.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurclasse deltaspicy squirrels
- William Wallace -
duco corporis

Xavier's ears and eyes
Bouclier permanent : qu'il soit physique ou mental, rien ne peut l'atteindre, sauf s'il baisse volontairement sa garde, ce qui arrive rarement...
Cuisinier de l'institut
05/06/2015
Channing Tatum
Lion-lame et autres
624

MessageSujet: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Jeu 24 Sep - 19:35



To shield or not to shield


Graham, Liam et Wade.

Le moment était venu. Liam ne faisait pas le fier. C'est d'un pas lourd qu'il marchait jusqu'à la clairière repérée quelques jours plus tôt par Graham, qui leur servirait de terrain d'entraînement. Dix jours avaient passés depuis la conversation entre le lion et le cuisinier, dix jours pendant lesquels ils n'avaient pas beaucoup discuté.
Liam se reprochait encore son audace qui avait mis mal à l'aise son ami et les avait fait se quitter avec une tension perceptible. Pour faire amende honorable, le cuisinier avait préparé, plusieurs jours durant, des plats qui plairaient au lion et les avait laissé dans la cuisine. Ils avaient été dévorés, mais il était impossible au cuistot de savoir par qui.
Alors il avait poussé le vice jusqu'à préparer des burgers, viande bleue, pour plaire à son ami, et il les avait assorti d'un pack de bières, celles qu'il avait l'habitude de boire. Il avait déposé le tout directement devant la chambre du lion, avait frappé, puis s'était éclipsé, ne voulant pas s'imposer.
Il se sentait infiniment stupide et la résine qu'il arborait au poignet gauche n'allait pas pour arranger les choses. Suite à son altercation avec Eion, le cuisinier s'était fracturée la main et il ne pouvait plus exercer ses talents. Forcé à ne plus travailler, le brun n'avait pas pu refuser le rendez-vous fixé par Graham auquel il avait convié son frère.
Mais, plus il s'éloignait de l'écrin sécurisant de l'institut, plus le mutant se sentait mal et nerveux. Il n'était pas du tout certain de parvenir à quoi que ce soit. Pourtant, c'était le moment ou jamais. La pression imposée par Eion avait fait bougé pas mal de choses chez le cuisinier et, surtout, il lui avait fait comprendre que son pouvoir était entièrement lié à son mental, et pas l'inverse, comme il l'avait cru jusqu'à présent.
Liam s'était toujours dit que c'était son bouclier qui avait façonné sa personnalité, et pas le contraire. C'était un moyen bien pratique de se dédouaner et de mettre sur le dos de son pouvoir son attitude un brin autistique. Sa récente découverte changeait la donne et lui permettait d'envisager les choses sous un jour nouveau.
Lui qui avait toujours eu tellement peur de la douleur, il en avait fait l'expérience, par cette fracture, par la bosse sur son nez, résultat d'un coup de poing en pleine figure administré par l'irlandais. Et, vous savez quoi ? Bah, certes, il avait eu mal. Mais il avait survécu. Il n'avait donc pas besoin d'une protection absolue et constante, il pouvait aussi s'en défaire pour, peut-être, mieux protéger autrui.
Cette perspective lui donnait un mince espoir mais ce dernier était étouffé par un stress intense et multiple.
Liam s'en voulait d'avoir vexé Graham et il se demandait si son ami lui pardonnerait jamais son audace. Il était également gêné d'impliquer Wade, qui n'avait rien demandé et qui ne lui devait rien. Il sentait également peser sur eux la vigilance curieuse du directeur qui, il en était certain, les suivrait de loin pour s'assurer que tout se passait au mieux. Et puis il y avait le doute, celui de ne pas réussir. De ne pas en être capable.
La peur aussi, et le remord de faire souffrir Graham, lui qui avait déjà tellement souffert. La culpabilité, enfin, celle de n'y être pas parvenu seul, de n'avoir pas la maîtrise pleine et entière de ses capacités à l'inverse de nombres de ses comparses, dont certains avaient des pouvoirs bien plus puissants à gérer pourtant.
Bref, Liam était en ébullition et, si son visage n'affichait aucune émotion, ce n'était pas faute d'en éprouver. Il y avait cela aussi, qui le gênait et le rendait honteux : le fait qu'avec Wade, il n'y aurait aucune tricherie possible. Pas de faux-semblants. Pas d'apparences. S'il l'acceptait sous son bouclier, il saurait tout de lui.
C'était son lot commun, certes, mais tout de même. Cela représentait la chose la plus intime que Liam éprouvait. Montrer son corps était plus simple que de mettre à nu son âme. Pourtant, il faudrait certainement en passer par là.
Liam espérait simplement que tout ne se passerait pas aussi mal qu'il l'envisageait et qu'il parviendrait, rapidement, à sauver Graham. Pour leur bien à tous.
Il était le premier sur place mais il ne parvint pas à se décider à s'asseoir pour attendre. Il se mit donc à parcourir l'espace d'un pas vif et nerveux tout en guettant la forêt environnante pour scruter l'arrivée de ses compagnons. Ils ne tarderaient plus.
© code by Lou' sur Epicode



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mer 30 Sep - 14:44

To shield or not to shield .

graham & liam & wade
Help me I've fallen on the inside I tried to change the game I tried to infiltrate But now I'm losing men in cloaks Always seem to run the show Save me from the ghosts and shadows Before they eat my soul Mercy, mercy Show me mercy From the powers that be Show me mercy Can someone rescue me
Tu avais accepter l'invitation sans ronchonner, sans chercher vraiment à comprendre ce qui poussait le duo à tenter cette expérience qui certes, pouvait être couronnée de succès, mais qui était tout aussi démente, dite comme ça : on te demandait de tirer sur ton frère.
Les mains dans les poches de ta veste tu avances, Graham sûrement pas très loin devant, William tu ne savais pas trop où. Une chose était certaine, il devait vous retrouver là-bas, à un horaire précis. Une chance pour vous que Graham explore assez la forêt pour avoir trouver ce coin tranquille. TU te disais que ça devait peut-être lui paraître étrange, de vagabonder dans le coin sous sa forme humaine, parce que tu le supposais, ça devait arriver moins souvent qu'en gros félin mangeur de chaire fraîche craint de tous. Peut-être sauf toi, trop habitué. Vous aviez du faire un tour dans les salles les moins accessible d'accès de l'institut, celles entreposant du matériel dangereux, fait pour vous défendre si vous n'aviez pas le choix. Cela expliquait peut-être que vous n'étiez pas les premiers à suivre ce chemin.
La violence n'était pas le maître d'ordre ici, loin de là. Vous prôniez l'entente mutante et humaine, la paix, l'intégration de tous à l'intérieur de ce lieu. Tout le monde espérait que ces salles restent fermées le plus longtemps possible, que jamais, vous n'ayez à vous défendre lourdement. Que jamais les tensions n'éclatent en une guerre où vous n'auriez plus le choix. Pourtant dans l'une de tes poche, le métal froid trappe contre tes phalanges à chaque pas que tu fais.Tu l'avais mise ici pour la cacher aux yeux des gens qui éventuellement croiseraient votre chemin, histoire de n'affoler personne le temps de rejoindre votre lieu de rendez-vous, loin des élèves.

Avant de venir ici, tu n'avais tenu une arme entre tes doigts que très rarement, durant l'enfance en fait. Votre père vous avait apprit à tirer, plus jeunes à toi comme à Graham, puisqu'en temps que bon américain conservateur, il aimait ce genre de choses. Ce n'était qu'une infime partie des choses qu'il a tenté de vous inculquer, avec plus ou moins de succès sur l'un ou sur l'autre. Les armes, ça ne t'as jamais attiré et la religion, tu l'avais abandonnée le jour où tu t'es rendu compte que tu avais été abandonné par celui en qui on t'a demandé de croire toute ton enfance. Ces bêtises là elles étaient bonnes pour ceux qui avaient de l'espoir. Ce n'était pas ton cas, mais tu respectais encore la volonté des autres à croire en ses idioties, ils avaient besoin de se rassurer avec ça. De croire que quelques choses de plus puissant qu'eux arrivait encore à remettre de l'ordre dans ce monde...Mais les miracles, c'était une escroquerie et la balance bien contre mal était du pure hasard.Il n'y avait personne pour veiller sur vous, sinon vous n'en seriez jamais arrivé là.


En quelques semaines tu t'étais retrouvé plusieurs fois l'arme à la main, une vie au bout du canon. Tu as tiré, blessé, peut-être même tué.. Tu n'en savais pas grand chose et ne préférait pas trop y penser à vrai dire, pas par peur, ni remord. Mais cela ne faisait que prouver à quel point tu ignorais la différence entre le bien et le mal, neutre, à l'idée d'avoir terminé une vie de bien ou d'horreur -plutôt d'horreur, puisque vous aviez délivré des mutants exploités et torturés par ces mêmes personnes. Qui avait eu la merveilleuse idée de croire que te confier une arme n'était pas dangereux ? Une arme qui ne pardonnerait pas, tirera, car on en aura donné l'ordre. Un objet du mal, inerte. Qui c'est dit, que tu serais capable de faire la bonne chose quand tu n'as pas de réel instinct, d'avis, hormis une logique qui, à tes yeux, n'était pas du tout fiable. Tu pouvais changer de camps en l'espace de quelques secondes, si on te fournissait des arguments logiques. Qui avait eu l'idée de donner une arme, à une arme. Obéissant, inerte, qui ne pardonne pas.

Tu allais tirer sur ton frère, car on te le demandait. Tu savais qu'il en souffrirait, que tu en souffrirais à part égale et pourtant, tu avais dit oui sans la moindre réflexion.

Quelques minutes encore passées dans le quasi silence et vous êtes arrivés au point de rendez-vous, où se trouve William, enfin, Liam, d'après tout le monde. Vous ne vous êtes jamais vraiment parlé, tu as tendance à manger des plats réchauffés au micro-ondes à trois heures du matin, alors croiser un cuisinier... Si Graham ne passait pas autant de temps avec le collègue du dit Liam, tu ne connaîtrais même pas Silver, ce que tu préférerais largement en fait. Mais ce type là avait l'air différent. Déjà tu remarquais son plâtre au bras gauche, que tu voyais mal paraître sur celui de l'autre imbécile, mais surtout, il était silencieux. Un véritable silence, du à son pouvoir de bouclier que vous allez tenter de pousser au niveau supérieur. Il n'y avait donc que ton aîné, de "bruyant" dans cette histoire. Ironique, quand on sait à quel point il est capable de refouler des choses, quand il le veut vraiment.

« Salut. » dis-tu, mains toujours dans les poches et visage neutre. Tu n'allais pas lui serrer la main, ça c'était clair, tu ne fais jamais ce genre de chose de toute façon même si cela semblait bizarre aux autres, ce n'est pas comme si tu en avais quelques choses à faire. Tu te tournes vers ton frère et attend ses directives, tu n'étais là pour rien d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Jeu 1 Oct - 16:48

to shield or not to shield

william, wade & graham
You can't be too careful anymore When all that is waiting for you Won't come any closer You've got to reach out a little more
Tu avais passé le samedi d’avant à courir au travers de cette étendue d’arbres, à chercher un endroit idéal pour votre petite séance d’entraînement. Le bruit de tes pattes dans les feuilles mortes avaient alors eu quelque chose de relaxant. Ce n’était pas le cas de celui de tes pas d’homme qui foulaient le sol de cette immense forêt. Rien que cela ne semblait pas… naturel. Le lion, à se sentir si proche de la nature, poussait sous ta peau, t’incitait silencieusement à la transformation. Ou peut-être était-ce ton instinct qui te hurlait de rebrousser chemin? Tu préférais croire en la première hypothèse. De plus, le moindre bruit retenait ton attention, te faisant parfois t’arrêter, mais tu reprenais toujours la marche. Ils t’attendaient surement déjà, ce n’était pas le moment de trainer. Tu te surpris à avoir des doutes, est-ce que tu avais été trop optimiste ? Si ça se trouvait, William n’était physiquement pas capable de projeter son bouclier, et tu aurais fait tout cela pour rien du tout. De la souffrance gratuite. Mais après tout, ce n’était pas comme si c’était la première fois que ça t’arrivait, n’est-ce pas ? Tu serras les mâchoires et secouas la tête. Il ne fallait pas penser à ça, sinon c’était déjà perdu d’avance. Aller dans cette direction, c’était s’aventurer sur un terrain glissant, et tu le savais. Ta santé mentale était sur le fil en permanence, il suffisait d’appuyer là où ça faisait mal, et tu pouvais basculer d’un instant à l’autre. C’était difficile à faire, mais il fallait que tu arrêtes de penser à ce genre de choses. Elles te retenaient, te tiraient vers le bas, t’attiraient vers la boisson. Si tu voulais te soigner définitivement, il fallait regarder vers le haut. C’était plus facile à dire qu’à faire. Ta vision, d’ordinaire si optimiste pour les autres, était teintée d’un pessimisme sans nom lorsqu’il s’agissait de penser à ce que l’avenir te réservait. Ce n’était pas faute d’avoir des personnes autour de toi qui tentaient de t’ouvrir les yeux. Cette impression était ancrée en toi comme du pétrole, engloutissant tout autour d’elle dans sa grande marrée noire.

Tu te forças à penser à autre chose avant de vraiment déraper, et tu revins à William. Tu savais qu’il s’était senti coupable d’avoir émis l’idée qu’il puisse t’aider à vaincre ta phobie du feu. C’était vrai que tu t’étais un peu emporté, mais ça aurait pu être bien pire. Tu ne lui en voulais pas, tu l’avais juste évité parce que tu n’avais pas envie de te mettre face à ton problème. Tu avais tout de même apprécié l’attention des burgers, qui avaient été un régal. La vérité c’était que tu n’avais peut-être pas envie de vaincre ta peur, si c’était pour te replonger dans d’atroces souvenirs tout le long du processus. Ce n’était pas la faute du cuisinier, c’était la tienne, c’était toi qui ne tenais pas vraiment à sortir de ta zone de confort. Les choses auraient été tellement plus simples si tu n’avais pas été aussi borné, mais comme disait l’adage, avec des si, on referait le monde.

Tu finis par arriver sur le lieu de votre rendez-vous, et bien sur, tu étais le dernier. « Salut. » Les prémices d’un sourire se dessinèrent sur tes lèvres, mais s’évanouirent bien vite lorsque tu réalisas que l’ambiance n’était pas vraiment au beau fixe. En même temps, lorsqu’on s’apprêtait à tirer volontairement sur quelqu’un, on n’était pas sensé sautiller de joie en chantant des comptines pour enfant. T’as vraiment un problème, Graham. Tu voulais juste que les choses soient plus agréables, mais tu avais oublié que Wade ne ressentait pas ce genre de chose, et que ta relation avec William était un peu froissée en ce moment. Génial. De plus, en voyant ton frère, tu eus un léger pincement au cœur. Son état s’était encore empiré, et tu culpabilisais presque de l’avoir entraîné là-dedans. Qui d’assez fou aurait pu faire ça à son frère ? De toutes manières, votre relation n’était pas ce qu’on pourrait appeler "normale". Mais il y avait de l’affection, du moins tu espérais qu’il y en ait aussi de son côté. Même après toutes ces années, le fonctionnement de sa mutation t’échappait encore. Mais une chose était sure, il avait toujours agit pour ton bien, et tu savais que ce serait encore le cas ce jour-là. Il le faudrait, car tu n'étais pas sur de savoir gérer ta douleur raisonnablement.

Tu enlevas le gros sac militaire qui était posé jusque là sur ton épaule et le déposas par terre avant de t’accroupir pour l’ouvrir. « Bon, c’est tout ce que j’ai pu trouver, mais il devrait y avoir de quoi faire. » Il y avait là-dedans des tazers, des pistolets à bille, des armes de paint ball et même des couteaux à lancer, mais il ne fallait pas te demander d’où t’était venue l’idée. Il n’empêche que la tronche qu’avait tirée l’armurier lorsque tu avais posé tout cela près de la caisse, avait été vraiment très drôle. Tu aurais bien aimé savoir ce qu’il avait pensé de toi. Tu lui avais juste sorti une excuse bidon du genre « vous savez, de nos jours, on n’est jamais trop prudent ». Tu levas le regard vers William. « Tu veux commencer avec quoi ? » Et tandis qu’il se décidait, tu retiras ta veste en cuir que tu accrochas à la branche brisée d’un arbre. En dessous, tu portais un vieux t-shirt couvert de cambouis, l’un de ceux que tu mettais quand tu devais t’occuper de ta voiture. Ce ne serait donc pas une grosse perte, et tu en avais un de rechange au fond du sac.


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurclasse deltaspicy squirrels
- William Wallace -
duco corporis

Xavier's ears and eyes
Bouclier permanent : qu'il soit physique ou mental, rien ne peut l'atteindre, sauf s'il baisse volontairement sa garde, ce qui arrive rarement...
Cuisinier de l'institut
05/06/2015
Channing Tatum
Lion-lame et autres
624

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Sam 3 Oct - 11:37



To shield or not to shield


Graham, Liam et Wade.

Wade fut le premier à arriver. Liam le découvrit tel qu'il l'avait toujours vu, étrangement neutre, n'affichant pas la moindre émotion. Liam était vraiment très mal. Quel genre de personne demande à un frère de tirer sur son frangin ? C'était d'autant plus pervers que Wade, précisément à cause de sa mutation, ne s'y opposerait pas. Liam n'y avait pas songé quand il avait dit préférer Wade à Silver, mais à présent il s'en voulait plus que jamais. Wade le salua et Liam lui répondit poliment.

_ Salut Wade. Merci d'être venu. Tu dois penser que nous sommes fous...

Le cuisinier se retint de justesse de dire que c'était Graham et non lui qui en avait eu l'idée, probablement soufflée par Charles, d'une manière ou d'une autre. Mais Ca ne fait pas très adulte comme préambule de dire "c'est pas moi c'est lui". D'ailleurs, "lui", ne tarda pas à arriver avec un grand sac rempli de ce que Liam ne voulait surtout pas savoir. A nouveau, il salua poliment, d'un mouvement de tête. Puis Graham posa son sac et lui demanda de faire son choix.
Déjà peu rassuré, Liam blêmit à vue d'oeil rien qu'en regardant l'arsenal ramené. Faire un choix ? Impossible ! D'autant que, maintenant, il savait vraiment ce que ça fait de souffrir, son bras en attestait.

_ On devrait commencer avec des objets, répondit-il, se dégonflant visiblement. Peut-être que ton aide, Wade, suffira et qu'on aura pas à en arriver à... De telles extrémités.

Liam n'avait pas oublié qu'il avait exigé que Graham le blesse à chaque fois qu'il le serait lui-même. C'était de l'orgueil sur l'instant sauf que, depuis, il s'était fracturé la main et il savait ce que que c'est d'avoir mal, vraiment ! Du coup, il était nettement moins orgueilleux. Pourtant, il avait sa fierté et il ne reprendrait pas la parole donnée.
Il tomberait probablement dans les pommes bien avant.
Liam, dans sa cuisine, est maître en son domaine. Il sait comment agir, comment prendre des décisions et suivre le plan. Pourtant, là, il semblait incapable de bouger. Ce n'était pas son domaine et, surtout, toute l'attention était centrée sur lui. Tout tournait autour de lui. Il n'aimait pas cela.  


© code by Lou' sur Epicode



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mer 7 Oct - 12:45

To shield or not to shield .

graham & liam & wade
Help me I've fallen on the inside I tried to change the game I tried to infiltrate But now I'm losing men in cloaks Always seem to run the show Save me from the ghosts and shadows Before they eat my soul Mercy, mercy Show me mercy From the powers that be Show me mercy Can someone rescue me
Ton frère est le dernier, à première vue. Toi qui pensais qu'il devait légèrement être devant, finalement c'était bien l'inverse et tu t'en serais passé. En général plus tu arrivais en retard plus une réunion, ou une conversation était proche de sa fin. Cela voulait dire moins à supporter, c'était tout à ton avantage d'habitude. Est-ce que c'était si dérangeant que ça d'attendre Graham avec le cuisinier, non, puisque tu avais l'impression d'être totalement seul, ce qui n'était pas un mal vu qu'à le regarder, ça n'avait pas trop l'air d'être ça dans sa tête. Après tout, vous étiez là à cause de lui. Vous alliez faire, non, tu, allais faire, du mal à ton frère, à cause de lui. Ce n'était pas forcément le genre de choses que des potes font ensemble, boire une bière ou deux et faire un concours de celui qui arrivera a rattraper le plus de cacahuètes avec sa bouche ça c'était plus profitable pour une amitié saine. Quoi que "j'ai prit une balle dans le … crâne,  pour toi" ça doit renforcer les liens.

Si tu t'attendais à ce que ton interlocuteur ne répondent que par ta simple salutation, c'était mal le connaître – ce qui était ton cas. Appelez ça nervosité, ou réalisation soudaine, mais voilà qu'il commence à te demander ton avis sur la situation, ou plutôt, une confirmation de ce qu'il pensait déjà : ils étaient fous.

« C'est mon job. Pas m'attaquer à mon frère, plus, aider. Mais je confirme que vous avez du prendre un sérieux coup sur la tête dans cette baraque pour en arriver à ça. »

Tu comprends très bien la philosophie des lieux. Du moins tu tentes de la comprendre en toute circonstance. Pourquoi les progrès de la science ne doivent pas dépassées certaines limites, pourquoi ici, tout le monde à le droit à une seconde chance. Pourquoi ils s'entraidaient tous, parfois, à un lourd prix alors qu'ils avaient tant à perdre. C'était peut-être ça qui faisait d'eux une famille.

Une vague vint s'écraser sur toi, quelqu'un arrivait. Une marée montante que tu identifiais déjà comme étant ton frère, sans même avoir à te retourner pour le voir. Tu étais tellement habitué à ses humeurs et à la manière dont il les exprimait que tu savais de loin qui c'était, comme tu pouvais reconnaître ta sœur, ta mère, Ciel...ou encore Seven.
Quelques pas plus tard ton frère est bien là, vous saluant tous les deux. Tu sens sa soudaine bonne humeur fondre comme neige au soleil en vous voyant. Il faut dire que Liam portait son mal être sur le visage et qu'à côté toi, avait l'air de sortir d'outre tombe et ça n'avait rien à voir avec la saison. C'était juste la sale gueule de quelqu'un qui n'en a rien a faire de tout. « Salut Grammy. » dis-tu en feignant un sourire. L'utilisation de ce surnom avait pour but de l'embêter un peu, ce qui marchait, en général. C'était une familiarité que tu t'autorisais avec ton frère, ne sachant pas trop te comporter avec lui, jamais, que ce soit à la maison ou bien ici.

Pourtant votre foyer avait tendance à faciliter les choses, la joie environnante, l'amour que tout le monde se portait suffisait à vous rapprocher au point où vous trouviez hilarant de vous battre dans tout l'édifice juste pour rire un peu, comme si vous étiez toujours des enfants, sans soucis. Ici, la vie adulte vous rattrape. Vous avez changé, grandi. Vous ne parlez plus vraiment de choses sérieuses. Il était loin le temps où Graham et toi vous confiaient l'un à l'autre sur tout, même sur ces pouvoirs qui lui faisait si peur. Loin, ce temps où tu aspirais tellement à suivre son exemple, être aussi courageux, aussi fort, aussi sociable ...et surtout, avoir une mutation comme lui, être extraordinaire, comme lui. Tu avais réussi, sans aucun mérite, à être toi aussi un mutant. Sûrement pas celui qu'il aurait voulu que tu sois, ce qui est également ton cas. Ton cœur se serre, que tu ne le veuilles ou non. Tu dévies ton regard vers lui immédiatement, croises son regard. C'était toi, le pincement au cœur. Toi, l'échec.

Peut-être que tu devrais le saluer mieux que ça ? Une tape sur l'épaule, une étreinte...c'était déjà un début de normalité, pourtant tu n'en fais rien, persuadé que ça ne changerait pas grand chose. Que ça ne le guérirait de rien et que toi, tu pouvais t'en passé. Tu n'allais pas dire que tu en avais besoin pour te rassurer.
L'instant d'après tu reprends le contrôle, le pincement de toute façon terminé, tu tentais d'agir de façon un peu plus détendu, sortant la tête de tes épaules pour commencer, pendant que ton frère pose son sac et commence à déballer ses affaires de torture et il faut dire, que tu en serais presque surprit. « J'ai signé pour te tirer dessus, pas pour t'électrocuter ou te balancer des couteaux à la tronche frangin. Pour ça que j'ai prit ça. » Tout en parlant tu sors le pistolet de ta poche, l'agitant un instant avec de le ranger de nouveau. « Perso, les couteaux je suis d'accord, mais le tazer, je crois pas que ce soit une bonne idée. » Si tu tirais au tazer sur Graham, quel effet cela aura sur toi si William se plantait ? Est-ce que vous aurez l'air de deux idiots électrocutés sur place ? Avec le reste, tu pouvais encore intervenir pour aider Graham. Avec l'instrument high-tech du diable, tu n'en étais pas certain du tout.

Liam émet son avis sur la situation, mais ce qu'il dit ne te semble pas vraiment clair sur le coup, flou. En quoi tu pouvais influencer tout ça ?

« Mon aide ? En quoi que je peux aider hormis en... » Tu t'interromps, le temps d'analyser un peu plus la situation. Cela te paraît totalement insensé. « Si tu veux que j'utilise mes pouvoirs sur toi, je ne vois pas en quoi cela va t'aider. Je serais pas là, quand tu auras besoin de te servir de tes pouvoirs et c'est pour ça, qu'on est là... Non ? » Tu te tournes vers ton frère, partis plus loin poser sa veste, attendant son avis. C'était de la triche si il comptait sur toi pour calmer sa peur. Il aura peur, sûrement encore plus que si c'était vous, l'attaquant et l'attaqué, alors pourquoi lui faciliter la vie maintenant, si elle serait cent fois pire plus tard ? Personne ne lui fera de cadeau, si le moment venait.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mer 14 Oct - 11:07

to shield or not to shield

william, wade & graham
You can't be too careful anymore When all that is waiting for you Won't come any closer You've got to reach out a little more
Le surnom a le don de te réchauffer un peu le cœur. Oui, tu en as horreur, mais là tout de suite, ça te fait plaisir d'entendre Wade le dire, alors tu souris un peu. « Salut p'tit frère. » En regardant ton frère, il t'arrive souvent de te demander comment vous en êtes arrivés là. Elle est loin la période où vous vous disiez tout, où il était ton plus grand soutien, celui à qui tu pouvais te confier sur les problèmes que posaient ta mutation. A la maison, des bribes de cet âge doré resurgissent souvent, sûrement parce que votre foyer rend les choses plus faciles, plus naturelles. Mais vous n'êtes plus des enfants, la vie a eu raison de votre joie de vivre, de votre envie de passer du bon temps. Vous êtes tous les deux brisés à votre manière, et vous avez du mal à vous déplacer dans vos propres débris pour trouver un peu de chaleur chez l'autre. Vous ne fonctionnez plus normalement, quelque part, c'est ta mutation qui vous a réunis, mais qui vous a aussi éloignés. C'est à cause de ta peau qu'on s'est acharné sur toi, c'est à cause du lion que t'as bien failli tuer ton ex-femme. C'est à cause de ta « différence » que tu t'es royalement cassé la gueule et que t'as arrêté de marcher correctement, comme un humain lambda. T'as arrêté de chercher l'aide chez les autres, t'as commencé à te replier sur toi même parce que tu t'es toujours dit que ça servait à rien de partager ta souffrance avec ta famille, que ce serait très égoïste de ta part. Tu fais semblant en permanence, d'être joyeux et enthousiaste, en te disant que tu finiras par vraiment y croire, mais t'aimerais bien qu'un jour cet arrière goût amer disparaisse pour de bon. Pour l'instant, c'est l'alcool qui t'aide à le faire disparaître artificiellement. Tu espères encore que tu trouveras une alternative un jour, quelque chose de vrai et d'authentique, mais tu t'obstines à ignorer encore cette voix qui te murmure faiblement que tu l'as déjà trouvé.

Lorsque tu déballes ton arsenal, Wade exprime ses réticences, s'il peut les ressentir. Tu réfléchis un peu à ses paroles. Tu avais été persuadé jusque là que Wade serait sous le bouclier de William pendant les tirs, et qu'il ne ressentirait plus rien venant de toi. Puis tu te dis qu'il préfère sans doute avoir mal que d'avoir à supporter un cuisinier en panique. Ça ne te plaît pas plus que ça, mais tu le laisses faire, il sait sans doute ce qu'il fait. Tes instincts de grand-frère te titillent, mais pour une fois tu ne t'y fie pas. Par contre tu veux lui éviter de vivre la douleur de l'électrocution. « Ouais, non, t'as raison, on va éviter le tazer. On peut commencer par les couteaux alors. » Tu t’efforces de ne pas penser à l'étrangeté de cette discussion, ni au fait que cette idée est complètement folle. Ce serait le début de la fin, et ce n'est pas le moment d'avoir des doutes, parce que tu es sans doute le plus motivé de toutes les personnes ici présentes, donc ils s'empresseraient sûrement de te dire que vous pouviez encore faire marche arrière si tu venais à les exprimer.. Non, tu pourras avoir des doutes après coup.

Tu demandes à William de choisir, et tu fronces les sourcils sous l'incompréhension en l'entendant parler de Wade. Tu secoues négativement la tête. « Non, William, le but de tout ça c'est que tu ressentes l'angoisse, la peur, pour te faire réagir. Sinon ça sert à rien que je me fasse tirer dessus, on peut retourner à l'institut, et s'amuser à essayer de protéger des petits lapins tout mignons en sachant très bien que ça ne fonctionnera jamais. Le but de l'exercice, c'est de voir si une situation de stress peut te faire réagir. Et Wade a raison, il ne sera pas toujours là pour te materner, et ce n'est pas la raison pour laquelle il est là. » L'influence du soldat est toujours là, tu veux soudainement lui montrer que la vie n'est pas rose, que c'est pas en restant dans son coin à attendre la mort qu'on peut aider les autres. Tu le sais qu'il a ça en lui, tu penses juste qu'il faut le bousculer un peu. Tu décides que désormais, tu adopteras une stratégie un peu rustre, pour le secouer, parce que le chaperonner, ça ne marchera plus. Il a besoin de se confronter à la réalité, de savoir que le professeur Xavier ne sera pas toujours là pour l'abriter dans la cuisine de l'institut. Tu ignores encore que ton ami Eion t'a devancé, et qui est la cause de ce bras cassé. Mais tu te dis que peut-être, tous ensembles, vous pourrez faire bouger les choses. C'est pour son bien.


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurclasse deltaspicy squirrels
- William Wallace -
duco corporis

Xavier's ears and eyes
Bouclier permanent : qu'il soit physique ou mental, rien ne peut l'atteindre, sauf s'il baisse volontairement sa garde, ce qui arrive rarement...
Cuisinier de l'institut
05/06/2015
Channing Tatum
Lion-lame et autres
624

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mer 14 Oct - 15:50



To shield or not to shield


Graham, Liam et Wade.

Liam ne sut pas trop comment interpréter la première réponse de Wade. Il était impossible de savoir s'il désapprouvait l'idée ou pas. Il était là pourtant, près à faire ce qu'on attendait de lui. Sans rechigner. Il avait même apporté sa propre arme. D'ailleurs, il refusa d'utiliser l'attirail prévu par un Graham en apparence très calme, surtout pour quelqu'un qui va se faire tirer dessus. Graham qui se rangea vite à l'avis de son frère, arguant qu'ils pouvaient commencer par les couteaux. Liam se sentait de plus en plus mal.
Un instant, il se demanda s'il n'allait pas tout bonnement tomber dans les pommes... Mais non, il resta debout et il n'apprécia pas la suite. Il avait suggéré de commencer par des objets en se servant de l'aide de Wade mais celui-ci ne sembla pas comprendre immédiatement ce que cela impliquait. Quand il le fit, il refusa, catégoriquement. Dire que Liam tomba de haut est un doux euphémisme. C'est de l'ahurissement puis de la panique qu'il laissa voir sur son visage. Si Wade n'était pas là pour l'aider alors comment espéraient-ils qu'il y arrive ? Ils étaient fous ! Tous les deux !
Bon, d'accord, les arguments de Wade, relégués par son frère, n'étaient pas dénués de sens. S'il n'avait pas été submergé de panique, Liam aurait pu se ranger à leur réflexion, mais non. Il se sentit juste... Trahi. Ce n'est pas ce qui avait été convenu avec Graham ! Pas du tout ! Outré, il regarda tour à tour les deux frères qui faisaient bloc, attendant patiemment qu'il se décide... Ou s'enfuit. Ce qu'il n'était pas loin de faire.
Liam encaissa le ton de Graham avec la désagréable sensation de déjà vu que lui inspira sa brusque ressemblance avec Eion. Eion qui avait réussi à abattre toutes ses défenses juste avec des mots. A mettre à mal ses convictions et ses certitudes concernant son bouclier. Alors le brun entra dans une profonde réflexion. Soit il tentait le tout pour le tout et Graham en payerait le prix, peut-être autant que lui. Soit il jouait la sûreté, comme il l'avait toujours fait, mais il resterait bloqué avec cette interrogation : pourrait-il un jour aider autrui ?
Son souffle se fit plus court et, plusieurs fois, il ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais se ravisa. Il lança plusieurs regards, de biais à Wade, conscient que le plus facile encore serait de le toucher, contre son gré, en cet instant. Tous ses doutes, toutes ses peurs s'envoleraient d'un coup. Si c'était tentant, ça ne mènerait à rien. De toute façon, Liam n'était pas du genre à envahir l'espace vital des autres. Il se plaint suffisamment quand on le fait avec lui. Mais dire que l'idée ne lui effleura pas l'esprit serait mentir. Au moins, il la rejeta sans sérieusement la considérer. Ce qui était un bon point.
La pression que lui mettaient les deux hommes était à son paroxysme et Liam savait qu'il devait se dépêcher de dire quelque chose. En cet instant, son côté autiste refoulé se faisait plus voyant que jamais. Il était clair qu'il aurait préféré ne plus dire un mot et faire l'autruche plutôt que d'interagir à nouveau avec la source de son stress intense. Pourtant, il se força à le faire. Pour le bien de tous.

_ Ce n'est pas ce qu'on avait convenu, lança-t-il pour bien faire sentir à Graham son désaccord sur la méthode. Et je ne suis pas convaincu que ça soit la bonne façon de procéder. Si je vois que je peux projeter mon bouclier, quand je suis au calme, il me serait plus facile de le projeter dans le stress, parce que je saurais que je peux le faire. Voilà ce que je pense.

Pourtant, il semblait clair qu'il ne s'en sortirait pas aussi facilement. De toute façon, il le savait le bougre, pour avoir essayé des années durant, au calme, sans pression. Il n'avait jamais pu sauver le moindre objet. Somme toute, Graham et lui avaient déjà eu cette conversation. Inutile de tourner en rond plus longtemps, alors Liam se tourna vers Wade.

_ Si je voulais utiliser des armes autres que les couteaux et les armes à feu, c'était pour qu'il puisse les utiliser sur moi, pour ressentir sa douleur...

Dit comme ça, ça avait l'air tellement idiot qu'il poursuivit, cherchant à se justifier.

_... Ce qui m'aurait probablement aidé à me concentrer plus encore.

Faux, archi-faux, mais il n'était pas prêt de le reconnaître.

_ Je ne sais pas comment fonctionne mon bouclier, pas vraiment. Je m'en sers depuis des années, parce qu'il est là, en permanence. Je n'ai pas besoin de le mobiliser. Les seules fois où je dois le contrôler c'est pour exclure quelqu'un ou pour l'abaisser. Ce qui n'a rien à voir avec ce qu'on cherche à faire, je ne sais même pas par où commencer !

Vrai, il était désemparé et il s'en voulait d'avance que ce soit à Graham de payer le prix de ses hésitations. Pourtant, elles semblaient nécessaires et inéluctables.

_ Je ne sais pas comment me préparer, conclut-il en baissant les yeux, impuissant et honteux.

Les autres allaient-ils rire de lui ? C'était possible. Le chouchouter n'aiderait probablement pas vraiment de toute façon. Ce n'était pas avec des câlins qu'Eion était arrivé à ses fins. Liam le savait, mais il détestait cet état de fait.

© code by Lou' sur Epicode



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Sam 24 Oct - 16:15

To shield or not to shield .

graham & liam & wade
Help me I've fallen on the inside I tried to change the game I tried to infiltrate But now I'm losing men in cloaks Always seem to run the show Save me from the ghosts and shadows Before they eat my soul Mercy, mercy Show me mercy From the powers that be Show me mercy Can someone rescue me
«  Tu as accepté d'être entraîné, non ? » Dis-tu, les mots secs, sûrement inspirés par Graham juste à côté de toi qui était légèrement à cran. Tu pouvais te détacher de ce que Graham ressent, l'ignorer et faire comme si de rien n'était mais la colère te dévore un peu trop facilement, c'est toujours comme ça. Tu as beau la nier, te concentrer sur autre chose que Graham, c'est beaucoup moins simple que de te persuader que tu n'étais pas triste, ou pas joyeux. La colère c'est beaucoup plus viscéral, ça grouille quand-même dans ta tête. Les yeux levés au ciel tu souffles, avant de reprendre. « Certes, tu n'auras pas de gommette en forme d'étoile et je vais pas te tenir la main juste pour que tu calmes tes nerfs... Tu as juste à respirer... Ça va aller. Si tu peux le faire, tu finiras par y arriver. Si Xavier pense que tu peux, c'est que t'en es capable... Ne le déçoit pas avant même d'avoir tenté, juste parce que t'as la trouille. Ok ? »  Tu le regardes, droit dans les yeux. Tu l'observes. Incapable de savoir ce qu'il avait dans le crâne, tu utiliserais ce que tu savais du comportement humain pour identifier ce qu'il ressentait, sans avoir à le vivre, ce qui était rare pour toi. Pour une fois tu étais reclassé au commun des mortels, inapte à comprendre, inapte à te mettre à  sa place... C'est donc pour cela, que tout le monde se fait du mal, que les gens ne se comprennent pas les un les autres. Il était difficile de deviner ce que quelqu'un a dans son esprit, sauf quand on est en wi-fi avec. Tu étais donc désarmé, mais quelques choses te disait que c'était largement à ton avantage dans cette situation.

Le principal intéressé de la soirée se tourne vers toi, et t'expliques, rapidement, les termes du contrat passé par les deux mutants, mentionnant ainsi un détail que tu ignorais.

« Vous avez décidez de faire un entraînement ou vous avez décidé de vous mutiler l'un l'autre parce que vous êtes légèrement sadomasochiste et je suis invité juste pour regarder, pimenter la situation et filmer une sextape sur fond de techno allemande ? J'ai pas signé pour ça non plus. »

Dis-tu, tout en riant jaune. Ça ne te paraît pas logique, ça ne l'est pas.
Tu te demandais si au final, tu n'aurais pas mieux fait de rester dans ta chambre à essayer e dormir un peu, c'était peut-être plus intelligent.

« Si tu arrive à faire ce pourquoi on est là, il n'y en aura même plus de souffrance, c'est le but... De plus, je ne vois pas en quoi souffrir t'aiderais à te concentrer sur quelque chose si tu as déjà du mal à calmer ta propre peur. Tu es un bouclier, tu as la chance de ne pas avoir mal..Pourquoi déjouer ça, juste pour ressentir un châtiment corporel pour te "punir" de quelque chose pour lequel Graham est d'accord. Si tu veux à tout prix le faire, vous faites ça sans moi. » Tu te montrais clair, malgré le ton neutre retrouvé et si habituel de ta voix. L'air détaché de la situation tu étais pourtant fortement concerné. Si il désactivait son pouvoir juste pour se faire tirer dessus au tazer ou avec dieu sait quoi d'autres...Toi aussi, tu le sentirais comme tu sentirais Graham se faire tirer dessus. Des choses auquel ni l'un ni l'autre ne semblait avoir penser, ce qui sans doute était normal. Ce n'était pas grave, tu encaisserais, mais n'avait pas prévu cette nouvelle partie de l'équation. Torturer quelqu'un et en souffrir n'était pas suffisant, en voilà un autre, qui plongeait de façon délibérée dans les flammes sans la moindre raison logique à tes yeux de scientifique, calculateur. Ce n'était pas le comportement de quelqu'un de sain d'esprit, il ne l'était sûrement pas pour avoir dit oui à Graham de toute façon, pas plus que Xavier, pas plus que ton frère et pas plus que toi. Cette maison est un asile de fou peut-être.

«  En attendant reste plutôt concentré sur le fait de protéger Graham, pas de te faire pardonner. Il a dit oui, tu as dit oui... Vous êtes assez vieux pour savoir ce que vous faites. »

Pour toi le chapitre est clos à ce sujet, mais il enchaîne ensuite sur un autre problème, encore quelques choses pour se rétracter de l’entraînement. Des excuses pour fuir, sans aucun doute.


« Si tu arrives déjà à le bouger c'est déjà que tu sais comment le faire, maintenant au lieu de le réduire..jette-le. Tente. On est là pour ça. »

Et oui, c'était le but de la manœuvre du jour, tenter de le faire bouger ce bouclier. Tu les laisses continuer à discuter et te penche vers le sac, à la recherche d'un arme à utiliser pour les premiers essais.

« Je paris qu'un couteau ou une cartouche de paintball sur une peau pare-balle, ça fait beaucoup moins mal que de se faire électrocuté, pare-balles ou pas ça changera rien. » Dis-tu en sortant du sac l'objet du délit, l'agitant en l'air avant de le replonger à l'intérieur du sac où il allait resté définitivement. Tu fouilles un peu dans les objets amassés là, faisant toute fois attention à tes mains en déplaçant les diverses lames. Finalement ton regard se pose sur les sachets de billes en plastique colorées avec lesquelles on remplissait les armes de paintball. Sans plus de réflexion tu prends ceux dont les couleurs indiquées sur les sacs te semblait les plus drôles vu la situation : les oranges, parce que c'était la saison et les roses, juste pour embêter Graham qui aurait du faire plus attention en choisissant les paquets.  « Paintball ce sera d'abord. Couteaux ensuite. Ca te va Graham ? » Rajoutes-tu, en sortant également l'arme que tu commences à charger d'un mélange des deux paquets sans attendre.
Tu te relèves ensuite, attendant le feu vert de ton frère plutôt que celui de William... Sinon on était pas sorti de l'auberge.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Lun 26 Oct - 18:46

to shield or not to shield

william, wade & graham
You can't be too careful anymore When all that is waiting for you Won't come any closer You've got to reach out a little more
Le gamin te fit savoir que ce n’était pas ce que vous aviez prévu, ce qui sur le coup te surprit, tellement que tu laissas échapper un petit rire, probablement nerveux, parce que vraiment tu n’étais plus d’humeur à la rigolade. Tu apprécias l’intervention de Wade, et tu pris la parole à ton tour. « Il y a du y avoir une incompréhension, parce que c’est parfaitement ce que j’avais en tête depuis le début. T’as sans doute passé pas mal de temps à t’entraîner au calme. Est-ce que ça a fonctionné ? Non. Alors on va essayer de faire les choses différemment. C’est précisément ce pourquoi on est là. » Puis William rappela qu’il devait subir les mêmes traitements que toi, c’était le marché que tu avais accepté, et comment dire… tu avais complètement zappé ce détail. Tellement que tu avais oublié de préciser ce détail à ton frère lorsque tu lui avais demandé d’être votre tireur. Et les paroles de Wade soulignèrent le côté ridicule de l’idée. Tu grimaças. « J’avais accepté cette condition pour que William soit d’accord pour faire cet… entraînement. » expliquas-tu, comme si tu tentais de te défendre après avoir fait une bêtise. Tu avais fait preuve de conviction, dans la cuisine, mais tu n’avais pas réussi à lui refuser cela, pas après toutes les possibilités que tu avais déjà repoussées. Mais maintenant que ton frère le disait, cette idée était vraiment stupide. Tu te tournas à nouveau vers le cuisinier. « Et franchement William, c’est pas pour me lancer des roses, mais je suis pas sur que tu saches gérer la douleur aussi bien que moi. T’as pas besoin de ça pour te concentrer, je pense même que ça va t’handicaper. Et puis qu’est-ce que les gens vont dire, si je te rends couvert de bleus, hein ? » Tu souris légèrement, dans une tentative vaine de dédramatiser la situation. Mais on sentait bien que vous étiez tous sur les nerfs. Ton benjamin finit par clore le sujet, à ton grand soulagement, parce que tu ne savais pas quoi faire ni dire d’autre sans que cela risque de faire déraper la situation d’autant plus.

Puis William exprima de nouveaux doutes sur ses capacités, ce qui fit resurgir l’agacement que tu avais presque réussi à enterrer. Tu serras les mâchoires, l’espace d’une seconde, signe extérieur de l’irritation qui te démangeait de plus en plus, et tu changeas d’appui tandis que Wade lui répondait assez justement. Heureusement qu’il était là, car toi, tu n’aurais pas été capable de garder un tel calme. Bien sur il était en colère, surement à cause de toi, mais c’était moins violent, et ça te donnait quelque chose à quoi te raccrocher afin d’éviter de monter sur tes grands chevaux. « Tu sais, on croit en toi, le professeur Xavier pense que tu en es capable, alors c’est fort probable que ce soit le cas. Tu penses vraiment qu’il m’aurait demandé de faire un truc pareil s’il avait eu le moindre doute ? » En réalité, tu n'en savais trop rien, le vieux chauve était peut-être tombé dans la sénilité, mais tu n'avais plus de scrupules à mentir. « Personnellement, je ne crois pas. Alors, au boulot, maintenant. » Ta voix n’était plus énervée, juste sérieuse et déterminée. Un poil sévère, peut-être. Vous pouviez le faire, il fallait y croire, vous ne pouviez pas vous permettre d’y aller à reculons. Tu baissas les yeux vers ton frère, qui écartait définitivement l’idée du tazer, et tu ne pouvais qu’hocher la tête. « J’avais emmené tout ça pour qu’on ait plus de… plus de choix, mais on n’est pas obligés de tout utiliser de toutes manières. » Tu l’observas fouiller dans le sac, l’air d’être très loin, mais tu sortis bien vite de ce moment d’absence lorsqu’il proposa de commencer avec le fusil de paintball, puis d’enchaîner avec  les couteaux. « Ca me va. » répondis-tu simplement.

Tu reculas de quelques pas, afin de ne pas être à bout portant, du moins pas au début. Mais tu savais que même à quelques petits mètres de distance, ces choses qui semblaient être de simples jouets pouvaient faire très mal. Tu espérais que ce soit suffisant pour motiver William. D’ailleurs, tu redirigeas ton regard vers lui. « T’es prêt, Liam ? » En réalité, c’était plus pour la forme qu’autre chose que tu posais la question, parce que tu ne lui laissais plus trop de choix. Il n’était pas question de renoncer, ce n’était plus envisageable, désormais. Enfin, tu t’adressas à nouveau au benjamin des Lester. « Allez, c’est parti, on va pas y passer la nuit. Plus vite on commence, plus vite ce sera terminé. » Tu passas tes mains derrière le dos, afin d’éviter qu’elles se mettent sur le chemin des billes de plastique, et tu inspiras un grand coup. Il ne fallait pas croire que tu faisais ça par pur plaisir non plus. Bien sur, l’appréhension était là, mais d’un autre côté, tu faisais confiance aux deux hommes qui étaient là, avec toi. La confiance, c’était très important dans ce genre de situation, c’était ton expérience de la guerre qui te l’avait appris.


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurclasse deltaspicy squirrels
- William Wallace -
duco corporis

Xavier's ears and eyes
Bouclier permanent : qu'il soit physique ou mental, rien ne peut l'atteindre, sauf s'il baisse volontairement sa garde, ce qui arrive rarement...
Cuisinier de l'institut
05/06/2015
Channing Tatum
Lion-lame et autres
624

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mar 27 Oct - 19:49



To shield or not to shield


Graham, Liam et Wade.

C'était une conspiration. Pas moyen d'appeler autrement l'attitude des deux frères qui faisaient front en cet instant. Pour la première depuis qu'il fréquentait l'institut, Liam voyait la ressemblance chez les frangins. Ils avaient la même attitude, le même regard. Et le cuisinier était convaincu que ce n'était pas uniquement dû au donc de Wade.
Le cadet prit la parole en premier, le plaçant face à l'évidence qu'il avait accepté d'être entraîné. S'il n'avait pas compris tous les détails, il savait pertinemment qu'en repartant d'ici Graham serait blessé. Il savait pertinemment qu'il n'y parviendrait pas du premier coup, si toutefois il y parvenait...
Ne vous méprenez pas, tout en Liam aspirait à réussir, ne serait-ce pour que la douleur de Graham ne soit pas vaine. Mais la peur et la culpabilité le dominait en cet instant.
Graham renchérit et le cuisinier rappela une consigne qui, énoncée à voix haute, semblait plus absurde que jamais. A nouveau, Wade se montra froid et déterminé et il refusa, dans des termes tellement crus que Liam ouvrit de grands yeux ronds avant de rougir un peu, de poursuivre si Liam devait lui aussi être blessé. Il demanda au passage d'où venait ce besoin d'être puni et Liam se sentit mis à nu. Un instant, il se demanda comment Wade le savait et le mutant fit le tour de son bouclier pour s'assurer qu'il était bel et bien présent. Ce qui était le cas.
Wade avait juste deviné.
Eion avait aussi deviné.
Est-ce qu'il était aussi transparent, bordel ? Ca l'agaçait.
Graham tenta de détendre l'atmosphère en arguant que les gens lui en voudrait s'il ramenait le cuistot blessé. Liam ouvrit à nouveau de grands yeux ronds et ne trouva pas comment répondre. Il était déjà blessé ! Et puis, il allait rentré en morceaux, lui. Croyait-il vraiment que l'institut s'en ficherait ? Un méchant doute saisit le cuisinier sur le bien fondé de ce qu'il faisait et, surtout, sur ce qui motivait vraiment Graham. Charles aurait-il eu la froideur de jouer sur une corde sensible du lion ? Il lui en toucherait deux mots. D'ailleurs, Graham évoqua Charles peu après. Juste avant que Wade ne lui donne un conseil plus que pertinent.

_ Tu as raison, lança-t-il d'une voix blanche de peur. Laisse-moi le temps de rassembler mes idées...

Fermant les yeux, Liam parcourut mentalement son bouclier, en éprouvant les contours, en dessinant la silhouette. Oui, il savait comment le réduire, il n'avait jamais réussi à l'étendre, pas sans contact. Il était compliqué de le projeter sur une forme inconnue, détachée de lui. Ouvrant les yeux, il visualisa ladite forme, c'est-à-dire Graham, qui ôtait sa veste et se mettait en place. Wade était prêt, Graham l'était, il lui demanda si lui l'était, Liam se retint de dire "non".
D'ailleurs, Wade consulta son frère avant de commencer, pas le cuisinier. Graham invita à commencer, arguant que plus tôt ils se lanceraient, plus tôt ils auraient fini.
Le coup partit. Liam eut beau y mettre toute sa volonté sa peur, primaire, ne fit qu'enserrer plus fermement autour de lui. Pour moins le culpabiliser, ou par ego, Graham montra le moins possible sa douleur. Liam se mit à suer à grosses gouttes et lança un regard vers Wade qui grimaçait lui aussi. Autant dire que ça ne l'aida pas.
Second tir, toujours l'échec. Liam se sentait plus mal que jamais et son regard se teinta de panique.

_ Attends... lança-t-il à Wade, qui lui accorda peut-être une trentaine de secondes.

Troisième tir. Insoutenable.

_ Attends ! cria-t-il cette fois. Graham ? Ca va ?

Tellement insoutenable, qu'il courut le rejoindre. Il se sentait tellement mal qu'il aurait pu tourner de l'oeil. Si Graham avait décidé d'arrêter, il n'aurait pas insisté. Au contraire, il l'espérait.
Mais non.
Il fallut des injonctions, conjuguées par les deux frères, pour que Liam se relève, tremblant. Il s'éloigna de quelques pas mais resta à proximité de Graham, face à Wade. Il fallait qu'il se calme, il fallait qu'il se concentre.
Il fallait qu'il y arrive.
© code by Lou' sur Epicode



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mar 15 Déc - 20:52

To shield or not to shield .

graham & liam & wade
Help me I've fallen on the inside I tried to change the game I tried to infiltrate But now I'm losing men in cloaks Always seem to run the show Save me from the ghosts and shadows Before they eat my soul Mercy, mercy Show me mercy From the powers that be Show me mercy Can someone rescue me
L'arme chargée et l'accord donné, tu recules d'une dizaine de pas et te prépare, en miroir avec Graham qui de son coté avait ôté sa veste, lui évitant sûrement qu'elle soit repeinte par tes soins et ton sens artistique... très peu développé, voir même pas du tout.

L'arme solidement ancrée dans la main, tu te prépares à tirer. Dans ton viseur, l'ancien soldat qui avait déjà du en voir, des armes pointées sous son nez.. et sûrement autant, lui tirer dessus. Pourquoi n'était pas tu aller dans l'armée toi aussi, malgré la noblesse du geste ? A l'époque tu étais sûrement trop cérébral pour ce genre de tache, trop inapte, à faire le pire. Après tout protégé du monde par ton frère et ta famille, tu n'as jamais rien vécu de traumatique, hormis quelques mésaventures à l'école qui étaient vites oubliées une fois que ton aîné leur avait fichu la frousse. Était venu l'université et tes pouvoirs ensuite, puis le procès. Depuis l'idée te prend, parfois. D'abandonner tout, de partir, et ne pas revenir. Ce serait simple, personne ne se sentirai coupable. C'était une échappatoire comme une autre, même si elle restait tout aussi lâche que le reste d'entre elles.

Tu avais rechercher quels étaient les zones les moins fragiles du corps humain, déterminant ce que casserait ou ne casserait pas sous l'impact des projectiles. Tu savais quoi éviter pour le faire trop souffrir, as vu les dégâts que tu infligerais sans doute à ton aîné en cherchant les meilleurs solutions. Ça guérira vite.  Après tout, si c'était vraiment douloureux pour lui il y aurait bien quelqu'un qui se dévouerait pour prendre soin de lui au point de lui donner la becquée si il le fallait. Tu pensais que le premier.. ce serait lui, vous savez ? Ciel, le prof qui le regardait avec des yeux de merlan frit quand ton dit frère cessait de le fixer sans comprendre ce qui lui arrivait, à l'intérieur.  Faudrait peut-être le secouer un jour, d'ailleurs, le Lester.... Car non ses maux de ventre n'étaient pas la faute a la nourriture de William, mais bien à cause de son béguin évident pour son psy. Si on pouvait encore appeler ça un béguin. Bref, si tu pouvais, tu serais aussi exaspérer que Marie à ce sujet.
A défaut, tu te contentais de quelques remarques parfois, et d'une surveillance silencieuse de l'avancée..ou le recul des choses.

Le moment n'était pas forcément approprié pour que le sujet traverse ton esprit, mais au final, hormis la tension de Graham qui, malgré votre écart était toujours dans le sillon de ton pouvoir, rien ne pouvait t'en empêcher hormis le fait que tu le faisais attendre, l'arme pointé sur lui sans bouger d'un centimètre. Seul tes yeux se détournent rapidement vers le cuisinier, histoire de t'assuré qu'il était plus ou moins concentré. Le coup part en direction de son abdomen qui se tache de orange. L'impact fait mal, tu grimaces légèrement sous la douleur qui te prend au cœur, l'espace d'un moment. Celui nécessaire à Graham pour  encaissé sans doute, puisque quelques secondes plus tard seulement, cela s'apaise. Sans écouter les dire de William qui avait l'air de n'attendre que cela, que vous arrêtiez, tu tires à nous, répétant le même manège. Il encaisse, tu te tais, tu vises et tir. Troisième impact, sans surprise l'homme que tu connaissais à peine te crie encore une fois de mettre un terme à tes tirs dont la douleur, supportable, te pique quand-même. Peut-être moins habitué que lui ? Ou alors il arrivait mieux à le dissimuler.

Tu baisses ton arme, interdit, te refusant de te plaindre encore, ou de laisser transparaître quelque chose. Tu te contentes de regarder les bras ballant la scène qui se joue sous tes yeux, sans comprendre qu'est-ce qui pouvait bien passer par la tête de Liam pour se jeter sur ton aîné ainsi, comme si tu venais de le tuer, ou lui promettre un long séjour à l’hôpital. C'était loin d'être le cas.
« Mais qu'est-ce que tu fais ? Il n'a même pas mal.» Dis-tu, d'un ton toujours aussi morne, comme si tu lisais ton texte simplement.  Si la question semblait rhétorique elle ne l'était pas vraiment, le contenu de son crâne était quelque chose qui te faisait te poser énormément de questions. Comment il fonctionnait ? Dans quel état d'esprit était-il pour se jeter comme une mère sur son enfant, au moindre mal fait à quelqu'un ? Encore quelqu'un de trop gentil sûrement, trop attentif aux autres. Le genre de gens que tu évites, pour ne pas ressentir leur pitié. Heureusement que tu n'entendais pas son crâne, en fait.


LOVE SONG FOR A ROBOT
A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal, You look so tired-unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I'll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, With no alarms and no surprises, just silence silence, no alarms and no surprises please. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mer 16 Déc - 18:42

to shield or not to shield

william, wade & graham
You can't be too careful anymore When all that is waiting for you Won't come any closer You've got to reach out a little more
En fait, quiconque vous aurait surpris pendant cette petite session d’entraînement vous aurait pris pour des fous. Et cette personne, eh bien elle aurait eu parfaitement raison. Vous étiez complètement tarés, il n’y avait pas d’autre mots. Mais tu ne pouvais pas te laisser aller aux doutes, pas quand tu avais deux personnes encore moins convaincues que toi en face. La moindre petite incertitude exprimée ou même montrée, et ils s’empresseraient de te dire que vous pouviez tout à fait vous arrêter maintenant. Or tu n’avais pas fourni autant d’efforts pour rebrousser chemin si près du but. Non, il fallait aller jusqu’au bout, quelques en soit les conséquences, et dieu sait qu’il y en aurait, surtout pour toi. Parce que bien sur tu n’avais rien dit à Ciel, et bien sur, en ce moment précis, il t’était complètement sorti de la tête. Ce qui n’arrivait quasiment jamais, mais là tu étais tellement concentré sur votre objectif, et déterminé à l’atteindre, que tout le reste passait au second plan. Quelques jours plus tard, tu te traiteras de gros débile, mais pour l’instant, il fallait mieux faire le vide dans ton esprit.

Alors tu dirigeas ton attention vers ton frère, et d’un petit hochement de tête, lui indiquas que tu étais prêt. Le premier coup partit, et tu l'encaissas assez facilement. Tu étais habitué à la douleur, tu avais enseigné le combat pendant trois ans, apprendre à encaisser la douleur était l’une des premières choses que tu apprenais à tes élèves, parce que si on ne pensait plus à la peine physique, c’était déjà un moyen de gagner de l’endurance et de rester debout plus longtemps. Prendre la douleur, l’entrainer loin, l’effacer de son esprit, se concentrer sur autre chose. Progressivement, tu ne ressentis pratiquement plus rien. Mais tout de même, tu pensais que ces petites billes de peinture seraient moins douloureuses à une telle distance. Ca restait cependant supportable. Le bruit feutré d’un deuxième tir se fit entendre, et un autre impact vint peindre ton vieux t-shirt. Tu encaissas le coup de la même manière, bien sur, tu ne pensais pas que William y arriverait aussi rapidement. Cependant il semblait plus paniquer qu’autre chose, demandant à ton benjamin de cesser les tirs. Ce que bien sur, il ne fit pas. Ca t’aurait presque étonné qu’il l’écoute, tu ne l’aurais pas fait en tous cas, si tu avais été de l’autre côté du canon. Il tira sans même lui accorder une once d’attention, et tu accueillis la troisième balle presque sans sourciller.

Le cuisinier eut alors une réaction légèrement inattendue. Il se précipita vers toi comme si tu avais été très gravement blessé. Tu le regardas en fronçant les sourcils, tandis que Wade semblait presque exprimer de l’incrédulité. Le jeune homme te demanda si tu allais bien, tu secouas la tête, soulignant l’évidence. « Oui, je vais bien ? C’est juste du paint-ball, on utilise ces trucs pour s’amuser chez les humains, je ne risque pas de mourir de si tôt. Je te l’ai déjà dit dans la cuisine William, j’ai connu pire. » Tu passas rapidement une main sur le bas de ton visage, signe que tu commençais légèrement à perdre patience. Wade devait savoir à quoi tu faisais référence, mais le cuisinier, non. Il devait surement penser que tu parlais de tes cours, mais derrière tout cela, il y avait aussi la torture. Tu t’empressas d’enchaîner afin de ne pas trop avoir à y penser. « Mon job c’est d’encaisser les coups, le tien c’est d’essayer de t’arranger pour que je n’aie pas à le faire. Tachons de faire notre boulot comme il faut, tu veux ? Si tu paniques à chaque coup tiré, on n’est pas sortis de l’auberge ! » L’agacement perçait encore plus clairement dans ta voix, tu cherchais à le secouer un peu. Il fallait qu’il s’endurcisse, vivre pour toujours dans sa cuisine ne l’aiderait en rien à progresser. Tu voulais bien faire des efforts, mais il fallait qu’il en fasse aussi. En voyant que ça n’arrangeait rien à son esprit, tu soupiras. Tu repris alors d’un ton un peu moins agressif. « Ecoute, je t’ai promis d’arrêter quand ce ne sera plus supportable, je tiendrai ma parole, parce que je tiens toujours mes promesses, ou alors je n’en fais pas. » Et c’était véridique, tu étais un homme de parole, tu jouais simplement sur les mots, parce que la notion du supportable était très floue, finalement. Surtout pour toi qui avais connu la torture, tu savais comment la repousser encore et toujours, cette limite. « Maintenant, on va reprendre, et j’aimerais que tu te concentres. » dis-tu, assez sévèrement. Tu retrouvais le comportement que tu adoptais en cours, sévère mais accompagnateur et encourageant. Tu te permettais avec William d’être un peu moins doux, parce qu’il avait besoin d’être secoué, et que tu pouvais prendre cette liberté, puisqu’il n’était pas vraiment ton élève. Mais c’était pour son bien, pour qu’il puisse aller de l’avant. Tu ne te permettrais pas d’être aussi mauvais sans avoir un but derrière la tête.

Ton regard se dirigea ensuite vers ton frère. « On va continuer avec le paint-ball encore un peu, et si on voit que ça marche toujours pas, on passera à l’étape suivante. » Ce qui signifiait l’airsoft, voire les véritables armes. Tu n’avais pas peur, mais tu évitais de le dire pour que William ne s’effondre pas non plus. A vrai dire, tu ne savais plus trop à quoi t’attendre de sa part, si trois billes de peinture le mettaient déjà dans un tel état. Mais tu voulais pouvoir te dire que vous aviez au moins essayé, même si les résultats ne seraient peut-être ceux que vous aviez escomptés. Tu repris ta position, stable, avec les bras croisés dans le dos, et fit signe à Wade d'enchaîner.



heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurclasse deltaspicy squirrels
- William Wallace -
duco corporis

Xavier's ears and eyes
Bouclier permanent : qu'il soit physique ou mental, rien ne peut l'atteindre, sauf s'il baisse volontairement sa garde, ce qui arrive rarement...
Cuisinier de l'institut
05/06/2015
Channing Tatum
Lion-lame et autres
624

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Jeu 24 Déc - 19:38



To shield or not to shield


Graham, Liam et Wade.

Oui, Liam est gentil. Très gentil. Trop gentil.
Il ne supporte pas que les autres souffrent, probablement parce que lui-même ne sait pas ce qu'est la souffrance. Du coup, il se fait une montagne du moindre choc, de la moindre blessure, même mineure. C'est pour ça que partager son bouclier lui tient autant à coeur. S'il le pouvait, il l'étendrait en permanence !
De nombreuses fois il avait réfléchi aux possibilités qui s'offriraient à lui s'il parvenait à maîtriser plus encore son pouvoir. Il pourrait seconder les enseignants avec les élèves débutants et garantir des cours en toute sécurité. Il pourrait, plus que jamais, accompagner les "recruteurs" d'élèves pour les cas compliqués. Il pourrait apaiser les angoisses de nombreux nouveaux arrivants effrayés à l'idée de faire du mal à autrui. Il pourrait... Il pourrait.
Si seulement il y parvenait.
Pour y parvenir, il devait se concentrer. Pour se concentrer, il devait oublier le sacrifice que faisait Graham, ou à l'inverse, ne faire qu'y penser. Il devait trouver la clef de son pouvoir et, ça, personne ne pouvait le faire pour lui.
Sa réaction avait été viscérale, il s'était presque vu partir en imaginant la douleur de Graham, la démultipliant mentalement. Peut-être que, finalement, si Wade lui avait tiré dessus il aurait pu se rendre compte que c'était loin d'être aussi terrible qu'il le pensait. Ca aurait sans doute été un bon exutoire à l'impatience conjuguée des deux frères. Mais Liam se contenta de ne pas trop penser à ce que Graham venait de dire, à savoir que son job était d'encaisser.

_ Je fais de mon mieux, grommela-t-il avant de s'exécuter et de se concentrer du mieux qu'il pouvait.

Il acquiesça à la remarque de Graham lui assurant qu'il tiendrait sa promesse. Ensuite, Graham lui parla durement et Liam se sentit plus mal que jamais, certain que le lion souffrait plus que ce qu'il voulait bien le reconnaître. Le cuisinier leva donc le regard vers Wade (ce qui est très étrange à écrire, j'aurais dû mettre "en direction de" mais tant pis) en quête de soutien. Oui, il a bon espoir le garçon.
Mais le regard du frérot lionceau était aussi neutre qu'on peut s'y attendre, ce qui ne l'aidait pas beaucoup. En cet instant, comme juste avant, Liam aurait volontiers franchit la distance qui les séparaient pour profiter de son calme olympien, mais il chassa cette pensée. Ce n'était pas avec ça qu'il allait trouver comment faire fonctionner son bouclier comme il l'étendait. Fermant à nouveau les yeux, il tenta de visualiser la texture de son bouclier, d'en épouser mentalement la forme, tout autour de lui, puis d'imaginer Graham.
Un coup partit, puis deux, puis trois et les frangins se résolurent à passer à la vitesse supérieure. Liam tut son relent de panique et garda les yeux fermés pour poursuivre sa visualisation. Ils passaient à la vitesse supérieure et le brun transpirait vraiment cette fois. Mal à l'aise, il sursautait à chaque tir, sans parvenir à beaucoup de résultats. Il n'avait pas le moindre muscle qui n'était pas crispé dans ces piètres tentatives et il dut se maîtriser plus que jamais pour ne pas protester quand, sans grand entrain, ils amorcèrent les véritables armes.
Liam rouvrit les yeux pour laisser à Graham l'occasion de renoncer. Il n'aspirait qu'à cela, mais Graham tenait bon, et Wade aussi. On ne pouvait pas en dire autant de notre cher cuisinier qui se félicita mentalement de n'avoir rien avalé depuis la veille. Au moins, sa nausée ne se transformait pas en honte grumeleuse. La honte, il en éprouvait énormément, de ne pas y parvenir. De la culpabilité aussi.
Le premier tir à arme réelle fut le plus terrible, certainement parce que Graham et Wade laissèrent échapper des réactions, incapables de les contenir. Liam aurait voulu partager cette douleur, arrêter cette folie, mais il laissa Wade reprendre position après un moment. Parce que quelque chose avait bougé. Parce qu'il sentait qu'il approchait du but. Il aurait voulu les conseils et la voix rassurante de Charles, mais il était plus que temps qu'il se débrouille par lui-même. Il était assez grand !
Cette certitude l'aida à faire bouger son bouclier. Il était certain qu'il avait bougé, mais Graham grimaça tout autant au second impact et Liam fut déçu de ne pas l'avoir, au moins, amorti. Mais il se focalisa sur lui, sur ses sensations et sur son pouvoir, parvenant enfin à faire abstraction du reste. Il fit un geste en direction de Wade pour qu'il patiente un instant, puis il lui fit signe d'y aller. Il prit la décision de ce qui allait se passer.
Et le déclic se produisit.
Au début, quand il rouvrit les yeux, Liam fut convaincu d'avoir fantasmé ce qu'il avait pourtant cru éprouver. Il aurait dû en être déçu, découragé... Mais tout ça était lointain. Il ne le comprit pas immédiatement, mais il venait bel et bien de projeter son bouclier... Sur Wade, qui le lui signala peu après, n'ayant rien éprouvé. C'était un peu surréaliste et Liam mit quelques instants à y croire. Il se gorgea de cette certitude, celle qu'il pouvait y parvenir, même si ce n'était pas encore très précis.
Il se gorgea aussi de leurs encouragements.
Il lui fallut un autre moment pour parvenir à comprendre pourquoi, les quatre tentatives suivantes, il ne parvint qu'à préserver Wade, de plus en plus longtemps. Inconsciemment, il cherchait le réconfort que pouvait lui provoquer Wade et son pouvoir. Fondamentalement, il cherchait encore et toujours à se préserver, lui. Ce constat lui arracha un léger sourire.

_ Ca commence à venir, lança-t-il finalement. En fait, mon pouvoir cherche encore à me protéger, en essayant de capter ton pouvoir Wade. Mais je comprend mieux comment il fonctionne, je pense que je pourrais y arriver... A terme.


Son sourire se nuança quand il reporta son attention sur Graham qui n'était guère vaillant.

_ Tu te sens d'essayer encore ? demanda-t-il en retrouvant un élan coupable. Si tu préfères arrêter là je comprendrais. Je pourrais sans doute m'en sortir même si on en reste là.

Bon, il n'était pas totalement convaincu de cet état de fait, mais il n'allait certainement pas le dire.

© code by Lou' sur Epicode



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Lun 28 Déc - 0:18

To shield or not to shield .

graham & liam & wade
Help me I've fallen on the inside I tried to change the game I tried to infiltrate But now I'm losing men in cloaks Always seem to run the show Save me from the ghosts and shadows Before they eat my soul Mercy, mercy Show me mercy From the powers that be Show me mercy Can someone rescue me
Après vos essais aux balles de paint-ball le résultat n'est toujours pas concluant. Peu importe le temps donné à Liam, la balle vint se désintégrer contre la peau pare-balles en tachant le t-shirt de la "cible" vivante, le transformant en une toile façon Jackson Pollock.

Vous échangez l'arme légère contre l'arme réelle que tu avais apporté, venant vite à la conclusion que les couteaux étaient peut-être des projectiles trop gros pour le moment qui risqueraient de compliquer la situation. Au final, c'était toujours des pour et des contre. Les armes étaient trop rapides, les couteaux beaucoup plus imposants. Vous auriez toujours le temps de vous y remettre plus tard après tout. Tu sors donc l'arme de ta moche, décoche la sécurité et reprend ta position initiale. Tu savais ce que cela faisait de prendre une balle réelle, tu l'as sentis il y a peut, lors de vos missions quand vous tiriez sur vos ennemis sans vous soucier du mal fait puisqu'ils étaient une menace. Menace ou non, la douleur était équivalente et heureusement, s'évanouissait plus vous avanciez loin des quelques victimes.

Concentres-toi.
Rien ne servait de te perdre dans les limbes sans savoir qu'était ton esprit et pourtant, cela t'arrivais souvent. Très souvent en fait, tu te déconnectes du monde extérieur puisque tu n'as rien à y faire et ressasse des événements vécus, peut-être dans l'espoir inconscient de les revivre tel que tu les avais vécu, dans leur intégralité, mais évidement ce n'était jamais le cas. Tu vises son flanc gauche, assez pour que la balle de passe pas contre la peau mais la touche bien et sans que ce ne soit dangereux pour lui. Le projectile le touche de plein fouet, au même moment un frisson de traverse le corps, te crispes au point que l'arme aurait pu te glisser des doigts si tu ne faisais pas un effort pour la maintenir. Ça, c'était la douleur qui l'a frappé, qui vous frappait, qui se fait ressentir dans son abdomen et se répercute sur toi. C'est loin du paintball, et tu ne peux t'empêcher de lancer une râle sonore qu'ils ont peut-être entendus..Peu importe. Tu te remets en position dès que la douleur s'est stabilisée pour vous deux. Voilà qui allait aider William à utiliser son pouvoir de façon plus judicieuse. Du moins, ça en à l'autre puis qu'il t'interromps, sans se précipité pourtant sur ton frère. Il se concentrait sûrement, avant de te donner son accord.

Le coup part, mais la douleur est inexistante. Alors que le feu devrait t'enivrer de nouveau, c'est tout autre chose qui se passe. Un bonheur, salvateur, loin de la concentration de ton frère, loin des blessures que tu lui infligeais. Ça te détend,muscle après muscles la tensions s’évanouit. En l'espace d'une demi seconde tu changes totalement d'état d'esprit. D'un soldat en plein combat, tu as la sensation d'avoir gagner une bataille avant même sa fin, incapable d'y échapper malgré tes tentatives pour t'en libérer. Il ne faut pas longtemps pour que tu comprennes la cause de ce changement soudain, mais terriblement réconfortant au fond. Cela faisait des semaine que tu n'avais pas eu l'envie de sourire, par simple bonheur, même si il n'était qu'artificiel. Pourquoi cherchais-tu tant à te séparer du bonheur, alors qu'il était si agréable sur toi.  « Liam... » commença-tu as dire, en portant ton regard vers lui. « Mauvais frère. Je sais que je suis le plus mignon, mais c'est pas sur moi que tu dois te concentrer. » tu accompagnes ta réflexion moqueuse d'un léger rire, et d'un signe de tête vers ton aîné un peu plus loin. Oui la bonne humeur était agréable parfois et, incapable d'y échappé tu en profitais, l'histoire de quelques secondes avant que son pouvoir ne se rétracte, te ramenant à ton état d'origine, ton visage se figeant à nouveau dans son habituel air absent. Voilà pourquoi tu évitais le bonheur. Coupé de lui, tu étais vide, et la sensation de retourner à cet état de silence, de perdre tout ça, était pire qu'y demeurer sans cesse.

Les entraînements se suivent et se ressemblent. La balle part, frappe Graham, mais t'épargnes à chacun de tes tirs. Tu te retrouves englobé dans la joie de réussir de William, sa fierté de progresser qu'ils vous explique. Son pouvoir te protégeait parce que tu étais ce qui était utile à William en ce moment précis, ou plutôt, ta capacité à le calmer le distrayait peut-être encore trop, pour le moment. Il y avait encore des progrès à faire et ton frère souffrait pour rien, du coup. Une idée germe dans ton esprit, idiote, mais pourquoi pas efficace.

Mais après le bonheur vint aussi la culpabilité lorsqu'il regardait Graham, toujours pour la même raison sûrement mais là, au lieu de la deviner, tu pouvais la sentir et cela ne te plaisait pas vraiment, il fallait bien l'avouer... Puis cela disparaît de nouveau, lorsque son bouclier se rabattit sur lui.

« Tu pourrais faire une pause quelques minutes si tu veux, Grammy. » Ajoutes-tu à la suite de William, histoire de faire un compromis entre les deux options risquant de se présenter : L'arrêt de l'expérience, ou la volonté de Graham de toujours vouloir continuer malgré la douleur qu'il ressentait.Tu pourrais mettre ton plan à exécution en attendant.

Tu quittes ta place pour rejoindre Liam, te tenant non loin devant lui. « Puisque ton pouvoir semble tant vouloir se diriger vers moi pour ta propre sécurité, j'ai une idée. T'as intérêt à être réactif, Wallace.  » dis-tu, toujours aussi sec, tout en refermant le chargeur après avoir calculé le nombre de balle vous restant : une dizaine. « Prêt ? » Dis-tu, bras tendu, visant un arbre au hasard autour de vous. Pourtant du coin de l’œil, tu regardes ailleurs, direction Liam, jugeant sa concentration en l'observant.
Selon ton calcul il y avait peu de chance qu'il se loupe maintenant. Ce n'étaient que le fruit de ta réflexion certes, et ton esprit avait sûrement oublié des facteurs pouvant influencer le résultat de ta petite expérience, mais peu t'importait. Les facteurs, le résultat. Si cela fonctionnait, parfait. Si cela échouait, parfait également.
Tu commences un décompte à haute voix, calmement.
«  Trois. » La distance était courte, tu étais dans son champ de vision. « Deux. » Il en était tout à fait capable et le savait très bien. « Un. »

Tu retournes l'arme contre ton propre torse, puis tu tires.



LOVE SONG FOR A ROBOT
A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal, You look so tired-unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I'll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, With no alarms and no surprises, just silence silence, no alarms and no surprises please. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mar 29 Déc - 1:21

to shield or not to shield

william, wade & graham
You can't be too careful anymore When all that is waiting for you Won't come any closer You've got to reach out a little more
Vous décidez rapidement que les billes de peinture ne suffisent plus, que passer aux balles réelles devient nécessaire. Tu hoches la tête afin d'exprimer ton accord. Il faut se résoudre à l'évidence, bien que ce jouet te fasse quand même mal, ce n'est pas assez pour motiver le gamin.

Tu fixes le canon froid de l'arme, essayant de te préparer à l'impact, mais on n'est jamais vraiment préparé à ce genre de douleur. Quand la balle entre en collision avec ta peau, elle t’ébranle, toutes tes pensées se dissipent et l'espace de quelques secondes terrifiantes, tu n'es que douleur. Ta vue se brouille alors tu ferme les yeux et tu grimaces. Comme si ta peine n'était pas assez grande, des souvenirs te reviennent, des souvenirs d'une grotte sombre et humide, où tu n'avais connu que la souffrance. Tu n'avais pas pensé à ça au fait que ça réveille des choses que tu tentais désespérément d’enfouir. Tu espères simplement que Wade ne ressente pas tout ça, ou qu'il le mette sur le compte d'une détresse purement physique. Tu te redresses, tu secoues la tête et tu inspires un grand coup, tu peux le faire. Il suffit simplement de continuer à te concentrer sur votre objectif. Il y a tellement de vies à potentiellement sauver. Ça vaut bien un mauvais moment à passer, non? Tu as à peine le temps de récupérer que le deuxième coup part. Et là, tu es presque sûr d'avoir entendu quelques unes de tes côtes se briser. En tous cas, tu les a bien senties. La douleur irradie depuis ce point de ton flanc et cette fois-ci tu ne peux t'empêcher de laisser échapper un grognement. Mais les mecs n'ont même pas l'air de s'en inquiéter. Wade est même en train de sourire et se permet une vanne, le sale… Attendez une minute. Comment ça se fait qu'il soit en train de plaisanter alors que tu as vraiment très mal? Une fois montée au cerveau, l'idée te surprend tellement que tu les fixes l'un après l'autre en clignant bêtement des yeux. Tu finis par comprendre que William n'a pas projeté son bouclier sur toi mais sur ton frère. Même si ce n'était pas ce que vous aviez cherché à faire au départ, c'est plutôt une bonne nouvelle. Tu te permets même de sourire toi aussi. Pas pendant très longtemps, car il faut très vite se remettre au travail.

Si les impacts ne deviennent pas plus tendres avec le temps, tu as au moins l'impression que la douleur n'augmente pas. Elle stagne, mais ça ne veut pas dire qu'elle devient plus supportable. William enchaîne les succès, protégeant ton frère de ta propre douleur, parce que son don cherche inconsciemment le réconfort que Wade pourrait théoriquement lui apporter. Tu continues d'encaisser les coups en silence. Tu deviens de plus en plus pâle et la sueur commence à perler sur tes tempes. Mais tu dois continuer, alors tu te tais. Ça va aller, ça va aller. Puis Wade propose une pause et tu hoches simplement la tête. « Okay. » Tu soupires doucement et tu va t’asseoir sur un tronc non loin de là, non sans grimacer. Peut-être que tu n'aurais pas dû t’asseoir, tu n'es pas sûr de pouvoir te relever un jour. Tu sens tes mains trembler. En fait c'est la totalité de tes bras et de ton torse qui sont secoués de tremblements. Le contrecoup de la douleur et de l’adrénaline, sûrement. Tu glisses tes mains entre tes cuisses pour dissimuler cette faiblesse de ta part. Ça va bien se passer, tu peux encore faire un effort, rien qu'un petit effort. Tu reportes ton attention sur les deux hommes qui discutent. Wade veut tenter quelque chose. Tu assiste à la scène avec attention. Cependant tu n'avais absolument pas prévu que ton stupide benjamin retourne son arme contre lui.

La sensation qui t'a empli à cet instant n'est pas vraiment quelque chose qui peut se décrire. C'est comme si ton coeur avait cessé de fonctionner, comme s'il tournait dans le vide sans avoir de sang à pomper. Le tout en une fraction de seconde. « Putain, Wade! »Tu te lèves et tu te rues vers lui, comme si tu pensais avoir le temps de l'empêcher de tirer. N'importe quoi. Le coup part et tu ne ressent plus que de la détresse. Et si William s'était loupé? À l'endroit où ton frère a tiré, les dégâts peuvent être très graves. Tu arrives juste à temps pour le soutenir et amortir sa chute. Sans dire un mot, et avec beaucoup d’appréhension, tu soulèves ses vêtements pour voir s’il est blessé. A première vue, ça n'a pas l'air grave. De la peur tu passes à la colère. Tu le laisses par terre ton connard de petit frère et tu te met à marcher dans tous les sens en revenant constamment sur tes pas. « Sérieusement Wade? Sérieusement? Il est même pas au top, regarde le il va bientôt tourner de l'oeil et tu te tires dessus en espérant qu'il projette son bouclier? T'as réfléchi un peu avant de faire une connerie pareille? Je devrais te frapper putain de bordel de merde. Ne refais plus jamais ça ou je m'occupe de te tuer moi-même. » Tu saisis ton crâne entre tes mains en grognant de rage et de frustration. Il y a beaucoup de choses que tu te retiens de lui dire, comme de lui demander si ça va bien, dans sa tête. Bien sur que non, c'est un Lester, et les Lester ne sont jamais vraiment bien dans leur tête, pas vrai? Alors tu es vraiment mal placé pour lui dire une chose pareille. Tu sens des larmes de colère monter mais tu les retiens. Ça servirait à rien de pleurer là au milieu. Mais tu as eu tellement peur. Puis un bruit sourd te fait te retourner. William s'est vraiment évanoui. Tu gémis. « Je vous déteste, tous les deux. Et je déteste le professeur Xavier aussi. Je vais lui faire bouffer son fauteuil au vieux chauve. » Tu ne sais même plus ce que tu dis, les émotions surpassent la raison dans ta tête et c'est comme si tu avais bugué. Tu continues à rouspèter en allant chercher une bouteille d'eau dans ton sac. Tu te tournes à nouveau vers Wade « Appuie sur ta plaie, toi! » Tu n’es absolument plus d’humeur à faire dans la dentelle et tu le fais savoir au jeune Lester. Tu reviens vers William et tu approches ton oreille de sa bouche, pour vérifier qu’il respire, et c’est bien le cas. Tu n’as donc aucun scrupule à lui verser un litre d’eau au visage. « Allez, la belle au bois dormant, lève-toi, et aide-moi à ramener mon débile de frère à la maison. » Tu sens la douleur revenir, alors tu ne te sens vraiment pas prêt à gérer un blessé et un mec dans les vapes, en plus de tout le matériel à ramener.



heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurclasse deltaspicy squirrels
- William Wallace -
duco corporis

Xavier's ears and eyes
Bouclier permanent : qu'il soit physique ou mental, rien ne peut l'atteindre, sauf s'il baisse volontairement sa garde, ce qui arrive rarement...
Cuisinier de l'institut
05/06/2015
Channing Tatum
Lion-lame et autres
624

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Ven 1 Jan - 22:29



To shield or not to shield


Graham, Liam et Wade.

On peut se sentir extrêmement bien et, tout à la fois, terriblement mal. Oui, l'être humain est suffisamment complexe pour abriter simultanément des émotions totalement contraires.
Liam était ravi, excité, fier, et, surtout, envahi d'espoir. Depuis des années... Depuis toujours en fait, il croyait qu'il n'était pas assez bien. Pas assez bien pour le fantôme idéalisé de ses parents. Pas assez bien pour sa pauvre tante et oncle Jeff. Pas assez bien pour être à l'institut. Même à l'académie de danse de New York où, pourtant, il excellait, il pensait ne pas être assez bien, en tant que personne, parce qu'en tant que danseur il n'y avait guère à redire.
Mais comment être un danseur accompli quand on n'est pas un humain accompli ? La danse est la quintessence de l'humanité, elle la transcende, la dépasse, pour mieux la sublimer. Tout est lié.
Naturellement, Liam ne s'est jamais estimé assez bien pour mériter l'amour et la confiance de Charles Xavier.
Alors, pensez donc : parvenir à maîtriser un nouvel aspect de son pouvoir, après tout ce temps, alors que tout espoir semblait éteint... L'espoir, justement, c'était ce qui dominait la part positive de son espoir. Celui de servir plus que jamais un objectif qui le transcende. Celui de pouvoir protéger autrui. Au-delà, celui de pouvoir, peut-être, aimer quelqu'un, quelqu'un qu'on ne pourrait pas lui arracher. L'abandon, oui, voilà la peur fondamentale de notre cuisinier.
Avec ce nouvel aspect de son pouvoir, on ne voudrait plus l'abandonner, les gens auraient des raisons de s'attacher à lui. Alors l'espoir, la fierté, la joie, le soulagement, la surprise, tout se mélangeait et lui ancrait un sourire sur le visage, en dépit de la partie obscure qui se tapissait juste en dessous.
La honte, la culpabilité, le regret. S'il était capable de ça avec son bouclier, pourquoi ne l'avait-il pas compris, appréhendé, plus tôt ? Etait-il si foncièrement égoïste qu'il n'avait pas encore trouvé la force de se faire passer en second plan, inconsciemment ? Fallait-il vraiment que Graham se sacrifie ainsi ? Qu'il souffre le martyr ?
Parce qu'il n'y avait plus d'angoisses projetée à présent : Graham souffrait véritablement. Et, lui, ne parvenait pas à le soulager. Tous les coups qui partaient, il ne le arrêtait pas, pas pour le lion, juste pour lui, et pour Wade. Pourquoi Wade ? Toujours ce même égoïsme au fond, celui dont il devrait se détacher pour parvenir à une maîtrise absolue.
Liam pouvait littéralement voir les instants où son bouclier était projeté ou non sur celui qui c'était désigné comme "le plus beau" des frère. Il suffisait de lire un sourire et de la joie sur son visage, pour comprendre qu'il était soulagé des sentiments des autres, juste envahi par les siens. C'était une sensation étrange, et une gêne s'ajouta au reste, celle de savoir que Wade pouvait lire en lui, lui qui est une forteresse imprenable le reste du temps. Mais il ne fallait pas penser à cela, et ses états d'âmes importait peu au fond, surtout en cet instant. Il fallait qu'il parvienne à mieux contrôler son don.
Sauf que cela prend du temps, mais Graham n'en avait pas. En dépit de son visage fermé et de tous ses efforts, il était clair qu'il ne tiendrait pas longtemps.
C'est pour cela que Liam avait proposé d'arrêter, puis acquiescé à la proposition de Wade de faire une pause. Liam voulut s'avancer vers Graham, lui porter de l'eau, lui demander ce dont il avait besoin. Se racheter en quelque sorte, au moins un peu. Mais Wade l'en avait empêché.
En quelques mots, il l'avait mis au défi de mieux parvenir à ses fins, sans prendre la peine d'expliquer son plan. Pinçant des lèvres, Liam le vit tirer sur un tronc d'arbre, sans comprendre à quoi il jouait.

_ Tu veux que je protège l'arbre, c'est ça ? demanda-t-il, incertain, sans obtenir la moindre réponse.

C'était une bonne idée pour qu'il ne perde pas sa concentration, mais ça ne l'aiguillait pas vraiment sur le succès. L'arbre se faisait entailler par les projectiles et il n'était même plus certain de parvenir à protéger son voisin. Il faut dire que, du coin de l'oeil, il regardait Graham qui était moins vaillant que jamais, surtout parce qu'il semblait croire qu'on ne le regardait plus. Ou alors il avait atteint ses limites.
Ils auraient dû arrêter bien plus tôt. C'était de la folie.
De la folie ? Non, la folie, pure et dure, allait arriver. Lorsque Wade se mit à décompter à voix haute, Liam focalisa toute son attention sur lui, sans saisir d'où lui venait ce pré-sentiment d'urgence. L'instinct, le cuisinier n'en est pas dépourvu, mais il n'était pas sûr que ce n'était pas simplement la fatigue et son angoisse qui lui jouaient des tours. D'autant que Wade avait son éternel visage neutre, avec peut-être un brin de détermination.
Deux... Un...
Tout se passa trop vite pour que Liam ne puisse réfléchir ni que Graham ne puisse agir. Le coup de feu partit et Wade s'effondra. Liam n'eut même pas un mouvement pour le rattraper, heureusement son frère s'en chargé. Choqué, il demeura figé sur place, incapable de parler ou de bouger. C'est à peine s'il put voir par dessus l'épaule de Graham, s'il aperçut du sang, sans réaliser qu'il y en avait trop peu. Les paroles, très énervées du lion, il les entendu, de manière très lointaine, sans en saisir véritablement le sens.
Il vit juste que Graham le désignait, furieusement, puis tout se mit à tourner et ses oreilles à bourdonner. Sans rien comprendre, il perdit connaissance sous l'effet conjugué du choc et de la fatigue d'avoir trop mobilisé son bouclier. Il ne le réaliserait que plus tard mais, quand Wade avait retourné l'arme contre lui, Liam était parvenu à projeter instinctivement son bouclier sur plusieurs dizaines de mètres à la ronde. Il avait ressenti l'urgent besoin de protéger, sans parvenir à le canaliser pour l'instant. Ca viendrait, avec le temps, si son coeur ne lâchait pas d'ici là.
Dans le fond, il était très bien, inconscient. Comme après la mort de ses parents, ce silence était nettement plus simple, plus facile, que la réalité. Mais on l'en arracha, brutalement. De l'eau lui gicla au visage et il se redressa en toussant, éberlué. La violence, elle vint aussi des mots qu'a Graham, que Liam ne saisit que partiellement. Aussitôt, il se tourna vers Wade, surpris de le voir conscient, grimaçant, certes, mais... En vie !

_ Je suis désolé ! Désolé ! Pourquoi tu as fait ça ? Je n'étais pas prêt ! Pardon Wade ! Tu vas mourir et c'est de ma faute ! Pourquoi tu as fait ça ? Pourquoi ?

Digne d'une tragédie grecque, Liam se rua sur le blessé sans comprendre de suite qu'il n'a pas tué Wade et qu'il n'est pas non plus responsable de son geste. Quand les frères finirent par faire entrer cet état de fait dans sa caboche, sa colère rejoignit celle de Graham. La dépassant même. Oui, vous avez bien lu.

_ Non mais... Mais... T'es malade ! Complètement malade ! Comment est-ce qu'on aurait pu s'en remettre Graham et moi si tu étais mort ? Tu y as pensé ? Espèce de... De...

Liam chercha au plus profond de lui et laissa sortir. Attention, ça peut heurter la sensibilité des plus sensibles.

_ D'idiot !!!!

Oui, impressionnant, je sais...
S'il n'avait pas déjà eu une main dans le plâtre, Liam l'aurait écrasée sur le visage de Wade ! Il était tellement retourné qu'il était presque tenté de le laisser sur place pour qu'il se débrouille à rentrer ! Mais bon, s'il s'était fait dévorer par un renard en chemin, il n'aurait pas été bien avancé. Oui, du point de vue de Liam, c'est une possibilité tout à fait envisageable.
Respirant à grande peine, le cuisinier alla rassembler le matériel qu'il chargea sur son dos sans trop de soucis. L'adrénaline qui coulait dans ses veines lui aurait permis de soulever une montagne, ou presque. Revenant vers Graham, il s'enquit de lui, tremblant de rage et de tout un tas d'autres choses.

_ Tu pourras marcher ? Sinon, je te propose d'amener l'abruti à l'infirmerie et de revenir te chercher aussitôt. Ou de t'envoyer Emerick si je le croise.

"Emerick" était sorti de sa bouche avec une nette désapprobation, preuve que Wade n'était pas le seul à rester en travers de la gorge du cuisinier, mais c'était une autre histoire et les priorités divergeaient elles aussi en cet instant.
Graham faisait peine à voir et Liam se demanda comment il n'avait pas réalisé plus tôt l'ampleur des dégâts qu'il avait causé. Ou alors les choses s'étaient-elles aggravées quand il avait rattrapé son frère ? Peu importait, c'était tout de même de sa faute, partiellement au moins. Mais Graham ne serait pas le seul à devoir se retenir de cogner sur le directeur. Seul Liam pourrait y parvenir, Charles Xavier ne pouvant pas lire dans son esprit ni l'influencer.
Revenant vers Wade, Liam alla pour le remettre debout, ce qu'il fit sans trop de peine. C'est alors qu'il avisa le sang qui coulait toujours. Oh, ce n'était pas une hémorragie profonde et létale, mais cela suffit tout de même à achever d'ébranler notre forteresse. Relâchant Wade sans totalement s'assurer qu'il tenait debout, Liam s'éloigna de quelques pas en jurant à voix haute et claire.

_ Putain de bordel de fais chier de sa mère en string ! Foutus Lester !

C'en était trop, il se plia en deux et vomit tripes et boyaux pendant une bonne minute. Quand il se releva, la figure plus verte que blanche, son regard était totalement différent.

_ Pas la moindre remarque les trous du cul ou je vous laisse vous démerder !

Qu'arrivait-il à notre cuisinier ? Il avait eu peur, très peur. Alors ça dévoilait une toute nouvelle facette de lui, une facette que ni Wade ni Graham n'avaient jamais eu l'occasion de voir. On peut deviner que la surprise sera... Importante.

© code by Lou' sur Epicode



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Lun 15 Fév - 18:38

To shield or not to shield .

graham & liam & wade
Help me I've fallen on the inside I tried to change the game I tried to infiltrate But now I'm losing men in cloaks Always seem to run the show Save me from the ghosts and shadows Before they eat my soul Mercy, mercy Show me mercy From the powers that be Show me mercy Can someone rescue me
Le contre coup te fait tomber au sol dans la second suivant le tire. Était-ce vraiment cela, ou l'impact,ou simplement la réaction de ton organisme sous le choc qui a fait céder tes jambes, tu n'en savais rien. Ton esprit était brouillé par les palpitations bruyantes de ton cœur et ta tête qui tournait dangereusement. Tout ce que tu sais, c'est que tu tombes à la renverse et qu'une paire de bras te retiens de heurté le sol avec violence : ton frère, qui hurle déjà après toi. Tu l'entends de loin et pourtant il était juste à côté de toi puisqu'il te pose sur la terre battue et remonte ton t-shirt malgré tes mains cherchant vaguement à le retenir en grognant. T'avais pas envie de recevoir de l'aide, comme toujours. Il parvient sans difficulté à découvrir la blessure malgré tes doigts essayant d'écarter ses mains déjà pleines de sangs. Rien de grave, apparemment, du moins pas assez pour qu'il continue de paniquer comme il le faisait. Il te relâche sans la moindre sympathie et se met à prester encore plus contre toi, toujours affalé sur le sol.

«  Ben vas-y. » Tu balances ça sans y réfléchir, sûrement remonté par sa propre humeur. Clairement tu savais qu'il n'oserais jamais le faire. Qu'il t'aimait trop pour te faire du mal même sous le coup de la colère, même si le lion en lui rageait parfois trop. Tu ne craignais absolument rien de ton frère, tu le savais. Toutes ses années de ton enfance à vivre à côté de lui sans jamais être une proie, sans jamais avoir peur de lui faisaient que même maintenant, même là, tu savais qu'il ne lèverait jamais la patte sur toi. Pas en le voulant. Ta remarque ne sonnait même pas comme un défi, mais plutôt comme une plainte. ' Si seulement ', c'est certainement ce qui t'avais effleuré l'esprit à l'instant. Si il pouvait être ne serait-ce que dix minutes le monstre que le monde voit en lui, tu serais enfin tranquille, tabassé ou mort, amorphe pour une bonne raison. Malheureusement, il n'a rien d'un monstre contrairement à ce que Jane a pu faire croire à  la population entière des États-Unis. Pour le coup ça ne t'arrangeait pas.

Tu t'assois avec précaution, sans aide aucune puisque ton frère continuait à faire les cents pas devant toi. Tu sens sa rage bouillir à l'intérieur de toi, après la peur qu'il a eu. Il ne plaisantait pas lorsqu'il te dit tout ça et se demande sûrement si tu avais vraiment un cerveau ou pas. Quand à William et bien.. On ne l'avait toujours pas entendu réagir. « Puis qu'est-ce que ça peut te faire de toute façon, c'est bon, Liam l'a arrêté, content ? Pas la peine de hurler. » tu le désignes vaguement du bras, pas assez énergique pour véritablement te tourner vers lui tu fixais le sol balayé par les pas de ton frère quand un bruit sourd se fait entendre derrière vous. Tu te retournes à peine pour voir William au sol, pas inquiet le moins du monde tu soupires comme ton aîné le fait, le laissant aller le secouer comme un prunier pendant que tu reprenais ton analyse. Tu cherchais la balle en appuyant sur la blessure, raison pour laquelle tu devais grimacer légèrement, incapable de faire ressortir le projectile logé dans tes muscles.

Le sang avait beau couler sur tes vêtements déjà maculés de rouge,  tu continuais à vouloir extraire la balle toi-même sans toutefois y parvenir. Au risque d'aggraver la situation, tu voulais éviter d'aller a l'infirmerie, où ton frère voudrait forcément t'emmener -et tu ne pouvais pas non plus lui en tenir rigueur, ce n'était pas une écorchure au bras cette fois-ci.  Le corps médical de l'institut ne t'as jamais rien fait de mal et tu n'as nullement peur des aiguilles, mais tu aurais une dette envers eux, car tu aurais dépendu d'eux quelques minutes comme tu as dépendu de ton frère toute ton enfance, jusqu'à maintenant. Devoir quelque chose à quelqu'un n'était pas dans tes habitudes. Tu préférais de loin faire seul, plutôt que dépendre d'un autre. De devoir quelque chose, de faire entrer quelqu'un dans ta vie, pour ensuite assister à son départ.

Lorsque tu te reposais sur quelqu'un, n'importe qui, pour n'importe quelle raison tu finissais toujours par être laissé dans un coin. C'était le cas avec ton frère, avec Eden, avec tes amis. Sans parler d'elle. Les gens ont une vie à remplir contrairement à toi et n'ont pas besoin de traîner ton poids derrière eux. Pour cela que tu avais vécu le départ de Graham et de ta sœur comme un abandon, celui d'Eden comme du désintérêt.  
Dans ton esprit tu pouvais tout a fait le faire toi-même et en demeurait persuadé... Après tout ce n'était pas la première fois que tu te faisais volontairement du mal, même si cette fois ce n'était guère plus qu'un jeu pour toi, un simple flirt avec la mort plutôt qu'un rendez-vous galant avec elle, comme par le passé.  Ce n'était qu'une provocation, un jeu de roulette russe. Soit il l'arrêtait avant de te blesser et tu vivais, soit il se loupait, et tu mourrais. Il semblerait que la vie était de ton côté, cette fois-ci.. Du moins à moitié.

« Tu ferais mieux de le baby-sitter lui. » dis-tu, alors que ton frère pestait encore contre Xavier, contre toi, contre vous, contre le monde en te compresser ta blessure. Xavier n'y était pour rien, au contraire. C'était grâce à lui que tu tenais encore sur deux pattes. Certes, il n'allait pas râler comme Graham le faisait, mais allait sûrement te faire un sermon voué à te faire réfléchir à l'importance de ta vie malgré ta mutation, ou tenterait de te faire culpabilisé par rapport à ton frère, ou à William qui était définitivement beaucoup, beaucoup plus fragile que sa carrure le suggérait. C'était sûrement que d'écouter Graham rager sur ta stupidité, parce que Xavier savait y faire pour vous faire réfléchir, tous.  

Bien vite, le colosse aux tripes d'un enfant de six ans se relève et, comme il l'avait fait avec ton frère, se jette sur toi en te couvrant d'excuses inutiles.  « J'aurai vraiment dû me tirer dans le crâne. » dis-tu en soupirant, une main préalablement essuyée contre ton jean sur le visage. Il est vrai que le problème aurait été réglé rapidement. Justement si tu ne l'avais pas fait, c'est que tu avais laissé une chance bien réelle à la vie, sinon, tu aurais faussé le résultat de ton expérience en remontant de quarante centimètres l'arme. Le soucis aurait été réglé et oui, avec un peu plus de chance, tu serais mort. Comment il s'est seraient remis ? Tu étais peut-être trop fatiguer pour en avoir quelques choses à faire. Ce n'était rien pour toi, pourquoi cela serait important pour les autres ? Ils étaient faibles, si ça l'était. Ils vivaient avant, ils vivraient après, ta présence ou ton absence n'y changerait pas grand chose. En attendant tu ne répondais même pas à  sa question t'en moquant ouvertement. Ce n'était qu'une expérience, qu'ils te laissent tranquille.
En tout cas tu ne loupes las l'insulte que William te lance. Impressionnant. Tu vais réussi à obtenir de lui un semblant de colère... Un peu plus, et il te traitait de sacripant, c'est dire !

« Ramènes Graham. J'ai pas besoin d'Emerick ou de toi, je rentre tout seul. »

Ils s'affairent autour de toi à ramasser les sacs et autres choses traînant pour rentrer à l'institut. Il était temps de rentrer il était vrai.  Malgré tes plaintes et encore une fois, ta fâcheuse tendance à te débattre comme un chat pour qu'on te laisse tranquille William te remet sur pieds en une fraction de seconde, ignorant tes réclamations pour le faire tout seul. Il te relâche heureusement vite, alors que tu tiens parfaitement sur tes pieds -il est vrai que tu oscilles un instant, mais tu te rattrapes aussitôt.
La raison pour laquelle William s'éloigne ? A peine quelques mètres plus loin il lâche une insulte avant de se mettre à vomir, sans s'arrêter pendant un bon moment pendant que tu le regarde faire, intrigué par son insulte. Si il fallait une situation aussi extrême que celle-là pour le faire réagir, tu comprenais peut-être un peu mieux pourquoi il gérait mal ses pouvoirs. Sans rire, c'était impressionnant de le voir s'en prendre à vous, allant même à vous traiter de trous du cul quand tu pensais encore il ya quelques minutes que ce genre de mots n'existaient même pas dans son vocabulaire.
« Wow. Je crois que je l'ai cassé. » dis-tu, comme si il s'agissait d'une plaisanterie à ton aîné. « C'est un bon signe, il n'a pas perdu toute sa tête lui. » En effet, il semblerait qu'il soit encore capable de lucidité.
Tout cela était fantastique, mais plus vous perdiez du temps plus tu te vidais de ton sang.Soit ils voulaient te maintenir en vie et vous devriez vous mettre à marcher sois vous pouviez jouer au scrabble ici en attendant que tes muscles ne soient plus approvisionnés en oxygène. C'était au choix, mais tu n'allais pas décidé à leur place.



LOVE SONG FOR A ROBOT
A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal, You look so tired-unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I'll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, With no alarms and no surprises, just silence silence, no alarms and no surprises please. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Sam 12 Mar - 23:33

to shield or not to shield

william, wade & graham
You can't be too careful anymore When all that is waiting for you Won't come any closer You've got to reach out a little more

Afghanistan, décembre 2003

« Merde, j’suis touché ! » Pris sous une pluie de balles, t’entends ton compagnon d’armes gueuler comme un malade. Tu risques un coup d’œil vers lui, il se tient l’épaule, et un liquide rouge et épais lui glisse entre les doigts. Tu jures avant de regarder autour de toi. « Où est McGrath, Ryder a besoin de soins, il s’est prit une balle ! » Tu cries, mais trop occupés à sauver leur peau, les autres n’y font pas attention. Alors tu tentes le tout pour le tout et le rejoins. Une balle siffle près de ton oreille, et tu finis par l’atteindre. Vous êtes tous plus ou moins formés aux premiers secours, alors tu essayes d’appuyer sur la plaie pour stopper l’hémorragie. Le sang coule sans s’arrêter, couvre tes mains de pourpre. C’est la première fois que tu vois une blessure de guerre d’aussi près, mais l’adrénaline t’empêche de tourner de l’œil. Ton devoir aussi, tu ne te pardonnerais jamais de le laisser crever entre tes mains. « Ha, Lester. C’est toi le médecin, maintenant ? » Peter sourit malgré la douleur, et tu lui en es reconnaissant, ça te donne quelque chose d’autre sur quoi te concentrer. « McGrath est trop occupé à descendre ces connards d’islamistes, donc oui, il semblerait. » « De toutes façons t’as pas trop à t’inquiéter, toi, hein ? Les balles te touchent à peine. » Ton pouls a un raté, ils ne doivent pas savoir pour ta mutation, tu risquerais surement ta place. Ton visage reste néanmoins de marbre, et tu te contentes de mentir vaguement. « J’suis un rapide, c’est pour ça. »  « Nan, nan. J’t’ai vu la semaine dernière. Tu t’es pris une balle à la jambe, t’as fait la gueule un peu, mais putain… » Peter grimace sous la douleur puis reprend. « On aurait dit un cuirassé. La balle elle… » Tu t’empresses de l’interrompre avant qu’il n’en dise trop, mais aussi et surtout parce que tu vois que s’exprimer lui en coute. Mais Pete a toujours été du genre à parler trop. Surtout quand il flippe. « La douleur te fait dire n’imp, Pete, tais-toi voir un peu, il faut que tu t’économises, et que tu restes avec moi, surtout. » « Graham… J’vais pas mourir, hein ? » Pete te rappelle légèrement Wade, quand il était plus petit, quelque part… Ou peut-être qu’il te rappelle juste le sentiment de responsabilité et l’instinct de protection que tu as toujours ressenti envers ton petit frère. Ouais, Pete aussi, c’est un peu ton benjamin, comme celui du reste de l’escadron finalement. « Mais nan, personne ne meurt d’une balle dans le bras. On va te ramener au camp, et le doc te soignera là bas. Tu peux marcher ? Allez viens, je t’aide. » Tu le couvres, et dès qu'il y a une ouverture, tu hurles aux autres de battre en retraite. Tu prends Peter avec toi, et vous réussissez enfin à fuir le champs de bataille.
Présent

Frère d’arme, frère de sang, quelle est la différence, finalement ? Tu mourrais pour chacun d’entre eux, tu les considères comme ta famille. Ils ont tous le pouvoir de te faire souffrir, le pouvoir de décider de ton sort, le pouvoir de te ruiner complètement, ou de t’élever toujours plus haut. Tu repenses à Peter, parce que la situation de Wade te rappelle la sienne, plus de dix ans en arrière. Où est passé le calme dont tu avais su faire preuve ? Elle était là, la différence, dans le fait que c’était ton frère dont on parlait là, et pas un gars qui avait partagé le champ de bataille avec toi pendant quelques mois, bien que les liens que vous ayez forgés là-bas soient forts, et indescriptibles. Il faudrait que tu reprennes contact avec Peter, que tu lui expliques toi-même ce qu’il s’est passé depuis que tu as décidé de couper les ponts avec ton escadron, comme avec le reste de tes proches, lors du procès.

Tu regardes le cuisinier passer de la tristesse théâtrale à la colère. Il a raison quelque part, dans le fait que la mort de Wade t’aurait détruit. Mais il ne s’agit pas de toi, pas seulement. Avait-il aussi pensé à Marie ? A votre mère ? Et Seven ? Tu voudrais lui dire tout ça, néanmoins, lorsque William traite l’autre d’idiot, ça te paraît tellement ridicule que t’en oublies ce que tu voulais dire. De plus, ça permet à ta colère de commencer à se dissiper. Pas le temps de rigoler, néanmoins, et puis tu te doutes que tes côtes ne te le pardonneraient pas. Tu écoutes la proposition de William puis Wade s’en mêle, et tu t’énerves à nouveau. « Non, non, non. Pas question que je te laisse te vider de ton sang au milieu de cette foutue forêt. » Ta rancœur est désormais plus sourde, plus intériorisée, tu crois naïvement que ça affectera peut-être moins ton frère de cette manière. Tu t’adresses en suite au cuisinier. « Je crois que je peux marcher, mais je pense pas que je pourrais aider Wade. Mon torse me fait un mal de chien. J’peux peut-être porter le sac, par contre. » Tu t’en approches sans plus attendre, et tu le passes sur tes épaules, non sans faire une tête pas possible. La douleur semble supportable, pour l’instant. C’est quand même terrible cette tendance à te pousser toujours plus loin. Il faudrait qu’on te dise que tu es stupide pour autant chercher à te faire mal et à te mettre en danger. C’est d’une témérité sans non, et ça frôle les pulsions suicidaires. Est-ce qu’il y a pas un peu de ça, finalement ? On t’a tellement fait comprendre que tu avais moins de moyens de te faire mal à ta disposition que les autres, que finalement tu essayes encore et toujours à aller plus loin. Quelqu’un finira bien par te mettre devant le fait accompli, de toutes manières.

Tu suis du regard William qui redresse ton frère, et qui vous lance une insulte un peu plus consistante cette fois-ci. Tu hausses les sourcils, plus impressionné qu’offensé, tandis qu’il s’éloigne un peu avant de vomir ses tripes au milieu des bois. Le bruit si particulier de ce genre de spasme te dégoûtera toujours. La remarque de Wade te rendrait presque le sourire. Presque. « C’est parce que c’est pas un trou du cul de Lester, lui. » réponds-tu d’un ton pince sans rire. Le benjamin est en train de pâlir à vue d’œil, et ton angoisse recommence à s’accroître. « Bon William, si tu as fini, il faut qu’on y aille, et il faut qu’on se grouille, parce que j’ai pas très envie que mon frère se vide de son sang parce que t’as les tripes d’une gamine de six ans qui souffre de la turista, d’accord ? Alors on y va, maintenant. Et aide-le, tu veux ? »

Pris d’une nouvelle salve d’adrénaline, tu te mets en marche. Plusieurs fois au cours du trajet, le monde se met à tourner autour de toi tant la douleur te vrille la tête, mais tu ne t’arrêtes que quelques secondes à chaque fois, en attendant que ça cesse. Mu par l’inquiétude envers ton frère, tu ne tiens à te laisser distancer, ni à retarder le groupe. Une fois assez près de l’institut, tu te concentres pour penser à des mots simples mais puissants. De l’aide. Mon frère. Blessure par balle. Rapidement, une équipe médicale sort de l’institut pour vous rejoindre. En les voyant, ton soulagement est tellement grand, que la douleur profite de la baisse d’adrénaline pour décupler sa puissance, et tu gémis en te rendant réellement compte de ton état. On vous aide à atteindre l’infirmerie et on te force à t’allonger. « Mais Wade… » « On s’occupe de lui, allongez-vous, maintenant, et dites moi ce qu’il s’est passé. » Tu ricanes amèrement, mais ton petit rire s’estompe rapidement, tandis que tes côtes te rappellent à l’ordre. « J’vais vous le dire moi, ce qu’il s’est passé, il s’est passé que mon petit frère n’as pas de cervelle, voilà. Mais vous savez, c’est un Lester, alors ça doit être de famille, nan ? » Ta petite plaisanterie ne fait aucunement rire l’infirmière. « Dis-leur toi, William, parce que moi j’en peux plus. » Tu abandonnes et finis par t’allonger sur le lit en grognant. « Monsieur Lester, votre mutation nous empêche de vous donner de la morphine, nous sommes déso… » Tu l’interromps d’un geste vague de la main. « C’est pas grave, j’peux faire sans, filez-en plutôt à Wade. »



heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: modérateurclasse deltaspicy squirrels
- William Wallace -
duco corporis

Xavier's ears and eyes
Bouclier permanent : qu'il soit physique ou mental, rien ne peut l'atteindre, sauf s'il baisse volontairement sa garde, ce qui arrive rarement...
Cuisinier de l'institut
05/06/2015
Channing Tatum
Lion-lame et autres
624

MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   Mer 6 Avr - 14:08



To shield or not to shield


Graham, Liam et Wade.

Ils étaient cinglés, tous les deux. Liam, moins indulgent, a pensé "complètement tarés" pour tout dire, mais peu importe les détails techniques, toujours est-il que les Lester sont des gens disons... Particuliers. L'un s'était tiré dessus, l'autre avait demandé à ce qu'on lui tire dessus et, blessés tous les deux à présent, le premier faisait mine de vouloir se débrouiller tout seul tandis que le second se chargeait inutilement d'un sac alors que ses côtes étaient brisées.
Sérieux, on aurait pu revenir le chercher le sac. De toute façon, après toute cette histoire, Liam aurait besoin de se défouler pour extérioriser le traumatisme qu'il venait de vivre. Oui le traumatisme : il ne vit que pour aider les autres et à cause de lui deux personnes étaient blessées. Même si, en ce qui concerne Wade, il se sentait nettement moins coupable. Au contraire, il était même très en colère !
La colère, elle monta d'un cran quand les "deux tarés' plaisantèrent entre eux, Graham reprenant même le terme peu élogieux de "trou du cul" pour les désigner tous les deux. Quand il eut fini de vomir, ce qui est, soit dit en passant, une réaction tout à fait justifiée au vu des événements, notre cuisinier regarda tour à tour les deux hommes, retenant tous les noms d'oiseaux qui lui passaient par l'esprit.
Sauf que Graham en rajouta une couche et que Liam eut très envie de partir en courant pour les laisser se débrouiller seul. S'il n'avait pas sincèrement redouté pour la vie de Wade, il l'aurait fait.

_ Ta gueule Graham, vraiment, ferme ta gueule. Et toi aussi l'abruti !

Wade tenta vaguement de résister mais Liam ne lui laissa pas le choix et il le supporta (littéralement) jusqu'à l'arrivée à l'institut. Par miracle, une équipe vint prendre en charge les blessés et au vu de la couleur du visage de Liam on insista pour qu'il vienne avec. Le cuisinier aurait préféré partir mais il ne voulait pas manquer de respect à des personnes innocentes. Or, ce n'était pas la faute des soignants s'ils étaient dans cet état.
D'ailleurs, nécessairement, on demanda des explications. Liam répondit laconiquement mais avec un langage qui surprit toutes les personnes présentes, hormis les Lester.

_ Abruti numéro 1, lança-t-il en désignant Graham. S'est fait tirer dessus par les soins d'abruti numéro 2, pour tester la projection de mon bouclier sur une splendide idée de notre manipulateur de directeur !

Oui, même énervé, Liam reste poli en parlant de son mentor. Mais il entendrait parler du pays !

_ Ensuite, abruti numéro 2 n'a rien trouvé de mieux que de retourner l'arme contre lui sans prévenir alors qu'il n'a pas la peau par balle. On peut donc lui décerner la palme du plus grand abruti des deux ! Félicitations abruti !

Ouais, il passait un peu en boucle notre Liam mais faut le comprendre aussi. D'ailleurs, il s'assit parce qu'il avait un peu les jambes coupées et un relent de nausée qui le saisissait. Sauf qu'il ne vomirait pas, il le décida très fort. Pendant ce temps, Graham entendait le fait qu'il ne pourrait recevoir d'antalgiques et Liam se dit qu'il n'avait pas non plus songé à cela.
Mais ce n'était pas sa faute, abruti numéro 1 avait fait son choix aussi.

_ Non, il n'en mérite pas ! D'ailleurs, vu comment il s'amusait à tripoter la plaie, vous devriez le recoudre sans l'endormir ! Ca lui apprendra peut-être à ne plus se tirer dessus !

S'en était trop, Liam préféra se relever et partir. Après un dernier regard pour les Lester, il sortit en ignorant les remarques qui soignants qui auraient préféré le garder à l'oeil. Pour tous ceux qui connaissent le cuisinier poli, timide et réservé, il était clair qu'il n'était pas dans son assiette.
Mais il n'y avait pas grand chose de médical dans l'histoire. Quoique, l'usage intempestif de son don l'avait épuisé, c'est pourquoi à défaut d'aller courir ou monter à cheval pour se défouler, il préféra aller dans sa chambre où Shamrock remarqua aussitôt qu'il n'allait pas bien. Refermant la porte derrière lui, Liam se mit à étreindre l'animal avant d'éclater en sanglots.
Il était toujours en colère, mais il avait surtout eu très peur. Jamais, sous aucun prétexte, il ne recommencerait...
© code by Lou' sur Epicode



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]   

Revenir en haut Aller en bas
 
To shield or not to shield [Pv Graham et Wade Lester]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Shield vs Wyatt Family
» [WWE] The Shield vs. Team Hell No & Ryback (TLC 2012)
» WWE TLC : The Shield vs. vs. Braun Strowman, The Miz, Cesaro & Sheamus
» Chez Graham, Maître d'armes
» Dead Mood [pv Rik]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: XAVIER'S SCHOOL :: extérieur de l'institut-