.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 16 Fév - 2:15





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor





« Prépare tes pinceaux j'arrive dans 1 heure »
Ton sms envoyé tu regardais interrogative ton placard te demandant ce que tu allais bien pouvoir te mettre sur le dos. Toi qui d'habitude restait à peine quelques secondes devant tes piles de vêtements quand tu n'avais pas besoin de t'habiller pour aller bosser cette fois ci tu n'arrivais pas à te décider. Un jean noir basique troué sur les genoux...un t-shirt de la même couleur de ton groupe préféré qui avait un peu trop vécu...une paire de converse...C'était toi mais tu trouvais ça un peu banale...ouais tu te trouvais juste banale et tu n'aimais pas ça...Tu étais en train de te poser des dizaines de questions avant d'en arriver à te saouler toi même.

-Tu prépare pas un rancard Taylor tu vas voir le frère de Cassie descend d'un étage...

Oui tu venais de te parler à toi même tout en levant les yeux. Ça ferait l'affaire, tu n'avais pas besoin de plus. Tout en t'habillant tu avais jeté un regard vers le miroir, tes cheveux étaient attachés laissant à vue les nombreux piercing que tu avais à tes oreilles. Tu avais sourit en revoyant la tête que ton père avait fait quand ils les avaient vu. T'avais eu le droit à un sermon mais ça n'avait pas été grand chose comparé à sa réaction quand il avait vu ton tatouage à la jambe. Un instant tu avais cru l'avoir tué tellement sa tête avait changé de couleur. Mais ça c'était une autre histoire... Revenons à ton reflet, lui il te montrait tes cheveux attachés et le maquillage light que tu avais, un peu de fond de teint pour unifier la peau et un peu de noir sur les yeux, rien de plus. Tu n'étais pas vraiment adepte du look charbon, toi t'étais plus naturelle,il fallait avouer que tu avais rarement le temps pour faire plus.
Bien vite tu t'étais retrouvée dans le bus ton sac sur les genoux. Tu avais emporté de quoi dessiné et quelques carnet de croquis. Les bases d'un premier cours de dessin, ça tombait bien c'est ce qu'on attendait de toi. Tu allais donné des cours de portrait à Eliot, l'idée te faisait encore sourire tendis que tu commençais doucement à voire se dessiner devant toi l'arrêt de bus le plus proche de la maison de ce dernier.
Ça faisait un petit moment maintenant que l'initiation à Rock Band était passé. Depuis tu n'avais plus vraiment eut de temps seule avec Eliot. Vous vous étiez croisé de temps en temps quand tu venais traîner avec Cassie mais ça ne dépassé pas souvent le bonjour courtois entre deux portes. Toi, tu aurais bien aimé un peu plus mais tu n'osais pas vraiment le montrer ni même le dire alors tu te contentais juste de ce que tu avais. Toutefois malgré ça vous aviez eux le temps de vous donner vos numéro sans pour autant les utiliser tout de suite. Tu n'avais pas vraiment osé lui envoyer de messages, tu avais eu beau passé un très bon moment avec lui une fois toute seule chez toi la timidité et le doute t'envahissait et tu n'arrivais à donner suite. Faut dire que tu repensais au coup de pression que tu avais eu en le voyant chanter pour la première fois et intérieurement ça te faisait un peu peur. Tu n'avais pas vraiment envie que ça revienne, on parlait quand même du frère de ton amie. Finalement c'était Eliot qui avait envoyé le premier sms en t'envoyant une photo d'un portrait qu'il avait réalisé en t'indiquant qu'il le trouvait moche. Ça t'avais fait rire et au fil de la discussion vous aviez convenu d'un rendez-vous...d'un cours plutôt...c'était mieux de dire un cours car ce n'était pas un rendez-vous...
C'était la raison pour laquelle tu venais de sonner à la porte de la maisonnette serrant la sangle de ton sac entre tes doigts. Tu ne t'en rendais pas vraiment compte mais tu commençais doucement à stresser. Tu avais un peu peur qu'il ouvre, plus encore qu'il n'ouvre pas...Peur de tomber sur l'un de ses frères et de devoir dire que tu n'étais pas là pour Cassie mais pour voir Eliot...Pourtant tu ne faisais rien de mal et t'avais même prévu de voir ton amie plus tard quand elle rentrerait de cours...Bref t'étais devant la porte quoi...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 16 Fév - 3:11


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫


Ton téléphone, tu l’avais fixé pendant une heure. Non sérieusement, une heure complète à lui jeter des regards comme s’il allait s’animer de lui-même pour te faire plaisir. Sauf qu’il ne s’animait pas, il ne vibrait pas, rien, le néant. Tu en avais marre, alors tu t’étais mis à dessiner, un portrait. Tu détestais ça, ça te faisait rager, mais quand il fallait… il fallait et là, maintenant, il te fallait sincèrement trouver une solution à ton problème. Ton problème était simple, tu voulais faire connaissance avec Taylor. Rha pas trop non plus, juste un peu, il l’aimait bien, il voulait se faire une amie, c’est tout. Ce n’était pas la première fois que Cassie et toi partagerait quelque chose non plus. Bref, une fois que le portrait était bien avancé tu t’étais lancé sur ton téléphone. Tu avais maintenant une excellente raison de le faire! Non? Ouais. Ça allait marcher, surement. Donc, tu avais amorcé le premier contact, nerveusement, fallait l’avouer. Au final, au bout d’un moment, elle te balançait de préparer tes pinceaux, qu’elle arrivait dans une heure. Toi ça t’allait. Tu avais donc préparé tout ce qui était à toi niveau art, sur une pile, sur ton bureau d’ordinateur. Là, tu avais jeté un coup d’œil à la ronde et tu avais remarqué le bordel ambiant. Non sérieusement, la seconde guerre mondiale avait fait moins de dégât quand même. Donc ouais, une seconde de panique, peut-être trois. Elle n’avait jamais vu ton bordel. Sauf que ce n’était pas un rancard, c’était un cours de dessin. Ta sœur lui avait surement dit mille fois que tu étais bordélique. Ça lui ferait surement bizarre si tu ne l’étais pas. Donc ouais, non, tu n’avais rien changé. Non c’est faux. Tu avais vidé ton lit, tu l’avais fait, ce qui clashait totalement avec le reste, fallait l’avouer. Tu avais aussi fait de la place sur ton canapé, la table basse… tous les endroits où tu pouvais vouloir dessiner ou peindre. Genre, elle serait confortable, toi aussi. Non, tu n’allais pas flirter avec une amie de ta sœur, faites-vous à l’idée maintenant, tu ne pouvais même pas la toucher merde!

Tu avais ensuite été grignoté. Allumant la musique au passage. Parce que tu avais faim, mais au bout d’un demi sandwich, t’avais plus faim. Un verre de jus d’orange plus tard, tu avais de nouveau faim pour un yaourt. Fallait pas poser trop de question. Tu regardais ton téléphone relativement souvent. Tu ne savais pas pourquoi, peut-être qu’elle ne viendrait pas, qu’elle aurait du retard, que ta sœur allait débarquer… t’en savait rien. Tu avais un peu vu que tu avais la journée à toi, la maison aussi et tu avais pris une chance, c’est tout. Donc ouais, tu l’attendais. Sauf que maintenant que c’était presque là… qu’elle était presque là, tu… Peut-être que vous devriez dessiner dans le salon ou à l’étage. Peut-être éviter ta chambre serait une bonne idée quand même. Genre ne pas lui faire faire une crise de nerf, tout ça. Ne pas la faire trébucher sur un objet pointu. Oh god… en fait, t’aurais pas dû l’inviter, t’aurais pas dû te lancer. Tu pouvais peut-être annuler, prétexter un machin imprévu, tu pouvais… La porte sonna. D’accord, c’était une mauvaise idée. Une expiration, puis deux. Ça allait bien ce passé, juste que bon… la copine de Cassie, se le répéter, en boucle, un siècle ou deux. Comment John pouvait survivre à tout ça lui hein? Genre, il s’en était tapé des copines de Cassie… toi tu voulais juste dessiner avec elle et c’était la mort? Sérieusement? Fallait dédramatiser un peu, vraiment. C’était important là. T’allais mourir sinon, donc ouais, respirer, tout allait bien ce passer… si tu ne lui montrais pas ta chambre. Tu lui ouvris finalement la porte, lui offrant un léger sourire timide. Après ta panique, c’était un excellent début hein.

-Salut.

C’était le plus long mot capable de sortir de ta bouche pour le moment. Tu n’y pouvais rien et elle le savait. Genre, tu avais été un véritable courant d’air quand elle était avec Cassie, un petit sourire ici et là, un regard détourné, tout ça. Juste le numéro qui avait été… un peu plus. Avec un sourire complice, un petit signe pour qu’elle n’en parle pas. Tout ça. Tu l’as laissa donc entrer, refermant la porte derrière elle. C’était maintenant une habituée de la maison, elle savait ou mettre ses chaussures et ranger son manteau. Alors…

-Merci. D’être passé. Tu veux un truc à boire? J’avais pensé descendre mes trucs à dessin. Tu… tu veux pas vraiment voir ma chambre en fait.

Genre ta chambre elle était fortement déconseillé aux filles qui aimaient la propreté, voilà. Au moins, tu avais fait une putain de phrase, tu pouvais être fier de toi. En prime, la seconde rencontre en… euh pas tête à tête, mais genre, en privé. Voilà. Se passait sur les airs de Hail To The King. Au moins, la musique était de ton coté cette fois.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 16 Fév - 3:58





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




Tu regardais la porte, plus précisément tu la détaillais comme si tu ne l'avais jamais vu auparavant. Elle était grande cette porte avec toute sa...grandeur et tout. Oui en vérité t'essayais clairement de détourner ton attention de cette envie idiote de prendre tes jambes à ton cou pour faire demi tour. C'était inutile car t'avais déjà sonner mais quand même tu te disais qu'en allant vite tu pouvais toujours t’éclipser vite fait bien fait. Oui...mais non car t'avais beau le vouloir tu avais encore plus envie de le voir lui fallait être honnête. Alors tu attendais, sagement en te répétant que ce n'était que le frère de Cassie et que tu venais juste pour dessiner avec lui...un peu comme des enfants. L'image t'avais fait sourire et t'avais détendu par la même occasion. Oui ça allait bien ce passer, vous alliez passer un bon moment, parler un peu, de tout et de rien, dessiner et peindre beaucoup sans vous prendre la tête. Plus tu te le répétais et plus l'idée te plaisait...c'était décidé tu ne fuirais pas, tu allais être sage et tout se passerait bien.
La porte avait fini par s'ouvrir laissant apparaître Eliot. En le voyant tu n'avais pas pu t’empêcher de sourire tendis qu'une voix en toi te lança un « t'aurais peut être du fuir au final » avant que tu ne la fasse taire.

-Salut toi.


Ouais tu l'avais ballonné et enfermé dans un coin sombre de ton esprit avant de jeter la clef au loin. Tout allais bien ce passer, t'en étais sûr et certaine, t'étais assez grande pour faire la part des choses. Ça te faisait plaisir de l'avoir un peu pour toi, enfin, par là tu voulais dire de passer un peu de temps avec lui sans qu'il ne finisse par s'échapper dans sa chambre. Avant que tu ne finisse par t'embrouiller toute seule il t'avais fait entrer et par habitude tu avais rangé tes affaires au bon endroit non sans te batailler avec les lacets de tes chaussures. Tu n'étais pas toujours très douée avec ça surtout quand tu t’entêtais à faire des triples nœuds. Bref t'avais fini par gagner cette bataille quand il reprit la parole.

-Pas de quoi...chose promise chose due...

Tu lui avais lancé un léger sourire complice avant de te redresser complètement et de lui faire face. Maintenant sans chaussures Eliot faisait presque deux têtes de plus que toi, tu avais vraiment l'impression d'être toute petite.

-Coca...si y'a...

Il avait ensuite parlé de descendre ses affaires mais étrangement toi tu n'étais pas vraiment pour. C'est pas que t'avais quelques chose contre l'idée de faire cours en bas c'est juste que tu voulais voir sa chambre. Cassie en parlait souvent même si elle la définissait souvent comme Bagdad sous les bombes elle disait aussi qu'elle te plairait avec toutes les peintures, dessins et livres qu'elle cachait. Tu étais curieuse c'était pas de ta faute et puis il t'avais promis...un jour et le jour c'était aujourd'hui..oui tu l'avais décidé du moins tu l'espérais.

-Pas besoin...Qui a dit que je ne voulais pas...puis il me semble que tu me l'avais promis...

Tu lui avais lancé un petit sourire taquin quelque peu innocent. Pour dire vrai dans ta tête tu voyais la chambre d'Eliot plus comme un atelier qu'une chambre. T'oubliais un peu que c'était là où il dormait, qu'il y avait un lit et certainement des choses privés. Tu oubliais aussi que ce n'était pas forcément correcte de te retrouver seule avec lui dans sa chambre. En bref tu ne voyais pas le mal ni même le fait que la situation pouvais vriller dans un endroit si peu neutre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 16 Fév - 4:44


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Tu fixais encore et toujours la porte quelques secondes après l’avoir entendu. Ne pas répondre t’avait effleuré l’esprit, mais ça n’aurait pas été gentil, ni même sage et sérieusement chiant à expliquer par la suite. Donc, tu avais pris sur toi pour aller lui ouvrir. Tu n’allais pas la laisser dehors. Pas après l’avoir invité, ça aurait été un peu con quand même. Elle t’avait salué et tu t’étais défendu avec un sourire. Elle savait quoi faire, comment le faire, tout ça. Pour son manteau, son manteau et ses bottes. Ne sortez pas cette phrase de son contexte, pitié. Elle avait eu du mal à défaire ses nœuds et toi tu restais planté là comme un con. Alors la remercier, lui proposer à boire, tout ça. Tu tentais de gagner du temps avec ce que tu savais faire. Donc ouais, chose promise, chose due, toi qui hoche la tête, sourie. Un jour, tu parlerais peut-être un peu plus. Ou pas. Tu avais été lui cherché le coca, tu t’étais sorti une bouteille d’eau et tu lui proposais de descendre tes trucs pour le dessin, ça serait mieux. Non mais, vraiment. Parce que bon, ta chambre, ton intimité, tout ça. Personne n’entrait dans ta chambre, sauf les jumeaux. John, Klaus et les parents ne montaient même pas dans ta chambre! Sauf qu’elle, elle te balança qu’elle voulait et que tu lui avais promis.

-C’était pas une promesse qui impliquait Cassie genre?

Et ton sourire devint joueur sans même que tu ne saches pourquoi. Parce quand Cassie était là, tu t’en tenais très loin de son ami. Même si tu sortais chasser à manger beaucoup plus souvent quand Taylor était à la maison. Tu osais même aller demander des trucs à Cassie, même si ce n’était pas urgent. Redemander des cds, tout ça. Chaque raison était bonne non? Juste les embêter, tout ça. Sauf que pas trop, juste assez genre. Donc ouais, elle voulait ta chambre et tu ne savais pas quoi dire pour la décourager.

-D’accord, mais… si on te perd dans les décombres… c’est pas ma faute.

Genre limite, ta chambre pourrait l’accepter comme son essence et la garder pour toujours, on ne sait jamais! Bref, tu lui avais donné son coca, tu avais fermé la musique ici et tu étais partie à la suite pour ta chambre. Tu craignais quand même le pire pour le coup. On parlait de ta chambre, de ton endroit à toi, ta tanière, ton sanctuaire. Tu ne pourrais plus te cacher nulle part après ça. Bref, tu respirais, il le fallait, comme ça… tu pouvais survivre un peu plus. Une fois monté tu la laissas monter aussi. C’était… étrange qu’on t’y suive, mais tu allais surement t’y faire. Oui, c’était toujours l’après seconde guerre mondiale, mais il y avait de tout dans ta chambre. Un coin complet, celui près de ta salle de bain était peuplé de toile en tout genre, la majorité terminée, mais pas toutes. La porte entrebâillé de ta chambre donnait sur ta salle de bain, on y voyait un peu ton bain sur pied, un style un peu plus… tu n’aurais pas su dire lequel mais tu étais tombé amoureux de ce bain. Ta chambre était immense quand on y pensait. Parce que ta salle de bain était au-dessus de celle de l’étage, mais ton lit au-dessus de la chambre de John. Du coup… tu avais assez d’espace pour y avoir ton propre salon. Ton bureau d’ordinateur était sur un palier différent. Près de la salle de bain, tu avais une penderie immense qui ne te servait pas à moitié, mais ça t’empêchait d’avoir à ranger ton linge dans des tiroirs. Bon en même temps… tu n’avais rien à ranger puisque tu avais un tas de linge propre quelques par dans la penderie.

-Tadam, voici l’antre de la bête. On redescend maintenant?

Pour une fois, tu n’étais pas si rassuré que ça, fallait bien l’avouer. C’était fragile ces petites bêtes là, fallait pas la tuer d’une crise cardiaque.
   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 16 Fév - 12:54





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




C'était pas faux, la promesse incluait aussi Cassie, tu avais légèrement omis ce détail. On avait déjà parlé de ta mémoire sélective ? Oui ? Non ? Toujours est-il qu'on en avait encore une preuve la tout de suite. D'un autre côté fallait avouer que quand Cassie était là tu ne le voyais pas beaucoup le grand frère. C'était un vrai coup de vent, de temps en temps, tu avais le droit à un sourire ou a un petit mot discret quand personne n'était autour de vous. Mais un fois échangé Eliot retournait vaquer à ses occupations et toi tu retournais voir ton amie. C'était clairement pas comme ça que tu allais réussir à en savoir plus sur lui alors tu trouvais que maintenant était le meilleur moment pour tenter ta chance.

-Oups...

Ça et un sourire moqueur, c'était ta façon de montrer que tu avais un peu oublié ce détail. Ça voulais aussi dire que malgré l’oublie tu n'étais pas prête à lâcher l'affaire. Heureusement pour toi tu ne dus pas trop batailler pour qu'il cède à ta demande. Il avait tout de même précisé que si tu ne t'en sortais pas ce ne serait pas de sa faute. Sa réflexion t'avais fait rire, tu ne lui en tiendrais pas rigueur, tu avais décidé de faire du hors piste toute seule, au pire tu lui en voudrais juste si il ne venais pas te sauver.

-Au pire mon portable est en vibreur, tu n'auras qu'à m'appeler pour me trouver et me sortir des sous l’avalanche.

Tu imaginais maintenant sa chambre comme une ville au prise par la neige, un peu comme dans les téléfilm de début d'après midi. L'image te faisait rire plus qu'elle ne t'effrayait, sans doute parce que tu étais loin du compte. Il t'apporta ensuite ton coca puis vous aviez fait le chemin jusqu'à sa chambre. Pendant qu'il montait vers cette dernière tu resta un moment en bas à regarder l'échelle. Çà te faisait étrange de enfin y avoir accès, généralement quand tu venais ici tu te contentais de la regarder furtivement quand tu passais devant. Le plus souvent tu savais que Eliot était dans sa chambre et tu devais toujours faire un effort pour contrôler tes envies d'aller le voir. Fallait dire que tu n'avais jamais de bonne raison pour monter là haut. Tu  aurais sans doute pu en demander une à Cassie ou essayer par un moyen ou un autre d'amener ton amie à t'y emmener mais c'était compliqué, tu ne voulais pas que ça vienne de toi. Tu avais peur qu'elle se fasse des idées et qu'elle en parle à son frère alors quand t'étais avec elle t'évitais le plus possible le sujet Eliot. Ça t'évitais aussi de piquer des phares à chaque fois qu'elle évoquait son prénom. Bref, maintenant tu y étais et tu n'allais pas te dégonfler. Tu l'avais suivit sur l'échelle et bien vite tu étais arrivé face à face avec le monstre. Très bien...c'était clairement une zone sinistrée...t'arrivais même pas à savoir si il y avait un vrai sol ou si tout flottait un peu à sa guise de façon aléatoire. Si ça n'avait pas été Eliot tu aurais sans doute fait demi-tour pour oublier l'image que tu venais de voir toit qui en était rendu à trier tes livre par ordre de taille et tes vêtements pas couleur et par saison. Un instant ton regard avait trahi ta pensé, tu t'étais même mordue les lèvres avant de voir plus loin...ou en dessous des décombres. Mine de rien, si on oubliait, certes avec difficulté, les affaires qui traînaient un peu partout sa chambre avait l'air géniale.  

-T'es fou, ça à été pire qu'une partie de Donjon & Dragon pour réussir à arriver jusqu'ici, maintenant que j'y suis, j'y reste.

Tu l'avais regardé toujours avec ton petit sourire moqueur avant d'entamer une ascension vers son bureau. Tu ne voulais pas partir alors tu t’efforçais d'entrer un peu plus devant comme pour le décourager d'essayer. Tu en avançant sur la pointe des pieds pour ne pas écraser des...trucs pas inadvertance tu regardais ce que ça chambre avait à offrir. Un lit à bascule, l'un des seuls rescapé de la tornade Eliot, une table basse, un coin tableau qui t'appelait, un canapé et un hamac que tu aurais bien squatté un peu. C'était grand et t'aimais bien,vraiment, même avec tout ce bordel, c'était un artiste après tout il fallait bien qu'il s'exprime. Oui tu lui trouvais des excuses, toi qui faisait la tête dès lors qu'on ne remettait pas en place tes stylos dans le bonne alignement. Sauf que c'était tes stylos, ta chambre, tes affaires...là c'était pas le cas, c'était chez lui donc ses règles et même si ça te tentait de ranger tu t'étais contentée de te tourner vers lui ta lèvre toujours au prise avec tes dents. Tu pouvais assez facilement deviner le fait qu'il n'était pas vraiment rassuré par le fait de te mettre face à...ce monde un peu, beaucoup bordélique qu'était le sien. Toi ça te faisais rire, pire le trouvais presque mignon comme ça...presque oui car fallait pas abuser t'avais pas le droit de le trouver plus que presque mignon.

-C'est...assez personnel comme décoration...T'avais même pas pu t’empêcher de rire en le disant avant de sourire et de pencher doucement la tête sur le côté...elle est vraiment sympa ta chambre...tu me fais faire le tour ?

Faire le tour...qu'on s'entend tu lui demandais pas de te faire visiter son lit. Tu lui demandais juste de te montrer ses dessins, ses tableaux et ce qu'il avait réalisé dans la chambre. Sûrement tout mais t'avais du temps, après tout tu étais ici pour lui...et pour dessiner oui...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 16 Fév - 20:58


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Bah oui que ce n’était pas faux! Tu se souvenais de ce que tu disais non plus oh. Encore plus quand c’était interprété comme une promesse. Sauf qu’elle avait souri de cette façon qui te faisait sourire aussi. Son petit oups te fit relever un sourcil, semi-interrogateur, semi-amusé. Elle s’en fichait totalement d’avoir inventé une promesse, tant qu’elle gagnait et qu’au final, elle voyait ta chambre. Tu avais donc bien fait de penser à faire ton lit. Au moins. Mais bon, tu lui proposais de boire un truc, tout ça. Tu n’allais pas te défendre ou refusé, tu pensais réellement qu’elle allait réaliser l’erreur et redescendre une fois qu’elle aurait vu la beauté de ta chambre. Bref. Tu lui avais donné son coca, prit à boire pour toi aussi et tu étais monté. Elle rajoutait à la blague, disant que son téléphone était en mode vibreur et que tu n’aurais qu’à l’appeler pour la trouver. C’était une idée, mais tu rajoutas, le plus sérieux du monde :

-Vibreur ne sera pas assez, met la sonnerie.

Parce que sérieusement, c’était nécessaire, ou pas. En fait, tu avais réussi à être sérieux trois secondes avant de rire de bon cœur. Ouais, tu ne pouvais pas te sentir crédible en disant ça, désolé. Une fois en haut, tu lui présentas ta chambre. Voilà, c’était fait, vous pouviez vous en aller maintenant. Sauf qu’elle n’était pas de cet avis. Vraiment pas en fait. Pourtant, tu l’avais bien vu sur son visage. Elle réfléchissait, tu la sentais oscillée entre fuir ou rester. Sauf qu’elle décida de rester. C’était une aventure pour elle, elle y resterait donc un peu. Elle t’avait fait sourire n’empêche.

-Ça va, ça éloigne les gens le bazar. Comme ça Klaus et John reste en bas. Même chose pour mes parents quand ils viennent nous visiter.

C’était ton explication du moment. Ça et la flemme, fallait bien l’avouer. Si tu avais le choix entre ranger ton bazar ou faire une toile, le choix était facile! Tu avais tellement de chose à faire que non, le ménage n’était pas une de tes priorités, loin de là. Tu la voyais progresser dans ta chambre et ça te faisait tout de même bizarre, fallait le dire. Ce n’était pas… courant. Elle cherchait même des bons côtés! Elle était mignonne à faire ça, vraiment. Ce n’était pas nécessaire en prime. Elle te demanda ensuite de lui faire faire le tour et tu ne pus que lui sourire. Tu t’avanças de façon tout à fait fluide dans ton bordel pour te rendre au coin salon.

- Coin salon, le divan était usagé, je l’ai refait. Les armoires sont de mon grand-père. Bureau d’ordi usager remit à neuf. Le lit, c’est moi et mon grand-père, le hamac est de moi, mais c’est Cassie qui s’en sert surement le plus.

Tu t’étais ensuite déplacé vers ta salle de bain. Avec toujours autant d’aisance.

-J’ai ma propre salle de bain, ça aide avec la peinture. Là c’est mes trucs à sécher, compléter, pas compléter, tout ça. Je suis pas très… à mon affaire en fait.

Et tu t’étais mis à réfléchir sur ta dernière phrase. Parce que c’était assez vrai. Tu étais loin d’être quelqu’un de très ordonné.

-Perso, je dessine en général à mon bureau, au canapé ou dans mon lit… Tu as des préférences toi?

En fait, tu étais du genre à rechercher ton confort et une fois trouver, tu ne le quittais plus. Même si parfois ça impliquait de jouer de la guitare la tête à l’envers et les pieds sur le mur. Parce que ouais, ça arrivait ça aussi en fait. Oh et, tu avais prit le temps de retourner à ton bureau pour lancer la musique. Non, tu ne pouvais pas vivre dans le silence. Les premières notes de Centuries se firent entendre. Tu attendais sa réponse tranquillement.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 16 Fév - 23:50





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor





Tu n'avais pas pu t’empêcher de rire quand il avait dit que le mode vibreur ne suffirait pas. Sérieusement, sa chambre était aussi sinistré que ça ? Si il continuait comme ça tu allais vraiment finir par avoir peur. En vrai tu avais quand même sortie ton téléphone pour ajouter au vibreur le son. Quoi ? Fallait mieux prévenir que guérir et toi t'avais pas envie de mourir

-Donc en fait tout ça c'est juste une technique pour éloigner les autres...ça se tiens...

T'avais prit un air presque sérieux avant de te moquer légèrement de lui. Il fallait avouer que son explication était un peu à la Eliot. Oui Eliot avait le droit à sa propre expression mais d'un côté il fallait avouer qu'il le valait bien. En somme tu avais du mal à croire que c'était juste pour ça qu'il ne rangeait pas sa chambre. Tu te doutais bien qu'au fond c'était un bordélique mais toi ant tu avais un endroit pour te poser ça t'allait en fait. Finalement tu avais progressé dans sa chambre tout en faisant attention à ne pas écraser quelque chose d'important tout en prenant plaisir dans les presque découvertes que tu faisais.
Tu avais fini par lui demander de te faire le tour du propriétaire et t'avais apprécié ça. Il avait une vrai chambre, une chambre qui vivait et t'aimais ça même si pour vivre ça elle vivait. Il avait son univers et même si le background était surprenant et un peu flippant tu te sentais étrangement bien. Alors tu avais laissé de côté ta maniaquerie essayant de ne pas faire une crise aiguë de rangite avant de sortir de sa chambre. Comme tu te doutais il avait plus ou moins retouché tout ce qui se trouvait dans sa chambre. Il t'avais même parlé des meubles qu'il avait retapé avec son grand père et tu n'avais as pu t’empêcher de le regarder et de le trouver mignon comme ça.  Après la chambre il y avait eu la salle de bain et si la baignoire te faisais littéralement craquer tu avais rit quand il t'avais montré le coin où il entreposait ses tableaux. Tu avais envie de les voir d'un peu plus près mais tu te gardais de le faire. Plus tard, tu aurais le temps pendant qu'il dessinerait.

-Ta chambre est un vrai petit atelier, je comprends pourquoi tu y es très souvent.

Oui tu montrais un peu que tu t'étais renseignée sur lui mais ça t'avais échappé. D'un autre côté ce n'était pas vraiment un secret, Eliot était un ermite comme le disait si bien Cassie mais maintenant que tu voyais sa chambre tu comprenais pourquoi. Il te demanda ensuite où tu préférais dessiner. Toi à l'institut tu dessinais plus facilement dans ton lit mais il était genre hors de question de dire que tu voulais aller dans le sien. Tu ne voyais pas le mal partout mais tu avais quand même tes limites.

-Le canapé c'est bien je trouve.

Oui c'était un parfait compromis entre la rigidité du bureau et la promiscuité d'être tous les deux dans un lit. Alliant le geste à la parole tu t'étais dirigée vers le canapé tout en y posant ton sac. Tu avait fini par l'ouvrir et en sortir un carnet de croquis.

-Alors monsieur Harrison près pour votre premier cours ??

Tu lui avais sourit d'un air malicieux avant de lui tendre ton carnet. Dedans il y avait pour la plupart des croquis de visage prient au hasard dans les arrêts de bus ou dans le parc de l'institut. Un grand nombre étaient réalisé au feutre noir car tu aimais l'impulsion des traits que tu ne pouvais effacé, c'était un peu comme les souvenirs, il fallait souvent composer avec.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mer 17 Fév - 0:36


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Tu aimais l’entendre rire, tu aimais la faire rire. En fait, tu l’aimais bien, tu demanderais peut-être à Cassie s’il y avait possibilité de dire « votre » amie, pas juste l’amie de Cassie. Ça serait bien quand même non? Elle trouvait presque ta technique ce tenait, mais… elle n’était pas tout à fait dupe. Bon d’accord, la flemme, beaucoup de flemme. Elle avait mis son téléphone sur sonore et sa t’avait fait de nouveau sourire. Parfois, t’avait l’impression de faire que ça en ce moment. C’était peut-être le cas.

-Totalement! Et y a peut-être un tout petit peu de flemme. Un peu.

Le signe avec les doigts, un sourire sur tes lèvres, la franchise avec elle, ça fonctionnerait surement bien. Tu n’en doutais même pas. Ensuite ouais, ta chambre et elle qui ne c’était pas perdu sous un avalanche de trucs. En fait, le plus gros machin qui avait dans ta chambre, c’était dans un coin, près de ta penderie. Parce que genre, tu avais ta machine à coudre et une pile de vêtement balancé pêle-mêle dessus, parce que tu avais à les réparer. Elle avait prit ses aises dans ta chambre et finalement, elle comprenait pourquoi tu y étais très souvent.

-Si tu comptes mon atelier comme une extension de ma chambre, tu peux dire tout le temps sans mentir.

Tout en lui souriant. Parce que genre, tu assumais pleinement de sortir que très rarement. Genre tu sortais quand tu avais un contrat niveau musique ou pour chasser de la matière première, c’est tout. Tu lui avais finalement fait faire le tour du propriétaire et ensuite tu lui avais demandé où elle avait envie de dessiner. Genre, il y avait quelques endroits disponibles quand même. Elle décida finalement de prendre le canapé. C’était bien le canapé. Alors, tu l’avais suivit t’y installant sagement. Tu avais replié tes jambes sous-toi pour saisir le calepin qu’elle te tendait. Monsieur Harrison hein?

-John est pas là tu sais.

Sourire moqueur aux lèvres. C’était John le monsieur, vraiment. Pas toi. Toi tu étais… l’artiste, voilà.

-Et toi? Prête à enseigner?

Parce que c’était son job hein. C’est elle qui devait t’apprendre! Donc ouais, tu avais ouvert son carnet, feuilletant les portraits tracés aux feutres. Euh, si elle s’attendait à ce que tu commences aux feutres… elle se mettait le doigt dans l’œil hein. Genre tu pouvais tout faire aux feutres, mais pas les portraits.

-On commence par quoi? Ah, je sais!

Et tu avais sorti ton téléphone de ta poche pour… prendre une photo d’elle en riant. Ouais, tu étais adorable! Genre, une photo sur le vif, comme ça. Sans préparation, les filles n’aimaient pas en général, mais tu t’en fichais. Tu avais envie de l’embêter un peu.

-Voilà, comme ça j’ai un modèle qui ne bouge pas!

Parce que tu ne t’attendais pas à ce qu’elle reste à coté de toi sagement pendant que tu dessinais. Tu t’attendais vraiment plus à ce qu’elle dessine aussi ou qu’elle le promène. Limite, tu arrivais à l’imaginer se creuser un chemin. Tu lui faisais un sourire adorable tout en t’étirant pour saisir dans ta bibliothèque un carnet à toi et quelque part par-là, des crayons.

-T’es sur que je ne peux pas de dessiner un truc joli pour te prouver que je sais dessiner d’abord hein?

Genre, l’orgueil mâle, tout ça. Fallait te comprendre un peu.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mer 17 Fév - 13:16





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor





C'est vrai que les seuls fois où tu voyais Eliot quand tu étais avec Cassie c'est quand il faisait des allez retour vers son atelier. Il y avais aussi les moments où il venait chercher deux trois trucs à sa sœur mais rien de plus. Il n'avais jamais vraiment participé à l'une de vos activités ni de vos discussions. C'était un coup de vent, un vrai de ceux qui disparaisse dès lors qu'il n'est plus dans votre champs de vision. C'était un vrai petit homme des cavernes version artiste à l'inverse de toi qui ne tenais pas en place, la preuve en ce moment tu passais beaucoup de temps chez eux. Tu avais sourit à sa remarque puis celle sur John te fis réellement rire. Il avait beau s'en défendre il était lui aussi un monsieur Harrison et puis...il en avait l'âge.

Si tu étais prête à enseigner ? Pour dire vrai tu ne savais même pas par quoi commencer mais ça aller venir, du moins tu te doutais que ça serait plutôt facile avec Eliot, de ce que tu avais vu il se débrouillait plutôt pas mal même si ses portraits étaient un peu...On ne fera pas de commentaire dessus.

-Plutôt oui...

Tout en t’asseyant en tailleur face à lui tu te demandais un peu par quoi tu allais commencer tout en feuilletant un autre de tes carnets. Tu dessinais beaucoup, pour dire vrai tu dessinais tout le temps dès que tu n'avais rien à faire tu sortais un carnet, un stylo et c'était partie. Eliot posa la question tout haut et instinctivement tu avais levé la tête de tes dessins pour répondre quand le cliquetis caractéristique d'un appareil photo te laissa perplexe. Sérieusement ? Il venait vraiment de faire ce qu'il venait de faire ?

-Hey !!! T'as clairement pas le droit de faire ça !!! Le droit d'image et tout ça !!

Tu râlais avec ton petit sourire caractéristique qui faussé complètement l'effet pas contant que tu voulais avoir. En vrai l'idée qu'il puisse avoir une photo de toi même si c'était juste pour le dessin te faisais rougir. Mais il ne fallait pas que tu commence à te faire des films alors t'avais prit la décision de mettre ce petit bout de sentiments loin dans un coin sombre de toi même.
D'un côté il avait raison tu n'arriverais pas à tenir en place assez longtemps pour être le parfait modèle mais d'un autre côté tu comptais pas être le modèle non plus. T'aurais bien voulu lui reprendre son portable pour supprimer la photo de toi qu'il avait d'autant plus que tu te doutais que tu devais avoir une tête pas très avantageuse. Oui tu étais une fille, même si tu n'étais pas vraiment superficielle tu avais quand même ce petit truc en toi qui te criais te supprimer cette photo. Cependant tu ne lui sauta pas dessus pour voler son portable parce que tu avais quand même un peu de retenue...un peu...

-Je sais que tu sais Eliot...

Tu lui avais lancé un petit sourire taquin tout en tenter de récupérer son téléphone de son coté de l'accoudoir. Tu avais de la retenue mais pas suffisamment faut croire. T'avais voulu te faire rapide en évitant tout contact avec lui, t'étais petite, tu avais toutes tes chances....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mer 17 Fév - 19:58


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Donc ouais, si elle était prêtes à t’enseigner. Oui, mais il y avait une sorte de doute dans sa voix. Surement qu’elle n’avait jamais enseigné le dessin de sa vie. Ça va, tu aimais bien l’idée d’être sa première fois. Elle t’avait passé un carnet et tu commençais à le feuilleté, donc ouais, elle était du genre suicidaire en dessin. Le genre de « sans seconde chance » ce qui t’étonnais un peu, fallait l’avouer. Genre, tu aurais cru… tu ne savais pas trop, pas prévisible, non. Elle était loin de l’être pour se que tu en savais, mais peut-être… prudente? Ouais, tu l’aurais cru plus prudente que toi, mais c’était surement toi l’adulte réfléchit des deux finalement. En plus, elle t’appelait déjà monsieur alors ça allait, elle assumait d’être une gamine, tout ça. Toi tu devais l’appeler mademoiselle ou pas en fait? Parce qu’elle n’était clairement pas mariée. Peut-être qu’elle avait un copain. En fait, tu n’avais jamais envisagé ça sous cette angle, tu ne savais pas pourquoi. Peut-être que ça t’arrangeait un peu au fond. Donc ouais, ses dessins et toi qui devrais t’y mettre bientôt. Alors, tu avais sorti ton téléphone pour un modèle! La logique du monde. En plus, toi, tu avais besoin d’un soutien visuel pour ce genre de truc. En fait, dans le dessin, tu étais doué pour la reproduction bien plus que l’imaginaire. En fait, t’étais bon pour la reproduction point. Sauf que c’est John qui faisait des bébés, bref.

Donc ouais, tu avais pris une photo de la jolie Taylor en face de toi. Tu ne savais pas si tu avais réellement envie d’avoir un modèle, une photo ou… de l’embêter un peu. De la voir s’offusquer, se débattre un peu. Parce qu’une fille restait une fille, une photo à la volée, elles n’aimaient pas ça, jamais. Au moins, elle se plaignait, mais elle s’amusait. Tu gagnais donc, elle n’était pas fâchée pour de vraie.

-Mais j’ai besoin d’un modèle fixe! Et toi tu bouges tout le temps.

Et tu lui balançais la remarque avec le sourire. Quand elle se jeta sauvagement sur toi –ou pas- pour récupérer l’appareil laissé sur l’accoudoir du canapé, tu ne pouvais pas la laisser faire! Tu avais attrapé ton téléphone avant elle, elle avait surement senti son objectif frôler ses doigts, mais sans plus. Puis, tu l’avais éloigné loin d’elle, hors de sa portée. Tu étais grand, fallait que ça serve. Sauf qu’en t’étirant, ton corps c’était appuyé sur le sien et tu avais eu peur. Pas de lui toucher, non. Ça en fait, tu n’y pensais plus vraiment. Tu avais surtout eu peur de la pousser en bas du canapé, qu’elle tombe, qu’elle se fasse mal. Parce que tomber, c’était chiant, mais tomber dans ton bordel, ça pouvait faire mal. Alors tu l’avais retenu. Tu avais glissé ta main au niveau de sa taille, l’avait glissé dans son dos pour la ramener sur le canapé, mais aussi vers toi par la même occasion. Ce n’était pas voulu, juste que c’était logique, tout ça.

-Interdiction de mourir à la maison, Cassie m’en voudrait à mort.

Et lui avait dit avec un petit sourire, sans trop savoir comment elle pourrait se rattraper ou si elle chercherait à récupérer le téléphone, alors tu enchainas pour calmer ton cœur, ton corps, tout ça.

-On fait un marché d’accord. Je te laisse effacer la photo, si tu m’en offres une plus jolie pour mon dessin. On y gagne tous les deux. Parce que sinon, je vais devoir te demander de pas bouger pendant des heures.

Tu n’avais pas parlé très fort, parce qu’elle était… très près en fait. Ton souffle et tes paroles étaient calmes, pour tenter de démontrer que tu l’étais aussi, mais dans ta tête, tu ne l’avouerais pas, mais… c’était le bordel. Genre… vraiment. Et en back ground, the real you commençait tranquillement, comme pour mettre de l’ambiance à vos malaises. Merci Three days grace, merci…

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mer 17 Fév - 22:32





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor





Tu bougeais tout le temps, c'était un fait, tu étais une vrai petite pile électrique, toujours en mouvement à faire on ne savait quoi. Toutefois il y avait quand même des moments où tu restais sage, quand tu dessinais et quand tu peignais notamment. Il te l'avais fait remarquer et toi au lieu de le conte dire tu t'étais juste jeté sur lui, enfin sur son portable plutôt. Tu l'avais fait spontanément, sans vraiment réfléchir. Tu aurais due, vraiment, car au moment même ou tu te lança Eliot comprenant ce que tu voulais faire attrapa le portable qui te glissa des doigts. Encore si il n'y avait eut que cet échec tu aurais été vernis. Mais voilà en voulant t’empêcher de voler son téléphone Eliot t'avais légèrement poussé te faisant perdre l'équilibre. Tout en fermant les yeux tu t'étais imaginée t'affaler sur le sol. Tu pouvais presque le sentir, ce sol jonché d'affaires mais alors que tu t'attendais à de la douleur ce fut presque une caresse qui te sauva d'un étalant de tout ton long. C'était Eliot qui venait de te rattraper te ramenant à lui inévitablement. Son contact te fit frissonner et cette promiscuité t'avais volé ton souffle. Toi, tu m'étais ça sur le dos de la peur de tomber mais une part de toi n'était pas dupe. Ton pouls c'était accéléré et ne voulait pas revenir à la normal tendis que tu ne bougeait plus. T'essayais de te faire toute petite et surtout tu voulais réussir à reprendre le contrôle de toi même. Mais c'était pas aussi simple car tu étais vraiment très proche de lui tellement que tu sentais sa chaleur contre ton corps et ton petit cœur s'emballa. Cette promiscuité réveillait ce que tu essayais de faire taire depuis l'histoire de Rock Band. Tu commençais doucement mais sûrement à prendre un mauvais très mauvais chemin.

Heureusement pour toi Eliot te ramena à la raison et tu ne pus t’empêcher de rire à sa remarque. Oui c'est vrai que si tu étais tombée la dedans jamais on ne t'aurais retrouvé. Tu serais morte et t'aurais sans doute fini en pétrole. Puis il te proposa un marché et alors que tu aurais très bien pu reprendre ta place initiale pour réfléchir  tu restais la tout conte lui réfléchissant à la proposition. Il n'avait pas tort, tu serais incapable de rester en place assez longtemps pour qu'il te dessine puis avec un droit de regard c'était pas si grave de le laisser avoir ta photo.

-Ça marche...on a un Deal...

Cependant tu ne voulais pas lui laisser le temps d'enregistrer la photo sur son téléphone. Oui tu le soupçonnais d'être un peu fourbe sur les bords. Alors t'avais oublié que tu n'étais pas en mesure de gérer plus de tension entre vos deux corps et t'avais levé le bras pour attraper le portable. Cependant tu étais vraiment plus petite que lui alors t'avais presque du  ramper contre lui pour tenter d'atteindre le portable qui restait toujours hors d'atteinte. C'était clairement pas le bon plan totalement pas et le pire c'est que tu le cherchais quand même...

-Je veux tout de même l'effacer moi même...C'est pas que j'ai pas confiance mais quand même... 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Jeu 18 Fév - 1:09


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Tu l’avais bien remarqué qu’elle n’était pas du genre à rester en place. Tu avais des yeux pour voir. Ça n’impliquait pas non plus que tu l’as regardais tout le temps, juste assez. Parfois, quand tu pouvais, bref, pour une fois que Cassie avait une copine sympa. Sauf que la copine sympa en question c’était jetée sur toi. Non, pas pour des câlins, ton petit cœur ne l’aurait pas supporté avant d’exploser, mais bien pour voler ton téléphone. Rho la voleuse quand même! Bref, tes années d’expériences avec les jumeaux et la télécommande t’avait créé des réflexes. Tu lui avais donc éloigné ton téléphone, mais tu l’avais poussé en même temps. Tu avais ouvert les jambes, collant l’une d’elle contre le divan pour te donner un peu plus d’impulsion s’il le fallait, sauf qu’en faisant cela tu avais rapproché ton corps du vide et tu l’avais poussé elle en même temps. Ton dernier envie était de lui faire mal, qu’elle s’étale sur le sol dur et surtout bordélique. Alors, tu l’avais rattrapé. Tu n’avais même pas réfléchit à la proximité, au bienfondé de la chose ou pas, tu ne voulais juste pas qu’elle se blesse. Le pire, c’est quand tu avais réalisé. Tu n’avais qu’à étirer les jambes et vous étiez couchés ensemble sur le canapé, c’était… stressant. Du moins, c’est le mot que tu choisirais pour expliquer les pulsations de ton cœur que tu tentais de retrouver. Même chose pour ton souffle en fait, donc ouais, sauver les apparences. Tu avais donc décidé de discuter, c’était la meilleure chose à faire. Elle allait se rattraper, se replacer… ou pas. On avait un deal! C’était déjà ça. Il aurait une photo d’elle, une vraie. Sauf qu’elle c’était mise à encore vouloir ton téléphone et toi, tu n’avais pas confiance. Alors, tu avais resserré ta prise sur elle pour ne pas qu’elle tombe, tu avais ris doucement, diffusant cette joie et cette chaleur de jouer, tout en éloignant un peu plus ton téléphone, sourire moqueur aux lèvres. Elle avait terminé sa course que tu pouvais pleinement plonger ton regard dans le sien. C’était… techniquement pire que tout à l’heure. Sauf que tu pouvais rajouter en riant un peu :

-J’aurai toujours le bras plus long que toi tu sais.

Comme ça, tu pouvais profiter et rire un peu hein. Elle était minuscule! Tu avais bien le droit de t’en amuser. Le problème, c’est que toi, tu t’habituais à cette proximité, mais peut-être pas elle. Bref, elle se sauverait bien un jour. Elle s’expliqua donc, elle voulait l’effacer elle-même. Elle ne te faisait donc absolument pas confiance. Pourquoi tu ne pouvais pas garder les deux hein? Tu roulas donc des yeux, elle ne pouvait pas le manqué, encore moins ton petit sourire joueur qui allait avec.

-Ça va, je te le laisse, c’est pas comme si je ne pouvais pas prendre des photos de toi au naturel quand je le voulais hein.

Avec un sourire des plus sincère, mais aussi qui prouvait que tu avais envie de l’embêter. Au moins, tu avais ramené ton bras pour lui laisser le téléphone, tu la laissais gagner en sommes. Tu voulais quand même faire descendre la pression… la tienne du moins.

-Sauf que là, si tu la prends dans cette position… Cassie va me tuer. Et même si elle ne le fait pas… ça va être difficile à justifier.

Toujours le même sourire, tu avais envie de voir sa tête, elle avait tendance à prendre des couleurs et tu trouvais sa marrant, tu trouvais ça… mignon. Alors tu le provoquais un peu, fallait l’avouer.

-Aller, faut me faire une belle photo. Ensuite tu m’apprends.

Ce n’était pas comme si l’autorité faisait partie de toi, c’était plutôt une suggestion. Sauf que bon, avec de la chance. Elle écouterait hein. Tu enchainas avec un timide :

-Faut me libérer là.

Parce qu’elle était sur toi. Pas que tu n’aimais pas. Juste que l’envie de glisser une main contre sa nuque, dans ses cheveux, le contact de sa peau… tout ça était impossible à cause de son pouvoir et du tien. Alors aussi bien éviter d’en avoir envie, même un peu. Un peu trop tard, mais bon.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Jeu 18 Fév - 2:07





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor





Pourquoi tu avais empiré les choses ? Pourquoi tu n'étais pas plus sage et ne t'étais tu pas arrêté quand il t'avais donné l'occasion de le faire ? Par ce que tu étais comme ça  sans doute impulsive et dynamique. Oui tu étais un peu une gamine mais dans le bon sens du terme enfin si il y en avait un. Bref, maintenant tu te retrouvais face à lui le bras tendu tu ne pouvais que constater que malgré tes efforts il gagnait avec ses longs bras. C'était humain ça ? T'en étais pas sûr. Vous l'aurez comprit elle essayait tant bien que mal de ne pas penser que juste en face d'elle, juste à quelques centimètres se trouvait le visage d'Eliot. Tu pouvais sentir sa respiration sur ta peau et le quart d'un instant tes yeux avaient même osaient se poser sur ses lèvres se demandant quel goût elles pouvaient avoir. Tu devinais qu'elle devait être douce, chaude et agréable. Tu te perdais totalement fallait que tu remonte avant de te noyer complètement. Tu tentas donc de lever les yeux et ce ne fut pas réellement mieux car une fois plongeait dans le bleue de son regard t'étais en pleine noyade...t'étais fichus. Heureusement pour toi encore une fois Eliot trouva les bons mots pour te faire revenir à la raison.  

-Ouais je constate ça...

Sa réflexion t'avais fait rire et tu avais levé les yeux vers vos mains tout en penchant la tête comme si face à l'évidence tu n'avais pas d'autre choix que d'accepter la réalité. T'avais réussit à décrocher de ses lèvres et de ses yeux, oui pour les diversions il était fort. Si tu avais réussit à ne pas rougir jusqu'alors la phrase qu'il sortit juste après te donna le feu au joues. T'étais perdue...tellement...
-T'es un fourbe Eliot...tellement.

Il t'embêtait et toi tu tombais dans le panneau sans même marquer le stop. Des fois t'avais quand même tendance à foncer sans réfléchir...quoi on l'avait déjà dit ? Quand il avait descendu la main tu n'avais pas hésité à prendre son téléphone avec un léger sourire victorieux. Toutefois alors que tu aurais pu t'écarter de lui tu n'avais rien fait. Tu te plaisais bien là en fait même si ton cœur s'amusait à tambouriner dans ta poitrine dès que tu sentais un peu plus sa chaleur contre toi ou quand tu croisais son regard. Il te fit remarquer ta position et bien entendu t'avais encore eu le droit au retour de flammes au niveau de tes joues. Un instant tu te demanda si il ne le faisait pas exprès si bien que pour entrer dans son jeu tu avais placé le téléphone en face de vous avant d'immortaliser la scène. Tu avais prit la photo à la volet alors que tes joues n'avaient pas décolorées.

-Tu trouveras bien...

Tu lui avais rendu un petit sourire moqueur avant de hocher la tête face à sa demande tout en regardant les photo. La dernière photo était assez marrante et elle t'avais légèrement fait rire avant de tomber sur la photo qu'il avait prit de toi...Tout ça pour ça ? En fait tu te trouvais pas trop mal sur cette photo. Tu n'eus pas le temps de t'admirer plus que ça que Eliot te rappela un détail...t'étais encore sur lui. T'avais rougit plus que d'habitude avant de reprendre ta position semi assise en face de lui.  

-Désolée...c'est que t'es plutôt confortable comme gars.

Tu tentais de donner le change mais à l'intérieur de toi c'était clairement la tempête. Si ça continuait comme ça tu allais vraiment finir par mourir...ce cours allez être plus long que prévu. Alors tu souriais pour cacher tout ça et tu attendais un peu que ta couleur redevienne normale pour prendre une vrai photo pour commencer l'exercice.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Jeu 18 Fév - 4:00


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Elle était tellement près de toi que tu pouvais sentir son odeur, sa présence, sa chaleur et t’appréciais l’idée. Fallait juste supprimer toute pensée cohérente à tous les propos. Genre, que c’était l’amie de Cassie déjà, que tu étais plus vieux qu’elle, que même si tu le voulais, tu ne pouvais pas la touché, que tu n’en avais pas le droit. Tu ne savais pas ce que son pouvoir allait faire avec le tient, mais ça impliquerait les souvenirs d’un de vous deux et tu n’en avais pas envie. Tu n’avais pas envie de prendre le risque si vous pouviez l’éviter et pour le moment… vous pouviez. Elle était tellement près que tu arrivais à la détailler parfaitement. D’ici, tu pouvais même croire que tu arriverais à la dessiner sans problème. Bon d’accord, tu pensais ça maintenant, mais devant une feuille, ça serait différent et tu le savais. Donc ouais, oublier et simplement dire que tu auras toujours de plus long bras qu’elle. Ce qui serait vrai pour toujours. Parce que bon, à moins qu’elle se fasse trempée dans l’engrais avec beaucoup d’eau… il n’y avait pas vraiment de chance que ça arrive. Bref, tu continuais de parler. Parler t’empêchait de la fixer, ce qui était franchement bien. Elle dirait que tu étais fourbe et c’était peut-être un peu vrai. Juste un peu. En même temps, c’était vrai. Tu pouvais t’installer dans l’escalier et la regarder se promener dans la maison avec Cassie, cuisiner, tout ça. Alors ouais, tu pouvais. Pour l’embêter tu le ferais totalement.

-Peut-être un tout petit peu.

Parce qu’il fallait s’assumer dans la vie et ce petit côté de ta personnalité… tu l’aimais bien en fait. Tu t’amusais à l’embêter et Dieu que ça t’amusait vraiment. Tu aimais lorsqu’elle s’empourprait, parce que ça te prouvait que… bah… t’étais pas le seul à être timide dans ce genre de moments. Tu refusais pourtant de la laisser partir, de t’éloigner. Tu prenais sur toi pour garder tout ça. En plus, elle était limite sur toi, même si tu avais voulu, tu n’aurais pas pu. Une excellente raison pour tenter d’avoir l’air à l’aise hein.  Tu lui avais demandé une belle photo, tout ça, mentionnant que pas dans cette position, parce que si Cassie tombait dessus… sauf qu’elle décida de la prendre comme ça, alors toi… pour te venger…

-Juste parce que tu l’as prise quand même, elle va se retrouver avec ton numéro de tel. Si tu m’appelles devant Cassie, elle va se poser des questions. Tu aimes vivre dangereusement?

Et tu riais. Parce que ce n’était pas tout à fait ton genre, mais ça te donnerait une raison de la voir non? En prime, ça te donnerait une raison qu’elle t’appelle ou te texte, c’était parfait. Donc ouais, une première photo, mais finalement… elle s’éloignait de toi, elle se justifiait même. Tu étais du genre confortable? Tu ne pouvais que sourire à sa phrase.

-Moi ça me va hein, mais une position plus stable, plus confo pour moi aussi, ça pourrait être bien.

Tu lui souriais. Tu ne savais pas comment réagir. Tu tentais de… tu ne savais absolument pas. Tu vivais constamment le moment entre deux eaux. Tu tentais de… ne pas flirter? Et la gêne. Tout en restant franc. Ce qui n’était pas clair non plus. Bon, tout le monde s’accordait, la situation était claire pour tout le monde. Tu t’étais donc assis de nouveau dans ton canapé. Tu avais reprit le carnet, continuant de le feuilleté.

-Tu crois que je peux en rester aux bonhommes allumettes?

Tu souriais. Sérieusement, tu n’étais pas nul à ce point, mais tu aimais bien le dire comme ça. Tu savais dessiner les portraits comme quelqu’un qui savait dessiner en général, mais à ton œil, il y avait toujours un machin déformé. Ça ne donnait pas le genre réaliste que tu recherchais et dans le genre réaliste… tu adorais ça. Tu voulais vraiment que ça ressemble à quelque chose en vrai.

-Bon aller, je fais un premier jet et tu me montres mes erreurs ou… tu me les montre au fur et à mesure?

L’idée qu’elle puisse te regarder… tout du long. Pendant que tu dessinais, tu n’en étais vraiment pas très certain, mais c’était sa façon de faire… pourquoi pas. Tu espérais que non quand même. Malgré que… bref, comme elle voudrait.
   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Ven 19 Fév - 5:07





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor





Si il associait vraiment cette photo à ton numéro tu te doutais que la tête que ferait Cassie en la voyant s'afficher sur son téléphone serait être épique. L'idée t'avais fait rire, de plus tu avais même imaginé la scène. Dans ton imaginaire,tu voyais Eliot tenter d'expliquer comment et pourquoi cette photo avait fini là en passant une main dans ses cheveux. Oui tu avais remarqué qu'il faisait souvent ça quand il était un peu mal à l'aise ou intimidé et tu trouvais ça vraiment craquant chez lui. Rien que pour ça tu te voyais déjà en train de lui envoyer des messages pendant les heures de repas où quand tu savais qu'il était avec Cassie. Oui tu te disais ça pour ne pas avouer que ça te donnerais juste une excuse pour lui envoyer des messages. Tu étais faible, avec lui tu avais tendance à l'être beaucoup plus que d'ordinaire.Tu l'avais alors regardé avec un petit aire malicieux et un léger rire.

-Tu n'as même pas idée...

Cette phrase voulait dire tellement plus que tu ne pouvais le laisser entendre. A bien y penser tu tentais déjà le diable à être ici, seule avec lui, dans une position qui aurait pu vous emmener là où tu avais pourtant décidé de ne pas aller.
Tu lui avais fait remarquer qu'il était confortable, pour le taquiner premièrement puis car tu le pensais vraiment. Tu étais bien là même si tu devais composer avec ton cœur qui jouait au montagne russe dans ta poitrine. Et alors que tu reprenais place sagement il avait dit une phrase qui te vola une nouvelle fois ton souffle ne t'aidant pas à regagner une couleur normale. Tu ne savais ou pouvais pas vraiment comprendre toute la portée de cette simple réponse. Une partie de toi se demandait si il se moquait de toi où si il était sincère. Tu ne savais pas comment réagir, si tu devais répondre ou non. Tu avais envie de répondre d'une certaine manière mais d'une autre tu savais que ton cerveau ne te laisserait pas faire. C'est vrai quoi tu ne pouvais tout de même pas lui proposer de s'installer mieux pour que tu puisse t'allonger de nouveau sur lui. Non...vraiment cette pensée n'était faite que pour rester dans ta tête et même là elle n'avait pas vraiment sa place. Tu étais l'amie de sa petite sœur, pas une fille qu'il avait croisé dans un bar avant de lui proposer un dernier verre dans sa chambre. Alors tu t'étais contentée de lui rendre son sourire avant de baisser les yeux vers le portable. C'était mieux comme ça, mieux pour tout le monde, tu passais de bons moments avec lui tu n'avais pas vraiment besoin de compliquer tout ça même si...tu en mourais quand même un peu d'envie.

-Ça risque d'être un peu compliqué un portrait en allumette. Surtout que c'est moi que tu dessines...je suis un peu trop ronde pour de simples bâtons.

Tu souriais toujours tête baissé vers le portable. Au moins Eliot avait toujours les bons mots pour te faire décompresser et penser à autre chose. Les « rendez-vous » avec lui étaient vraiment des exercices, un yo-yo émotionnel plaisant mais éprouvant quand même.
Tu avais fini par reposer le portable devant lui sans même prendre de nouvelle photo. Tu la trouvais pas mal cette photo prise à la volée, tu ne pourrais pas faire mieux de toute façon. Vraiment, tu ne savais même pas comment tu devais poser...c'était moins compliquer de rester sur celle là.

-Je te propose de te lancer puis je regarderais dans quelques minutes pour voir comment tu avances...

C'était mieux de voir la progression au fur et à mesure comme ça tu pouvais voir ce qui n'allait pas directement. Toi pendant ce temps tu le dessinerais lui, tu t'étais décidée tout en récupérant ton carnet de portraits et un de tes feutres. Toi tu n'avais pas vraiment besoin de photo ni même qu'il reste totalement immobile et puis ça te faisait une excuse pour l'observer...un peu...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Sam 20 Fév - 5:16


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Du moins, la première fois que Cassie verrait la photo, ça serait marrant. Ensuite, la rumeur se rependrait chez toi et ils prendraient les paris, tu le savais. Le premier baiser, la mise en couple, tout ça, sans se dire que peut-être vous n’étiez que des amis. Du coup ouais, non, montrer la photo n’était pas une excellente idée. Parce que bon, toi tu savais gérer les conneries de tes frères et sœur, mais pas besoin de mettre une pression inutile sur Taylor, tu n’avais pas envie de ça. Sauf qu’elle trouvait l’idée de la photo marrante et toi, tu lui avais dit qu’elle aimait vivre dangereusement et… elle acquiesça. Ça te faisait toujours un peu bizarre quand même. Tu ne l’imaginais pas à la Lara Croft, plus… à bouquiner dans un coin, voilà.  Elle te taquinait, tu l’embêtais et c’était marrant. Lorsqu’elle avait dit que tu étais confortable, tu en avais rajouté, disant que si tu l’étais aussi ça serait bien quand même. Sauf qu’elle ne répondit rien, elle réfléchissait, tu le savais. Tu avais trouvé comment la faire taire? Rho, c’était mignon ça. Surtout qu’elle prenait des couleurs, tout ça et finalement, tu lui avais souri, l’aidant machinalement à se sortir de ce petit malaise. Tu avais compris le principe, ne pas lui proposer des câlins trop directement, ça là brisait. En prime, tu avais déjà du mal à les sortir ses remarques, ça ne te ferait pas de tort de les garder pour toi.

Tu t’étais donc relancé à parler de dessin. Les bonhommes allumettes c’étaient une excellente idée d’abord! Sauf qu’elle, elle trouvait ça compliqué un portrait en allumette. Elle se trouvait trop ronde pour de simples bâtons, mais non, elle était parfaite.

-Mais non, tu seras parfaites, promit. Du moins… plus qu’en portrait.

Encore de l’exagération, mais ça te rassurait en fait. Quand tu n’étais pas doué dans un truc, tu préférais dire que tu étais vraiment nul, totalement, pour qu’au final tu puisses te dire « bah, c’est pas si mal finalement » bien plus que « ouais, bof. Tu aurais pu faire mieux te connaissant. ». Tu étais comme ça, on ne te changerait pas. Donc, tu préférais  de loin mettre la barre très très basse avec elle niveau dessin. Elle avait ton portable et ça ne t’énervait pas plus qu’il fallait. Sauf que tu la regardais. Tu n’avais pas envie qu’elle l’efface et n’en remette pas en fait. Si elle se mettait à se promener ou autre… tu en aurais besoin, ça tu en étais certain. Sauf que finalement, elle avait regardé la photo et… elle l’avait laissé, te rendant ton téléphone que tu ramenas sur l’accoudoir. Qui sait… ça l’avait appâté une fois non? Ça va, faut pas se faire de film, je rigole. Donc ouais, le dessin. Elle proposait que tu te lances et de voir au fur et à mesure. Ça pouvait ce faire.

-Ça me va.

Sauf qu’elle c’était mise en face de toi, alors tu t’étais replacé pour lui faire bien face. Jusqu’à ce que tes yeux se poses sur le carnet. Attend… elle allait dessiner aussi? Elle allait te dessiner? Tout d’un coup, l’idée d’être le modèle t’intimidait pas mal. Tu n’étais jamais le modèle.

-Tu vas vraiment… je suis pas du genre modèle hein. C’est bizarre.

Parce que la dessiner elle, c’était naturelle, mais pas l’inverse, faut te comprendre hein. Tu étais l’artiste, pas l’œuvre, jamais. Pourtant, elle avait l’air à vouloir faire ça et c’était elle le prof. Donc… tu avais commencé les premiers très de crayon pour la forme de base, le positionnement des yeux, du nez, de la bouche, tout ça. Sauf que fallait bien avouer que tu prenais un certain temps pour la détailler. Pour une fois que tu en avais le droit! En fait, que c’était même fortement conseiller! Tu allais en profiter un peu. Comme pour t’aider à te concentrer, la chanson changea, offrant un air plus calme pour te permettre de dessiner. Tu adorais IAMX pour ça, This will make you love again aussi. C’était une de tes préférés dans ce groupe. Elle et Happiness à égalité surement.  Tu cherchais finalement à te concentrer, montrer que tu n’étais pas vraiment nul, juste que tu étais un perfectionniste inavoué.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Sam 20 Fév - 17:36





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor





Il t'avais fait sourire avec sa remarque, encore, c'est que ça devenait tellement une habitude avec lui. Tout ce qu'il disait te mettait de bonne humeur. Intérieurement, tu te disais que même si il se mettait à lire le bottin tu arriverais encore à le trouvais aussi plaisant. C'était d'autant plus perturbant que tu n'avais pas vraiment l'habitude de ressentir ça.

-Je suis certaine que tu es douée même pour les portraits...

Tu le pensais réellement. Tout ce que tu avais vu de lui te le montrait. Ses tableaux, ses dessins, ses peinture et même les meubles qui faisait. Il ne pouvait pas ne pas savoir faire ça. Sans vraiment le dire tu venais même à te demander si ce n'était pas une sorte de modestie de l'artiste accomplie qui se cherche un talon d’Achille. Dans tous les cas modestie ou autre toi ça t'allait complètement car ça avait clairement été une excuse pour le revoir. Tu avais beau tenté d'ignorer l'évidence si tu étais là ici c'était plus pour lui que pour l'amour de l'art et dieu sait comme tu aimais ça.  

-...et cesse de tenter de m'amadouer, au boulot.

Tu avais prit ce petit aire sérieux avant de lui proposer de dessiner un peu avant de venir voir son avancement. Toi pendant ce temps tu voulais être confronter au même exercice même si pour être sincère ce n'était pas vraiment la première fois que tu le dessinais lui. Pour ta défense, c'était arrivé comme ça un soir alors que tu noircissais une page un peu au hasard. Avant que tu ne t'en rende vraiment compte tu t'étais mise à le dessiner de mémoire. Chaque trait prenant forme sous tes coups de feutre tendis que tu repensais à cette heure que tu lui avais volé. Quand tu avais enfin prit conscience de ce que tu avais fait tu n'avais pas pu t’empêcher de rougir, encore et toujours avant de fermer ton carnet comme si tu venais de faire une erreur. Tu avais beau te dire que ce n'était pas une bonne chose, que tu n'avais pas totalement le droit de faire ça, tu n'avais pas réussit à passer à autre chose et bien vite tu l'avais ouvert de nouveau ton petit carnet. C'était beaucoup trop compliqué d'être raisonnable.

-Oui je vais vraiment...Je suppose qu'il y a une première fois à tout...

Tu lui avais tendu un petit sourire malicieux avant de revenir à ton carnet. Tu allais te lancer dans les premiers traits, toujours les plus difficiles. Ils te faisaient souvent douter si bien que tu en étais arrivé au point de t'en mordre les lèvres. Puis dans un élan tu avais enfin posé ton feutre sur la page pour dessiner ton modèle. Tes traits étaient fins et tu cherchais plus à composer ta page qu'à donner forme à ton dessin. Il fallait dire aussi que le fait de l'avoir en face de toi ne t'aidait pas vraiment, au contraire ce n'était pas vraiment évidant de se concentrer quand la vrai envie que tu avais été tout autre. Alors ton autre main avait cherché un crayon à côté de toi avant de le lancer sur Eliot. Ça va tu n'y avais pas été à la bourrin cette fois ci et une fois ton méfait accomplit tu avais baissé de nouveau ton regard vers ton carnet histoire de ne pas montrer que c'était toi. Oui vous n'étiez que deux dans cette pièce c'était forcément toi donc c'était un peu idiot mais ça te faisait quand même sourire en coin...Quoi ? Chacun ses techniques de...non pas ce mot...chacun sa façon d'occuper le temps plutôt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Sam 20 Fév - 20:42


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Le pire –ou le mieux- c’était que tu aimais la faire sourire. Tu cherchais un peu ça dans tes remarques. Tu aimais voir que ce que tu disais allait. Parce que s’il y a bien une chose que tu craignais, c’était d’aller trop loin. Une remarque de trop, ça arrivait rapidement et avec tes frères et ta sœur, tu faisais rapidement dans l’excès. Du coup, tu manquais un peu de pratique dans les interactions sociales normales. Tu sais, ceux qui ne sont pas obligé de t’aimer pour toujours parce que vous êtes une famille et tout. Donc ouais, tu appréciais doucement le moment, elle pensait quand même que tu étais doué pour les portraits.

-Bon, j’avoue que… comparativement à un gamin, ils sont pas mal. Si tu compares au reste de mon travail… c’est pas génial.

Avec un léger sourire malicieux aux lèvres. Parce que la comparaison à un gamin, c’était légèrement flou quand même. Donc ouais, tu étais adorable et elle rajoutait que tu devais cesser de l’amadouer, fallait travailler. Ouais, travailler. Donc, tu t’étais passé une main dans les cheveux, la laissant là le temps que tu réfléchisses à comment commencer les traits de Satan. Oui, de Satan, parce que s’il n’était pas bien, tout le reste allait en souffrir, tu le savais. Toi, tu n’avais pas un marqueur en main, à ça non. Tu commençais au plomb, tu effaçais rarement avant la fin, mais au moins tu savais que tu pourrais le faire si jamais. Ouais, tu étais un grand insécure dans la vie, voilà. Tu étais donc concentré, une main toujours dans les cheveux à espace presque régulier. Parce que bon, tu étais penché sur ta feuille en mode : monsieur sérieux comme demandé et tes cheveux te tombait dans les yeux. Tu avais donc commencé, prenant le temps de la détailler quand tu pouvais, autant par nécessité pour le dessin que par envie. Tu aimais bien pouvoir le faire tranquillement sans que tu ne te dises qu’elle allait s’imaginer des trucs ou autre. Sauf qu’elle voulait te dessiner aussi et ça… mais non. Ton esprit aurait limite fait un what si tu ne t’étais pas retenu. Donc ouais, le pire c’est qu’elle assumait, elle allait le faire.

-Je suis sûr qu’il y a une loi contre le fait de profiter de son statut de prof sur un élève pour le dessiner de force, tout ça.

Et tu avais ris silencieusement, sourire aux lèvres avant de descendre tes yeux vers ta feuille. Tu t’y consacras plus ou moins à partir de là, jusqu’à ce que tu reçoives un machin. Fallait d’abord mentionné que tu avais sursauté. Parce que tu ne t’attendais pas à ça. Ensuite, tu avais retrouvé le fautif, un crayon. Juste après cela, tu avais relevé les yeux vers l’accusée, sourire joueur aux lèvres tout en disant :

-Parce que tu me demande de me concentrer pour bosser et t’es la première à faire l’inverse!

Avec un petit air faussement offusqué. Genre non, ça ne se faisait pas.

-Alors je vais être le plus sage des deux et ne pas répliquer à cet affront.

Genre tu étais l’adulte, tu allais le prouver non? Pourquoi pas! Bref, tu avais plongé ton regard clair dans le sien avant de retourner à ton dessin. Avoir un modèle qui te plaisait… c’était pratique pour le dessiner. Tu t’appliquais, comme toujours. Sauf que l’idée d’être l’adulte t’emmerdait, fallait avouer. Alors, tu t’étais étiré légèrement pour attraper un coussin au sol avant de lui balancer. En prime, elle dessinait au feutre, avec de la chance, tu lui ferais rater son portrait non? Ce n’était pas aussi facile que ça?

-Maintenant on est quitte.

Parce que tu ne serais jamais l’adulte, tu t’en doutais bien. Peut-être qu’elle te balancerait autre chose, tu en étais presque certain en fait. Sauf que tu t’en fichais. Tu voulais juste passer un bon moment avec elle. La chanson laissa place à « so far away » d’Avenged et tu étais heureux, parce que tu savais qu’elle aimait ce groupe. Il ne t’en fallait pas plus en fait.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Sam 20 Fév - 23:10





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor





-Sans doute quelque part oui...mais moi j'ai jamais rien signé.

Tu avais toi aussi sourit avant de reporter ton attention vers ta feuille. Tu étais sensée le dessiner sagement et tu l'avais fait...un petit temps. A force de faire des allez et retour entre ta feuille et Eliot tu avais vite perdu le compte et t'avais prit plus de temps à l'observer qu'à le dessiner. Heureusement pour toi tu pouvais assez facilement faire passez ça pour une sorte de maniaquerie de dessinateur mais en vrai tu commençais doucement à te reperdre. Tu le voyais si concentré à te dessiner toi...c'est vrai tu n'avais presque pas penser à ça au final. En y pensant tu ne pus t’empêcher de sentir ton cœur s'emballer. Il fallait qu'il arrête celui là, il ne te facilitait pas la tache. Tu allais reporter ton attention sur ton dessin quand ton regard se porta sur un crayon laissait là sur le sol. Tu lui avais dit d'être sage et de se mettre au boulot, il t'avait obéit mais maintenant qu'il était concentré tu ne pouvais t’empêcher de vouloir l’embêter. Contradictoire ? Oui il y avait un peu de ça et beaucoup de cette envie de lui. Alors tu l'avais prit ce petit crayon et tu lui avais lancé dessus non sans te cacher derrière ton carnet mine de rien. Tu savais qu'il savait que c'était forcément toi et ça te faisait rire intérieurement surtout quand le voyant sursauté toi aussi t'avais fait de même.  

-C'est pas ma faute il m'a échappé déjà...

Tu avais fait une petite bouille innocente avant de clairement faire mine de bouder quand il avait dit que lui resterait sage. Tu soutenais son regard avant qu'il ne se remette à son travail...Il n'avais clairement pas le droit d'être le plus sage de vous deux surtout que voilà toi tu voulais qu'il joue avec toi. Oui tu étais une enfant clairement mais tu assumais pleinement alors ça allait. Tu te reportais toi aussi à ton dessin non sans avoir levé les yeux au ciel pour montrer ton presque faux mécontentement. Tu avais reposé ton feutre sur ta feuille quand une objet lourd et à la fois moelleux s’abattit pleinement sur toi te faisant déraper au passage. Tu n'avais pas pu t’empêcher de jurer avant de te retrouver à moitié couché par la force du coussin.
Tout en reprenant ta position initiale tu lui jeta un petit regard noir presque méchant même si en vrai tu t'amusais de la situation. Vraiment ? Il n'avait même pas su tenir deux minutes entières. Clairement, il n'était pas le plus sage des deux tu le soupçonnais même du contraire.

-T'étais pas sensé être le plus sage y'a cinq secondes ?...en plus tu m'as fait déborder...

Tu avais montrer ton dessin pour preuve avant de pencher la tête comme si tu attentais ses excuses. Mais tu n'avais pas attendu bien au contraire tu avais plus soif de vengeance qu'autre chose alors tu avais laissé tomber ton dessin avant de le charger avec le coussin. Tu avais prit un peu d'élan en te redressant avec tes genoux avant de te jeter littéralement sur lui.
-Maintenant on est quitte...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Dim 21 Fév - 0:12


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Genre, elle n’avait rien signé du coup… elle pouvait en profiter. C’était très injuste tout ça. Surtout pour toi, mais ça te faisait sourire. Parce qu’en fait, tu t’amusais bien. Tu voulais juste la taquiner un peu plus avant de t’y mettre pour de vrai. Tu rajoutas donc simplement :

-Alors si c’est comme ça… à quand les cours de guitare déjà?

Avec un petit sourire joueur. Quoi? C’était elle qui avait le beau rôle, tu le voulais aussi. Alors aussi bien de lui demander de te le laisser un jour. Déjà que vu vos avancés niveau dessin… vous étiez peut-être mieux de changer de cours, personne ni croirais. Genre, 5 minutes de dessin pour 20 minutes de conneries, minimum. Alors ouais, les 5 minutes de dessin. Tu te passais la main dans les cheveux, te concentrant à faire de ton mieux, jusqu’à ce que tu reçoives un crayon. Rha la traitresse quand même. C’est elle qui demande l’artiste sérieux et elle n’arrive même pas à l’entretenir un minimum! Bref, tu allais être le plus sage des deux, encore plus parce qu’elle détestait ça. Elle se justifiait. Il lui avait échappé hein.

-Wow, donc toi, tu dessines aux feutres et quand tu les échappes, ils se transforment en crayon pour ne pas salir la moquette? Tu devrais m’apprendre à faire ça aussi… ou pas.

Parce qu’elle pourrait vouloir t’apprendre à range et ça… c’était horrible quand même. Tu lui avais souri avant de retourner à ton dessin sans aucune contre-attaque. Jusqu’à ce qu’elle se reconcentre et là, tu lui avais balancé un coussin. Ouais, tu ne pouvais pas laisser tout cela sans aucune riposte, mais tu avais envie de la laisser croire que oui. Tu avais éclaté de rire quand elle en était tombée à la renverse sur le canapé. Non vraiment, c’était trop marrant. Elle était minuscule et fragile, tu avais tendance à l’oublier. Tu continuas à rire quand elle te balança un regard noir. Rho, tu avais presque peur, presque.

-Comme ça, j’ai des chances que mon portrait soit plus beau que le tien! Et je serai toujours le plus sage des deux, vu que tu attaques la première.

La logique quoi. En prime, tu étais le plus vieux, donc ça faisait de toi le plus sage CQFD. Le pire, c’est qu’il était bien commencé son dessin à elle. Le tien aussi si tu te concentrais un peu plus quand même.

-Je te proposerais bien d’effacer, mais… t’es accro au feutre…

Avec un petit sourire joueur, limite espiègle aux lèvres. Elle avait réussi à tuer la gêne chez toi, passer par-dessus et te donner envie de jouer. Tu avais envie de pouvoir dire que… que vous étiez ami du moins. Sauf qu’avant même que tu retournes à ton dessin, elle te sautait dessus. Non sérieusement, tu avais à peine eu le temps de laisser tomber le crayon au sol, le carnet aussi pour la réceptionner un minimum sur toi. Tu ne pouvais pas la réceptionner elle et esquiver le coussin, c’était bien ça le problème. Elle disait que vous étiez quitte, mais pas du tout! Alors, tu avais décidé de prendre ta vengeance tout de suite. Ne pas attendre, c’était clairement le mieux. Alors, tu avais passé tes mains de chaque côté de sa taille, touchant délicatement son t-shirt, espérant qu’il reste en place pour ne pas devoir tester le pouvoir de personne. Sauf que tu laissas tomber ta jambe au sol, ta main la plus proche du dossier du canapé s’en était saisit et tu t’étais propulsé à sa rencontre, l’autre main avait retiré le coussin, tu souriais, mi-amusé mi-prédateur. Ton torse se plaqua contre elle, mais tu continuas le mouvement dans une descente aux Enfers. Ses jambes c’étaient repliés sous elle pour te laisser passer au-dessus. Tu la dominais maintenant de toute ta taille et toi, tu lui souriais. Tu avais déposé tes mains de chaque côté de sa tête, tes cheveux tombant doucement trop près de son visage, la chatouillant presque. Ton regard azur était rivé au sien. Elle l’avait bien cherché non?

-Je vais commencer à croire que t’aime bien être couché sur ce canapé. Et va falloir me laisser dessiner si tu veux qu’on appelle ça un cours de dessin.

Ta phrase, tu l’avais dite presque dans un soupire. Ton souffle contre sa peau, tu pouvais sentir son cœur battre contre ton torse. Le problème… c’est qu’elle sentait surement le tiens aussi. Heureusement pour toi, tu n’entendais pas The Cab chanté derrière vous, Endlessly. En ce moment, tu ne faisais qu’une chose, lui prouvé que tu dominais, mais aussi te noyer dans ses yeux.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Dim 21 Fév - 14:02





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




-Quand tu le voudras...un autre jour...


Tu lui avait répondu avec un petit sourire aux lèvres. Oui ça voulait clairement dire ce que ça voulait dire...Pour l'instant c'était toi la professeur, tu en profitais et tu n'étais pas d'avis d'en changer. De plus le cours de guitare, ça te permettait d'avoir une autre excuse pour venir plus tard, tu ne voulais pas griller toutes tes excuses en même temps...

Sa déduction sur le crayon te fit rire tandis que tu tentais de rester attentive à ton dessin. Il ne fallait pas que tu perde ton petit air innocent après tout, c'était plus ou moins ton alibi...même si te toute évidence ta culpabilité n'était plus à démontrer. Tellement plus que Eliot avait prévenu qu'il ne rentrerait pas dans ton petit manège et qu'il préférait rester le plus sage des deux. Quand il avait dit ça tu n'avais pas pu t’empêcher d'arquer un sourcil de façon sarcastique. Vraiment ? Mais non il n'était pas sensé rester sage. Ça t'avais un peu contrarié, plus quand il était retourné sur son dessin. Il était sérieux de toute évidence, alors, sagement toi aussi tu étais retournée à ton portrait non sans  une petite bouille trahissant tes pensées.
Tu étais redevenue plus ou moins tranquille quand dans un fracas un coussin t'emmena dans sa course te faisant basculer au passage. Tu n'avais même pas eut besoin de sortir la tête de ce dernier pour entendre le rire de Eliot. Il se moquait totalement de toi et toi tu avais sourit derrière ton coussin avant de prendre un air faussement contrarié quand tu l'avais enlevé de ton visage.  Tu avais ensuite vu ton portrait et le magnifique trait au feutre sur ce dernier. Tu n'avais pas pu t’empêcher de lui lancer un regard noir et lui d'en rajouter une couche, voir deux. Ça t'avais donné envie de te venger, tellement que tu n'avais pas réfléchit plus loin avant de prendre l'arme du crime et de te lancer sur lui. Tu voulais faire quoi au juste ? L'étouffer ? C'était un peu ça l'idée même si véritablement tu avais juste envie de t'amuser un peu plus avec lui.
Tu avais fini ta course presque sur lui et c'est là que les choses ont légèrement échappé à ton contrôle. Sans même que tu ne comprenne le pourquoi du comment tu t'étais retrouvée sous Eliot.  Il était si proche de toi que tu pouvais sentir son corps contre le tiens...si proche que ses cheveux caressaient presque ton visage. Tu en loupa une respiration, puis deux, comment tu étais censé respirer ? Tu ne savais même plus comment faire. Toi tu étais juste en train de te perdre totalement dans ses yeux, dans son souffle et au rythme des battements de son cœur. De son cœur...t'étais tellement proche que tu les sentais tout contre toi et il ne t'en avait pas fallut plus pour que le tiens cesse littéralement de battre. Tu ne pouvais même pas tenter de t'échapper car il te dominait complètement de toute sa grandeur et puis dans une certaine mesure tu ne tenais pas plus que ça à t'en sortir.

-Seulement... quand tu y es aussi...

Ça t'avais échappé, dans un souffle, tu n'avais plus assez d'esprit pour te contenir. Pourtant il n'était pas si loin ton esprit, non il se trouvait juste à quelques centimètres de toi, focalisé sur les lèvres de Eliot. Quand il avait parlé, tu en avait même eut un frisson te parcourant de part en part tendis que toi aussi tu sentais ses battements devenir anarchique. Tu ne savais pas vraiment ce que tu étais censée faire, si tu devais résister à cette envie de combler chaque centimètres entre vous ou si tu devais y céder. Une partie de toi te suppliait presque de le faire traduisant ça comme un besoin vital. Tes pensées te faisaient rougir et te donnait terriblement chaud...pourquoi il faisait chaud comme ça ? T'essayais tant bien que mal de détourner ta propre envie mais de toute évidence c'était peine perdu. Vraiment comment pouvais tu résister à cette envie alors qu'il était là, que tu pouvais sentir son souffle contre ta peau ? Peut être en te disant qu'il était le grand frère de Cassie, qu'il était un mutant et que son pouvoir pouvait avoir un effet des plus désagréable sur le tiens. Oui tu aurais pu te dire ça et tu te l'avais dit quelque part entre cette envie de l'embrasser et celle de l'avoir pour toi seule un micro instant.
Alors sans même peser le pour et le contre plus longtemps tu l'avais fait. Tu l'avais donné cette impulsion qui avait rapproché tes lèvres des siennes dans un ultime souffle tendis que ton cœur ne battait plus depuis un moment. Tu avais sentie ses lèvres chaudes contre les tiennes, ton souffle se mêlant au sien .C'est à ce moment précis où ton cœur avait explosé en millier de morceaux dans ton petit corps...T'étais pas censé survivre à ça, comment tu aurais pu tu n'étais pas assez armée... 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Lun 22 Fév - 4:32


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Un autre jour? Ça t’allait. Comme ça, c’était sûr que tu avais une seconde rencontre de prévu à l’horaire. Tu ne pouvais peut-être pas te permettre des extravagances avec elle, mais être amis ça oui, tu le pouvais très bien. Ça se faisait bien, c’était même facile. Tu l’appréciais bien. Fallait juste l’expliquer à Cassie, un jour, tout ça. Un jour lointain. Quoi? S’il y avait la possibilité que vous vous voyiez sans que Cassie ne comprenne pas trop, toi ça t’allait très bien. C’était beaucoup plus facile à gérer. Ceci étant dit, elle t’avait balancé un crayon et tu avais décidé de ne pas répliquer. C’était la plus sage décision à prendre. Du moins, jusqu’à ce qu’elle se concentre un peu plus sur son dessin. Là, tu lui avais balancé un coussin en toute innocence, oui, oui, innocence. Tu étais sage, jusqu’à ce qu’elle ne regarde pas, comme toujours. C’était gentil! Vraiment! Alors bon, tu l’avais fait dépassé et tu en étais limite fier. Comme ça, ton portrait ne serait pas trop ridicule à côté du sien avec une méga barre placé aléatoirement.

Tu t’étais venger, tu étais ravi. Maintenant, tu pouvais retourner à ton dessin, mais la gamine ne te laissa pas faire. Pas du tout en fait. Parce que tu l’avais vu se propulsé. Juste assez pour avoir le temps de te débarrasser de ton carnet, du crayon avant d’être sauvagement attaqué par le coussin. Le problème avec tout ça, c’est qu’elle t’attaquait et toi, tu avais 26 ans de contre-attaque derrière la cravate avec ton frère. Du coup, une prise au sol, c’était marrant, c’était même nécessaire, tu y allais juste plus doucement avec elle. Parce que c’était une fille, tout ça. Alors, tu t’étais retrouvé sur elle, bloquant toute sorte de mouvement possible. C’était le mieux. Tu étais près d’elle, tes cheveux la frôlait presque et ton propre cœur s’emballait. Fallait avouer que tu jouais à un jeu dangereux, toi qui d’habitude, étais assez prudent. Tu avais tenté de détendre l’atmosphère, parlé. Sauf qu’elle en rajoutait une couche. Elle aimait être étendue sur ton canapé, mais seulement quand tu y étais aussi. Tu l’as dévorais des yeux, mais tu savais que c’était mieux que non. Tu n’y pouvais rien. Tu connaissais ton pouvoir, tu… mais tu restais près d’elle, encore, toujours. Tu n’aurais pas dû, tu aurais dû t’excuser et t’éloigner. Sauf que plus tu sentais son cœur s’emballer et plus tu semblais paralyser dans cette position. Tu étais tellement près d’elle. Tu sentais sa chaleur, son odeur, tu… perdais pied.

C’est surement elle qui perdit pied en premier, tu ne pouvais pas en être complètement certain, mais le fait qu’elle c’était rapproché pour t’embrasser prouvait ton point. Tu aurais dû reculer, sauf qu’au contact de ses lèvres, de sa chaleur tu… tu avais été faible. Tu voulais profiter du moment, te disant qu’avec de la chance, tout irait bien, tu l’espérais. Tu avais profité du baisé, de chaque seconde, de sa chaleur, son goût, jusqu’à ce que ça arrive. Tu ne comprenais pas trop ce qui se passait. Des images vinrent envahir ton esprit sans que tu puisses les chasser. Tu y voyais Taylor, seule, elle allumait des bougies d’anniversaires, mais personne autour. Elle avait fini par se souhaiter joyeux anniversaire, complètement seule. C’était triste, non sérieusement. Tu l’aimais bien la petite Taylor et ce genre d’image, tu ne pouvais que ressentir l’émotion derrière. Les images se terminèrent lorsque vous mirent fin au baiser. Tu n’avais pas pu apprécier à sa juste valeur, tu t’en rendais bien compte. Tu t’éloignas doucement, tu… tu étais triste pour elle et, ça paraissait surement un peu. Tu… tu culpabilisais surtout de lui avoir volé un souvenir aussi… personnel. Parce que tu ne pouvais pas croire que c’était autre chose que ça. Elle… t’offrait un souvenir, au lieu de t’en voler un.

-Je… je suis désolé. Je… j’aurais pas dû te plaquer contre le canapé, c’était une mauvaise idée… je suis désolé pour le souvenir. C’est… ça te fait toujours ça?

Parce que tu ne savais pas qu’elle ne s’en rappelait pas. Qu’elle ne savait pas que tu lui en avais volé un. Et genre, tu ne voulais pas t’éloigner, tu voulais rester près d’elle, mais tu devais t’éloigner, c’était mieux pour tout le monde. Tu ne voulais pas risquer d’en voler d’autre. Tes pensées étaient totalement contradictoires, mais tu avais réussi à retourner à ta place initiale. Tu aurais voulu rester plus près, tu aurais voulu… mais tu ne savais pas quoi faire. Alors, tu t’avais reprit ta place, tout en la regardant. Tu te passas une main dans les cheveux, tu aurais voulu chasser le malaise, chasser le pouvoir et profiter du moment.

-Tu crois qu’on peut recommencer, mais sans les images tristes cette fois?

Tu ne relevais pas les yeux vers elle, mais tu souriais, l’air désolé. Tes cheveux étaient clairement un bouclier contre ta stupidité. Tu voulais juste… tu voulais qu’elle sache que ce n’était pas le baiser le problème, mais bien les souvenirs relier, le pouvoir, tout ça, pas elle. Loin de là, elle, c’était bien. Vraiment.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Lun 22 Fév - 19:37





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




Tu perdais tout ce qui pouvait te donner l'impression d'exister. Le temps n'avais plus vraiment d'emprise sur toi, seul les battements désaccordés de ton cœur laissaient transparaître que tu étais encore vivante. Mais malgré leurs puissances ils n'arrivaient même pas à traduire un dixième de ce que tu pouvais ressentir à cet instant précis. Tu avais chaud et à la fois froid, tu possédais une assurance que tu ne te connaissais pas et pourtant tu étais aussi morte de peur. Tout se chamboulait dans ce si petit corps que tu avais, tellement que tu te demandais si tu allais réussir à tout contenir en dedans. Quand tu pensais réussir, son souffle chaud contre ta peau et la douceur de ses lèvres te faisaient replonger inexorablement. Tu étais faible, tellement et tu en prenais de plus en plus conscience quand tu étais avec lui.
C'est cette faiblesse qui avait du occasionner une faille dans ton pouvoir. Alors que d'ordinaire tu le contrôlais assez bien, là il t'échappais librement sans même que tu en ai conscience. Rien ne laissait transparaître le fait qu'à cet instant précis alors que tu profitais pleinement de ce moment volé, lui assistait à l'un de tes anniversaires en solo. Tu en avais eu tellement de ces moments où tes parents te promettaient monts et merveilles et te laissaient seules avec toi même. Si au départ leurs absences
à répétitions te peinaient ça avait vite fini en routine et même si intérieurement tu espérais toujours, la douleur s’effaçait un peu plus au fil des années.
Ce flux de souvenirs cessa quand votre baiser prit fin. Tu n'avais absolument pas conscience que tu venais de perdre un fragment de ta mémoire si ça avait été le cas sans doute aurait tu pu comprendre l'expression sur le visage de Eliot. Mais là, tu n'avais pas les clefs et alors que tu avais les joues encore rougis par l'émotion tu sentis ton corps se raidir en voyant Eliot s'éloigner de toi arborant une tête qui te laissa comprendre que quelque chose clochait. Ce n'est pas ton pouvoir que tu mis en cause en premier lieu mais toi et ce que tu venais de faire. Avec du recul tu prenais conscience de ce que tu venais de faire, de ce baiser que tu venais de lui voler alors que finalement lui ne l'avait pas forcément demandé. Instinctivement tu avais posé tes mains devant tes yeux comme pour te cacher et en espérant disparaître. Oui tu y croyais vraiment à ta technique du lapin.
C'est lui qui avait fini par prendre la parole, d'un certain côté c'était mieux ainsi tu ne te voyais pas dire quoi que ce soit. Il commença par dire qu'il était désolé pour le plaquage et sans doute pour t'avoir poussé à la faute du moins c'est ce que tu avais traduit. Tu redescendais inévitablement et violemment sur terre et ça faisait mal, vraiment. Puis les choses se compliquèrent encore plus quand il te parla du souvenir qu'il t'avait prit. Si t'étais pas trop du genre percutante comme fille là tu il n'avait pas fallut le dire trois fois pour que tu comprenne où il voulait en venir. Toujours derrière tes mains t'avais tenté de lui répondre.

-Sois pas désolé...c'est de ma faute...j'ai pas réfléchis...Rarement...en règle général je le contrôle assez bien.

Devais tu lui dire que ça ne t'arrivais jamais dans ce genre de circonstance ? Que tu maîtrisais assez bien tes sentiments quand ton cœur ton corps et ton esprit n'étaient pas confrontés à Eliot. Non certainement pas alors tu le gardais pour toi encore un peu du moins, histoire de ne pas l'effrayer encore plus. Alors que tu réfléchissais Eliot avait reprit la parole te demandant si c'était possible de recommencer sans lui envoyer des souvenirs. A cet instant précis tu avais écarté les doigts pour le regarder alors que tes joues s'empourprèrent totalement. Vraiment ? Tu avais fini par te dire qu'il n'avait pas appréciais le fait que tu l'embrasse.

-On pourra toujours essayer de nouveau ...

T'avais sourit en le disant, tu ne pensais pas vraiment dire ça pourtant ça t'avait échappé. D'une certaine manière tu le pensais même si l'idée de perdre tes souvenirs ne t'enchantais pas vraiment étrangement.

-Et je peux savoir ce que tu as vu exactement histoire que je sache un peu...?

T'avais omis de préciser que tu voulais aussi connaître le contenu du souvenir car vu la perte de contrôle que tu avais eu tu te doutais que jamais il ne referait surface dans ton esprit.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammateam outsiders
- Eliot Harrison -
wibbley wobbley timey wimey

Célibataire
Renvoie et inversement de pouvoir
Artiste
19/04/2015
Jamie Bower Campbell
Je sais pas
225

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 23 Fév - 4:01


ft. Taylor & Eliot

   
♪Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped♫



Le début du baiser, tu avais adoré. Tu avais adoré sa chaleur, sa proximité. Tu l’avais apprécié elle. Ça faisait un moment que tu n’avais pas pris du bon temps comme ça avec quelqu’un et se rapprocher de Taylor, c’était facile. C’était tellement naturelle et tu ne savais pas pourquoi. Surement que les centres d’intérêts communs aidaient à ta timidité. Surement que son aise aussi, parce que tu le lui rendais bien. Alors, quand elle t’avait embrassé, c’était avec le plus naturelle du monde que tu avais laissé ton corps se rapproché du sien, ton cœur s’emballé, ton souffle chaud caressé ses lèvres et c’est en te disant que tu prolongerais se baiser pour l’éternité quand les images t’envahir. D’abord flou, puis les images devinrent de plus en plus clair. Tu avais eu de la peine pour elle, fallait bien l’avouer. Toi à tes anniversaires, il y avait minimum trois personnes : John, Cassie et Jake. Et ça, c’était tout récemment, parce que quand tes parents étaient là, c’était minimum 5 et minimum, parce que les grands-parents se pointaient. Alors ouais, t’imaginer sans tout ça, ça te faisait de la peine pour elle. Sans trop savoir comment, tu te jurais que son prochain anniversaire ne se passerait pas seul. Sauf, que tu t’étais éloigné. Le plaisir du baiser avait laissé place à tout le reste. Tu avais tenté de t’expliquer, d’expliquer ton mouvement de recul, parce que tu te demandais vraiment en fait comment elle allait prendre tout ça. Du coup, tu avais parlé de son pouvoir, de son souvenir. La dernière chose que tu voulais, c’était de la faire fuir par manque de mot, ce que tu avais déjà fait avec d’autre.

Finalement, elle s’expliquait. Déjà, elle était désolé et tu ne savais pas trop pourquoi. C’était toi qui lui avais bouffé un souvenir. D’accord, c’était son pouvoir à elle, mais c’était aussi le tien. Tu l’écoutais, sans vraiment la regarder, tu ne savais pas trop quoi en penser. Les mutantes, c’était pas pour toi, tu le savais. Pourtant, là, maintenant, tu lui avais demandé de recommencer un jour. Sauf que, tu devais le prendre comment? Elle le contrôlait bien en général, mais pas maintenant? C’était chiant quand même. C’était de ta faute? Surement. Alors, tu lui avais balancé sérieusement que tu voulais recommencer, mais sans les souvenirs. Genre, ouais, tu passais commande. Tu ne pensais pas vraiment que c’était possible, mais tu voulais au moins qu’elle sache. Elle avait viré au pourpre ou presque. Sauf qu’elle te confirmait qu’elle voulait bien réessayer un jour. Ce qui te fit sourire, tu avais même relevé les yeux vers elle pour la peine.

-Alors ça me va.

Avec un petit sourire assez timide. Parce qu’en fait, ça te plaisait bien, même si tu ne voyais pas comment faire pour arranger tout ça. Tu n’avais pas envie qu’elle finisse totalement amnésique non plus. Ça serait assez compliqué à gérer ensuite. Surtout gérer ta culpabilité en fait. Donc ouais, un jour, mais pas tout de suite si possible. Sauf que là, elle demandait à savoir ce que tu avais vu, alors tu descendis de nouveau ton regard parce que bon, c’était personnel tout ça. Elle voulait surement le garder…

-Tu l’as pas vu, genre… passé? Bah, hm, c’était à un de tes anniversaires, lequel je sais pas. Tu étais toute seule. Tu te souhaitais joyeux anniversaire avant de souffler tes bougies.

Tu avais relevé tes yeux sur elle. Tu n’allais pas en rajouter, pas trop, tu ne comprenais pas grand-chose à son pouvoir déjà. Donc, ça n’aidait pas vraiment. Donc ouais, en rajouter. Aider, tu ne savais pas trop quoi faire.

-C’est quand ton anniv’ au moins?

Genre, pour que tu le saches et que tu l’invites à la maison cette journée-là. Quoi? Tu le pouvais très bien! Tu ferais passer ça pour une idée de Cassie. Tout ça. Tu t’étais penché pour ramasser ton carnet et ton crayon. Recommencer à dessiner, c’était le mieux quand même non?

-Oh et, je tiens à souligner que… logiquement… c’est la personne qui embrasse qui explique à la petite sœur hein.

Avec un sourire malicieux en te reconcentrant sur le dessin. Parce que oui, tu la charriais un peu beaucoup là, pas besoin d’en parler avec Cassie… il n’allait rien se passer de plus non?

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronspicy squirrels
- Taylor Foster -
they don't fit in the mould

Célibataire
manipulation des souvenirs : Peut voler par contact les souvenirs, les pensées et peut par la même occasion implanter un souvenir inventé dans l'esprit de la personne
Elève
05/07/2015
Lucy Hale
Me
278

MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   Mar 23 Fév - 11:53





““Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots.”.”

♪Yeah, the ink may stain my skin
And my jeans may all be ripped
♫ 

Eliot & Taylor




Tu avais fini par te redresser malgré le fait que tu l'observais toujours derrière tes petits doigts. Tu n'étais pas assez courageuse pour ne pas le faire et toi tu n'avais pas tes cheveux pour te cacher. Vous aviez ensuite parlé du fait de recommencer, un jour. Tu n'étais pas contre c'était plutôt l'inverse même si la liste des raisons contre s’épaississait de façon considérable. Te voler un souvenir, au monde c'était sans doute ce que tu craignais le plus...après les poules et les clowns (Si si c'est des peurs rationnelles!). Toi qui passais ton temps à prendre ceux des autres, tu savais à quel point ils étaient précieux et à quel point ils forgeaient notre nous du présent. Tu avais déjà eut l'occasion d'utiliser ton pouvoir sur des personnes qui souhaitaient oublier certaines parties de leur passé. Si au début tu n'étais pas vraiment contre plus tard tu avais comprit que bon ou mauvais chaque souvenir était précieux. Tu les comparais aux flammes de bougies, de petites veilleuses douloureuses mais qui pourtant reste allumaient de façon immuable pour te protéger. En somme même si tu en voulais encore de Eliot il allait falloir que tu trouve le pourquoi qui faisait dérailler ton pouvoir et assez rapidement si possible...

-Non...tu ne sens rien quand tu perds un souvenir. Je t'ai un peu transformé en voleur...très doué trop sans doute. Tu avais eut un léger sourire avant de reprendre. Le souvenir cesse juste d'exister dans mon esprit pour venir se loger dans le tiens...pour un petit moment avec de la chance un peu plus long sans....

Un peu plus long voir jamais si tu le savais tu n'avais pas trop envie de l'effrayer avec ton pouvoir même si fatalement si continuais à perdre tes souvenirs il allait falloir l'expliquer. Mais pas tout de suite tu le sentais déjà assez perdu comme ça.
Tu avais fini par arrêté de te cacher derrière toi même quand Eliot les yeux baissés t'expliqua ce qu'il avait vu. Intérieurement ça te soulagea un peu, dans ta mal chance tu en avait un peu quand même au final. C'est vrai quoi, il aurait pu tomber sur bien pire. Alors au lieu de « pleurer » la perte de ce fragment de ta mémoire tu avais juste été rassuré même si au final c'était pas top comme souvenir pour un premier baiser. Un premier baiser...à chaque fois que tu pensais à ce terme tu ne pouvais t’empêcher de te sentir toute chose. Sans doute car tu te permettais à rêver d'un deuxième puis d'un troisième encore même si ce n'était clairement pas raisonnable compte tenu de ce que tu lui faisais « subir ». Oui c'était peut être même égoïste en fait...pourtant il avait dit en vouloir d'autre aussi. Trop de contradiction...beaucoup trop pourquoi tout ne pouvait pas être simple pour une fois...

-Tu compte m'offrir un cadeau c'est ça?? Tu avais eu un petit sourire narquois même si tu voyais où il voulait en venir. Le 25 Janvier...par contre si tu me demande mon âge ça ne sera pas avant le 4 ème rendez-vous minimum.

Tu avais doucement essayé de penser à autre chose, c'était mieux d'éviter d'en parler trop. Alors t'avais reprit un petit sourire malicieux avant de l'imiter et de te mettre en quête de ton carnet perdu sur le sol de la chambre de Eliot. Tu étais à moitié en tailleur sur le canapé tendit que tu te contorsionnait pour trifouiller un peu partout. Un jour tu rangerais toute cette organisation anarchique, un jour...Toujours dans la même position tu avais tourné la tête vers lui quand il avait expliqué que c'était à toi d'en parler à Cassie. D'où tu étais tu pouvais voir son petit sourire craquant, lui plus la demande te fit perdre l'équilibre. C'était hors de question de le dire à Cassie, vraiment non... Heureusement pour toi tu réussis tant bien que mal à te rattraper avec les coudes non sans avoir lâché un « Meeeeerdeuuuu » assez royal au passage. Tout en essayant de regagner ta position initiale tu avais fini par lui répondre.

-Mais c'est clairement pas logique...Déjà parce que dans un couple c'est le plus vieux qui annonce les choses et puis parce que j'ai déjà fait genre 80% du boulot à ton tour maintenant. En plus elle pourra très bien l'apprendre en même temps que le bébé ou le mariage à voir...genre tire groupé c'est bien aussi...

T'avais compris son petit sourire et le fait qu'il te charriait, ça t'allait, pire tu rentrais aussi dans son petit jeu...  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yeah, the ink may stain my skin And my jeans may all be ripped
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Achat]Skin de chat
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Skin Interface
» [skin]Magie sur ma skin de chat
» skin d'interface?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: NEW YORK CITY :: brooklyn-