.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 1 Mar - 12:13





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




Pas juste quand tu lui sautais dessus ? Encore une fois tu avais pincé tes lèvres comme pour t'obliger à ne pas sourire. T'aimais bien l'idée de le décontenancer par ta présence, c'était flatteur mais surtout ça te donnais le droit de l'être aussi. Enfin t'avais pas vraiment eu besoin d'attendre d'avoir le droit qu'on se le dise. Quand tu étais avec lui la plupart de tes phrases et de tes gestes étaient irréfléchis et impulsifs. C'était lui qui avait cet effet sur toi, un peu comme maintenant...

Tu lui courais donc après...littéralement et lui ne faisait même pas l'effort de t'attendre. Le pire c'est que tu te doutais qu'il faisait ça pour t’embêter mais inévitablement tu ne pouvais pas t’empêcher de réagir comme tu le faisais. T'étais faible et légèrement prévisible et dans une certaine mesure tu l'assumait plutôt bien.
Ce n'est qu'une fois à la cuisine que tu tomba face à lui. Il avait déjà eu le temps de lancer ton café avant que tu ne lui face ton petit regard inquisiteur. Tu voulais qu'il te réponde, il n'avait pas le droit de lancer une phrase comme celle qui avait dit puis de partir comme il l'avait fait. Mais au lieu de te répondre il était descendu du comptoir tendis qu'il te disait que ça n'avait pas vraiment d'impact comme ça...De quoi parlait-il ? T'avais pas eu à attendre longtemps que déjà il avait les mains sur ta taille te portant jusqu'au comptoir. A son contact tu avais frissonné...allait-il te faire de l'effet à chaque fois ? Puis une fois posé il t'avais fait face tout en disant que maintenant tu pouvais jouer les filles autoritaire. Et t'avais même pas pu t’empêcher de lui donner ce qu'il voulait avec ce même petit regard...

-Hey !!! Mais cesse...tu perds rien pour attendre...

Non mais ! Il avait pas le droit de se moquer de toi comme il le faisait. Pire il n'avait pas le droit de te ranger comme ça à sa guise. Non mais oh t'étais pas un objet...T'avais même pas eu le temps de répliquer que déjà il avait posé ton café à côté de toi. Toi tu le regardais toujours avec ce même regard cachant ton amusement. Il était mignon quand même...chiant mais mignon...sur tout mignon...Non fallait pas que tu perde le nord alors tu t'avais donné un peu de contenance...

-Sauf que maintenant je veux savoir...genre t'as pas le droit de dire des phrases comme ça et de partir...ça doit être...Tu étais en train de le regarder quand t'avais percuté qu'il était en train de remplir ta tasse de sucre. Stop !!!! Faut quand même qu'il reste du café tu sais...à l'état liquide...

Instinctivement tu avais approché tes mains de lui pour lever le pot de sucre. Tu ne sais trop comment t'avais fait ton compte mais le pot c'était retourné contre son fourbe propriétaire. Quelques grains avaient été projeté sur lui et toi au lieu de t'excuser tu avais juste éclaté de rire. T'avais pas fait exprès et c'était ça le plus drôle.

-Tu sais que t'as pas besoin de sucre pour être à croquer.. ?


T'avais vraiment osé dire ça et avec le sourire en prime. Ce même petit sourire amusé qu'il te lançait plus tôt. C'était pas méchant et c'était plutôt marrant...toi tu trouvais que ça l'était et puis il avait commencé tu ne faisais qu'ajouter de l'eau à son moulin. Oh et c'était aussi beaucoup mieux que la phrase que tu comptais lui dire de premier abord soit "t'as pas besoin de sucre pour être à mon goût". La preuve qu'elle était encore un peu réfléchit...parfois. Puis ça te permettait aussi de reprendre le dessus sur lui d'une certaine manière et surtout sur tes propres pensées encore en alerte face à ce qu'il avait découvert sur toi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 1 Mar - 20:58


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Non, pas juste quand elle te sautait dessus. Tu n’étais pas des plus doués quand on parlait de sociabilité. Encore moins pour la faire. Tu étais plus doué avec l’art qu’avec le genre humain. En même temps, on ne pouvait pas être doué avec tout dans la vie. Tu avais tes spécialités donc et les gens n’en faisait pas partie, même pas pour les dessiner.

Bref, tu avais été chiant, mais amusant et tu t’étais sauvé. Ouais, elle voulait son café, elle allait l’avoir. Toi, tu voulais seulement t’amuser un peu et peut-être aussi avoir une bonne raison pour qu’elle te suive. Tu n’allais quand même pas perdre une bonne partie de ta dernière heure avec elle à faire un café tout seul, en tête à tête avec le silence. Donc ouais, l’attirer c’était bien. Vu le ton de sa voix se rapprochant, tu avais réussi. Tant mieux, tu aimais ça comme ça.

Une fois avec toi dans la cuisine, elle tentait de t’intimider, mais elle était plus petite que toi de beaucoup vu que tes fesses étaient posées sur le comptoir. Alors, tu avais décidé de lui laisser sa chance en mode autoritaire! Tu étais descendu du comptoir et tu l’avais assise dessus sans vraiment lui demander son avis. Tu savais déjà que malgré les gâteaux qu’elle engloutissait, elle n’était pas bien lourde. Tant mieux pour toi. Donc ouais là, fallait qu’elle retente l’autorité, peut-être que ça marcherait. Elle recommençait, tu ne perdais rien pour attendre et tu rajoutas avec le sourire :

-Ah bah non, ça change rien en fait.

Et ton sourire s’étirait en un sourire joueur, mais adorable. Ouais, fallait arrêter de l’embêter, tu le savais, mais tu ne pouvais pas arrêter. Parce que quand tu le faisais, elle trouvait ça marrant et tu aimais voir les étincelles d’amusement dans ses yeux. Ensuite, le café, fallait le finir et le sucré. Du coup, tu avais amené le sucrier et tu lui avais parlé d’abord de ce qu’elle voulait, ensuite lui dire de te dire quand arrêter. Du coup, tu allais peut-être la buggué à faire deux choses en même temps. Sauf qu’elle avait tenté de te retirer le sucrier, mais qu’elle n’était pas doué et toi non plus en prime. Le but, c’était surtout de ne pas lui voler un souvenir ou une pensée de façon aussi ridicule. Bref, elle t’avait balancé du sucre à la tête. Voilà, ton âme était réellement sucrée maintenant, ce n’était même plus une métaphore. Elle rajoutait que tu n’avais pas besoin de sucre pour être à croquer. Déjà, on rappelle que le cannibalisme est interdit. Je sais ce que t’es capable de faire faire à tes perso, non mais oh! Ensuite, il souriait, rajoutant :

-Mais c’était à toi de me dire quand arrêter rho! Faut se concentrer un peu.

Et tu te mordais doucement la lèvre inférieure pour te retenir de rire. Elle allait finir par te tuer si tu n’arrêtais pas tes bêtises. Pourtant, tu n’y arrivais pas. Tu avais envie de la rendre dingue, tu savais ça, tu ne comprenais pas pourquoi, mais tu savais. Le plus beau, c’est que tu avais enchainé sans lui parler de ce qu’elle t’avait dit, bah… euh… pensé en fait. Ouais, tu n’allais pas lui dire. Ce qui était marrant en prime. Tu avais ensuite été cherché du lait pour le déposer près d’elle.

-Je te laisse mettre ton lait, du coup que t’es envie de me noyer ou un truc du genre… surtout qu’ici, gaspiller le lait, c’est limite passible d’emprisonnement.

Genre avec John, fallait pas jouer avec le lait. Tu le rangerais après, sagement. Tu étais adorable. Ça, mais aussi parce que tu te demandais si elle arriverait à remonter sur le comptoir toute seule si elle descendait ranger le lait. Ouais, tu étais adorable, encore plus quand on ne pouvait pas lire tes pensées. Ensuite, tu avais été démarré un second café. Non, elle n’allait pas être la seule à boire un café. Vous alliez le faire à deux, en tête à tête dans la cuisine. Finalement… tu n’aurais pas vraiment prit le temps de dessiner. Du coup, c’était encore plus évident que ce n’était qu’une excuse pour la voir, mais ça, vous étiez tous les deux au courant de ce détail.

Et tu t’étais finalement assit sur un autre comptoir. Tu aimais bien être perché quelque part, tu n’y pouvais rien. Tu avais le café qui coulait près de toi et le sucre à porter, c’était tout ce que tu avais besoin. Le plus beau dans tout ça, c’est que tu étais loin, donc pas de risque qu’elle te tape. Les couteaux étaient même ranger, tout ça, au cas où. Tu faisais donc aller doucement tes jambes dans le vide en rajoutant, sourire aux lèvres :

-Hm, du coup, on se propose une seconde rencontre maintenant ou on fait semblant que c’est la dernière, on se torture en fixant le téléphone pendant des heures avant de proposer une excuse bidon pour finalement se revoir?

Tu tentais d’avoir l’air sûr de toi, mais au fond… tu paniquais réellement à l’idée qu’elle puisse refuser. T’étais nulle pour ce genre de chose.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mer 2 Mar - 0:24





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




Il se moquait de toi et toi tu lui rendais bien quand même. Tu étais assise sur ton côté de comptoir plus haute que lui tu découvrais que même avec cet angle de vu il restait tout aussi craquant. Mais il ne fallait pas que tu tombe dans le panneau t'étais censé être autoritaire oui, il fallait donc que tu rendre dans la peau du personnage. Pour dire vrai ce n'était pas très compliqué car t'avais un peu ce côté là en toi...merci à ton père pour ça.
T'aurais bien pu lui répondre quelque chose quand il avait dit que même avec de la hauteur il n'arrivait pas à te prendre au sérieux. Mais tu t'étais contenté de le regarder tout en plissant les yeux. Oui tu lui faisait le regard qui maudissait un peu...mais gentiment quand même tu l'aimais bien Eliot. T'étais vraiment expressive comme fille c'était une bonne chose quand tu voulais montrer que tu n'étais pas d'accord ou autre. T'étais tellement expressive qu'il était même assez simple de voir derrière des yeux autoritaires ces petites étincelles trahissant le fait que la situation t'amusait plus qu'autre chose.
Il t'avais ensuite servit ton café qu'il n'avait pas tarder à tuer à coup de sucre en poudre. Tellement que tu avais du l’arrêter, toi qui avec pourtant du sucre dans les veines. Bref tu avais voulu l'arrêter et tu y étais arrivé au détriment du pot de sucre qui avait déversé une partie de son contenu sur Eliot. Tu n'avais pas pu t'empêcher de rire, non en vrai t'avais explosé de rire. C'était une sorte de petite vengeance personnelle...oui t'aimais bien lui lancer des choses...ça devenait un peu une passion.

Et oui tu allais finir par le tuer à force mais sans doute pas totalement histoire qu'il reste en vie encore quelques temps. Parce que malgré tout tu commençais à vraiment bien l'aimer ton Eliot et son côté petit chieur aussi. Mais il évitait royalement le sujet des pensées par contre toi tu ne comptais pas l'oublier et puis t'avais encore un peu de temps devant toi pour arriver à lui faire cracher le morceau...

Tu avais sourit à sa remarque sur le lait c'est vrai que ça aurait été totalement ton genre de faire ça. Quoi les choses dans tes mains avait tendance à lui tomber dessus...c'était pas vraiment de ta faute au final, il n'avait qu'à pas être attractif. Mais d'un certain côté c'était mieux ainsi car le lait c'était humide et si il s'en prenait sur le t-shirt il y avait des chances qu'il finisse par enlever ce dernier et là t'aurais vraiment pas été très bien. Tu serais sans doute morte à même le comptoir, non t'étais pas encore psychologiquement prête.

Tu buvais tranquillement ton café TRES sucré tout en lui jetant quelques regards. Tu t'attendais à tout moment à ce qu'il te dise quelque chose te faisant sortir de toi alors tu prenais tes précaution genre tu buvais doucement tout en étant bien calé sur tes fesses. Il s'était lui aussi fait coulé un café, t'adorais l'odeur que la machine dégageait, une odeur tellement familière.
Tu avis fini par poser ton café à côté de toi balançant toi aussi tes jambes dans le vide remarquant par la même occasion à quel point des pieds étaient loin du sol comparé à lui. Tu allais encore galérer à descendre. Mentalement tu te faisais un plan quant Eliot avait reprit la parole. Comme pour mieux l'écouter tu avais levé la tête vers lui, à la vu de son sourire et tout en comprenant ses mots tu n'avais pas pu autrement que de lui rendre son sourire étouffant un léger rire. Fallait il préciser que t'avais rougit aussi ? Non on s'en doutait...oui sans doute c'était pas compliqué de le deviner. Bref il disait qu'il voulait te revoir et l'idée qu'il puisse te le demander comme ça en face à face raviva ton cœur qui avait réussit à se taire un moment. T'aurais voulu le faire taire quand même, il t’empêchait de réfléchir à force. Tu l'aimais vraiment bien, sans doute un peu trop bien en fait. L'idée de le revoir te donnait limite des papillons dans le ventre alors que t'étais censé rester son amie rien de plus...

-J'aime bien tes excuses bidons en fait...Tu lui avais lancé un sourire malin avant de reprendre. Mais oui convenir d'un autre rendez-vous c'est bien aussi et si ça peut nous éviter des heures de tortures je suis totalement pour...Samedi soir il y a un concert dans un petit bar pas loin de la galerie où je travaille...ça sera pas grand chose mais je comptais y aller. Ça te tente de venir avec moi ?

T'étais vachement direct des fois quand même. Genre t'avais pas réfléchis deux fois avant de trouver quoi lui proposer. En fait tu t'étais dit que comme tu aimais il aimerait aussi...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mer 2 Mar - 3:01


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Tu te moquais juste un tout petit peu d’elle, rien de bien méchant. En fait, tu adorais encore plus quand elle répliquait et elle le faisait tout le temps. Alors, tu y avais pris goût, c’était tout à fait légitime, vraiment. Ensuite, son café, puis le tien. Le tien, il était parfait, fallait le souligner, même pas trop sucré, tout ça. Genre, ouais, tu savais que le sien le serait surement et c’était à elle de te dire d’arrêter hein. Donc, ouais. Elle avait tenté d’être autoritaire et toi, ça t’avait fait rire. Tu n’y pouvais rien, elle était mignonne comme ça, à faire son petit regard de fille qui tentait d’avoir de la poigne. Avant de t’installer sur ton comptoir, tu t’étais secoué pour chasser le sucre qui collait à ta peau et à ton-t-shirt. Voilà, tu gouterais encore sucré pour des siècles, mais le gros était sur le plancher. Personne ne remarquerait hein? Tu allais espérer. Parce que ce n’était pas à toi de nettoyer la cuisine pour une fois.

Donc ouais, ne pas lancer le lait, John allait mourir. Pouvoir le faire, tu prendrais bonne note de retirer ton t-shirt un jour, juste pour rigoler. Elle buvait son café, toi le tien, c’était tranquille tout d’un coup. Tu t’attendais à… tu ne savais pas trop. Tu t’attendais à ce qu’elle réplique, t’attaque, quelque chose comme ça. Sauf que rien, juste le son de vous deux qui preniez un café, tranquillement. Alors, tu avais osé lui demander pour une seconde rencontre. Parce qu’on s’entend, tu ne pouvais pas juste… la laisser partir sans la revoir. Tu la voulais vraiment comme amie. Donc, une seconde fois c’était bien. Tu voulais bien l’invité à la maison pour un cours de dessin, de guitare, tu t’en fichais un peu. Tu voulais juste… la revoir et apprendre à la connaitre.

Déjà, elle aimait bien tes excuses bidon, ce qui te fit sourire. Tu n’étais pas très doué dans ce domaine, mais elle appréciait l’effort. Elle était contre la torture, donc pour l’idée de planifier un truc tout de suite. Tu étais heureux là, vraiment. Tu ne pouvais que lui sourire en l’écoutant rajouter une proposition. Genre directement, elle te proposait un concert dans un petit bar pas loin de sa galerie. Ce n’était pas grand-chose et elle comptait y aller. Elle te proposait donc de venir avec elle, être des amis quoi. C’est alors que tu t’entendis dire rapidement :

-Ouais, ça serait cool.

Avec le sourire. Sauf que, c’est après coup que tu réalisais tout ce que ça impliquait. Genre toi, Eliot Harrison, entouré de gens. C’était la mort assurée. Tu allais espérer que ce ne serait vraiment pas énorme, qu’il n’y aurait pas beaucoup de monde et tout, mais t’étais nerveux. Sauf que tu voulais passer du temps avec elle et ça impliquait logiquement de sortir de la maison. Tu détestais sortir de la maison.

-On va avoir droit à quoi?

Ou à qui. Tu t’en fichais un peu. Tu allais surement aimer. De vous deux, c’était elle la plus difficile, tu en étais certain. En plus, savoir qui jouait t’offrirait la chance de calculer le nombre de personnes présentes non? Avec de la chance, il n’y aurait pas de mutant! Sait-on jamais, pour une fois que la vie pourrait être gentille avec toi hein. Tu reprenais finalement ton café pour plonger ton regard dedans et le boire doucement.

-Donc, cours de dessin, ensuite concert, après… cours de guitare? Et ensuite quoi? Parce que… tu m’as dit que je ne devais pas savoir ton âge avant la 4ième rencontre et… je l’a connais déjà tu vois.

Et tu fixais sagement ton café, sans la regarder, sourire aux lèvres en prenant une gorgée. C’était marrant comme tu avais le courage de te lancer, sans assumer ensuite la réponse. Parce que tu retenais ton souffle jusqu’à ce qu’elle te réponde. Ton cœur s’emballait. T’étais pas doué pour ce genre de chose, mais elle te rendait sérieusement la tâche plus facile.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mer 2 Mar - 15:11





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




Tu lui avais proposé de venir écouter un groupe de musique dans un bar avec toi. Si tu étais plutôt confiante dans le choix que tu avais fait tu l'étais un peu moins dans le fait qu'il accepte de sortir en publique avec toi. Pas que tu te faisais des films non bien sur que non c'est juste que voilà chez eux c'était plus simple vous n'étiez qu'à deux. Dehors il y avait beaucoup plus de variantes à prendre en compte comme les autres mutants. Si tu savais plus ou moins comment réagissait ton pouvoir tu te doutais que celui de Eliot pouvait être parfois assez aléatoire face à un autre mutant. C'est pour cette raison que tu lui avais juste proposé une sortie assez tranquille dans un petit bar de la ville. Rien de bien extraordinaire juste de la bonne musique et de la bière. Et puis c'était bien aussi de sortir, histoire de faire descendre un peu la pression qui pesait quand vous n'étiez que tout les deux. Avec du monde autour tu étais plus à même de te retenir ce serait beaucoup plus simple de viser l’amitié platonique comme ça.

Tu avais donc sourit tout en penchant la tête quand il avait accepté de sortir avec toi. T'avais pas besoin de plus pour être toute en joie. Pour dire vrai même si il avait décliné l'invitation pour te proposer quelque chose de plus tranquille tu aurais aussi était en joie. Ce que tu voulais c'était juste passer un peu de temps avec lui.

-C'est un groupe pas très connu les Mexican Blood...ils font des reprises de groupe de métal dans le genre de Métallica. Il n'y aura pas grand monde je pense, de toute façon le bar est tout petit...

Tu lui avais sourit tout en finissant ta phrase. Tu te doutais qu'il était sans doute en train de penser à ce détail alors tu voulais juste le rassurer un peu. Quand aux musiciens, tu les avais déjà écouté quelques semaines avant et c'est vrai qu'ils étaient plutôt bon du moins assez pour que tu souhaite les réécouter Samedi. Ensuite tu avais toi aussi reporté ton attention sur ta tasse de café jouant même avec ta cuillère qui tenait droite grâce à tout le sucre au fond. L'image te fit rire puis Eliot reprit la parole te donnant un avant goût de vôtre calendrier en commun. Tu ne t'attendais pas vraiment à ça c'est sans doute pour cette raison que maladroitement tu laissa tomber ta cuillère sur le sol non sans qu'elle fasse une triple pirouette arrière.

-Guitare...ça marche...Oui en effet j'ai dit ça...oui du coup il nous faut fatalement un 4 ème rendez vous sinon ça crée un déséquilibre...Rock Band peut être ? Ou un autre jeu vidéo je me défend pas mal à Halo...

T'étais pas trop convaincu par ta proposition tout de même. C'est vrai que tu aurais pu faire plus...moins...garçon manqué pour le coup. Cependant ton cerveau ne prenait pas vraiment le relais là donc en faisant sans t'en était arrivé à ça. Puis au final tu pouvais pas lui proposer de regarder un film avec lui dans son canapé...genre c'était la porte ouverte à tous les dérapages possibles et imaginable. Rien que d'y penser tu en avais même eu un coup de chaud en fait...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mer 2 Mar - 19:50


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Alors, sa prochaine sortie serait dans un bar. Tu aimais bien l’idée. En général, quand tu y allais, c’était toi qui jouait sur scène, mais faire l’inverse te plaisait bien, fallait avouer. Tu étais toujours un peu inquiet de tout ce que ça pourrait impliquer, mais… fallait faire confiance à la vie. Tu avais donc rapidement accepté, sans vraiment réfléchir. Tu étais surement prêt à accepter plus ou moins n’importe quoi pour passer du temps avec elle et en apprendre un peu plus sur elle. Elle t’expliquait donc que c’était un groupe pas très connu, les Mexican Blood, ils faisaient des reprises de groupe de métal dans le genre de Metallica. Les reprises en général, c’était bien. Comme ça, si le groupe avait du talent, les paroles faisaient du sens. Parce que bon, certain groupe avait du talent musical, mais aucun en tant que parolier, du coup… ça donnait des trucs vraiment moches au final.  Elle ne pensait pas qu’il y aurait beaucoup de monde et qu’en prime, le bar était tout petit. Le problème avec les petits bars, c’est que si on se trompait et qu’il y avait beaucoup de monde… il y avait peu d’espace pour entreposer tout ce petit monde.

Tu avais finalement reprit la parole pour parler des quatre prochaines rencontre. Elle avait échappé sa cuillère avec tout ça et tu n’y portais même pas attention. Vous finiriez bien par la ramasser plus tard. Ouais, c’est comme ça que ton bordel de chambre c’est créé en fait. Oh et oui, tu avais sorti une excuse bidon pour faire sur de la revoir, mais… elle aimait tes excuses, alors aussi bien en profiter. Finalement, ça lui allait. Le cours de guitare, le concert, le cours de dessin et elle rajoutait une journée jeu vidéo. Ça, tu adorais ça, vraiment. Du coup, tu souriais pleinement.

-Tu veux que je te balance les dates où j’ai la maison a moi tout seul par sms pour la quatrième rencontre ou tu veux faire ça en famille?

T’espérait vraiment un tête à tête, c’était moins compliqué à justifier, mais tu pouvais aussi comprendre qu’elle puisse vouloir voir d’autre Harrison. Genre… Cassie, parce que bon, on s’entend que c’était elle son amie. Toi, tu comptais le devenir, mais… Cassie avait la priorité.

-Sauf que je suis nul à Halo, vraiment. C’est le type de jeu de John ça en fait. Du coup, on verra bien ce qu’on veut. On en a beaucoup de toute façon.

Vrai, tout le monde avait ses jeux pour chaque console qu’il y avait dans la maison. Donc ouais, tu t’amusais bien et tu étais surtout très heureux qu’elle veuille bien de toi pour plus tard. Sait-on jamais, elle aurait pu décider que tu n’en valais pas la peine. Que vos pouvoirs étaient trop chiant et que juste être ami, c’était pas pour elle. Tout était possible dans ce monde hein!

-Faudrait quand même penser à refaire un cours de dessin parce qu’avec tout ça… on n’a pas beaucoup dessiné.

Tu avais baissé les yeux vers ta tasse de café, un sourire mi-amusé, mi-satisfait aux lèvres. Parce que pour toi le « avec tout ça » c’était les deux baisers échangés et son père qui allait débarquer, mais surtout les deux baisers et étrangement (ou pas) tu adorais te les rappeler. C’était surement les seuls, alors aussi bien préserver le souvenir. Même si un jour… tu pourrais lui voler ce souvenir juste en l’accrochant. Ce qui ne te plaisait pas du tout comme idée. Dans tous les cas, être prudent c’était mieux quand même.  

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Jeu 3 Mar - 21:36





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




Tu aurais doute descendre récupérer ta cuillère mais fallait avouer que tu n'avais pas vraiment la foie. Quoi ? Descendre ça impliquait remonter et t'étais pas sûr d'y arriver avec grâce et légèreté. Donc tu avais abandonné l'idée pour le moment et puis de toute façon elle ne tomberait pas plus bas.

-Va pour le sms...C'est que sinon c'est pas vraiment comptabilisé en rendez-vous tu vois...

Oui toi aussi tu te lançais dans les excuses bidons. Ce n'est pas que tu ne souhaitais pas voir les autres bien au contraire c'est juste que voilà tu te doutais qu'avec les autres autour ce serait plus délicat d'obtenir des moments avec lui. Tu ne serais sans doute pas en mesure de lui dire tout ce que tu voudrais et puis...de faire tout ce que tu voulais. Pas que tu voulais lui sauter dessus qu'on s'entende hein t'étais sensé devenir son ami mais ça t'empêchait pas de le vouloir un peu pour toi seule. Oui c'était sans toute égoïste mais c'était bien de l'être parfois. Et puis ses frères et sœur tu pouvais les voir quand tu voulais, lui c'était plus complexe...c'était un peu un ermite.

-Oui ou je pourrais toujours t'apprendre à jouer...ça me va de gagner face à toi...
Tu lui avais lancé un petit sourire avant de reprendre. Mais oui on pourra toujours choisir en temps voulu.

C'est que t'aimais bien gagner en fait tu devais bien te l'avouer. En fait t'étais peut être aussi un tout petit peu une mauvaise perdante. Pas de ceux qui se mettent à bouder dans leur coin non toi t'étais plus du genre expressive et verbale. En somme tu jurais beaucoup et tu finissais souvent par trouver une autre façon de gagner par exemple en commençant une baille de ce que tu pouvais trouver à porté de tes mains.

-Donc un cinquième rendez-vous ? A cette allure on pourrait peut être même planifier des mois entier ensemble.

Ton regard avait légèrement brillait à cette idée. Oui c'est vrai que ça ne t'aurais clairement pas dérangé au final d'en venir à ça. Puis toi aussi tu avais repensé au « tout ça » et t'en avait même rougit. Si ça ne tenait qu'à toi, pouvoir mise à part, tu en aurais voulu beaucoup plus de « tout ça ». Finalement tu avais replongé ton regard vers ta tasse de café. Tu venais de passer le genre d'après midi que tu n'oublierais jamais, le genre addictif que t'aurais voulu revivre en boucle indéfiniment.

….

Quand tu avais relevé la tête ton père se trouvait en face de toi. Tu entendais sa voix se mêler à celle des autres clients du café tendis que ton esprit quand à lui ne cessait de te ramener quelques heures plus tôt dans la chambre de Eliot. Tu repensais à tout ce qui s'y était passé et plus précisément aux baisers que vous aviez échangé. Tu ne savais pas trop si ton esprit te jouait des tours en les idéalisant comme il le faisait ou si ils avaient vraiment été aussi parfait et intense. De mémoire tu ne te souvenais pas avoir ressentit autant de chose pour d'aussi courts moments volés. Maintenant loin de lui, tu réalisais à quel point il serait dure d'être ami avec lui sans attendre plus. L'idée même te occasionnée d'étranges sentiments en toi, quelque chose entre la peine et la frustration, la peur et l'envie. Pourtant tu n'aurais pour rien au monde chercher à arrêter de le voir.  En somme tu étais toute chamboulée tellement que tu ne remarquas pas le regard insistant de ton père qui semblait lasse de tes hochements de tête distraient.

Tu tentais alors d'oublier un peu Eliot pour te concentrer sur ce que ton père te disait. Il te parlait de ta mère et de leur vie en France. Il avait même émit l'hypothèse que tu pourrais venir passer quelques mois chez eux. A ça tu avais juste répondu que tu y réfléchirais même si intérieurement tu n'en avais pas très envie surtout maintenant  que la liste des raisons qui te poussait à rester s'élargissait. Et puis il fallait surtout prendre en compte le fait que tes parents et toi n'étiez pas vraiment sur la même longueur d'onde ni même sur la même planète. Ils étaient des terre à terre alors que toi tu passais ta vie dans les nuages. Tu aimais l'art, la musique et la littérature tendis qu'eux ne juraient que par l'argent et leur situation. Bref tu les aimaient mais pas au point de laisser tout ce que tu avais bâti derrière toi. Et puis tu devais bien l'avouer tes parents tu ne les connaissais pas si bien que ça au final. Toute ton enfance tu leur avais couru après sans qu'ils ne pense à jeter un regard en arrière. Tu n'avais jamais manqué de rien si ce n'est que de leur présence. Oui tu avais ta vie ici à New York avec les gens que tu avais choisi de fréquenter et d'aimer. Il t'avait ensuite parlais de l'école et de tes amis il avait même tenu à savoir pour la galerie. Tu lui avais répondu sommairement sans trop t'attacher aux détails c'est que t'en arrivais à être presque moins à l'aise avec ton propre père qu'avec Eliot. C'était assez ironique comme situation tout de même...

Bref le temps passait et te ramenait toujours plus ou moins vers le jeune mutant tellement que tu ne passais pas cinq minutes sans regarder ton portable. Tu ne savais pas trop ce que tu attendais vraiment, un message, quelque chose...en vrai il pouvait t'envoyer un sms vide que ça aurait pu te satisfaire. En fait t'avais juste envie de savoir si à quelques kilomètre de toi lui aussi pensait à toi comme tu t'entêtais à penser à lui....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Ven 4 Mar - 5:07


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



La cuillère était tombée, mais personne ne faisait un seul mouvement pour aller la chercher. Elle n’allait ni bouger, ni se sauver et le Monstre était un flan, du coup… il n’allait pas vraiment s’attaquer à la pauvre cuillère. Donc ouais, sms pour être seul, sinon c’est pas vraiment un rendez-vous. T’aimais bien cette mentalité au fond.

-Ça me va, de toute façon… plus y a de gens, moins j’existe en fait.

Non sérieusement, c’était un don non-mutant vachement pratique! Plus des gens se rajoutaient, plus toi tu disparaissais / te sauvais. C’était limite le cas avec ta famille aussi parce que bon, sociabiliser et tout, ce n’était pas tout à fait ton truc non plus. Donc, elle proposait des jeux vidéo, toi, ça te plaisait, même si elle proposait des jeux auxquels tu étais totalement nul. Elle voulait bien t’apprendre si ce n’était que ça et ça te faisait sourire.

-Ça me va, comme ça, John va peut-être arrêter de gagner à tous les coups.

Et vu que vous régliez vos conflits comme ça… aussi bien que tu gagnes parfois! En prime, vous en rajoutiez tranquillement. Genre, plus sa avançait et plus vous planifiez et tu trouvais ça marrant. Prochaine étape le mariage et les bébés. Ah non, c’est vrai, vous alliez être juste amis, je suis bête hein? J’avais oublié. Tu vois la mauvaise foi? Ouais, voilà. Donc, d’après elle, vous alliez peut-être planifier des mois entier.

-Ah non, pas des mois entier, faut un peu de mystère quand même!

Vraiment quoi. Tu t’étais replongé dans ta tasse. À force de discussion, vous aviez terminé les cafés, parlez et son père était arrivé. Tu l’avais laissé partir non sans un léger regret, mais tu n’allais pas te battre contre son paternel pour un peu plus de temps avec elle. Genre… tu n’avais qu’à lui balancer un sms et ça s’arrangeait tout ça.
Bref, tu avais été te chasser une pomme et une bouteille d’eau et un yaourt et finalement une pêche avant de monter à ta chambre avec tout ça. Ouais non, ce n’était pas pour tout de suite, mais tu comptais bien rester cloitrer pendant mille ans s’il le fallait. Tu avais transférer la photo sur ton pc et tu l’avais mis sur le lit, avec toi dedans. Comme ça, pas besoin de te faire chier avec le téléphone qui s’éteint au 2 minutes. Tu avais donc ouvert la photo de Taylor pour continuer le portrait. Tu n’avais peut-être pas dessiné avec elle, mais tu allais le faire quand même pour la forme. Tu allais donc t’efforcer de réussir et dieu savait que t’étais perfectionniste quand tu te décidais à faire un truc (sauf quand on parlait de ménage, là… c’était pas réaliste) Alors, tu y avais mit de l’effort et quand le résultat fut pas mal, tu lui balanças en photo avec un « Je t’ai pas trop charcuté je pense » et en fait, c’était vrai. Il était même bien pour quelqu’un qui dessinait normalement. On était loin de ce que tu arrivais à faire niveau réalisme, niveau peinture, rapproché, couleur, tout ça, mais… c’était mieux que ce que tu faisais en général. Tu avais joué avec la lumière, comme elle t’avait dit et ça t’avait fait sourire. La prochaine fois, t’espérais juste la voir un peu plus longtemps en fait…

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [Achat]Skin de chat
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Skin Interface
» [skin]Magie sur ma skin de chat
» skin d'interface?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: NEW YORK CITY :: brooklyn-