.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Sam 26 Mar - 18:34


ft. Taylor & Eliot

   
I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫


Tu prenais plaisir à tout ça et il ne fallait pas être un génie pour s’en rendre compte. Alors, tu ne t’empêchais de rien. Tu laissais glisser tes doigts sur sa peau, profitant autant des infimes caresses que ça t’offrait que des réactions de Taylor. Tu la sentais se tendre, apprécier et tu aimais tout cela. Tu adorais lui créer des frissons et tu en redemandais. Non, ce n’était peut-être pas gentil, c’était même limite un peu fourbe, mais… tu pouvais te le permettre hein, il n’y avait pas mort d’homme. Le pire, c’est que dans le cas présent, c’était vrai.

Alors, ensuite, le soutien-gorge pas très gentil. Il te bloquait l’espace, alors tu ne pouvais plus faire ce que tu voulais. Tu aurais peut-être dû avoir un projet moins ambitieux en fait, mais bon. Elle t’avait donné le droit de le détacher, mais elle t’avait provoqué et fallait bien l’avouer, tu étais du genre à répliquer dans ce genre de cas. Alors, tu lui avais grimpé dessus pour lui murmurer à l’oreille. Tu avais ensuite continué ton dessin comme tu l’avais si bien commencé. Tes caresses se faisaient toujours aussi douces, tu t’amusais parfois même à souffler sur le feutre doucement pour qu’il sèche avant de faire  un nouveau trait. Oui, tu profitais de la situation, mais elle aussi quand même. Encore plus quand elle te répondit. Genre, un tout petit oui, sans défense ni rien. Un truc mignon tout plein, juste que bon… elle te défiait et ça… fallait clairement gagner ce défi. Alors, tu avais… continué de dessiner. Non, sérieusement, fallait gagner, mais tu ne savais pas comment. Tu ne pouvais pas tout simplement lui retirer des vêtements comme ça non plus.

Alors, tu t’étais décidé à continuer ton dessin, tout simplement. Genre, tu trouverais bien un jour. Alors, dessiner, tu travaillais doucement, changeant de feutre encore et encore pour créer un dégradé, tu adorais les couleurs. C’est alors que la solution s’offrit à toi d’elle-même. Tu avais avancé ton dessin, mais il manquait quelque chose, alors aussi bien en profiter. Tu te déplaças tranquillement vers le bas pour te donner plus d’espace pour ce que tu comptais faire et sans demandé son avis à la demoiselle, tu avais doucement tiré sur la fermeture éclair de sa jupe. Elle était très accessible, c’était même facile. Tu avais ensuite fait descendre le tissu de la jupe un peu plus pour dévoiler ses sous-vêtements et… c’est ce dernier que tu rabaissas légèrement. Tu voulais avoir plus d’accessibilité à ses reins et même légèrement plus bas. Tu voulais continuer ton dessin et pour ça, il te fallait de la peau. En plus, elle t’avait défié alors bon!

-Je dois l’enlever pour relever le défi ou ça va comme ça?

Avec un ton légèrement rieur. Tu ne voulais que gagner après tout. La pointe de ton feutre attaqua sagement sa peau, tu terminerais sagement ton dessin. Te connaissant, tu allais rajouter encore des détails ici et là, mais en sommes, ton travail avançait remarquablement bien. Heureusement pour toi. Elle n’était pas du genre à gigoter la Taylor.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Sam 26 Mar - 19:26





“Ne t’attarde pas sur les détails au risque de rater ce qui est devant toi.”

♪I’d pray but I don’t know
how to keep you from leaving
♫ 

Eliot & Taylor





Oui tu l'avais mis au défis mais tu pensais que c'était le genre de défis lancé un peu au hasard et bien trop complexe pour être relevé. En fait tu n'imaginais pas une seconde qu'il puisse en venir à t'enlever le reste de tes vêtements comme ça...déjà parce que votre non relation était au point de flou artistique mais aussi et surtout parce que tu n'avais presque plus rien sur le dos. Vraiment plus grand chose, tu l'avais laissé dégrafé ton soutien-gorge avant d'enlever les bretelles non sans le garder sous toi. Histoire de te garder couverte au cas ou tu devais te lever rapidement. Bref tu n'avais plus de haut et pour le bas tu ne possédais plus que ta jupe ton shorty en dentelle noire et tes longues chaussettes. C'était pas assez consistant pour jouer à une partie de peinture déshabillé...Enfin c'est ce que tu te disais.

Un instant tu t'étais dis que lui aussi le pensait car il s'était remit à dessiner sagement sans porter un grand intérêt à tes dires. D'une certaine manière ça t'allait pleinement, tu pouvais te concentrer sur ce qu'il te faisait tout en imaginant un dessin derrière ses caresses.Tu l'imaginais très coloré, pas juste parce que tu avais remarqué le fait qu'il changeait constamment de feutre non car de ce que tu avais vu de lui tu imaginais bien son univers artistique des plus coloré. Tout était agréable et tu aimais vraiment ce moment à sa juste valeur. C'était le genre de souvenir que tu voulais garder en mémoire toute ta vie, le genre que tu ne laisserais jamais filer et que tu garderais précieusement.

Tu allais presque te résoudre à succomber dans les bras de Morphée quand tu sentis son corps glisser le long du tiens et le bruit caractéristique d'une fermeture éclaire que l'on ouvre. Tu ne mis pas longtemps avant de comprendre que cette fermeture était celle de ta jupe. Alors que tu étais plus du genre à sauter d'un bond pour l’empêcher d'aller plus bas tu n'avais émis aucune objection te contentant de serrer entre tes doigts la couverture. C'était la méthode que tu avais trouvé pour te contenir, tu lui avais lancé un défis et il était en train de le relever si tu l'avais empêché ça aurait fait de toi une perdante. Et puis il fallait avouer que tout ton corps venait de perdre toute notion de ce qu'il était censé faire. C'était déjà bien si tu arrivais à te souvenir de ton nom. Pour ajouter un peu plus de tension en toi Eliot ne s’arrêta pas là allant jusqu'à faire descendre légèrement ta jupe. Ton souffle se coupa net en sentant ses doigts caresser ta peau pour aider ton linge dans son mouvement. Puis tu essaya de reprendre ton souffle en vain quand Eliot enchaîna en donnant ce même mouvement à ta lingerie. Ta tentative ne réussit qu'à te faire perdre un léger cris de surprise que tu tentas de ravaler pour ne pas trop lui montrer ton trouble. Il t'avais ensuite demandé si il c'était bon pour le défis et tu avais dit que c'était bon...complètement bon qu'il ne devait surtout pas aller plus bas. Sauf que ces paroles restèrent dans le fin fond de ta pensée tandis que tout en te mordant la lèvres inférieur tu t'étais entendue dire d'autres mots...avec un tout autre sens.

-Il me semble que le défis parlait d'enlever un vêtement...entièrement


Aussitôt dit tu avais eut envie de rattraper tes propres mots ton cœur et ton corps te suppliant d'arrêter ce petit jeu si tu voulais sortir vivante de cette chambre. Mais tu étais trop joueuse pour les écouter, trop joueuse et aussi trop curieuse de trouver les limites de Eliot. Car il était aussi question de ça, tester les limites de l'autre... Alors toi tu te contenais restant sagement allongé tendis qu'il avait reprit le cours de son dessin un peu plus bas le long de ton corps...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Dim 27 Mar - 5:37


ft. Taylor & Eliot

   
I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫


Les défis c’étaient bien. Encore plus quand tu arrivais à les relever un minimum. Tu avais tendance à être sage, mais elle te poussait toujours un peu plus au vice. Tu le savais et pourtant, tu plongeais tête baissé. Tu l’avais senti se tendre lorsque tu t’étais attaqué à sa jupe, elle n’était pas certaine de l’idée. Elle doutait de te laisser faire, mais pourtant… tu le faisais. Tu t’étais quand même remit à dessiner sagement. Bon, vu l’endroit, c’était presque sagement, pas tout à fait. Alors, tu cherchais à ce qu’elle ce détende de nouveau. Laisser couler un peu le stress du moment. Tu n’allais quand même pas lui faire peur dans tout ça. Ce serait un peu la merde quand même. Donc, tu allais lui laisser le droit de se défiler, disant que ça devait clairement te faire gagner. Sauf que la miss… elle n’était pas d’accord avec toi. Les règles étaient simple, fallait retirer un morceau entièrement. Genre, elle ne t’aidait absolument pas là. Alors…

-Alors si c’est ce qu’il faut pour gagner…

Tu t’étais enlevé de sur elle, glissant tes doigts gantés le long de son dos en une simple caresse. Ouais, c’était totalement gratuit. Tu te le permettais, mais maintenant… tu allais faire quoi? Aucune idée. Ce n’était pas simple de gagner en suivant des règles qu’on comptait bien respecter. Alors, dessiner, continuer le dessin, tout ça. Sauf que tu voulais gagner alors… tu descendis doucement tes doigts le long de la cuisse de Taylor pour… descendre et lui retirer l’une de ses chaussettes. Tu avais ensuite écrit au feutre noir à l’arrière de sa cuisse sagement « Eliot est passé ici » tout souriant.

-Voilà, un morceau complet de retiré. J’ai gagné. Maintenant, soit sage, j’ai presque fini.

Genre Taylor était clairement dans l’incapacité d’être sage. Alors toi, tu allais tenter de l’être un peu. Juste un peu, sauf que ce n’était pas ce qui était de plus simple. Alors…

-Mais… j’aime bien la symétrie alors…

Vrai. Du coup, tu lui avais retiré la seconde chaussette tout en inscrivant « Oh et, ici aussi » parce que c’était clairement marrant. Alors ouais, le dessin. Tu t’y remettais pour vrai, descendant encore un peu l’indécence pour compléter un peu ton dessin. Genre, il fallait que tu te l’avoues, tu ne le finirais jamais comme tu le voulais, parce que sérieusement… faudrait lui enlevé sa culotte et ça, tu n’en avais pas envie. Non, c’était totalement faux. Tu en avais envie, mais pas maintenant. Tu étais encore de la vieille école, tu aimais croire qu’il y avait un moment pour chaque chose et en ce moment, tu préférais de loin lui dessiner dessus et apprendre à la connaitre. Tu avais envie d’apprendre à la connaitre. C’était une envie très… sage non? T’espérais. Faudrait quand même que tu parles de la situation à ta sœur un jour, mais… pour le moment… tu comptais bien terminer ton dessin, rajouter quelques détails ici et là, et là, oh et là et finalement…

-Hm, je crois que j’ai fini.

Genre, t’étais le mec jamais certain d’avoir fini, mais… pour la peine c’était assez bien ton truc. T’étais heureux.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Lun 28 Mar - 23:37





“Ne t’attarde pas sur les détails au risque de rater ce qui est devant toi.”

♪I’d pray but I don’t know
how to keep you from leaving
♫ 

Eliot & Taylor




Non les défis, c'était le mal. Parce que ça ne s’arrêtait jamais vraiment et que souvent ça finissait par toi dans la merde ou changé en tortue. Pourtant tu ne pouvais pas t'empêcher de jouer avec Eliot. De le taquiner et de pousser ses limites. Parce que ça t'amusait mais aussi parce que inconsciemment tu voulais qu'il cède. Oui tu étais peut être un peu en train de lui faire des avances...genre très cachés mais des avances quand même. Alors tu avais précisé qu'il ne gagnerait pas temps qu'il ne t'aurais pas enlevé un vêtement, et ce entièrement. Le pire dans cette précision c'est qu'elle t'avais un peu fait mourir quand même. Genre t'assumais pas vraiment tes mots, t'allais mourir...et tu programmais ta mort comme ça sans donner l'impression d'être sous pression.

Inconsciemment ta raison comptait beaucoup sur Eliot mais bien vite elle comprit que c'était peine perdue. En effet le jeune homme venait d'annoncer le couleur dans ses mots mais aussi et surtout par ses gestes et notamment par cette caresse le long de ton dos. Tu avais frissonné, bien évidemment que tu avais frissonné mais tu avais aussi sentit cet étrange éclair traverser ton corps de part en part. Tu allais mourir, vraiment. Ce ne fut pas réellement mieux quand tu sentis ses mains glisser le long de tes cuisses pour venir s'attarder sur tes chaussettes. D'un mouvement plutôt fluide il libéra ta jambe de son vêtement tendis que toi tu tachais de rester sage et de ne pas faire de mouvements. Genre éviter de lever une jambe ou autre. Puis tu avais sentit le feutre marquer l'arrière de ta jambe. Une fois fini tu avais levé la tête pour voir ce qu'il t'avait fait sans vraiment y arriver.

-Je suis sage...

Tout ça dit avec le sourire le plus sage du monde avant de reposer ta tête sur l'oreiller. Toi t'étais sage, clairement plus que lui. C'est vrai quoi qui était en train de déshabiller l'autre ? Donc oui dans ton esprit même si c'était toi qui avait lancé le défis tu n'en étais pas moins la plus sage. Voilà c'était comme ça. Tu allais sagement te remettre dans tes pensées quand Eliot enchaîna avec l'autre jambe te laissant sourire et rire légèrement.

-Oui la symétrie...


Tu avais fait non de la tête toujours en souriant avant de te caler encore une fois dans les oreillers. Mine de rien t'avais beau être presque nue tu avais sacrément chaud. Alors tu laissais descendre la pression même si tu avais du mal en sentant son feutre parcourir certaine partie de ton corps qui tendaient vers l'intime.

Quelques minutes passèrent avant que Eliot n'annonce qu'il avait fini. Tu avais à peine attendu qu'il finisse pour te hâter vers le miroir. Une affaire pas si évidente que ça compte tenue du fait que tu avais plaqué tes bras sur tes seins pour faire tenir ton soutien-gorge oubliant le fait que ta jupe quand à elle était à moitié défaite.  Ce n'est qu'après quelques pas qu'en la sentant glisser le long de tes jambes que t'avais poussé un léger cris de surprise en t'entend de la retenir d'une main. Tu jonglais un peu avec tes vêtement quand t'étais enfin arrivé devant le miroir. La course vu éprouvante mais tu t'en étais sortie sans n'avoir rien perdu en route et ça c'était bien car tu savais que de là où il était Eliot aurait clairement tout vu.

Tu avais finalement réussit à te placer dos au miroir tout en observant le dessin qu'il t'avais fait et le moins que tu pouvais dire c'est que tu adorais ça. C'était super beau, tellement que tu regrettais un peu le fait qu'il disparaîtrait avec le temps. Non mais vraiment, les couleurs les formes tout était parfait, tu aimais vraiment.

-C'est super beau...

Puis ton regard avait glissé sur tes jambes et tout en déchiffrant ses mots tu avais sourit de plus belle.

-Eliot je vais te tuer, je vais me balader avec ton nom sur les jambes pendant au moins une semaine...

Tout en disant ça tu avais demi tour pour le rejoindre au bord du lit tout en lui lançant un faux regard mécontent. Pour dire vrai t'aimais bien l'idée qu'il soit passé par là...Enfin...dis comme ça c'était étrange mais bref tu lui faisais face toujours en train de te battre avec tes vêtements. En fait maintenant tu étais clairement plus haute que lui et ça te plaisait bien de le voir comme ça. Un flot d'image clairement sans pureté vinrent t'envahir à ce moment précis et ce n'est qu'au pris d'une volonté de fer que tu n'avais pas cédé à l'envie de lui sauter dessus. Non fallait que tu cesse surtout que là t'avais plus assez de vêtements sur le dos pour t'évader si la situation dégénérait. Alors sagement tu t'étais tournée tout en t'adressant à lui.

-Tu peux m'aider avec ça.

Par la tu voulais clairement parler de t'aider à te rhabiller et ça commençait par faire tenir ta jupe en fermant le zip...C'était assez ironique de lui demander de t'habiller alors que t'avais quand même bien envie du contraire. Mais tu étais toi, tu étais sage, trop pour laisser tes hormones et tes envies prendre le dessus aussi rapidement...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Ven 1 Avr - 4:41


ft. Taylor & Eliot

   
I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫


Tu lui faisais des avances, ça c’était clair. Alors lorsqu’elle t’avait poussé au vice, tu n’avais pu que répondre présent. Ce n’était pas mal en soit, c’était même très agréable tout ça. Alors, tu lui avais libérer les jambes, lui retirant ses chaussettes longues. Tu avais même prit ton feutre noir pour écrire sur ses cuisses que tu étais passé par là. C’était très important de le souligner ça, parce que bon, tu n’étais pas du genre territorial, mais peut-être un tout petit peu au fond. Genre, tu n’étais pas du genre à partager, encore moins quand c’était quelque chose que tu voulais, mais que tu n’avais pas encore! C’était surement ça le pire en fait. Elle avait tenté de voir ce que tu écrivais et tu lui avais souri en toute réponse. Elle t’avait répondu qu’elle était sage et là… tu avais éclaté de rire, sincèrement. La symétrie, c’était très important, alors bon, sourire ici. Tu ne t’arrêtais pas en si bon chemin et ton dessin était presque terminé. En fait non, il l’était. Tu lui mentionnas donc que c’était terminé avant de te laisser tomber dans ton lit, s’assoir c’était si bien! En plus, tu pouvais l’observer tenter de perdre ses vêtements avec subtilité! Ah non, le but c’était peut-être de les garder et du coup… elle y arrivait plutôt bien. Ensuite, tu l’as regardais se regarder. T’étais un peu nerveux, rien que tu ne pouvais pas chasser en te passant une main dans les cheveux. Tu t’étais retrouvé à ronger l’ongle de ton pouce sans vraiment t’en rendre compte au final. Finalement, le verdique. Elle trouvait cela beau. Toi, ça t’avait redonné le sourire. Jusqu’à ce qu’elle voit ses jambes. Là, toi, t’avais éclaté de rire hein. Rien à faire.

-C’était le but!

Parce que c’était vraiment le but! Alors pourquoi mentir ? Elle c’était rapprochée de toi et tu continuais de lui sourire. C’était une excellente journée quand même. Tu fus quand même surprit par sa demande. Elle voulait que tu lui rattaches le tout. Donc, tu allais être gentil, surtout que tu avais encore tes gants. Donc, la fermeture éclair de la jupe pour ensuite faire un deux pour un et lui rattaché sagement son soutien-gorge. Tu étais adorable comme ami, vraiment!

-Ça va comme ça? J’ai été assez sage?

Parce que c’était elle qui disait être sage, mais sérieusement, c’était clairement toi! Tu aurais tellement pu juste te ficher des conséquences et profiter, mais non. À la place, tu avais glissé une dernière fois ton doigt le long de sa colonne pour caresser sa peau. Tu avais ensuite retiré les gants avec un peu de tristesse. Parce que ça signifiait de ne plus la toucher.

-Tu as envie de quoi maintenant?

Et ça, c’était une question moins sage pour toi, mais elle était camouflée. Alors ça irait! Personne ne remarquerait rien.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Mar 12 Avr - 18:04





“Ne t’attarde pas sur les détails au risque de rater ce qui est devant toi.”

♪I’d pray but I don’t know
how to keep you from leaving
♫ 

Eliot & Taylor




Tu étais sagement tournée fixant ce qu'il y avait devant tes yeux tendis que tu sentais les mains de Eliot s'attarder sur la fermeture de ta jupe. Tu essayais de contenir ton esprit et tes humeurs sans réussir totalement. En effet tu n'avais pas pu t’empêcher de frissonner  au contacte de ses mains sur ta peau et cela même avec les gants. Bien évidemment tu aurais préféré qu'il n'en ai pas besoin mais tu te résignais, tu n'avais pas choix, vous ne l'aviez pas. Un nouveau frisson te foudroya quand il fit glisser sa main le long de ton dos. Non il n'était pas adorable ni sage, c'était limite de la torture de résister à ça, genre sentir les mains de l'homme que tu désirs te voler des caresses sans que tu ne puisse aller plus loin c'était loin d'être sage de sa part. Toutefois tu avais fermé les yeux comme pour savourer chaque parcelle de ce moment.

-Ça va merci...
Puis tu t'étais retournée avec un petit sourire amusé..mais tu n'es clairement pas sage toi...

Parce que tu le pensais tu en avais même la preuve sur tes cuisses alors tu avais bien le droit de lui dire. Maintenant face à lui tu ne pouvais pas t’empêcher de sentir ton esprit se disperser encore totalement sous les émois du frisson que tu avais eu quelques secondes plus tôt. C'est sans doute pour cette raison et les 40 milles autres trop connues que tu n'avais pas réfléchis avant d'ouvrir la bouche.

-De toi...

Si tu n'avais pas réfléchis tu t'étais clairement entendu la dire cette simple phrase de deux mots. La sanction fut immédiate et ton corps te trahit en te donnant le rouge aux joues tendit que tu te mordais les lèvres avec insistance. T'avais clairement dérapé là mais le pire c'est que tu ne voulais pas t'arrêter là. Maintenant que c'était dit autant en profiter un peu non ?

Alors tu t'étais baissée pour approcher ton visage du sien tendis que ta main droite venait glisser le long de sa nuque pour finir sa course dans ses cheveux. Tu avais abandonné ta volonté et les conséquences. En fait tu t'en foutais complètement, tu avais envie et pour une fois tu ne cherchais pas à te l'interdire. Genre tu n'étais pas sage mais en plus  tu étais consciente de ton inconscience.

-Du moins juste un petit peu...

Tes mots avaient glissés avant qu'ils ne viennent être interrompu par le contact de tes lèvres sur les siennes. C'était interdit mais l'interdit avait l'effet inverse à ce moment précis. Tu savais que tu perdrais sûrement un souvenir et franchement tu t'en foutais royalement. Tu voulais le goûter et cette envie était assez forte pour te pousser à trahir ta volonté. Et puis tu trouvais le moment parfait pour le conclure en beauté. Genre une douce conclusion et puis c'était une façon de payer l'artiste et de te payer aussi par la même occasion non ? Surtout que là franchement c'était limite de sa faute avec sa question...Non ? Bon peut être pas mais pour toi c'était le cas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Lun 18 Avr - 4:51


ft. Taylor & Eliot

   
I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫


Tu n’y pouvais rien, tu désirais cette fille de chaque fibre de ton corps. On s’entends, c’était difficile à cacher. Alors, tu avais profité de ce petit moment, toujours avec des gants pour arriver à la caresser un peu. C’était une véritable torture, tu n’y pouvais rien. Tu voudrais surement toujours plus et vos pouvoirs ne voudraient surement rien savoir. Jamais.

-Un ange, un vrai.

Tu aurais pu rajouter un « Je te jure » et tu aurais été sincère. En ce moment, tu étais sage, plus que tu n’aurais jamais pu l’être avec elle. Parce que tu n’avais envie que d’une chose et c’était loin d’être sage. Sauf qu’à la place de l’étendre dans lit et de l’embrasser jusqu’à ce que tu connaisses chaque parcelles de son anatomie, tu avais glissé ton doigt contre sa colonne. Ouais, tu étais sage. Pour ce qui était des cuisses, encore là, tu étais très sage. Ce n’était pas parce que tu ne pouvais pas la toucher et que personne n’osait parler de relation dans votre cas que tu n’allais pas un peu inscrire qu’elle était à toi. Parce que c’était ce que tu voulais, qu’elle soit à toi, au moins un petit peu dans cette histoire. Là, c’était parfait, si quelqu’un lui regardait les jambes, il savait qu’elle était un peu à toi et ça t’allait. Tu lui avais finalement demandé ce qu’elle voulait faire maintenant. Tout était possible : Sortir, dessiner, manger, jouer, faire de la musique. Qu’importe, tu étais partant. Sauf qu’elle, elle c’était approchée de toi, mais… tu avais retiré les gants là et pourtant… elle continuait de s’approcher. Tu avais entendu le « de toi » avant la voir rougir, elle était gênée, elle était adorablement parfaite et tu ne pouvais que sourire à sa remarque. Tu aurais voulu qu’elle cesse de mordre cette lèvre, tu aurais voulu l’embrasser, mais tu ne pouvais pas. Si? Non. Sauf que déjà, elle glissait sa main contre ton cou, ta nuque, se perdant dans tes cheveux. Un contact, c’était déjà de trop non? Ton cœur manqua un battement lorsqu’elle mentionna qu’elle avait envie de toi, juste un peu. Juste un peu allait finir par ne pas être assez pour toi, vraiment.

Tu n’avais pas eu le temps de te demander si c’était une bonne ou une mauvaise idée que ses lèvres étaient venues joindre les tiennes. Sans même lui demander, ton corps avait réagi, tes mains c’étaient glissées contre elle, la rapprochant de toi, cherchant un peu plus sa présence. Du moins, jusqu’à ce que les images t’envahissent, c’était le plus compliqué à gérer. C’était comme la télé, mais en plus envahissant, en moins clair. Taylor, ravie de son premier tatouage, il arrivait à voir le luisant de la crème qu’on y met, la rougeur de sa peau, mais sa joie, du moins… jusqu’à ce que son père voit le tatouage. C’était ta première rencontre avec le Colonel et il était loin d’être sympa là, maintenant, dans ta tête. Tu avais prolongé le baisé le plus possible, jusqu’à ce que tu ais l’impression de pouvoir lui en voler un second. Tes mains c’étaient déposées sur ses hanches, sur du tissu. Tu ne pouvais pas te permettre de lui prendre un autre souvenir.

-Rappelle-moi de ne pas croiser ton père d’accord?

C’était dit dans un murmure, avec un sourire dans la voix. Oui, tu plaisantais, mais il y avait une pointe de vérité dans ta voix, fallait bien l’avouer.
   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Mar 19 Avr - 7:28





“Ne t’attarde pas sur les détails au risque de rater ce qui est devant toi.”

♪I’d pray but I don’t know
how to keep you from leaving
♫ 

Eliot & Taylor




Tu l'avais embrassé, aussi facilement que tu aurais pu le faire si vos pouvoirs avaient été cool. Tu n'avais même pas essayé de le cacher ni fait mine de t'en vouloir. Après tout tu n'avais rien fait de mal. Bien-sur tu aurais pu répondre à sa question par quelque chose de plus sage. Genre lui proposer de faire autre, quelque chose qui n'impliquait pas d'être conte lui mais à quoi bon ? Il t'avait demandé ce que tu voulais et clairement ce que tu voulais c'était le sentir à toi encore quelques secondes.

Alors tu avais profité de chaque seconde, parce que tu t'en donnais le droit et parce qu'alors que tes lèvres touchaient les siennes Eliot t'avait amener doucement tout contre lui. Tu sentais ses mains rugueuse d'artiste et de musicien caresser ta peau nue. Tu adorais cette sensation, celle d'être aussi fragile sous ses doigts, envieuse de tout ce qu'il pouvait te donner, de tout ce que tu pouvais lui prendre. Ton cœur battait à tout rompre dans ta poitrine alors que tu cherchais tant bien que mal à l'apprivoiser. Mais c'était peine perdue, le jeune homme réveillait en toi ce petit quelque chose que jamais auparavant tu n'avais ressentit. C'était enivrant et peut être un peu terrifiant en même temps, comme si tu pouvais sans grand mal t'abandonner à lui sans même te battre. C'était peut être cette peur logé au plus profond de toi qui faisait réagir ton pouvoir comme si il tentait en vain de te protéger de ce sentiment naissant, étranger, qui ne cessait de croître à son contact.

Tu aurais voulu pouvoir grappiller encore quelques millièmes de secondes avant que ton pouvoir ne se mette en tête de s'activer. Du temps en plus, ce n'était pas si cher payé quand on savait le prix qu'il t'en coûtait. Cependant tu en voulais toujours plus et trop rapidement à ton goût ton pouvoir s’immisça entre vous alors que tu te sentais pleinement heureuse.

Cette fois ci contrairement aux autres fois tu visualisas ton souvenir au moment même où tu l'avais senti t'échapper. Tu revoyais la scène à laquelle il assistait sans même pouvoir arrêter ce flux constant de souvenir que tu partageais avec lui. Tu assistais donc une nouvelle fois à une scène que tu aurais pour le coup bien voulu oublier. Tu revoyais ton père et la tête qu'il avait fait en voyant le tout premier tatouage que tu avais décidé de t'offrir pour tes 16 ans, bien entendu sans son accord. Le pauvre semblait proche de l'arrêt cardiaque, qui plus est, tu avais vraiment fait fort avec ce dream catcher qui occupait une grande partie de ta jambe. Même si tu adorais ce tatouage, face à la colère de ton père tu en étais venu à te demander si un peu moins de spontanéité n'aurait pas été si mal au final. En effet ton père était entré dans une colère noir te privant de tout tes droits d'être humain les trois moi qui suivirent. Non ton père non plus n'était pas dans la demi mesure à ton plus grand regret.

Ce souvenir allait laisser place à un autre quand Eliot mit fin à votre baiser. Immédiatement tu avais senti le manque de son corps quand il n'avait plus était en contact avec le sien. Tes lèvres avaient tenté de retenir les siennes jusqu'à la dernière seconde avant que toi aussi tu ne le laisse partir. Sagement, tes mains avaient repris leur position loin de sa peau et alors que tu sentais les siennes sur tes hanches protégé par le tissu de ta jupe Eliot fit une remarque qui se soldat par un léger rire de ta part. Il ne voulait pas croiser ton père, dieu que t'aurais bien aimé pouvoir l'éviter aussi.

-Ça marche...quoi qu'il m'a déjà fait part de son envie de rencontrer mon secrétaire...

Tu avais sourit malicieusement car en réalité ce n'était même pas un mensonge. Il te l'avait demandé après votre cours de dessin, quand Eliot avait décroché à ta place et quand lorsque de ton rendez-vous avec ton père tu t'étais mise à sourire bêtement à ses SMS. Non tu n'étais pas une bonne menteuse et ça sans même avoir besoin d'ouvrir la bouche.

Toujours avec le même sourire aux lèvres tu t'étais assise à côté de lui, sur le bord du lit tout en allongeant à moitié. A force de laisser ton cœur faire des tours de montagne russe sans barrière de secours tu commençais doucement à sentir le besoin de te poser sans rien faire. Genre mine de rien les émotions ça fatiguaient ton petit corps que tu ne tentais même plus de rhabiller.

-Ça te tente un film ? Genre posé dans le lit ?

Tu avais dit ça tout en te posant sur les coudes le plus à l'aise du monde. Genre tu arrivais même à t'étonner toi même d'être si...demandeuse de tout. Mais tu n'y pouvais pas grand chose t'avais juste envie d'être avec lui et puis vu a facilité avec laquelle il s'était endormis tantôt tu te doutais qu'il aimerait une activité qui lui permettrait de dormir sans en avoir l'air. Oui tu étais adorable ça il ne pouvait plus en douter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Mar 31 Mai - 5:49


ft. Taylor & Eliot

   
I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫


Tu ne pouvais pas dire que tu n’aimais pas, ah ça non. Tu adorais quand elle se rapprochait, quand elle se lovait près de toi et que vous vous embrassiez. C’était même une nécessité dans ta tête et quand ça arrivait, tu en profitais pleinement. Tu savais pourtant qu’il y aurait des conséquences à cela, mais tu t’en fichais sur le moment. Tu comptais partager chacun de ses souvenirs avec elle s’il le fallait, mais tu en voulais encore et toujours plus.

Tu l’avais donc amené à toi, savourant la chaleur de ses lèvres, tu ne pouvais pas polluer ce moment avec des remords, ni rien. Tes mains la caressaient tendrement, tu profitais de chaque secondes jusqu’à ce que son pouvoir ce rappelle à toi, comme à chaque fois. Tu ne t’en fichais pas, tu avais toujours peur qu’elle sacrifie un souvenir marquant de sa vie pour vos échanges, mais ils se faisaient de plus en plus nécessaire, surtout pour toi. Pourtant, vos pouvoirs s’unirent aussi pour t’offrir une vision qui était loin de te plaire. Celle de son père, en colère, vraiment. S’il te connaissait, ce serait surement pire du coup. Parce que tu étais loin du mec parfait pour une fille à papa, encore moins s’il est conventionnel. Oh Dieu, t’étais dans la merde. Tu aurais pu t’éviter ce souvenir, vraiment. Au moins, si un jour il se mettait en colère contre toi, tu ne serais pas trop impressionné, ce qui était bien, fallait l’avouer.

-Hm, ça va, j’enverrai John… il est vachement plus présentable que moi.

Dit avec un demi-sourire tout mignon pour qu’elle accepte. C’était quand même très vrai, ton grand frère avait une gueule d’ange et un bon job, c’était le représentant parfait pour un militaire bourru! Pour te changer un peu les idées et faire redescendre la pression, tu lui demandas ce qu’elle avait envie de faire. Parce que la pousser dans le lit pour lui faire des bébés n’étaient pas la solution à tout ça. Oh, tu en mourrais d’envie (sans les bébés, on s’entend) mais quand même! Elle te proposait un film. C’était bien les films. Avec de la chance, tu pourrais même dormir!

-Ça me va.

Parce que sérieusement, qui pouvait dire non à un film? Pas toi. Alors, tu t’étais levé pour aller vers ton ordi que tu amenas dans ton lit. Tu avais pris le drap complètement défait de ton lit pour attaquer Taylor en riant de plus belle. Elle serait un magnifique paquet cadeau, tu n’en doutais même pas. Tu lui avais déposé un baiser au travers du drap avant de la caller près de toi pour imposer une position que tu appréciais tout particulièrement. Si elle voulait de la distance, elle serait triste, parce que tu la voulais très près de toi. En fait, tu voulais limite être dedans elle, mais ça, c’était une autre histoire. Tes envies c’étaient quand même calmé avec le drap qui l’entourait maintenant. Sérieusement, sa nudité et toi, ça faisait deux.

-Tu veux regarder quoi?

Parce que genre, l’internet c’était vaste et grand. Tu ne pouvais pas deviner tout ce qu’elle avait déjà vu dans la vie non plus. Donc bon, aussi bien lui demander!
   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   Sam 9 Juil - 13:11





“Ne t’attarde pas sur les détails au risque de rater ce qui est devant toi.”

♪I’d pray but I don’t know
how to keep you from leaving
♫ 

Eliot & Taylor




Il était parfait, pour toi, il l'était incontestablement,. Tout chez lui l'était, de son petit sourire taquin à cette façon qu'il avait de te regarder comme si tu étais spéciale. Que ton père soit du même avis que toi en vérité tu t'en foutais pleinement. Néanmoins tu te doutais fortement que le colonel allait tilter, peut être pas au début, pas si Eliot venait les jambes et les bras couverts pour cacher ses tatouages mais plus tard  quand il lui dirait qu'il était un artiste. Tu t'imaginais déjà sa tête et le regard qu'il te lancerait quand Eliot ne regarderait pas. Mais ce n'était pas important, clairement, il pouvait avoir tous les regards du monde tu n'aurais échanger Eliot pour rien au monde.

-N'essaye pas de me corrompre avec ton petit sourire en coin ça ne marchera pas...

Tu lui avais répondu avec ce même sourire. Tu voulais lui faire comprendre implicitement ou non qu'il était hors de question que tu présente son frère à sa place. Genre c'était clairement un mauvais plan, très mauvais. Serte John serait peut être plus au goût de ton père mais tu te voyais mal gérer une situation aussi...étrange. Et puis avec les pansements le mieux, c'était de les enlever d'un coup sec pour vite en finir.

Pour finir Eliot te proposa de faire quelque chose d'autre.Qu'on se le dise, tu aurais toi aussi bien aimé lui proposer de te faire des bébés ou du moins de t'apprendre à en faire mais ce n'était clairement pas la bonne chose à faire. Tu aurais sans doute fini amnésique et tu avais quand même bien envie de garder un peu de mémoire pour les prochains rendez-vous. Alors tu lui proposa de regarder un film lové contre lui. C'était une proposition plus sage et qui laisserait moins de dégâts même si tu te doutais que quelques part pendant le film tu lui volerais sans doute un baiser.

Le jeune mutant accepta ta proposition avant d'aller chercher son ordinateur. Pendant ce temps tu en avais profité pour te trouver une position agréable sans même penser à recouvrir les parties de toi qui étaient encore à l'aire libre. En fait tu te doutais que de toute manière d'une manière ou d'une autre Eliot allait t’emmitoufler dans les draps pour permettre à vos corps de se toucher sans réel contact.
Aussitôt pensé aussi tôt fait, une fois Eliot de retour dans le lit ce dernier ne se fit pas prier pour t'entourer dans les draps. Tu ne pus t’empêcher de l'imiter quand il se mit à rire te débattant plus pour la forme que pour toute autre chose . Puis tu le laissa gagner quand il t'embrassa au travers du drap. Tu n'étais vraiment pas une très grande guerrière. Tu le laissa aussi gérer votre position tendis que tu te contentais de te coller un peu plus contre lui quand il en trouva une. Toi, tu avais juste envie d'être contre lui alors tu étais clairement aux anges.

-Deadpool ?

Tu avais dit la première chose qui t'étais venu en tête quand il t'avait demandé quoi regarder. Le film n'était pas important en fait, la seule chose qui l'était à cet instant c'était lui et le fait que tu comptais bien profiter de tout ce qu'il te donnerait quitte à en réclamer encore un peu plus en temps voulu.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫   

Revenir en haut Aller en bas
 
I’d pray but I don’t know how to keep you from leaving ♫
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» eat pray love, 28.05 - 20:42
» Don’t blame Haitians for election fiasco
» Vadim - You want to kiss me, don’t you ?
» « If you have a dream, don´t wait. Act. One of life´s little rules. » - Écume des Jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: NEW YORK CITY :: brooklyn-