.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 Peter Ryder - Un père nommé désir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreHUMANOUTSIDER
- Peter Ryder -
only human

Aucun, c'est un humain
Lieutenant de police
04/05/2016
Stephen Amell
UC
103

MessageSujet: Peter Ryder - Un père nommé désir   Mer 18 Mai - 17:10



Peter Ryder - Un père nommé désir
sous-titre wesh



  • enfance
    1985-2003

    6 juin 1985 : J'ai pointé le bout de mon nez dans une famille plutôt sympa. Je suis le second enfant, ma soeur Jess a pris les devants et a donné le mauvais exemple de la fille obéissante, intelligente, pas chiante et studieuse. Heureusement, j'ai remis de l'ordre dans tout ça en étant tout l'inverse. Enfin, pas totalement, je ne suis pas stupide non plus, mais l'école m'a rarement passionné..


    2003 : Ah la majorité ! Partielle du moins. J'ai atteint mes dix-huit étés (bah oui je ne suis pas né au printemps, faut suivre les gars !) sans vraiment savoir quoi faire de ma vie, alors je me suis engagé dans l'armée. Je voulais faire quelque chose d'utile, protéger mon pays et les miens. Et tous les autres. Ma famille n'a pas apprécié la blague.



    Âge adulte

    2003-2007

    Décembre 2003 : Une mission de routine. Sauf que j'étais en Afghanistan et qu'il n'y a jamais vraiment de routine dans un pays en guerre. Cela faisait deux mois que j'avais rejoins mon escadron. J'avais appris à les écouter et eux que j'étais loin de n'être qu'un blanc-bec, même si j'étais encore un gamin. Ce jour de décembre, tout a changé. Une balle dans l'épaule, quand tu es perdu au milieu du désert, ça te remet les idées en places. Je savais que théoriquement je pouvais mourir. Je l'ai vraiment compris ce jour-là. Dans la douleur...


    2004-2007 : Février 2004 a marqué la fin de mon insouciance. Un type normal aurait probablement compris la leçon après s'être pris une balle, mais non, moi j'avais repris ma mission comme si de rien n'était. Jusqu'au juor où la moitié de mon escadron a été tué. Pourquoi je suis encore là ? Je n'en sais rien. En tous les cas, j'ai récupéré Graham qui avait été fait prisonnier ; il était dans un sale état. Il a été rapatrié et j'ai changé d'affectation. J'ai rempilé pour deux tours. Entre les attentats de Madrid et de Londres, ce n'était pas la motivation qui manquait. L'armée a occupé quatre années de ma vie, puis est venu le temps de tourner la page. J'aurai pu devenir instructeur, parfois je me demande pourquoi je ne l'ai pas fait, mais sur le moment ça m'a semblé impossible. Il fallait que je commence à vivre ma vie pour moi et par moi-même. A 22 ans, ce n'était pas trop tôt...


2007-2016

2007-2010 : Retrouverl a vie civile a été très compliqué, d'autant plus que je n'avais jamais vécu en dehors du cocon familial. Je suis passé du lycée à la vraie vie d'adulte, avec l'interlude de l'armée qui ne m'aidait guère pour me débrouiller sur ce point. Mais j'avais appris suffisamment de choses pour savoir que je m'en sortirais, quoi qu'il arrive. Et des choses, il en est arrivé : le mariage de ma soeur, la naissance de ses jumeaux en 2008, mes différents postes dans la sécurité, y compris dans la boîte de ma frangine, puis l'entrée dans la police. Ca avait plus de sens que de regarder passer des gens toute la journée et faire le pied de grue devant des portiques. Je me sentais de nouveau utile, même si ça n'avait rien à voir avec l'armée. Souvent, je regrette le carcan militaire, là où les règles sont strictes et appliquées. On dira ce qu'on en dira, au moins, on sait comment ça fonctionne.


fin 2010 : Ah l'amour... Avec tout ça, il était un peu passé au second plan. J'avais aligné les copines au lycée, statut de sportif et belle gueule aidant, mais j'étais un vrai petit branleur, absolument pas mature et certainement pas le gendre idéal. Depuis que j'avais quitté l'armée, j'avais eu quelques aventures, mais rien de sérieux. J'avais beaucoup à apprendre sur les femmes. Et j'ai appris, avec Iris. C'était la femme la plus belle que j'ai jamais vu. Quand elle s'est intéressée à moi, j'étais certain que ça ne durerait pas. Mais elle a vu quelque chose chez moi qui l'intéressait et moi je retrouvais dans sa fragilité ma foutue habitude de prendre soin des autres. Elle était artiste, sans le sou, mais je m'en fichais. L'argent, j'en avais suffisamment pour nous deux. Ce n'était pas la grande vie, mais ça me suffisait. Et puis, elle savait comment me faire vibrer, comment me rendre dingue et on peut dire que j'ai rampé à ses pieds, littéralement. Ma famille ne l'aimait pas, j'aurais dû me méfier, mais j'étais trop con. L'année suivante, fin 2011, ma soeur a eu besoin de moi, elle qui se retrouvait dans un divorce compliqué. Iris a tenté de m'en empêché mais j'ai été là pour Jess. Nous avons emménagé en face de chez elle pour l'aider. J'avais bon espoir que les choses s'arrangent avec le temps. Les querelles de nana, je m'en étais toujours soigneusement éloigné. J'avais bien raison !


18 février 2013 : Le truc le plus dégueu qu'il m'ait été donné de voir. En plus, ça a duré des heures. Iris n'en pouvait plus et moi j'avais hâte que ça se termine, d'une manière ou d'une autre. La sage-femme a été plutôt cool avec moi, elle ne m'a pas jugé même si je n'étais clairement pas le père de l'année. En dépit de ce qu'elle pensait d'Iris, ma soeur est venue me soutenir à l'hôpital. Elle m'a permis de tenir bon et de ne pas prendre mes jambes à mon cou. C'est pas l'envie qui me manquait.
Ouais, des fois, je reste un petit branleur...
Le truc c'est que je n'étais vraiment pas emballé par la paternité, j'ai compris que c'était foutu d'avance. Je ne serais plus jamais libre.
Mais, si je suis un peu lâche, je ne suis pas un salaud. J'allais prendre mes responsabilités, bon gré mal gré... C'est dans cet état d'esprit que je l'ai entendue pousser son premier cri. Elle était laide à souhait, pleine de sang et de tout un tas d'autres trucs encore plus crades. Du coup, j'ai laissé l'infirmière la prendre sans m'interposer. De toute façon, ça valait mieux : elle savait s'y prendre, elle.
Un peu plus tard, l'infirmière a ramené Léna. Tous les tracas, les frustrations, les angoisses, tout s'est volatilisé quand j'ai tenu ma petite Léna pour la première fois dans mes bras. Elle a conquis ma vie et terrassé mes regrets.


2013-2016 : Iris n'était pas faite pour être mère. Déjà, elle a refusé d'allaiter notre enfant. Il paraît que c'est son droit, moi je l'ai pris comme un rejet. En six mois, les choses sont allées de mal en pis jusqu'au jour où elle a blessé Léna avec son pouvoir. Le jour où, accessoirement, j'ai appris qu'elle était une mutante... Elle est partie et j'ai monté un dossier pour obtenir la garde exclusive de ma fille. Depuis, je fais comme si Iris était morte, c'est plus simple. Je suis passé lieutenant et je me partage la garde des enfants avec ma soeur. C'est pas idéal, mais ça fonctionne. Tout ce qui compte c'est ma fille. Elle, au moins, elle ne me trahira jamais. Jess est la seule femme en qui j'ai pleinement confiance. Je crois que ce n'est pas près de changer. Mais bon, ça c'est ma vie personnelle, ça ne m'empêche pas de faire correctement mon travail et de compatir avec les victimes.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Peter Ryder - Un père nommé désir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Le père noël est une ordure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: APPRENDS A TE CONNAITRE :: Intègre ta famille :: Les fiches de suivis-