.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie [Pv Graham]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreHUMANOUTSIDER
- Peter Ryder -
only human

Aucun, c'est un humain
Lieutenant de police
04/05/2016
Stephen Amell
UC
103

MessageSujet: Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie [Pv Graham]   Sam 28 Mai - 17:08

Graham et PeterParfois, la vie vous rend ce qu'elle vous a pris. S'il faut toujours se méfier, il faut aussi savoir laisser entrer les bonnes choses, sinon on n'a que les mauvaises.
Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie

Bon, j'y étais. Pour ne pas déroger au naturel, j'étais en avance, comme trop souvent. Je ne sais pas pourquoi je continue à croire qu'être à l'heure c'est déjà être en retard. Quinze minutes à tuer, c'est loin d'être terrible. J'ai déjà fait des planques pendant des heures et dans des conditions nettement moins agréables. Le temps était sec quoique frais, mais il en faudrait plus pour que je me plaigne. Central Park avait ses couleurs d'hiver et il était moins fréquenté. Je le préférais ainsi, ça m'agace toujours de devoir partager le vert avec la foule.
Après, si je ne suis pas content, je n'avais qu'à choisir une autre ville...
Je rentrais mes mains dans mes poches et me mit à réfléchir. Oui, ça m'arrive et plus souvent que je ne le voudrais parfois. Je me demandais une fois de plus si c'était vraiment en train d'arriver, si Graham, après six ans de silence, avait bel et bien repris contact. Après son procès, j'avais tenté de retrouver sa trace, pendant un moment, mais il ne souhaitait pas être découvert.
Depuis, de temps en temps, je pensais régulièrement à lui, me demandant s'il allait bien. Et s'il se remettait de cette horrible histoire...
Je ne le jugeais pas. Je n'aurais pas pu, même si je l'avais voulu. Certes, il avait failli faire du mal à se femme, mais j'étais mieux placé que quiconque pour comprendre qu'il y a des circonstances dans la vie où l'on pète simplement les plombs. Sa mutation n'entrait pas vraiment en ligne de compte, même si je ne pouvais m'empêcher de me demander si elle était sous contrôle à présent.
Un putain de lion.
Je n'arrivais même pas à l'imaginer. Je l'avais entendu, en long en large et en travers, pendant ce maudit procès. Mais je n'arrivais pas à me figurer Graham en train de devenir une bête. Est-ce que cela se faisait d'un coup ou au contraire avec une lenteur insoutenable ? Etait-ce dégueulasse ? Douloureux ?
Je savais depuis un moment que Graham était un mutant, bien avant cette sale histoire. A la guerre, j'avais vu de quoi sa peau était capable, mais putain UN LION !
Je me secouais la tête pour chasser les images que je m'en faisais. C'était inutile d'imaginer.
Ce qui me stressait le plus, présentement, c'étaient bel et bien les retrouvailles. En flic qui se respecte, je ne pouvais pas ne pas me demander pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Je n'étais pas spécialement inquiet, Graham était un type droit dans ses bottes. Ou du moins, il l'était quand je l'avais connu. Qui était-il à présent ? C'était précisément pour cette raison que je n'avais pas amené Léna avec moi, même si elle aurait adoré le parc. Je ne savais pas encore si je pouvais lui faire confiance ; je ne risquerais pas ma fille.
Une part de moi voulait croire que je retrouverais un Graham fidèle à lui-même, mais je ne peux pas me permettre de baisser ma vigilance. Ma fille a trop besoin de moi. Pourtant, quand il m'avait appelé, une fois la surprise passée, j'avais accepté tout de suite de le rencontrer. Je lui devais bien ça après tout. Il m'avait sauvé la vie.
En un sens, j'avais déjà payé cette dette en aidant à le libérer par la suite, mais ce genre d'épreuves vous lient à jamais. Il avait été mon frère d'arme, je devais donc au moins le rencontrer.
Et puis, j'étais curieux. Curieux de savoir ce qu'il devenait, comment il allait et ce qu'il me voulait à présent.
J'en profiterais également pour lui demander pourquoi il avait coupé les ponts avec moi sans la moindre explication. Je suis le genre de type qui sait pardonner, mais je ne suis pas un naïf. Il me faudra des bonnes raisons. Mais Graham partait avec un sérieux avantages sur la plupart des gens qui voulaient mon pardon : pendant et après l'armée, il avait veillé sur moi et m'avait aidé à devenir celui que je suis à présent. Je n'étais qu'un petit morveux quand je suis arrivé en Afghanistan.
Un petit merdeux même.
Je ne connaissais rien à la vie et je me retrouvais à faire la guerre. Sans mon escouade, je n'aurais jamais tenu.
J'en étais là dans mes pensées quand je le vie approcher. En six ans, il n'avait pas vraiment changé et je le reconnus au premier regard, force de l'habitude sans doute. Je lui fis un petit signe et j'espérais que la nervosité ne se lisait pas trop sur mon visage. Pour la plupart des gens, mon expression aurait été la neutralité incarnée, mais on se connaissait trop bien tous les deux. Et puis, c'était un des meilleurs enquêteurs que je connaissais.
J'avais toujours envié sa faculté à dire si on mentait ou non.
Jusqu'à aujourd'hui du moins.
Je me voulais neutre, c'est pourquoi je lui tendis d'abord la main, quand il approcha. Mais ça me parut stupide. Oui, de l'eau avait coulé sous les ponts, mais elle n'avait pas suffit à tout effacer. Je lui donnais donc l'accolade, comme autrefois, parce que ça semblait nettement plus normal. Et, pour rester dans la normalité, je repris les bonnes vieilles habitudes, à savoir le tacler sur son âge. C'était un bon moyen de reprendre contact, même si je n'en restais pas moins sur mes gardes.

_ Salut le vioc ! T'as pris cher dis-moi ! Je n'arrive même pas à compter tes rides tellement y'en a ! Ca te fait quoi ? Cinquante ans maintenant ?

Je savais parfaitement qu'il n'avait que trente-cinq ans. Souriant d'une façon un peu forcée, je lui fis signe de me suivre et nous allâmes nous installer à l'intérieur d'un café aux larges baies vitrées. On se croyait presque dehors, sauf qu'il faisait nettement plus chaud. J'avais ôté ma veste et je le regardais à présent.
Il m'avait appelé, c'était donc à lui de commencer. La façon qu'il aurait de le faire me donnerait des indications sur la suite, songeais-je... Avant de me souvenir que tout ce que je savais, ou presque, c'était lui qui me l'avait appris.
Je ne devais donc me fier qu'à mon instinct. La technique ne servirait à rien.
Si j'avais toujours eu du flair, ce n'était rien à côté de lui.
En résumé, j'étais dans la panade, et je crois qu'il le saurait bien assez tôt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie [Pv Graham]   Jeu 2 Juin - 13:41

Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie

le gamin & le vioc
All of the years I've spent in search of myself, And I'm still in the dark 'Cause I can't seem to find the light alone. Sometimes I feel like a man in the wilderness I'm a lonely soldier off to war Sent away to die - never quite knowing why... Sometimes it makes no sense at all
Ce matin là, tu étais monté à bord de ta vieille Mustang, et tu étais resté quelques minutes à fixer le volant, à te demander si c’était une bonne idée, ce que tu t’apprêtais à faire. Puis tu avais soupiré et murmuré un « let’s do this » avant de tourner la clé dans le contact. Tu aurais aimé voir Ciel avant de partir, qu’il te promette que tout irait bien, il te l’avait déjà dit la veille, mais tu aurais eu besoin qu’il te répète ces mots encore une fois. Parce que tu es terriblement anxieux à l’idée de revoir le gamin. Ca fait six ans, maintenant, que tu as fait tout ce que tu pouvais pour qu’il ne te retrouve pas, pour que personne ne te retrouve, finalement. Tu ne voulais pas qu’il s’encombre du poids mort que tu étais alors, et tu t’étais persuadé, bien naïvement, qu’il finirait par t’oublier et passer à autre chose. Tu savais qu’il était fort et qu’il en faudrait bien plus pour le mettre à terre. Néanmoins, ça ne t’empêche pas d’avoir peur qu’il t’en veuille. Arrivé au portail de l’institut, tu te rends compte que le ronronnement du moteur ne suffira pas à te détendre. Alors tu attrapes ton téléphone branché à la radio et tu lances Travelling Riverside Blues de Led Zeppelin, la première chanson d’une grande playlist avec tous les morceaux que tu adores.

Un sourire se dessinerait presque sur tes lèvres tandis que tu tapotes doucement le volant en rythme. La route jusqu’à New York, tu la connais par cœur à présent, mais ça ne t’empêche pas de prendre un certain plaisir à l’emprunter, du moins jusqu’à ce que tu te retrouves dans les bouchons. Tu décides que tu seras mieux à pied, alors tu laisses ton petit bijou dans un parking sous-terrain et tu prends le métro jusqu’à Central Park. Il y a une petite fille qui te fixe dans le wagon, tu lui fais une grimace puis tu souris, et elle rit. Sa mère, un peu moins. Peut-être qu’elle te reconnait, peut-être qu’elle sait que tu es celui qu’on a vu pendant un an à la télé, complètement livide et fatigué. Ou peut-être que tu te fais des idées. Cette histoire t’aura tout de même rendu légèrement paranoïaque. Enfin, la voix enregistrée annonce la station du parc, et tu t’empresses de descendre pour remonter à l’air libre. Tu n’as jamais été un fan des endroits souterrains, peut-être que ça vient de ce que tu as vécu dans cette cave. Tu te pinces l’arrête du nez, ce n’est vraiment pas le moment d’y penser.

Sans avoir le temps de comprendre quoi que ce soit, tu arrives déjà à l’endroit où vous étiez sensés vous rencontrés. Tu déglutis, l’anxiété revenant tout d’un coup. Mais comme à ton habitude, tu souris, cachant derrière ce masque beaucoup de choses, et tu réponds à son signe quand enfin tu l’aperçois. Tu marches dans sa direction, accélérant à peine le pas. Lorsqu’il tend sa main, une sensation de malaise ainsi qu'une légère panique s’emparent de toi. Il t’en veut, c’est sûr, maintenant. Mais il finit par te donner l’accolade, et bordel, rien que ça, t’as déjà envie de pleurer. Il t’a manqué, le gamin, mais t’as pas cherché à donner de l’importance à ces sentiments, tu les as justes fourgués dans un coin reculé de ton esprit pour ne plus avoir à y penser. Il y a beaucoup de salles fermées à double tour, là haut, et tu t’emploies désormais à les rouvrir, une par une, afin de te libérer de ce poids qui pèse lourd sur tes épaules. Et rien que par ce geste, Peter t’a ôté un peu de ton fardeau. Quand ça arrive, tu as du mal à contenir tes émotions. Mais tu reprends rapidement contenance avant qu’il ne puisse à nouveau voir ton visage.

Il lance une blague sur ton âge, ce qui a le don de te faire sourire légèrement, le pire c’est que tu te sens vraiment vieux, au fond. « Salut le gamin. Arrête, j’en ai déjà moins que toi ! Je suis plutôt bien conservé pour mon âge. » Tu secoues la tête dans un geste faussement vaniteux, pour ranger les cheveux que tu n’as pas. Parce que vous le valez bien. Tu n’as pas changé, toujours à plaisanter pour se sortir d’une situation difficile. Il n’avait qu’à pas te tendre la perche, aussi.  Mais ça ne parvient pas à ôter la tension qui plane dans l’air. Tu le suis alors qu’il te montre la voie à l’intérieur du café. Tu retires ton blouson en cuir, sous lequel se trouve un pull style henley gris, puis tu t’assieds en face de lui. Tu remontes des manches dans un geste machinal, puis tu fixes l’extérieur quelques secondes, jusqu’à ce que le silence soit trop insupportable. Tu sais qu’il attend que tu dises quelque chose. Enfin, tu reviens à lui, croisant tes mains sur la table. Après avoir pris une grosse inspiration, tu te lances. « Je t’ai appelé parce que je voulais… m’excuser. » Tu soutiens son regard afin de lui montrer que tu es sincères. « Ce que j’ai fait, c’était dégueulasse, et nul. J’ai pas géré, sur ce coup là, mais j’étais à un moment de ma vie où je ne gérais rien du tout, donc, bon, voilà quoi. Je voulais pas… t’imposer, imposer à tout le monde d’avoir à me supporter, à me voir dans l’état où j’étais. Je pensais que ça ne prendrait que quelques mois pour me remettre sur pied, et je reviendrais. Mais on dirait que même pour ça, j’étais nul. Je suis même pas sûr d’être complètement soigné, à présent, mais j’en suis pas loin. J’ai repensé à toi, l’autre jour, et du coup, je me suis dit que ce serait bien de voir où t’en étais. Mais… je comprendrais que tu m’en veuilles. » Ben oui, facile quand on passe sa vie à se détester.


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreHUMANOUTSIDER
- Peter Ryder -
only human

Aucun, c'est un humain
Lieutenant de police
04/05/2016
Stephen Amell
UC
103

MessageSujet: Re: Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie [Pv Graham]   Ven 3 Juin - 12:13

Graham et PeterParfois, la vie vous rend ce qu'elle vous a pris. S'il faut toujours se méfier, il faut aussi savoir laisser entrer les bonnes choses, sinon on n'a que les mauvaises.
Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie

Retrouver un ami est une saveur unique. Ceux qui ont partagé les grandes étapes de nos vies les ont jalonnés de leur présence. Ca avait beau faire six ans que je ne l'avais pas revu, retrouver Graham avait un goût agréable. C'était un peu comme s'il n'était jamais parti, comme si l'absence venait de se combler, de s'effacer. C'était une illusion, bien évidemment, et je n'en restais pas moins prudent. Mais, d'un coup, j'avais hâte de lui parler de Léna et de lui faire partager ce que nous avions manqué.
Il fallait pourtant que je m'en tienne à ma décision et au calme, mais je ne retins pas une réponse à la sienne.

_ Berces-toi d'illusions...

Non, en vrai, il n'avait pas beaucoup changé. Il était à cette période de la vie où les choses bougent moins. Moi, je savais que je les avais pris dans la gueule ces six années, je n'étais plus un gamin. Quand je regardais dans le miroir, je voyais un homme. Mais n'était-ce pas surtout dû à ma fille ?
J'en étais là dans mes pensées quand il finit par reprendre la parole. Je l'avais laissé commencé, ça semblait logique. Et puis, je n'étais pas plus à l'aise que lui. Je le sentais nerveux, je le voyais en dépit de ses efforts pour me servir son masque habituel de type qui va bien et qui gère. Au moins jusqu'à ce qu'il prenne la parole, là, il abandonna un peu les faux-semblants.
Ca ne servait pas à grand chose entre nous, on s'était vu dans les moments parmi les pires de nos vies. Je le voyais encore me sauver la vie en contenant l'hémorragie de mon épaule, ou quand je l'avais retrouvé, carbonisé. Cette pensée m'arracha une légère grimace qui coïncide avec le moment où il m'annonce vouloir s'excuser.
Je le laisse parler, j'ai besoin de plus d'éléments pour décider quoi répondre. Il y en avait des choses dans ses paroles, c'est pourquoi je pris un peu le temps de mettre mes idées en ordre. Ce n'était pas pour le faire languir ou me montrer cruel, je ne suis pas comme ça. Juste que... Bordel il m'avait manqué ce con ! Et je réalisais que je lui en voulais, oui, mais peut-être pas pour les raisons qu'il se figurait. Après un moment et une grande inspiration, je me lançais.

_ Je suis content de savoir que tu vas mieux. Malgré ce qui s'est passé et tout ce qu'on a pu dire sur toi, tu es un mec bien. Tu ne méritais pas un tel procès sur la place publique. Je ne comprends pas que tout ne ce soit pas passé à huit clos...

Enfin, si, je ne suis pas con, je le savais. C'était un mutant qu'on avait mis au pilori. Pas Graham, mais un mutant. Les boucs émissaires avaient toujours existé...

_ J'ai cherché à te retrouver,après,  repris-je avant d'affronter son regard. Je voulais te venir en aide, je crois que j'aurai pu le faire. Mais tu en as décidé autrement.

Oula mon ton virait un peu glacial et je n'aimais pas ça. Si j'avais du ressentiment, je n'avais pas que ça. Le serveur s'avança et je commandais sans attendre. Comme pour me laisser un instant pour me reprendre, parce que j'étais en train de le faire flipper Graham et que ce n'était pas mon intention.

_ Une bière, s'il-vous-plaît. Blanche et pression.

Non je ne suis pas un chieur, je suis exigeant, nuance. Je laissais Graham commander à son tour puis le serveur s'éloigner.

_ S'il est une chose que la vie m'a appris, c'est à ne pas juger sans savoir. Or, je ne peux pas comprendre pleinement ce que ça a été pour toi de vivre tout ça. Sans parler de ce qui s'était passé en Afghanistan. Plus d'une fois, je me suis demandé si je n'aurais pas dû te pousser à m'en parler. Ca t'aurait peut-être évité de péter les plombs.

Elle était là la putain de vérité : je m'en voulais. A moi aussi...
La commande arrivait et je saisis la bière pour m'occuper les mains. Les yeux perdus un instant dans le vide, je poursuivis. J'en avais probablement autant besoin que lui.

_ Ce qui est fait est fait, et on ne pourra pas revenir dessus. J'aurais voulu que ça se passe autrement mais le principal c'est que tu ailles mieux aujourd'hui. Que tu aies trouvé quelqu'un pour t'aider.

Clairement, j'estimais que ça aurait dû être moi, mais bon, c'est peut-être mon côté petit merdeux idéaliste qui ressortait. Je goûtais la bière après avoir trinqué par habitude et me plongeais à nouveau dans mes réflexions.
Je n'avais pas anticipé que ça me remuerait autant de le revoir.
Bordel, il avait tellement compté pour moi. Comment six années auraient pu balayer ça ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie [Pv Graham]   Lun 20 Juin - 12:41

Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie

le gamin & le vioc
All of the years I've spent in search of myself, And I'm still in the dark 'Cause I can't seem to find the light alone. Sometimes I feel like a man in the wilderness I'm a lonely soldier off to war Sent away to die - never quite knowing why... Sometimes it makes no sense at all
Les questions se multipliaient dans ta tête, ne faisant qu’amplifier ton inquiétude, surtout que le gamin ne répondait pas tout de suite. Et s’il t’en voulait vraiment ? Est-ce que c’était vraiment une bonne idée de vouloir le revoir ? Tu aurais très bien pu continuer ta vie de ton côté en vous évitant à tous les deux cet épisode gênant, parce que si ces retrouvailles se résultaient par un échec, tu aurais sans doute du mal à t’en remettre. Avais-tu réellement retrouvé une certaine force psychologique ou était-ce simplement de la poudre aux yeux, comme ce sourire que tu affichais en permanence ? Tant de doutes, tout ça te donnait le tournis et tu te rendis compte que ta jambe tressautait sous l’effet de l’angoisse. Tu la fis cesser tandis que Pete te répondait enfin. Il mentionna bien sûr le procès, la source de tous tes maux, de tous vos problèmes. Et sa réponse se termina sur un reproche, qui te fila un affreux pincement au cœur. Mais tu te dis que tu le méritais amplement. Tu as été très stupide sur ce coup là, mais c’était bien connu, c’était pas toi le génie de la fratrie Lester. Cela venait cependant s’additionner à la panique intérieure que tu subissais depuis que tu avais mis les pieds dans ce foutu parc. En parlant de frère Lester, tu aurais bien aimé que Wade soit là, juste pour te calmer un peu, parce que là, t’étais pas loin de péter une pile. Il faudrait sans doute que tu te transformes pour décompresser après tout ça. Tu ouvris la bouche pour répondre quelque chose sans doute d’idiot, et le serveur te sauva la vie en venant s’occuper de votre commande. « Et moi un whi… Non mettez moi une blonde, pression aussi. » Boire un whisky au milieu de la journée, c’était pas top, même si tu le faisais presque quotidiennement, depuis six ans. Mais tu ne voulais pas montrer ton alcoolisme destructeur à Peter, du moins pas tout de suite. Et puis tu tentais d’arrêter, de te sevrer, ce n’était pas facile, mais la volonté était là.

Peter reprit la parole et tu eus l’impression de t’entendre à la façon dont il prenait le blâme. Tu avais l’habitude de penser que tout était de ta faute, alors que souvent, ce n’était absolument pas le cas. Tu laissas échapper un rire, plus nerveux qu’autre chose. « Tu sais, c’est pas de ta faute, ça. J’ai jamais voulu parler à personne, même ma famille n’a jamais vraiment su ce qu’il se passait dans mon crâne. Quand la juge m’a assigné des séances chez le psy, j’ai mis un mois avant d’y aller. Je garde toujours tout à l’intérieur, mais c’est quelque chose que j’essaye de changer. » Tu avais compris que la communication était importante si tu voulais guérir. Enfin, ton ancien camarade déclara que l’important, c’était que tu aies pu trouver de l’aide quelque part. Un sourire franc s’afficha sur tes lèvres. Juste le fait de penser à lui te détendait. C’était ridicule, affreusement mielleux, et tu n’en avais plus du tout l’habitude. « C’est clair. Il a fait beaucoup plus que m’aider, je dirais qu’il m’a sauvé la vie. » Oh oui. Tu aurais pu te foutre en l’air, tu avais failli le faire, mais tu avais pensé à Jimmy, au fait que tu ne pouvais pas lui faire ça. Quand Ciel est arrivé dans ta vie, il t’a montré que tout n’était pas noir, qu’en faisant un pas à la fois, on pouvait remonter la pente, à son rythme, tranquillement. Ca t’avait fait beaucoup de bien de parler à quelqu’un qui ne connaissait rien de toi. Désormais, Ciel était sans doute celui qui te connaissait le mieux, et le seul qui sache exactement ce qu’il se passait là-haut.

Tu décidas de diriger la conversation vers quelque chose de plus léger. « Tu me crois si je te dis que je suis prof, maintenant ? J’ai été prof de combat, et maintenant j’enseigne à des gens comme moi à mieux se gérer. » Sans vraiment mentir, tu restais vague sur la question, il ne devait pas entendre parler de l’institut, c’était la moindre des choses pour assurer la protection de ceux qui y vivaient. Ce n’était pas que tu n’avais pas confiance en lui, c’était simplement le seul ordre que Xavier vous avait imposé, et tu le comprenais parfaitement. Tu avais conscience que tes paroles pouvaient être prises dans le sens du vétéran qui aidait d’autres militaires à vivre avec un traumatisme. En réalité, ça te plairait de le faire, mais tu voulais être complètement sain d’esprit avant de te lancer dans ce genre de chose. Péter un câble au milieu de tout ces gens, ça ferait sûrement désordre, et ce serait un très mauvais exemple. Pas top, comme publicité.


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreHUMANOUTSIDER
- Peter Ryder -
only human

Aucun, c'est un humain
Lieutenant de police
04/05/2016
Stephen Amell
UC
103

MessageSujet: Re: Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie [Pv Graham]   Mer 22 Juin - 16:02

Graham et PeterParfois, la vie vous rend ce qu'elle vous a pris. S'il faut toujours se méfier, il faut aussi savoir laisser entrer les bonnes choses, sinon on n'a que les mauvaises.
Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie

J'ai toujours été plus ou moins observateur. Bon, pendant longtemps c'était plus que moins mais avec l'armée puis la police, c'est une habitude que j'ai prise et dont je ne peux plus me passer. Je ne prétendrais pas qu'on ne peut rien me cacher, mais disons que ça sera plus compliqué qu'avec le commun des mortels.
Du coup, je ne manquais pas de remarquer le lapsus de Graham, qui se reprit aussitôt pour changer sa commande. Il était tôt, en effet, trop pour un alcool fort. Je n'en bois que rarement, mais ce n'est jamais ma première intention quand je commande.
Quoi qu'il veuille me faire croire, il n'allait pas encore aussi bien qu'il le dit ensuite, mais je ne voyais pas l'intérêt de creuser, pour l'instant. Après tout, chacun ses démons et la façon de les affronter. Si ça se trouve, sans Léna, je serais comme lui. Beaucoup trop de flics n'ont que ce pis-aller pour affronter le quotidien...
Après que je lui eus posé indirectement la question, Graham eut un petit rire, trahissant une nervosité plus que compréhensible. Si j'étais en apparence plus calme, ça n'était que relatif. Puis il me dédouana à sa façon, arguant que même pour aller voir son psy il avait mis un mois, précisant qu'il travaillait sur le fait de parler plus. J'eus un sourire, un peu gêné à mon tour.

_ Un psy, répétais-je, prouvant que j'en pensais plus que je voulais bien le dire. L'armée voulait que j'en consulte un aussi, mais j'ai dit que s'il n'était pas blonde, à lunettes, et avec de solides arguments je passerais mon tour. Le sergent n'a pas franchement ri.

Moi, je le fis, en me souvenant de sa tête. C'était une tactique que j'avais empruntée inconsciemment à celui qui se tenait en face de moi : se détourner par l'humour.
Avec le départ de sa mère, je redoutais plus que tout de devoir emmener Léna chez un pédo-psy à la noix qui m'expliquerait tout ce que j'avais mal fait et combien l'absence d'une mère perturbe un enfant. Je n'étais pas certain d'avoir la patience d'expliquer qu'il existe des génitrices plus toxiques que bénéfiques... Rangeant la colère dans un coin de mon esprit où elle avait plus sa place, je poursuivis après que Graham ait affirmé que son psy lui avait sauvé la vie.

_ Il va falloir que je le rencontre pour lui payer un verre alors, lançais-je le plus naturellement du monde avant de remarquer un léger tic de la part de mon acolyte.

Je compris que l'idée... Ne le mettait pas très à l'aise.

_ A moins qu'il ne soit du genre à analyser tout ce qu'on dit et fait... Dans ce cas, je te le laisse. Ma soeur se charge très bien de me dire tout ce qui cloche qui chez moi.

Après un instant de réflexion, je conclus en souriant.

_ Ou plutôt, ce qu'elle pense qui cloche chez moi...

J'avais ouvert la voie mais c'était bien un sujet que je ne voulais pas explorer. Du coup, je fus soulagé qu'il change de sujet et m'engouffrais volontiers dans la brèche. Je compris aussitôt ce qu'il voulait dire.

_ Etrangement, répondis-je en toute sincérité. Je t'imagine assez bien en prof. Après tout, tu m'as appris pas mal de choses quand on était dans l'armée. Je ne pense pas que je serais revenu sans tes conseils et tes coups de pieds au cul.

Vrai, j'étais un petit merdeux prétentieux, il m'avait rabattu le caquet, même si j'avais mis un moment à comprendre que c'était dans mon plus grand intérêt. Curieux, je continuais sur ma lancée.

_ Et tu fais ça où ? Comment tu entres en contact avec les autres... Comme toi ? Est-ce que c'est loin de New-York ?

J'aurais pu poursuivre mais je vis clairement son embarras. Ca semblait logique après tout, c'était déjà une belle preuve de confiance d'avoir abordé le sujet.

_ Tu ne peux pas vraiment en parler, n'est-ce pas ? repris-je, aussitôt. C'est pas grave, je comprends. Dans le contexte actuel, les choses doivent être compliquées pour vous.

Je n'étais ni idiot, ni aveugle. C'était donc un doux euphémisme.

_ En tous cas, c'est une bonne chose. Au moins, tu sais ce que ça fait de perde le contrôle et tu ne risques pas grand chose si ça dérape. C'est bien que tu fasses ça, ça te correspond.

Sur ce, je la fermais et commençais à boire ma bière qui s'impatientait. Ca prenait tout son sens à mesure que l'idée faisait son chemin. Eh oui, ça lui allait comme un gant. J'étais content qu'il ait trouvé sa voie même si je me doutais bien qu'il n'y avait pas que ça. Graham avait quelqu'un dans sa vie, c'était flagrant. S'il ne m'avait parlé que de son psy pour l'instant, et que ça l'avait gêné, nous allions y venir.
J'ai toujours été super curieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie [Pv Graham]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut avoir confiance dans les surprises de la vie [Pv Graham]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DOIT MÊME Y AVOIR DE L'ALCOOL DANS LE MINIBAR ~ (HANSRIM) PART II
» Eliot-Zooey Thea Peterson ◄ Il faut sourire dans la vie
» Des fois, mieux vaut rester dans son territoire ¬ Thomas L. Fletcher
» Il faut avoir un charme fou, pour que d'un simple regard, l'on se fasse désiré - Nathan Salguero
» [SSB] Retour de Mewtwo dans Super Smash Bros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: NEW YORK CITY :: manhattan :: Central Park-