.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 normal people have no idea how beautiful the darkness is (isaora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltaangry unicorns
- Oz Bellamy -
wibbley wobbley timey wimey

célibataire, il a été fiancé par le passé, une fois. ça c'est très mal passé.
monde inversé et dédoublement. tu es capable de traverser le monde par les portes les plus improbables. l'océan, les miroirs. Tout ce qui peut renvoyer ton image est un accès à un monde désert dont tu es le maître. En touchant ton image dans l'une de ces surfaces, tu peux appeler ton reflet à vivre, tu te dédoubles, vous êtes deux dans le même univers et vous partagez la même conscience.
faire un tas de choses pas légales..du moins ça c'était avant, maintenant il est élève ET fait des choses pas très légales en dehors.
06/03/2015
Boyd Holbrook
batteryfox
37

MessageSujet: normal people have no idea how beautiful the darkness is (isaora)   Mar 3 Nov - 1:33

normal people have no idea how beautiful the darkness is .

oz & isaora
Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again, Because a vision softly creeping, Left its seeds while I was sleeping, And the vision that was planted in my brain Still remains Within the sound of silence In restless dreams I walked alone Narrow streets of cobblestone, 'Neath the halo of a street lamp, I turned my collar to the cold and damp When my eyes were stabbed by the flash of a neon light That split the night And touched the sound of silence
Pourquoi tu la surveillais déjà ? Surement pour qu'elle ne finisse pas comme toi, un peu comme tu avais tenté de protéger ton frère de la rue et de ses méfaits..Mais il y avait beaucoup plus de travail avec elle. Est-ce que tu la jugeais ? Non. Même si tu avais cessé tes cambriolages depuis que vous vous étiez échoués Dora et toi à l'institut – n'en ayant plus l'intérêt puisque vous étiez nourris et logés gracieusement par l'école- tu n'en demeurais pas un voleur, malgré les apparences. De l'extérieur tu ne semblais pas être un mauvais bougre, n'est-ce pas ? Un type un peu réservé, par forcément de bonne humeur tout le temps et extrêmement nerveux, mais pas un tueur, pas quelqu'un de mauvais. Pourtant tu le savais mieux que tous, tu avais du sang sur les mains et des crimes sur le dos, un casier judiciaire conséquent, si tu n'étais pas aussi remuant, insaisissable. De l'autre coté du miroir tu la suivais, certains soir, prêt à intervenir si jamais quelque chose pouvait atteindre à sa sécurité. La raisonné semblait difficile, après tout, tu étais qui, pour dire que dealer c'était mal toi qui consommait parfois et qui ne valait pas mieux comme criminel. Mal placé pour faire la morale, espionner sans te faire repérer semblait être la meilleure option. Tu écoutais, attentivement.

Ce soir n'était pas différent des autres, ou peut-être que si, puisque c'était Halloween. Tu n'avais pas eu loisir de fêter cet événement depuis des années et celle-ci ne dérogeait pas à la règle, déjà car tu n'en avais pas envie, mais surtout que t'éclipser pour baby-sitter Isaora, finalement, était une excuse toute trouvée pour ne pas revêtir un costume ridicule dans une fête pour adolescent. Non franchement, c'était mieux Coney Island et sa plage, bondée de monde déguisé au travers desquels tu avais du mal à la suivre. Enfin vous, puisque ton clone était là lui aussi, t'aidant à la repérer dans la foule un peu plus loin, avant qu'elle ne tourne dans une allée loin du flot de passants, puis tour encore, se retrouvant derrière la rangée des bungalows à l'odeur des frites et de la graisse de la foire. C'est là que vous vous éclipsez à votre tour en utilisant tout simplement une de ces pièces que tu te trimbales dans la poche. Plus elles sont brillantes et mieux cela te va, malgré le bruit qu'elles font dès que tu marches elles sont d'une grande utilité.

La transaction a lieu, en ta "présence" invisible, le tout sans encombre encore. C'était toujours ça, tu n'avais toujours pas eu à intervenir et elle ne t'avait finalement jamais remarqué, ce qui n'était pas un mal non plus, ce serait difficile à justifier malgré ta bonne volonté. Elle pourrait même se faire des idées en fait, ce qui n'arrangeait pas ton affaire du tout. Il n'y avait pas d'idée à se faire, tu agissais pour son bien, pas parce que tu étais intéressé mais juste par -quelle horreur- gentillesse... Voilà qui ferait frémir d'horreur ta saleté de cousin, n'est-ce pas. De la gentillesse... et puis du jeu. C'était amusant d'essayer de la rendre chèvre, de la voir te faire des avances et ensuite les rejeter pour t'amuser, la provoquer, faire tout pour lui casser les pieds en sommes. Avec une décennie de plus que la jeune mutante, tu voyais plus son béguin comme un incident de jeunesse qu'autre chose, comme certains et certaines s'entichent de leurs professeurs. C'était un peu pareil, tu avais ce rôle de l'oreille attentive à laquelle elle se confiait et tu étais là, quasiment tout le temps dans la même chambre que son meilleur ami, qu'elle le veuille ou pas. C'était ce qui ressortait de ton examen de la situation, un béguin duquel tu pouvais te jouer voir, t'en servir pour essayer de la remettre dans le droit chemin, mais c'était tout.  De toute façon, tu ne pouvais pas. Pas après elle.

Tu divagues légèrement, au coin de la ruelle... Tellement qu'elle s’avançait déjà dans ta direction, le temps que tu réfléchisse à ta vie pleine de trous. Bravo. La pièce de nouveau traversée tu réapparais là, en plein milieu de l'allée malgré les humains passant à quelques mètres derrière toi -on repassera pour le côté discrétion de la situation qui n'échappe pas à un petit garçon déguisé en pirate. Avant qu'elle ne puisse te voir tu fais mine de t'intéresser au stand le plus proche sur ta gauche, celui qui sent horriblement la friture. Des bretzels frits... Du beurre frits..En fait, tout ce qu'il y avait de comestible était affiché sur les immenses panneaux tape à l’œil et de mauvais goûts et malgré toi, certains de ces trucs de donnaient faim.  Plus tard. Tu fais mine de tourner la tête, l'air surprit en la voyant. « Tiens, ça alors, quelle coïncidence... toi ici ? » Oui bon, elle n'était pas ailleurs, Rachel. Bravo pour cette question rhétorique.

Mine de rien tu sors ton paquet de cigarette et en allume une, tout sourire. «  Alors comme ça on sèche la fête de l'institut ? C'est quoi ton excuse...Pas d'alcool, pas de toi ? »  Tu as toujours cette habitude d'être cynique au possible, t'amusant de tout, souriant pour rien. Narquois, chieur, t'adores ça chercher les autres, surtout elle. Tu tires sur ta clope et te tourne complètement vers elle, tant pis pour le bacon frit au fromage. « En tout cas je vois que t'as pas abandonné le look panda, au moins t'es prêtes toute l'année pour ce grand jour qu'est Halloween. » Nouveau sourire, légèrement moqueur. Tu fais référence à son maquillage, foncé sans être aussi extrême que les dits pandas, qui te perturbes quand-même...Comme si elle voulait persuadé tout le monde qu'elle était aussi dark que ses yeux l'était ou tentait de cacher ses cernes, t'en savais rien, mais à force de vivre avec des filles qui ne se maquillait jamais tu as un peu oublier quel intérêt ça avait...et à quel point il ne fallait pas critiquer le maquillage d'une fille. Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: normal people have no idea how beautiful the darkness is (isaora)   Mar 3 Nov - 17:04





♫  Never cared for what they do
Never cared for what they know  ♪

Normal people have no idea how beautiful the darkness is

Oz & Isaora



Le soir de Halloween était arrivé et déjà alors même que le soleil n'était pas tout à fait coucher, vampires, fantômes et autres monstres rodaient en ville en quête de sucrerie.Parfois quand l'un des enfants s'approchait d'elle toutes griffes dehors la mutante faisait mine d'avoir peur sans doute parce qu'elle aimait voir cette petite lueur de fierté dans leurs yeux. C'était l'un des seuls soir de l'année où elle laissait tomber en partie le masque de la parfaite petite garce. Un sourire au lèvre elle  regardait ces créatures de la nuit pas plus haute que trois pommes sentant au plus profond d'elle une vague de nostalgie l’envahir. Les souvenirs lointains d'une enfance heureuse perçaient doucement la coquille mal armée qu'elle s'était efforcée d'ériger pour oublier qu'elle avait eut une vie avant tout ça...avant l'institut. Un instant alors même qu'elle se trouvait au beau milieu de la rue son esprit la transporta presque 10 années en arrière dans la maison familiale qui pour l'occasion était rebaptisée en maison de l'horreur L'odeur des cookies dorant dans le four parfumait la maison tandis que sa mère, ou plutôt Marie-Antoinette s'attelait à finir les robes bleues de ses jumelles. Cette année là Isaora et sa sœur avaient eu le droit au costume des sœurs Grady. Quelques enfants et leur cris commençaient déjà à envahir la maison, la porte d'entrée étant restée ouverte pour l'occasion. Il y avait des sucreries et des farces et attrape dans chaque recoin de la maison. Parfois à l'aide de leur pouvoir ses parents faisaient bouger quelques objets par ci pas là pour effrayer les plus téméraires des visiteurs. Finalement ce fut un homme qui en la bousculant la fit sortir de ses souvenirs, la ramenant à la réalité brutalement. Tous ces souvenirs appartenaient au passé, un passé où elle adorait fêter Halloween mais depuis longtemps révolu. C'était pour éviter de vivre dans ses propres souvenirs qu'elle avait décrété que ce soir serait comme tous les autres soirs de l'année, qu'elle n'irait pas au bal évitant ainsi costumes, champomy et faux semblants. En règle général elle n'aimait pas vraiment les gens, si elle arrivait difficilement à donner le change en petit comité elle ne se donnait pas 1 heure avant de finir par en tuer un dans un coin pour X ou Y raison. Non elle préférait rester seule avec ses propres démons.


La nuit était déjà bien entamé et cela faisait maintenant quelques heures que la jeune mutante vaquait à ses «échanges» de ressources. Si pour cette fois elle n'avait fait qu'utiliser ses pouvoirs une belle petite somme d'argent gonflée tout de même la poche avant droite de son perfecto noir. Si habituellement elle utilisait cet argent contre quelques grammes de drogues cette nuit dérogeait à la règle et bien vite elle arriva à Coney Island , le dernier point de transaction de la soirée. En ce soir d'Halloween la foule était au rendez vous et elle mit un mal fou à passer à travers l'épaisse vague humaine la séparant de sa dernière transaction. Ce n'est qu'au prix de quelques coups de coudes qu'elle arriva dans une ruelle plus sombre loin des cris et des rires des enfants. Elle s'avança alors vers le renfoncement d'une porte où une gamine ne mesurant pas plus de 1m50 l'attendait. Isaora tendis la main vers elle déposant l'intégralité de ce qu'elle venait de gagner lors de cette soirée «Dis leur de ne pas tout dépenser en cochonnerie...». Il n'y eut pas de grand discours et elle se contenta juste d'appuyer son regard vers la jeune fille avant de faire demi-tour. «Fais attention à toi Ivy». Ivy était une gosse des rues, le genre d'enfant qui traîne et qui chaparde pour manger. Elle était plus ou moins à la tête d'un groupe de petits moineaux. Orphelins ou non ils avaient décidé de vivre en dehors du système parce que pour la plupart leurs parents n'assumaient pas d'avoir des enfants mutants. Vous en êtes sûrement à vous demander ce qu'Isaora pouvait bien faire avec eux. Si la réponse était assez simple dans la forme dans le font elle était beaucoup plus complexe. A cette question Isaora aurait sans conteste répondu qu'elle les payait pour quelques services rendus. Mais la vrai raison à ça était le fait que d'une certaine façon elle avait de l’empathie pour eux, elle veillait sur eux à sa manière. En fin de compte peut être qu'elle n'était pas aussi sombre qu'elle voulait le faire croire.


Elle était en train de sortir de la ruelle quelques peu à côté de ses pompes quand elle aperçu à quelques mètres d'elle la silhouette d'un mutant qu'elle ne connaissait que trop. En le voyant un léger sourire se dessina sur ses lèvres sans même qu'elle ne sache vraiment pourquoi. Instinctivement elle se dirigea vers lui sans même réfléchir plus que ça. Face à un autre mutant elle se serait juste contentait de baisser la tête et aurait accéléré le pas pour éviter toute rencontre mais pas avec Oz. Elle s'était arrêté près de lui avant que ce dernier tourne la tête vers elle, surprit, vraiment ?. «Oui...oui...étrange coïncidence». Elle avait laisser traîner en longueur sa phrase comme si elle voulait lui faire comprendre qu'une partie d'elle n'était pas vraiment dupe. Oz Bellamy, seule , dans Coney Island qui comme par le plus grand des hasards se trouve juste devant le stand de friture qui débouche vers cette ruelle. Elle ne sortait peut être pas de Saint Cyr mais fallait peut être pas pousser non plus. Cependant elle ne dit rien de plus se contentant d'arborer un léger sourire narquois tout en le regardant sortir une cigarette de sa poche.  Il ne fallut pas longtemps après ça pour que Oz fasse...du Oz. Mi amusé, mi surprise par cette répartie démarrant au quart de tour elle se contenta de répondre le plus naturellement du monde non sans imiter l'initiative de base. «On peut rien te cacher...Et toi qu'elle est la tienne ? Pas de moi, pas de toi ? »Elle lui avait répondu mine de rien, l'aire presque enfantin, plus par habitude et amusement.
L'odeur des fritures lui avait fait tourner la tête légèrement son ventre se tordant comme pour lui rappeler qu'aujourd'hui encore elle n'avait pas prit la peine de manger. Elle allait commencer à lire la carte quand Oz l'attaqua en traître sur son maquillage. Machinalement elle lui avait lancé un regard noir plissant légèrement les yeux comme pour lui indiquer qu'à ce moment précis elle le maudissait de tout son être. Non ce n'était pas vraiment le style panda qui l'intéressait, elle avait prit l'habitude de se maquiller fortement pour effacer les traces des bleues et les cicatrices qu'elle avait. Puis elle avait fini par prendre goût, ce maquillage cassant le coté presque angélique qu'elle pouvait avoir quand elle ne mettait rien. Elle fit mine de rire avant d’enchaîner «Très drôle ...Tu veux qu'on parle de ton addiction à la mal nourriture?» Elle montra d'un mouvement de tête le stand de friture avant de continuer. «Parce que tu sais...à ton âge on élimine plus aussi facilement...Puis les poignets de l'amour c'est mignon mais tu t'approche dangereusement du niveau où ça l'est plus» C'était facile et faux, elle le savait et il le savait. En somme elle voulait juste être chiante et lui indiquer que si il était en forme elle l'était tout autant. Elle allait ouvrir de nouveau la bouche quand son ventre se mit à grogner décidait lui aussi à entrer dans la partie. «Traître...». Elle avait passé machinalement la main sur son ventre sentant à travers sa robe et sa veste la résistance de ce dernier. « Ça te tende quelque chose de moins frits...genre de la pizza...il y a un stand plus loin où elles sont franchement pas mauvaise » C'était cliché de proposer ça, surtout venant d'une Italienne, mais elle aurait facilement tué quelqu'un pour une part de pizza. Pas forcément un truc gras juste quelque chose qui contenterait son ventre...



Italien
Anglais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
normal people have no idea how beautiful the darkness is (isaora)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EFFIE ☽ Normal people scare me. feat/GILLIAN ZINSER
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: NEW YORK CITY :: brooklyn-