sur le dos, mais y'avait sûrement pas que ça. Y'avait ton envie de bouger, de voyager. Y'avait ton désir de mettre les voiles quelques jours, quelques temps. Visiter un peu le monde avec ta petite princesse, lui donner une vie plus colorée, plus joyeuse.  Tu tournes un peu en rond, ta maison te manque, mais l'abandonner là même pour quelques heures t'attriste. Tu veux ce qu'il y a de mieux pour elle. Peut-être tu regrettais un peu ton mariage sans goût et cette vie préfabriquée où elle aurait eu une vraie maison, au détriment de ton propre bonheur. Tu ne l'aurais probablement jamais revu. Tu n'aurais probablement plus jamais sentit les lourds battements de ton cœur fonctionnant au ralentis. Cache boum résonnant trop fort, trop lentement comme quelqu'un frappant un clou dans un mur. Tu éclaircis ta voix, ose faire quelques pas pour la confronter un peu plus. C'était votre histoire, pas celle des élèves qui avaient sûrement saisis depuis longtemps pour vous deux. C'était votre pseudo-couple et vos problèmes. Cette promesse ridicule qu'elle avait fait de ne lui te quitter si tu lui offrais la vie qu'elle voulait. Tu avais fait quelques choses de mal Silver ? C'était ta faute ? Pourquoi revenir maintenant alors, si tôt et si tard à la fois. Tu ne savais rien, ne voyait rien. Pas même la courbe formée par son ventre cachée derrière son poncho. Tu ne savais pas, qu'elle l'avait fait pour vous trois ou plutôt vous quatre.  




(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltamadmen krakens
- Hollya Sonstead -
wibbley wobbley timey wimey

Amoureuse, en couple depuis très longtemps si on peut dire, mais rien n'est évident avec Hollya. Viens d'accoucher d'une petite fan de star wars.
Elle voyage dans le temps, peut se téléporter dans le passé ou dans le futur, plusieurs jours en arrière ou en avant, n'importe où. Elle se déplace où elle veut sur la ligne du temps. Cela dit, son pouvoir la contrôle aussi, puisque ponctuellement, il décide de l'envoyer où il veut quand il veut, généralement très loin dans l'espace-temps et sans qu'elle puisse y changer quoi que ce soit. À savoir, son corps est lui-même un portail donnant accès à n'importe quelle époque. Quand elle le souhaite, les actes du présent n'ont donc pas d'effet sur elle.
Professeur de littérature et philosophie, et ouais.
28/11/2013
Natalie FUCKING Dormer.
Tearsflight (ava) & tumblr (gifs).
466

MessageSujet: Re: Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.   Jeu 18 Déc - 14:36


Le retour du Jedi.
« C'est tout ce que tu trouves à me dire ? » Oui, c'est un peu près tout ce qu'elle trouve à dire, après tout, pour une phrase d'entrée, que pouvait-elle dire? « Hey, j'ai disparu presque huit mois, mais faisons comme si tout allait bien euké? » Non, ça aurait encore moins marché. Sans parler du fait que c'était Hollya, la femme incapable de dire une chose sérieuse même -surtout- pendant une conversation pseudo dramatique. Les drames, elle en avait trop l'habitude, les années, que dis-je, les siècles, d'expérience lui avait fait prendre conscience que l'humour était la seule façon de ne pas trop souffrir, ou en tout cas, de vivre moins intensément la douleur de la séparation. C'était sa façon de faire, et pourtant, elle le savait, à cet instant, elle ne pouvait pas se le permettre, elle n'avait pas vraiment le droit, pas avec lui, cet homme qu'elle avait si souvent abandonné, pas toujours par choix, mais elle l'avait fait et il en avait autant souffert qu'elle. C'est pour tout ça qu'Hollya ne répondit rien, le laissant parler, incapable de trouver la bonne réplique, le pique qui ferait peut-être oublier son erreur, car une partie d'elle-même, aujourd'hui, se rendait compte qu'elle avait sans doute réagi trop impulsivement, et que oui, elle avait fait une erreur. Effrayée à cette idée de détruire une nouvelle fois les rêves de famille de Silver. Au final, c'est surement ce que la belle avait fait, le détruire à nouveau en pensant faire au mieux... Stupide petite fille irréfléchie. « Il lui a fallut quoi, huit mois pour ce joli résultat, bravo au coiffeur. Mais on repassera, pour la rapidité du service. » Elle laissa apparaître un sourire, tentant une petite reprise de pique, un réflexe, si on peut dire, même si étrangement, on pouvait sentir dans sa voix que sa nonchalance habituelle n'y était pas. « Ouais... C'est aussi ce que je me suis dit sur la fin... » Mais au moins, la coupe était bien. C'est surement ce que Holly' aurait répondu si elle n'était pas coupable d'avoir disparu du jour au lendemain.... encore.

« Je croyais que tu ne devais plus partir, sauf si tu en voulait autrement. Et te revoilà déjà, faisant comme tu revenais du coiffeur trois heures plus tard. Ça fait pas trois heures, Hollya. » C'est vrai, ça ne fait pas trois heures. Ça fait juste huit mois, presque huit mois, suffisant pour détruire un couple, mais peut-être pas eux, après tout, combien de temps l'avait-il attendu à certaine période de sa vie? Un an? Deux ans? Trois ans? Dix ans? Peut-être même plus, pas pour les mêmes raisons, mais il l'avait attendu et ils avaient finis par se retrouver, aussi amoureux qu'au premier jour, alors pourquoi pas cette fois-ci? Trop d'espoir déçu peut-être. Trop d'erreur commise. Ouais, c'était sans aucun doute le coup de trop, l'idiotie qui a fait déborder le vase et elle en avait conscience, réellement conscience. « Silver, je sais, ça fait pas trois heures, je suis désolée, mais... » Elle fit un pas, jouant avec ses mains comme une petite fille timide, angoissée, loin de la femme forte qu'elle était d'habitude. « … J'ai choisi de partir... Mais c'était la seule chose à faire... Je ne voulais pas que Leia et toi vous viviez encore une fois la déception d'une promesse de famille qui n'arrivera jamais... Je devais la protéger, te protéger... C'était la seule solution et je savais que si je te parlais avant, je ne partirais jamais et on en aurait tous souffert... Je ne voulais pas prendre ce risque... » Hollya l'avait répété tout du long du voyage ce petit speech, c'est fou comme on a du temps lorsqu'on décide de ne plus le contrôler... Elle n'utilisait plus sa téléportation, elle se baladait en voiture, en bus, en train, en avion, chose qu'elle n'avait jamais faite auparavant, pourquoi s'embêter avec ça quand on peut se téléporter où on veut quand on veut? Résultat, elle avait passé des heures, assise dans un train, à réfléchir, à penser, à se demander ce qu'elle allait pouvoir faire et dire. Difficile de savoir s’il s'agissait ou pas d'une bonne chose, mais au moins, elle se sentait moins déboussolée que d'habitude, davantage préparé.... « Je sais que tu dois rien comprendre... Donc voilà... heu... Je vais te montrer ça sera plus simple. » Sur ses mots maladroits, elle souleva son poncho, laissant apparaitre un ventre rond et rebondi, signe évidemment que non, elle n'avait pas juste abusé des cookies. « Ouais je sais, le choc... Moi aussi j'ai été surprise … Surtout que j'étais enceinte que de quelques semaines à l'époque... Tu sais, j'avais fait une prise de sang chez un ami, j'aime bien le faire de temps en temps... A cause de mes voyages dans des endroits pas toujours très sympa... Et voilà, j'ai découvert ça... » Elle fit un pas, ne voulant pas s'arrêter en si bon chemin. « Laisse-moi parler avant de crier... J'ai déjà était enceinte Silver... À une lointaine époque, c'était une autre vie pour moi, mais... je me souviens bien ce qui s'est passé, j'ai cru que tout allait bien et à cause de mon pouvoir... j'ai jamais eu ce bébé... il a juste... disparu... Je ne voulais pas vous infliger ça... Maintenant, j'utilise plus du tout mes pouvoirs pour lui ou elle, je sais pas trop... et je mange plus de poulet frit, alors que tu sais à quel point j'aime ça, mais voilà, c'est surement pas bon pour notre bébé...Je mange comme un putain de lapin, que des trucs bio, et dégueulasse pour la plupart d'ailleurs... mais au moins... il ou elle va bien... enfin je pense parce que je suis pas allée chez le médecin... En fait, j'avais peur que l'échographie affiche un gros vide... à cause de mon pouvoir, je sais pas... mais je me dis que je devrais y aller maintenant... avec toi... et Leia... si tu veux bien... » Houla, elle avait augmentait son débit de paroles à l'excès là... Je crois que jamais elle n'avait autant parlé... Décidément, Hollya était de retour, mais peut-être pas si inchangée que ça... ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse betagrumpy lioncats
- Silver Braxton -
duco corporis

fiancé, il est le père de deux fillettes, Leia et Revan....Oui il aime Star Wars.
hypervitesse lumineuse. Silver est capable de se déplacer à une vitesse comparable à celle de la lumière, laissant derrière lui, en cas de vitesse extrême, un filet de lumière rouge, vive, semblable à un néon. décharge d'énergie: Silver est capable de créer, comme les néons qu'il laisse derrière lui en se déplaçant des blasts d'énergie aussi brûlants, aussi brillant et aussi lumineux. Il est classé comme un mutant bêta, puisqu'il est totalement incapable d'avoir une vie normale malgré sa parfaite maîtrise de ses deux pouvoirs.
cuisinier. ayant énormément de temps libre, il assiste ses collègues durant leurs cours pratiques, puis qu'il est une cible très dure à atteindre.
06/01/2014
chris pratt
swan & tumblr
197

MessageSujet: Re: Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.   Ven 19 Déc - 22:32

torn apart
The space you used to fill it’s now this great black hole. You’re out of sight but not out of my mind. And it hurts like hell To be torn apart. And it hurts like hell To be thrown around
La seule chose à faire. Ses mots sont pour toi loin d'être une vérité, plutôt une excuse. Tu ne sais pas tout, tu ne sais rien encore. Toi, t'étais partit dans un grand discours, annonçant haut et fort qui tu étais, pourquoi tu partais. Ton courage était à applaudir, certes. Mais la situation était très différente, tu ne l'aimais pas. Tu n'avais rien à perdre, personne que tu avais peur de vexer. C'était pour ton propre bien et le bien de ta fille, pas pour le sien à elle. Les pincettes tu les avais oublié, le courage, tu n'en avais pas manqué. Le sien ne manquait pas en revenant t'affronter, toi et ta colère qui prit fin, en un glissement de tissus. Tes yeux s'ouvrent, la surprise te gagne, s'empare de toi. Tout s'arrête, alors qu'elle continue son geste dans un ralentis auquel tu étais habitué.  T'as un frison, tu lèves les yeux vers elle, cherchant une preuve de ses mots ; Votre bébé. Il est à toi, Silver. T'avais juste envie de la prendre dans tes bras et l'embrasser comme tu le faisais quand vous vous retrouviez enfin. T'avais envie, mais tu pouvais pas, tétais tétanisé par la peur, par l'impatience, incompréhension. Surprise. Tu en pleurerais presque un peu. Juste un peu pour ce ventre bombé qui raviva chez toi cet élan d'amour qu'un dessin gribouillé plus tôt avait déjà attiser. La meilleure erreur de ta vie demeurait ce petit bout de chou qui grandissait bien vite, chair de ta chair. Si Leia était ton erreur, peut-être que ce bébé était la sienne. Ce bébé, votre bébé. T'as toujours voulu être papa, toujours voulut avoir une grande famille, bordélique, imprévisible.
Dans ta tête le schéma avait toujours été clair, t'aurais au moins un enfant, avec la femme que tu aimais depuis trop longtemps et vous seriez les plus heureux du monde. Même si ça ne c'est pas passé comme tu le voulais, tu as eu une fille que tu avais éloigné de sa mère, pour son bien. Qu'est-ce que cela aurait été, si Danny avait découvert bien plus tard que depuis tout ce temps tu cachais ta mutation. Que votre petite princesse aux joues rouges avaient été à ce risque d'être différente des petites filles de son âge ? Et si elle avait montré une mutation qui lui était impossible de cacher à sa mère ? Tu l'as préservé, tu l'as éloigné. C'était mieux comme ça pour elle, pour toi, pour vous et tu avais rejoint cet endroit qui t'avais déjà contacté. Qui avait déjà entendu parlé de ta saleté de manie de courir à travers Boston en semant le chaos derrière toi. Tu faisais pas exprès, t'avais besoin de te défouler, de jouer les tornades. Le destin a voulu qu'elle soit là aussi. Le tableau était familier, hormis que cette fois l'enfant n'était pas encore né, et qu'il était votre.  Tu allais être de nouveau papa et cette fois, c'était comme tu le voulais. C'était vous deux, ensemble.  Tu gardes le silence, incapable de parler, c'est ce qu'elle voulait apparemment. Que tu te taise, que tu la laisses t'expliquer ses raisons, ses choix, sa vision des choses. Tu avais déjà eu le temps de te faire un film dans ta tête, c'était ça le problème. Tu penses trop vite, tu calcules trop. Même dans tes moment impulsif tu as le temps de réfléchir, de retourner en arrière. C'est jamais trop tard, tu avais tout le temps du monde. Tu découvre une grossesse dont elle ne t'avais jamais parlé, des peurs que tu ne soupçonnais pas et une justification qui t'empêchais de contre attaqué. Elle a eu peur, pouvais-tu lui en vouloir ? Pouvais-tu remettre en doute son honnêteté ?

T'en savais rien, tu réfléchissais, regardant successivement son visage puis son ventre, de nouveau. Là-dedans, il y avait peut-être une promesse, un lien qui vous liait plus tangible que des mots et tu l'espérais, plus perdurable que toi et ta branche de houx tatouée sur le bras. Ça valait beaucoup moins que lui. « Je ne peux pas te faire la tête, même si j'aimerais beaucoup. Tu le sais très bien, je suis déjà nul en boudage de base, mais là, comment veux-tu que je râle. » Tu désigne son ventre de la main un mélange de rire et de peine à la fois. Ta nouvelle faiblesse, la troisième chose la plus importante à tes yeux, une nouvelle pierre à ta famille bancale, mutante, que tu aimais tant déjà. Ta main s’aplatissait sur ton visage. Paumé, tu l'étais. Fier, tu l'étais encore plus. « Tu vois, tu viens d'évoquer le problème... Tu n'as pas à avoir peur, pas toute seule du moins. Je préfère avoir peur avec toi, m'inquiéter pour vous deux, nous quatre même, plutôt que de ne rien savoir, ne rien comprendre. » Tu commences à peine, l'imitant en te rapprochant d'un pas. Bientôt vous serez proche l'un de l'autre, de nouveau, comme avant. Mais pas maintenant, pas tout de suite. Tu avais encore des choses à dire, tu continuais, t'affirmant. « Je ne suis plus le petit garçon de huit ans, qui attendait après la voyageuse dans le temps dans son jardin, Holly'. Je suis grand, je peux comprendre certaines choses, être exposé à la peur, à la peine. Si tu veux partir, dis-le. Si tu y es forcée, dis-le aussi, je peux faire avec, plus que si tu te barres sans rien me dire. Même si tu cherches à me préserver de tout ça, au final, je fais exactement la même chose dans mon coin et c'est pas ça que je veux. Je veux...Passer des heures à m'engueuler avec toi au magasin pour bébé sur la couleur d'une poussette qu'on sera pas fichu de plier. Qu'on cherche un prénom qui donnera envie à mes parents de se frapper la tête contre un mur et qu'on aura sortit d'un truc de geek. Pas dormir,  parce que j'aurais la trouille que le bébé naisse sans que je sois là. Tout ça quoi. Et pas rester là comme un idiot sans rien savoir. J'ai plus qu'un mois pour me préparer psychologiquement si j'ai bien saisis.» Tu finis enfin ton discours. Il vous faut tout ça pour arriver à discuter un peu plus. Tout ça pour que tu réalises. Un mois, et te voilà papa. Juste une poignée de jour. L'impatience t'attaquais déjà, l'attente, valait celle que tu avais vécu ces derniers mois. Tu te rapproches de nouveau, un peu plus.

Tu étais prêt à revivre ces montagnes russes incessantes ? Vos hauts, vos bas. Tu lui pardonnerais vraiment ? Es-tu certains qu'elle ne te fera pas vivre de nouveau cet enfer dans quelques temps, quelques années. Rien n'était certains. Tu essais de mettre ces questions de côté, c'était peut-être plus le moment de douter, si ? « Puis...Si l'échographie est vide et bien... C'est pas grave. On sera là, Leia et moi. C'est notre rôle. Même sans elle...ou lui, on peut déjà être une vraie famille, si ça te dit. Et t'as le droit de manger du poulet frit quand tu veux. Je te pardonne. Je suis même prêt à t'en faire si tu veux. » Tu es plus sérieux, tout d'un coup. Peut-être qu'elle a raison, peut-être que ce n'était qu'une illusion morbide Peut-être que ça vous brisera. Peut-être que vous ne trouvez rien de vivant à l'intérieur de ce ventre. T'auras mal, mais t'étais prêt à l'envisager. Ça valait la peine d’espérer. Tu tends la main en avant, effleurant du bout des doigts l'arc de cercle censé abriter une vie. Tu ne sais pas, t’espérais y sentir quelques choses, t'espérais avoir un signe que tout irait bien.




(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltamadmen krakens
- Hollya Sonstead -
wibbley wobbley timey wimey

Amoureuse, en couple depuis très longtemps si on peut dire, mais rien n'est évident avec Hollya. Viens d'accoucher d'une petite fan de star wars.
Elle voyage dans le temps, peut se téléporter dans le passé ou dans le futur, plusieurs jours en arrière ou en avant, n'importe où. Elle se déplace où elle veut sur la ligne du temps. Cela dit, son pouvoir la contrôle aussi, puisque ponctuellement, il décide de l'envoyer où il veut quand il veut, généralement très loin dans l'espace-temps et sans qu'elle puisse y changer quoi que ce soit. À savoir, son corps est lui-même un portail donnant accès à n'importe quelle époque. Quand elle le souhaite, les actes du présent n'ont donc pas d'effet sur elle.
Professeur de littérature et philosophie, et ouais.
28/11/2013
Natalie FUCKING Dormer.
Tearsflight (ava) & tumblr (gifs).
466

MessageSujet: Re: Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.   Sam 20 Déc - 17:49


Le retour du Jedi.
Bon, elle avait dit la vérité, elle avait lancée le speech qu'elle avait tant préparé, donc en théorie, la suite logique des choses se serait que Silver l'embrasse et lui prépare des cookies au beurre de cacahuètes.... Oh dieu, qu'Hollya en rêvait de ses cookies aux beurres de cacahuètes.... ou de poulet frit au beurre de cacahuète.... Ou juste une pomme au beurre de cacahuète... Wait, calme toi Hollya, re-concentre toi mayrde! Oui, l'espace d'un instant, la belle avait perdu le fil de la conversation, non pas que Silver ne l'intéressait pas, tout le monde savait que c'était loin d'être le cas, mais la pauvre avait l'impression de se nourrir comme un lapin nain depuis quelques mois, elle ne buvait même plus de coca, rendez-vous compte, la femme qui mangeait tous les jours dans des fast food et qui ne vivait que pour le poulet frit se contentait de carottes et brocolis à l'eau avec une espèce de jus de fruits dégueulasse soi-disant bon pour la santé de son enfant. Sans parler du fait qu'elle n'utilisait plus ses pouvoirs. C'était comme une drogue qu'elle avait dû arrêter du jour au lendemain et autant être honnête, ça n'était pas évident. Tout ce qu'elle voulait c'était se téléporter au McDo et commander une centaine de nuggets... Au lieu de ça, elle se contentait d'en rêver en priant pour que Silver ne la déteste pas. C'était désormais clair et net, sa vie avait vraiment pris la pire des tournures possibles. C'était quoi la suite? L'obliger à faire face physique à son âge réel? ... Non, là ce serait assez gore, surtout pour ce pauvre Silver, adieu la jolie blonde, bonjour la petite centenaire.

« Je ne peux pas te faire la tête, même si j'aimerais beaucoup. Tu le sais très bien, je suis déjà nul en boudage de base, mais là, comment veux-tu que je râle. » Holly' ne put s'empêcher d'afficher un large sourire. Étrangement, sa peur lui avait fait oublier qu'effectivement, ce pauvre Silver n'était pas génétiquement prédisposé à bouder qui que ce soit, la preuve en était, ils étaient toujours ensemble, plus ou moins, alors qu'elle avait du l'abandonner des dizaines de fois dans sa vie. Comment quelqu'un pouvait-il pardonner aussi facilement? Aussi souvent? Était-ce ça le véritable amour? Juste pardonner? Si oui, on peut dire facilement que ses deux là était donc réellement amoureux. « Tu vois, tu viens d'évoquer le problème... Tu n'as pas à avoir peur, pas toute seule du moins. Je préfère avoir peur avec toi, m'inquiéter pour vous deux, nous quatre même, plutôt que de ne rien savoir, ne rien comprendre. » Il avait fait un pas, les rapprochant encore une fois, bientôt ils seraient aussi proche qu'auparavant, comme si tout se bordel n'était jamais arrivé, comme s’ils avaient une nouvelle chance de vivre cette vie de famille qui l'effrayait autant qu'elle la rendait impatiente. Car soyons honnêtes, même si la belle aimait Leia comme sa fille, elle n'était pas franchement la personne avec le plus de talent maternel au monde. Combien de fois elle avait fait tomber cette pauvre petite fille en voulant jouer avec elle? Bien sûr, la blondinette remontait le temps quand il le fallait, histoire que Silver ne la prenne pas pour une mauvaise maman, mais quand même, la pauvre gamine serait couverte de bosse si elle n'avait pas eu ce pouvoir. Autant dire que l'avenir du bébé était carrément incertain... « Je ne suis plus le petit garçon de huit ans, qui attendait après la voyageuse dans le temps dans son jardin, Holly'. […] J'ai plus qu'un mois pour me préparer psychologiquement si j'ai bien saisis.» Elle était restée silencieuse, écoutant avec un sourire tout ce qu'il disait, ne pouvant s'empêcher d'admettre qu'il avait tellement raison. « Je sais que t'es plus le petit garçon qui m'attendait... Mais tu vois... je t'ai déjà tellement fait souffrir... Je voulais pas en rajouter encore une couche... Mais t'as raison, j'aurais dû t'en parler... Et je veux vivre tout ce que t'as dit avec toi et Leia, comme si on était une famille normale... Il nous reste peut-être qu'un mois, mais on fera comme si c'était le mois le plus important de notre vie... Si t'es d'accord...» Applaudissement. Perso', en tant que narratrice, j'admets que cette phrase était franchement bien trouvée. Bravo Hollya, tu tiens le bambou... heu le bon bout.

Holly acquiesça au dire de Silver. Il avait raison, même si ce bébé ne venait jamais au monde, elle savait qu'au final, sa famille, elle l'avait déjà et qu'ils seraient là pour elle. Peut-être qu'elle n'avait pas réussi à l'admettre plus tôt parce qu'elle n'arrivait pas à croire à tout ce nouveau bonheur, un bonheur qu'elle essayait d'attraper depuis si longtemps qu'il lui paraissait surréaliste et impalpable. Aujourd'hui, il était là, devant elle, et il lui pardonnait... Tout en lui donnant l'autorisation de manger du poulet frit. Ce fut la goute d'eau. La mutante ne put s'empêcher de se mettre à pleurer, pas comme une princesse à qui on viendrait d'offrir des diamants, non non, comme une enfant de dix ans qui viendrait de perdre son doudou. « Je suis désolée... » Dit-elle entre deux pleurs. « C'est les hormones... Et j'ai tellement faim... Et je veux tellement voir Leia... Et en plus, le bébé vient de me mettre un coup de pied... Ça fait trop cliché... » On comprenait la moitié de ce qu'elle racontait, mais je pense que le principal avait été capté. D'ailleurs, c'était vrai, comme un putain de clichés, le bébé avait décidé de donner un coup de pied juste au moment où Silver avait posé sa main sur son ventre. Surement que lui aussi voulait son papa dans sa vie... aussi manipulateur que sa maman ce gamin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse betagrumpy lioncats
- Silver Braxton -
duco corporis

fiancé, il est le père de deux fillettes, Leia et Revan....Oui il aime Star Wars.
hypervitesse lumineuse. Silver est capable de se déplacer à une vitesse comparable à celle de la lumière, laissant derrière lui, en cas de vitesse extrême, un filet de lumière rouge, vive, semblable à un néon. décharge d'énergie: Silver est capable de créer, comme les néons qu'il laisse derrière lui en se déplaçant des blasts d'énergie aussi brûlants, aussi brillant et aussi lumineux. Il est classé comme un mutant bêta, puisqu'il est totalement incapable d'avoir une vie normale malgré sa parfaite maîtrise de ses deux pouvoirs.
cuisinier. ayant énormément de temps libre, il assiste ses collègues durant leurs cours pratiques, puis qu'il est une cible très dure à atteindre.
06/01/2014
chris pratt
swan & tumblr
197

MessageSujet: Re: Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.   Mar 23 Déc - 22:41

Silver Braxton a écrit:
torn apart
The space you used to fill it’s now this great black hole. You’re out of sight but not out of my mind. And it hurts like hell To be torn apart. And it hurts like hell To be thrown around

T'es faible, tu pardonnais. Écrasé par tes sentiments tu lui pardonnerais sûrement n'importe quoi, très vite. Trop vite peut-être, tu te laisses un peu trop faire, un peu trop tiré dans tous les sens. Tu ferais mieux de hurler, de t'exprimer. Dire tout ce que tu avais sur le cœur depuis des années, tout ce que tu pouvais garder au fond de toi, par peur des conséquences. Une séparation définitive te fait peur comme elle te rassurerait. Tu saurais qu'avoir de l'espoir était inutile, tu arrêterais d'attendre. Mais tu n'as jamais rien connu d'autres, que cet amour étrange et durable. Le perdre t'effrayait alors. Et si un jour tu te décidais à ne plus pardonner, alors tu ressentirais un trou béant dans ta poitrine. Tes illusions, rêves, fantaisies n'auraient plus de sens. En trouvé d'autres serait durement beaucoup plus long que tu ne l'imaginais. Tu te savais incapable de partir, quand elle, tu savais déjà la réponse. C'était jamais définitif, mais ça pourrait peut-être l'être un jour, qui sait. Tu vivais avec cette peur depuis longtemps, chaque fois que vous vous retrouviez et au moment où tu pouvais enfin souffler, elle avait de nouveau disparu. Alors peut-être que cela venait de là, ta maladive habitude de ne pas être rancunier envers elle comme tu pouvais l'être avec le reste du monde. T'avais trop peur de la perdre, la brusquer. T'as toujours peur, surtout au début, quand la douleur est encore fraîche et que ton bonheur de nouveau gagné valait tout l'or du monde pour toi, tout comme tes sentiments increvables et ton impossible envie de vaincre sa maudite mutation qui vous asphyxiait encore sur place. « Bien entendu que j'en ai envie, je ne proposerais pas sinon. » Bien sur qu'il en avait envie, évidemment qu'il allait profiter de ce dernier moi pour être là comme il aurait du l'être tout ce temps : proche. T'avais besoin d'entendre que tu avais raison. Qu'au final, c'était peut-être mieux de ne pas avoir peur de te blesser. Tu n'es plus l'adorable petit gamin un peu trop aventureux, ni même l'adolescent trop attaché. T'as changé, t'étais prêt à avoir mal pour ne plus souffrir ensuite. Tu préférais un coup dans la tête plutôt qu'une longue agonie. Vous aviez tous les deux trop de temps, mais ne pouviez l'utiliser, le ressentir, d'une même façon.

Tu poses un peu plus la main sur son ventre, laissant le plat de ta main reposer sur celui-ci. C'est là que le coup part, d'après elle. C'est là qu'elle se met à pleurer comme une enfant le ferait, sans véritable raison. Les hormones. T'as rien sentit toi, ou presque. C'était son ventre, c'était à elle de ressentir, elle d'être peut-être rassurée sur la présence de ce petit être. Un rire s'échappe. Même si tu ne pouvais pas le sentir toi-même, tu étais satisfait de le savoir. De savoir que, peut-être, ce bébé avait réagit à ta présence, d'une façon ou d'une autre, peut-être qu'il savait qu'ils n'étaient plus seuls, comme toi. Qu'est-ce que tu pouvait faire, hormis la prendre dans tes bras pour la rassurer malgré l'entrave de son ventre contre lequel tu te heurtais doucement.
«Shhh... Il ou elle sait que son papa est là, c'est tout. On s'en fou si ça fait cliché, c'est une bonne chose qu'il bouge, c'est qu'il est là. Pleure plus Hollya...Ça va aller.» Les élèves avaient détournés le regard autour de vous, certains partaient, sûrement mal à l'aise devant votre conversation pour la plupart, ou par votre étreinte. Tu finis par fermer les yeux et soupire bruyamment en nichant ton visage contre son cou. T'es fatigué de courir dans tous les sens pour une fois. T'en avais marre pas avoir le temps de souffler un peu. Alors tu profites de ce calme avant le retour de la tempête en caressant son dos pour calmer ses larmes de crocodiles causées par les hormones et peut-être comme toi, la fatigue. Tu te sépares d'elle, sûrement avec regret, mais vous n'aviez pas à étaler votre relation devant les autres. Étrangement, ça te faisait autant de mal que de bien de la retrouver, qu'elle soit là. Tu te sentais t'accrocher de nouveau, l'accaparer. Tu retombais dans son pièce comme toujours, trop facilement. Elle avait tout un passé derrière elle, elle devait être lasse de tout, n'avait pas besoin de tout ça pour savoir que tu l'aimais encore. Vous n'aviez pas cette fulgurante manie de vous coller comme des sangsues, pour savoir que vous étiez liés par un truc. Un truc qui faisait qu'elle retombait toujours sur toi, toi sur elle, sur vous deux. C'était inévitable, à chaque fois, peu importe le temps que ça mettait au final. Le temps était abstrait pour vous deux, d'une façon différente mais une chose était certaine : le temps était long, sans l'autre. Tu lui adresses ton plus beau sourire, au fond même si tu avais quelques doutes, au fond, même si tu avais encore mal, ça s'effacerait. Tu le savais, tu pardonnais. « On va aller voir Leia, elle est dans la salle de séjour ? Elle y dessine...Elle va être contente de te voir je pense. » Tu ne pensais pas, tu savais. T'avais pas réussi à lui expliquer son départ, ne le comprenant pas toi-même à l'époque. C'était resté en suspens, elle a juste su, vu, qu'elle n'était plus là lorsque vous aviez poussé la porte de ta chambre. Elle devait avoir fait le calcul elle-même, n'a jamais osé te poser de question, n'a jamais cherché à savoir. Peut-être que quelqu'un lui avait expliqué ta place pourquoi tu étais triste, pourquoi t'as pleuré pendant un moment ou simplement qu'elle reviendrait peut-être un jour. T'as pas cherché à comprendre d'avantage son manque de curiosité. Tu pousses la valise contre le mur, là où elle ne gênerait personne le temps de vous rendre dans le salon et vous vous mettez en marche, retour en arrière pour toi vers le salon où tu avais laissez ta fillette de six ans aux mains de sa grande famille mutante . Tu pousses la porte en premier, elle est toujours assise sur le sol entrain de gribouiller un nouveau chef d’œuvre qui finirait sur les murs de la cuisine où tu travailles tous les jours pour nourrir cette bande de morfal composant ce grand institut. «  Leia ? Y'a quelqu'un qui veut te voir... »


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltamadmen krakens
- Hollya Sonstead -
wibbley wobbley timey wimey

Amoureuse, en couple depuis très longtemps si on peut dire, mais rien n'est évident avec Hollya. Viens d'accoucher d'une petite fan de star wars.
Elle voyage dans le temps, peut se téléporter dans le passé ou dans le futur, plusieurs jours en arrière ou en avant, n'importe où. Elle se déplace où elle veut sur la ligne du temps. Cela dit, son pouvoir la contrôle aussi, puisque ponctuellement, il décide de l'envoyer où il veut quand il veut, généralement très loin dans l'espace-temps et sans qu'elle puisse y changer quoi que ce soit. À savoir, son corps est lui-même un portail donnant accès à n'importe quelle époque. Quand elle le souhaite, les actes du présent n'ont donc pas d'effet sur elle.
Professeur de littérature et philosophie, et ouais.
28/11/2013
Natalie FUCKING Dormer.
Tearsflight (ava) & tumblr (gifs).
466

MessageSujet: Re: Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.   Mar 30 Déc - 1:32


Le retour du Jedi.
Hollya ne savait même pas pourquoi elle pleurait! Surtout comme si elle avait six ans et qu'on venait de lui voler sa sucette, ça n'avait aucun sens! D'accord, il y avait des tas de raisons au fond, le fait qu'elle ait une nouvelle fois abandonnée Silver, et cette fois par choix, même si elle pensait faire au mieux, le fait qu'il lui ait encore pardonné, le fait que peut-être plus jamais rien ne serait pareil entre eux après ce coup. Oui, elle en avait des raisons de se laisser aller comme ça, mais c'était Hollya, la fille qui devant la mort de la mère de Bambi n'avait qu'une seule réaction : « Est-ce qu'il reste du pop-corn? » . Pleurer, ce n'était pas son truc, ce n'était pas elle. La légende était donc vraie, les hormones d'une femme enceinte sont parfois traitresses. Mais tant pis, grâce à ça, la belle pouvait au moins profiter une nouvelle fois de l'étreinte de Silver, une étreinte qu'elle avait cherchée durant si longtemps, une étreinte qui lui avait tant manqué.

À ses propos elle se contenta de hocher la tête tout en essuyant ses larmes, un peu honteuse de tant de mélodrames, Holly' n'aimait pas ça, je dirais même qu'elle détestait tout ce qui était trop sentimental, trop gnangnan, mais pour une fois, elle allait faire un effort, et ne pas lancer une blague douteuse pour réchauffer l'atmosphère. Il finit par se détacher de sa belle, ce qui la soulagea un peu tout en lui brisant le cœur. C'était un bon résumé de leur relation, ils s'aimaient plus que tout, mais ne restait jamais collé l'un à l'autre comme la plupart des tourtereaux. Il faut dire que leur histoire était difficile, jonché d'au revoir et de tristesse, surement était-ce pour ça qu'ils ne débordaient pas d'affection, ils savaient l'un comme l'autre que leur amour était sincère et vrai, inutile d'en dire ou d'en faire plus. C'était limpide. C'était une évidence. Finissant d'essuyer ses larmes, avec un sourire amusé par sa propre bêtise, la mutante hocha vivement la tête face à la demande de Silver. Leia était devenue comme une fille pour elle, simplement parce qu'elle était celle de l'homme qu'elle aimait, la belle ne se voyait donc pas la rejeter, elle n'en avait pas la moindre envie et jusqu'il y a huit mois, à ses yeux, Leia était un peu leur seule chance d'avoir leur propre famille.

«  Bonne idée, je veux la voir aussi... » Elle espérait que la petite ne lui en veulent pas de son départ inopiné, peut-être que Silver ne lui avait pas vraiment expliquer le pourquoi du comment, simplement parce que lui-même l'ignorait, mais Miss Sonstead se demandait tout de même ce qu'il avait pu lui dire. Et si la gamine lui en voulait? Si elle refusait de l'intégrer à nouveau dans leur famille? Des peurs que la belle décida d'ignorer, trop désireuse de pouvoir serrer Leia dans ses bras. Sans attendre, Hollya suivit Silver avec détermination, entrant rapidement dans le salon où Leia était là, assise au sol en train de prouver que comme son père, elle était une artiste dans l'âme. Ce dernier attira l'attention de la petite qui afficha un large sourire, tout comme la blondinette qui se mit accroupis, non sans difficulté, pour accueillir la petite fille dans ses bras. Un câlin qui ne se fit pas, vu le ventre rebondi qu'avait Hollya, la petite fille ne pouvait pas vraiment réussir à passer ses bras autour de sa taille... Cette dernière sembla d'ailleurs surprise face à la prise de poids de sa belle-mère. « Pourquoi t'es grosse maintenant? » Ici git Hollya Melissandra Sonstead, morte prématurément d'une honte fulgurante, rest in peace. Et pour cause, beaucoup de regards se tournèrent discrètement vers le petit groupe, laissant échapper de petits rires moqueurs face à l'incrédulité de la petite fille. Holly', elle, semblait osciller entre la mort et l'envie de tuer quelqu'un. « Je.. Je ne suis pas grosse... Pas vraiment... C'est à cause de ton père si tu veux tout savoir... Il m'a mis un alien dans le ventre... » Voilà comment notre prof' de philo' annonce à une petite fille l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite sœur dans les prochaines semaines. Je pense que c'est le bon moment pour Silver d'intervenir. Bienvenue à la maison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't look my belly, look my new haircut, please. FEAT Silver&&Hollya.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: XAVIER'S SCHOOL :: Le rez-de-chaussée-