.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 "Titre."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: "Titre."   Jeu 8 Oct - 23:38

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Ton arrivée à l’Institut commençait à dater et déjà, tu n’arrivais à rien. Tu avais trouvé comment te nourrir, comment te rendre à l’extérieur et tu avais même commencé à rencontrer des gens, doucement et en individuel. Parce qu’en groupe, tu ne t’en sortais toujours pas. Pas que tu n’aimais pas les gens, juste qu’il y avait déjà tellement de bruit dans ta tête, qu’avec les gens, tu n’arrivais même pas à avoir une pensée cohérente. Si c’était pour passer pour folle, tu préférais de loin rester seule dans ton coin.

Pourtant, tu avais quand même tenté de sortir un peu de ta chambre, de plus en plus. Jusqu’à ce matin-là. Tu t’étais dit : «  Je peux le faire ». Tu t’étais levée et les voix n’étaient pas trop présentes. Les conversations n’étaient pas trop houleuses et tout le monde semblait occupé. Alors, tu t’étais habillée rapidement pour te pointé en classe avant que la cohue d’étudiants ne déferlent. Le problème, c’est qu’une fois en classe, les gens arrivèrent. Ils s’installèrent, discutèrent, commençaient à exister et ça intéressait tes clones. Elles voulaient savoir comment tu allais, t’aider, te soutenir, passer leurs commentaires, elles voulaient exister.

« Ils ne sont pas si bruyant que ça. »
« Celui là est même assez mignon en prime. »
« Nah, il est moche. »
« Les filles… c’est une fille en fait hein. »
« Fermez là, pitié j’essaie de me concentrer. »

Sauf que rien à faire, le silence ne venait pas. Les gens ne se taisaient pas non plus. Trop souvent, de petits chuchotement ici et là te faisait totalement perdre le fil et toi, toi ma pauvre, tu ne savais déjà pas ce que le prof tentait de raconter. Plus le temps allait et plus tu ne savais même plus dans quelle matière tu te trouvais. Alors, tu avais fini par craquer. Sans un mot, sans un bruit, parce que tu ne te permettais pas de rajouter à la cacophonie ambiante (qui n’était vraiment pas si terrible pour une personne normale en fait) tu étais sortie. Tu ne savais pas combien de temps tu avais réussi à tenir, ça t’avait paru une éternité et demi, mais une fois dans les corridors, le silence te fit le plus grand bien.

Tu t’étais appuyée contre un mur du couloir, cherchant le son de ta propre respiration pour tenter de te retrouver. Tu avais toujours du mal à retrouver ta voix dans la cohue, mais tu tentais. Sauf qu’avant même que tu puisses y arriver un minimum, les gens se déversaient dans le corridor où tu étais. Le seul problème, C’est que tu les trouvais déjà bruyant en silence, mais là, comme ça, en liberté… ils allaient te faire fondre la cervelle. Le bruit, le son, les voix, leurs voix, les bruits, les discussions…  Tout. Tu ne pouvais pas gérer tout ça, c’était trop pour toi. Tu sentais ta respiration s’accélérer comme à chaque fois, ta vision devenir trouble. L’envie de pleurer, sans pour autant y arriver, tout ça t’était connue, mais tu n’arrivais toujours pas à gérer. Tu paniquais, tout simplement.  Tu t’étais repliée sur toi-même contre le mur, les mains sur tes oreilles. Comme si réduire le son ambiant allait te sauver. Tu appuyais fort, tellement fort qu’avec de la chance… t’allais t’exploser la tête, mais tu n’avais jamais de chance. Tu avais fermé les yeux, tu aurais aimé que la tout de suite, le monde cesse d’exister, mais tu ne pouvais pas. Même les voix dans ta tête étaient devenues tellement bruyantes que tu n’arrivais pas à les comprendre. Tu entendais leurs vies, les gens autours, tu entendais ce qu’elles entendaient. Tu n’en pouvais plus. Tout ce que tu demandais, c’était le silence, le putain de silence! Mais rien à faire, tu te noyais dans le propre bruit de tes pensées.
«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Lun 12 Oct - 6:15






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.








La lumière du jour..

Elle grimpait lentement sur mes jambes étendues sur le canapé. Elle montait sur mon torse ensevelie de papiers, Comme à mon habitude, je me suis endormie hors de mon lit, en travaillant sur des compositions. Ma tête ne cesse jamais de fonctionner, de tenter de construire une chanson, un morceau qui suscite l'intérêt et je suis le plus dur des critique...

Il n'y a pas de limite. Toujours ce besoin d'écrire, de jouer allant jusqu'à l'épuisement. Jusqu'à ce que mon corps me lâche m'amenant, malgré moi dans les bras de Morphé. Mes yeux sont fermés, mon corps est détendu, mais un rythme continue de retentir dans mon crâne. Elle me suit, elle m'emporte, je me perds et m'endort...

La lumière du jour...

Elle est forte et brûlante...

Elle vient me frapper au visage de plein fouet me réveillant en sursautant. Les feuilles s'entre-mêles m'offrant une valse de notes sous mes yeux. Ma main toucha ma joue lentement sentant déjà la réaction de ma peau: chaude, gonflée et rugueuse.. J'avais sans doute une plaque rougeâtre évidente sur ma joue droite. Rien qui améliorait mon cas. Cette plaque fait un énorme contraste sur ma peau blanche remarquant rapidement les conséquences de ma réaction allergique devant ce stupide miroir. Malgré mon âge, elle est toujours présente. Si vive et tenace ne me donnant aucun répit. Toujours surveiller mes allés et venus pour éviter de croiser le soleil trop longtemps dans ces moments les plus intense.

Mon miroir, mon reflet : cette chose qui provoque autant de réaction autour de moi. Qui me donne aucun souffle. Toujours là qui me hante, qui me rend maudit, tout comme cette nouvelle tache sur mon visage...

Et je dois sortir...

Plus jeune, j'aurais laisser tomber. J'aurais fuis la situation. Ne pas me présenter dans ces conditions, déjà que les élèves ont toujours une réaction soudaine à mon passage. Avoir cette tache sur le visage provoquerait d'avantage des ragots à mon sujet.

Pour les entendre, je les entend...Il suffit que je me concentre pour entendre les "fantôme", "cadavre ambulant", "momie", " homme congelé". Une chance que j'ai un respect par mes connaissances musicales, en classe. Certains passent outre mon apparence pour se concentrer sur mes compétences et applaudir mon talent. Néanmoins, depuis quelques cours, ces mots disparaissent ...

Ils persistent, par contre, de la bouche de ceux qui ne me connaissent pas...ou qui n'osent pas me rencontrer. Je dois m'y faire...

Heureusement, je n'avais pas de cours, ce matin, mais je devais quand même me rendre dans ma classe pour corriger des rédactions. C'était simplement pour m'assurer qu'ils avaient bien compris le courant musical classique. L'importance de ce mouvement au sein de l'histoire musicale. J'allais probablement y passer une bonne partie de mon avant-midi.

Toutefois, j'allais attendre le début des cours. Pas question de sortir avec cette marque en pleine congestion dans les corridors. Non seulement pour cacher ma brûlure, mais aussi pour éviter tout ce son qui allait retentir mes tympans. J'ai beaucoup de difficulté à garder le capte avant le début des classes. Tous ces jeunes qui parlent n'ayant aucune conscience de leur timbre et leur volume de voix, comme s'ils étaient les seuls sur Terre. Souvent, je dois me concentrer pour ignorer un bonne partie de cette foule, mais je ne peux pas les éliminer tous. Mes maux de crânes surviennent plus rapidement, les matins où j'enseigne.

Donc, j'avais pris mon temps, après une bonne douche pour m'habiller et tenter d'atténuer légèrement la rougeur avec une crème hydratante. Peu importe, cela se voyait. J'allais devoir subir les questionnements de plusieurs, sans doute...

J'ai quand même essayé en portant un chapeau melon créant ainsi un léger ombrage sur mon visage. Je déambulais dans le corridor, voyant certains retardataires qui courraient vers leur classe. Parmi eux, une silhouette demeurait immobile collée contre le mur. Je m'arrêtais aussitôt malgré ma distance avec elle. Oui, c'était une demoiselle. Une demoiselle apeurée. J'entendais le battement fou de son coeur, sa respiration non-contrôlé. Elle était dans un état de panique, mais personne ne semblait s'en préoccuper. Ses mains sur ses oreilles, les yeux fermés. Je connaissais cet état. Entendre tous ces sons, ces cries, ces paroles entre-mêlés sans rien comprendre. Sans se comprendre...

Je connaissais cela...Je savais ce qui se passait.

Je m'avançais, plus rapidement. Je me foutais des regards sur moi, à présent. Je fixais cette demoiselle immobile et effrayée. Sans demander sa permission, je me penchais en la prenant doucement dans mes bras, comme une princesse. Je devais faire que quelques pas supplémentaires pour ouvrir la porte de ma classe. Elle était vide, aucun élève se levait aussi tôt pour pratiquer. Je rentrais avec elle, prenant soin de fermer la porte et la barrer. Je baissais aussi le petit rideau ne permettant à aucun curieux de scruter ma classe par la fenêtre de la porte. La demoiselle tremblait dans mes bras comme si elle avait froid, mais tout cela était dû à la panique. Tranquillement, je me rendais sur le canapé au fond de la classe pour la déposer...

Aussitôt fait, je m'agenouillais devant elle :

" Vous ne craignez plus rien. Vous êtes dans ma classe et il y a personne d'autre que nous...Aucun bruit." dis-je d'une voix très basse et douce. Je ne pensais plus à ma brûlure..., mais j'avais quand même peur de sa réaction en me voyant...

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Jeu 15 Oct - 3:41

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Dieu sait que tu étais loin en ce moment. Tu t’étais perdu dans cette cacophonie qu’étais ta vie, tes pensées.  Tu n’y pouvais rien, tu passais d’une vie à l’autre, voyant parfois la nuit, parfois le jour, cherchant une façon pour toi de fuir le bruit de ce corridor qui emplissait encore plus ta tête. En fait, tu ne savais pas ce qui était le pire, le bruit des gens autour, ou le bruit des clones qui te harcelait. Le pire, c’est que plusieurs tentaient de se taire. Souvent, ce que ça donnait, c’était des clones qui se cloitraient dans des pièces vides. Autrement, elles pouvaient mettre de la musique calme. Ça faisait tout un brouhaha quand même, mais… c’était plus comme des parasites que comme un réel dialogue. Tu aurais aimé que tout le monde se calme, mais ce n’était pas le cas. Tu n’avais même pas remarqué que le chao extérieur avait cessé, tout ce que tu savais, c’est que c’était encore le chao dans ta tête. Tout le monde fonctionnait à sa façon et toi, tu ne fonctionnais pas du tout.

Les voix avaient commencé à parler, mais tous allait dans la même direction. Tout le monde disait simplement que c’était fini, qu’on te parlait, mais toi… toi, tu n’en étais pas encore là. Toi, tu étais encore perdu dans le bruit de ta vie, dans les pensées des unes, des répliques des gens autour d’eux. Tu percevais tout, tu percevais trop, jusqu’à ce que tout le monde finissent par s’isoler, que tout le monde en ait marre de s’entendre en écho. Une douce musique se fit entendre dans ton esprit, tout le monde c’était donnés le mot, tout le monde avaient mis la même et c’était bien comme ça. Tu reprenais doucement le cap de tes pensées et même si elles n’avaient jamais été véritablement  cohérentes, tu aimais bien pouvoir arriver à le faire. Le faire au moins un peu.

Doucement, tu ouvris les yeux, ton regard balaya cette pièce que tu ne connaissais pas. Tu vis un homme et des instruments. Des instruments de musique? On était dans une classe de musique? Logique que tu ne la connaisses pas donc, parce que la musique, ça faisait du bruit, encore plus quand c’était rempli d’étudiants.

« Il a dit quoi? »
« Que tu étais en sécurité, que t’es dans sa classe. »  
« Et il sait pour le bruit, il est télépathe? »
« Nah, s’il était télépathe… il se serait éloigné en courant depuis longtemps. »
« Si c’est sa classe… il est prof. »
« C’est gentil les profs en Amérique? Parce que chez moi… c’est pas toujours le cas. »
« Bonne question, au pire… on hurle? »
« Je ne pense pas qu’il faille s’inquiéter. Le télépathe du début rencontre tout le monde non? Alors… y a pas de risque qu’il y ait des méchants. Pas trop. Pas parmi les profs… »
« Vrai. »
« On fait confiance? »
« On peut… un peu. On verra. »

Ton regard se posa finalement véritablement sur l’homme devant toi. Il avait l’air bien. Tu ne savais pas trop comment tu t’étais rendus dans cette classe, ni pourquoi il y avait un canapé dans cette dernière, mais… c’était bien comme endroit. C’était bien à cause du silence surtout. Tu penchas la tête distraitement sur le côté droit. Toujours en le regardant. Tu te posais une question simple. Alors aussi bien lui poser.

-Comment tu sais pour le bruit?

Parce que c’était ta première question. Oh, il y en aurait surement d’autre, mais c’était la première. En fait, ton cerveau te faisait mal à en crever. Tu sentais chaque pulsation sanguine passée au travers alors tu laissais tes yeux s’aventurer dans la pièce.

-Je ne suis jamais venue ici.

Parce que c’était une affirmation, mais quand même. Tu te devais de le spécifier, tu devais expliquer ta curiosité. En prime, c’était un peu pour préparer le terrain avant qu’il ne réalise que tu étais surement inscrit à ses cours depuis plus de deux semaines sans jamais t’y pointer.

«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Mer 21 Oct - 6:01






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.








Elle n'avait pas bougé. Elle n'a pas hurlé ou émis un son. J'ai pu la prendre comme une poupée et l'apporter dans mon bureau.

Par contre, elle tremblait. Elle était complètement sous le choc, crispée. Ce n'est qu'en la déposant doucement sur le canapé qu'elle redevenait plus souple et détendue.

Cela ne changeait rien pour moi. Je restais inquiet, agenouillé devant elle. Je ne sais pas ce qui pouvait se passer dans sa tête. Si l'intensité du bruit a affecté son état d'esprit. Je me questionnais si je ne devais pas l'amener à l'infirmerie directement.

Cela prit quelques secondes avant de la voir réagir. Évidemment, elle scrutait les alentours se demandant où elle se trouvait. Je ne la connaissais pas. Je n'ai que quelques élèves dans ma classe, mais, malgré mes marches régulières les corridors, son visage ne m'était pas familier. On m'avait parlé d'une jeune fille timide nouvellement arrivé. Qu'elle n'avait presque jamais quitté sa chambre...mais qu'elle s'était inscrite à mon cours...

Puis, elle me fixait. Je me préparais donc à reculer ou cacher mon visage en baissant la tête, mais il n'en était rien. Aucune frayeur sur son visage, ni expiration profond pour retenir un cri. Non, c'était une question qui brisait le silence.

Je n'ai pas pu m'empêcher de faire un léger sourire en inclinant, malgré tout la tête. Devais-je tout lui dire sur moi ou lui expliqué par la logique des choses...

Elle me voyait pour la première fois. Moi, le professeur de musique.

Elle venait de vivre un calvaire. Restons au nécessaire...

" Vous étiez accroupie contre le mur, bouchant vos oreilles avec vos mains. J'ai compris qu'il y avait quelque chose qui vous troublait en lien au bruit...et...."

Je levait mon regard vers elle quelques secondes, hésitant à poursuivre:

" ....je connais cette difficulté de tout entendre à la moindre décibel. Les maux de crâne et l'étourdissement que cela entraîne...Je ne pouvais pas vous laissez comme cela. J'ai sentie votre panique...Donc, je vous ai amené ici, dans ma classe de musique..."

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Jeu 22 Oct - 3:32

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Ton regard s’aventurait ici et là dans la pièce et sérieusement, tu cherchais à oublier la migraine qui t’envahissait. Ce n’était pas ta première, ni ta dernière, mais quand elle se pointait… tu n’avais que deux choix : t’occuper ou dormir. Dans un cas où le sommeil était toujours difficile à trouver, tu avais fini par t’habituer et t’occuper. C’est ce que tu cherchais à faire en ce moment, ton regard passait ici et là et finalement, tu posas ta première question. Tu voulais savoir comment il savait pour le bruit, parce qu’il le savait, mais tu ne savais pas comment. En même temps, c’était logique que tu ne saches pas. Tu ne te voyais pas. En fait, parfois tu te voyais, mais pas très souvent. C’était aussi quelque chose de compliqué que de te regarder au travers des yeux d’un clone aussi.

Bref, il t’expliqua comment il t’avait trouvé dans le corridor. Accroupie contre le mur, les oreilles bouchés. Il avait donc accusé le bruit. Il connaissait les problèmes liés aux bruits, d’entendre le moindre décibel, les maux de tête, l’étourdissement et tout ce qui venait avec. Alors, son pouvoir à lui… ça te faisais toujours bizarre de penser que dans cette école, tout le monde avait un truc hors-norme. Bref, son pouvoir augmentait son ouïe? Il avait senti que tu paniquais et il t’avait sortie de la foule, tout simplement. Il t’avait amené dans sa classe de musique, il était donc… le prof de musique. Donc ouais, il t’avait d’inscrite à son cours, mais tu n’y étais jamais allé et… tu n’irais surement jamais, vu le bruit horrible que ça ferait. Pourtant, tu aimais bien la musique, même si tu ne savais pas en jouer.

« Toi non, mais moi oui, alors ça va. Je peux te montrer. »
« Et moi aussi et… on est plusieurs je pense, ça ira. Choisit ce que tu veux, on connait surement. »

Tu étais heureuse qu’on veuille bien te montrer, mais tu n’avais pu que fermer les yeux très forts pour tenter de contrôler le débit des paroles de tout le monde. Tu aurais aimé pouvoir boucher tes oreilles, mais tu ne pouvais pas, ça ne servait à rien, elles étaient dans ta tête. Tu avais finalement ouvert les yeux de nouveau, ça servait à rien, elles s’excitaient comme toujours.

-C’est pas les décibels le problème pour moi, c’est… le nombre. Je… On… elles… ouais, elles sont déjà bruyantes toutes seules. Alors, quand je me retrouve coincée dans une foule, je n’arrive plus à rien.

Ceci expliquait cela. Donc toi, les gens, t’aurais aimé pouvoir les aimer, mais tu ne pouvais pas. Tu ne pouvais pas les supporter avec les autres et tant que tu ne pourrais pas faire la part des choses et « fermer » la porte de tes clones… tu ne pourrais pas t’en sortir, tout simplement. Les gens de l’Institut parlaient souvent de contrôle et tout. Toi, tu n’en étais pas là, mais… c’était peut-être quelque chose de… possible pour toi aussi, mais pas maintenant. Pour le moment, fallait juste apprendre à vivre.

-C’est pour ça que j’arrive pas à aller en cours… trop de gens, trop de bruit et… ça sert à rien. J’arrive pas à suivre. Alors… j’essaie, mais… c’est pas très efficace. Ça sert même pas mal à rien dans mon cas.

Parce qu’il fallait te rendre à l’évidence, tu n’avais jamais été douée à l’école. Même avant que les voix ne deviennent insupportables, tu n’avais jamais eu la concentration facile. Bon d’accord, il y avait toujours eu des voix, tu ne t’en rendais juste pas vraiment compte en ce moment, mais… tu avais des voix depuis t’es 8 ans. Moins nombreuse, tu arrivais à les chasser, c’était de l’histoire ancienne. Tu n’arrivais plus à rien maintenant, malheureusement.

-Comment tu fais quand y a trop de bruit toi?

Parce que ton attention était de retour sur lui, ton regard aussi. Tu ne pouvais pas juger, tu avais vu le monde entier aux travers des yeux des autres. Tu ne pouvais pas dire si oui ou non, il était gentil ou méchant, mais pour le moment, il était gentil. Tu avais du mal à faire confiance aux hommes, au grand surtout, mais tu étais là, avec lui et tu te souvenais qu’il avait verrouillé la porte. Tu ne savais pas si c’était pour empêcher les gens d’entrer ou toi de sortir, mais… dans tous les cas, tu avais toujours eu du mal avec les hommes. Tu avais vu tellement de chose… alors non. Parler c’était mieux. Parler c’était mieux que craindre et pour le moment, ici tout le monde était correct. Du moins, tu l’espérais.

«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Sam 24 Oct - 1:30






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







La cacophonie s'estompait dans le corridor. Les cours allaient commencer. C'était déjà plus calme, plus tranquille. Aucune distraction, bruit dérangeant dans les environs. Aucun élève a tenter d'entrer. J'allais peut-être décevoir certains qui auraient aimé pratiquer ou végéter sur mon canapé, mais je n'avais pas l'intention de les laisser entrer aussitôt. Cette demoiselle devant moi devait prendre du repos.

Elle devait avoir sans doute un véritable mal de tête après cette mésaventure. J'étais plus jeune qu'elle quand j'ai eu mes premières expériences. Un battement d'aile d'oiseau me faisait réagir. Je ne supportais pas la cour d'école préférant m'éloigner des troupes et jouer de la guitare, mais c'était aussi pour d'autres raisons....

J'avais des comprimés dans mon bureau. C'était dans mes plans de lui proposer d'atténuer sa douleur, mais je voulais m'assurer si son état était stable avant de me lever.

Non, elle n'était pas comme moi. Pas sensible au son..., mais en la présence de plusieurs esprits qui semblent la hanter. Je pensais aussitôt à Mademoiselle Harrison qui voit des fantômes et m'a foutu la panique. Cependant, il ne s'agit pas de cela, fort heureusement. Oui, on m'a parlé d'elle. De mon élève absente. J'avais toujours ce nom non-rayé sur ma liste. Non, je ne prenais pas toujours les présences. Mon cours n'est pas obligatoire pour l'avenir de quelqu'un, mais je me devais, de temps en temps m'assurer de l'assiduité de mes élèves et cette demoiselle ne s'est jamais présenté.

Celle qui a des multiples d'elle-même...

Donc, je n'avais aucune réaction négative face à ses propos. Non, je l'écoutais, toujours accroupis devant elle.

Oui, je peux comprendre cette difficulté de rencontrer une foule, si elle a déjà plusieurs voix qui tournent autour d'elle. Elle est encore jeune, donc elle n'a, sans doute, pas acquis le contrôle de son pouvoir.

Cependant, cela ne change pas le besoin de cette demoiselle d'aller à des cours. Je fronçais des sourcils quelques instants, songeant à quelque chose...Quelque chose pour elle...

Comment tu fais quand y a trop de bruit toi?

Elle me sortait de mes réflexions. Je la regardais avec un sourire ne voulant pas l'inquiéter. Ce que je fais lorsqu'il y a trop de bruit ...

" Et bien, au début, je n'arrivais pas non plus à être dans une foule. J'avais du mal à être en classe, plus jeune. Toujours des maux de tête, des maux de coeur, car c'était dure à supporter. Donc, je restais souvent seul avec ma guitare...Parce que..."

Je levais la tête un moment la regardant dans les yeux. Allait-elle être effrayé si je parle autant...? Non, au contraire, elle va comprendre, savoir qu'elle n'est pas seule a avoir des difficulté.

" ...parce que le son peut être si intense dans ma tête que...que je me transforme. C'est la même chose avec les émotions. Trop forte et je cours des risques. La musique m'a beaucoup aider à me calmer...à ignorer la cacophonie. Tranquillement, je me suis concentré sur ma mutation pour contrôler les sons. Isoler ceux que je veux entendre et ceux que je ne veux pas...Et tu vois, j'ai encore du mal, quelques fois...J'apprend encore..."

Elle m'a posé une question. Elle me devait donc une réponse :

" Qu'est-ce que tu aimes faire pour te changer les idées...? " dis-je en me levant doucement. Oui, j'étais grand, mais après cette panique, elle devait bien avoir soif...Cette cruche d'eau sur mon bureau datait d'hier, mais elle était encore bonne pour rafraîchir.

Je me rendais à mon bureau pour verser un verre et lui tendre doucement.

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Sam 24 Oct - 17:30

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Il y avait du bruit à l’extérieur de la classe, mais le son des gens ce mourrait doucement. Tu n’étais pas concentré sur les mots, sur les gens, tu n’étais pas vraiment concentré en fait, tu cherchais juste à reprendre le rythme normal de ta vie. Tu l’avais échappé, tu t’étais noyée dans ce trop-plein de gens, mais maintenant c’était terminé. Tu pouvais tenter de te concentrer de nouveau. Il était là, devant toi et tu pouvais te permettre de lui parler. Tu pouvais tenter de comprendre comment il savait, comment il faisait et peut-être, t’en servir un peu. Juste un peu. Au début, lui non plus n’arrivait pas à gérer, il vivait avec le même calvaire que toi, maux de tête, maux de cœur, difficulté de concentration et tout. Alors, il avait tendance à s’isoler. Dieu que, pour le coup, tu l’enviais. Tu l’enviais vraiment de juste pouvoir… fermer la porte à tout ça, s’éloigner. Tu aurais tellement aimé pouvoir, il y a longtemps juste… avoir le silence, te séparer d’elle juste un peu, mais… tu sais qu’aujourd’hui, ce n’est plus possible. Tu as déjà perdu le cap de ta vie, tu as déjà tellement perdu que… tu ne sais même plus ce que c’est d’être que toi. Tu en as même peur, peur de te retrouver seule face à cette vie qui t’effraie. Il t’expliquait aussi que lui, avec trop de bruit, il se transformait et ton regard changea légèrement. Oh, pas de la terreur ni rien, mais… peut-être un brin de curiosité. Tu savais que tout le monde ici était mutant, mais… tu avais du mal à imaginer tout ce que ça représentait. Tu commençais à peine à comprendre ce que ça impliquait. Il fallait te donner une chance, c’était un peu comme si tu avais passé trois ans dans… dans une grotte et puis voilà. Et lui, il se transformait aussi aux émotions fortes, la musique l’aidait. Il était donc logique qu’il soit devenu prof de musique si la musique l’avait autant aidé. Parfois, il avait encore du mal, mais il c’était amélioré. Tout le monde parlait de ça, contrôle, amélioration de leur don, mais toi… toi tu étais déjà douée avec ton don… mais il était brisé. Toi, tu parlais de tenter vainement de le réparer et eux… eux parlait de l’améliorer, de le faire grandir. Tu avais déjà peur de ton pouvoir comme ça, l’imaginer plus grands… tu en mourrais. Parce que même si tu pourrais un jour rappeler tes clones… tu en mourrais de recevoir toutes ces informations d’un coup, tu le savais.

Tu allais te lancer dans de nouvelle questions, parque tu adorais les questions et que vous étiez plus de cinquante à vous en poser. Du coup, c’était facile d’imaginer des questions et d’espérer des réponses, pourtant, ce fut lui qui en posa une d’avance. Il te demandait ce que tu aimais faire pour te changer les idées et là, ton regard devint un peu fixe, comme si tu travaillais très fort à trouver une réponse satisfaisante, mais… même avec l’aide des autres. Même avec leur réponse… la réponse était simple : rien. Tu ne faisais rien. En ce moment, tu ne faisais rien d’autre que survivre, manger et… apprivoiser ton environnement. Tu jouais avec Marjolaine quand Isaora était loin. Parce qu’elle n’aimait pas Marjolaine. Tu ne comprenais pourtant pas pourquoi. Elle était gentille ta mygale, vraiment. Fallait juste pas t’endormir avec, sinon elle se sauvait. Tu l’avais regardé ce lever, sans savoir quoi répondre. Il t’avait finalement tendu un verre d’eau et tout le monde dans ta tête s’accordait sur cette réponse un peu mince.

-Rien. Moi je ne fais rien. Les autres, elles ont des passe-temps, des vies et tout, mais moi… rien.

Tu savais que ta réponse était un peu triste, mais… tu n’y pouvais rien, alors tu lui fis un sourire pour signifier que toi, ça ne te dérangeait pas. Que tu le vivais bien et que tu étais bien. Tu n’avais pas envie qu’on ait pitié, c’était même le dernier de tes envies, mais… c’était la vérité et tu étais du genre à toujours dire la vérité au grand découragement de tes clones qui elles… avaient le mensonge facile.

-C’est pas que je veux pas… c’est juste que… je sais pas. Comme elles disent : la vie c’est tout nouveau pour moi. Je dois juste… prendre mon temps.

Parce que tu venais de perdre trois ans de ta vie dans un Institut psychiatrique. Que tu avais passé ses trois longues années dans un brouillard total assommé par trop de médicament. Parce qu’au moins si les médicaments auraient pu diminuer les voix, mais non. Parce qu’elles ne provenaient pas de ton corps, mais bien de l’extérieur. Les médicaments affectaient tes défenses mentales, mais pas les voix. Alors, pendant trois ans, tu avais servi à tes clones sans pouvoir rien y faire. Tu avais perdu trois années de pratique. Trois années ou tu aurais pu te réparer, mais non.

-J’ai juste… déjà du mal avec cette endroit, les cours… je sais pas comment on, je… pourrais arriver à gérer.

Genre, ta vie, elle était vide, tu avais du temps à revendre, mais tu prenais la plupart de ce temps pour discuter avec tes clones, apprendre les choses de base que tu aurais dû apprendre en classe, mais tu n’arrivais pas à te concentrer là-bas. Alors, tu t’enseignais à toi-même pour lutter contre le retard que tu avais pris. En prime, toi, tu ne pouvais pas écouter de la musique pour oublier. Tu ne pouvais pas mettre quelque chose entre elles et toi, parce qu’elles étaient à l’intérieur de ta tête. Tu n’étais pas seule et tut ne le serais jamais.

-Toi, tu peux t’isoler, mettre un mur entre toi et le monde, mais moi… elles sont dans ma tête, tout le temps. Une cinquantaine de voix constantes et… elles sont difficiles à gérer.

Et ça te prenait un temps de fou à tenter de le faire. Parce qu’au moins, tu avais de la chance. Elles étaient plusieurs, mais… elles ne parlaient pas tous. Les clones c’étaient mis dans l’habitude de se donner un numéro et la dernière en date, c’était Florence. Elle avait eu le 81, mais… tout le monde l’appelait 1. Parce qu’elle avait pris la place d’Alexa. Elle avait cette espèce de maturité qu’on gagne à prendre la place d’un dirigeant mort au combat. C’était un peu ça pour toi Alexa, elle était morte pour toi et tu n’avais pas l’impression de lui rendre justice. Tu y arriverais un jour, peut-être. Tu tenais toujours le verre d’eau tiède dans tes mains, plongeant ton regard dedans. Parce que tu avais du mal à ordonner tes pensées. Tu n’étais pas triste de ton sort, tu n’arriverais pas à vivre sans ton pouvoir, toute cette solitude… non, jamais. Juste que… c’était compliqué pour le moment. Il ne fallait pas trop t’en demandé et tu étais la première à ne pas t’en demander d’autre.

«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Dim 25 Oct - 17:03






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







Oui, elle est jeune. Oui, elle est nouvellement mutante, mais cela ne se fait pas qu'elle reste isolée dans sa chambre. J'aurais espéré qu'elle soit suivie, épaulée par un adulte qui l'aide a atténuer ses angoisses, ses troubles. Non, on dirait que son dossier est tombé entre deux chaises et qu'on l'est oublié. C'est une chose que je ne tolère pas. Je préfère prendre l'initiative, alors. Prendre les devants avec elle. Qu'on me critique, ensuite. Je n'aurais pas peur de me défendre. Question de principe.

Surtout une jeune femme qui ignore encore tout de sa mutation. Comment l'atténuer pour être capable de vivre, ne serait-ce qu'un peu. Apprécier le reste qui s'offre à elle.

J'étais déçue, sincèrement. Attristé aussi. Non, elle ne semble pas optimiste. Avoir demander ses goûts, ce qu'elle aime faire pour avoir un sentiment de doute sur son visage. Je me rendis compte qu'elle avait peu de distraction. Non, elle est au prise avec ses voix 24 heures sur 24. Aucune diversion, rien...

Je ne voulais pas m'asseoir à côté d'elle. Pas tout de suite. Je la sentais encore un peu distante et l'idée de la faire fuir était aucunement envisageable. Je voulais qu'elle reste afin de la connaître et vouloir l'aider.

" Oui, c'est bien de prendre ton temps. De...de te reconnaître, si je peux dire cela ainsi. Découvrir tes tolérances, les limites. Oui, parce qu'il va y en avoir, malheureusement. Surtout au début. Peu à peu, tu verras, tu seras capable de faire plus...."

Si personne ne l'a fait, je vais le faire. Je n'ai que quelques cours ici. Si je peux, je le ferais. Je prendrais le temps avec elle et lui donner des cours en privés. Dans le calme...

J'avais un avantage. Oui, moi je peux les atténuer les sons. Fuir une foule, mais...je peux les entendre pareille...

Je me tournais la tête regardant le mur du fond...

" C'est le cours de math à trois portes d'ici...Tu vois, ils sont rendu dans l'algèbre et laprof écrit au tableau...Très rapidement, probablement à cause que Bryan et Agathe qui ne l'écoutent pas. Ils parlent du party organisé la fin de semaine prochaine...Et....dehors, dans les jardins, c'est Scott qui engueule son ami....une histoire de fille...Oui, elle se nomme Christine..."

Je me retournais vers la demoiselle avec le sourire:

" Tu vois, j'entends...J'entend partout...Peu importe où je suis...Ça fout la trouille à bien de mes élèves en classe, mais je suis capable d'être conciliant. Je veux juste te dire que tu n'es pas seule dans ce calvaire...Oui, au départ, c'est un calvaire, mais tu vas voir. Tranquillement, en prenant des forces, acquérant des connaissances, tu vas pouvoir les contrôler...les atténuer. C'est pourtant toi, la patronne...Tu as le droit au respect. Oui, elles ont le droit de vivre, mais en leur faisant comprendre que tu as besoin de tranquillité, je suis sure qu'elles vont comprendre...et agir en douceur...Tant pour elles que pour toi...Je peux t'aider, si tu le veux bien...Tu ne resteras plus seule dans ta chambre..."

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Lun 2 Nov - 4:06

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Tu étais là, dans cette école trop grande pour toi, trop bondé pour toi. Tu allais surement t’y faire, un jour… juste que tu ne savais pas lequel. Pour le moment, tu tentais des excursions, un peu comme tu avais fait avec Liam pour sortir de ta chambre, pour aller manger. Tu n’étais toujours pas à l’aise dans une foule, tu perdais le peu de contrôle que tu avais et tu paniquais, mais là, c’était mieux. Parce que tu étais loin des gens, dans cette pièce silencieuse et que c’était mieux pour toi. Il t’avait demandé ce que tu faisais en dehors de tout ça, mais la réponse était simple. Tu ne faisais rien. Ce n’était pas bien compliqué, tu n’en n’étais pas encore à plus. Tu venais de lui dire et il ne semblait pas très ravi de ta réponse. Déjà, tu n’étais pas accro aux médicaments, c’était déjà ça non? Il était gentil avec toi. Il te rassurait, mentionnant que tu allais finir par te trouver un jour, que tu serais capable d’en faire plus et il avait surement raison, mais… c’était tellement difficile pour le moment.

-Surement, juste que pour le moment. Je sais pas. Je… les trois dernières années ont passé tellement vite que là, sans les antipsychotiques, je… j’ai du mal. Je veux juste apprendre à faire sans. Après je verrai.

Parce que les antipsychotiques c’était bien, mais quand on en avait besoin, ce qui n’était pas ton cas. Du coup, c’était complexe comme situation. Il n’y avait rien de plus à faire qu’attendre dans ton cas. Attendre et y aller doucement. Pourtant, il t’en expliquait un peu plus sur lui. T’expliquant qu’il était peut-être capable de s’isoler, mais qu’il entendait toujours un peu. Il rajoutait que même s’il entendait, il savait être conciliant. Il gérait et pas toi. Il tentait de te réconforter, disant qu’avec le temps, tu contrôlerais mieux. La question que toi tu avais c’était beaucoup plus basique. Est-ce que c’était possible de simplement contrôler ça? Tu n’en savais rien. Ce serait un peu comme… poser ton autorité, autorité que tu n’avais pas.

-Je… je veux bien tenter. Je sais pas comment, mais… pourquoi pas.

Parce qu’au final, tu ne savais pas comment fonctionnait les gens d’ici. Tu savais juste le peu que tu avais vu. Tu savais que le cuisinier se permettait des livraisons à domicile dans ton cas, qu’il était gentil. Tu savais que ta coloc était gentille avec toi et qu’en fait… les gens rencontrés étaient gentils. Tu n’en avais pas rencontré beaucoup, mais c’était déjà assez pour toi.

-Je… on… elles… tu… hm… comment?

Parce qu’elles émettaient des hypothèses, toutes à la fois et que tu avais du mal à suivre. Tu avais froncé les sourcils sans t’en rendre compte, fixant le sol, mais discutant avec toi-même. Rien n’était simple avec toi, jamais.

-Je… je suis désolé d’être jamais venue a ton cours.

Parce que tu lui avouais que tu y étais inscrite, même si tu pensais qu’il s’en doutait. Tu voulais juste qu’il comprenne que… toi et les cours, ce n’était pas l’amour fou, tout simplement.

«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Jeu 5 Nov - 2:38






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







C'est jamais facile. Même pour le don le plus innocent. Il faut quand même le contrôler, savoir comment s'en servir, éviter des débordements. On se retrouve des trucs. Ce n'est certainement pas les meilleurs, mais c'est la façon qu'on a découvert pour éviter le pire. Pour ma part, cela a été beaucoup de solitude et je crois que cela à déteint sur moi, ma personnalité.

Et je crains que pour la demoiselle en face de moi, ce soit la même chose, mais le mot "solitude" est relatif. En vérité, elle n'est jamais seule. Toujours ces espèces de conscience qui ont toujours leur opinion, leur conseil, leur théorie. Bref, elle n'est jamais tranquille, qu'elle le veuille ou non. Elle est plus forte que moi, c'est sûr. Sa tolérance et sa patience devaient être inébranlable. Je comprenais, désormais la raison de sa posture dans le corridor.

Pourtant, il ne fallait pas qu'elle abandonne. Qu'elle laisse ces voix prendre le dessus sur elle. S'imposer en temps que personne source, la leader.

Encore faut-il avoir le caractère pour le faire: tout découle de la confiance en soi...

Je voyais une demoiselle fragile et timide...

J'ai grimacé quand elle me parlait de médicament...Je connaissais. On m'en avait prescrit jeune croyant à des troubles sévères...On m'avait bourré de pilule, alors que je n'avais besoin que d'une présence pour me calmer...

Faisait-on la même chose avec elle ?

J'étais soulagé qu'elle tente de diminuer ces doses, mais je ne voulais pas que son état s'aggrave. Cela devait déjà être dur pour elle.

Je la voyais grimacer à son tour...Les voix...Elles osaient s'impliquer dans notre conversation. Simplement en voyant son visage, je sentais qu'elle avait du mal à prendre le dessus. Elle voulait les comprendre, mais semblaient parlé tous en même temps...

Je ne pouvais, malheureusement, rien faire...Simplement rester là, à m'assurer qu'elle aille bien...

" Mon cours...Ce n'est rien, voyons...Il y a des choses plus importante...Tu aurais dû mentionner ton stade de mutation...Que tu avais besoin de soutient...Si je ne t'avais pas vu dans le corridor, je n'aurais jamais songé....Et fait, j'avais l'intention de toquer à ta porte avec tes absences consécutives, mais...je comprend pourquoi, maintenant...et il n'y a aucun mal à cela..."

Je regardais mon bureau en tournant la tête:

" Tu veux...tu veux des analgésiques ? Est-ce que cela peut te faire un peu de bien ? Sinon, tu peux te laisser tranquille pour que tu te reposes un peu..."

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Dim 8 Nov - 5:29

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Tu n’aimais pas trop avoir l’impression de t’apitoyer sur ton sort. Ton pouvoir suçait la moitié du temps, mais... mais tu en avais un au moins. Tu avais un pouvoir, tu étais différente et ça… il fallait bien l’avouer, tu aimais ça. Tu avais donc droit à une lutte constante dans ta tête, le besoin d’arriver à penser et le besoin d’être plus que juste… toi. Finalement, il n’y avait rien de simple dans ton mode de raisonnement. Tu allais finir par t’habituer. Tu expliquais plus ou moins ton pouvoir à ce prof qui t’avait aidé. Il comprenait ton problème et ça te faisait du bien d’en parler. Tout le monde te disait que tu trouverais des professeurs aptes à t’aider, mais… tu en avais douté, fallait bien l’avouer. Tu t’étais finalement excusée de ne jamais t’être pointée à son cours. Il y avait plusieurs profs qui ne t’avaient jamais vu en fait, mais ça… c’était normal. Il rajoutait que ce n’était rien, que tu aurais dû mentionner ton stade de mutation… c’était quoi un stade de mutation? Genre… ou tu en étais ? Ton contrôle? Ce truc que tout le monde parlait tout le temps, mais que tu ne comprenais jamais comment on pouvait l’appliquer à toi? Il disait que tu avais besoin de soutient. Il avait peut-être raison, mais… tu n’avais pas envie de déranger qui que ce soit avec tes problèmes. Alors, tu préférais de loin fixer tes doigts, joué avec tes ongles, triturer tes manches. C’était bien pour ne pas regarder la personne qui te parlait en fait. Comme à chaque fois que tu faisais ça, tes cheveux descendaient en cascade pour faire un rempart entre toi et le monde. C’était bien comme ça. Il aurait fini par aller te voir à ta chambre à force d’être absentes, mais ça n’avait pas encore été le cas. Tu préférais cela en fait. Tu relevas les yeux quand il proposa des analgésiques. Demandant si ça pouvait te faire du bien. Il pouvait aussi te laisser tranquille et que tu te reposes, mais ça…

-Les analgésiques ne servent pas vraiment. Le repos va venir de lui-même quand les clones du Moyen-Orient vont se coucher. Elles… elles sont les plus bruyantes. Mais… merci quand même, c’est… c’est gentil.

Et tu lui offris un tout petit sourire timide. Il t’intimidait un peu, fallait bien l’avouer, mais ça… c’était un peu le cas avec tout le monde. Tu ne pouvais pas te sentir totalement à l’aise avec quelqu’un, pas du premier coup. C’était comme ça avec tout le monde. Isa avait surement été la plus facile à apprivoiser pour toi, mais ça… c’était parce qu’elle semblait aussi mal à l’aise que toi, du coup… tu ne te sentais pas bizarre. Elle était parfaite pour toi ta coloc, même si elle faisait un peu peur aux autres. Avec toi, elle était gentille. C’était bien.

-Pour mon… hm… stade de mutation? C’est compliqué je pense. Parce que… je… le contrôle bien mon pouvoir. Elles… on… je l’ai depuis longtemps aussi, mais… juste que. Je sais pas. Y a des effets secondaires… si on peut voir ça comme ça.

Comme ça, tu mettais les choses au clair non? Parce que ton pouvoir… tu l’avais depuis aussi loin que tu t’en souvenais. D’après tes clones, la plus jeune avait eu 8 ans à son apparition et aussi à son adoption. Du coup… tu étais une « vieille » mutante. Tu l’étais depuis près de 10 ans déjà et tu étais toujours autant brisée. En fait, avec les années, ton pouvoir t’avait brisé à petit feu, c’était ça ton problème maintenant.

-J’ai aussi un peu de soutient. Les cuisiniers me gardent à manger… pour m’éviter les foules et j’ai un psy ici aussi. Wiccan qu’il s’appelle. Il est gentil. Je… j’ai juste du mal… avec les cours. C’est pas que… je… veut pas apprendre, juste que… je sais pas. Je… je peux pas avoir tout en cours privée et… et même si moi je sais pas beaucoup de chose… les clones savent plein de chose, alors… les cours… ça les ennuis.

Ce n’était pas le truc le plus clair du monde, même pour toi, mais au moins… tu avais fait de ton mieux pour expliquer. C’était donc déjà ça de gagné.

«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Mar 17 Nov - 6:42






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







J'étais prêt à me lever et prendre des pilules dans mon bureau. Un des seuls comprimés que je prends régulièrement. Et encore, il faut que je le mélange avec un peu de scotch pour sentir un effet apaisant à mon mal de crâne. Je n'inculquerais pas cela à cette jeune femme. Je suis le seul utilisateur de ce truc débile.Aucun médecin accepterait cela...Je suis, d'ailleurs surpris que le Professeur ne m'en fasse pas part. Les jeunes sont une priorités et cela me convenait parfaitement ainsi.

J'arrivais pas à y croire. Le seul moyen semble être le repos, mais encore là, elle me dressait un horaire des heures possibles. Ces voix ne cessent jamais.

Non, elle n'a pas le contrôle sur son don. La demoiselle s'ajuste selon un horaire en vertu de ces voix, alors que cela devrait être le contraire. Que se sont ces voix qui s'ajustent au bon vouloir de la jeune femme. Tout cela découle de la présence, prestance et confiance...

C'est la base : la confiance...

Et j'insiste pour dire que ce mot ne semble pas approprier pour elle.

Son tremblement dans sa voix, ces geste rapides dû au stress, timidité...

Non, il faut changer cela et vite...

" Mais, toi...Toi, dans tout cela. Veux-tu apprendre des choses ? Répondre à tes questions. Malgré toutes ces voix, il faut que tu penses à toi aussi, non ? Je serais prêt à t'enseigner certaines choses. Tu as le droit à faire ce qui te plaît...Il suffit d'avoir confiance et de bien gérer ces capacités."

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Sam 28 Nov - 21:07

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Il était là et tu le regardais doucement. Il semblait persuadé que tu avais besoin de médicaments pour aller mieux et toi… toi tu n’aimais pas du tout les médicaments. Ce n’était pas contre lui, juste que… tu en avais trop prit, voilà. Tu lui avais donc dit que le repos était la seule option, mais tu t’en fichais, parce que ça ne t’empêchais de rien. Tu arrivais toujours à passer outre tes migraines et ça t’allais. Pour toi, les clones étaient là depuis toujours, alors tu ne te rendais pas compte que lorsque tu en parlais, les gens te regardaient parfois étrangement ou jugeaient ta situation. Pourtant, tu aurais aimé expliquer à tout le monde que ce n’était pas si mal. Il fallait juste s’habituer, se mettre d’accord, vivre en communauté. Ce n’était pas parfait, mais ce n’était pas l’horreur absolu non plus. Tu te passas une main dans les cheveux rapidement, relevant les yeux vers lui lorsqu’il te parla de nouveau. Il te demandait si tu voulais apprendre des choses, c’était assez difficile de dire non… à un prof, dans une école, mais… ce n’était pas le truc le plus simple, tout simplement.

-Mais on, elles… … je, je veux apprendre des choses, sauf qu’elles le savent déjà en fait. Genre je sais pas comment expliquer. C’est… c’est pas simple.

Ce n’était vraiment pas simple pour toi à expliquer. Alors, on allait tenter de lui montrer.

« Va vers le piano, on va lui faire un exemple. »
« Ok! Va pour l’exemple! »
-Attend, on va te montrer.

Et déjà, tu te levais tranquillement, tes cheveux en bataille tout autour de ton visage comme à ton habitude. Tu avais sorti tes mains de tes manches pour faire bouger doucement tes doigts tout en te rendant vers le grand piano dans la salle.

-Genre, j’ai jamais touché à un piano de ma vie, sauf ceux à quatre touches rouge qu’on a quand on est gamin. Sauf que bon, Elena, elle sait. Du coup…

Et sans plus d’explication tu t’étais assises sur la banquette devant le piano, ne sachant même pas comment te poser, tu avais donc simplement fermé les yeux pour ne pas te mêlé, ne pas contrevenir au mouvement d’Elena. Tu lui laissas donc le contrôle, tu rouvris les yeux, mais ton regard était vide et tes doigts se mirent à danser doucement sur les touches, les caresser. Tu ne savais pas ce que tu jouais, mais tu le faisais. Une voix dans ta tête t’expliqua brièvement que c’était moonlight sonata, que c’était connu. Tu n’aurais pas pu dire. Tu remarquas le changement de rythme de tes doigts, te doutant que tu changeais de chanson, Elena fit entendre du Chopin pour ensuite y aller avec du Bach. Sérieusement, toi, tu ne comprenais même pas ce que tu faisais, mais au bout de quelques minutes de plus, tu t’arrêtas doucement. Tu ne comprenais toujours pas la technique, tu le faisais sans partition, mais Elena en avait une, c’était donc… de la triche? Un peu. Tu te retournas vers lui, souriante tout de même.

-Tu comprends, je… je ne peux pas me séparer d’elles, elles sont là, mais… elles connaissaient déjà tellement de chose que du coup… j’ai rien à apprendre, mais si un jour elles disparaissent… je ne saurais rien. C’est… compliquée, mais je peux le faire aussi au… hm… guitare, violon, violoncelle, saxophone, clarinette, flute traversière et plein d’autres. Je sais pas trop.

Au moins, il savait maintenant. Tu lui avais expliqué un peu, montré du moins. Tu n’en savais rien. Tu espérais juste qu’il comprenne que tes clones étaient peut-être nocifs, mais qu’il n’y avait pas que des mauvais points.

«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Dim 29 Nov - 5:38






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







J'étais conscient qu'il y avait plusieurs mutants dans ce monde, lorsque j'ai découvert ma particularité. Je savais qu'il y avait différent genre de mutation, mais depuis que je travaille ici, je me rend compte que le type de mutation est infinie. J'ai rarement croisé eux personne ayant la même mutation. Nous sommes tous unique, certes, mais celle de Mademoiselle Mendel me surprenait au plus haut point.

Je n'étais pas malaisé. Je me sentais, comment dire, impuissant. Je ne savais pas comment me comporter pour être convenable pour elle, comme si le moindre mot pouvait être offensant pour elle.

Ce n'est pas rien. Cette demoiselle possède une multitude de réplique d'elle-même et celles-ci arrivent à communiquer avec elle...

C'est incroyable et, oui, effrayant.

Je voulais l'aide. Je le voulais vraiment, mais à chacune de mes propositions pour alléger sa condition, elle me répliquait comme quoi c'était inutile.

Même l'apprentissage, c'était inutile ?

Je plissais des sourcils ne saisissant pas trop ce que cela voulait dire. Elle est encore jeune et il y a tant de chose à voir, à comprendre...

Si je pouvais faire quelque chose de plus, je le ferais...

Je la laissais faire, la voyant se lever. J'ai osé faire un début de mouvement pour l'aider à se lever, mais elle ne semblait pas en mauvaise posture...

Je l'observais marcher vers le piano. Me montrer quelque chose ? M'expliquer sa situation...

La voir derrière cet immense piano; on dirait une petite poupée touchant à peine le sol de ses pieds...

-Genre, j’ai jamais touché à un piano de ma vie, sauf ceux à quatre touches rouge qu’on a quand on est gamin. Sauf que bon, Elena, elle sait. Du coup…

Elena ? Il y a donc une de ses clones qui se nomme Elena et qui doit avoir des connaissance en musique...Je prenais cela en note dans ma tête puisque j'allais sûrement entendre d'autres noms, d'autres caractéristiques de ces multiples demoiselles...

Je ne bougeais pas, appuyé sur le coin de mon bureau. Je l'observais attentivement. Oui, j'ai vu ce changement. Ce changement drastique sur son visage, comme s'il y a eu une passation de pouvoir...Quelqu'un d'autre était dans ce corps...

Elena...

Je l'écoutais. Je me surpris même a fermer les yeux voulant me concentrer sur la musique, les notes...

Je souriais reconnaissant les classiques. Ma tête valsait au rythme doux de Beethoven, Chopin et Bach. J'avais un profond respect pour ces musiciens qui ont complètement changer le visage de la musique...

C'était magnifique...Très jolie et presque sans défaut...

C'est Mademoiselle Mendel qui me ramenait à la réalité. J'ouvris les yeux quand elle reprit la parole...

" Et bien, sache qu'Elena joue magnifiquement bien...Remarquable....Tu lui diras..."

Je me redressais me croisant les bras un moment...Je réfléchissais.

" Ces demoiselles sont qualifiés dans divers domaines et c'est géniale d'avoir ces capacités à ta portée, mais c'est un peu dommage qu'elles ne te laissent pas apprendre aussi. Je comprend qu'elles veulent t'aider et te permettre d'être à ton meilleur, mais...si jamais, justement, elles disparaissent, tu te retrouves sans aucune ressources...Et ce serait fort dommage pour toi..."

Je me grattais la nuque continuant de réfléchir:

" Je dois t'avouer que ton cas est spéciale, car c'est la première fois que j'entend parler de ce genre de mutation et c'est toi, en ce moment, qui m'apprend des trucs...Alors..."

Je cherchais...voulant trouver une solution pour elle.

" Ces demoiselles, elles peuvent t'enseigner des choses ? Avec leur talent et leur capacité, elles pourraient te montrer bien des choses sans toujours tout te donner d'un coup ? Tu pourrais commencer comme cela et plus tard, quand tu te sentiras prête, tu pourrais venir dans une classe et ainsi échanger avec de nouvelles personnes ?"

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Mar 8 Déc - 3:55

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Tu n’étais pas habituée à tout ça. Parler aussi ouvertement de ce que tu étais, c’était bizarre. En fait, le plus bizarre, c’était surement le fait qu’on t’avait appris récemment ce que tu étais. On t’avait appris les points positifs de tout ça, mais sérieusement… il n’y en avait pas beaucoup. C’était compliqué à gérer pour le moment, mais en même temps… tu venais tout juste de récupérer tes facultés. Tu commençais tout juste à comprendre ce que tu étais et à l’assumer un minimum. Tu étais une mutante, une mutante pas très douée, mais une mutante tout de même. Tu continuais donc de tenter de lui expliquer, de montrer où tu en étais dans ta vie. Tu t’étais finalement levée, tu voulais lui montrer, expliquer et on allait t’aider. Tu ne remarquas pas vraiment le geste protecteur qu’il t’offrait, mais c’était bien qu’il le fasse. Tu tentais de t’expliquer. L’apprentissage pour toi, c’était… c’était compliqué, parce que tu savais déjà en fait. Toi tu ne savais pas, mais les autres oui, alors tu savais, mais sans savoir. Ces connaissances n’étaient pas dans ta tête à toi, ce n’était pas ton cerveau qui l’a possédait, mais tu y avais accès. Alors, une fois installée au piano, Elena c’était lancée, parce que oui, ce n’était pas toi qui le faisait, mais bien elle.

Tu t’étais laissé bercer par la musique que tu n’avais même pas l’impression de jouer. Tes doigts valsaient sur les touches, les caressant au passage. C’était bien, Elena était douée, comme tous tes clones d’après toi. Une fois que tu eus terminée, tu tournas ton regard vers lui, doucement, un peu timide par ta représentation spontanée, mais tu voulais vraiment expliquer. Il voulait que tu dises à Elena que c’était bien, remarquable même. Alors, tu mentionnas simplement à demi voix, replaçant une mèche de cheveux rebelle :

-Elles t’entendent.

Avec un demi-sourire. Il continuait de parler. C’est vrai qu’elles étaient douées dans plein de domaine, que c’était à ta portée, que tu pouvais en faire ce que tu voulais, il avait compris ça. Il trouvait ça dommage qu’on ne te laissait pas apprendre. Ce n’était pas tout à fait ça, tu pouvais apprendre si… bah… tu pouvais apprendre si elles ne connaissaient pas vraiment. Il croyait que tu te retrouverais sans rien, c’était peut-être vrai, mais… tu n’en étais pas certaine en fait. Il rajoutait que tu étais spéciale et il avait surement un peu raison. Il n’y avait que ton pouvoir pour être brisé à ce point. Il proposait aussi un truc sympa, qu’elles t’enseignent plutôt que de tout faire pour toi.

-Je… je sais pas si… quand j’ai… hm… absorbé Alexa ou que Megan, Sofia ou encore Sasha sont mortes… je… j’ai reçu leur souvenir d’un coup. Je… j’apprends en les… récupérant, si on veut. La théorie du moment, c’est que si je récupère tout le monde… mon cerveau va juste exploser… ou fondre en fait.

Non sérieusement, c’était véritablement votre hypothèse du moment. Parce que ce n’était absolument pas cool comme sensation de récupérer un clone. Pas un vrai. Les vides… ce n’était pas bien grave, ils étaient vides, mais… les vrais c’étaient pénibles.

-Je… on pourrait surement tenter d’apprendre, de me faire apprendre, doucement. Juste que… c’est difficile d’avoir plein de gens dans sa tête et ensuite de… d’être entouré de plein de gens. Je… j’y arrive pas bien. Juste… comprendre, écouter, suivre une personne dans la foule… c’est difficile. Comprendre, suivre la matière, je… c’est… on n’y arrive pas vraiment. Un jour surement. Les nouvelles personnes, elles font aussi peur un peu, parce que… je suis peut-être une mutante, mais… mon pouvoir il est brisé, alors… c’est pas simple. Je vais quand même essayer.

Ce n’était pas parce que tu parlais de tes appréhensions que tu ne voulais pas essayer. Non. Tu le voulais, le voulais vraiment, mais… comment dire… c’était compliquée. Tu ne voulais pas que quelqu’un s’étonne que tu n’y arrives pas du premier coup, tout simplement.


«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Dim 27 Déc - 4:04






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







J'étais fasciné. Totalement fasciné par cette rencontre. J'avais eu la chance de rencontrer bien des jeunes dans cette institut, mais le don que cette jeune femme possédait était complètement originale, unique. Je ne sais pas comment Dieu fait pour nous choisir des dons de ce genre, mais avec elle, il s'était surpassé. Il faut le dire, plusieurs jeunes ont le même don ou presque. Il peut avoir deux ou trois télépathes dans une classe, mais cela...

Des clones. Non, c'était une première. Une première pour moi. J'étais très attentif, me concentrant sur elle, exigeant mon don à ignorer les autres voix, bruits autour de moi.

Je voulais comprendre. Comprendre comme cela fonctionnait chez elle. Moi, j'entendais des centaines de voix, mais je peux les faire disparaître un certain temps...pas elle.

Se lever, le matin ? Est-ce elle qui décide de se lever ou ce sont ces voix qui lui demande de bouger ?

Quand elle mange, c'est elle qui a faim ou ce sont les autres ? Tous ces questions. Je ne voulais pas la bombarder avec ces propos, mais je songe tous à ces choses et je me dis que c'est complètement différent pour elle et pas nécessairement plaisant...

Je comprend son isolement. Je comprend ce besoin de calme.

Elles m'entendent ?!

Du coup, j'étais bouche béé. Je me replaçais la cravate comme si cet ajustement allait amélioré ma présence. Elles m'entendent, mais elles ne devaient pas me voir ?

Cela me gênait un peu du coup, comme si j'avais des intrus autour de moi, sans nécessairement les avoir invités. Décidément, il fallait vraiment être sur ses gardes ici.

Je gardais cette douceur dans ma voix. Je voulais qu'elle se sente en sécurité avec moi.

" Dans ce cas, on ira tranquillement. Je ne veux pas que tes douleurs empirent. Je ne faisais que proposer cela pour t'aider...Essayer de t'apporter un certain réconfort. Ces gens autour de toi ne sont pas nécessairement au courant de l'ampleur de ton don, mais je suis sûr que si tu leur expliques comme tu as fais avec moi, ils seront plus respectueux et se soucieront de confort. Il faut juste en parler."

Je n'ai pas pu m'empêcher de jeter un coup d'oeil autour de moi comme si on nous surveillait. Ces voix nous guettaient peut-être.

" On pourrait commencer juste nous deux et ensuite tu entreras dans des classes de quelques élèves...et on grossira le nombre au fil de ton confort..."

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Mer 30 Déc - 0:45

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Tu ne savais pas trop quoi faire, tu ne voulais pas qu’on te plaigne, mais tu voulais qu’on te comprenne. Ce n’était pas quelque chose de facile pour toi, loin de là même, mais c’était ton don et tu l’acceptais. Alors, tu tentais d’expliquer à ce professeur, parce que si tu prenais l’habitude d’expliquer bien, peut-être que l’idée de te faire accepter te ferait un peu moins peur. Parce que sincèrement, ça te faisait peur d’être une… une mutante. D’avoir une vraie raison d’entendre toutes ses voix, de ne pas juste te dire que tu étais folle, parce que c’était clairement ce que tu avais été trop longtemps… une folle. Tu ne pus que sourire lorsqu’il réagit à ta remarque. Oui, elles l’entendaient, tout le monde entendait la vie de Madison et si elle s’y concentrait un peu, elle la voyait aussi, la ressentait, c’était comme ça. Il t’offrait d’y aller tranquillement, voir au fur et à mesure et si tu ne t’en sentais pas capable, vous arrêteriez. Peut-être même commencer seule et ensuite te joindre à de petit groupe, puis une classe et ainsi de suite.

-Je… je vais essayer. On… on n’est pas habitué à tout ça. Je… c’est la première fois que… qu’on… qu’on prend en compte qu’elles sont réelles en fait. Avant, les médecins croyaient qu’elles étaient seulement dans ma tête, du coup… j’ai jamais… apprit à gérer.

Il ne semblait plus autant à l’aise pourtant, mais tu n’avais rien fait pour ça, du moins, tu n’en avais pas l’impression. Tu penchas légèrement la tête, l’observant, laissant tes clones commentés chaque parcelle de votre conversation et le résultat était simple, elles l’aimaient bien.

-Je… je veux bien. Je, on, elles… je sais pas comment… ne pas hm… partager l’information qu’on a. Je vais surement devoir commencer par-là. Pour… apprendre toute seule. Tout ça.

Parce que tu savais que quand tu demandais aux autres de le faire pour toi, c’était de la triche. Sauf que tu ne savais pas comment faire autrement. Si tu avais bien comprit, il y avait deux types de mutants brisés, ceux qui voudraient que ça fonctionnent bien et tout le temps, ceux qui demandait et que leur pouvoir ne fonctionnait pas et les autres, ceux que leur pouvoirs étaient invasifs, ceux qui ne pouvaient l’ignorer. Tu faisais partie de la seconde catégorie. Tu ne savais pas comment ne pas te servir de ton pouvoir, il faisait beaucoup trop partie de toi. Tu plongeas ensuite ton regard dans le sien, tout sourire en disant simplement :

-Tu penses que je peux apprendre la batterie? Je pense que personne n’en joue de ça et j’aime bien faire beaucoup de bruit.

Le tout, avec ton regard pétillant et ton sourire de gamine toujours heureuse de la tournure des événements. L’idée de faire beaucoup de bruits t’enchantaient déjà, surtout que tu les entendais déjà râler. Tu n’y pouvais rien, tu adorais les embêter un peu! C’était ton petit plaisir coupable, rien de moins.


«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Jeu 14 Jan - 5:24






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







Je me rapprochais d'elle. Oui, cela pouvait paraître effrayant au début, mais je n'avais pas peur d'elle. Pas du tout. D'une certaine manière je pouvais comprendre un soupçons de ses ennuis quotidien. Pas totalement, mais assez pour comprendre les difficultés que son don peut engendrer. Je ne voulais pas qu'elle me voit comme craintif ou apeuré. Je savais tellement ce que cela fait de voir des regards de frayeur sur soi.

Non, je lui souriais. Je la regardais avec réconfort et soutient. Effacer les doutes, la peur et la crainte. Ici, dans ma classe, avec moi, elle allait être bien, en sécurité.

Et entendre cela, qu'on la mal juger par des gens qui sont censés être ouvert d'esprit. Je ne pouvais pas m'empêcher de hocher la tête...

C'est encore difficile pour les médecins, les hommes de sciences que nous existons, que nos dons sont réelles...

" T'en fais pas...On m'a traité de fou et ...bien d'autres idioties de ce genre, car on ne comprenait pas ce que j'avais. C'est ce qui arrive quand les gens n'arrivent pas expliquer l'inexplicable...On a peur, alors, on fuit, on juge..., mais j'y suis arriver à maîtriser mon don avec de l'aide. Tu vas être bien, ici. Un pas à la fois, mais tu y arriveras..."

Tous les mauvais souvenirs d'enfance qui refont surface voyant le calvaire que j'avais traversé. C'est encore plus tabou le monde de la mutation, mais je crois, que les gens sont encore plus méchant, aujourd'hui....

C'est pourquoi je me suis concentré sur ma passion de la musique. Une façon de s'évader que je voulais bien montrer à cette demoiselle..., mais jamais j'aurais cru qu'elle voulait aller si loin.

La batterie ?!

J'étais fort surpris alors qu'elle voulait s'éloigner du moindre son, elle voulait jouer un instrument de percussion.

Je regardais ma batterie au fond de la salle suite a ce doux regard illuminé qu'elle venait de me faire.

" La batterie ? Wow ! Tu...tu me surprends, mais bien sûr ! Oui, bien sûr que oui, tu peux ! C'est un instrument idéal pour se défouler..."

Je me levais d'un coup pour me rendre à la batterie en question. Je m'assoies et sans plus attendre, je pris les bâtons pour faire un petit solo de quelques secondes. Je souhaitais aussi lui montrer l'étendue possible de cet instrument, mais surtout l'ampleur de sa sonorité. Je ne voulais pas qu'elle se fasse du mal en tentant de s'aider.

" Tout est une question de pulsion...de rythme...Tu veux essayer ? " dis-je une fois après avoir frapper la cymbale.

Je me levais aussitôt laissant de l'espace pour permettre à la demoiselle de prendre place.

Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Lun 18 Jan - 3:17

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Tu le trouvais gentils, tes clones pouvaient dire ce qu’elles voulaient. Toi, tu l’aimais bien. Il avait cette espèce de calme qui semblait à tout épreuve, comme un marbre et toi, petite chose fragile, tu faisais peine à voir à côté de lui, mais ça ne te dérangeait pas. Tu savais que tout le monde avait ses forces et ses faiblesses. Ta fragilité rentrait dans les deux catégories, car malgré tout, tu gardais un altruisme et une humanité à toute épreuve. Tu avais toujours cette naïveté enfantine dans ton œil, même s’il était parfois triste. Il était gentil avec toi et tu cherchais maintenant à engager un peu plus la conversation, tu n’étais plus aussi craintive, tu avais confiance en cet Institut. Tu lui avais parlé du mauvais diagnostique qu’on t’avait fait, on t’avait drogué, enfermé, on n’avait pas écouté tes cris, tes explications, on t’avait rejeté, éloigné, tes parents t’avaient laissé à ses gens pour oublier que tu étais brisé, pourtant, tu ne leur en voulais pas. Tu n’en voulais à personne, mais tu étais reconnaissante à Alexa, un peu plus chaque jour.

-J’espère.

Ta seule réponse. Une réponse tellement vraie. Tu ne pouvais pas jurer que ton pouvoir se contrôlait, qu’il pouvait changer, mais tu l’espérais et si c’était le cas… tu avais toutes les chances du monde de l’apprendre ici. Ensuite, le sujet vint sur la musique. Tu tentais de lui expliquer pour le savoir, les clones, ton apprentissage. Tu connaissais déjà tellement de chose, alors quand on t’avait demandé de choisir un instrument, tu savais celui que tu voulais. Tu lui avais demandé avec le ton d’une gamine qui mesure à peine l’ampleur de sa demande au Père Noël, des brillants pleins les yeux presque. Tu avais envie d’apprendre la batterie. C’était ce que tu voulais. Lui, il était surprit et tu ne pouvais que sourire de plus belle. Tu aimais surprendre les gens, c’était drôle. Tu avais simplement hoché vigoureusement la tête pour dire que oui. Tes mèches frivoles n’aidaient en rien à te donner l’air mature par contre. Déjà, il se levait pour s’approcher de l’instrument. Un instrument qui deviendrait vite ton ami, tu en étais certaine. Tu t’approchas aussi pour voir ses gestes, comprendre comment tout cela fonctionnait. Il jouait et tu ne pouvais que sourire, il était doué. Tu aimais la musique, tu aimais aussi la sienne. Il s’arrêta rapidement et tu en étais presque déçu, sauf qu’il te proposait de te laisser jouer. Toi? Déjà? D’accord! Tu le voulais bien.

-Oui je veux bien.

Et tu ne pouvais que sourire. Sourire de plus belle, parce que tu avais cette excitation d’une gamine face à un nouveau jouet. Tu t’installais à l’endroit où il avait été, prenant les baguettes en main. Le bois était doux, tu aimais bien. Tu attaquas d’abord la cymbale, parce que c’était le plus marrant et surement le plus facile. Tu adorais le bruit que ça faisait et tu ne plus que sourire quand les premiers signes de désaccord fusèrent :

« Pitié Madison, non. »
« Y a plein d’autre truc à faire que faire du bruit… »
« Est-ce que vous vous taisez quand je demande? Non? Bah voilà, faut assumer maintenant hein. »

Et surement sans que Dwayne ne comprenne pourquoi, tu étais fière. Tu étais fière de te croire capable de tenir tête à ton don. Tu tapas joyeusement sur les caisses, comme une gamine qui touche à tous les boutons simplement pour le plaisir d’y toucher. Tu vivais ta vie toujours avec cette joie enfantine que tu éprouvais avant tout ça, avant ta mutation. Tu n’avais pas de rythme défini, pas de style, juste une plaisir coupable que tu chérissais doucement.

-Elles détestent ça… J’adore ça moi!

Tu le disais avec un sourire innocent, mais amusé. Tu avais vécu tellement longtemps au détriment de tes clones, que même si tu les aimais profondément, tu voulais tout de même sortir ton épingle du jeu. Tu voulais pouvoir dire que toi aussi, tu avais vécu et si pour ça, tu devais leur casser les oreilles pendant des heures, tu ne te gênerais pas. Parce qu’elles te les cassaient à toi, les oreilles et ce, tout le temps. Alors maintenant, tu t’en permettais un peu plus. Peut-être qu’Holden t’influençait un peu à ce fâcher contre tes clones, tu n’en savais rien, mais au moins, tu t’amusais maintenant.

-Tu me montres encore dit?

C’était une question, mais tu avais les yeux pleins d’étoiles, toujours, espérant qu’il dise oui. Tu voulais en apprendre plus, encore plus. Quand on passait l’étape de ta bizarrerie, on apprenait rapidement que tu étais une personne curieuse de nature et Dwayne en faisait maintenant les frais. Il te le dirait si tu le gênais… surement. Tu n’en n’étais pas certaine par contre, mais bon. En ce moment, tu arrivais assez à te concentrer sur lui pour tenir loin les voix des autres. À moins que ce ne soit elles qui se tenaient loin de peur de se faire casser les oreilles, au moins… le résultat était là!


«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Dim 14 Fév - 0:13






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







Surpris ? Tout à fait.

Il y a quelques instants à peine, cette petite demoiselle était accroupie dans le couloirs effrayé par l'abondance de gens qui y circulaient. Il a fallu que je l'isole pour qu'elle parvienne a retrouver un calme intérieur. Enfin, un calme approprié pour elle.

Et maintenant, elle était prête à jouer de la batterie !? Un instrument reconnue par sa ténacité et sa sonorité infernale. C'était mon instrument préféré pour évacuer toute cette noirceur en moi lors de mes moments d'amertume, alors je connaissais les capacités de cet engin.

Oui, je craignais un peu pour elle. Je ne voulais pas qu'elle aille trop vite dans son vouloir de combattre ses démons. Je suis content qu'elle essaie, certes, mais il ne fallait pas qu'elle s'engouffre encore plus profondément dans son tourment si elle échoue.

Je reculais tranquillement la laissant prendre place derrière ma batterie. Je restais tout près par contre. Au moindre doute, je serais prêt à intervenir.

La cymbale...Tout comme moi, elle joue la cymbale en premier. Je l'adorais. Elle était tout petite, mais elle provoque quand même un beau son.

Son expression valait des millions. Ce grand sourire sur ses lèvres. Elle était contagieuse. Je me revoyais en train de jouer de cet instrument pour la première fois...C'était avec mon père...

-Elles détestent ça… J’adore ça moi!

J'ai ris. Tout bonnement, comme cela. C'était spontané. C'était ma façon de l'encourager, de lui démontrer que cela pouvait être facile de surmonter un obstacle quand on le désir vraiment...

Je la laissais jouer. Non, je n'étais pas professeur à ce moment là. Non, je n'étais pas là pour critiquer la qualité de sa performance. J'étais plutôt comme un grand-frère. Un appuie, une présence qui ne fait que la supporter.

Tu me montres encore dit?

Un petit sourire en coin. Je me permis de retirer mon veston afin d'être plus confortable. Je retroussais mes manches sans me rendre compte que je dévoile la blancheur de mes bras. Ce n'est qu'en voyant mon teint clair versus le brun des baguettes qu'elle me tendait que je me sentie mal, quelques secondes. Je la regardais craignant une réaction de sa part. Ne voulant pas rester sur cette tension, je m'attaquais aussitôt prenant les baguettes. Je m'assoyais derrière l'instrument faisant tourner les baguettes contre mes doigts.

" Tu vois, tu es une question de synchronisme et de pulsion...Selon ce que tu désirs provoquer..."

Je commençais doucement...puis, tranquillement, le sourire sur mes lèvres, je me déchaînais jouant de la tête, grimaçant le visage. J'accélérais tout en gardant le rythme.

Les cymbales criaient à tout rompre alors que je concluais ma démonstration. Je terminais en me rassoyant sur la petite chaise ramenant les baguettes dans une de mes mains, légèrement essoufflé...

Je la regardais avec un sourire...

" Je t'apprendrais...Tout s'apprend...À moins que...maintenant, tu...vous avez tout saisie..."
Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Dim 6 Mar - 16:55

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Tu adorais sortir des sentiers battus et en prime, si ça pouvait embêter tes clones, c’était encore plus marrant. Tu n’arrivais plus à suivre lorsqu’il y avait trop de voix autour de toi, le bruit ça allait la plupart du temps. C’était vraiment lorsque tout le monde dans ta tête commentaient en même temps que là, ça devenaient n’importe quoi. Du coup, tu adorais ça. Surtout quand tu prouvais aux autres qu’en fait, c’était toi qui avais le contrôle. Ce n’était pas toujours évident pour tout le monde de le remarquer, mais ouais, c’était toi le leader. Juste que tu étais nulle dans ton job et que les autres en profitaient pas mal. Un jour, peut-être, tu assumerais ton leadership, mais pour le moment, tu allais simplement tenter de gérer les voix. Déjà, tu n’étais pas schizophrène, tu n’étais pas immuniser au effet des médicaments qu’on te donnait, c’était juste pas le bon diagnostic. Non, tu n’étais pas bonne à jeter, c’était déjà ça à se mettre en tête.

Alors ouais, tu jouais de la batterie et tu avais ce regard un peu enfantin que tu ne pouvais pas cacher. Cette espèce d’enfance perdue que tu retrouvais, un peu, de cette façon. Tu t’amusais, tu t’éclatais même et pour toi c’était beau. Vu de l’extérieur, c’était peut-être ridicule, une jeune adulte qui ne se comportait pas comme telle, mais tu étais mignonne à ta façon. Tu adorais chaque vibration de l’instrument dans tes baguettes, tu comprenais le sens du rythme, tu arrivais à aller chercher l’information désiré chez les autres clones. Tu n’avais pas remarqué l’expression de l’homme, d’abord sa crainte, puis son plaisir de te voir y prendre plaisir. Tu l’avais entendu rire au loin, mais tellement loin des voix que tu n’étais pas certaine de savoir si c’était l’une d’elle. Tu en voulais encore, c’était tout ce que tu en savais. Tu voulais encore tuer les voix, remplir ta tête de son et non de voix.

Il avait retiré sa veste, tu lui souriais pleinement, attendant sagement la suite. Tu lui tendis les baguettes, s’il fallait que tu remarques quelque chose, ce ne fut pas le cas. Tu n’étais pas assez dans le moment présent pour y arriver. Il y avait toujours ce petit filtre lointain devant tes yeux. Tu pouvais voir Londres, il pleuvait. Tu sentais l’odeur d’un pain frais, quelque part en Belgique, tu ressentais la chaleur de l’Équateur contre ta peau, contre une peau qui n’était pas la tienne. Toutes ses sensations impossibles de chasser, d’oublier. Non, tu n’étais pas tout à fait dans cette réalité, mais quand tu tapais sur la batterie, tu arrivais un peu à te concentrer, un peu. Tu lui laissas donc la place à la batterie. Tu l’écoutais t’enseigner. Il était doué. Tu ne t’imaginais pas avec des élèves dans cette classe, mais comme ça, en l’ayant pour toi seule, ça allait bien. Tu observais chacun de ses mouvements et quelques clones faisaient comme toi. C’était le but du jeu. Ce concentrer, apprendre, retenir l’information de façon individuelle pour tout te rendre en un morceau à la fin. Elles comblaient tes manques et tes vides. Tu ne savais pas comment ça fonctionnait, tu ne pouvais pas savoir non plus, tu n’avais jamais été seule. Il termina finalement.

-Je… non elles… en fait on a retenu le morceau, les gestes, mais… je ne comprends pas trop la théorie. J’ai, on a prit le temps de lire les bases sur internet au moins…

Genre, tu étais une excellente élève, juste que de réfléchir par toi-même était presqu’impossible vu que tu n’étais pas faite comme ça. Tu n’étais même pas certaine si c’était vu comme te la triche ou pas, alors tu t’étais mise à regarder tes pieds, te cachant un peu derrière tes cheveux pour arriver à un résultat pas mal niveau cachette.

-Je… je sais pas comment les éteindre, je pense pas pouvoir.

Genre, tu ne pouvais pas comprendre comment t’éteindre, comment les faire taire. C’était… impossible. C’était comme chercher à éteindre l’Internet de tout le monde en même temps… genre, c’était impossible… non?

«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: "Titre."   Jeu 7 Avr - 4:16






"Titre."





Topic avec Madison
The motion of her tiny hands, and the quiver of her bones below, are the signs of a girl alone, and tell you everything you need to know.







Surpris ? Tout à fait.

Voilà ce que j'aime... Ce moment d'euphorie, d'extase, quand on ne touche plus au sol. Il n'y a que moi et le son. Ce bourdonnement qui me frappe les oreilles, la force qui pousse mes muscles à provoquer ces sons, ce tintamarre. Un tintamarre dont je suis le seul responsable: le chef d'orchestre. Le temps ne compte plus. Je m'isole oubliant tout durant ces quelques instants. Je m'approprie ce temps le rendant totalement bienfaisant pour moi. J'agis en égoïste pour mon propre plaisir.

Cependant, dans la pièce, je ne suis pas seul. J'ai une élève. Une élève qui me regarde. Je pourrais avoir une gène, un moment d'hésitation à me dévoiler autant sur un instrument, mais c'était aucunement le cas.

La raison est fort simple: je voulais justement lui montrer qu'il ne fallait pas avoir peur. Laisser l'anxiété de côté pour faire place à la passion et au plaisir. Qu'on a le doit de prendre du temps pour soi et se consacrer à quelque chose hors de l'ordinaire. Même si nous avons une plus grosse charge de responsabilité avec nos dons, on peut s'accorder un peu de relâchement et s'éclater.

Et on fini toujours avec le sourire...

Un grand sourire sur mon visage...Un effet chimique dans mon corps me rendant complètement apaisé et calme, comme si je venais de courir un marathon.

Je fixais ma nouvelle élève:

" Internet ?! On ne peut pas apprendre un instrument par internet...." dis-je spontanément...

Puis après un moment, je devais l'avouer...Je venais de la vieille école, les vielles pensées.

" Bien sûr, il y a des exceptions..., mais...mais l'essence même de l'apprentissage d'un instrument vient en prenant contact avec l'instrument et la connaître...Ce..ce n'est pas un écran qui va te permettre cela..."

Oui des clones...

Je ne suis pas un scientifique. Encore moins un médecin. Je ne pouvais pas répondre à sa question sur la façon "d'éteindre" ces voix...

" Tu comme un instrument...tu...tu vas devoir prendre contact avec elles et apprendre à les connaître pour les maîtriser. Cela va prendre du temps, de la patience et de la dévotion..."

Facile à dire...Certes, j'en conviens...Je commence à peine à gérer les miens.
Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammacrazy foxes
- Madison Mendel -
duco corporis

Hm, célibataire, définitivement
duplicata ( clônage)
Élève
16/09/2015
Sky Ferreira
sign: ROYALS.
95

MessageSujet: Re: "Titre."   Sam 14 Mai - 16:51

"Titre." (Remerciez Oz pour le titre :D )


 
feat : Dwayne & Mdison

Tu n’avais rien fait de surprenant, quelque part, il fallait bien un point positif à tout ça. Un tout petit, même si bon, tu en doutais souvent. Il jouait bien, tu l’écoutais et même si certaines s’époumonaient pour faire taire le bruit, tu te concentrais totalement sur la musique, cherchant à les faire taire. Tu n’en avais rien à faire, tu gagnerais cette guerre, tu te devais de la gagner. Il avait l’air tellement heureux de jouer que toi, tu n’avais rien de mieux à faire que de l’écouter totalement et d’être heureuse pour lui. Vous passiez un bon moment non? Du moins, toi tu en passais un, c’était agréable. Tu aimais la musique, le bruit, pouvoir te concentrer dessus. Tu aimais t’éloigner un peu plus des autres, glisser quelque chose entre elles et toi. Tu avais vaguement fait tes recherches, on te balançait les notions de bases, on cherchait sur le net pour toi, tu t’intéressais à la batterie, alors tu allais connaitre la batterie, pourtant le professeur disait qu’on ne pouvait pas apprendre comme ça. Et pourquoi pas? C’était comme dire qu’on ne pouvait pas apprendre en autodidacte.

-Mais, hm, les notes, les sons, les cours de base sur youtube, le nom des choses, tout ça… ça s’apprend via média, non? Je… désolé.

Et tu regardas finalement le sol. Tu avais l’impression d’avoir fait une bourde et tu n’aimais pas ça. tu n’aimais jamais ce genre de sentiment en fait. Tu ne savais pas non plus comment éteindre tes voix. Ce n’était pas parce que tu n’avais pas tenté, mais elles t’aidaient. Tu ne pouvais tout simplement pas faire autrement. Il disait que tu devrais apprendre à les gérer en sommes, mais tu n’y étais jamais arrivé, alors y arriver maintenant… tu en doutais. Tu ne comprenais même pas ce qu’il voulait dire par « dévotions » alors tu avais redressé ton regard, regard interrogatif.

-Je… j’essayerai.

Comme toute finalité à cela. Parce que tu n’arrivais pas à saisir Tu étais déjà du genre patiente, parce que bon, c’était ton seul choix, ça et mourir en sommes. Parce que si tu n’attendais pas que ça passe… tu prenais des médocs qui ne servaient à rien ou tu allais finir par exploser. Est-ce que c’était une finalité possible? Ton cerveau qui surchauffe et que tu en meurs? Peut-être, tu n’en étais pas certaine. Tu ne voulais pas vraiment le savoir en fait et tes clones non plus. Parce que savoir, c’était tester si tu testais, ça impliquait que peut-être tout le monde meurt. Bref, absolument rien de joyeux, on s’entend.

-Je, hm… merci pour le cours?

Parce qu’après tout ça, tu ne savais pas si c’était fini ou pas. Tu ne savais pas s’il avait encore à te montrer ou s’il aurait mieux à faire. Parce que sincèrement, il était prof et toi, tu lui étais tombée dessus comme un cheveu sur la soupe. Le pauvre quand même.
«italique » = pensé
-gras=parlé

fiche by mad shout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: "Titre."   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Titre."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: XAVIER'S SCHOOL :: Le rez-de-chaussée-