.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Dim 21 Fév - 16:41





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
Février s'étirait avec une longueur d'autant plus morne qu'il pleuvait sans cesse. Ou alors c'était moi qui déprimait trop pour retenir les rayons du soleil. Je savais que je n'aurais pas dû. Je ne suis pas ce genre de filles, celles qui se lamentent sur leur sort, mais c'était plus fort que moi. Chassez le naturel, il revient au galop. Et puis, je m'y étais attachée moi, à Emerick.
Je n'avais pas voulu, pas prévu, mais c'était bien arrivé.

_ Un autre ! lançais-je au barman puisque j'avais fini mon verre de blanc.

Je n'allais certainement pas céder au cliché de la pauvre fille en détresse qui boit pour oublier. Non, j'étais une adulte, raisonnable de surcroît, qui prenait juste un peu de temps pour elle. Après une longue phase de déni, j'étais bien obligée d'affronter la triste réaliste qui voulait qu'Emerick m'avait non seulement quittée, mais qu'il était parti, tout court.
Ca faisait plusieurs mois maintenant, mais je m'en souvenais comme si c'était hier. Je sortais d'un de mes cours et ma journée venait de se finir et j'étais donc libre comme l'air. J'avais bien remarqué son air grave et sa voix assortie. J'aurais dû me méfier mais bon je ne suis pas du genre à me défiler. Ensuite, je l'avais longuement écouté m'expliquer ce que je savais déjà et, quand il était parti, j'avais poussé le vice jusqu'à lui souhaiter tout le bien possible. Et j'étais sincère en plus !
Sérieux, quel genre de nana remercie son mec quand il vous quitte et lui souhaite plein de bonnes choses avec sa nouvelle copine ? J'étais vraiment tarée en fait...
Le blanc arrivait heureusement et j'en bus une longue gorgée. Non, je n'allais pas virer pathétique et me laisser brancher par le premier mec qui passerait. Or de question. D'ailleurs, je n'avais fait aucun effort vestimentaire (ou plutôt si puisque j'avais longuement cherché une tenue qui dirait clairement "laissez-moi tranquille, j'en ai rien à carrer !).
Un jean large, une chemise de bûcheron, un marcel pas du tout échancré. Je n'étais pas coiffée, pas maquillée. Bon sang, j'aurais difficilement pu être plus limpide ! Hormis un écriteau dans le dos "foutez moi la paix" je ne voyais pas. Pourtant, il y en avait eu déjà deux pour tenter leur chance. D'ordinaire, je ne suis pas méchante mais je les avais remballé sans y réfléchir.
J'avais opté pour ce bar précisément parce qu'il n'avait rien d'un lieu romantique. Avec la saloperie de Saint Valentin, les coeurs et le rouge dégoulinaient de partout, y compris à l'institut, et je n'en pouvais plus. Normalement, je me fichais de cette fête. Mais cette année c'était différent.
Après cinq années passées dans l'humanitaire, je n'avais plus l'habitude de toute cette débauche commerciale. Et puis, je m'étais efforcée de ne pas penser à Emerick. En ce 14 février, je ne pouvais que me demander ce qu'il avait prévu pour sa chère Amélia... Ou ce qu'il aurait fait s'il ne m'avait pas larguée pour elle...
Non, pas de mélodrame, j'ai dit ! Je n'étais pas là pour ça ! Je venais simplement m'accorder un moment pour aller mal. J'en avais bien le droit après tout. Et puis, j'avais refusé de le faire à l'institut. Après tout, c'était mon lieu de travail, je n'étais pas là pour ça.
J'aurais dû m'y attendre, m'y préparer, mais bon j'étais quand même sonnée. Tellement sonnée que je ne remarquais pas aussitôt que celui qui prit place à côté de moi n'était pas un Don Juan du soir mais un familier.
J'avais déjà un discours pour l'envoyer chier mais je me figeais en croisant son regard. Avec un temps de retard je réagis.

_ Dwayne ? Je ne t'avais pas reconnu... Qu'est-ce que tu fais là ?

Je tentais de donner le change, de jouer à celle qui allait bien.
Pathétique ? Ouais, un peu...



By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Lun 22 Fév - 3:34






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







Le 14 février...

La journée où les copains indignent se réveillent pour rattraper leur erreur. Une journée où les femmes souhaitent recevoir le plus gros bouquet ou la plus grosse bague. Une journée pathétiquement commercial où les magasins s'enrichissent sur le dos de l'amour.

L'amour devrait être spontané, imprévisible entre deux personnes. Qu'importe la journée, le moment. Une petite attention pour la voir sourire, qu'elle se sente bien et heureuse comme elle le mérite. Pourquoi faut-il une date pour se rappeler ce genre d'affection ?

Tous ces petits coeurs accrochés partout dans l'institut, ces roses qui se multiplient dans les bras des jeunes demoiselles. Et ces cartes rouges qui s'accumulent au pieds de plusieurs portes...

Je marchais dans la corridor des dortoirs pour faire ma ronde.

" Tu en as combien ?"

" J'en ai 12 ! Et toi ?"

" 18 ! Je te bats, ma vieille."


Pathétique...Je ne pouvais pas m'empêcher de hocher la tête et trouver cette situation ridicule. Ce n'est pas censé être une compétition. Au contraire, cela devrait être un moment de pure joie de constater que quelqu'un te considère importante. Quelqu'un pense à toi...

Je tentais d'ignorer les cries ahuries de mes collègues féminines qui ont reçues une petite attention dans leur pigeonnier...

Je n'ai pas pu m'empêcher de fracasser la porte leur provoquant un sursaut. Je les regardais d'un air grognon. Pas besoin de dire quoi que ce soit de plus. Elles savaient la raison de mon attitude baissant légèrement leur tête...tentant de m'ignorer.

Il a fallu que quelques pas de distance pour les entendre:

" Je crois que Dwayne n'apprécie pas cette journée..."

" Non, un véritable grincheux de la St-Valentin."


Ah oui, je déteste la St-Valentin. Parce que je suis célibataire. Oui, c'est vrai. Parce que je suis envieux. Sûrement...

Aucune carte ne m'attendait à ma porte. Aucune rose non plus...J'aurais pu en offrir à certaines collègues, mais mon attention parmi toutes celles qui ce trouvait à leur nom, m'aurait complètement éclipsé...

Et qu'un professeur offre des cadeaux à ses élèves, j'aurais sûrement la Eberhardt au collet m'accusant de tous les vices du monde...

Et probablement elles sont probablement en train de festoyer avec un de leur admirateur.

Oui, elles étaient parties. Je ne sentais pas leur odeur...et ça m'attristais de savoir qu'elles profitaient de cette soirée sans m'avoir dit, un simple petit coucou...

Alors, je préférais m'effacer. M'enfouir dans mon appartement tentant de me changer les idées..., mais mes doigts ne faisaient que jouer des mélodies tristes...Des chansons de peine d'amour...De coeurs brisés.

Je revivais mes échecs amoureux, comme à tous les 14 février...



Je me trouvais idiot renversant mes partions de musique d'un geste de la main. enfouissant mon visage contre mon bras, écrasé sur mon piano...

J'en avais marre. J'en avais assez de cette noirceur dans ma poitrine...

Alors, le mieux, c'était de me donner rendez-vous avec la seule chose qui parvient
à me consoler: l'alcool.

J'aurais pu boire chez moi, mais je....je ne voulais pas être seul, surtout pas ce soir.  Il y aura probablement une ambiance agréable au bar qui parviendra à combler une partie de ma soirée...

Ce qui n'était pas prévue, c'était cette odeur particulière lorsque je m'approchais du bar...

Je connaissais cette odeur, mais qu'elle se trouve ici, dans ce lieu réservé aux âmes meurtries en cette soirée de la St-Valentin...

Je n'arrivais pas à croire ce que je voyais...

Ces cheveux de feux glissant le long du comptoir du bar dans un accoutrement digne d'une fin de samedi tranquille à la maison. Et moi qui n'a prit le temps de me mettre à l'aise, portant encore mon complet veston.

Elle ? Ici ?

Elle devrait plutôt être en train de siroter un bon vin dans un des plus beaux resto, en train de regarder un film collé avec du chocolat...ou simplement contempler la plein lune dans une clairière...

Ce n'était pas normal...

Je m'avançais tranquillement, saluant de la tête quelques visages familiers que je reconnaissais lorsque je venais jouer certains soirs...

Il ne fallait pas chercher pour constater son état légèrement avancé et atteint par le mauvaise sort de la St-Valentin. J'étais triste pour elle, sincèrement...

Alors, doucement, je pris place à ses côtés, sans nécessairement m'annoncer...

Il n'a fallu que quelque secondes pour qu'elle se retourne pour me confronter. Ah, je le sentais d'ici. Elle croyait que j'étais un de ces mecs qui cherchaient désespérément une compagne pour bien finir sa soirée.

Je voyais sa surprise de me voir, que je jouais le jeu, en levant les sourcils, petit sourire en coin...

Dwayne ? Je ne t'avais pas reconnu... Qu'est-ce que tu fais là ?

Pas m'avoir reconnu ? Et bien, l'alcool devait sûrement fait son chemin pour ignorer mon apparence et ma taille. Je n'ai pas croisé aucune autre personne au teint fantomatique.

Sans attendre, je me plaçais confortablement sur le tabouret, sortant mon paquet de cigarette de ma poche:

" Je me sauve de l'odeur du chocolat et de la cannelle chimique qui empestent l'institut...Et à ce que je vois, je ne suis pas le seul...C'est plutôt à moi de te demander ce que tu fais ici ?" dis-je à la blague avec un petit sourire avant d'allumer ma cigarette.

" Dwayne ! Moi qui espérait ne pas de voir, ce soir, cette fois..." disait Steve en s'approchant de nous servant une bière à un de ses clients...

" Pas encore, Steve...Pas encore..." dis-je tout bas jouant avec mon briquet entre mes doigts blanches...

Je n'ai pas eu besoin d'ajouter quoi que ce soit, mon Jack sur glace était déjà là devant moi.


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Lun 22 Fév - 12:22





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
Non, non, je n'étais pas si entamée que ça. J'étais juste dans mes pensées et je n'avais pas envie de penser à qui que soit d'autre que moi. Oui, je suis égoïste, et alors ? Ca fait du bien de temps à autre, tout le monde devrait essayer un peu.
Bref, tout ça pour dire que j'avais vu vu un mec s'asseoir et que j'avais pas envie de lui causer, ni qu'il me cause. Je n'avais donc pas fait attention, je m'apprêtais juste à l'envoyer bouler... Mais je ne pouvais pas. Surprise, je me demandais comment Dwayne avait pu me trouver ici. M'avait-il cherchée ou était-ce le hasard ? Pouvais-je vraiment croire que le hasard avait voulu que, dans tout New York, Dwayne et moi on se retrouve ici ?
Il ne se priva pas de me poser directement la question, ce qui me fit réaliser un truc.

_ Oui, c'est vrai, c'est toi qui m'a parlé de cet endroit... me souvins-je. Eh bien, nous avons eu la même idée. J'avais oublié à quel point la Saint Valentin envahit les USA à cette période, alors, oui, pour ma survie, il fallait que je sorte de l'institut...


Le barman, qui partait peut-être d'une bonne intention, fit remarquer à Dwayne qu'il était encore là cette année. Donc, qu'il était encore célibataire. Sérieux, pour un mec dont le travail est de réconforter les gens autant que de les servir, il était pourri. Mais bon, Dwayne ne s'en offusquait pas.

_ Quelle délicatesse, notais-je pour moi-même. Comme si on avait pas l'air déjà suffisamment déprimé... Enfin, ça n'engage que moi bien sûr...

Ouah ! Ma résolution de faire bonne figure avait tenu une minute et demi ! Miracle !

_ Je crois que je ne serais pas d'une compagnie très agréable ce soir. Vois-tu, j'ai prévu de me morfondre sans restriction jusqu'à demain matin. Si tu veux t'enfuir pour passer une soirée moins pourrie que la mienne, je ne t'en voudrais pas.

Je disais ça pour lui. Ca m'ennuyait pas qu'il reste à mes côtés, au moins on ne m'importunerait plus. Et puis, finalement, ne pas rester seule était sans doute mieux. Peut-être que le destin m'avait accordé un petit coup de pouce en me faisant venir ici. Ou peut-être m'étais-je accordé ce coup de pouce toute seule, en m'emmenant inconsciemment ici. Je m'en foutais au final. C'était le choix de Dwayne à présent.


By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Mar 23 Fév - 4:57






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







De la fumée s'échappait entre mes lèvres et une bonne gorgée de Jack descendait cette boule d'angoisse qui me bloquait l'oesophage. J'aurais pu m'écraser contre ce bar aussi, mais je changeais de plan en voyant ma voisine de gauche qui semblait encore plus démoraliser que moi...

" Toi ? Mademoiselle pimpante de joie à la moindre fête. Celle qui m'a obligé à porter du tuque du père Noël le 25 décembre dernier, n'aime pas la St-Valentin...?!"

J'aime bien Steve. Quelques fois, il est d'un grand support, mais ce soir, il ne fait que me ramener à ma triste réalité....

Oui, encore seul à la St-Valentin. Ce n'était pas par manque de volonté. Loin de là. Disons simplement que le destin de la vie n'est pas en ma faveur me présentant plus d'obstacles que dénouement agréable. Pourtant, mes croyances me permettaient de garder espoir, même si quelques fois, je me questionne. À savoir ce qu'il faut que je fasse pour obtenir ce que bien des gens autour de moi ont si facilement. Ce qui me distingue d'eux. Ce que je n'ai pas...

Il est évident que je pense à mon physique. On est dans une société où l'apparence prime sur la personnalité. Peu importe ce qui sort de la bouche, tant qu'il a une belle gueule et un corps d'enfer...C'est dans ce genre de réflexion que je me dis que je ne suis pas né à la bonne époque...

Et c'est dans ce genre de réflexion que je me trouve si déprimant...

D'un geste de la tête, je me secoue pour oublier ses pensées tout en buvant une autre gorgée avant de me concentré sur ma voisine:

_ Quelle délicatesse ! Comme si on avait pas l'air déjà suffisamment déprimé... Enfin, ça n'engage que moi bien sûr...

Steve se contentait d'aller servir d'autres clients. Il me regardait du coin de l'oeil. Je lui fais signe de la main de ne pas intervenir d'avantage...

Décidément, Ambre n'était pas dans une humeur joviale et cela m'inquiétait. Je ne suis pas du genre potin, donc je ne connaissais pas les nouvelles à son sujet et c'est tant mieux. Je préfère prendre les nouvelles de gens que je souhaite savoir moi-même que de les apprendre par des rumeurs débiles.

Je la regardais simplement me questionnant sur sa réactions spontané et colérique envers Steve. Je ne sais pas si c'était pour me défendre, mais je crois surtout qu'elle parlait pour elle. De son état vis-à-vis cette journée de l'amour...

En se sentant regarder :

Je crois que je ne serais pas d'une compagnie très agréable ce soir. Vois-tu, j'ai prévu de me morfondre sans restriction jusqu'à demain matin. Si tu veux t'enfuir pour passer une soirée moins pourrie que la mienne, je ne t'en voudrais pas.

Je poussais un petit rire entre mes lèvres. Rien de gros. Doux, simplement doux tout en hochant la tête, refusant de céder à la demande de ma collègue rouquine. Je déposais les cendres de ma cigarette dans le cendrier:

" Tu me crois vraiment capable de te laisser comme cela, seule, dans cet état et entouré de..."

Je me retournais légèrement la tête pour regarder derrière moi. Puis, je murmurais tout près d'elle:

" De...connards en cette soirée spéciale ? Tu sembles encore plus déprimé que moi...C'est pas normal...Moi qui te croyais dans un bon resto avec un gentleman, ce soir...Je ne peux pas croire que tu es ici, à côté de moi..." dis-je sincèrement avec un léger sourire en coin.

Puis,je devins plus sérieux et légèrement tendu. Je regardais ma cigarette dans le cendrier qui brûlait...:

" On t'a posé un lapin..?"




Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Mar 23 Fév - 15:31





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
Dwayne semblait surpris que je sois de mauvaise humeur. D'un côté, je trouvais ça flatteur, ça voulait bien dire que les gens me voyaient comme une personne positive, ce que je volais être après tout. Ce que j'étais. Les trois-quarts du temps. Sauf ce soir. Ce soir, j'étais en panne.

_ C'est juste... Tout ce débordement de petits coeurs, de cartes, de chocolat, tout de trop plein de faux semblants sur fond commercial, ça me débecte ! Rien à voir avec l'amour dans l'histoire.

Je préférais ensuite laisser une porte de sortie à Dwayne mais, en grand seigneur, il se fit un devoir de la refuser. Je m'en doutais, ça me touchait, mais ça me gonflait aussi. Oh doux hormones qui pointaient leur nez, il ne manquait plus que cela. A présent, les sautes d'humeurs s'ajoutaient à la déprime. Le cocktail dithyrambique ! J'eus un soupir et un léger rire. Un brin de regrets pour Dwayne également. Il était tellement gentil et prévenant, comment se faisait-il qu'il se retrouve ici lui aussi ?  
Moi, j'avais des circonstances qui pouvaient l'expliquer. Quand on te brise le coeur deux fois de suite, a priori t'as pas envie de te jeter à nouveau dans le bain. Sauf à être vraiment con. Et je ne suis que moyennement conne.

" Tu me crois vraiment capable de te laisser comme cela, seule, dans cet état et entouré de... De...connards en cette soirée spéciale ?"

_ Tu sais, je sais cogner. Je suis parfaitement capable de me débarrasser des connards trop insistants. J'en ai déjà viré deux avant que tu arrives. Je suis une grande fille et les cons, j'ai l'habitude...

Avec un temps de retard, je notais que j'étais un peu sèche pour celui qui n'avait rien demandé. C'est pourquoi, je le regardais plus directement et m'adoucit un peu.

_ Mais merci, c'est gentil de proposer. A dire vrai, je n'ai pas franchement envie d'être seule. Je n'ai juste pas envie qu'on me drague.

J'espérais qu'il comprendrait que ce n'était pas contre lui. Vraiment. Le pauvre, j'étais égoïste et méchante. Il ne tombait décidément pas sur la bonne soirée. Il ne tarda pas à reprendre la parole et commença par un brin d'humour qui me laissa un peu froide. A sa question dissimulée sur le fait que je devrais me trouver dans un restaurant avec un gentleman, je répondit d'un regard franchement dubitatif. Puis il se fit plus sérieux et posa plus franchement sa question. J'eus un soupir, encore, je bus une gorgée, encore, avant de répondre.

_ Un lapin ? Non. A ce stade là c'est carrément se faire larguer comme une vieille chaussette. Mais bon, je ne devrais pas me plaindre, déjà parce que je savais que ça me pendait au nez et aussi parce que ça fait plusieurs mois déjà.

Le regardant, je m'inquiétais brusquement de l'image que je renvoyais. C'était pour cela que j'avais quitté l'institut aussi, pour pouvoir aller mal tranquillement, mais visiblement le karma n'était pas de mon côté.

_ Désolée, je suis moins mélodramatique en général mais c'est juste qu'avec tout ce débordement de rouge et de fleurs j'ai plutôt envie de frapper Cupidon que de le laisser me tirer dessus. J'ai quelques réclamations concernant ces deux derniers traitements...


Amère, oui je l'étais.  

_ Enfin, on ne va pas se laisser aller. Surtout que toi aussi c'est pas la forme visiblement. Tu veux en parler ?

Moi, j'avais envie de changer de sujet mais je n'étais pas encore une garce qui ne s'inquiète que de son nombril. De toute façon, je sentais bien que je n'allais pas m'en tirer à bon compte.


By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Mer 24 Fév - 5:34






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







Je ne la connaissais pas comme cela, dans cet état. Aussi triste et découragée. Habituellement, Ambre est celle qui lève sa main en premier pour s'impliquer dans diverses projets suggérés par l'institut, sinon, c'est elle qui les créés nous suppliant de s'impliquer. Si j'ai participer à quelques uns d'entre eux, c'était surtout à cause d'elle. Cette petite moue qui me regarde me demandant de venir jouer un morceau ou d'intervenir dans une réunion.

Dans ce bar, on dirait que les rôles changeaient. Je devenais celui qui va devoir stimuler l'humeur de ma collègue afin qu'elle ne touche pas le fond...

Elle était déjà presque étendue sur le bar maudissant cette soirée où les couples se retrouvent pour se dire des mots doux, des mots que nous aurons pas ce soir...

Non, je ne voulais pas jouer le psychologue lui posant mille et une question pour chercher le bobo, mais ce n'est pas en gardant cette boule dans la gorge qu'elle va s'apaiser...

Tu sais, je sais cogner. Je suis parfaitement capable de me débarrasser des connards trop insistants. J'en ai déjà viré deux avant que tu arrives. Je suis une grande fille et les cons, j'ai l'habitude...

Je regardais aussitôt derrière moi. Qui sont les tarés qui ont osés l'approcher ? Je fronçais des sourcils, regardant deux mecs au fond de la salle...Mais, c'est la fin de phrase qui me touchais le plus, comme si elle avait vécu de tristes expériences...

Je la regardais tristement, touché pas ses propos. J'en étais presque malaisé, comme si j'étais de trop...Que j'étais inutile pour elle...Je baissais la tête, prêt à reprendre mon paquet de cigarette et vider mon verre...Si elle ne veut pas de moi...Décidément:

Mais merci, c'est gentil de proposer. A dire vrai, je n'ai pas franchement envie d'être seule. Je n'ai juste pas envie qu'on me drague.

" Avec moi dans les parages...crois-moi, ils oseront pas...Soit tranquille." dis-je avec un petit sourire. Je me détournais pour fumer ne voulant pas l'affecter. Je profitais de ce moment, pour regarder de nouveau les mecs autour de nous...Je marquais déjà mon territoire incluant Ambre dans ma bulle...

Non, je ne la laisserais pas. J'en suis incapable. Je sais qu'elle est forte, mais ce sont les autres autour que je n'ai pas confiance...En cette nuit spéciale, les hommes peuvent être encore plus désespérés...

Et puis, quoi de mieux qu'être accompagné pour maudire Cupidon...

Je n'étais pas le seul à l'envoyer balader, ce soir...Pour moi, c'était pas nouveau, mais pour Ambre...c'était plus difficile....

Je n'aimais pas son timbre de voix, comme si elle se trouvait ridicule d'avoir aimer...Il ne fallait pas qu'elle se croit stupide. Non, pas du tout...On a le droit d'aimer quelqu'un et de toute ces forces, sauf que c'est terriblement souffrant quand ce n'est pas réciproque...

...Mais ce qui me senti drôle, c'est qu'elle était en couple, il y a quelques mois et...je...je ne le savais pas. Disons que je suis rarement au courant de ces choses là, mais je considérais Ambre comme une collègue proche et...et elle ne m'a aucunement mis au parfum de cette relation. Je trouvais cela étrange...ou peut-être décevant...Décevant que je ne sois pas aussi proche d'elle que j'aurais cru...qu'elle ne m'en a pas parlé.

Ça me dit clairement que je ne connais pas grand monde ici, finalement....

_ Désolée, je suis moins mélodramatique en général mais c'est juste qu'avec tout ce débordement de rouge et de fleurs j'ai plutôt envie de frapper Cupidon que de le laisser me tirer dessus. J'ai quelques réclamations concernant ces deux derniers traitements...

" Tu me laisseras après, j'aurais deux petits mots à lui dire aussi..."dis-je aussitôt, regardant ma cigarette brûler entre mes doigts, prenant cette réplique comme une perche pour enchaîner...

J'entrais dans mes songes, revivant mes derniers instants de couple qui ont été aucunement agréable...Son visage, son rire, ses mains,..ses insultes...et lui...J'en sortais aussitôt me surprenant d'avoir été si loin. J'en souriais de malaise devant Ambre...

La cendre à l'extrémité de ma cigarette tombait d'elle-même tombait tranquillement dans le cendrier:

" Tu sais....quand on aime...on...on a du mal à voir la réalité des choses, quelques fois...Même si ça fait des mois, tu...tu as encore le droit de ressentir cette peine...C'est lui le con, en faite, pas toi...Enfin,....je....je ne savais pas que tu étais en couple....Tu...tu ne m'en as pas parlé..." dis-je doucement en buvant une gorgée pour faire distraction...

Elle a le droit à son jardin secret, mais...Enfin, dans ma tête, je voyais cela comme un manque de confiance...


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Mer 24 Fév - 11:37





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
D'un côté, je trouvais ça rassurant et agréable quand il dit qu'à présent on ne viendrait plus m'emmerder. De fait, je le croyais sur parole. Si mon apparence de camionneuse n'avait pas découragée tout le monde, preuve que certains avaient faim, la sienne allait forcément repousser tous les intrus. Comme quoi, c'est pratique parfois d'être un peu différent. Ce soir-là, j'aurais bien voulu être grosse et moche, mais pas sûr que ça aurait suffit à repousser les assauts.
D'un autre côté, la partie féministe en moi était profondément agacée de devoir faire appel à un homme pour être tranquille. Sans parler du fait que, clairement, Dwayne signifiait que je lui appartenais plus ou moins, donc qu'il fallait me laisser tranquille. Naturellement, il ne me considérait pas comme sa propriété, mais dans les codes masculins c'est ainsi que ça fonctionne. Et autant dire que ça ma soûlait. Mais bon, ainsi va la vie. Et puis, c'était un maigre prix pour la tranquillité.
Ca valait bien un sourire et je poussais le vice jusqu'à lever mon verre à la bonne nouvelle.
Ensuite, j'expliquais plus ou moins les raisons de ma déprime. Je voulais justifier mon état actuel, mais aussi lui faire comprendre que je ne me laissais pas trop aller. Ca allait passer. Il ne fallait pas qu'il s'inquiète pour moi. Je m'accordais juste un temps pour aller mal. D'ailleurs, lui aussi n'était pas au meilleur de sa forme, comme je le lui fis remarquer, avec le peu de diplomatie qui me restait. En même temps, je n'étais pas franchement surprise. Il souffrait beaucoup du rejet dû à son apparence. Alors la Saint Valentin...

_ En fait, je voulais garder ça secret, répondis-je sans complexe. Je crois que dès le départ j'ai su que ça n'irait pas très loin. Et puis, je venais de débarquer, je voulais qu'on se préoccupe de mon travail pas de savoir avec qui je couche.

Un soupir, je finis mon verre.

_ Steve ? La même chose s'il-te-plaît. Et pour mon ami aussi.

Non sans ironie, je soutenais le regard du serveur avant de me tourner vers Dwayne.

_ Je le dois bien à mon sauveur du soir, expliquais-je avec un clin d'oeil. Enfin, pour en revenir à Emerick, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même, je savais qu'il était amoureux d'une autre...

Je récupérais mon verre et me tournais pour trinquer avec mon voisin... Mais sa tête avait changée.

_ Dwayne, ça va ?

Il ne semblait pas en revenir. Qu'avais-je donc dit ?



By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Mer 2 Mar - 4:10






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







Je ne crois pas que c'est une bonne chose, mais on me connaît ici. Je viens souvent soit pour chanter ou pour me changer les idées. Prendre un verre pour décompresser: par la charge de travail ou tout simplement le quotidien qui parvient à me déstabiliser. Enfin, les habitués savent qui je suis et ce que je suis. Les autres ne savent peut-être pas, mais à première vue, je ne dégage aucunement une énergie faible ou accueillant. Non, c'est facilement le contraire.

Cela a ces avantages, comme ce soir, mais souvent, ça me déplaît. Je ne peux pas changer mon visage, juste mon attitude...Je dois le travailler.

Mais comment être plus positif et chaleureux quand ceux que l'on croit être des proches n'ont pas confiance en nous.

C'est peut-être rapide de ma part, mais je pris mal le fait qu'Ambre ne m'est pas parlé de sa relation. Habituellement, c'est la première chose qu'on annonce, car on est heureux, bien et on le souhaite le partager...

C'était donc une relation secrète. Je n'a pas pu m'empêcher de froncer les sourcils. Une relation secrète ? Cela ne m'inspirait pas confiance. Soit qu'elle avait une relation avec un élève, soit que le mec est assez con pour vouloir cacher son liens avec cette belle demoiselle.

Ah oui, je ne mentirais pas. Ambre est une belle femme. Quoi que peu excentrique pour moi, mais elle parvient à me faire sourire et c'était déjà quelque chose.

Je n'osais pas dire quoi que ce soit...

Si je pré-sentais une relation qui ira à l'échec, je n'oserais pas la commencer...Simplement pour ne pas m'attacher et avoir mal lorsqu'elle partira...C'est ce que j'appelle un relation à sens unique. Il y a qu'une personne qui se sacrifie, qui se donne et l'autre ne fait que prendre...

Je sais ce que je raconte, malheureusement....

Je venais à peine de finir mon verre qu'un autre était appelé pour moi...Je regardais Ambre...

Mon ami ? J'ai....j'ai toujours du mal avec ce mot, la signification qu'il évoque...Je me sens drôle et presque inconfortable...Je ne sais pas comment la regarder, comment me placer.

Dois-je dire quelque chose ? Lui dire qu'aussi je la considère comme une personne importante dans mon entourage ?

Je me contentais de sourire timidement...fumant ma cigarette.

Son sauveur...? Ce clin d'oeil...

Je ne bougeais plus. Je fondais presque sur place par la gêne.

Je ronronnais presque...La timidité montait d'un coup. Mes joues devenaient rosées par le malaise. Je riais jaune prenant rapidement ce verre qui m'était offert.

Il fallait que je prenne une gorgée, mais par politesse, je me devais d'attendre que Ambre prenne aussi ce verre et que nous trinquions à notre célibat.

Enfin, pour en revenir à Emerick, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même, je savais qu'il était amoureux d'une autre...

Ce nom...Ce nom qui venait de sortir entre ses lèvres...

Ma peau ne pouvait pas plus être blanc que cela. Mes yeux aussi ronds que cela. Et mes lèvres entre-ouverte, le souffle coupé...

Quelques secondes de stupéfaction le temps que mon cerveau capte et que ma poitrine encaisse...

Emerick...Elle et Emerick...?!?

Je me détournais d'elle d'un coup...vers le bar. Reprenant ma cigarette dans le cendrier. Je déposais mon verre.

Mon visage se crispait. Je m'agrippais presque au rebord du bar pour tenter de me calmer, fumant un bon coup mais malgré mes lèvres fermées, la profondeur de ma gorge provoquait un grognement animal, captant l'attention de Steve.

Mes mains tendues contre le bar. Le bout de mes doigts devenaient aussi, rugueuse faisant apparaître des griffes de pierre. Elles disparaissaient en quelques secondes, alors que je passais ma main dans mes cheveux en poussant un soupire...pour faire diversion. Un soupire de déception...et de colère.

Je me rendis pas compte, mais j'avais déjà fumé la moitié de ma clope.

_ Dwayne, ça va ?

Je la regardais, toujours avec ce visage crispée, la mâchoire serrée. Je devais m'occuper, alors, je faisais bouger la tige de plastique dans mon verre...

Une boule de feu m'enflammait de partout...

" Emerick..." dis-je tout bas...en regardant de nouveau vers le bar, les yeux dans le vide...

Je ne savais pas quoi dire...Non, je ne savais pas comment le dire...

Que je connaissais Emerick et sa réputation depuis longtemps. Que nous étions amis. Enfin, ami était, maintenant, un bien grand mot...

Que je n'étais aucunement d'accord avec sa manière d'agir envers les femmes. Je considérais qu'il profitait de certains d'entre elles, alors qu'il n'avait que Amélia réellement en tête...

Qu'il m'a fait bien du mal involontairement en fréquentant des filles, alors que j'admirais certains d'entre elles...

...et encore aujourd'hui.

Non, je ne suis pas amoureux d'Ambre, mais...je m'étais dis...Enfin, je...c'est une des seules collègues avec qui je suis...aussi proche....Enfin, voilà...Je pensais qu'elle...qu'elle m'aimait bien...Peut-être pas la totale, mais....Qu'elle avait un certain intérêt....pour moi.....Je suis trop con...croire à cela...

*Dwayne, tu joues le rôle de l'ami, de la connaissance...Celui qu'elle croise de temps en temps pour ne pas être seule. Tu rêves qu'une fille comme cela peut vouloir d'une échalote au teint malade dans son entourage immédiat...*

Je me suis gouré, complètement....Encore une fois...par un Emerick...

Elle est plutôt du genre Emerick...

Emerick = Aucunement dans ta catégorie...

Beau gosse, belle gueule, musclé...charmeur, sportif...courageux, confiant....ringard, profiteur et coureur de jupon...

Je m'emporte !

Non, il a des qualités Emerick. C'est quand même quelqu'un de bien, mais, parfois, il avait le don de me faire chier...

Maintenant, je peux dire que j'étais jaloux.

Ce n'était pas moi qu'on regardait quand on était ensemble, c'était lui...Rien que lui. J'étais une patère ambulante à côté de lui...

Mais le pire, c'était qu'il m'avait dit qu'il ne ferait pas de mal à personne ici...à son retour. Qu'il irait avouer son amour à Amélia....

Et j'apprend que....à Ambre....

" Ahhhh le salaud...." soufflais-je avec de la fumée entre mes lèvres, d'une voix grave, enfouie par la colère.

" Tu es tombé sous son charme, toi aussi...." en serrant des dents, reprenant mon attention sur mon drink et cette tige de plastique.

Je me sentais comme une bombe à retardement....Je pouvais exploser à tout moment...


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Mer 9 Mar - 11:19





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
Bon, visiblement, j'avais fait une connerie. Allez savoir pourquoi, mais mon soupçon fut confirmé par la suite des événements. Je connaissais suffisamment Dwayne pour voir quand quelque chose clochait et c'était le cas. Et puis, pour la première fois, j'aperçus quelques manifestations de son pouvoir. Nous n'en avions pas parlé souvent, une seule fois à dire vrai, et très brièvement, mais j'en avais entendu d'avantage par des sources indirectes. Oui, je sais, je ne devrais pas apprécier les potins, mais c'est plus fort que moi.
Je savais donc que je n'avais pas envie de rencontrer le double de pierre de Dwayne, encore moins en public. Je croyais, naïvement sûrement, que je pourrais m'en sortir avec la mutation du jeune homme, mais pas en public, pas avec la peur des autres. Oh, je serais sans doute trouillarde aussi hein, mais je le cacherais mieux. Et puis, je le connaissais, en tant qu'homme, je pourrais lui parler.
Mais bon, la mutation se tapit aussi vite qu'elle était sortie, mais ça m'avait quand même glacé un peu le sang. Ce regard dur et froid, l'éclat de le pierre dans les yeux d'ordinaire si calmes. Les griffes aussi, au bout des mains d'ordinaire légères sur une guitare. Je me concentrais sur le visage de Dwayne. Je ne voulais pas le mettre mal à l'aise, au contraire, alors j'affichais l'air le plus neutre possible, bien qu'un peu d'inquiétude y perla, mais elle était pour lui, pas pour moi. Moi, je ne comprenais toujours pas ce qui clochait.
Il finit par me l'indiquer, en répétant le prénom de mon ex. Pour le coup, je me figeais à mon tour. D'où venait le soucis ? Etait-ce à cause de ma relation ? Cela le dérangeait-il que j'ai eu une relation ? Il avait tiqué quand je le lui avais dit, même si ce n'étaient pas ses affaires. Après tout, je fais ce que je veux, avec qui je veux. Je ne voyais pas en quoi ça le dérangeait ni pourquoi j'aurais des comptes à lui rendre. A moins qu'il ait des sentiments pour moi...
Je repoussais l'idée pour la simple et bonne raison que je n'avais pas l'énergie pour une autre relation compliquée en ce moment. D'ailleurs, à la base, j'étais venue ici pour ne surtout me prendre la tête.
A moins que le soucis ne vienne d'Emerick. Dans ce cas, je n'y pouvais rien. Je dus me contenter d'attendre qu'il daigne éclairer ma lanterne, ce qu'il fit après un moment, désignant mon ex par un terme peu flatteur. Bon, au moins, ça me rassurait. Pas que je n'aimais pas Dwayne, je ne me posais juste pas la question pour le moment. Il faut avouer que je voulais surtout un peu de calme. Mes deux dernières relations avaient été des fiasco complets et elles m'avaient laissé le coeur en miettes. Pour l'instant, je considérais que ça ne valait plus le coup de m'investir avec quelqu'un. A priori, j'y reviendrais un jour, je ne me voyais pas finir vieille fille avec je ne sais combien de chats (je crois que je prendrais des chiens plutôt). Non, au pire j'adopterais des enfants. Ca m'éviterait d'avoir à les faire en plus. Non, je ne suis pas feignasse, je suis juste... Pas encore prête à porter un bébé dans mon corps. J'ai le droit, point c'est tout.
Même si l'horloge biologique tourne, je sais, merci. Mais je m'ne fous, au pire j'adopterais. Bon tout ça pour dire que Dwayne n'aimait pas Emerick (oui le lien de cause à effet est flou, mais j'assume !), ce qu'il surenchérit un peu après. Visiblement, l'histoire entre Emerick et Dwayne était compliquée. Je pariais que le premier avait piqué la nana du second. Ou une fille qu'il convoitait. Emerick a beaucoup de défaut mais je ne le vois pas voler la copine de quelqu'un. Dubitative, je regardais mon voisin en sirotant mon verre. Puis je lui répondis.

_ Détrompe-moi si besoin, mais j'ai l'impression que tu ne l'aimes pas trop ?

Oui, autant commencer par du neutre et progresser lentement.

_ Honnêtement, il n'a pas été mauvais avec moi. C'est juste que je me suis attachée à lui et qu'il a fini par partir, mais je l'avais vu venir et je ne peux m'en prendre qu'à moi. Je n'étais pas censée m'attacher.

Coeur d’artichaut, oui, je sais...

_ Tu veux me dire ce qui cloche entre vous ?

Parler de mon ex avec un collègue n'était pas franchement l'optique que j'avais en tête en arrivant dans le bar mais si ça pouvait soulager un peu mon voisin j'allais me sacrifier. De toute façon, c'est un peu ma raison de vivre de m'occuper des autres. Et puis, quand je m'occupe des autres, je pense moins à mes problèmes.
Et brusquement, j'eus un doute : s'agissait-il d'Amélia ?


By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Jeu 17 Mar - 5:23






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







Un mal de tête.... Il est arrivé subitement me perçant le crâne. C'est toujours comme cela que ça commence: une émotion trop vive, une bouffée de chaleur, un grognement, une tension, la douleur...

J'ai dû réagir vite, me contrôler, me concentrer...obligeant à ma tête, mon corps, mon coeur d'enfouir, de camoufler cette rage. Cette colère qui aurait pu aller loin, bien loin...Trop loin pour me permettre de rester humain.

J'ai essayé de rien laisser paraître, mais c'était difficile pour moi durant ces instants. Je venais d'activer une flamme brûlant ma poitrine, mais je me devais l'éteindre...

C'est dans ces occasions que je voyais que j'arrivais pas à changer...J'ai du mal à garder mon sang froid sur certains sujets dans ma vie. Tout devient rouge et bouillant. Mon être réagit plus vite que mon raisonnement. Mes instincts animales priment sur le rationnelle...

Et le pire se produit...: J'effraie, je fais fuir...

Je le sentais bien. Son rythme cardiaque avait changé. Son teint pâle et que dire de son regard sur moi...

Et autour de moi. Même Steve s'est retourné, prêt à intervenir...Il m'avait déjà aidé à plusieurs reprises...Il sait ce que je suis...

La honte m'envahit aussitôt me contentant de boire une gorgée, comme si l'alcool pouvait écraser ce sentiment insupportable qui me pèse...Il pouvait, au moins, diminuer la douleur dans mon crâne. M'engourdir pendant quelques instants...

Détrompe-moi si besoin, mais j'ai l'impression que tu ne l'aimes pas trop ?

J'ai pas pu m'empêcher de rire nerveusement déposant mon verre sur le bar...Je hochais la tête, le regard concentré sur la glace dans mon verre. Si je n'étais pas de mon contrôle, ce verre aurait éclatée en plusieurs morceaux.

Je n'arrivais pas y croire. Pas du tout...Je me laisse tellement embarqué dans des histoires, que je me fais avoir...ne pouvant pas répliquer...

_ Honnêtement, il n'a pas été mauvais avec moi. C'est juste que je me suis attachée à lui et qu'il a fini par partir, mais je l'avais vu venir et je ne peux m'en prendre qu'à moi. Je n'étais pas censée m'attacher.

" Non ! " dis-je aussitôt.

Je m'étais retourné d'un coup, mon regard plongé dans le sien. Je n'étais pas en colère contre elle, mais en colère de ces propos envers elle...Ce n'était pas de sa faute...Pas du tout ! Je refuse d'entendre cela...

" Un gars respectueux et aimant n'aurait jamais osé s'engager dans une relation intime avec une fille sachant qu'il a des sentiments pour une autre. Il t'a profondément manqué de respect...jouant avec tes sentiments. C'est dégueulasse de sa part...Tu méritais pas cela. Pas du tout..."

Je voyais au fond d'elle une certaine souffrance. Une souffrance que je connaissais, malheureusement, trop bien. Ça me faisait bien mal de savoir ce qu'Emerick lui a fait...

Ça m'enrageait...

Je retournais à ma cigarette dans le cendrier...

"Il est pas conscient du tort qu'il fait autour de lui...Il ne sait pas ce que c'est une peine d'amour..."

Tu veux me dire ce qui cloche entre vous ?

J'en avais déjà trop dit. Je baissais ma tête soufflant de la fumée...

Qu'allais-je lui dire...? La vérité ? Un soupçon de vérité ou...ou changer de sujet...? Je n'aimais pas parler de moi.

" Je connais Emerick depuis longtemps...assez longtemps pour voir toutes les bêtises qu'il a causé...sans qu'il s'en aperçoit." dis-je doucement fixant le vide devant moi...Je revoyais ces images de notre enfance...

Lui devant, entouré.J'entendais les rires des filles...et moi qui suivait derrière...

En tentant d'effacer tout cela, regardant ma cloppe entre mes doigts...

" Je...je suis désolé de t'avoir effrayé...Je ne voulais pas te faire peur, tu sais...J'ai....j'ai juste du mal à garder mon calme quand on fait du mal aux gens autour de moi...et quand c'est Emerick...c'est pire..."



Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Sam 19 Mar - 10:52





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
Au début, j'avais eu l'impression de me tenir à côté d'une grenade dégoupillée. Je sais, c'est pas très bien, mais j'y peux rien, c'est instinctif. En revanche, et c'est sûrement mon côté taré qui parle, je n'avais pas du tout envisagé de partir. Si Dwayne avait craqué, je serais restée et j'aurais tout fait pour le calmer. Je le connaissais, il me connaissait, je savais que je pourrais l'apaiser. Au pire, j'étais agile, je pourrais lui ménager du temps pour se reprendre.
Mais Dwayne étant un grand garçon, il n'avait pas eu besoin de moi, ce qui était tant mieux. Il restait tendu comme un string mais je vis clairement qu'il ne perdrait pas le contrôle. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il restait têtu, donc lui-même, puisqu'il refusa d'entendre que j'avais ma part de responsabilité dans l'histoire. Non, il mettait tout sur le dos d'Emerick. J'avoue, ça me gonflait royalement. Je ne suis pas une pauvre petite chose fragile et naïve qui subit le grand méchant séducteur sans coeur. Non, je savais dans quoi je mettais les pieds. Et ça m'avait fait plus de bien que de mal.
Bon, c'est sûr qu'à me voir en cet instant, c'était pas très évident, mais ça n'est pas la question !

_ A ce compte là, moi aussi j'ai joué avec lui, lançai-je.

Je ne voulais pas l'énerver, mais je ne voulais pas non plus le laisser me prendre pour ce que je ne suis pas.

_ Je me suis servie d'Emerick pour oublier ma précédente relation. C'est précisément pour ça que je l'ai choisi, je savais que ça n'engageait à rien. Je me suis tirée une balle dans le pied et c'est le fait que j'ai eu des sentiments pour lui qui a changé la donne. Pas l'inverse.

Oui je suis une cruche quoi. Mais de toute façon le soucis ne venait visiblement pas de moi puisque c'était après Emerick qu'il en avait et que ça durait depuis un moment. Je le compris à ce qu'il lança ensuite, concernant les peines de coeur. J'aurais voulu répondre que précisément Emerick le savait puisque la femme qu'il aimait depuis toujours l'avait fui pendant des années mais ce n'était pas le sujet. De toute façon, je ne pensais pas qu'il entendrait raison. En tous les cas, j'étais curieuse et je voulais en savoir plus, je lui posais donc clairement la question.
Au passage, je notais la confirmation que quelqu'un avait brisé le coeur de Dwayne, mais, ça, je le savais déjà. Puis il s'excusa, je gardais une attitude parfaitement calme et reprit une gorgée de mon verre. Oui, il m'avait inquiétée pendant un instant, mais il n'y avait pas mort d'homme.

_ En fait, je me suis surtout inquiétée pour toi, répondis-je, sincère. J'imagine que te transformer dans un lieu public doit être ton cauchemar. De toute façon, je sais que je ne risquais rien, je te connais. Mais ça aurait cassé l'ambiance... Quoi que, pour ce qu'il y a comme ambiance ici...

Vrai, entre les poivrots et les groupes de mâles blessés dans leur orgueil d'être seuls en cette soirée particulière, l'ambiance était mitigée. D'où ma piètre tentative d'humour. En attendant, je souriais toujours, tranquillement, le regardant droit dans les yeux pour lui faire comprendre qu'il ne m'effrayait pas.

_ Mais je comprend l'idée : moi aussi je protège toujours mes proches. Mais dans le cas présent, vraiment, tu t'énerves pour rien. En plus, Emerick n'est que le sommet de l'iceberg, ma vie sentimentale est déprimante depuis un moment déjà...

Et je pensais à Aidan. Et avec lui à l'enfant que j'avais perdu. Donc je me sentis très mal. Mais je ne voulais pas en parler, alors je détournais la conversation.

_ Changeons de sujet, tu veux ? De toute façon, ça ne sert à rien de parler de ça, c'est fini maintenant, pour toi comme pour moi. Il est parti, on tourne la page.

Changer de sujet, changer de sujet, changer de sujet... Je lançais la première chose qui me passa par l'esprit.

_ Tu as des potins sur l'institut ? Je suis une vraie commère, c'est plus fort que moi...

Oui, ça ou autre chose après tout...


By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Mar 22 Mar - 2:23






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







Si je m'attendais à cela...

Pas du tout. Je ne réagissais pas, me contentant de la regarder avec étonnement. Elle ? Ambre se servir de quelqu'un ? Agir de la sorte ? Profiter de...Non, je ne la voyais pas comme cela...Pas du tout comme...une profiteuse. Je n'arrivais pas à faire ce lien dans ma tête.

" Toi aussi ?...Tu..."

J'étais déçu. Très déçu. J'avais toujours de la difficulté à le concevoir. Je me retournais donc pour observer la glace qui fondait dans mon verre poussant un soupire...

Donc, elle n'est pas une exception...Elle est comme les autres...comme celles que j'ai déjà rencontré. Il y a donc personne de humble dans ce monde ? Tout le monde semble tiré avantage des autres...se moquant des conséquences ? Qu'est-ce que c'est que cette tendance ? Du fast food love ? C'est d'un ridicule !

J'ai poussé un petit soupire mesquin l'entendant dire qu'elle s'était tiré dans le pied...Avec Emerick, je ne suis pas surpris, aucun n'a été indifférente envers lui, alors je ne vois pas comment Ambre aurait pu résister. Surtout si elle avait besoin de support...après une rupture.

Il y a d'autres solutions à une rupture: se jeter sur le premier venu est de loin la meilleur...

Je continuais de faire tourner mon verre faisant glisser ce glaçon tout au fond ayant toujours cette déclaration sur la conscience...

S'inquiéter pour moi ? Dit-elle cela sincèrement ou profitait-elle aussi de moi ? De mon innocente gentillesse ? Je suis désolé, mais après ce genre de chose, je ne pouvais plus songer différemment. Je ne voulais plus me faire avoir...

Elle cherchait mon regard, je le sentais. Je faisais donc preuve de courtoisie et je  détournais la tête, lui faisant face..., mais je projetais une profonde froideur...

" Et tu as cru que te blottir dans les bras d'un homme déjà engagé sentimentalement allait te remonter le moral...?" dis-je durement avant de secouer la tête ne comprenant pas ce comportement de sa part.

Je me détournais de l'autre sens terminant ma cigarette.

" C'est ton choix..., mais je ne comprendrais jamais ce genre d'attitude que vous avez, mesdemoiselles à chercher ce genre de relation pour vous réconfortez...C'est...c'est carrément vous jetez dans la gueule du loup et souffrir d'avantage...Mieux....mieux vaut être...seul..." dis-je tout bas.

Bon, ce n'est pas mieux pour le moral, mais au moins le poignard est moins profond...C'est plus facile de voir la lumière...

Le temps d'écraser ma clope, elle passait déjà à un autre sujet...Elle faisait bien. Je ne voulais pas me chicaner avec elle...C'était pas le moment...

Pourtant, elle allait dans une autre zone qui ne me plaisait pas...

Les ragots...Encore une fois, je secouais la tête..., mais cette fois avec un léger sourire.

" Je croyais que tu te moquais des potins...? Commère dis-tu ...Tu es plus que cela...Une commère c'est discret, toi, tu vas carrément chercher des ressources..." dis-je en riant...

Je prenais une gorgée...et cela me revenait. Je ralentis presque mon geste déposant tranquillement mon verre, sentant la chaleur de la boisson envahir ma gorge...

" Tout ce que je peux te dire c'est...Te tenir loin de La Eberhardt...Elle peut sembler vache de loin, c'est pire quand tu oses t'en approcher,...crois-moi. Elle n'aime pas les humains et te voir dans l'institut la rend carrément furax...Donc, pour garder ton positivisme et ta joie de vivre, évites là...Je t'ai protégé d'elle en la menaçant de rien tenter contre toi..., mais elle est assez garce pour répliquer...."

J'étais sérieux, malheureusement....


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Mer 30 Mar - 12:03





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
Je compris assez rapidement que ça allait chier. Je n'étais pas venue pour ça, je ne l'avais surtout pas envisagé avec Dwayne, mais il ne me laissait pas d'autres choix. Je suis patiente et ouverte d'esprit sur beaucoup de choses mais, en retour, j'attends qu'on le soit aussi. Or, à la mine de dégoût qu'il eut, je sus que je n'allais pas en avoir. Donc que ça allait chier.
CQFD.

_ Moi aussi j'avais besoin de réconfort et d'une présence alors j'ai pris ce qu'Emerick avait à donner et je ne le regrette pas une seconde.

Je me retins de dire la suite. Genre "mais à quelle époque te crois-tu ? Ca te choque qu'une nana s'envoie en l'air sans songer au mariage et au bébé ? Qu'elle se sente le droit de le faire ?" Et tout un tas d'autres choses qui auraient, sans doute, impliquées les combats féministes et les conditions morales des pseudo religions. J'aurais sans doute poussé jusqu'à dire que, pour moi, les religions ne sont que des sectes qui ont réussis et que, puisqu'on entrait dans le vif du sujet, la question mutante est totalement absente des religions, preuve que c'est bien des conneries ou alors que Dieu / Allah / Yahvé s'est planté quelque part, donc qu'il n'est pas omniscient, donc que ce sont des conneries.
CQFD.
Mais bon, tout ça je le gardais pour ma tête à moi. Je me contentais de bomber le torse, comme pour le défier d'en rajouter une couche. Je ne dois pas être suffisamment impressionnante parce qu'il le fit, deux fois. Cette fois, s'en était trop.

_ Dwayne, je te le dis gentiment, mais vas te faire foutre. Je mène la vie que je veux et je baise avec qui je veux.

Ca ne manqua pas, je le vis tiquer.

_ Oui, je baise si je veux. Et toi tu es qui pour me faire une leçon de morale ? Je suis une adulte, je suis libre de faire mes choix et j'en assume les conséquences. Je ne t'ai parlé de tout ça que parce que tu as posé la question. Je ne pensais pas que tu avais une mentalité des années 1800... Sauf qu'on est en 2016 et que j'ai le droit de faire ce que je veux, avec qui je veux, comme je veux.

Du dégoût, c'est moi qui en avait à présent, de la voir réagir ainsi. Je n'arriverais plus à me retenir et ce fut à mon tour de faire une leçon de morale.

_ Tu sais, pour quelqu'un qui souffre tellement du jugement des autres, j'aurais pensé que tu serais plus ouvert d'esprit ou, au moins, que tu ne te permettrais pas de faire ce que tu reproches aux autres de faire. Tu te plains qu'on te rejette pour ce que tu es ? Qu'est-ce que tu viens de faire à l'instant ?

Bah oui, tous les torts ne sont pas de mon côté. D'ailleurs, des torts je n'en avais pas. Pas sur ça.
J'étais peut-être méchante mais peu importait. Je fis une tentative pour changer de sujet mais je ne récoltais qu'un nouveau jugement de valeur. Je ravalais un peu ma fierté mais quand il acheva de parler en se posant en beau chevalier sauveur de ses dames, s'en fut trop !

_ Je voulais reprendre une conversation convenable mais visiblement c'est trop demandé avec ton esprit aussi fermé ! Non je ne suis pas une commère, j'essaye de faire la conversation puisque que quand on parle de moi tu me juges et que tu ne parles jamais de toi. Quant à Séraphine, ne t'inquiète pas, j'avais bien compris qu'elle ne peut pas me blairer. Je ne suis pas idiote et naïve en plus du reste. Donc merci de m'avoir défendue, mais non merci. Je suis une grande fille, je peux me débrouiller toute seule. J'ai survécu sans te connaître jusque là, je m'en sortirais très bien sans toi. Sur ce, bonne soirée !

Oui, j'en avais eus trop. Je me levais aussitôt et saisis mon sac avec la ferme intention de partir sans attendre.



By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Sam 9 Avr - 5:36






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







Si je m'attendais à cela...

Ce n'est pas comme cela que j'ai été élevé. Pas avec ce genre de mentalité. Ce genre d'attitude envers l'amour et le respect des autres. Je ne saisie pas cette manie des gens de ma génération de se satisfaire avec un ou une partenaire pour l'espace de quelques heures...sans vraiment prendre le temps de le ou la connaître. Le plus important était leur plaisir. Ensuite, on passe au suivant.

Il manque quelque chose, non ? Le plus important: le partage. Le fait de donner une partie de soi à quelqu'un. Se donner à quelqu'un, se mettre à nue est une des plus belle chose en ce monde. De voir les gens le ternir d'une façon aussi grotesque. Il s'agit quand même de notre corps, de notre âme...qu'on dévoile à une autre personne.

Tout cela est mis au poubelle pour un obtenir un simple moment d'extase, le temps de combler un manque...Ce que j'appelle du fast love. Même le mot "love" ne devrait pas être là. Il n'y en a tout simplement pas...

Borné ? Peut-être...Je ne la regardais pas me concentrant sur les détails de bois du bar auquel je prenais appuie. Je ne faisais que secouer la tête ne voyant toujours pas le côté positif de cette nouvelle manière de penser...

Je souriais du coin des lèvres lorsqu'elle m'envoyait promener...

Mais ce qu'elle me disait pas la suite me prit au dépourvue.

Ma tête se dressait d'un coup, la regardant durement.

Une mentalité des années 1800? Vraiment ?! Je suis aussi arriéré que cela pour elle ? Que je suis resté dans une boite pour qu'en ressortir que des années plus tard. Oui, peut-être bien et c'est peut-être mieux ainsi...Que je sois à ce point différent. J'ai gardé mes valeurs et je continue à les respecter.

Elle ignore des choses sur moi...et après cela, j'aurais bien du mal à lui avouer...

Et qu'elle ose me dire cela...me parlant du jugement des autres. Du rejet...Je renfonçais de plus en plus, la tête entre mes épaules.

" Je ne te rejette pas, Ambre !!!" dis-je d'un coup. Même Steve se retournait, surpris du ton de ma voix.

Je me retrouvais droit, bien droit devant elle. Il y avait que mes traits qui bougeaient, profondément touché par ses propos envers moi...

" Pas du tout ... Au contraire..."

Et maintenant, plus rien...Je cherchais comment le dire...Comment aborder le sujet...

" Ce n'est pas du rejet....C'est....c'est de l'incompréhension...Je...Je ne comprend pas cette façon d'agir...Cette...mentalité...Ce n'est pas ma façon de voir...un couple...l'amour...Ce n'est pas ça..."

Je continuais de chercher dans ma tête essayant de bien filtrer ma vision de la chose sans la froisser, de nouveau. J'avais tellement de mal à exprimer mes propos sa ma guitare:

" Tu...tu...avais...avais besoin de réconfort et tu t'es retourné vers Emerick. Vous aviez le même but...Ce besoin d'avoir quelqu'un, une présence...Seulement ce but à changé pour toi..., mais pas pour lui...Au fond, tu avais un sentiment vrai qui s'était créer...Alors, tu...tu en souffres....Donc, ça ne règle rien....Tu fini quand même par te retrouver à la case de départ...et même pire...te retrouver ici, avec moi..." dis-je avec un léger sourire, voulant apaiser un peu la tension.

Je m'avançais un peu vers elle gardant ce calme...

" Tu vois, c'est...c'est ça que je ne comprends pas...Malgré qu'on ne veut pas aimer, pour ne pas souffrir, ce contenter que du plaisir du couple, on fini par développer une complicité envers cette autre personne...et lorsqu'elle nous quitte ayant trouver mieux...On...on est pas plus avancer...L'amour est toujours présente, qu'on le veuille ou non..."

Je baissais la tête songeant au propos qu'elle m'avait balancer. Mes mains dans mes poches de pantalons:

" J'ai peut-être une mentalité des années 1800, mais je persiste à croire qu'on ne peut partager un moment aussi fort qu'avec une personne aimée...puisqu'on se donne corps et âme envers l'autre, dans le respect...et c'est pour cela que cela fait mal quand elle décide que c'est terminé...peut importe de la manière que cela à commencer...Voilà pourquoi je suis outré...On semble banaliser cet instant important entre deux personnes...Il n'y a plus rien de vrai...Je n'accepte pas cette nouvelle vision de...de l'amour...On le prend à la légère, maintenant..., mais c'est une nécessité cachée. Tu voulais, au fond, être aimé de quelqu'un et il t'a brisé...Et tu méritais pas cela, c'est tout...."

J'allais puiser au plus profond de moi-même affichant mes valeurs, mes principes et ma désolation. Ma peine...

" C'est peut-être pour cela que je suis seul, au fond...J'ai une mentalité des années 1800 qui ne plaît pas aux autres. Un vieux chevalier voulant aider mes proches, les protéger, peut-être trop...Protéger ne semble plus être apprécié...On veut tout faire par soi-même...refusant les mains tendues...comme si c'était honteux d'avouer nos difficultés...

Je cherche quelque chose qui ne semble plus exister, aujourd'hui. J'ai appris des leçons de vie qui sont maintenant désuets, mais..je...je ne me vois pas plonger dans ce...ce..."buffet à volonté" pour me satisfaire... Je suis fermé là-dessus, tu as raison...L'amour....c'est...c'est tellement plus que cela..."
dis-je en soupirant de désolation. Je me rendais compte moi-même que je nageais dans un nuage remarquant durement la réalité d'aujourd'hui.

Je déposais ma main blanche sur son sac, refusant de la voir partir sans m'expliquer:

" Je ne faisais que te taquiner, Ambre...Je constate que tu l'a pris de la mauvaise façon...Je...je voulais juste te protéger, Ambre. C'est tout. Je crois que tu méritais pas ces insultes qu'elle a lancé, cette façon de te décrire, de te voir comme une nuisance. Elle a totalement faux. J'ai vu la méchanceté dans son regard et...je voulais...je voulais juste empêcher qu'elle aille trop loin...Je sais que tu es capable de te défendre. Que tu es forte. Je sais tout cela...Je ne le ferais plus si tu le souhaites...Tu...tu es une des seules qui me parlent avec franchise...enfin, jusqu'à maintenant..."

Mon regard inquiet...Vas-t-elle partir, malgré tout ? Je souhaitais qu'elle me voit sous un autre facette que celui de l'être noir et froid...

" Je te présente mes excuses...sincèrement...Je ne voulais pas te froisser...Je...je veux juste comprendre....Apprends-moi, s'il le faut...Comment être, agir...Je ne sais pas...Je ne sais rien...Qu'est-ce que je dois faire ?"

Regard triste, désespéré...Je ne savais même plus comment me tenir...


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Ven 15 Avr - 17:14





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
Je n'avais pas voulu cela. En entrant dans ce bar, un peu plus tôt, je voulais juste me changer les idées et oublier mes soucis. Boire un coup ou deux aussi, en passant, histoire de se détendre. De m'embuer l'esprit de manière raisonnable et maîtrisée, mais lâcher un peu prise, juste ce qu'il fallait pour y voir plus clair et repartir. Parce que c'était tout ce qu'il me restait à faire dans l'histoire.
Quand Dwayne m'avait rejointe, je m'étais réjouie de sa présence. Je ne serais pas seule et, en plus, je savais que les choses ne seraient pas compliquées avec lui. Même si j'avais parfois du mal à le cerner, il n'était pas le genre de personnes avec qui je me prend le bec. Enfin, c'est ce que je pensais avant de commencer à parler avec lui.
J'avais pris la mouche, explosé comme rarement et, à présent, je n'avais qu'une envie : partir avant de le gifler.
Quand il ouvrit la bouche, j'étais sur mes gardes. Un mot de travers en plus et je ne répondais plus vraiment de moi. J'étais à bout de nerfs avant de me disputer avec lui, ça n'avait donc pas arrangé les choses. A présent, ça pouvait tourner très vite, même si je n'avais pas considéré qu'il puisse me faire changer d'avis. J'avais anticipé qu'il se dédouanerait comme un lâche. Les hommes ne le sont-ils pas tous au fond ? Mais non.
Déjà, il fut évident que ce que j'avais dit l'avait touché, ce qui était logique mais qui était à prendre en compte. En outre, au lieu de jouer les mâles typiques et de m'envoyer paître en m'insultant plus encore, il faisait tout l'opposé, expliquant un point de vue que je ne partageais pas, mais que je pouvais comprendre.
Je pouvais le comprendre, lui. Du coup, je commençais à regretter un peu de m'être emportée. Disons que la première série d'insultes aurait pu suffire. J'étais montée sur mes grands chevaux, je ne regrettais pas de m'être défendue, mais je ne pouvais pas ne pas admettre qu'il y avait sûrement plus de maladresse dans son discours que de méchanceté véritable. Mais je ne me sentais pas moins jugée. Juste qu'il fallait admettre que son point de vue se tenait... En partie.
En passant, il tapa là où ça faisait mal, mais je lui accordais que ce n'était sans doute toujours pas le but.

" Tu...tu...avais...avais besoin de réconfort et tu t'es retourné vers Emerick. Vous aviez le même but...Ce besoin d'avoir quelqu'un, une présence...Seulement ce but à changé pour toi..., mais pas pour lui...Au fond, tu avais un sentiment vrai qui s'était créer...Alors, tu...tu en souffres....Donc, ça ne règle rien....Tu fini quand même par te retrouver à la case de départ...et même pire...te retrouver ici, avec moi..."

Ca, c'était dit et la suite continua entre son point de vue et la réalité. Il en rajouta une couche au passage ce qui acheva de me convaincre qu'il ne me voulait pas de mal.

Tu voulais, au fond, être aimé de quelqu'un et il t'a brisé...Et tu méritais pas cela, c'est tout....

Non c'était vrai. Mais j'étais une grande fille, trop grande pour ne pas assumer mes erreurs. Après tout, je m'en doutais depuis le début, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même. Mais bon, je n'allais certainement pas l'avouer devant Dwayne. Par ego, je ne voulais pas lui concéder qu'il avait partiellement raison. Au lieu de quoi je le laissais poursuivre, m'enfermant dans mon mutisme pour mieux encaisser ses mots, la soirée et ces dernières semaines. Oui j'étais à cran. A bout même.
Comment n'avais-je pas pu m'en rendre compte plus tôt ?
Je finis par répondre, quand il expliquait sa conception de l'amour.

_ Bien sûr que l'amour c'est plus que ça, lançais-je, agacée autant par lui que par moi. Tu mélanges trop de choses. Les plans culs ça n'a rien à voir avec l'amour.

J'aurais préféré me taire mais ça sortit tout seul. Désillusion quand tu nous tiens...

_ Tu sais, l'amour c'est pas forcément une bonne chose. C'est bien le temps que ça dure mais après ça casse tout. Je ne suis même pas certaine que ça existe vraiment ailleurs que dans notre tête, dans les illusions qu'on s'en fait. Au moins, les plans culs te font moins manger chaud.

Bon je parlais mais j'appliquais pas puisque j'étais là suite à un plan cul, mais je m'en fichais.
Je repartis dans les tours après la question des commérages et il finit par poser sa main sur mon sac. Il ne voulait pas que je parte, je ne savais plus quoi penser. Au fond, j'étais très fatiguée. D'ailleurs, je fermais un instant les yeux tandis qu'il me demandait de rester. Le monde tanguait légèrement mais je l'ignorais.
Finalement, je me repris et répondis. Je n'avais pas envie de le faire attendre, ni de l'inquiéter plus avant. Je n'étais pas cruelle. Il ne le méritait pas.

_ Ca va, lançais-je, encore un peu impatiente, mais parce qu'il avait touché des points sensibles. Je ne t'en veux pas. Je pense juste qu'on ne s'est pas compris. Je te crois quand tu dis ne vouloir que mon bien, mais j'ai déjà laissé un mec diriger ma vie, soit disant pour mon bien et je ne suis pas prête à recommencer.

Voilà que je me mettais aux confidences à présent. Je n'avais d'autres choix que de m'expliquer maintenant.

_ Non pas que je te compare à lui, c'était un manipulateur et pas uniquement avec son pouvoir...

Et bam, j'avouais plus encore. J'aurais dû me taire, partir, mais je ne voulais pas le blesser.

_ Je crois juste que je suis très fatiguée et clairement sur les nerfs. Tu en as fait les frais, je suis désolée. Ton amitié compte pour moi. Tu ne veux pas qu'on oublie ce qui vient de se passer ?

Oui, ça serait plus simple. Surtout, ça ne m'obligerait pas à parler de mon passé.
Fatiguée, je l'étais. Pas seulement physiquement.


By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Jeu 9 Juin - 7:05






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







Je me sentais ridicule...Tellement idiot, soudainement.

J'avais osé me retourner contre une des seules collègues qui m'adressaient la parole. Une des seuls qui n'avaient aucun problème de rester avec moi plus d'une dizaine de minutes. La seule collègue qui me considèraient comme un ami...

...Un ami... et moi, avec mon caractère sordide, je la confronte sur ces choix de fréquentations...

Je suis qui pour lui dire de tel chose ? Personne...

Je...Je n'ai aucunement l'expérience pour comparer sa vision des choses.

Non, en songeant à tout cela...Ma vision...n'est...n'est aucunement efficace. Au contraire, on me regarde comme si je vivais à une autre époque.

Une époque révolue, trépassé par la liberté d'expression, liberté des femmes et que dire de la liberté sexuelle.

J'étais carrément à côté de la plaque avec ma courtoisie, ma politesse et mon romantisme à deux balles...

Je me rendais de plus en plus compte que je ne correspond pas à ce que les femmes recherchent...Pas du tout, même. En voyant et en écoutant les autres, il faudrait me mettre au musée...

D'un autre côté, je trouvais cela triste comme révolution...

Oui, à cette liberté, mais cela donne des relations à court terme. Rien de concret, rien de solide...On profite des premiers instants et ensuite on jette quand la passion n'est plus. On ne prend pas le temps de se parler, de chercher ce qui ne va pas, tenter de recoller les morceaux...

Non, c'est trop long, c'est trop ennuyant. On met fin à la relation et on passe au suivant.

Et c'est comme cela que je dois penser pour...pour trouver quelqu'un ?

C'est...c'est insensé...

Quand j'ai le coeur enflammé, c'est qu'il brûle éperdument. Je désirs passé le plus de temps possible avec cette personne et vouloir son bonheur...S'il se passe quelque chose, je veux comprendre pourquoi. Je tiens à chercher et à trouver...

Savoir qu'elle pourrait me jeter après peu de temps de fréquentation, me briserais totalement...Déjà que j'ai du mal à....à me donner, je m'écroulerais si elle me laisse d'un seul coup...

Non, je...je ne veux pas ce genre de relation...

Tu sais, l'amour c'est pas forcément une bonne chose. C'est bien le temps que ça dure mais après ça casse tout. Je ne suis même pas certaine que ça existe vraiment ailleurs que dans notre tête, dans les illusions qu'on s'en fait. Au moins, les plans culs te font moins manger chaud.

Je détournais mon regard dès que j'entendis les derniers mots, comme si j'arrivais pas à me faire à l'idée de ce style de vie...Que mes oreilles cillaient par l'obscénité des propos...

Oui, ça m'intimidais...Peut-être parce que...parce que...ça m'est jamais arrivé...

J'ai fais quelque fois l'amour, mais...baiser...Non.

Je refusais de la laisser partir avec ce froid entre nous.

Je l'ai insultée et je m'en voulais terriblement. Je détestais causer ce genre de situation. Certains l'enverrait balader n'ayant pas gagner leur point, mais j'étais capable de mettre mon ego de côté et accepter mes torts.

Elle a raison. Je vais devoir apprendre à connaître ce qu'est la modernité et laisse de coté mes vieux principes ancestrales...

C'est surtout la voir dans cet état qui m'incitais à intervenir, à l'empêcher de partir...

Elle a bu...beaucoup...et je refusais de la laisser s'en aller seule, à cette heure, en cette journée...

S'il fallait qu'on marche pour se rendre à l'institut, j'étais prêt à le faire à ses côtés...

Seulement, je n'avais pas placé un mot...

Ambre a un étonnant débit de conversation en état d'ébriété...Cela me faisait sourire au début...

...mais mon sourire disparue en entendant ces propos au sujet d'un mec envahissant. Son ex...

Un ex manipulateur. Déjà, ça regardais mal... Mon visage changeait...

J'allais être insulté la voyant parler de lui en associant mon attitude à la sienne, mais elle se ravisait et c'était tant mieux...

Il y a pas plus insultant pour moi qu'on me compare à ce genre de salaud de première...

Je me calmais. J'avais bu aussi....,mais je ne perdais rien de ce qu'elle venait me dire...

"Ton amitié compte pour moi. Tu ne veux pas qu'on oublie ce qui vient de se passer ? "

Il faut toujours bien décortiquer ce qu'une femme vous dit...Cela fait partie de mes capacités ancestrales...

J'étais touché qu'elle tient à moi...à mon amitié..., mais uniquement cette phrase en disait assez sur notre relation...

J'ai encore le rôle du bon gars...Le gars super gentil, le confident qui prend soin de tout le monde...

Je ne sais pas pourquoi, mais...ça en devenait lassant. Peut-être que la quantité d'alcool ingéré me rendait plus amer sur ma condition en cette fête du couple...

D'ailleurs, je fixais mon verre que Steve venait de remplir...comme s'il savait que j'en voulais encore...pour enfouir une colère interne qui me brûle....

Comme toujours, en tant que le bon gars:

" Ça va, Ambre...Je suis peut-être frustré aussi de...de ne pas comprendre...ce monde qui m'entoure...Cette nouvelle mentalité qui m'est difficile à saisir...Peut-être que...je ne veux juste pas m'adhérer...car je...je continue d'espérer...espérer que je serais important pour quelqu'un, un jour..."

J'allais trop loin...Tout cela remontait trop vite...Mes yeux noirs attristés sur Ambre. Mon sourire qui se crispait par l'inconfort...Mon coeur allait de travers...J'enchaînais sur autre chose et vite...

Un malaise...

Je me détournais pour prendre mon verre quittant la bulle à Ambre. Je pris une gorgée rapidement, comme si je n'avais pas bu depuis des siècles. C'était mon sauf-conduit pour éviter de replonger dans mes angoisses, mes questionnements sans fins...

Puis, en sentant la chaleur de l'alcool couvrir le fond de ma gorge, je fermais les yeux. J'étais d'un ridicule...Elle devait sans doute me voir comme un alcoolique : ayant besoin de sa dose pour garder la tête haute.


Puis, doucement, je regardais Ambre. Malgré la honte du moment, je pris une bonne respiration.

Je faisais quelques pas vers elle, gardant mon verre à la main. En étant le plus sincère:

" Je tiens à notre amitié tout autant, Ambre...C'est peut-être plus cela que je suis inquiet pour toi...Que je n'aime pas te voir dans cet état...Oui...ça me fait du mal de voir ce noir autour de toi...J'espère que ce gars...Ce manipulateur...n'est pas une des raison s pourquoi tu ne crois plus en l'amour...J'ai déjà tué pour moins que cela..." dis-je sérieusement...

C'est une expression, mais quelques fois, cela peut sous-entendre une vérité...

" Alors...On oublie tout...On retourne à l'institut ?"

Comme tout bon gars ferait...Je propose de la raccompagner à l'institut. J'en avais aussi assez de cet endroit...De cet ambiance merdique...


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Sam 16 Juil - 11:43





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...
Pittoyable.
Non, plutôt lamentable.
Oui, lamentable. La situation, nos attitudes, notre dispute.
Mais au moins, nous avions l'intelligence de ne pas en rester là.
Bon, pour être honnête, il a eu l'intelligence de lâcher du lest à temps sinon je me barrais comme une diva. J'ai toujours dit que je suis une chieuse et que je suis loin d'être parfaite avec mon ego et un brin de mauvaise foi. Heureusement, ça n'avait pas viré au fiasco complet.
Juste un fiasco mitigé.
Et j'y avais contribué.
Du coup, je me sentais moins hargneuse mais un brin merdeuse et j'aimais clairement pas ça. En plus, j'avais trop bu, je le savais, et je n'allais pas pouvoir conduire de suite. J'avais déjà dormi dans ma voiture une pair de fois, mais pas en ville, pas avec autant de cons qui pourraient venir m'emmerder pendant que je me reposais. Il fallait donc... Que je mange. Oui, c'était un bon plan. J'aurais presque pu croire que j'étais à nouveau étudiante.
Sauf que j'étais prof maintenant, et que j'étais nettement moins jeune. Je tenais moins bien la boisson qu'auparavant. Et, demain, ma tête me le ferait payer.
Pourquoi doit-on vieillir ?

" Ça va, Ambre...Je suis peut-être frustré aussi de...de ne pas comprendre...ce monde qui m'entoure...Cette nouvelle mentalité qui m'est difficile à saisir...Peut-être que...je ne veux juste pas m'adhérer...car je...je continue d'espérer...espérer que je serais important pour quelqu'un, un jour..."

Il me faisait de la peine. Mais vraiment. C'était un mec bien et il ne méritait pas d'être aussi seul ! Pourquoi les gens étaient-ils trop cons pour voir au delà de son apparence et de sa mutation ? Ca me dépassait entièrement...

_ Tu es quelqu'un d'important, répondis-je avec conviction. Et un jour quelqu'un le remarquera. Tous ceux qui sont trop cons pour ne pas le remarquer... Bah ils ne te méritent pas !

Oula je virais philosophe ! On sent la maîtrise de la rhétorique niveau... J'ai trop bu. Lui pas assez visiblement parce qu'il y retourna. Oh, je n'allais pas lui jeter la pierre. Et puis, il est plus costaud que moi, il peut certainement encaisser plus.
Est-ce qu'il est plus jeune aussi ? Bon sang, je me sentis vieille d'un coup, même si bon j'étais clairement bien conservée. Mais tout de même, la barre de la trentaine me restait en travers de la gueule. J'étais en train de passer à mon âge canonique quand il revint et me scotcha sur place.
Au début, tout allait plutôt bien, même si une vague alarme retentit de me dire qu'il semblait peut-être un peu trop dévoué à la cause...

" Je tiens à notre amitié tout autant, Ambre...C'est peut-être plus cela que je suis inquiet pour toi...Que je n'aime pas te voir dans cet état...Oui...ça me fait du mal de voir ce noir autour de toi...J'espère que ce gars...Ce manipulateur...n'est pas une des raison s pourquoi tu ne crois plus en l'amour..."

Je n'eus pas le temps de répondre qu'il ajouta :

"J'ai déjà tué pour moins que cela..."

J'aurais dû voir qu'il ne plaisantait pas mais 1) je ne voulais pas y croire et 2) je n'étais pas dans mon état normal. Alors je me mis à rire, comme s'il venait de faire une bonne blague. C'était un peu lâche de ma part, mais bon j'ai bien dit que j'étais tout sauf parfaite.

_ Ne t’inquiète pas pour moi, je vais m'en remettre. En plus, j'ai vraiment l'impression que je n'ai fait que geindre sur mon sort ce soir, ce qui ne me ressemble pas...

L'impression ? Non, la certitude, oui ! D'ailleurs, je continuais ! Et au passage, je prenais grand soin de ne pas parler de mon passé ni de répondre à sa question tacite. Si j'abordais Aidan, je pouvais tout aussi bien parler de l'enfant que j'avais perdu et...
Je me retins de pleurer et changeais complètement de sujet, mais nous étions sur la même longueur d'ondes.

" Alors...On oublie tout...On retourne à l'institut ?"

Ne pas penser à mon bébé, ne pas penser à mon bébé, ne pas penser à mon bébé. Eh merde ! J'espérais qu'il était trop alcoolisé pour remarquer ce qui se passait.

_ J'aimerais bien mais je pense que ni toi ni moi ne sommes en état de rouler. Ou alors juste sous la table.

Bon sang, mon humour était VRAIMENT pourri !

_ Ca te dirait de manger un truc et de prendre l'air en attendant d'être un peu plus... En pleine possession de nos moyens ?

Penser à autre chose...

_ J'ai bien envie d'un kebab ! Je sais qu'il y en a un pas trop loin. Il sera forcément ouvert !

En plus, ça serait une première : je n'avais jamais passé la Saint Valentin dans un kebab !


By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Dim 14 Aoû - 5:05






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







J'ai bu...

J'ai bu assez pour laisser ma porte de ma cage entrouverte. Juste assez pour qu'elle perçoit une lueur, suffisante pour découvrir un peu ce qui se cacher sous mon mon armure. Peu de gens se sont aventurer au travers de cette faille connaissant véritablement ce que je suis. Simplement parce que je laisse rarement les gens s'en approcher.

Je ne veux pas. Montrer une partie de moi qui est plus vulnérable, plus faible. Ce côté que je déteste...et qui fait mal.

C'est probablement pour cela que je suis ici, accoté dans ce bar pour boire, un 14 février...Enterrer ce que je ne veux pas voir remonter à la surface.

Ma tristesse...Mon romantisme déchu...Cette idée pré-conçue de l'amour et de ces dentelles...Ce coté doux et magnifique du grand amour et du bonheur infinie...

J'ai probablement trop lu de livre étant jeune pour me laisser berner par les contes de fées aux fins étoilés. Pourtant, l'amour entre mes parents étaient aussi beau et féerique...Je ne peux pas croire que cela n'existe plus aujourd'hui...

Donc, j'essaie de garder espoir...

Tu es quelqu'un d'important. Et un jour quelqu'un le remarquera. Tous ceux qui sont trop cons pour ne pas le remarquer... Bah ils ne te méritent pas !

Je ne la regardais pas...Mes yeux portaient plutôt sur mon verre qui était vide...Je l'avais bu d'un trait espérant que l'effet de l'alcool apaiserait ce brouillard dans ma tête...

Elle me disait de belles choses, mais...c'était de plus en plus difficile de le croire...Il le faudrait, pourtant. Je ne m'aidais pas avec cette attitude, mais c'était pas une bonne soirée pour changer le monde...

Et ce monde...:

" ...Ça doit être pour cela que je suis seul... Avec le monde d'aujourd'hui, rares sont ceux qui me méritent..." dis-je en terminant par un petit sourire.

Un peu d'humour noir...

C'était une manière subtile de la rassurer. Lui dire, en quelque sorte, que je n'avais rien....

Je me cachais, certes, mais elle aussi...Et cela paraissait d'avantage sur son visage...

On s'est confessé, en quelque sorte...On s'est dit nos quatre vérités n'ayant aucun filtre.

Ambre, par contre, a été plus profond dans ses propos. C'était une toute autre personne sous l'influence de l'alcool et en général, c'est pas bon signe...

J'étais, malheureusement, très emphatique...Il n'y a pas que l'alcool et les coeurs en carton qui la touche aussi durement...

Quoi, je ne sais pas...Est-ce que je lui pose la question ? J'aimerais bien, mais je crois qu'elle en a eu assez pour aujourd'hui...

Il fallait qu'on sorte...

Je l'invitais à prendre les devants afin d'aller vers la sortie. Je pris soin de payer mes verres et le dernier d'Ambre par politesse...

Je n'ai pas pu m'empêcher de me questionner sur son humour la regardant avec un certain doute. Qu'est-ce qu'elle essayait de dire...

Heureusement qu'elle enchaînait, mais j'aurais préféré qu'elle ne dise rien...

Manger, à l'extérieur...ce soir. Je freinais un peu.

" Manger...?! Dans...dans un restaurant...?"

Il y allait avoir du monde partout et cette ambiance festive qui me plaisait pas. J'aurais préféré prendre un taxi et aller directement è l'institut pour m'éloigner de toute cela...Ce serait sans doute tranquille puisque la plupart des jeunes seront en ville...

Et...quel genre de restaurant voulait-elle aller ? Je ne sais pas pourquoi, mais cette situation changeait de tournure dans ma tête...Elle voulait manger avec moi ? Je m'attendais pas à cela. Je n'étais pas prêt...

Est-ce que j'avais les moyens de lui payer le repas ?

_ J'ai bien envie d'un kebab ! Je sais qu'il y en a un pas trop loin. Il sera forcément ouvert !

J'étais soulagé. Un simple Kebab. Parfait...Discret, pas trop bruyant et achalandé...ayant aucun esprit commerciale de la St-Valentin.

" Un Kebab, avec moi ? Vraiment ? Je...Je ne sais pas..."

J'avais peur...Peur de ne pas être à la hauteur. J'avais bu et je ne savais pas ce qui allait se passer. On m'a rarement invité à une activité, une soirée...Alors, cela me faisait tout drôle.

Elle voulait manger un morceau avec moi...Elle voulait être avec moi...Continuer la soirée en ma compagnie.

Doucement, mon visage d'inquiétude se transformait. J'avais le sourire jusqu'au oreilles.

"Ahhh oui ! Oui, bien sûr ! Bien sûr...Pourquoi pas. J'ai...j'ai d'ailleurs pas dîner...Je te suis."

Je laisse le passage libre à Ambre pour qu'elle prenne les devants. Par mesure de politesse, certes, mais aussi pour assurer ses arrières. On était quand même dans un bar, le 14 février...


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurhumaincrazy foxes
- Ambre Scott -
only human

Master of red pen
Aucun
Professeur d'Histoire et d'anglais. Sinon, elle fait pas mal de sport, ça l'aide à se détendre. Ou alors elle lit. Ou elle mange. Elle trouve toujours un moyen de s'occuper.
23/04/2015
Rachelle Lefevre
cramberry, trumblr, evie
618

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Sam 20 Aoû - 10:03





Les rouquines se cachent pour pleurer
Ambre et Dwayne


Boire un petit coup, c'est plus dans le coup...

Maintenant que j'avais décidé que j'allais mangé, j'avais faim. C'était à croire que mon corps n'attendait que ce signal. Du coup, j'avoue, je suis passée totalement à côté de l'humour noir de ce pauvre Dwayne.
Mais bon, j'avais faim !!

_ Je me dis souvent la même chose, appuyai-je quant au fait que peu de personnes ne me méritent.

Non je n'ai pas une très haute opinion de ma personne, mais je m'estime être quelqu'un de bien. Et il y a tellement de cons qui, en effet, ne me méritent pas.
Ensuite, Dwayne eut un instant de flippe que je ne compris pas. Sérieux, je proposais juste d'aller manger, ce qui est la suite logique quand tu picoles dans un bar. Mais il semblait à la fois surpris et... Gêné. Pouvait-il rougir ? A priori non, mais il en avait toute l'attitude. Je songeais un instant à lui dire de péter un coup, de lâcher prise, parce qu'on était entre nous et que nous étions (c'est triste à dire) de vieux copains de beuverie maintenant. Même si on ne s'était pas vraiment foutus une mine, juste... Pas mal picolé dans le jardin de l'institut.
Ca aussi c'est un peu triste.
Bref, il fallait que je me reprenne. Et lui aussi.
Je précisais que je pensais à un kebab et ça ne sembla pas vraiment l'apaiser.

_ Tu n'es pas végétarien ? C'est super bon un kebab ! Plein de calories et tout ! On prendra des frites aussi tiens. J'ai la dalle tout d'un coup !

Je sais être une fille distinguée et chiante, promis. Mais là, j'étais plus en mode "potes", rien que ma chemise à carreaux le prouvait. Bon, ça n'empêchait pas des mâles en rut (et surtout en manque) de me reluquer tandis qu'on marchait dans la rue, mais je les ignorais royalement. Et puis, avec mon cerbère, aucun n'osa m'adresser la parole, ce qui était plutôt cool.
Dwayne était vraiment pratique !
Dwayne qui finit par accepter en précisant qu'il n'avait pas dîné, ce qui me fit rire. Dîner n'était pas vraiment le terme approprié pour ce qui allait suivre mais peu importait.

_ Ne parles pas de dîner, on croirait un rencard, rétorquais-je gentiment. Là, c'est décidé, les mecs je fais une sérieuse pause ! Je vais me consacrer à mon travail et ça sera déjà bien.

Ah les promesses d'alcoolo... Elles ne tiennent jamais bien longtemps, en dépit de la conviction apparente avec laquelle elles sont prononcées. Nous arrivions en vu du kebab dont la devanture ne payait pas de mine. Il y avait quelques personnes, toutes ou presque dans un état analogue au nôtre, et je fis la queue sans impatience. Je savais déjà ce que j'allais prendre, j'avais mes habitudes ici.

_ Je devrais peut-être essayer les nanas, lançais-je pensivement, sans me soucier d'attirer l'attention sur moi, ce qui n'était pas le cas.

La réaction de Dwayne me prouva que j'aurai sans doute mieux fait de me taire.

_ Ouais t'as raison, c'est chiant aussi les nanas. Et pis, je ne saurais pas quoi en faire. Mais bon, les mecs aussi c'est chiant.


Vint le moment de commander et je n'eus pas la moindre hésitation.

_ Un kebab frites, sans tomates, avec sauce blanche et un soda. A emporter.

Je laissais Dwayne choisir et on se décala pour ne pas bloquer la file en attendant la commande. Toujours sur ma lancée en mode Idéfix, je repris, tout naturellement.

_ Non, je pense que c'est mieux si je m'en tiens au célibat pendant un moment. A la place, je vais me remettre au combat. J'adore foutre leur misère à Graham et Eion. Graham est tellement gentil et fair-play que c'est plus que facile. Eion est un peu plus retors, j'adore !

Et, parce que je n'avais plus aucun filet de bienséance, à cause de l'alcool, j'ai poursuivi.

-Retors, j'adore !

J'ai ri (ce qui est navrant, nous en conviendrons).

_ Comme dans la pub !

Dwayne était-il amateur de parfum ? L'idée m'a fait encore plus rire...
La commande était prête, je récupérais le tout en payant ma part, quoi qu'en dise Dwayne, puis nous marchâmes jusqu'à un parc situé non loin de là et je m’échouais plus que je m'assis sur un banc. Sans attendre, je commençais à dévorer mon festin.

_ Bon appétit !



By PuffDaddy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   Lun 12 Sep - 6:14






Les rouquines se cachent pour pleurer





Topic avec Ambre
I'm lonely, but I ain't that lonely yet







Ce genre de soirée, aussi triste soit-elle, habituellement, je la passais seul. Seul à regarder une glace fondre dans mon verre. Je me repassais souvent les moments lourds de ma journée et ce que j'aurais dû répondre plutôt que me contenir et poursuivre mon chemin.

C'est toujours comme cela, car je n'avais pas le choix. Oser pousser ma colère à la vue de tous serait un désastre: une montagne de pierre renversant tout sur son passage. Alors, je me taisais, me contenant le plus possible, encaissant ces mots, ces horribles mots que, malheureusement, j'arrivais à entendre...

Je me remplis de haine, une masse de fumée noire comble ma cage thoracique et ma façon que j'ai trouvé pour la calmer et ce verre de fort que je bois à mon appartement ou si je ne supporte plus les murs, le bars mutant...

Rien de très positif, rien de très réjouissant... sauf quand cette soirée est accompagné d'une gentille rousse.

C'était une des premières fois depuis un bon moment que je n'avais pas passé une telle soirée. Être accompagné, parler à quelqu'un autre que le barman...entretenir une conversation plus riche que des onomatopées à tous les dix minutes.

C'était une toute autre ambiance pour moi. Plus vivante, plus amusante et chaleureuse.

Alors, quand elle m'a invité à aller manger un morceau...C'est qu'elle désirait poursuivre notre entretient. Elle s'intéressait à moi, me trouvant assez distrayant pour ne pas me remercier et continuer son chemin.

J'étais plus qu'heureux. J'en étais nerveux. Je ne voulais pas lui faire honte. Qu'elle change d'avis en me repoussant pour une raison quelconque. Non, je ne voulais pas. Je souhaitais pas finir cette journée des coeurs rouges en un coeur noir.

Je l'invitais à sortir du bar prenant soin de fermer la marche. Je ne me cachais pas. J'étais un peu éméché, c'est vrai mais j'agissais toujours avec courtoisie avec les dames. Avec Ambre c'était surtout pour assurer sa sécurité. Elle n'avait pas une tenue provocante, mais ici, dans ce bar ou dans une rue de New York à cette heure, les hommes se changent en véritable connards de première. Certains sont tellement soûl qu'ils ignorent ma présence. Ils la regardent, se lèchent presque les babines. C'est dans ce genre de moment que mon don me plaît. Ma grandeur et ma carrure sont deux avantages persuasifs, mais un léger grognement animal supplémentaire éliminent facilement la vermine...

Le pire, c'est qu'elle ne le voyait pas. Elle me parlait de ses goût alimentaires en poussant la porte du bar ignorant totalement l'homme qui la laissant passer à l'entrée...C'était ignoble comment il l'a regardait...et ces mots qui murmuraient à son ami m'a fait presque perdre mes gonds...

Ils n'ont fait qu'un pas, voulant la suivre sur le trottoir ne souciant pas de celui qui la suivait derrière...

Nez à nez avec eux...

Un regard froid et menaçant suivit d'un grognement entre mes dents et ces messieurs entrèrent rapidement dans le bar. Quelques pas rapides et je rattrapais la conversation avec Ambre...continuant d'assurer sa sécurité...avec subtilité.

_ Ne parles pas de dîner, on croirait un rencard, rétorquais-je gentiment. Là, c'est décidé, les mecs je fais une sérieuse pause ! Je vais me consacrer à mon travail et ça sera déjà bien.

J'étais un peu surpris de sa réaction...Je sais très bien que ce n'était pas un rencard, ...enfin..Je ne le croirais pas de toute façon. C'est sûr que cela m'a traversé l'esprit, mais j'étais quand même touché qu'elle m'invite à prolonger cette soirée avec moi.

Cependant, l'entendre parler ainsi de la suite de ses relations sentimentaux...Ça m'avait surpris...Elle venait juste de me dire qu'elle acceptait de vivre des relations plus ou moins sérieuses...Alors pourquoi arrêter ? Cela la touchait plus qu'elle ne me le faisait croire...

Je ne savais pas comment réagir outre que de mettre mes mains dans mes poches...Je réfléchissais.

" Penser qu'on peut guérir en ce consacrant à son travail...Cela ne fait que s'isoler encore plus. C'est se mettre soi-même dans une cage... C'est pas la meilleure chose à faire..." dis-je comme cela, sans intention précise en invitant Ambre à entrer en tenant la porte du Kebab

Enfin, si, c'est ce que je fais présentement. Je me suis marié avec mon travail...Ne sachant pas quoi faire d'autre...

J'entrais à mon tour ignorant ce qui m'attendais à l'intérieur: des gens. Des gens que je ne connaissais pas sous une forte lumière en néon....

Cette odeur de friture, d'épice, et de lendemain de veille. Que dire des regards qui n'était aucunement subtile suite à mon arrivé. Ils essayaient de l'être, mais leur taux d'alcoolémie régressaient leur tentative.

Essayer de les ignorer. Heureusement que l'état d'ivresse d'Ambre me permettait de me changer les idées. Je la regardais complètement surpris de cette déclaration spontanée et expressive. Ce n'était pas juste moi qu'on fixait maintenant...

Ouais t'as raison, c'est chiant aussi les nanas. Et pis, je ne saurais pas quoi en faire. Mais bon, les mecs aussi c'est chiant.

Je riais légèrement montrant mes petites dents blanches...D'ailleurs, plus on avançait, plus les cuisiniers me dévisageait. Encore des gens se demandant si on était pas sortie d'un bal costumé...Je les laissais décidé de quel personnage j'incarnais permettant ainsi à Ambre de commander. J'échangeais des regards tout aussi indiscret qu'eux. Et tout cela, au-dessus de la tête de la rouquine...

Sans un mot de plus, je passais ma commande rajoutant des tomates et un café plutôt qu'un soda...Cela lui prit une seconde au caissier avant de lancer ma commande aux cuisiniers....Un mouvement brusque de ma part et il aurait crié, j'en étais sur...Pourtant, je ne faisais que le fixer du regard, conscient de cette crainte sur son visage...

Ce n'est qu'en allant rejoindre ma consoeur que je lâchais. Elle continuait son discours...

_ Non, je pense que c'est mieux si je m'en tiens au célibat pendant un moment. A la place, je vais me remettre au combat. J'adore foutre leur misère à Graham et Eion. Graham est tellement gentil et fair-play que c'est plus que facile. Eion est un peu plus retors, j'adore !

La chose qui me faisait sourire, c'était de la voir rire. Je ne comprenais pas du tout ce qu'elle parlait..., mais la voir aussi rayonnante me faisait plaisir...On se foutait si les gens nous regardait de travers. Au moins nous, on assumait ce qu'on était...

Je pris ma commande n'oubliant pas de faire un léger sourire au caissier. Je détestais laisser une demoiselle payer, mais la rouquine avait déjà préparer son argent, chose que je ne pouvais pas faire ignorant le montant totale. Je n'insistais connaissant le caractère de la dame.

Ce qui était aussi frustrant c'était de voir l'hésitation du caissier qui semblait avoir de la difficulté à toucher mon billet de banque. Je lui aurais flanqué un coup en pleine figure. Il aurait bien vu que ce n'était pas du maquillage..., mais je ne voulais pas gâcher notre soirée.

On partie aussi bruyamment qu'on est entré. Je laissais Ambre sortir en premier continuant toujours d'assurer sa protection...même si je n'étais pas à 100%. En effet, cela devenait de plus en plus difficile de marcher droit. Je poussais même des rires devenant de moins en moins cet être crispé que je peux laissé paraître, habituellement.

Ambre prenait les devants s'écrasant sur un banc de parc, non loin du resto...Elle était déjà en train de retirer le papier alors que je prenais place à ses côtés.

Je la regardais qui mangeait déjà son repas alors que moi, j'avais du mal à le sortir de son emballage...

À vrai dire, je ne savais pas trop comment manger ce truc...Je me sentais soudainement stupide d'avoir pris quelque chose dont je ne connaissais pas...

" Bon appétit..." dis-je sans avoir prit une bouchée.

Je la regardais toujours avec un sourire...J'étais vraiment content d'être ici, avec elle.

" J'imagine que c'est bon..."

Et je ris.

"...Tu en as plein le menton ! " dis-je aussitôt en l'essuyant avec un essuie-tout que j'ai ramasser au restaurant...

À cet instant...quelque chose me traversait l'esprit. Mon sourire s'estompait tranquillement...Ce geste était peut-être un peu abrupte de ma part, mais je ne faisais sans mauvaise intention. Je voulais juste retirer cette tâche sur son menton, rien de plus. Comme un ami honnête qui verrait un morceau d'épinard entre ces dents.

Je terminais d'éponger la sauce avant de mettre l'essuie-tout en boule dans ma main et le jeter dans la poubelle.

"...Tu as...une telle candeur...T'entendre t'amuser...Dire ces conneries...Ne pas te préoccuper de la pensé des autres...Je n'ai pas cela...Je...Enfin, ça me fait du bien de cohabiter avec ta belle énergie, ce soir..." dis-je avec sincérité...

Je la regardais un petite moment serrant mes lèvres ensemble. Avais-je dis quelque chose de trop ? Quelque chose qui allait la rendre malaise ? Je ne voulais pas rendre cela inconfortable. Je tenais juste à lui éprouver ma reconnaissance. Sa présence est une bouffée d'air frais pour moi...Cela faisait longtemps que je n'avais pas vécue cela.

Mon regard se retourna sur cette chose que j'avais toujours dans mes mains...Ce sandwich que j'ignorais comment le manger sans me tâcher...

Je le faisais presque tournoyer entre mes doigts ne sachant toujours pas....

" Est-ce que...je...Il y a un sens à ce truc ?..."


Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les rouquines se cachent pour pleurer [Pv Dwayne]
» AMETHYSTE ϟ Un jour, il ne restera que nos yeux pour pleurer | Finie
» Chimère "La tristesse assèche le coeur de qui n'a plus de larmes pour pleurer."
» Les Oiseaux se cachent pour mourir [PV Seki Z]
» Coeur de Glace ~ Vivre pour mourir. Espérer pour pleurer || Fini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: NEW YORK CITY :: brooklyn-