.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 Je ne sais pas si j'aime ça [-18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Mer 18 Nov - 0:34





♫  somebody mixed my medicine  ♪

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora




La nuit était tombée depuis quelques heures déjà et Isaora avait comme à son habitude traîné les rues avant de rentrer à l'institut et plus précisément dans la chambre qu'elle partageait avec Madison. Le début de l'hiver était frais et si elle avait eu un peu plus d'énergie sans doute aurait elle fait un détour par la chambre de Blake. Histoire de le persuader d'aller faire un tour sur le toit de l'école pour boire et oublier pendant quelques heures sa vie décousus et les pentes glissantes qu'elle prenait en ce moment. Et puis au pire si Blake ne voulait pas sortir elle pourrait toujours squatter quelques temps dans sa chambre et avec un peu de chance Oz ne serait pas très loin autant lier l'agréable avec l'agréable... Quoi ? L'espoir fait vivre non ?
Oui elle aurait pu si elle n'avait pas été aussi claqué et si la seule chose que tout son corps voulait se résumé en quelques mots : un bon lit douillé. C'est donc avec hâte qu'elle s'était dirigé vers sa chambre non sans faire attention à faire le moins de bruit possible pour ne pas réveiller la petite blonde qui dormait déjà. Elle n'avait même pas osez allumer la lumière pour la déranger ce contentant d'éclairer devant elle avec l'écran de veille de son téléphone portable. Si son corps avait envie de affaler dans son lit sans prendre la peine d'enlever ses affaires elle du quand même se faire violence pour se démaquiller. Elle le fit sommairement avec la luminosité peu importante que lui procurait son portable et enleva le peu de vêtement qu'elle avait sur le dos pour décider de passer la nuit en sous vêtements. Elle avait jeté quelques regards en direction de sa colocataire surtout quand par inadvertance elle avait envoyé une de ses chaussure contre sa propre armoire.
Finalement elle s'était glissée entre ses draps et avait enfilé les écouteurs de son Iphone pour s'endormir avec de la musique sur les oreilles histoire de ne pas laisser le temps à son esprit de l'emmener dans des directions qu'elle ne voulait pas emprunter. Là endormi entre ses draps, sans ses vêtements pour le moins provoquant et son maquillage tout autant osez elle avait l'aire d'une enfant sage, douce et voir presque adorable. Il aurait été assez difficile de dire que le jour cette dernière ce transformait en parfait petit démon essayant de semer le chaos sur son passage.
Morphée se décida assez rapidement pour l’accueillir dans ses bras ne lui laissant pas le temps d'écouter la deuxième musique de sa playliste. Pour cette fois elle avait été clémente avec la jeune mutante qui se laissa border vers un rêve doux, loin des souvenirs morbides et dévastateurs qui envahissaient son esprit à longueur de journée.  Non il n'y avait pas cris, pas de sang, pas de pertes ni de douleurs, juste des rêves étranges mais doux, une petite parenthèse laissant apparaître sur ses lèvres un léger sourire qu'elle n'avait presque jamais en temps normal.  






Anglais
Italien
Pensée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Mer 18 Nov - 3:28

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

Toi! Oui toi, petite tête blonde de très bonne humeur! Depuis ton arrivée dans l’Institut, tout avait tranquillement changé. Oui bon, on parlait de toi et de changement dans la même phrase, du coup… c’était certain que c’était lentement, même très lentement. Tu avais donc pu te rendre en cours, bon tu arrivais en retard pour éviter les foules et tu partais bien après tout le monde, mais ça… tu t’en fichais. En prime, quand c’était compliqué, tu partais d’avance en t’excusant, tout simplement. Plus ou moins tous les profs semblaient au courant de tes petits problèmes de… clones, de concentration, tout ça.

Dwayne, ton prof de musique pensait que tout était dans l’affirmation de soi, mais sérieusement… comment tu pouvais t’affirmer face à la tourmente. Genre, un mutant qui contrôle les tempêtes, vous l’imaginez-vous balancer un « Coucouche panier la tornade, je veux réviser? » Toi tu ne l’imaginais pas vraiment, alors tu n’étais pas certaine d’arriver à contrôler un jour tes clones, elles avaient une volonté propre et même que certaines avaient la tête dans le cul étaient aussi agréable que de se manger un mur à plusieurs reprises disons. Sauf que tu en avais marre de te chamailler avec toi-même, alors comme d’habitude, tu tentais de faire la paix. Au moins, elles te laissaient aller en cours, c’était déjà ça de gagner.  Tu n’avais même pas à réfléchir que tout le monde répondait pour toi. Tout le monde genre… tes clones. Tu n’osais toujours pas prendre la parole, mais tu écoutais un peu du moins. Juste l’impression d’être comme tout le monde te rendait heureuse pour le moment.

Une fois que tout le monde furent rangés dans leurs boites respectives, soit leurs chambres, tu t’étais risqué à l’extérieur. En fait, tu avais découvert le plus grand problème de ta vie à l’Institut. Ton idée de ne jamais sortir de la chambre c’était avérer un échec parce que… tu devais te laver. Non mais vraiment, tu pouvais envoyer un clone pour tout, mais pas pour te laver, alors… tu étais finalement sortie. Tu n’avais pas très envie que ta coloc se plaigne de quoique ce soit, toi tu l’aimais bien. Alors ouais, douche. Ce qui tu fis ce soir-là? Comme d’habitude. Tu avais pris le temps de te regarder dans le miroir ne sachant pas comment te coiffer, comment exister de toi-même. Tu avais toujours l’impression que tous les styles avaient déjà été pris. Tu avais beau te regarder, tu voyais le reflet de toutes les autres et… tu décidais finalement de ne rien faire. Tu ne touchais pas à tes cheveux ni rien. Tu avais enfilé un t-shirt trop grand pour toi et un pantalon gris, de sport, encore là, trop grand pour toi. La raison était simple, c’était trop grand parce que c’était à ton frère, tout simplement. Oui, tu n’avais toujours pas eu le courage nécessaire pour faire les magasins, tu faisais avec ce que tu avais et de toute façon, tu n’avais pas vraiment de style à toi. Tu n’avais rien de vraiment… tous les styles étaient déjà utiliser par tes clones. En fait, t’imaginait même pas comment aller faire les boutiques avec tes clones, ça devait être l’horreur. Ouais, non, pas de shopping donc.

Tu t’étais donc doucement trainer les pieds jusqu’à la cuisine pour chasser un des plats que t’avais fait Liam. Tu aimais bien ce mode de vie un peu en marge des autres, ça t’allait étrangement bien. La cuisine était calme et ton repas était bon, il était toujours bon en fait. Avec le temps, tu avais appris plein de chose marrante sur toi. Genre toi, tu n’aimais pas les carottes, fallait pas être bien, mais… t’aimais pas ça. Sinon, tu adorais les olives et les cornichons. En fait, t’aimais plus les à-côtés que les repas en eux-mêmes. Tu adorais surtout les desserts, ça comptait surement comme un repas… non? Liam disait que non, mais tu t’en fichais, tu mangeais ce que tu voulais. En prime, tu te demandais vraiment si tu mangeais n’importe quoi, si tout le monde prenait du poids.

« Tu ne testes pas! »
« Je teste si je veux. »
« Non. »
« Oh regarde, un petit gâteau, oh un deuxième. »
« … »
« Merci, je t’aime aussi. »

Et là, tu souriais un peu connement, toute seule parce que tu avais gagné. Tu aimais bien gagner en fait. Tu avais quand même englouti les deux petits gâteaux d’un air satisfait. Tu t’étais ensuite rendu à ta chambre pour passer un peu de temps avant de finalement aller te laver les dents et retourner à ta chambre pour le dodo du combattant. Tu avais retiré tes pantalons pour te glisser en t-shirt et en culotte sous ta couette. C’était calme, vraiment. Isaora n’était toujours pas là et toi, tu en profitais pour tenter de gagner un peu de sommeil. Tu ne savais pas comment elle faisait pour rentrer aussi tard aussi souvent. Ton sommeil arriva rapidement, te laissant vivre d’un œil la vie des autres, mais sans plus. Tu aimais bien dormir, quand tu y arrivais. Le problème, c’était les clones qui avaient une vie légèrement trop mouvementé. Vraiment trop mouvementé, alors tu passais de l’une à l’autre et ainsi de suite. Un bruit t’avait tiré un peu plus de tes songes, mais sans plus. Tu n’allais pas te réveiller complètement, mais quand Dasha frappa un mec qui l’avait bien cherché, tu t’étais retourné dans ton sommeil. En fait, quand Dasha se mangea un coup, fendant sa lèvre inférieure… tu avais sursauté. Elle avait du mal et finalement, May l’avait aidé, mais les mecs faisaient peur. Alors, tu avais peur, tout simplement. Tu croyais t’en être tiré, mais un clone éclata en sanglot, son copain venait de la quitter, tu ressentis la porte claqué et tu avais de la peine, de la peine pour elle. Alors, tu t’étais réveillée, tout simplement. Sauf que tu n’avais pas cette chance toi, une fois éveillée, les cauchemars ne s’arrêtaient pas. Rien ne les arrêtait. Quand tu étais petite, une chose les arrêtait bien pourtant, la présence rassurante de ton frère. Sauf qu’il n’était pas là, alors sur le coup… tu trouvas la meilleure idée de remplacement. Tu te levas doucement, silencieusement, sentant la texture du sol frais sous tes pieds. C’était con, c’était vraiment con, mais… tu espérais juste te rendormir, qu’elle tienne les vilaines voix loin de toi. Tu t’étais arrêté, tout devenait flou sous tes yeux, la tristesse d’une autre, c’était toujours dur à vivre. Tu tentas vainement de t’essayer les yeux pour recommencer à avancer. Tu t’excuserais, tu t’excuserais de ta faiblesse, essayerais son courroux, mais tu voulais qu’on te rassure. Alors, tu t’étais glissée sous ses draps en silence. Tu cherchais sa proximité, sa chaleur, mais sans la déranger, tu t’étais rapprochée et lorsque tu avais effleuré sa peau nue, tu t’étais figée. Tu n’allais pas bouger plus, tu allais simplement cesser d’exister, t’endormir et espérer qu’elle ne te tue pas. Parce qu’en ce moment… c’était la seule option non? Ça ou qu’elle porte plainte pour harcèlement sexuelle. Oh non… dans quelle merde tu t’étais fourrée toi déjà?

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Mer 18 Nov - 18:01





♫  somebody mixed my medicine  ♪

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora





Le soleil d’août martelé avec force sa peau encore blanchâtre. Le vent doux mais chaud faisait voler ses longs cheveux blond frôlant son visage en une caresse à la fois douce et bienveillante. Le va et vient d'une chaleur enivrante et venant enlacer ses pieds l’interpella et elle baissa la tête pour observer le remous de l'eau s'amuser à tantôt contourner, tantôt immerger cette partie de son corps. L'odeur iodée de l'aire lui était tellement familière qu'elle avait l'impression de se trouver là où elle avait toujours du être. Une sensation de bien être l’envahit soudainement bercée par des souvenirs doux et réconfortant. Isaora ne s'était pas rendu compte qu'elle se trouvait dans un rêve, dans son inconscient elle se trouvait toujours en Italie comme si les quatre dernières années de sa vie n'avait jamais eu lieu, comme si elle avait tout oublié.
-Isa !! Isa !!
Cette voix, elle la connaissait, c'était la sienne, du moins elle lui était identique. Instinctivement alors qu'elle faisait face à l’étendu bleu azur de l'océan devant elle, elle fit volte face pour se retrouver devant une fille qui lui était identique en tout point. La même blondeur, le même regard tout aussi bleu que la mer derrière elle. Si elle était différente c'était de la Isaora d'aujourd'hui, celle de l'institut celle qui noircissait beaucoup trop ses yeux comme pour annihiler toute once de bonté que son image pouvait transmettre. Comme pour montrer au monde la noirceur de son âme, ce qu'elle percevait de sa propre personne. Mais là sur la plage de Bari elle n'était en rien semblable à cette mutante bien au contraire, à la vue de sa sœur un large sourire se dessina sur son visage et d'un signe de la main elle lui indiqua qu'elle l'avait entendu.
-Max !!
Maxine, sa sœur était assise un livre à la main aux côtés de ses parents en pleine discutions. D'un geste de la main elle intimait à Isaora de venir les rejoindre tout en lui souriant de la même manière. Sans même réfléchir la mutante c'était mise à courir vers eux comme si une force en elle la suppliait de se dépêcher, comme si tout ça n'était pas réel, comme si en un battement de cil cette vision de sa famille pouvait tout bonnement s'évanouir. Elle se dépêchait à en perdre halène, pourtant alors que chaque pas auraient du la ramener vers sa famille elle se voyait toujours plu loin et elle les percevait moins distinctement. Elle avait beau courir les supplier de l'attendre, personne ne semblait plus faire attention à elle et bien vite elle fut rattraper par sa propre existence.
Lorsqu'elle ouvrit les yeux la mutante se trouvait dans son lit, loin de Bari, de sa plage, de sa chaleur et de sa famille. Une larme presque glacial vient perler sur ses joues. Instinctivement elle était venu l’arrêter d'un geste comme si elle s'interdisait de pleurer, comme si c'était un signe de faiblesse. Elle se serait sans doute levé si elle n'avait pas senti le contact chaud d'un corps contre le sien. Ce contact la fit alors frissonner et ce n'est qu'au prix d'une concentration presque acharnée qu'elle comprit que cet être était Madison. Ce rapprochement n'était pas dérangeant bien au contraire c'était presque rassurant, sans doute parce que son esprit était en conflit entre la douleur de ce rêve et le besoin de ne pas être seul à ce moment précis. En temps normal elle aurait sans doute fuit ce rapprochement qu'elle n'était pas mesure de contrôler mais là pas encore consciente elle s'était surprise à se tourner vers la jeune mutant.
Une partie d'elle avait presque envie de la toucher, juste pour se persuader qu'elle était bien réelle, juste pour ça... Mais avait-elle vraiment le droit de faire ? Non sans doute qu'elle n'en avait pas le droit, mais l'envie était présente, tellement présente...Plus que ça elle en avait besoin. Elle était loin des doute qu'elle avait, loin de cette peur presque phobique de se trouver trop près de la jeune mutante évitant presque de rester seule avec elle. Pas parce qu'elle avait peur de Madison...en fait que peu être qu'elle en avait peur, peur de ce qu'elle pouvait lui faire...peur de ce que Madison pouvait éveiller en elle. C'était compliqué, tout était compliqué...Mais là tout lui semblait clair, elle avait envie de sentir se peau contre la sienne, c'était presque vital , comme si c'était le remède face à la douleur qu'avait réveillé ce rêve.
Elle regardait donc Madison, se perdant dans ses pensées et face à cette belle blonde endormie toute proche d'elle. Sans vraiment en avoir conscience sa main s'était posé sur la joue de la mutante. Une douceur qui ne lui était pas habituelle, une douceur qu'elle cachait tout au fond de son être. Dans un mouvement lent elle était venu lui caresser la joue comme l'aurait sans doute fait une sœur. Mais loin d'en être une Isaora en voulait déjà plus. Elle voulait sentir sa chaleur l’enivrer un peu plus, juste un peu. Le conflit qui commençait à jaillir en elle fut vite étouffé quand sans même en avoir mesuré toute l’ampleur elle avait posé ses lèvres sur les siennes. C'était un baisé chaste, réconfortant mais totalement illégal. Elle n'en avait pas le droit, elle le savait. Madison n'était même pas réveillée, c'était presque comme la violer d'une certaine manière. Mais elle n'en avait que faire, elle en avait envie. Peut être que d'une certaine manière elle espérait que son baisé réveille la petite blonde endormit. Qu'elle se réveille et la repousse pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas le droit de faire ça, de prendre possession de ce corps qui ne lui appartenait pas....D'une certaine manière elle avait besoin de cet électrochoc pour se réveiller entièrement et arrêter de glisser vers ce qu'elle avait espérer fuir depuis maintenant quelques semaines. 






Anglais
Italien
Pensée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Jeu 19 Nov - 1:39

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

En ce moment, tu paniquais un tout petit peu. Parce que tu ne voulais pas être seule, tu avais envie d’être rassurer et que ta meilleure idée avait été de te glisser dans le lit de ta coloc. Voilà, elle allait te jeter, elle n’allait pas apprécier, elle allait te détester. Déjà qu’elle passait rarement du temps avec toi toute seule, maintenant que tu étais dans son lit… elle n’allait peut-être pas apprécier la proximité. Tu avais au moins été gentille, lorsque tu avais frôlé sa peau, tu t’étais arrêtée, comme ça, tu n’étais pas trop près. Elle n’avait rien dit, elle ne t’avait pas poussé en bas du lit alors, tu n’avais que fermé les yeux, doucement. Tu espérais que sa présence t’éloignes des autres, te fasse oublier la peine de l’autre. Alors, tu tentais de te concentrer sur Isa, sur sa présence, sa respiration, tous les petits bruits qu’on faisait en dormant et finalement, tu t’étais endormi, heureusement pour toi.

Tu étais bien, le sommeil t’avait gagné et tu rêvais doucement, les voix étaient lointaines, les clones aussi, c’était bien. Une présence de tira légèrement de ton sommeil. Tu demandas rapidement aux clones de cesser les câlins quand on te balança à la gueule que l’hypothèse principale, c’était que la sensation venait de toi. Ah bon? Tu avais plisser les yeux doucement, les ouvrant à peine avant de comprendre qu’Isaora était réveillé.

« Elle t’a embrassé? Sérieusement? »
« Nah, surement pas. C’était surement autre chose. »
« Bah déjà… elle ne t’a pas balancé en bas du lit… profite-en. »
« En profiter? »

Ton clone avait soupiré devant ta naïveté, mais tu n’y pouvais rien, tu ne pouvais pas vraiment en profiter. Tu pouvais? Tu n’en savais trop rien, mais tu lui avais souri doucement avant de te cacher derrière tes cheveux, parce que tu n’avais peut-être pas droit d’être là, tu n’en savais rien, tu craignais le pire, tu allais peut-être paniquer et quand c’était le cas, les émotions des autres te submergeaient et la peine de l’autre là, celle que tu  tentais d’oublier, bah elle t’était revenue dans la gueule alors. Tu allais en profiter et au pire… tu te ferais pousser en bas du lit, tout simplement. Alors, tu t’étais rapprochée, non mais genre, vraiment rapprochée. Tu t’étais glissée près d’elle pour obtenir le câlin salvateur, tes doigts c’étaient glissés doucement contre sa peau pour s’arrêter de l’autre côté de son corps. Tu avais plongé ton visage contre son cou pour te perdre dans ses cheveux, mais aussi dans les tiens. La maintenant, tu voulais sa présence, tu ne voulais pas être seule, tu voulais être consolé même si tu savais que ce n’était pas toi qui devait l’être vraiment. Alors, tu murmuras doucement, toujours plongé dans son cou :

-Je suis désolé, je… Dasha c’est battue, une autre pleure, je… je peux rester avec toi? Je… je suis bien là.

Parce que tu étais vraiment bien, c’était ça l’important non?

-S’il te plait.

Et… et tu l’as serrait un peu plus fort contre toi. Tu espérais tellement qu’elle ne désire pas te repousser complètement. Tu te fichais qu’elle ne soit pas beaucoup habillé, tu voulais juste… ne pas être seule, tout simplement.

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Jeu 19 Nov - 3:29





♫  somebody mixed my medicine  ♪

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora



Elle lui avait sourit, juste ce sourire lui avait donné envie de l'embrasser encore et de s’enivrer juste un peu plus de ses lèvres. Mais elle ne fit rien se contentant de rire doucement en la voyant se cacher sous ses cheveux. Elle ne l'avait pas arrêté quand elle s'était rapproché dangereusement d'elle même si la panique l'envahit quelques secondes, puis la peau et la chaleur de Madison avait eut raison de cette peur lui la laissant apprécier ce contact.  Elle était mal barrée, elle le savait mais putain qu'elle s'en foutait car elle aimait ça.  Cependant une partie d'elle même commençait doucement à la mettre en garde lui rappelant qu'elle n'était pas en droit de faire ça , qu'elle se l'était interdit. Mais pour l'heure elle n'avait pas la volonté de l'écouter ni même de se remettre en question. Finalement elle avait passé sa main dans les cheveux de la jeune mutante les lui caressant doucement tout en l'écoutant attentivement. 
Mesurant à quel point ses clones empiétaient sur sa personne Isaora eut une idée qui la dépassa quelque peu, réveillant un côté altruiste de sa personne qui était jusqu'alors endormit depuis plusieurs années. Elle qui d'habitude ne faisait rien si elle n'avait pas de contre partie s'était finalement dit qu'elle pourrait pour cette nuit faire une entorse à son règlement. C'était idiot dit comme ça mais elle voulait vraiment l'apaiser, lui laisser quelques heures de répit loin des pensées et loin de la vue de ses clones. Elle n'avait à aucun moment arrêté de caresser ses cheveux et avait finit par lui glisser doucement à l'oreille. « Bien sur que tu peux rester... ».  L'étreinte plus profonde de la jeune mutante eut raison d'elle et elle se décida entièrement à utiliser son pouvoir sur elle.
Finalement elle avait mis quelques centimètres entre elles et avait plongé son regard dans le sien. A ce moment précis il était assez facile de voir que son propre regard était remplit de bienveillance, une bienveillance qui quand on la connaissait vraiment pouvait presque faire peur. «Mais je peux faire encore mieux tu sais...il faut juste que tu ai confiance en moi » A la place de Madison il est clair qu'elle ne se serait pas fait confiance, mais c'était parce qu'elle se connaissait trop ou plus vraiment en fait.  Elle s'était alors rapprocher d'elle, en cet instant le pouvoir de la Madison était presque à nu devant ses yeux et elle pouvait en percevoir toutes ses nuances et toutes les liaisons qu'elle avait avec ses clones. Si elle avait trouvé des mots pour les décrire  elle aurait dit qu'ils que ces liens étaient semblable au couleur que pouvait prendre les aurores boréales, en somme il y avait en ça quelque chose de magique. Isaora adorait voir les pouvoirs des autres mutants, même si elle n'en parlait pas. Une nouvelle fois elle posa ses lèvres sur celle de la jeune mutante concentrant son esprit pour couper les liens qu'elle avait avec ses clones. L'affaire dura quelques secondes et ce que lorsqu'elle eut totalement finit qu'elle s'écarta de Madison. Prenant les devants face au inquiétudes qu'elle pourrait avoir Isaora lui dit presque en chuchotant « Ne t’inquiète pas...elles  sont toujours là...elles ne peuvent juste plus t'atteindre pour le reste de la nuit». Elle avait fait glisser sa main sur sa joue même si son corps la poussé pour avoir plus. Elle résistait, un peu, plus pour Madison que pour elle. Toutefois elle ne put s’empêcher de lui voler un autre baisé le sachant loin des yeux des autres filles, un baiser qui avait un léger goût de secret presque interdit. «Celui là...il n'est que pour toi...et un peu pour moi... » Elle avait eu un léger sourire mutin presque adorable...






Anglais
Italien
Pensée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Ven 20 Nov - 3:06

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

Tu lui avais souris avant de te cacher derrière tes cheveux. C’était une technique infaillible, juste que personne ne le savait, sauf toi. En fait, même si ça ne fonctionnait pas vraiment, tu t’en fichais, tu aimais cette technique. Tu n’avais pas bougé, attendant le jugement final d’Isa lorsqu’elle te passa doucement les doigts dans les cheveux, c’était bon signe ça non? Elle ne voulait te balancé en bas de son lit. Tu avais finalement décidé de lui expliquer ce que tu faisais là. C’était surement le minimum de lui expliquer. Tu avais finalement demandé si tu pouvais rester et elle t’avait murmuré à l’oreille que oui, tu le pouvais, comme si c’était une évidence, mais pour toi, ce ne l’étais pas.

Tu l’avais serré contre toi un peu plus, comme pour la remercier et elle, elle c’était éloignée ensuite, mais pas vraiment pour mettre de la distance, plutôt pour te regarder dans les yeux. Tu n’étais pas du genre… contact visuel, alors après deux fois à fuir son regard, tu t’étais finalement décidé à glisser timidement ton regard dans le sien. Elle était tout près, tu ne pouvais que le faire après tout. Elle te voulait du bien, tout son corps et ses yeux te le criaient, mais lorsqu’elle mentionna qu’elle pouvait faire mieux, tu n’avais que plissé les yeux, curieuse. Tu n’étais pas si nerveuse, tu étais même assez confiante parfois, mais là, tout de suite, tu te demandais vraiment.

-J’ai confiance en toi.

Avec un petit sourire léger, timide. Parce que sérieusement, tu avais pleinement confiance en Isa. Tu n’y pouvais rien, elle était la première que tu avais croisé et tu avais appris à l’aimer, à lui faire confiance. Sauf que, tu avais peut-être confiance, mais tu n’aurais pas cru que… déjà qu’elle t’embrasserait, mais aussi qu’elle… tu ne réalisas pas que le silence se faisait dans ta tête. Tu étais assez concentré sur ses lèvres sur les tiennes. Tu aimais bien comme ça, tu avais même sourit ensuite, jusqu’à ce que tu comprennes l’impact de ses mots. Tu ne devais pas t’inquiéter, qu’elles étaient encore là, mais qu’elle ne t’entendait pas. Euh quoi? Quoi?

« Les filles? »

Un écho, un écho de tes propres pensées te revenait. Tu avais l’impression d’être la seule personne restante sur terre et tu n’aimais pas ça, tu détestais ça. Tu commençais déjà à être mal à l’aise quand tu sentis sa main sur ta joue, tu cherchas un peu plus son contact sans vraiment t’en rendre compte, qu’allais-tu faire sans elles? Sans tes clones. Elle avait dit que tu n’en avais jusqu’au matin. Tu devais survivre jusqu’au matin, seule, complètement seule, pathétiquement seule. Sauf que ses lèvres à elles vinrent effleurer les tiennes et tu profitas un peu plus de se baiser. Elle disait que celui-là était un peu pour toi, mais beaucoup pour elle. Tu ne savais même pas comment réagir. En général, tu suivais les instructions, sans plus, mais là… là tu ne pouvais écouter personne.

-Je…. C’est… elles…

Comment formuler une phrase sans le soutien qu’elles t’apportaient? Tu réalisais maintenant à quel point elles étaient nécessaires à ta vie, à ta survie. Tu ne savais pas comment te lancer, quoi faire, quoi dire. Tu regardais Isa, clignant une première fois des yeux avant de réaliser qu’ils se remplissaient d’eau, sans que tu n’y puisses rien. Tu n’aimais pas ce sentiment pesant de solitude.

-J’aime pas être… seule. Je… j’ai jamais été sans elles. Je… peux pas vivre seule, promet-moi que tu ne vas pas me laisser seule. Pas tant qu’elles ne reviennent pas.

Et là, ce fut à ton tour de soulever ta main, effleurant sans même t’en rendre compte sa peau du bout te tes doigts pour lui caresser doucement le visage. Ton ton avait été légèrement suppliant, mais tu t’en fichais. Tu étais brisée et elle le savait depuis le premier jour. Pouvoir refaire ta vie différemment, tu aurais eu des clones, mais tu en aurais eu moins, beaucoup moins, affreusement moins, mais ce n’était pas possible, pas maintenant. Tu te demandais bien comment elles s’arrangeaient toute seule. Ton regard c’était asséché de lui-même, te laissant plonger ton regard dans celui d’Isa. Tu lui caressais toujours la joue doucement. Tu réalisais que tu étais maintenant dans une situation… complexe. Parce qu’elle t’avait déjà embrassé, mais… tu ne savais pas si… elle faisait ça avec tout le monde ou juste avec toi déjà? Tu n’en savais rien, mais… tu ne t’étais jamais demandé si tu appréciais les filles ou les garçons. Tes clones, elles aimaient des deux, mais toi… tu n’avais pas cru pouvoir aimer un genre en particulier. L’idée de… ne pas être influencé te passa tout de même par la tête, faut bien l’avouer alors… Tu te rapprochas d’elle pour échanger un baiser plus loin, plus doux, un vrai. Un baiser qui n’était ni chaste, ni dévergondé. Juste… un baiser typiquement toi, un baiser doux, invitant et agréable. Ton corps c’était rapproché de lui-même pour cette échange et si elle, elle avait eu droit, tu ne voyais pas pourquoi toi tu ne pouvais pas.

-Je… je ne suis pas habituée à tout ça, encore moins sans commentaire à chacun de mes faits et gestes. Je pourrais mit faire.

Tu l’avais susurré tout près de ses lèvres encore. Tu ne savais pas si tu devais te coucher sagement maintenant ou juste… tu n’en savais rien. Tu n’étais pas du genre dominante, tu n’étais pas un leader, tu étais plus du genre à suivre le courant. Tu avais légèrement sourit, t’empourprant, timide que tu étais. Tu ne pourrais pas t’habituer à la totale solitude, mais tu pourrais t’habituer à de petit moment comme ça, avec elle. C’était silencieux, mais agréable. Le plus drôle serait de ne rien dire aux clones. Elles t’en voudraient et toi, tu trouverais surement ça marrant.

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Ven 20 Nov - 22:00





♫  somebody mixed my medicine  ♪

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora



Sur le papier ça avait plutôt eu l'aire d'une bonne idée mais maintenant face au  regard toujours plus humide de Madison Isaora doutait de ce qu'elle venait de faire. Elle avait prit la décision sur un coup de tête, peut être un peu par égoïsme, oubliant à quel point cette perte de pouvoir, de contact avec ses clones pouvait être difficile à encaisser. D'une certaine manière elle avait fait ça pour lui permettre de reprendre son souffle de pouvoir goûter à la normalité. Il y avait aussi d'autres raisons, plus sombres et moins louables mais pour l'heure elle ne voulait même pas y penser. « Je... » Elle ne pouvait pas lui promettre de rester, ce n'était pas possible. Elle n'arrivait même pas à ce mettre totalement d'accord avec elle même alors lui promettre de rester...Et puis, lui promettre de rester c'était comme mettre de l'huile sur le feu. Elle savait ce dont elle était capable et ce qui risquait d'arriver si elle restait avec Madison pour toute la soirée. C'était la raison qui poussait la mutante à lui dire non, lui dire que ce n'était pas possible, qu'il fallait qu'elle parte...Enfin c'est ce qu'elle lui aurait dit si elle n'avait pas fini par faire glisser la main sur
sa joue. Sans même en avoir conscience Isaora avait légèrement penché la tête comme pour profiter plus amplement de ce contact qui pour cette fois n'était pas de son fait. Elle était en train de défaillir...Si jusqu'alors elle essayait de retenir ses propres chiens elle savait qu'elle ne les retiendrait pas encore longtemps. « Je ne te laisserais pas seule » Elle l'avait dit, elle venait de lui promettre de rester alors que dans sa tête une voix raisonnée et raisonnable commençait à lui faire la morale. Putain mais elle venait d'où cette voix ?? Elle avait vraiment attendu ce soir pour faire son apparition....Bref elle allait...elle allait rien faire car Madison venait de faire le vide dans son esprit en la regardant dans les yeux. Il n'y avait plus vraiment de bonne solution, de chose à faire ou à éviter...A croire que son propre pouvoir se retournait contre elle...Puis,  quand la mutante prit la décision de l'embrasser à son tour Isaora perdit totalement de vu la ligne de conduite qu'elle s'obligeait d'avoir avec la petite blonde. Elle prenait plaisir à goûter de nouveau à ses lèvres. Son baiserlui ressemblait et il fallait l'avoué l’enivrait quelque peu.  Quand elle écourta le contact de leur lèvres Isaora ne put s’empêcher d'en être quelques peu frustré, elle en voulait plus. Elle n'avait pas quitté ses lèvres des yeux, souriant à ses paroles. « Alors on devrait peut être profiter que tu sois seule pour t'aider à t'y faire... ». Comme pour ponctuer sa phrase elle avait passé la main sur sa nuque ramenant Madison à elle dans un baiser moins contrôlé allant même jusqu'à mordiller doucement sa lèvre inférieur. Une de ses mains s'était arrêté sur sa joue la caressant avec envie tendis que l'autre s'aventurait sous la couverture, tirant sur le t-shirt de la jeune blonde. Elle avait envie de plus, de beaucoup plus, son esprit et son corps avait laissé de côté ses peurs et ses craintes si bien que sa main glissa en dessous de son haut laissant promener ses doigts à leur guise. Pour résumer...Isaora se perdait de secondes en secondes et pire que ça elle prenait goût dans cette perte totale de bon sens.






Anglais
Italien
Pensée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Dim 22 Nov - 20:26

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

Tu n’aimais pas l’idée d’être seule. Pas qu’Isaora ne comptait pas, loin de là, juste que… comment dire, elle pouvait partir. S’il y avait bien une valeur sûre avec tes clones, c’est qu’elles pouvaient tenter d’être silencieuse, jamais qu’elles ne pouvaient totalement te fuir. Du coup, tu n’étais jamais totalement seule et fallait l’avouer, une petite demande et la plupart revenaient au galop pour t’aider à passer au travers ou tout simplement répondre à tes questions. En ce moment pourtant, elles ne revenaient pas. Tu avais beau penser, appeler, rien à faire. Le vide. Tu étais isolée de tous et tu n’aimais pas ça. Alors, tu avais fait promettre à Isaora de ne pas te laisser seule jusqu’à ce qu’elles reviennent. Tu n’étais pas encore prêtes à être complètement seule, elle avait accélérer les choses, il était donc normal qu’elle en assume un peu les conséquences. Tu ne demandais pas grand-chose, juste qu’elle reste là,  tu ne demandais qu’une présence, ce n’était pas trop demander, si? Elle avait pourtant hésité à accepter, tu l’avais sentie, mais finalement, elle avait accepté et sur tes lèvres venait de se déposer le plus beau des sourires. Vous savez, un sourire heureux, mais légèrement timide. Tu avais décidé de participer, de  partager ce moment avec elle-même si tu ne savais pas jusqu’où tout ça allait. Tu lui avais doucement caressé la joue avant de t’approcher pour l’embrasser, mais cette fois-ci, vous le faisiez à ta façon. Quelque chose de plus… sans être…. Vous voyez le genre? Toi tu savais du moins. Tu avais mis fin au baiser, lui parlant, lui expliquant… tu avais besoin d’entendre du bruit, des mots, des voix, ta voix. Alors parler, c’était bien. En prime, tu arrivais à faire sourire Isa, ce qui n’était pas mal non plus. Elle voulait t’aider à t’y faire, profiter de ce petit moment de solitude et… tu n’avais pas réalisé dans quoi tu t’embarquais jusqu’à cette instant. L’instant passait doucement de petit jeu anodin à moment charger en… câlins. Sa main dans tes cheveux, ta nuque, sa façon de te rapprocher d’elle, de t’embrasser tout en lâchant prise. Tu… tu n’étais pas faites pour ça, tu n’avais jamais fait ça, pourtant tu… tu lui rendis son baiser, fallait bien l’avouer. Quoi faire d’autre? Elle ne tentait pas de te tuer, elle était juste… tu… elle, vous… c’était… tu aimais bien ça.

Tu avais complètement perdu le contrôle du peu de respiration que tu avais, parce qu’elle c’était aventurée sous ton t-shirt, tu n’avais rien en dessous de ce machin, alors ta peau était la seule chose qui s’offrait à elle et tu en frissonnais. Tu ne savais toujours pas comment réagir, mais ton cerveau c’était ralenti, comme arrêté de réfléchir. Le plus simple, c’était de répondre, d’entrer dans la danse. Rien de tout cela n’était désagréable, tu aimais bien en fait. Alors, tu t’étais laissée prendre au jeu, sauf que pour toi, c’était plus facile, elle n’avait pas de t-shirt elle. Alors, sans trop savoir ce que tu faisais, tu passas délicatement tes doigts sur elle, découvrant son ventre, sa taille, tu… c’était ce qu’il fallait faire dans ses moments? Comme ça? Tu n’en savais rien, c’était ta première fois et même si tu y avais assisté, de loin, tu avais toujours détourné le regard pour donner un peu d’intimité à ton clone. Maintenant que tu y étais toi-même et seule… tu ne savais pas. Tu fis donc le truc le plus logique dans ta petite tête, tu avais légèrement sourit pour ensuite retourner chercher ses lèvres. Voilà, ça c’était facile. Tu frissonnais sous ses doigts et tu ne faisais rien pour la repousser. Le plus beau dans tout ça, c’était que personne n’en saurait rien, pas même les clones. C’était… bien comme moment.

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Jeu 24 Déc - 2:53





♫  somebody mixed my medicine  ♪

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora



Sa peau était froide et douce au contacte de sa main. Un léger frisson parcouru la mutante alors qu'envieuse d'en avoir un peu plus elle sentit Madison répondre à ses avances. Plus personne n'était au commande et même si elle savait que ce n'était pas une très bonne idée Isaora se sentait las de réfléchir. Madison avait eut raison d'elle avec tellement peu d'armes que cela en était presque déroutant. Elle frissonna quand les doigts de la jeune fille glissèrent maladroitement sur sa peau. C'était agréable, plus qu'elle n'aurait pensé, plus qu'elle n'aurait voulu. Madison emprisonna de nouveau ses lèvres la devançant de quelques secondes. C'était doux et enivrant, une sensation qu'elle n'avait plus l’habitude de ressentir, le genre de sensation qui vous laisse un goût de manque si tôt qu'il vous quitte. Une sensation qui trop répété pourrait assez facilement la rendre accro. Elle était avide de ses caresses, de ses lèvres si bien qu'elle chercha à en avoir plus.

Dans un mouvement fluide presque félin Isaora glissa au dessus de Madison. Elle plaça ses mains de part et d'autre de la tête de la jeune mutante tendis que ses jambes verrouillaient son bassin contre le sien. La chaleur de ce contact la fit frissonner de plus bel. Cependant, durant un cour instant elle ne fit rien, plongeant ses yeux dans les siens. La douceur et la prévenance n'étaient pas ses qualités première mais elle faisait un effort, pour avoir ce qu'elle voulait bien entendu, mais pas seulement. Là à quelques centimètres de ses lèvres alors que les lumières du dehors venaient caresser le visage de la mutante elle l'observait. Elle voyait à quel point sa fragilité la rendait désirable, à quel point ses lèvres se jouaient d'elle pour l'électriser. Tout ce jouait d'elle pour la faire succomber...et pour succomber elle succombait. Doucement comme l'aurait fait une enfant face à un oiseau farouche elle fit glisser une mèche blonde qui s'était attardée sur le visage de Madison. Ses lèvres accompagnèrent sa main et délicatement vinrent se poser sur sa joue avant de commencer leur course vers ses lèvres. Ce n'est qu'en arrivant au coin de ces dernières que Isaora resta en suspension au dessus de Madison. Tout son corps n'attendait qu'une chose, fondre littéralement sur le sien. Elle voulait sentir la chaleur de sa peau sur chaque parcelle de son être, faire glisser ses lèvres le long de son corps et goûter au fruit défendu que représentait Madison.

Elle n'attendit pas plus longtemps avant d’emprisonner une nouvelle fois les lèvres de Madison dans un baiser beaucoup plus avide et désireux. Elle n'y mit fin que pour mordiller doucement la lèvre inférieur de la mutante, puis ses lèvres glissèrent sur son menton avant d'arriver au creux de son cou, à sa naissance. Elle pouvait sentir sa peau frissonner au contact de son souffle chaud. Son propre corps l'imita alors qu'elle se vit confronter à un nouvel obstacle, le t-shirt de Madison.

Cette fois ci Isaora n'eut pas la patiente de demander, d'un geste fluide et sure elle attrapa le haut de la jeune femme avant de le faire glisser le long de son corps. Il est sans doute inutile de dire que la vision qui s’offrit alors à elle la contenta plus que de raison. « Sei davvero bella »* Si elle avait pu elle l'aurait mangé toute entière tellement elle était désirable à cet instant précis. D'une certaine manière c'est ce qu'elle fit. Ses lèvres reprirent là où elles en étaient, mordillant le creux de son cou avant de glisser le long de sa clavicule.






*Tu es vraiment magnifique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Mer 30 Déc - 0:37

Enlarge your world (Mad world)


 
feat : Isaora & Madison

Tu n’étais pas vraiment certaine de ce qui se passait et il n’y avait personne pour répondre à tes questions silencieuses. Tu ne t’étais jamais demandé si tu préférais la présence des hommes ou des femmes. En fait, tu ne t’étais jamais dit que tu pourrais y penser à tête reposer un jour. Parce qu’en fait, ça te gênais assez de penser à des trucs intimes quand il y avait trop de gens dans ta tête. Là, tu aurais pu y penser librement, mais déjà Isaora te caressais, t’embrassais et tu répondais à chacun de ses baisers par un autre. C’était facile, c’était simple. Tu t’étais aussi mise à passer doucement tes doigts le long de ses courbes, recherchant une certaine chaleur que tu ne connaissais pas vraiment encore. Tu aurais tellement aimée qu’un de tes clones t’expliquent comment faire, comment bien faire, mais il n’y avait personne. Tu n’avais même pas accès à leur souvenir, rien, le néant. Tu te sentais bête tout d’un coup, vide, alors tu préférais te concentrer sur elle. Tu l’avais embrassé et soutenu ton propre baiser, tu sentais sa passion et doucement, elle coulait tout autant dans tes veines. Tu étais peut-être moins avide de caresses qu’elle, mais tu appréciais cette nouveauté. Sans que tu ne comprennes comment, les baisers et les caresses devinrent plus simples encore. Elle était sur toi et tu ne pus que sourire légèrement en réalisant que maintenant, tu pouvais poser tes deux mains sur elle. Alors doucement, tu l’as découvrais, cherchant ses lèvres des tiennes, c’était bien, c’était chaud. Pour le moment, tu comprenais ce que tu avais à faire, tu verrais plus tard pour le reste. Tu plongeas ton regard dans le sien, ne cherchant même pas à l’éviter. Tu n’étais pas timide, pas comme ça, pas maintenant. Tu n’avais aucun rempart ou te cacher, mais… tu n’avais pas non plus apprit à te cacher, à te protéger. Tu étais toute à elle, tu étais à sa merci, mais tu ne craignais rien. Tu avais osé un léger sourire, peut-être un peu timide, c’est vrai, mais un sourire qui voulait en dire juste assez. Tu voulais bien de ça, c’était important de le signifier non?

Tu étais couchée, légèrement perdu dans tes cheveux et ton regard se noyait dans le sien. Tu fermas doucement les yeux sous le poids de sa caresse, elle chassait simplement une mèche rebelle, mais pour toi c’était un petit peu plus que ça. Tu penchas légèrement la tête pour lui laisser un peu plus d’espace jusqu’à ce que tu comprennes qu’elle cherchait tes lèvres, alors tu lui offris de bon gré. Tu n’étais plus trop certaine de ce qui se passait, perdu dans les méandres de tes propres pensées. Tu partageais chaque baisers jusqu’à ce que ses lèvres s’aventure sur ton corps, là, tu appréciais la découverte, laissait aller tes pensées, apprenait chaque sensations qui s’offrait à toi. Tu frissonnais agréablement, tu aimais bien et toi, pendant ce temps tu découvrais chaque parcelle de sa peau telle une contrée inexplorée et c’était bien aussi. Tu n’avais pas de mal à le faire, elle n’avait pas grand-chose sur le dos, elle ne pensa pas la même chose que toi lorsqu’elle retira ton t-shirt et… tu l’aidas à le faire, parce que tu ne pouvais pas faire autrement. Tu n’avais pas l’envie, le besoin de plus, tu n’avais jamais été jusque-là, mais la curiosité l’emportait et surtout, c’était loin d’être désagréable, alors même si tu quittais la chaleur de ton t-shirt, tu n’avais pas peur qu’Isaora ne te réchauffe pas. Elle te parla en italien et… tu ne compris absolument rien. Alors, tu n’avais pu que détourner le regard, gênée plus que de raison en murmurant un :

-Je… je ne comprends plus l’italien… personne n’est là pour traduire.

Dans un murmure un peu cassée, un peu honteuse même. Parce que tu la comprenais avant, lorsque tu avais ton pouvoir, mais maintenant… tu n’étais plus rien. Tu fermas de nouveau les yeux pour profiter de chacun de ses baisers, ton souffle s’accélérait, ta peau s’embrasait à chaque contact et toi, tu ne savais plus ou mettre de la tête, tu ne savais plus ce qu’il fallait faire ensuite. Alors tu allais faire ce que tu faisais de mieux, profiter simplement, répondre à chaque baiser, chaque caresse et attendre qu’elle te montre ce que tu devais faire pour la suite. Parce que même si tu savais plus ou moins… tu le savais pour un garçon, avec les filles… c’était beaucoup plus flou dans ta tête.   

-gras =Parlé
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Mar 12 Jan - 19:11





♫  somebody mixed my medicine  ♪

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora



Elle ne savait pas vraiment comment elle avait fait pour en arriver là et puis elle s'en foutait pour dire vrai. Elle préférait apprécier ce moment à sa juste valeur. Une douce parenthèse dans ce monde parfois trop...trop chaotique. Arrêtant ses lèvres en pleine course elle laissa quelques secondes son visage au creux du cou de la jolie blonde y cherchant une certaine forme de douceur. C'était agréable et cette odeur de...framboise...elle aurait aimé rester quelques secondes de plus pour s’enivrer d'elle pleinement. Elle aurait pu, si elle n'avait pas été poussé par ce besoin plus intense d'en avoir plus, de la goûter, comme si en cet instant Madison était un objet qui lui était défendu et Dieu savait à quel point la jeune mutante pouvait être accro à l'interdit.
Elle allait quitter son cou pour couvrir le reste de son corps de baisers brûlants d'un désir non dissimulé quand elle entendit la voix presque inaudible de Madison. L'aveu la fit sourire et tout en se mordant les lèvres Isaora remonta le long de son cou pour s'arrêter à quelques centimètres de son oreille puis lui murmura. «Je suis là moi... » Sa voix était chaude et elle espérait qu'elle aurait sur la jeune mutante le même effet qu'une douce et profonde caresse faisant naître un désir presque coupable. Elle accompagna sa phrase d'un baiser au creux de son cou avant de reprendre de la même manière. «Je disais juste que tu étais magnifique... ». Cette fois ci elle accompagna sa phrase d'une caresse prenant naissance sur sa joue, sur ses lèvres, dessinant avec envie ces dernières avant de glisser doucement le long de son cou pour s’arrêter sur sa poitrine. Ses propres lèvres , chaudes, suivirent le chemin que venait de tracer ses mains. D'abord prudente ses baisers se cantonnaient au creux de ses seins comme si elle ne voulait pas aller trop vite d'un coup comme si elle voyait en Madison un oiseau fragile près à s'envoler au moindre bruit, geste trop pressant. Mais là où ses lèvres n'osaient pas se poser ses mains quand à elles n'attendaient pas la permission, au contraire. Aventurières elles s'étaient posées pianissimo en une caresse sur ses seins avant de devenir de plus en plus entreprenante au rythme de ses propres pulsions devenant toujours plus envieuses. Elles seraient restées là encore quelques instant si finalement, jalouses, ses lèvres n'avaient pas prit leur place. Elles se posèrent d'abord délicatement en de fins baisers presque chaste avant de devenir plus voluptueux. Mais ses lèvres n'étaient pas les seules à vouloir la goûter, sa langue qui jusqu'à lors  restée en retrait entra à son tour dans la danse donnant une toute autre dimension à ce qui aurait pu paraître presque encore innocent quelques minutes plus tôt. Chassés, une de ses mains se remit en quête le long de son corps. Isaora semblait la vouloir toute entière si bien que sa main ne laissa aucune parcelle de sa peau vierge de tout contact. Pas une seule...non pas vraiment, elle s'était finalement arrêté lorsqu'elle tomba sur le dernier vêtement encore présent sur la jeune mutante. Isaora aurait pu s'attarder pour lui enlever son bas, mais elle n'en fit rien se contentant de l'ignorer tout en la caressant comme si il n'avait jamais été là.
Isaora n'était pas patiente, elle n'était pas généreuse ni avenante non plus. Elle se contentait de prendre sans rendre en retour. Elle était allergique au refus et n'acceptait pas les compromis. Isaora n'était pas une bonne personne et ne faisait pas semblant de l'être non plus. Pourtant...et oui pourtant, cette nuit alors que sa conscience était partie faire un tour elle ne s’autorisait  pas à être cette fille. Alors elle allait doucement, à taton presque, cherchant son accord dans chaque caresse dans chaque baiser. Et là c'était son accord qu'elle attendait pour aller plus loin, pour l'avoir pleinement, pour donner une autre dimension à ce petit jeu.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Mer 13 Jan - 5:12

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

Tout ce que tu savais, c’était comment tout avait commencé. Ensuite, pour que les choses s’enchainent ainsi, tu ne savais pas trop. Tu l’avais rejointe dans son lit, tu voulais simplement chasser les voix par une personne bien réelle et ça avait fonctionné. Si bien qu’en fait, Isaora avait éteint ton pouvoir et même si à ce moment-là, tu avais craint le pire, maintenant tu n’y pensais plus vraiment. En fait, tu regrettais simplement ton inexpérience général, tout simplement.

Tu avais pris le temps de l’embrasser, la caresser, tes lèvres cherchaient les siennes avec une facilité déconcertante. Chacun de ses souffles faisaient frissonnés ta peau, faisant échos à tes sens et tu adorais ça. Tes doigts c’étaient aventurés dans ses cheveux, cherchant à lui montrer ta présence, tu voulais tellement, mais tu ne savais pas comment, tu n’y comprenais rien. Elle t’avait dit quelque chose en italien, mais il n’y avait plus personne pour répondre à ta question silencieuse, personne pour te dire ce qu’elle disait. Alors, tu lui avais dit, tout simplement. Tu préférais toujours la sincérité et tu ne pus que lui être reconnaissante de sa réponse. Personne n’était là pour lui répondre, mais Isaora était là elle. Elle traduisit donc pour toi et tu en fus gênée. Oui, chez toi, les compliments faisaient ressortir la gêne bien plus que la reconnaissance. Tu ne te trouvais rien d’exceptionnel, rien de particulier alors tu ne pouvais pas vraiment… tu n’en savais rien.

-M…m…m erci

Tu avais donc cherché ses caresses de nouveau. La laissant pleinement profiter du peu que ton corps avait à offrir. Tu profitais de ses caresses et senti ton souffle s’accélérer de par lui-même quand elle se mit à t’embrasser, tu sentais la caresse de ses mains, ses lèvres et même sa langue et tu… ne trouvais rien de désagréable dans tout cela. C’était même… parfait. En fait, fallait bien l’avouer, Isaora était parfaite.

Ses baisers embrassaient ta peau toute entière. Tu n’avais pas l’impression qu’il restait sur toi un seul endroit qu’elle n’avait pas touché, caressé et tu aimais ça, mais… sans trop savoir ce que tu voulais réellement, tu voulais plus. Tu voulais découvrir ce que tu ne connaissais pas encore. Tu n’étais plus une ado, tu devais vieillir un jour et Isa donnait tellement l’impression de prendre soin de toi que tu… tu lui faisais pleinement confiance, tu t’en remettais totalement à elle. Sauf qu’elle attendait, t’observait, comme si tu pouvais te braquer, te refuser à elle. C’était fou, tu ne pourrais jamais, mais tu avais tout de même l’impression que c’était cela. Alors, tu te lanças à reculons, d’une voix étouffé. Un murmure combattant les battements de ton cœur et le tremblement de ta voix. Elle te faisait perdre la tête, le peu que tu avais.

-Je… j’ai jamais… fait ça, mais… on m’a toujours dit que j’apprenais vite. Si tu veux…

Tu l’avais dit avec ton sourire adorable, un sourire légèrement amusée, mais surtout confiante. Tu avais pleinement confiance en Isa, mais tu ne savais pas comment continuer, tu ne connaissais pas vraiment ce… ça. Au moins, avec un garçon, tu savais plus ou moins. C’était moins complexe, mais avec une fille, tu n’avais pas vraiment… et tu ne pouvais pas demander de l’aide. Tu devais te remettre totalement et pleinement entre les mains d’Isaora et même si ça pouvait faire un tout petit peu peur, il n’en était rien pour toi. Tu cherchas la chaleur de son corps de tes mains, la caressant doucement comme pour lui donner le droit de continuer. Même si en ce moment, c’était plus pour la supplier de continuer en fait…

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Jeu 14 Jan - 14:53





♫  somebody mixed my medicine  ♪

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora




Elle le sentait, ce feu qui faisait bouillir son sang d'un désir presque ardent comme si elle lutait contre ses propres instincts. C'était le cas, en partie, car la luxure, l'immoralité, la débauche étaient ses seules mots d'ordres, les seules qui lui permettaient de souffler un peu, de ne plus penser et de stopper le temps d'un instant le cour de ses cauchemars. Mentir, tromper, si ça marché avec les autres pourquoi cela ne marcherait-il pas avec elle même. C'est pour cette raison qu'elle en était arriver à « jouer » avec Madison, à la désirer alors que la situation ne s'y prêtait pas vraiment à l'origine. Elle voulait oublier, le temps d'une caresse volée, d'un baiser dérobé ses sombres rêves. Et puis il fallait avouer que Madison était une très belle parenthèse pleine de douceur et de maladresse. Elle lui donnait l'impression d'être de nouveau cette fille, insouciante, rêveuse qu'elle avait pu être plus jeune, bien avant d'arriver à New-York.

Ses doigts jouaient amoureusement avec l'élastique de ses sous vêtements près à bondirent dès qu'elle sentirait Madison prête à s’offrir pleinement à elle. Elle effleurait sa peau, doucement comme pour ne lui laisser aucune chance, lui donner l'impression qu'elle avait besoin de plus, qu'elle avait besoin d'aller plus loin, d'aller plus en avant et de goûter à l'interdit avec elle. Isaora ne se lassait pas de sentir le pouls de la jeune mutante s’accélérer quand ses caresses devenaient plus intenses, plus stratégiques. Elle ne se fatiguait pas de la sentir frissonner quand ses lèvres avare venaient goûter sa peau presque sucrée. Elle se délectait d'elle dans toute son entièreté, toute sa fraîcheur. Si bien qu'elle ne l'avait presque pas entendu quand Madison lui avait confessé être vierge. Elle s'était perdue, le temps d'un instant, d'une seconde presque en embrassant le bas de son ventre tout en l'imaginant soupirer sous des baisers plus intimes. Néanmoins quand la portée de ses mots arriva enfin à elle Isaora cessa un instant. Venait-elle de lui avouer qu'elle était vierge ? Isaora ne savait pas vraiment comment « gérer » cette révélation. Oui elle avait déjà été l'investigatrice de jeux interdits avec des personnes plus jeune, moins expérimentées, voir pas du tout, quelle soit fille ou garçon. Mais là face à Madison elle en venait à ce demander si c'était vraiment une bonne idée de la guider vers un chemin plus sinueux plus empreint de luxure et de débauche. Était-ce vraiment à elle de lui voler sa première fois ? Consciemment ou non elle voyait en Madison ce qu'elle avait été et c'est alors qu'elle se rappela de sa première fois à elle. C'était avec un garçon à peine plus âgé qu'elle à l'époque. Croyez le ou non Isaora avait eut sa première relation à 16 ans alors qu'elle n'était plus tout à fait une enfant mais pas encore une femme. Avec du recul cette première fois était loin d'être la meilleure et elle avait eut des amants bien plus doué mais elle ne pouvait nier qu'elle avait été presque magique. Parce qu'elle aimait le jeune garçon, oui comme on aime quand on a 16 ans avec l’innocence, la candeur et une bonne dose de naïveté. Elle n'avait plus ressentit cette sensation depuis tellement longtemps, depuis James. L'image fugace du jeune mutant fut vite chassé de ses pensées alors qu'elle sentait les mains de Madison caresser son corps la faisant frissonner. C'était un accord n'est ce pas ? Une autorisation silencieuse de la laisser prendre possession d'elle. En tous cas c'est ainsi qu'elle considéra le geste de la jeune mutante faisant voler ses incertitudes et ses doutes. Après tout Madison n'était pas un regard en arrière, elle avait sa propre histoire, ses propres envies alors qui était-elle pour ne pas les assouvir. Oui...il lui en fallait peu pour craquer mais ne dit-on pas que la chaire est faible ? Alors elle était remontée le long du corps de la jeune mutante, embrassant chaque parcelle qu'elle rencontra sur son passage tendis que ces doigts cupides passèrent la barrière de son unique vêtement pour se glisser entre ses jambes. Il n'y eut pas d'intrusion, non, elle voulait y aller par étape, pour faire un peu plus monter la pression. Tendis qu'elle laissait ses doigts la caresser doucement dans un mouvement de vas et vient languissant ses lèvres trouvèrent enfin les siennes dans un baiser beaucoup plus langoureux et provocateur que les précédents. Puis se redressant légèrement elle l'avait regardé dans un sourire à la fois amusé et pleins d'envie « On va t'apprendre alors... » 






Anglais
Italien
Pensée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Ven 15 Jan - 3:13

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

J’arrive pas à rp ce soir, du coup j’ai sorti mon arme spécial, t’es mieux de m’aimer bien et fort. Reprenons. Tu ne savais pas comment tout ça c’était produit, comment tu avais pu en arriver là. Rien en toi ne criait que tu avais besoin de cela, non? Oui? Peut-être? Tu n’en savais rien, mais en ce moment, chaque frisson donnait le droit à ton cœur de battre la chamade, déversant dans tes veines un sentiment que tu ne connaissais pas encore. En toi, un vague désir de chaleur humaine se transformait doucement en passion, en désir, mais surtout… en un besoin plus présent, plus pressant. Peut-être même, légèrement plus urgent. Comme si d’une seconde à l’autre, tout allait céder, elle allait se rétracter, te repousser. Personne n’avait voulu de toi de cette façon, tu n’y pouvais rien, tu ne… n’avais… jamais connu ça. Et lorsque tu aurais pu au moins apprivoiser ton propre corps, tes clones ne t’en laissaient pas la chance.

Alors, même si tu doutais de toi, de la suite des choses, ton corps criait un message contraire. Ton corps la voulait toute entière sans savoir comment la posséder. Le mieux qu’il pouvait faire, c’était de s’offrir à elle, d’espérer qu’elle prenne, qu’elle domine jusqu’au moindre de tes souffles. Souffles qui se faisaient parfois profonds, parfois superficiels, comme s’il ne savait pas comment réagir à la nouveauté, ton corps avait du mal à suivre le rythme imposé par les baisers, les caresses. Tu aimais sa bouche, ses lèvres, sa langue, tu l’aimais toute entière. Elle était ton phare, la première personne que t’offrait l’institut et tu t’y étais attacher désespérément. Elle était la première que tu laissais rentrer dans ta nouvelle vie et tu t’offrais tout à elle. Tu avais envie de connaitre tout cela et avec elle, c’était parfait,  c’était tellement facile que tu aurais pu en pleurer. Elle avait chassé les voix, elle t’avait donné ce que tu n’avais jamais eu : de l’intimité.

Chaque baiser t’embrasait la peau, ton corps lui criait tout entier de continuer et plus elle te découvrait et plus tu avais envie de faire pareil, mais ce n’était pas aussi simple. Tu lui avais murmuré doucement de ta voix toujours fébrile. Tu ne voulais rien gâcher, mais elle se devait de savoir. Elle se devait de savoir que toi, Madison Mendel, tu ne voulais pas faire l’étoile, mais tu ne savais pas faire autrement. Tu n’avais jamais couché, mais tu voulais l’apprendre d’elle. Tu doutais tellement de sa réaction que tu avais totalement perdu le contrôle de ton cœur. Tu craignais déjà le pire quand elle commença à remonter, tout en t’embrassant. Ta peau brûlait à son contact dans une envie qui ne t’étais plus tout à fait inconnue.  Lorsque ses lèvres embrassèrent les tiennes, tu étais heureuse, vraiment. Tu ne voulais pas mettre fin à ce baiser, tu l’appréciais, le chérissait, mais ton souffle se coupa d’un coup, sans que tu n’y puisses rien. Ses mots, ses mots résonnèrent dans le vide de ta tête encore et encore. Elle allait t’apprendre et tu apprendrais. Tu ne pus que sourire timidement, cherchant à retrouver le contrôle de cette respiration qui fonctionnaient au rythme de ses vas et vient. Tes yeux se plongèrent dans ses siens, laissant voir ton incertitude, mais aussi que tu t’abandonnais tout à elle, sans regret. Parce que pour toi, c’était clair, ton incertitude, c’était en ce que toi, tu te devais de faire et non pas sur ce que vous étiez en train de faire. Ça non, c’était bien. Elle allait t’apprendre, sans aide, sans conseil, sans surveillance, tu allais devoir voler de tes propres ailes… pour la première fois… seule, sans l’être tout à fait.

-Faudra pas me noter sur la première fois.

Les mots t’avaient échappé dans un souffle tout contre ses lèvres, sa peau, tu l’embrassas de nouveau. Tu la cherchais, te rapprochais. Tu retenais en toi chaque murmure, chaque sons que pouvaient vouloir produire ton corps parce que c’était étrange pour toi, tu… c’était… tu étais une timide, même dans des moments pareils, mais tu appréciais la nouveauté, tu sentais monter en toi cette passion que tu n’avais jamais connu et tu avais l’impression que malgré tout, ce n’était pas assez. Que tout ça pouvait promettre  tellement plus. Tes doigts cherchèrent sa peau, la caressant doucement, la découvrant toujours un peu plus et doucement, sans trop savoir si tu pouvais, tu te décidas de suivre délicatement le rebord de son soutien-gorge, cherchant l’agrafe comme tu le faisais toujours avec le tien. Tes doigts connaissaient le principe, le détacha, cherchant si tu pouvais, si elle te donnait le droit. Tu espérais vraiment. Tu avais envie de découvrir sa poitrine, sa taille, ses hanches, son ventre de pouvoir la regarder, la détailler. Tu n’étais peut-être pas la plus douée, mais tu étais curieuse, toujours. Elle connaissait déjà ton corps par cœur non? Tu pouvais surement t’y aventurer doucement pour découvrir le sien.

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Sam 16 Jan - 20:04





Bienvenue sur l’île des jouets défectueux. 

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora



Tandis que ses lèvres goûtaient celle de Madison, Isaora ne pu s’empêcher de rire légèrement quand la jeune blonde lui demanda de ne pas la noter. Comment pouvait-elle imaginer qu'elle allait le faire. L'idée qu'elle puisse le penser et le formuler à haute voix l'amusa et accentua son désir envers la jeune femme. Ce n'était pas humain d'être aussi mignonne, pire,  ce pouvoir avait raison d'elle. C'était assez amusant de se dire que la mutante qui d'ordinaire s'immuniser contre les pouvoirs des autres n'était pas en mesure de résister à ceux de Madison. Car oui, cette faculté ne pouvait être qu'un pouvoir. La deuxième partie de sa phrase aussi avait son importance car elle insinuait par là qu'il y aurait d'autre fois. Il fallait avouer que l'idée était plutôt séduisante,d'autres nuits, d'autres jeux, pourquoi pas ?

Isaora frissonnait, chacune de ses caresses douces et délicates étant des délices qu'elle aurait à jamais voulu garder en mémoire. Si elle avait pu elle aurait sans doute arrêté le temps, pour contempler un peu plus longtemps son corps, son regard qui lui demandait de la prendre tout en gardant une lueur presque farouche. Elle se délectait aussi de son souffle, de sa respiration qui se transformaient en murmures  trahissant ainsi l'effet que ses caresses avaient sur elle. Mais égoïstement elle en voulait plus, elle voulait voir ses murmures devenir des halètements la suppliant de toujours allez plus loin, elle voulait qu'elle se laisse aller, complètement, sans concessions, sans retenue. « Laisse toi aller ma belle. » Sans en avoir réellement conscience sa voix avait prit le pas sur sa pensée devenant presque suppliante tandis que ses doigts, immuables, continuaient voluptueusement leur mouvement de vas et vient entre ses jambes.  

Elle n'émit aucune objection quand les mains de Madison se mirent en quête de la découvrir un peu plus, bien au contraire. La sensation de ses mains glissants le long du tissus la fit frissonner de telle sorte qu'elle laissa échapper un soupir l'invitant ainsi à poursuivre dans ce sens. Lorsque Madison lui avait fait comprendre qu'elle était la première, elle s'était d'abord dit qu'elle devait être à la hauteur de ce cadeau qu'elle lui faisait. Mais là, tendis que ses mains parcouraient son corps cherchant à la mettre elle aussi à nue, elle en vain à se dire qu'elle lui offrait beaucoup plus qu'elle ne l'imaginait. Ses premiers baisers, doux mais aussi passionnés, ses caresses tantôt sucrée puis avares tout en étant légèrement maladroits et cette sensation presque enivrante  d'être importante.Si elle ne faisait pas plus attention, avec les antécédents d'ex junkie qu'elle avait, elle risquait fort de développer une forme de dépendance  envers la jeune mutante.

Sans la brusquer et tout en lui laissant la main,Isaora laissa glisser les bretelles de son soutien-gorge. Elle s'était redressé légèrement posant les mains sur les hanches de la mutante tout en collant son bassin contre le sien. Elle la tenait entre ses cuisses provocant un léger mouvement de vas et vient tendit qu'elle lui laissait tout le loisir de faire ses « armes » sur elle. Pour dire vrai elle ne faisait pas que lui proposer,elle le lui demandait silencieusement presque comme une faveur. Comme pour exaucer son propre souhait elle glissa sa main dans celle de Madison avant de la porter vers sa propre poitrine. Son souffle devenait plus chaud et sa respiration moins contrôlée mais elle ne chercha pas à le dissimuler. Néanmoins sa main, perdue depuis qu'elle l'avait retiré de l'endroit où elle s'était lover reprit instinctivement l'emplacement qu'elle s'était elle même réservé. Ses mouvements étaient plus langoureux, tantôt appuyé puis soudain presque imperceptible.

Une nouvelle fois elle se pencha vers Madison emprisonnant ses lèvres dans un baiser ne laissant plus aucun doute sur ses intentions. Elle commença par mordiller doucement la lèvre inférieur de la petite blonde avant de laisser sa langue prendre le relais. Puis elle alla chercher la sienne pour l'emprisonner dans un baiser ardant et sans retenue. Ses doigts avaient prit le rythme de sa langue jouant avec Madison malicieusement durant le temps impartie que lui laissait Isaora avant d'aller plus loin...plus bas...et d'être plus entreprenante.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Lun 18 Jan - 3:14

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

Tu lui avais demandé de ne pas te noter et c’était important pour toi. L’entendre rire doucement te rassurais, comme si elle n’allait pas le faire. Comme si tu pouvais vraiment espérer qu’elle ne te juge pas. Parce que c’était ça ton problème en ce moment, tu mourrais de peur qu’elle ne te juge, mais tu voulais de ce moment. Tu avais quand même insinué que les prochaines fois… elle le pourrait. Tu n’en étais pas certaine, mais là, maintenant oui, tu voulais croire que peut-être il y aurait une prochaine fois. Tu… elle… vous… non pas vous… Toi, toi tu n’étais pas du genre… coup d’un soir. Tu n’étais pas du genre à parier ta virginité sur un coup d’un soir non plus. Tu l’avais rencontré, tu l’avais fréquenté, elle faisait partie de tous les jours de ta vie, alors non, pour toi, ce n’était pas un coup d’un soir. Ce n’était pas rien, c’était important. En ce moment, Isaora était une des personnes les plus importantes dans ta vie et même si tu doutais que l’inverse soit vrai, tu l’appréciais, tu l’appréciais assez pour chercher ses lèvres, découvrir sa peau sous tes doigts.

Tu ne savais toujours pas comment faire, comment être. Tu ne savais pas ce que tu pouvais, devais faire, mais tu apprenais à chaque instant. Ta respiration commençait véritablement à t’échapper, Isaora prenait un peu plus le contrôle de toi à chaque caresse, à chaque mouvement. Isa te suppliait presque de te laisser aller et… tu ne savais pas comment faire. Tu ne savais pas comment t’abandonner dans ce genre de situation parce que pour toi, t’abandonner signifiait donner le contrôle aux clones, ça signifiait de t’oublier, te noyer dans le flot de leur penser et d’oublier de vivre. En ce moment, personne n’était là, il n’y avait que toi, mais t’abandonner… c’était tellement difficile, tellement intimidant.

-Je… j’ai… c’est…

Tu perdais la cadence de ton souffle, ta voix n’était que murmure et pourtant, tu ne pouvais que tenter de formuler ta phrase un peu plus… non sérieusement, tenter la cohérence, tout ça, ça serait bien quand même. Alors, tu retentas, encore de t’expliquer.

-Je sais pas comment…

Ta dernière syllabe se cassa dans un gémissement à peine audible. C’était nouveau, c’était trop. Tu ne savais pas comment gérer ça et… et… et… c’était… difficile à… gérer. Tu tentas donc de lui retirer un peu les vêtements qu’elle avait en trop. Vous mettre à égalité en sommes. Elle connaissait déjà ton corps, tu voulais… connaitre le sien, tu voulais le faire tient. Tu lui retiras donc son soutien-gorge et elle t’aida à le faire, tu étais ravie. Tu n’aurais pas su faire si elle ne t’aurait pas donner cette autorisation. Tu ne pouvais pas, pas sans. Tu n’étais pas du genre à forcer qui que ce soit, c’était contre ta nature… et là, maintenant, tu avais simplement du mal à penser, exister… respirer. Il fallait que tu respires. Elle avait retiré sa main le temps que tu lui retires son soutien-gorge et la première chose qui te frappa, ce fut cette sensation de manque. Tu en voulais encore de ça. Tu aurais voulu qu’elle y retourne, mais sa proximité, sa chaleur et… elle s’offrait à tes yeux… tu ne pouvais qu’apprécier sans oser toucher d’avantage. Tu avais rougit dans le processus, tu avais quitté son regard, réalisant que lorsque tu le baissais, tu tombais sur son corps nu, alors… tu l’avais remonté, cherchant ses yeux des tiens. Les yeux, c’était bien. Tu peinais à soutenir son regard, tu voulais la toucher, la découvrir, mais tu n’osais pas. Tu n’osais pas jusqu’à ce que tu sentes la chaleur de la main d’Isa sur la tienne, t’accompagner dans ce geste que tu n’osais pas faire seule. Ton geste fut doux, incertains surtout, mais lorsque tu sentis la peau de ses seins se tendre, t’appartenir un court instant, tu profitas de la caresse, ne pouvant que sourire doucement. Ta main maintenant sur sa poitrine, tu te permettais de la découvre plus amplement lorsque tu cessas de respirer. Oui, oui, encore, c’était possible. Tu pouvais cesser de respirer des milliers de fois sous ses doigts, tu n’en doutais même plus. Tu dansais maintenant sous ses doigts, lorsqu’elle se faisait langoureuse, ton dos se cabrait légèrement, tu serrais légèrement ta prise sur elle, comme pour retrouver le contrôle de toi-même. Lorsqu’elle devenait imperceptible, tu te tortillais légèrement, comme pour chercher plus. Tu cherchais ses lèvres des tiennes, tu la voulais toute entière et sans le remarquer, tes doigts se permettaient les caresses qui te gênaient plus tôt. Tu avais fini par découvrir ses seins, ses côtes, ses reins, tu t’étais rapprochée d’elle, cherchant sa peau de tes lèvres. Tu voulais la gouter, la sentir.

Tu échangeas avec elle le baiser qu’elle t’offrait, tu sentais doucement ses dents contre ta peau comme une nouvelle caresse. Tu en frissonnas de plaisir, d’envie aussi. Tu réalisais que cette envie qui maintenant te semblait hors-contrôle n’était pas là au départ. Comment avait-elle pu créer autant de chose en toi? Un second baiser, sa langue, son gout, cette saveur qu’elle avait, tu ne pouvais que demander plus, c’était trop, trop vite, trop de sensation. Tu n’avais déjà plus vraiment de souffle, tu ne voulais pas parler, pourtant tes expirations se faisaient légèrement plus sonore. Tu ne contrôlais plus rien, tu t’en rendais bien compte, mais tu t’en fichais. Là, maintenant, Isaora était toute ta vie.

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Mer 3 Fév - 20:04





Bienvenue sur l’île des jouets défectueux. 

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora



La vie, parfois, a tendance à vous faire dérailler des chemins qui semblent être déjà tout tracés pour vous. Isaora en avait fait la douloureuse expérience par le passé. Bon nombres des routes qu'elle avait emprunté s'étaient transformées en chemins sinueux, escarpés et dangereux. La fatalité, le destin ou la mauvaise fortune, peut importe qui en était vraiment responsable les résultats étaient malheureusement toujours les mêmes. A sa manière, Madison était un chemin elle aussi, mais pour une fois, il n'était en rien tortueux ni ardu, bien au contraire. Ce sentier était doux, enivrant et lui permettait le temps de quelques baisers échangeaient  et caresses partageaient d'effacer de sa mémoire tous les  détours pénibles auxquels elle avait été confronté jusqu'alors.
Les gémissements de Madison lui faisait perdre légèrement la tête la rendant encore plus désirable à ses yeux. Ses fins de phrases, étouffées par le manque d'air lui donnait envie de pousser le jeu plus loin de la faire céder de plaisir sous ses caresses. Elle voulait la voir perdre pied, complètement, sans retenue, l'avoir pour elle, rien que pour elle. Et il y avait aussi ses caresses qui devenaient plus naturelles et fluides au fils des minutes. Sentir la chaleur des mains de la jeune mutante contre son propre corps la faisait frisonner et accentuait l'envie qu'elle avait de la posséder. Ses lèvres, qui accompagnaient ses caresses lui laissèrent un goût de trop peu et l'envie de transforma vite en besoin.
Un baiser laissa place à un suivant, puis encore à un autre tendis qu'elle pouvait, au rythme de la respiration et des mouvements de Madison trouver ses points faibles et en tirer avantage. Elle ne se lassait pas de l'entendre gémir sous ses caresses mais comme pour ne pas changer, elle en voulait plus, beaucoup plus. Alors c'est sans vraiment en prendre conscience que ses lèvres quittèrent les siennes et que doucement Isaora entreprit sa progression le long de son corps non sans cesser de la caresser du bout des doigts. Sa bouche ne quitta que très rarement son corps tendis que sa main gauche, libre,  quand à elle se mit en quêtes de trouver elle aussi sa part de Madison. Cette dernière glissa le long de son ventre et de la ligne de ses seins avant de justement y trouver la douceur et la chaleur qu'elle y cherchait.
Ses lèvres quand à elles finirent leur course entre les cuisses de la jeune fille tendis que lentement sa langue prit le relais de sa main droite. Tout comme celle-ci elle instaura un rythme de vas et vient puis un mouvement circulaire avant de  changer de méthode et de la sucer légèrement. Sa cadence elle aussi variait étant tout d'abord lente et langoureuse avant de devenir plus intense suivant ainsi les mouvements du corps de Madison qui réagissait à ses caresses intimes.
Si elle tentait de garder le contrôle de son esprit, son corps quand à lui trahissait le plaisir qu'elle prenait à en donner à la jeune mutante. Quelques fois ses caresses perdaient le tempo tendis que son propre souffle se faisait plus difficile. Oui, elle se délecter de ces délices charnels mais il n'y avait pas que ça, elle se prenait plaisir tout particulièrement dans le fait de partager ça avec Madison. La petite blonde avait quelque chose en plus, quelque chose qui lui faisait perdre pied plus qu'elle ne l'aurait penser ni même voulu. Isaora n'aurait pas vraiment su dire pourquoi ni même comment mais elle pouvait le sentir alors qu'elle même sentait grandir une chaleur agréable et séductrice envahir son corps.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Dim 21 Fév - 16:05

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

Tu ne savais même pas comment tu avais fait ton compte. Passer de la tiédeur solitaire de ton lit, à l’extrême froid de la pièce. Ça, tu t’en souvenais. Tu te souvenais aussi de la douce chaleur que tu avais trouvée dans le lit d’une autre. Tu te souvenais aussi de la douceur de sa peau, la caresse de son souffle quand tu l’avais réveillé sans faire exprès et ensuite, c’était plus complexe. Tu ne te souvenais pas des mots, mais tu te souvenais de la solitude, de la fin des voix et de sa promesse. Tu te souvenais que doucement, elle avait comblé le vide en toi par sa présence rassurante. Chaque caresse était un peu plus pour toi. Elle devenait un besoin, même si tu ne comprenais pas comment c’était possible. Tes lèvres c’étaient mises de la partie, tu l’embrassais, la découvrait sous tous les angles, tu la goutais doucement.

Chacune des caresses que tu lui offrais étaient une première en quelque sorte. Parce que toi, tu n’avais jamais touché quelqu’un comme ça. Tu ne pouvais plus te baser sur le souvenir de d’autre, les seules vies vécues, tu tentais de les oublier et elles ne reviendraient pas à la surface maintenant. Tu préférais de loin rester là et profiter. Vous aviez échangé des paroles qui c’étaient déjà estompées dans ton esprit, tu ne savais pas comment c’était possible de penser seule. Comment les autres faisaient ? Parce que tu savais que tout le monde y arrivait, tout le monde sauf toi et elle, elle t’aidait à oublier. Chaque caresse, chaque baiser, chaque frôlement était un baume sur ton âme et ta mémoire. Tu oubliais de plus en plus pour faire place aux divines sensations qu’elle t’offrait. Sans trop savoir comment, les vêtements avaient cédé place à de nouvelles parcelles de peau à explorer. Tu t’étais donc découverte une âme d’exploratrice, passant tes doigts délicatement, comme si tu pouvais la briser ou la faner.

Tu n’aimais pas briser le silence de la pièce. Vous aviez beau être seule, tu ne pouvais te résoudre à briser l’instant. Pourtant, Isa ne t’aidait pas. Chacune de ses caresses faisaient battre ton cœur à en rompre ta poitrine, ton corps se crispait, se détendait, cherchait sans que tu ne comprennes pourquoi la position idéale qui t’offrirait ce que lui voulait. Parce qu’en ce moment, ton corps savait mieux que toi ce qui se passait, tu en étais certaine, alors tu t’étais rabattue à le laisser mener la danse. Encore plus quand tu avais perdu ton souffle, un peu plus sous chaque baiser. Isa avait quitté tes lèvres, tes seins pour descendre doucement découvrir le reste de ton corps. Et là, tout s’arrêta, une sensation nouvelle s’imposait à toi. Ton dos se cabra légèrement et tu laissas glisser un râle de ta gorge, petit, infime, mais tellement important. Tu aimais cela, juste que… c’était… nouveau.

Tu ne savais pourtant pas quoi rajouter, quoi faire. Elle était hors de portée, elle était si loin et si près à la fois. Puis, doucement, ton corps perdait pied, tu te laissais aller à plus, tu te perdais plus loin. Ta main se perdit dans les cheveux de ta… de… d’Isa. Tu ne savais plus quoi penser, alors tu cessas. Apprivoisant à la fois ce nouveau plaisir, cette nouvelle proximité, mais aussi te laissant doucement briser le silence de la pièce. Tu n’y pouvais rien, comme ton dos qui se cabrait sous ses mouvements voluptueux, autant que ta voix t’échappait de plus en plus.

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Jeu 12 Mai - 3:06





Bienvenue sur l’île des jouets défectueux. 

Je ne sais pas si j'aime ça

Madison & Isaora



C'était plus fort qu'elle, Isaora n'avait pas réussit à résister à la tentation qu'était Madison. Elle n'avait résister ni à l'envie de la posséder ni même à celle de lui donner tout ce qu'elle était en mesure de lui apporter. Sa chaleur, ses baisers, ses caresses et ses mots, tout ce qui était Madison réveillaient en elle des envies et des besoins qu'elle avait peu à peu oublié au fil des années. C'était assez fascinant comme les choses avaient glissé au fil des secondes avec une facilité presque déconcertante. C'était comme si son corps avait depuis le début sue ce qu'il voulait et naturellement il l'avait guidé à ce moment précis.

Maintenant,il n'était plus vraiment question de savoir si elle avait oui ou non le droit de prendre possession du corps de la jeune femme. Non, elle n'avait en tête qu'une seule et unique chose, lui donner du plaisir, la sentir défaillir sous ses baisers et aux rythme que des caresses que sa langue pouvait lui procurer. Elle voulait la voir s'abandonner pleinement et elle prenait un réel plaisir à l'entendre perdre le contrôle un peu plus à chaque caresse intime. C'était un peu un jeu, sans vraiment en être un, car inconsciemment elle ne voulait pas se jouer d'elle. Elle ne voulait pas être cette fille qui se joue d'elle. Étrangement, elle voulait être cette fille qu'elle voyait dans le regard de Madison, celle pour qui elle était prête à céder sa première fois, non par manque de mieux mais par envie.

Pour une fois, Isaora prenait le temps de bien faire les choses, ça n'avait rien de comparable à ce qu'elle était en mesure de donner. Elle faisait attention à Madison, à chacun de ses gestes, de ses murmures, de ses souffles qui se muaient en râle de plaisir. Elle apprenait de ses gestes, de chacun d'entre eux, elle se laisser elle aussi guidé par les mouvements du corps de la jolie blonde qui se crispait sous les mouvements de sa langue. C'était étonnant comme elle prenait du plaisir à lui en donner, comme elle cherchait à bien faire, à être à la hauteur comme si finalement des deux, c'est elle qui avait ses preuves à faire, celle qui serait notée.

Elle savait que Madison était sans doute à mille lieu d'imaginer ce qui se passait dans sa petite tête, à quel point elle pouvait lui faire de l'effet, à quel point ce moment était tout aussi important pour elle. Isaora avait tendance à briser tout ce qu'elle touchait et ce à longueur de temps, consciemment ou inconsciemment d'ailleurs. Mais là c'était différent, tout était différent, elle voulait l'être du moins et pour une fois, peut être que pour une fois elle y arriverait, si elle le voulait vraiment.

Elle pouvait entendre Madison perdre le contrôle. L'une des mains de cette dernière venant caresser ses cheveux tendis qu'elle se faisait plus entreprenante. Elle avait laissé l'une de ses mains glisser entre ses jambes venant ainsi se coupler aux caresses de sa langue. Elle voulait la sentir craquer, l'entendre jouir, avoir le sentiment de l'avoir pour elle, d'être le temps d'un instant son tout. Qu'une fois fini elle ne pense qu'à une chose, en avoir de nouveau, en avoir plus et autrement. Qu'elle la désir autant que Isaora pouvait la désirer. C'était sans doute un peu égoïste, sûrement mais après tout, pour une fois qu'elle avait envie de quelqu'un autrement que pour se faire du mal c'était plutôt une bonne chose non ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   Lun 30 Mai - 22:27

Jenesaispassijaimeça


 
feat : Isaora & Madison

Tu ne savais pas comment tout cela était arrivé. En fait, ton esprit se faisait vide comme jamais auparavant. Tu aurais pu tout mettre sur le dos du pouvoir d’Isa, mais tu n’arrivais pas à t’arrêter là. Les sensations qu’elle te faisait ressentir, ce moment qu’elle te faisait vivre, tu avais chaviré totalement. Ton esprit, déjà perdu dans les limbes de ta pensée n’arrivait plus travailler de pair avec le moment présent. Ton système nerveux prenait le relais, te balançant simplement ton plaisir en boucle et tu prenais ton pied.

Tu t’étais doucement cambrée, resserrant ta prise sur le drap qui recouvrait le lit de ton amie. Tu ne t’attendais pas à ce genre de déferlante, tu n’arrivais pas à gérer tes envies, mais c’était bien. Ce n’était pas la première fois que tu y assistais, mais c’était la première fois que c’était à toi que ça arrivait. Tu te souvenais que c’était normal, que tout se passait bien et ça te rassurait, mais en même temps, c’était tellement nouveau. Tu perdais le contrôle de ton souffle, il c’était sûrement après avoir compris que ton cœur n’arrivait plus à suivre. Ton bassin commençait doucement à se relever, descendre, bouger et tu n’y pouvais rien. Tu ne te contrôlais plus, alors tu fermas les yeux.

Un premier râle de plaisir, signe que tu t’abandonnais pleinement sous ses caresses. Tu ne pouvais espérer mieux comme moment et pourtant, tu avais tout à comparer, tout pour espérer. Tu avais vécu tellement de vu en parallèle que tu n’aurais pas cru que ce moment soit aussi parfait. Il ne faisait écho à rien d’autre, tu étais seule avec Isa et tu en profitais au maximum. Tu n’allais pas faire dans le compliqué, ni dans le détail pas maintenant. Peut-être un autre jour. Peut-être une autre vie.

Plus le temps avançait et plus tu te laissais aller, ta main délicate vint caresser les cheveux d’Isa et même si c’était étrange pour toi, tu avais besoin de ce contact. Du moins, tu en avais eu besoin jusqu’à ce qu’elle modifie son mouvement. Les stimulations changeaient, les vagues de plaisir aussi et tu ne pus retenir une inspiration brûlante. Tout ce dérèglait, devenait plus complexe à gérer et tu te cambrais de nouveau. Des spasmes de plaisir remplacèrent les vagues. Tout se faisait plus intense, plus difficile à manœuvrer. Tu faisais naufrage dans la marée de tes propres désirs. Tu la voulais toute entière et qu’à toi. C’était un désir tellement simple, mais tellement complexe, tu n’arrivais à rien, tu étais épuisée et tu en redemandais encore. Du moins, jusqu’à ce que tout ce fasse plus intense. Tu ne pouvais dire le temps que tu y avais mis, mais tu te laissas totalement submerger. N’entendant même pas ta propre voix dans la nuit. Tu n’étais rien, tu étais tout, pendant un moment parfait, vous étiez tout.

Lorsque les sensations te quittèrent, ton énergie se barra avec. Il fallait bien l’avouer, tu étais complètement brûlé. Rien à faire, les endorphines t’assommaient pleinement et ce, pour la première fois de ta vie. Tu aurais bien voulu lui rendre la pareille, mais lorsqu’elle remonta, tu cherchas simplement ses lèvres des tiennes. Tu voulais l’embrasser, l’aimer, la remercier même. Sauf que tu t’étais blotti dans ses bras pour reprendre ton souffle. Tu cherchais à reprendre le courant de tes pensées, mais les battements de son cœur, toujours rapide, t’en empêchait.

-Hm, on recommence quand tu veux tu sais.

Ça t’avait échappé, avec un petit sourire adorable. Tu n’avais pas ouvert les yeux, tu l’avais simplement murmuré et c’était ta façon de le reporter à une autre fois. Parce qu’en vrai, le lendemain, tu te glisserais dans son lit et cette fois, les rôles seraient inversés. Tu ne serais certainement pas aussi sûr de toi qu’elle pouvait l’être, mais tu y arriverais. Parce que tu comprenais bien que ce genre de relation, c’était donnant donnant. Limite, ça devait même l’être le même soir, mais tu ne tenais plus debout. Trop d’endorphine, trop de silence, il était si tard. La nuit était tellement parfaite… tu ne pouvais que sombrer…

-gras =Parlé
-gras =Parlé clone
«italique» = Pensé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: Je ne sais pas si j'aime ça [-18]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne sais pas si j'aime ça [-18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrête de mentir, je sais que tu m'aime bien au fond. [Abandonné]
» Je suis égoiste de vouloir te garder. Mais je ne peux te laisser à un autre. # Heather
» Papa Jones, tu sais que je t'aime...?
» Tu sais, j'aime tout chez toi. ✗ 08/10 - 21h32
» Mary & Tom : Je ne sais plus quoi faire ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: XAVIER'S SCHOOL :: Premier étage :: le dortoir des filles-