.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 We Didn't Start the Fire (thalia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltaspicy squirrels
- Luke Holmes -
duco corporis

En couple (Thalia)
Vol (possède des ailes noires semblables à celle des corbeaux) + Contrôle des oiseaux.
Élève
20/11/2013
Dane DeHaan
maimihina. (avatar)
599

MessageSujet: We Didn't Start the Fire (thalia)   Mer 19 Oct - 19:03

We Didn't Start the Fire
luke × thalia

Cela faisait trois mois. Trois mois qu'il était officiellement (bien qu'au départ il ne voyait pas l'occasion de le montrer à tout le monde, loin de là) en couple avec Thalia. Les trois mois qui passèrent le plus vite, et de toute sa vie. Il ne vit pas le temps passer. Il fallait dire que pour une fois, il ne traînait pas tous seul entre deux cours et avait toujours quelqu'un à voir quand rien n'allait plus. Il était loin d'être le gens de type collé à leur copine à longueur de journée. Il aimait son espace vitale, sa sphère personnelle et ça, sa petite amie l'avait parfaitement compris. Même si elle n'avait toujours pas réussis à la arrache un « je t'aime » de la bouche, il n’en doutait pas, ils étaient parfait l'un avec l'autre. Dans la foulée il avait jugé honnête de lui avouer pourquoi il avait demandé à ce qu'une mutante lui supprime ses pensées. Thalia en pensais ce qu'elle voulait, mais au moins, tout étais dis. Elle était la gardienne de son passé à présent. Il n'étaient pas ressortis de l'institue depuis leur escapade à Disney. Par les temps qui courait il valait mieux rester à l'abri des regard, les mutants faisaient bien de se cacher et de rester dans l'ombre. Certes leur existence était devenue publique. Mais cela n'avait jamais poussé Luke à montrer ses grandes ailes noires à les déployer en plein cœur de New York ou encore de le crier sur tous les toits. Il avait appris à être discret, et il le restait. Mais jamais il n'aurait pu se douter qu'un jour, sa nature lui porterais la poisse, non pas à cause des injures, moqueries ou tout simplement de la peur qu'elle pouvait provoquer chez les gens, mais pour l'appât du gain. Et quand il fit l'erreur de sortir durant le weekend dans le quartier d'Astoria, à New York, il se fit prendre au piège. Lui qui espérait juste trouver une très vieille édition d'un compte de Grimm original chez un vieux brocanteur. Pour une fois que Thalia allait être ravie qu'il soit partis sans la prévenir...

Collectionner les oiseaux rares, c'était bien. Mais avoir un « homme oiseau » dans sa collection, c'était mieux. Il s'était fait prendre bêtement, un coup de seringues dans la nuque qui lui avait arraché un petit cri et paf, le voilà dans les vapes. Il n'avait pas eu le temps de s'envoler cette fois-ci. Qui l'eut cru ? L'homme pour qui ces malfrats de bas étage l'avait capturé était un collectionneur de piaf rares. Super. Il aimait les espèces en voie d’extinction, était près à les voler au zoo si besoin, tout ça pour les avoir dans sa précieuse collection. Et forcément, quand il avait su pour Luke... Comment avait-il su ? Sans doute parce qu'il avait déjà mis les pieds à l'institue Xavier avant de se faire jeter comme un malpropre. Depuis que leur existence était connu, certains humain venaient juste pour se renseigner. Et il avait du le voir, avec Thalia. D'où la seconde partie du soucis. Il était en train d'écrire à Thalia. Pour qu'elle tombe aussi dans son piège misérable. Mais il voulait quoi d'elle ? Son pouvoir n'avait aucune utilité pour lui... peut-être que cela l'amusait seulement ?

Deux jours. Deux jours qu'il était dans cette cage, loin des barreaux froids contre lesquels l'homme venait cogner de temps à autre pour le secouer un coup. Il lui disait que le voyage se passerait bien. Et Luke avait ce sourire crispé sur le visage, les mains enroulés autour de ces jambes. Les cages, il avait toujours eu horreur de ça. Il ne savait pas pourquoi mais il avait déjà une vague impression de déjà vu. La cage vibra à nouveau. l'homme en costume pourpre et violet (que c'était laid) venait de secouer les barreaux à nouveau. Il avait un large sourire, que sa moustache ne faisait qu'accentuer. Il lui passa à travers les grilles un costume noir, impeccable, qui vint s'échouer à ses pieds. Luke ne le toucha pas.

« Mon oiseau doit être présentable pour quand elle viendra nous rejoindre. »

Ploc, ploc. Il n'écoutait plus, il se concentrait juste sur le bruit que la pluie faisait quand elle tombait sur la grande verrière.

« M'écoutes tu ? Oiseau ? »

Il était perdu dans ses pensées, ses yeux clairs levé vers le ciel qu'il ne voyait plus, la faute au trop nombreuses plantes qui occupait la verrière et masquait le ciel. Rien à dire, cet homme avait une des serres les plus grandes et les plus magnifiques qu'il n'avait jamais vu. Il avait froid, il grelottait.

« Met ton habit oiseau, il faut être présentable pour la dame. »

Et l'homme tourna les talons en riant. Il était heureux, il pouvait le sentir son grand bonheur. Il enfila son costume sombre quand l'homme eu totalement disparu de son champ de vision.

« Si tu touches à un seule de ses cheveux, je te tue... » murmura t-il dans l'ombre.



Blame on me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membre classe gammacrazy foxes
- Thalia Bubble -
duco corporis

en couple (miracle), encore faut-il que ça tienne.
baisse de la température par contact
Elève, découvrir l'institut et ses habitants
05/06/2014
Felicity Jones
Me, myself and I
228

MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   Mer 26 Oct - 9:56

We didn’t start the fire
Luke Holmes  & Thalia Bubble


Déjà la moitié du mois d’octobre….Bientôt mon anniversaire (argh, je vieillis) et Halloween (déjà plus tentant). Je ne m’étais pas rendue compte que l’année filait si vite. Il faut dire que je n’ai pas vu le temps passer depuis la sortie à Disneyland. A chaque fois que je repense à cette journée, je souris comme une idiote et j’ai des papillons dans le ventre. Même maintenant, j’ai toujours du mal à croire que nous sortons ensemble. Que Luke m’aime et que…enfin que notre relation a un nom. Comment formuler ça sans avoir l’air d’une adolescente hystérique ? Grande question. J’ai l’impression que même mon discours est décousu. L’émotion sans doute. On me pardonnera vu tout ce que Luke et moi nous sommes fait traversés depuis deux ans. Mais ça en valait la peine. Et puis je sais aujourd’hui que si cet emplumé a nettoyé son disque-dur, c’est pour recommencer une nouvelle vie. Et comme je fais partie de cette vie et qu’il est de meilleure humeur qu’avant, je ne vais pas me plaindre de ce petit changement. Et puis il semble tellement mieux dans sa peau, vis-à-vis de ce qu’il peut ressentir (et j’en profite) mais aussi vis-à-vis de sa mutation. Il continue à partir voler au-dessus de l’institut régulièrement et je le regarde de loin. J’essaie de ne pas l’étouffer par ma présence et j’avoue que ça nous fait du bien à tous les deux de ne pas avoir à trop nous montrer, à trop jouer au couple. On vit notre petite vie, avec des moments pour soi et d’autres pour nous. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

C’est peut-être pour ça que je me sens mal de penser à plus. Disons qu’avant Luke, ava nt Disneyland, avant ce baiser, j’émettais l’hypothèse de partir de l’institut. Même si je ne suis pas encore une experte dans le maniement de mes pouvoirs, je ne suis plus dangereuse et puis la vraie vie est dehors. J’avais pensé à partir donc, à reprendre où j’avais laissé les choses, devenir enseignante. Mais aujourd’hui, ce choix me semble égoïste parce que si ma mutation est discrète, celle de Luke l’est beaucoup moins. Il risque gros à chaque fois qu’il met le nez dehors alors partir vivre parmi les humains….c’est trop demandé. Alors je mets ce projet dans une boite, on verra plus tard. J’ai le temps et pour le moment, je veux le consacrer à Luke, rien qu’à Luke.

Avec toutes ces réflexions qui ont dû t’assommer d’ennui cher lecteur imaginaire, j’en oublie de regarder le mot que l’on m’a laissé. J’ai si peu de courrier que ce serait dommage de ne pas consulter celui-ci. Même si je me demande qui peut bien m’écrire. Et aussi pourquoi Luke est introuvable. Et injoignable. Je sais qu’il n’est pas accroché à son portable et c’est pour ça que j’ai évité de le spamer de messages et d’appels mais tout de même, ça fait deux jours. Bon, au lieu de me faire des nœuds au cerveau, ouvrons ce truc, histoire de me changer les idées. Il faut que je le laisse vivre ce mutant, pas que je l’enferme.

Une adresse dans le Queens et quelques mots au stylo. Me parlant d’un oiseau à venir retrouver. Simple mais très clair. Luke a des ennuis, et des gros. Une multitude de scénarios plus dingues les uns que les autres me bondissent à l’esprit, ça n’aide pas vraiment. Ce qui est clair là-dedans, c’est que quelqu’un a mis la main sur Luke et qu’il veut que je vienne le récupérer. Un anti-mutant je suppose. Il est évident que je ne vais pas rester sans rien faire, il faut que j’y aille Même s’il est clair que c’est un piège. Qu’importe, je gèlerai les couilles de ce barjo et tout ira bien. Même moi, je n’arrive pas à me convaincre.

Quelques heures plus tard, je suis arrivée à l’adresse indiquée, le cœur battant à tout rompre dans ma poitrine, la rage au ventre mais la tête froide. Même si je suis du genre neuneu, il est hors de question que je sonne comme un scout en attendant que l’on vienne me cueillir, il faut que je retrouve Luke, point barre. Alors je contourne la propriété, remarque que malgré le fait que ça ne paye pas de mine, comme beaucoup de bâtisses dans le Queens, la maison est équipée d’un très haut mur. Ni une ni deux, je commence à l’escalader, de préférence à un endroit peu fréquenté. Je ne suis jamais rentrée dans une propriété, en général, j’essayais de m’y enfuir (vive les foyers) mais je ne dois pas avoir perdu toute mon adresse en escalade. Je parviens finalement, après quelques efforts, à me laisser glisser de l’autre côté du mur, remarquant la surface vitrée sur s’étend. Une serre. L’épaisseur de la végétation me permet d’emprunter une porte latérale sans n’avoir encore rencontré personne et donc de pénétrer dans cet endroit qui me file un drôle de frisson (depuis le Bronx, j’ai un peu de mal avec les serres et autres jardins botaniques). Reste à trouver Luke.
Inutile d’essayer de l’appeler, il ne doit pas être tout seul. En revanche, un gars blond avec des ailes ne doit pas passer inaperçu. Je me fraye donc un chemin au milieu de la verdure, n’entendant toujours rien pouvant dévoiler la présence d’un fêlé. Jusqu’à ce que je remarque les contours d’une cage gigantesque, bien trop grande pour des moineaux. Sans aucun doute, je touche au but. Je cherche des yeux une clef, quelque chose pour ouvrir la cage et aider Luke à sortir. Il est d’ailleurs  extrêmement surprenant de n’avoir toujours pu vu quelqu’un. Il n’aurait pas laissé Luke sans surveillance ? Pas après l’avoir enfermé comme ça et m’avoir laissé un mot. Etrange.  Je veille donc à rester un maximum dissimulée parmi les plantes, guettant le moindre bruit mais surtout, cherchant à savoir si Luke va bien.

Luke…c’est moi. Il t'a fait du mal ? Tu es seul ? Comment je peux te faire sortir ?


«No we didn’t light it but we tried to fight it» ► BILLY JOEL
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltaspicy squirrels
- Luke Holmes -
duco corporis

En couple (Thalia)
Vol (possède des ailes noires semblables à celle des corbeaux) + Contrôle des oiseaux.
Élève
20/11/2013
Dane DeHaan
maimihina. (avatar)
599

MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   Dim 6 Nov - 16:31

We Didn't Start the Fire
luke × thalia

Il ne l'avait pas entendu s'approcher. C'était bien la première fois depuis des mois pour qu'il priait afin qu'elle ne le trouve pas qu'elle ne vienne pas à lui. Mais il s'était lourdement trompé. En même temps, il connaissait sa petite amie. Elle était tout ce qu'il y avait de plus courageux. Et elle n'avait pas froid au yeux (sans mauvais jeu de mot avec son don tout particulier).

« Thalia ? Qu'est ce que tu... »

Entendre sa voix faisait bien en un sens, elle lui avait manqué. Oui en seulement quelques jours elle arrivait lui manquer cruellement. Thalia, Thalia, qu'as tu fais de mon cœur, hein ? Elle lui avait volé, voilà tout. Le jeune mutant n'avait pas à chercher bien loin. L'homme à la moustache ne s'était pas trompé sur ce point, elle s'était jeté dans la gueule du loup, venant secourir son amant. Ils avaient faux sur toute la ligne, ils allaient perdre aujourd'hui.

« Il faut que tu partes, souffla t-il, vite... Il ne faut pas qu'il te voit, je m'en sortirais, promis. »

On avait rarement vu un oiseau ouvrir sa cage tout seul comme un grand. Une chance alors que Luke soit plus humain qu'oiseau. De plus, il avait comme cette sensation d'avoir déjà vécu l'emprisonnement. Mais cela devait faire partis tout simplement de ces peurs enfouis. Personne ne rêvait d'être enfermé dans une cage, avec ou sans aile dans le dos.

« À qui parle tu mon petit ? »

Il lui jeta un regard apeuré et retourna se morfondre loin des barreaux. Il devait faire comme si de rien n'était, comme si elle n'était pas là. C'était dur. Trop dur. Surtout que depuis deux jours il ne rêvait que de la serrer à nouveau contre lui. Franchement, tous les deux n'avaient pas encore vécu le quart de ce qu'ils avaient planifié de faire. C'était si injuste. Il n'avait plus qu'à espérer qu'elle prenne les jambes à son cou. Mais il en doutait sincèrement. Ce n'était pas le genre de la jeune femme qu'il avait rencontré, ni de celle avec qui il sortait. Hélas. Pour aujourd'hui. Elle pouvait toujours faire de grands dégâts avec son don, même s'il la savait récalcitrante à l'utiliser de la sorte. Sa mutation lui était parfaitement inutile aujourd'hui. C'était même la cause de tous ses ennuis, pour changer. C'était décidé, si jamais ils arrivait à sortir d'ici vivants et tous les deux, ils partiraient tous les deux dans un coins reclus où personne ne viendrait les embêter. Et ils vivraient leur vie. Luke, arrête de rêver... La petite voix dans sa tête le ramena à la dure réalité. L'homme à la moustache c'était planté devant sa cage et lui souriait à présent.

« Je répète, à qui parlais tu ? »



Blame on me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membre classe gammacrazy foxes
- Thalia Bubble -
duco corporis

en couple (miracle), encore faut-il que ça tienne.
baisse de la température par contact
Elève, découvrir l'institut et ses habitants
05/06/2014
Felicity Jones
Me, myself and I
228

MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   Mer 9 Nov - 8:41

We didn’t start the fire
Luke Holmes  & Thalia Bubble


Mon cœur se serre malgré moi quand je le vois, recroquevillé dans cette cage. Il l’a oublié-je le sais et quelque part, c’est tant mieux - mais il a déjà subi ça, l’enfermement comme on le fait d’un animal. Ca me révolte au plus profond de moi-même. Mais l’heure n’est pas à l’apitoiement mais à l’action.
On dirait une parodie de Rambo. Berk.
La surprise se lit aisément chez mon petit ami (je ne m’y ferai jamais) mais en même temps, se mêle de la peur voire de la panique. Les gens qui l’ont enlevé sont-ils si monstrueux que ça ? Question un peu idiote dans la mesure où Luke est enfermé dans une cage gigantesque. Quoiqu’il en soit, Luke me demande de partir, et vite. Tout ceci sent très mauvais, je sais que j’ai filé dans un piège mais en même temps, qu’aurais-je pu faire d’autre ? Laisser Luke seul aux mains de barjos en attendant que quelqu’un vienne régler le problème ? En parler à un mutant plus puissant et plus à même que moi de sauver les fesses de l’emplumé ? Oui, bon, ça n’aurait pas été une mauvaise idée. Tant pis, il faudra se contenter de moi.
Je passe ma main à travers les barreaux, serre brièvement les doigts de celui que j’aime.

Je vais venir te chercher, on va rentrer ensemble. Promis. Ca va aller.

Je quitte à regret la main de Luke pour me recroqueviller derrière des plantes, entend une voix s’adresser au jeune homme enfermé. De là où je suis, je ne distingue que quelques éléments de sa physionomie, dont une moustache aussi hideuse que celle d’un méchant de film indien. Il me fait froid dans le dos (tout jeu de mot avec ma mutation serait mal venu) et je retiens mon souffle.
La crainte de Luke qu’on me découvre n’a pas dû passer inaperçu vu comment l’autre malade lui pose des questions. Il faut que je parvienne à détourner son attention, et vite.
C’est alors que je remarque pour la première fois le bruit qui m’entoure, partout dans la serre résonnent des cris d’oiseaux, des chants, des pépiements. Près de moi, un ara me regarde fixement, sautillant sur place derrière ses barreaux. Je me demande s’il a les ailes rognées pour ne pas qu’il s’envole. Luke subira-t-il le même sort ? Bouh, il faut que je chasse ces pensées horribles de ma tête sinon, je ne vais pas m’en sortir.
Je marche à quatre pattes entre les fougères pour m’éloigner de la cage et donc de Luke (mais je reviendrai vite), cherche un moyen d’interpeler le psychopathe moustachu. Et je trouve vite ce que je cherche. Je vais devoir préparer quelques diversions pour permettre à Luke de s’enfuir. Perso, j’ai deux jambes, un cerveau et je ne suis pas enfermée donc ça devrait le faire.
Je m’approche donc  d’une cage, puis d’une autre et encore d’une autre et je les ouvre toutes. Même si ces oiseaux ne pourront peut-être pas voler (je ne sais toujours pas si on leur a rogné les ailes), ça devrait former une sacré pagaille, surtout qu’il y a un peu de tout, du moineau bleu au paon. Tout un capharnaüm qui devrait permettre de détourner l’attention du moustachu. Pour rajouter un peu de piquant, je me mets à prendre les œufs que je trouve et à les fourrer dans d’autres cages. Mes maigres heures devant National geographic m’auront permis de savoir qu’une femelle ne trouvant plus ses œufs est en rogne. Ce qui m’arrange. Bientôt c’est une apocalypse aviaire totale. Pourvu que ça aide un peu.


«No we didn’t light it but we tried to fight it» ► BILLY JOEL
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltaspicy squirrels
- Luke Holmes -
duco corporis

En couple (Thalia)
Vol (possède des ailes noires semblables à celle des corbeaux) + Contrôle des oiseaux.
Élève
20/11/2013
Dane DeHaan
maimihina. (avatar)
599

MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   Ven 30 Déc - 13:10

We Didn't Start the Fire
luke × thalia

Elle devait partir, avant qu'il ne lui mette la main dessus. Cet homme était fou, juste complètement fou et Luke n'avait toujours pas réussis à la cerner. Lu qui, en temps normal, n'était pas si mauvais à ce petit jeu. Mais Thalia, il la connaissait bien maintenant. Elle avait un fort caractère et évidement, quand elle lui annonça qu'elle ne partirait pas sans lui, il poussa un léger soupire. Il aurait du s'en douter. Trop loyale, trop forte et trop courageuse. Il espérait juste que de tels traits de caractère, humble et noble, ne la perdrait pas un jour. Tandis que l'homme continuait de lui cracher sa question en boucle à la figure, elle devait être en train d'élaborer le plus ingénieux des plans. Peut-être avec son pouvoir ? Quoi que, elle pouvait perdre le contrôle et avec un tel don, il était difficile de savoir si même lui allait s'en sortir vivant. Et puis, soudain, un immense vacarme se fit entendre. Les cages avaient été ouvertes (il savait déjà par qui, merci Thalia) et à présent des centaines d'oiseau tous différents les uns des autres volaient dans tous les sens, poussant des petits cris aussi insupportable que mélodieux pour certains. Il en eut tellement que bientôt chacun d'entre eux (sauf Luke, toujours dans sa cage) fut entouré d'une nuée noir. Et Luke ne mit pas longtemps à comprendre. Il n'avait jamais été un oiseau à parte entière. Il n'avait jamais non plus pu communiquer avec cette race. Mais aujourd'hui, c'était comme si les centaines d'oiseaux avaient reconnus en lui un frère. Alors qu'une masse s'était attaqué aux gardes du corps, qui se débattaient dans tous les sens, une autre avait pris à part l'homme moustachus, lui picorant tout ce qu'il pouvait de parcelle de peau. Les hurlements de ce dernier étaient atroces. Il hurlaient à mesure que le sang coulait sur sa peau. Un déclic se fit entendre et la cage de Luke s'ouvrit alors. Les oiseaux ? Ou Thalia ? Il en perdit pas un instant avant de s'élancer en dehors de la cage. L'homme à la moustache poussa un râle d'agonie, et Luke resta quelques instants planté sur place. Ce fut plus fort que lui. Quelque part en lui, il jubilait de le voir ainsi. Il avait la lèvre inférieur en sang, déchiré, les yeux.... enfin, ce qui restait de ses yeux n'étaient pas beaux à voir. C'était deux juste deux trous dégoulinant de pourpre. Quelqu'un le tira hors de ses pensées (Thalia?) et il se força à quitter ce spectacle macabre des yeux. Ils devaient partir, et vite. Quand il furent loin de l’entrepôt où les oiseaux en furie poursuivait leur œuvre avant de s'envoler vers d'autres cieux, Luke s'arrêta quelques instants pour souffler. Il entendait encore les cris de rage de rage de l'homme, qui hurlait à la vengeance.

« Je... Je ne savais pas que j'étais capable de ça. »

Il n'avait rien demandé. Ce n'était même pas comme s'il avait pu donner un ordre à ces oiseaux. Et pourtant. Aujourd'hui Luke Holmes venait de découvrir une autre facette de sa mutation.



Blame on me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membre classe gammacrazy foxes
- Thalia Bubble -
duco corporis

en couple (miracle), encore faut-il que ça tienne.
baisse de la température par contact
Elève, découvrir l'institut et ses habitants
05/06/2014
Felicity Jones
Me, myself and I
228

MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   Dim 8 Jan - 15:40

We didn’t start the fire
Luke Holmes  & Thalia Bubble



Au dessus de ma tête, c'est une nuée d'oiseaux qui tourbillonne en une cacophonie de cris stridents. Des scènes d'un célèbre film de Hitchcock me reviennent en mémoire et je frissonne tout en avançant dans la végétation, accroupie pour éviter d'être vue. La cage de Luke ne doit pas être loin mais j'ai couru dans toute la serre avec tellement d'empressement que je crois bien m'être éloignée. Il faut pourtant que je le retrouve avant la fin de la diversion.

Quelque part à gauche, d'atroces hurlements commencent à résonner, formant avec les cris d'oiseaux une musique digne d'un film d'horreur. Je tend l'oreille, aux aguets. Ça ne ressemble pas à la voix de Luke. Mais si jamais c'était lui ? S'il était blessé par ma faire, je crois que je deviendrais folle. Bon, pas question de partir dans des scénarios catastrophes, gardons la tête froide. Je me dirige vers la source des râles d'agonie, aperçois les contours de la cage de Luke. Enfin !
Sans même prendre de précautions, je me précipite vers la prison, enjambe sans le regarder l'homme à la moustache qui se tord de douleur. Et là, je reste surprise. La cage est ouverte. Luke a pu sortir ! Tout s'arrange.

Une exclamation de joie m'échappe, il ne nous reste qu'à sortir de cet endroit sinistre et tout rentrera dans l'ordre. Pas sûre que je laisse Lulu repartir se promener seul de si tôt. Non, je compte bien profiter de sa présence et lui montrer combien je l'aime. Heureusement, toute cette histoire ne sera bientôt qu'un mauvais souvenir.

Luke ?

Pas de réponse de sa part, seulement le bruit chaotique des oiseaux et des cris de douleur. Pour la première fois, je cherche réellement la source de ces derniers, se tordant à quelques mètres de moi et je reste paralysée. Le geôlier de Luke n'est plus qu'un agonisant défiguré. Je ne pensais pas que les oiseaux pouvaient faire ça, pas sur des vivants. Ses yeux....ils ont été dévorés. Le coeur au bord des lèvres, je m'ordonne le calme. Il est hors de question de se laisser déstabiliser pour "si peu". Je vais retrouver Luke et nous allons sortir d'ici. Mais où est-il d'ailleurs ?
Entre la nuée infernales des oiseaux qui semblent des Erynies et la végétation abondante, difficile de distinguer quoique ce soit. Attendez...ces cheveux !

Le coeur battant à tout rompre dans ma poitrine, je saisis la main chérie et me précipite loin du carnage. Aussi loin que possible ce qui ne veut pas dire que nous trouvons la sortie. Cette serre est un véritable labyrinthe.
Nous nous arrêtons pour reprendre notre souffle et je me jette dans les bras de mon amour.

Lulu ! Si tu savais comme tu m'as manqué...

Je ne prends même pas la peine de continuer et l'embrasse avec passion, soulagée de l'avoir de nouveau près de moi.
Je lève les yeux et croise son regard interloqué et dirigé vers la masse sombre des oiseaux qui continue de se mouvoir dans le crépuscule.

« Je... Je ne savais pas que j'étais capable de ça. »

Quoi ? Tu veux dire que c'est toi qui a... Tu as commandé aux oiseaux ? Oh mon dieu ! C'est incroyable !

Mon petit ami a évolué comme un Pokémon ! Même pour un mutant, c'est totalement fou. Il peut parler aux oiseaux ? Ce n'est pas complétement sans lien avec son don mais quand même....j'en reste bouche-bée.
C'est alors qu'un bruissement sourd se fait entendre à quelques pas de nous. Instinctivement, j'aggripe le bras de mon amant, je ne veux plus le voir disparaître.
Lentement, quelque chose sort de l'ombre et je comprends que Luke n'était pas le seul spécimen rare de cette collection sinistre.

Une créature difforme couverte de plumes d'un gris sale, mesurant deux bons mètres en se tenant droite nous fait face. Ses yeux injectés de sang ne sont pourtant pas ceux d'un oiseau mais bien d'un homme. Le tout ressemble à un mix étrange entre un hibou, un vautour et un humain, peut-être un mutant rendu fou par la captivité et les mauvais traitements. Il ne semble pas amical du tout.


«No we didn’t light it but we tried to fight it» ► BILLY JOEL
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltaspicy squirrels
- Luke Holmes -
duco corporis

En couple (Thalia)
Vol (possède des ailes noires semblables à celle des corbeaux) + Contrôle des oiseaux.
Élève
20/11/2013
Dane DeHaan
maimihina. (avatar)
599

MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   Dim 12 Fév - 15:03

We Didn't Start the Fire
luke × thalia

« Toi aussi Thalia... »

La sentir serré contre lui, comme ça... Cela paraissait quasiment irréel. Et pourtant elle était bien là, en chaire et en os en train de l'embrasser avec passion. C'était dans ces moments qu'il comprenait qu’il n'arrivait plus vraiment à se passer d'elle un jour. Il l'avait toujours vu comme son ancre et une fois de plus, elle venait de le prouver. Elle eut l'air tout aussi étonné que lui à l'évocation de son... évolution de don ? Nouveau pouvoir ? Peu importe. C'était quelque chose qu'il allait encor devoir apprendre à contrôler et a affronter. Lui qui faisait partis des rares élèves à tout parfaitement contrôler chez lui ! Désormais il allait devoir repartir dans ces classes d'entraînements spéciales, pour les élèves découvrant leur don. Quelque part, il sentait bien que tout ça avait toujours fait partis de lui mais... à ce point ? C'était quoi la prochaine étape, se métamorphoser intégralement en oiseau ? D'un certains côté, il trouverait cela amusement mais d'un autre... Il avait toujours eu horreur de ce qu'il ne pouvait pas contrôler. Alors là... là c'était autre chose.

« Oui c'est... ça venait de moi. Je ne sais pas comment mais je l'ai fais. Oh bordel... »

Il ne lavait pas lâché. À cet instant très précis, il avait juste envie de s'envoler avec elle loin de tout ça.mais puisqu'ils étaient encore en intérieur, son envie allait devoir attendre quelques minutes. Alors qu'il se penchait pour la serrer à nouveau dans ces bras un bruit se fit entendre derrière eux. Il plissa les yeux, pour voir sortir de l'ombre un silhouette. Quelqu'un avait échappé à ce carnage ? Il ne mit pas longtemps à comprendre qu'il n'avait pas libéré que lui, et surtout, qu'il n'avait jamais été le seul à habiter dans cette immense verrière. La chose en question était... grande. Grande et couverte de plume mal lissées qui partaient un peu dans tous les sens. Ces yeux, humains, étaient rougeoyant. Comme ceux d'un animal malade ou d'une zombie dans un de ses films post apocalyptique que Luke n'avait jamais aimé regarder. Il recula d'un pas, prenant Thalia avec lui quand la chose en question tendit un bras tremblant vers eux. Faisait-il face au stade de sa mutation très supérieur ? Si oui, il allait devoir trouver un traitement rapidement avant de finir aussi... repoussant.

« Mer...ci... »

La voix, rauque et sourde, n'avait rien de très rassurant et pourtant elle ne faisait que les remercier. Qui était ce pauvre malheureux ? Il avait du en subir des horreurs. Et si Luke se fiait à sa gueule (et à son corps) cela faisait beaucoup, beaucoup plus longtemps qu'il était piégé ici. Des mois peut-être. Peut-être même une année entière ! Et soudain ses ailes se déplièrent dans un craquement sinistre, preuve qu'elles n'avaient pas servis depuis des lustres, s'agitant mollement. Luke ne sut pas comment réagir... Il ne voulait pas les manger ou quelque chose dans le genre ?

« Vous... vous savez comment sortir d'ici ? »

Il s'en voulait presque d'avoir posé une question aussi bête mais c'était tout ce qu'i avait trouvé dire devant.. ce gros tas de plume. Le chose (monsieur ?) sembla hausser les épaules et leur fit signe de le suivre, commençant à marcher d'un pas lourd et traînant.



Blame on me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membre classe gammacrazy foxes
- Thalia Bubble -
duco corporis

en couple (miracle), encore faut-il que ça tienne.
baisse de la température par contact
Elève, découvrir l'institut et ses habitants
05/06/2014
Felicity Jones
Me, myself and I
228

MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   Mer 15 Fév - 12:09

We didn’t start the fire
Luke Holmes  & Thalia Bubble



Merci…

Les mots résonnent sourdement après s’être échappé de la bouche du colosse de plumes, le pauvre a la voix cassée. Par le temps ou par les cris, je n’ose même pas me demander. La crainte première laisse la place à la pitié et à la honte d’avoir eu un mouvement de recul. L’être qui se tient devant nous est probablement un captif, enfermé depuis bien plus longtemps que Luke. Le bruit que produisent ses ailes en se déployant est déchirant, dire que Luke râle quand il ne peut pas secouer les siennes de la journée… D’ailleurs, il me vient une pensée, est-ce que l’homme qui se tient devant nous avait débuté comme Luke ? Je veux dire, avec de simples ailes ? Aujourd’hui, Luke vient de se découvrir la capacité de parler avec les oiseaux, demain, qu’est-ce que ce sera ? Soyons clairs, je l’aimerai quoi qu’il arrive, si j’ai supporté ses sauts d’humeur, je peux supporter qu’il change mais…sa bouille d’ange va me manquer. Tant pis, repose en paix physique. Bon, trêve de plaisanteries sur les futurs disparus, nous ne sommes pas encore sortis d’ici.

L’être ailé qui se révèle presque aussi peu bavard que Luke quand je l’ai rencontré, nous guide à travers le labyrinthe de verdure qui prend un aspect de plus en plus sinistre tandis que la nuit tombe. Au loin, on entend plus les oiseaux croasser et piailler ce qui me fait penser qu’ils ont probablement terminé leur repas. Rien que d’y penser, j’en frissonne. Quoique cet homme l’avait cherché, plus j’y pense et plus cette pensée est une évidence. Tandis que nous avançons parmi la végétation, je presse la main de Luke dans la mienne, profitant de le sentir près de moi de nouveau. J’ai hâte de rentrer à l’institut et de pouvoir me blottir contre mon amoureux jusqu’au lever du jour. Peut-être même que l’on ira pas en cours, perso j’ai passé l’âge de m’enfermer dans une salle poussiéreuse pour écouter un professeur parler. Oui, on va rester tranquillement tous les deux…

Nos pas guidés par l’être ailé nous conduisent à l’autre bout de la serre, devant une porte en fer. Sauf que ladite porte est verrouillée et que malgré tous les efforts que nous déployons, elle refuse de s’ouvrir. Notre allié impromptu s’acharne à taper sur la surface avec ses poings, à se jeter dessus de toutes ses forces jusqu’à être haletant. Mais rien y fait, la porte reste close sans la clef. Clef qui doit probablement se trouver sur le cadavre sanglant de l’ornithologue, quelque part dans la serre. C’est un cercle vicieux.

Coincés…,grogne le colosse ailé avec ce qui semble une plainte dans la voix.

Je me tourne vers Luke, me mordant la lèvre à la recherche d’une idée. Les miennes ne sont jamais lumineuses et particulièrement celle qui est en train d’affleurer à mon esprit. Même si elle peut fonctionner, si elle ne nous tue pas tous sur le coup. Je lance un sourire crispé à mon amoureux emplumé avant de m’approcher la porte et de poser les mains à plat sur la surface de métal.

Reculez-vous…Et évitez de toucher les murs. Quand je vous le dirai, donnez un bon coup de pied dans la porte.

Je reporte mon attention sur la porte, cette stupide porte qui nous empêche de sortir. Qui empêche un homme enfermé depuis longtemps de retrouver sa liberté. Qui nous empêche Luke et moi de rentrer chez nous pour profiter d’être ensemble. La colère monte sans difficulté et je sens le froid glisser de mes paumes sur la surface lisse. Mais pour faire voler la porte en éclats, il ne suffit pas de faire descendre la température de quelques degrés. Il faut bien plus. Alors je me focalise sur toute ma frustration, sur la journée d’angoisse qui vient de s’écouler, sur ce qu’a dû subir le géant ailé durant sa captivité, ce qu’aurait pu subir Luke entre les mains de ce psychopathe d’ornithologue, sur l’idiotie humaine qui veut enfermer ou mutiler ce qui est différent… Le sang pulse dans mes mains contre la porte qui se couvre à vue d’œil d’une épaisse couche de givre et commence à émettre des « clong » sourds en écho avec mon cœur qui bat à toute allure. Je n’ai jamais utilisé mon don aussi violemment mais je suis sûre que je peux réussir. Toute la colère, la frustration, la peur et les sentiments violents dans ma  tête nourrissent mon pouvoir et viennent heurter le panneau de fer pour le faire céder. Normalement, c'est le moment où je crie un truc du genre "Yaaaaa" ou "Kaméhaméha". Je remarque à peine que mon nez saigne, les oreilles bourdonnantes, je ferme les yeux pour poursuivre ma tentative. Il faut que nous sortions, hors de question que Luke reste enfermé dans cet enfer vert.

Allez-y !

Je me laisse tomber sur le sol, je ne peux pas faire mieux que ça je pense. Des papillons dansent devant mes yeux et j’ai le souffle court, mêlé de nausée. S’en est ridicule, Luke évolue comme un Pokémon et moi je peine à utiliser un don qui n’a pas changé depuis des années. Essayons au moins de ne pas tourner de l’œil pour conserver un peu de dignité. J’ai un petit rire à cette pensée, je ne ferai pas ça tous les jours…outch.


«No we didn’t light it but we tried to fight it» ► BILLY JOEL
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltaspicy squirrels
- Luke Holmes -
duco corporis

En couple (Thalia)
Vol (possède des ailes noires semblables à celle des corbeaux) + Contrôle des oiseaux.
Élève
20/11/2013
Dane DeHaan
maimihina. (avatar)
599

MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   Jeu 16 Fév - 9:32

We Didn't Start the Fire
luke × thalia

Coincés. Évidement qu'ils étaient coincés, cela aurait bien trop beau de sortir d'ici indemne, rapidement et sans encombre. Décidément leur vie (enfin, la sienne en tout cas) était un perpétuel fail et il commençait vraiment à en avoir ras-le-bol. Il s'attendait à devoir trouver une solution alambiquée, un truc digne du grand McGyver, bref, quelque chose que Luke Holmes ne pourrait jamais réaliser. Mais c'était sans compter que Thalia avait déjà une idée derrière la tête. Il avait vraiment de la chance. Il aurait pu tomber sous le charme (bon sang, il avait horreur de cette expression, il avait juste l'impression d'être le personnage d'un roman d'amour nian nian) d'une fille sans cervelle, juste bonne à rire à ses moindres blagues et à se tortiller des mèches de cheveux quand elle était gênée. Oui oui, ce genre de filles existaient bel et bien et c'était fort dommage pour la gente féminine d'ailleurs. Mais non, il avait Thalia, avec un cerveau bien rempli et de la culture à revendre et en plus elle avait de beaux yeux. Elle avait tout, voilà. Il recula quand elle le leur ordonna, curieux de voir ce qu'elle avait derrière la tête. Aurait-elle un don d'explosif qu'elle lui aurait caché pendant tous ce temps ? Non, il aurait bien du s'en douter mais Thalia invoqua sa… il n'avait jamais trop su comment nommer ça. Glaciation sur demande ? Oui, elle fit exactement ça. En souffrant, il le voyait bien sur ces traits du visage. Mais il se refusait de l'interrompre, non non, il n'était pas le genre de petit ami à arrêter sa copine quand elle réalisait un tel exploit. Se surpasser, c'était toujours bon pour comprendre son don et le manipuler à la perfection. Quand elle le lui ordonna, il flanqua un violent coup de pied en même temps que le géant dans le mur gelé. Qui éclata en morceau. Tandis que le géant s'engouffra dans le trou qu'ils avaient causé, il rattrapa Thalia avant qu'elle ne tombe dans les pommes.

« Reste avec moi Thalia, tu as été géniale. »

Ils étaient… libres ? Visiblement oui. Le géant avant même commencé à danser sur place, laissant s'exprimer sa joie. Il se secouant, faisant tomber quelques plumes de son odieux visage et dévoilant des traits plus doux. Tandis que Luke hissait Thalia dans ses bras, il s’avança vers eux et lui tendit un bout de papier.

« Au cas où. Merci pour tous jeune oiseau. Dis à la fille de glace que je vous dois la vie. »
«  Nan moi c'est Luke et elle c'es... »

Trop tard, il avait pris son envol vers le ciel, poussant un cri victorieux. Il lui avait laissé un nom, un seul. Adam. A prononcer en cas de pépin avait-il dis. Luke le glissa dans sa poche. Ils n'avaient plus rien à faire ici. Il était juste temps pour eux de repartir. De se mettre à l'abri. Là ou personne ne viendrait les chasser pour leur plumes et cristaux gelés.

« On rentre Thalia, on rentre ! »



Blame on me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: We Didn't Start the Fire (thalia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
We Didn't Start the Fire (thalia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Park In Su x I never meant to start a fire.
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Fear To Fire II
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: NEW YORK CITY :: queens :: Astoria-