.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 merry christmas ya filthy animal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: merry christmas ya filthy animal    Mer 25 Fév - 1:30


❝ merry christmas ❞
repas de noël
Les quelques jours entre Noël et le week-end suivant t’ont paru à la fois très longs et extrêmement courts. Tu avais hâte de revoir ta famille, d’emmener Ciel avec toi pour lui faire découvrir la maison qui t’a vu grandir. Mais d’un autre côté, ces quelques jours ne t’ont pas laissé assez de temps pour décrypter et digérer ce qu’il s’était passé le soir de Noël. Toute cette peine que tu avais laissé s’échapper aurait du te permettre de te sentir mieux, mais quelque part ça t’avait un peu fait peur de te rendre compte que tu souffrais autant. Voilà que tu recommençais à repousser la réalité, tout comme tu as soigneusement fait attention à ne pas penser à la soudaine proximité qui s’était installée entre toi et ton meilleur ami ce soir-là. Il faut croire que c’était un peu trop de choses à assimiler pour toi, et tu aurais bien aimé avoir un peu plus de temps pour comprendre ce qu’il t’arrivait.

Toi et Ciel vous étiez mis d’accord pour faire du covoiturage, et tu avais accepté que vous preniez sa voiture car ta mustang tombait aléatoirement en panne, il valait donc mieux s’assurer d’arriver à bon port sans encombres. Vous êtes donc partis à neuf heures, pour arriver vers midi. Ciel a pris le premier le volant, et heureusement car vous aviez à peine quitté l’institut que tu dormais déjà. La voiture te berce si tu n’es pas au volant, c’est comme ça. Une heure plus tard, tu as ouvert les yeux, et commencé à discuter avec Ciel de tout et de rien, à faire des blagues stupides, et à chanter les chansons de Noël qui passaient à la radio.  Puis ça a été ton tour de conduire, mais tu ne t’es pas tu pour autant, au contraire. « Allez Ciel, chante avec moi! All I want for christmas is youuuuu ! » Tu es euphorique, extatique même. Ca doit être l’esprit de Noël qui fait des siennes. Peut-être que la neige a son rôle à jouer aussi. Mais plus ton village natal se rapproche, plus tu te sens impatient et tu dois te retenir pour ne pas dépasser les limitations de vitesse. Ce n’est pas ta voiture, et puis ce serait dommage d’avoir un accident le jour où vous comptiez fêter Noël.

Bientôt, le panneau familier annonçant l’entrée dans le village de Townshend fait son apparition au bord de la route, et tu affiche un sourire paisible en le voyant. La maison n’est plus très loin. Tu longes encore quelques pâtés de maisons pour finir par t’arrêter dans la cour d’une demeure d’un blanc immaculé, assez grande sans être immense, qui n’a rien d’exceptionnel mais qui reste agréable à regarder. Mais ton jugement n’est pas objectif, tu le sais. Tu ne vois pas la voiture de ton frère. « On est arrivés ! Et on dirait qu’on est les premiers. » déclares-tu, tout sourire. Tu détaches ta ceinture, ouvre ta portière et sort de la voiture. Tu attrapes tes bagages ainsi que ton sac rempli de cadeaux, et te diriges vers la porte d’entrée pour sonner. Quelques secondes plus tard, la porte s’ouvre et ton visage s’illumine lorsque tu vois ta mère. « Graham ! » « Salut Maman ! » Tu pose toutes tes affaires sur le seuil pour la prendre dans tes bras. Par-dessus son épaule tu aperçois Marie dans le couloir et ton sourire s’élargit encore plus. Tu libère ta mère de ton étreinte pour qu’elle puisse dire bonjour à Ciel et te rues à l’intérieur de la maison pour serrer ta sœur dans tes bras. « Graham tu vas me briser les os ! » « Je m’en fiche, tu m’a manqué. » répliques-tu. Tu sens son rire s’étouffer contre ton épaule et tu ne pourrais pas te sentir plus heureux qu’en ce moment même. « Tu m’as manqué aussi. » Tu la laisse finalement partir pour aller récupérer tes affaires qui traînent encore en plein milieu de l’entrée. Le regard de Marie se pose sur ton meilleur ami. « Ciel, enfin je te vois en chair et os ! Je dois dire que la webcam de Grammy ne te flatte pas du tout, tu es beaucoup mieux en vrai ! » Tu esquisses un sourire amusé avant de monter tes affaires dans ta chambre, qui n’a pas bougé depuis que tu l’as quittée à 21 ans, des posters de différents groupes de rock accrochés aux murs. Tu jettes tes sacs sur ton lit avant de redescendre. « Ciel je suppose que tu vas dormir dans la chambre d’amis ? C’est la deuxième porte à droite, par là. » dis-tu en lui indiquant la direction à prendre. Tu entres dans la salle à manger et tu remarques immédiatement qu’il y a une assiette en trop. « Tu as rencontré quelqu’un, Marie ? » demandes-tu, un peu perplexe. « Non, dit-elle en riant. C’est Wade qui amène quelqu’un avec lui. » « Ah oui ? » « Oui, elle s’appelle Seven, je crois. » « Oh. » Tu ne peux pas t’empêcher de sourire un peu bêtement. Tu es content que Seven vienne, et tu es encore plus content que ce soit Wade qui ait prit l’initiative de l’inviter. Oui, c’est parfait. Pour un peu tu t’en frotterais presque les mains. Tu es irrécupérable, vraiment. Finalement, Ciel réapparaît dans la pièce, et tu lui souris. « Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas, d’accord ? »


© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Lun 9 Mar - 21:40

merry christmas.

graham & ciel & seven & wade
❝ I don't want a lot for Christmas there is just one thing I need I don't care about the presents underneath the Christmas tree I just want you for my own More than you could ever know Make my wish come true all I want for Christmas is you ❞

« Ça va faire bizarre, de t'entendre parler à travers ça. » Ton doigt désigne la tablette posée sur ses genoux, garant de sa communication avec le monde extérieur depuis des années. « Je me suis habitué à ta voix normale. » Pour toi, c'était devenu finalement naturel de l'entendre parler ainsi, de façon saccadée, presque robotique. Tu t'y étais habitué très vite en fait, privilégié, fasciné dans un sens par sa capacité à imiter des sons qu'elle n'entend que dans ses songes. Malgré vos essais depuis ton arrivée à l'institut vous n'aviez toujours pas résolu son problème, et sa capacité à entendre  ne pouvait donc pas s'améliorer, encore moins celle de parler de façon limpide. Tu aimais croire qu'avec de la pratique, peut-être qu'elle s'améliorera sans avoir besoin de son audition. Si elle avait quelqu'un avec discuter, ce qui aurait du être toi, si tu n'avais pas provoqué ce malaise au bal la semaine précédente et celui que vous avez causé l'autre jour, quand elle s'est réveillée nue dans ton lit sans savoir ce qu'il y faisait. Tu n'en avais toujours pas parlé, reportant la conversation sur autre chose..Finalement elle t'avais pardonné en quelques sortes, du moins, tu le supposais. C'est ce qu'indiquait sa présence dans ta voiture, alors que vous passiez la frontière entre l'état du Massachusetts et le Vermont, où tu es né. Vous habitiez vraiment au fin fond de la campagne, les Lester. Votre village ne doit pas compter plus de mille trois cent personnes dont la plupart sont des personnes âgées, vivant paisiblement une bonne retraite dans un village sans histoire...Jusqu'à vous. Ou plutôt, jusqu'à ce fait divers, sur ton frère. Ce procès relaté à la télévision qui n'était pas passé inaperçu dans tout le pays, encore moins à Townshend où tout le monde connaît tout le monde. Où tout le monde savait tout de tout le monde ou presque.  

C'était toujours aussi étrange de rentrer chez toi. De voir le panneau à l'entrée de la ville, ton ancienne école..Comme si tout était habité de souvenirs morts, qui n'étaient pas à toi. Vous passiez à faible vitesse devant le panneau scolaire indiquant le passage clouté devant l'établissement que tu t'étais prit par deux fois en pleine tête, sans que cela ne te fasse sourire, balançant juste l'information à ta passagère pour détendre une atmosphère tendue. Vous n'étiez pas vraiment fait pour passer trois heures dans la même voiture avec pour compagnie un chat, un singe et un ipad qui balançait de la musique de façon tout à fait aléatoire. « Je te dirais bien de chercher des yeux une maison blanche et que ce sera la bonne, mais elles le sont toutes ici...» Un écrin de verdure où les voisins n'étaient pas trop trop gênants, où la foret empiétait même devant les maisons et sur le moindre espace de verdure. Vous remontez quelques mètres encore quand ton index se plante dans la direction d'une maison tout aussi immaculée que les autres, perdue derrière des arbres. Tu gares la voiture dans l'allée surchargée, entre la voiture de ta mère, celle de ta sœur, de Ciel et à présent la tienne..Tu étais encore le dernier à arriver, ça ne changerait pas trop de d'habitude. « Je prends les bagages. Tu veux bien pendre Crick et Francis avec toi ? » Tu te tournes vers elle, pour être certain qu'elle ait réussi à lire sur tes lèvres malgré tes yeux encore posés sur ton allée, ce qu'elle semblait avoir fait. Cela te dépassait totalement, sa tenue élégante, ses cheveux fraîchement coupés pour cette occasion et les chaussures à talons qui faisaient peut-être un peu trop habillé pour votre simple dîner avec ta famille où personne n'avait vraiment fait d'effort hormis vos invités sûrement. Elle voulait être parfaite à leurs yeux peut-être. L'espace d'une seconde ta main se pose sur son front, comme si il était beaucoup plus simple d'effectuer se geste plutôt qu'effleurer sa main, ou bien sa joue. C'était aussi beaucoup plus étrange. Si elle stressait durant ce repas c'est sûrement ce que tu feras, malgré le regard hébétés de tes proches...Pas grave, ce n'est pas comme si vous étiez normaux, vous tous. « Ça va aller. Ils vont pas te dévorer toute crue t'auras le temps de les voir venir. » Oh oui, elle les verrait s'approcher avec leurs grands sabots. Tu n'as jamais été du genre à ramener qui que ce soit à la maison, si ça été arrivé plus de trois fois c'était bien le bout du monde, alors, ramener une fille à Noël c'était aussi étrange que voir ton père porter un badge j'aime les mutants. C'était de l'ordre de l'impossible. Malgré le fait que tu es insisté pour que Marie garde la venue de ton amie secrète. Tu avais aussi énormément insisté sur ce dernier terme, amie, comme dans pote, comme dans collègue. Étrangement tu redoutais un amalgame qui la mettrait mal à l'aise et toi aussi du coup. C'était trop compliqué à expliquer et tu préférais lui en parler en personne, à ta chère sœur qu'il te tardait de retrouver.

Ta main quitte son front et tu ouvres la porte à la volée, saisissant les bagages dans ton coffre pour rejoindre le porche de la maison et sa terrasse. «  Maman ? » Tu as à peine le temps de parler qu'elle se trouve déjà dans le cadre de la porte alors que tu poses les sacs et la valise sur un des canapés vous servant les soirs d'été et qui faisait vaguement tâche, en plein hiver alors que la neige tapissait les sols du Vermont. « J'ai entendu la voiture dans l'allée ! Mon dieu tu as encore maigrit Wade alors que ton frère c'est l'inverse.» Elle s'approche de toi et se met à pincer tes cotés trop maigrichons à son goût avant que tu ne l’enveloppe de tes bras pour un câlin dont elle avait sûrement besoin plus que toi. « Ça c'est la bière Maman, puis je ne suis pas maigre..arrête de t’inquiéter pour rien je te promets que je mange au moins deux fruits et légumes par jour.» Tu es ironique et elle le sait, elle s'éloigne un peu en riant jaune, pinçant ta joue légèrement. « Arrête de te moquer  de ta mère et fais-moi un bisou jeune homme. » Tu soupires, son amusement éclaircit un peu ton esprit et tu lui adresse un sourire, avant de lui faire un bisou sur la joue comme quand tu mesurais un bon mètre de moins. Tout allait mieux avec ta mère depuis quelques années déjà, depuis qu'elle savait en fait et que tu ne fuyais plus vos étreintes. Mise dans la confidence, elle ne s'inquiétait plus autant qu'avant pour toi, tu étais...toi, unique, mutant comme tu frère et incapable de savoir ce qu'il a dans le crane. Ce n'était pas juste une crise d'adolescence qui t'avais plongé dans ton mutisme, c'était quelques choses de bien pire que cela. Des bruits de pas se font entendre derrière toi, se voulant discret et pourtant, le claquement des talons sonne à vos oreilles et te fait reculer jusqu'à la jeune mutante dans les bras de laquelle tu récupères ta boule de poil après l'avoir remercier. «  Oh, et, Maman. Je te présence Seven, ainsi que son singe, Francis...Marie a du t'en parler un peu. » Si tu avais évoquer votre amitié, tu avais également rappelé à ta sœur les quelques choses à savoir sur elle. Surdité, capacité à lire sur les lèvres, ipad intelligent et un capucin un peu envahissant. « Et bien enchantée, Seven et..monsieur le singe. » Elle s'avance légèrement pour une étreinte de bienvenue avant de s'en aller. Elle devait avoir à faire dans la maison encore, c'est pas tous les jours que la maison était de nouveau habituée par ses trois terreurs et leurs amis. En parlant d'ami.. « Je vais aller dire bonjour à Marie, tu veux venir avec moi ? Avant d'aller monter tes affaires dans ma chambre vu que...Il y a un autre invité. » Ciel, le meilleur ami de ton frère aîné. Il avait un pouvoir assez similaire au tiens, semblait te comprendre comme parfois..effrayé, de ce que tu pouvais lire en lui. Tu n'as jamais montré de signe qui pouvait le laisser penser et pourtant, tu connaissais ses sentiments pour ton frère, tu en avais même une très large idée, sans jamais lui en avoir parlé. Il était peut-être temps maintenant.

Suivant ta mère, tu rentres dans la maison, te laissant guider par la voix de tes aînés. « On est là ! » « Wade !  » A peine tu as passé le pas de la porte que ta sœur remarque ta présence et ouvre les bras. Elle savait pertinemment que c'était la première chose que tu voudrais faire en arrivant ici, te réfugier dans ses bras et ne plus en bouger. C'est ce que tu entreprends de faire en te calant contre elle, la tête enfouie dans son cou. « Tu m'as manqué aussi petite tête. » Si vous êtes tous proche les un des autres, Marie est sûrement la personne à qui tu fais le plus confiance sur cette planète. Puis ensuite ce serait ton frère, qui était pas loin. Tu la relâches à regret, tu aurais tout le temps que tu voudrais pour lui dire tout ce que tu lui avais caché ces derniers mois, trop compliqué ou trop important pour être dit au travers du téléphone ou d'un sms. « Salut..vous deux. » Tu adresses un sourire à ton frère et à son ami pendant que ta sœur approche la nouvelle venue dont elle avait tant entendu parler. « Bienvenue à la maison Seven ! Les garçons m'ont beaucoup parlé de toi ! Et puis wow, tu t'es faite toute belle quelle élégance ! » « Pas pour moi en tout cas ! » Tu lances, comme tu lances beaucoup d'idiotie en présence des tiens. L'euphorie de tes proches, voilà ce qui te faisait du bien à l'approche des fête, ça réchauffait ton âme, tu allais beaucoup mieux. Ça te manquait tant.


LOVE SONG FOR A ROBOT
A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal, You look so tired-unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I'll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, With no alarms and no surprises, just silence silence, no alarms and no surprises please. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Lun 16 Mar - 22:41

Montage créé avec bloggif Merry Christmas ! Montage créé avec bloggif


Tout avait été très vite, et en même temps très long, depuis que ton meilleur ami avait laissé exploser son mal-être. Enfin... c'est surtout toi qui l'y a poussé, il faut l'avouer, et ça ne te fais vraiment pas plaisir, mais tu ne lui as pas infliger ça par caprice. Tu sais que s'il ne vide pas son sac de temps en temps, ça va le bouffer de l'intérieur, parce que tu sais que derrière la façade du mec souriant et blagueur, les plaies sont toujours là, à vif, cuisantes. Après... C'est la façon dont tu as gérer la crise qui est discutable. Ca t'énerve parce qu'en plus c'est ton métier, mais tu ne sias jamais comment réagir face à l'ancien soldat, alors que pourtant, s'il y en a un que tu voudrais aider, c'est bien lui... Tu t'es forcé à ne pas trop y penser en t'occupant, avec tes cours, des livres, en appellant ta famille, en allant à la bibliothèque... Tu avais surtout peur que Graham mettes de la distance entre vous depuis ce petit bisous sur la joue, mais il n'a pas du tout changé de comportement. Tant mieux.

Vous roulez sans rencontrer de bouchon. Ton meilleur ami s'est réveillé, et s'est aussitôt remit à faire le pitre, en chantant à tue-tête les chansons de Noël qui saturent la radio, en te racontant des blagues stupides qui pourtant te font sourire ( et ce depuis les cinq ans que vous vous connaissez ) et en discutant de tout, de rien. Tu ne peux t'empêcher de remarquer qu'il est heureux comme un gosse et ça suffit à te mettre de bonne humeur. Pour un peu tu t'attendrais à ce qu'il te demande «  c'est quand qu'on arrives, dis, dis, diiiis ? ». Mais tu le comprends, tu sais à quel point il adore sa famille et bientôt son euphorie te gagne.

- Allez Ciel chantes avec moi ! All I want for christmas is youuuuu !

Note pour plus tard : un Graham heureux égal un Graham qui chante égal un Graham potentiellement dangereux. Tu le vois trépigner et tu te félicites de l'avoir convaincu de prendre ta voiture et pas sa mustang, sinon tu paris qu'il aurait déjà dépasser la limitation de vitesse.

Tu n'es jamais aller à Townshend, mais d'après ce que tu en vois par la vitre, c'est une jolie petite ville. Ton meilleur ami se gare dans la cour d'une maison, grande et blanche, que tu n'as pas vraiment le temps de détailler  que Graham sort déjà.

- On est arrivés ! Et on dirait qu'on est les premiers !

Tu le regardes attraper ses valises en un éclair et foncer à l'intérieur. Ton meilleur ami étreint sa mère, puis se jette presque sur sa sœur. Tu connais un peu Mme Lester, qui est déjà venue à l'Institut, et la salues chaleureusement tout en la remerciant pour l'invitation.

- Graham, tu vas me briser les os !
- Je m'en fiche tu m'as manqué.
- Tu m'as manqué aussi.

Tu sens l'affection poindre devant ce tableau si touchant. Tu sais combien ton meilleur ami  aime sa sœur, d'autant plus qu'il ne la voit que rarement. Il ne manque plus que Wade pour que la fraterie soit au complet.

- Ciel, enfin je te vois en chair et en os ! Je dois dire que la webcam de Grammy ne te flatte pas du tout, tu es beaucoup mieux en vrai !
Le surnom ne manque jamais de te faire sourire. C'est trop mignon, mais tu sais que le professeur d'auto-défense te mettrait KO si tu l'appelais comme ça, même juste pour le taquiner..
- Bonjour Marie ! Tu dois mieux passer à l'écran que moi, parce que tu es aussi belle qu'en webcam, même si je suis content d'enfin te rencontrer officiellement !

Vous discutez un peu avant que Graham 'arrive pour t'indiquer la chambre d'ami. Tu t'excuse auprès de tes hôtes et va déposer tes affaires, pour ne pas envahir leur entrée, entre ton grand sac et la cgae de Grimm... qui d'ailleurs n'a pas l'air d'apprécier d'être enfermé depuis si longtemps. À peine sa cage ouverte, le chat file se pelotonner sur le tapis. Tu jettes un œil circulaire à la pièce. Ca te fais bizarre, de te dire que c'est la maison où Graham a grandit et vécu. Tu te demandes à quoi ressemblait ton meilleur ami, enfant. Il était sûrement déjà très protecteur et un peu autoritaire, à s'inquiéter pour sa fratrie et prêt à surgir de derrière un buisson pour les défendre de quiconque oserait les embêter. L'archétype du grand frère.

Tu retournes avec les autres et remarques d'emblée l'air  machiavélique de Graham. Il ne lui manque plus que la moustache à tortiller et on le prendrait pour le méchant qui sait que son horrible plan est sur le point de se réaliser. Mais déjà il se tourne, te voit et retrouve une expression plus tempérée.

- Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésites pas, d'accord ?
- Merci encore, pour l'invitation, tu répètes avec un sourire,  Et d'accord, mais j'essaierais d'éviter de trop te déranger. Profites de ta famille.

Tu aperçois la table et fronce un bref instant les sourcils. Tu étais persuadé que vous n'étiez que six, mais tu t'es visiblement trompé. Puis, comme tu vois l'ombre du rictus satisfait de Graham qui flotte toujours sur ses lèvres, tu lui demandes

- J'ai le droit de savoir pourquoi tu as cet air digne du Joker ou c'est top secret ?

Dans ta poche, ton portable vibre pour signifier qu'il est presque vide. D'ailleurs en parlant de téléphone...

- Tu as eu des nouvelles de Wade ? J'espère qu'il n'est pas tombé dans les bouchons... Ou qu'il n'a pas eu de panne d'oreiller.

Comme pour te prouver que tu t'es trompé, le susnommé entre à ce moment, et se rue sur sa sœur pour la serrer contre lui. Quand il la lâche, il se tourne vers vous

- Salut... Vous deux.
- Bonjour Wade, tu dis en lui serrant la main

La façon qu'a Wade de vous saluer te sembles un peu... étrange.Tu ne sais pas trop sur quel pied danser avec le jeune homme, parce que tu ignores s'il sait pour tes sentiments pour Graham. Visiblement non ( du moins tu préfères y penser comme ça ) car il n'a jamais rien dit qui pourrait le sous-entendre... Tu préfères ne pas y penser, il n'y a pas de raisons, c'est ta paranoïa qui remonte. C'est Noël, alors ne commences pas à te prendre la tête.
Pour un peu, tu t'attends à ce que Graham feinte une crise de jalousie, type «  comment-je-n'ai-pas-eu-d'accueil-aussi-chaleureux-que-Marie-je-proteste » mais cette pensée est vite éclipsée par la remarque de Marie

- Bienvenue à la maison Seven ! Les garçons m'ont beaucoup parlé de toi ! Et puis wow, tu t'es faite toute belle quelle élégance !
- Pas pour moi, en tout cas.

Effectivement, la jeune fille est juste derrière Wade_ sa plaisanterie t'amuses, il est comme son frère sur ce point. C'est donc elle, l'invitée surprise... Tu n'étais pas au courant, mais tu ne t'en plains pas, au contraire. Tu ne connais pas bien Seven mais, malgré sa timidité, la jeune fille a l'air d'être quelqu'un de très gentil.Tu lui souris, tu as moins l'impression d'être venu t'incruster au repas de famille.

- Salut, Seven ! Vous avez fait bonne route ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicroncrazy foxes
- Seven Owlbreaker -
superior minds

Célibataire. Point.
Elle peut ressentir le futur et le passé. L'entendre, en sentir des odeurs, en subir les douleurs ou simplement ressentir des sentiments liés aux moments de la vie d'une personne ou d'un lieu. Elle pousse aussi un cri qui effraie et fait souffrir la personne physiquement. Ce cris prévient d'une mort éminente.
Intendante. Professeur à remplaçant de maths, sciences et biologies.
09/12/2013
Elizabeth Olsen.
Timeless (ava) & tumblr (gifs).
385

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Mar 17 Mar - 20:20


   
Merry Lestermas

With this Noah's Ark, the world is doomed.
 « Avec tout mon respect, cela fait la sixième robe que tu essaies... un choix s'impose. » La voix robotique de Lohélia, ton ipad douée d'une intelligence artificielle, raisonne dans ta chambre. Elle a raison, malgré le ton qu'elle emploi, tu essaies des robes depuis la veille, incapable de faire un choix, tu veux être parfaite, tu ne veux pas faire honte à Wade ou Graham. Tu sais à quel point la famille est importante à leurs yeux, tu ne veux pas tout gâcher, pas encore. Et puis, tu n'as pas l'habitude de ce genre de soirée familiale, à dire vrai, tu ne sais pas du tout comment ça marche, tu ne connais que la version film de ses rassemblements festifs, mais ton intelligence te pousse à croire que le cinéma ne retranscrit pas au mieux ses événements. Tu ne sais donc pas quoi faire, quoi mettre et même quoi dire, à un tel point que tu as préparé une liste de choses à répondre, des choses intéressantes que tu as trouvées sur un site obscur du nom de « paraître cool pendant les diners de famille » , tu ne sais pas trop si connaître la superficie de la Nouvelle-Zélande ou encore la date de la mort d'Hitler t'aidera réellement à te faire accepter, ni même si les blagues que tu as notées sont vraiment drôles, mais tant pis, c'est ton seul point de soutient, car honnêtement, tu n'oses pas demander plus de détails à Wade. Pour plusieurs raisons. Votre relation est encore fragile et toi-même tu as du mal à la décrire, alors venir lui donner une raison de plus de te rejeter, ce n'était pas franchement l'idée du siècle, sans parler du fait que lui-même ne semblait pas franchement à l'aise en société à cause de son pouvoir, alors peut-être était-il aussi nul que toi, peu de chance que ce soit le cas, mais peu importe, hors de question de passer pour une idiote en lui demandant un mode d'emploi détailler sur les coutumes des repas de Noël en famille. « Il faut que je sois parfaite, être bien habillée c'est une façon de montrer tout l'honneur qu'on a de diner avec eux... Et puis peut-être que ce sera un tournant de ma vie, que j'évoluerais enfin en comprenant le sens du mot famille par procuration et puis...» « Malgré ma programmation, et mon respect indéniable, j'aimerais souligner que je ne porte pas un grand intérêt à l'évolution de ta vie, car cela ne me touchera en aucun point. » Haa Lohélia et son égoïsme. Elle développait cette aptitude depuis quelque temps, son intelligence se faisait de plus en plus humaine, car créée grâce à une vision d'un lointain futur, toutefois, tu en as l'habitude et malgré une grimace tu ne relèves pas l'affront. Tu continues de t'observer dans la classe avec pour seul pensé « Pourquoi je suis si moche? » Preuve que ce diner s'annonçait plutôt bien.

Malgré toutes les embuches, tu as enfin trouvé la tenue parfaite, tout du moins, celle dans laquelle tu te sentais la moins moche, ce qui est déjà pas mal. Tu as du mal à tenir sur tes hauts talons, mais tu te sentais obligé d'en mettre, tu trouvais ça jolie et de plus, quelques minutes avant de rejoindre Wade à sa voiture tu t'étais dit que sans talons, ta robe fleurie et sombre en même temps ne ferait pas assez parfait pour les Lester. Résultat, c'est en manquant de trébucher plusieurs fois que tu grimpes dans la voiture de Wade. Tu as deux bagages, une valise et une sorte de grosse mallette noire étranges que tu décides de garder avec toi en plus de ta tablette et ton petit sac à main trop brillant. À peine rentrer dans la voiture, tu te rends compte que le chemin sera long. Tu as prévu quoi dire au repas, mais pas durant le voyage d'aller, seule, avec Wade. Tout est trop bizarre entre vous. Tu es amoureuse de lui, mais lui, il ne peut pas aimer, d'un autre côté, il a des doutes sur ce qu'il est capable de ressentir quand tu es là, il veut être sur que c'est ses sentiments qu'il ressent et pas juste un reflet des tiens, sans parler du fait que tu te sois retrouvé nu dans son lit sans plus d'explication. Tu as du mal à savoir ce qui se passe entre vous. Une partie de toi-même veut essayer de vivre quelque chose avec lui, si demain il te demandait de tout abandonner pour vous donner une chance, tu le ferais, de l'autre, un truc, un détail, te pousse à croire que jamais rien ne se passera et que tu devrais vivre ta vie, enfin essayer. Ou comment faire compliquer quand tout l'es déjà bien assez. Il te sort de tes songes après quelque temps de silence, parlant de ta voix que tu n'offriras sans doute pas aux invités, préférant la voix suave de tablette à ta voix saccadée et si peu naturelle. « C'est mieux comme ça... je voudrais pas mettre mal à l'aise ta famille.» Tu le sais, quand tu oses parler, les gens se sentent mal, ou ils te prennent pour une idiote complète. Tu ne veux pas de ça ce soir, et même si tu affiches un sourire convaincu, au fond de toi, tu as peur, tu es mal à l'aise, tu ne sais pas ce qui t'attends et ton côté scientifique déteste cette idée de ne pas savoir, de ne pas avoir prévu les bonnes choses, de te lancer dans l'inconnue.

En parlant d'inconnu, tu aperçois le panneau de la ville, étrangement, tu repenses à ta propre ville natale, tu vivais dans une ville surement plus grande que celle-là, mais dans un quartier résidentiel bon chic bon genre, où tout le monde connait tout le monde et où les apparences sont aussi trompeuses qu'importantes. Autant dire que pour une jeune mutante comme toi, ayant blessé tant d'enfants en découvrant son don, la vie là bas n'y fut pas idéal. C'est surement pour ça que tu te crispes un peu en observant les alentours, les écoles, les routes, les fleurs, tout te rappelle l'horreur de chez toi. Tu parviens tout juste à capter la phrase de Wade, à laquelle tu réponds par un sourire faussement amusé, beaucoup trop stressée pour vraiment en rire. L'allée est là, vous êtes arrivés. Ton coeur a un raté. Tu vas sans doute faire une crise cardiaque d'ici quelques minutes, à part ça, tout va bien. Tu hoches une nouvelle fois la tête lorsque Mister Lester te demande de prendre les animaux, ça te rassura sans doute d'avoir Francis et son ami dans les bras. Tu l'espères. Peut-être que cet espoir se voit trop, ta peur aussi, car Wade décide de déposer sa main sur ton front, ce qui te surprend, puis t'apaises mine de rien, même si une partie de toi-même se dit « pose la sur mes... mains... » ouais, mains, on va dire que c'est ça qui te vient à l'esprit à cet instant. « Ok... » Voilà la seule chose que ta voix tremblante parvient à laisser s'enfuir. Tu attrapes votre ménagerie, tenant toujours fermement se bagage étrange sur ton épaule, et tu le suis, tu sors de la voiture, manque, encore, de trébucher, mais parvient heureusement à te rattraper, même si l'oeil mécanique de Lohélia n'a pas loupé la scène. « J'ignore si c'est ma programmation qui me pousse à le vouloir, mais je vais filmer ce diner, cela pourra être utile afin d'analyser les réactions de ses êtres humains et de pouvoir... » Les annihiler tous? « Tais-toi, vraiment, tais-toi... » Tu lui murmures ses mots sans ménagements, tu ne veux pas que la famille de Wade se rendre compte que ta machine réfléchis un peu trop, tu sais que tout le monde n'est pas pour l'intelligence artificielle, surtout quand elle montre des côtés aussi sadiques et calculateurs.

Francis sur ton épaule, Francisque tenant sur l'un de tes bras, tu suis Wade, silencieuse, observant les alentours comme si tu vivais un cauchemar éveillé. Toutes ses maisons qui se ressemble te rappellent beaucoup trop ton quartier, ses moments de solitudes et de douleurs que tu as connus si longtemps, les gamins que tu observais par ta fenêtre et qui te jetais des cailloux à la gueule parce que « ouais c'est marrant » , ou encore ses parents qui te lançait ses regards accusateurs en te voyant devant ton école, se mettant à murmurer sur ton compte. Ouais, que de bons souvenirs. Ca ne t'aide pas à aller mieux, mais tu tentes de faire fis de tout ça, tu arbores un sourire poli observant ton ami saluer sa mère. Tant d'amour maternel tu n'as pas l'habitude, la tienne est davantage du genre à te laisser dehors dans le froid ou à te frapper à coup de martinet. Autant dire que tu n'es clairement pas dans ton élément. Le mutant récupère son chat, toi tu souris toujours bêtement tenant du bout des doigts ta tablette, prête à l'activer au bon moment, et priant pour qu'elle ne s'amuse pas à passer des chansons chelous sans ton consentement, comme elle l'a si bien fait durant se voyage en voiture qui t'a paru durer une éternité. Il te présente et la quinquagénaire se rapproche de toi pour une étreinte amicale, tu ne réagis pas, les bras ballants, un sourire crispé sur le visage avant que Lohélia décide de parler. « Enchantée Madame Lester, vous avez une jolie maison. » Ce n'est nullement toi qui viens de taper cette phrase toute faite, elle fait simplement partie du petit répertoire des choses à dire que tu as créée, dieu merci, Lohélia l'a sorti au bon moment. Tout le monde rentre, tu hoches bien sûr la tête à la proposition de Wade et tu le suis, observant la décoration si chaleureuse de l'intérieur des Lester.

La soeur de Graham et Wade fait son apparition et là, quelque chose te frappe. Wade lui saute littéralement dans les bras tel un enfant qui n'aurait pas vu son caniche depuis des mois. Maladroite métaphore je vous l'accorde, mais c'est la seule qui te vienne à l'esprit à cet instant, surement parce que tu n'as pas l'habitude de le voir aussi tactile. Tu te dis alors que se serait plus simple si tu étais sa soeur.... ha non non, mauvaise idée en faite, carrément glauque même. Tu te concentres sur Graham et Ciel, leur offrant un signe de la main maladroit pour les saluer, manquant au passage de faire tomber ton ipad, heureusement, tu as l'habitude, tu le rattrapes juste avant qu'il ne touche le sol et sourit, gênée. Tu ne connais pas beaucoup Ciel, mais tu en as entendu parler, beaucoup, trop, à cause de ça tu as eu des visions du passé et surtout du futur que tu ne préfères pas ébruité à cet instant. Inutile de mettre tout le monde mal à l'aise tout de suite. Marie se rapproche de toi et te complimente, tu t'apprêtes à taper quelque chose sur ton ipad pour lui répondre, mais Wade lâche un commentaire qui t'agace un peu. Tu aurais surement préféré qu'il réponde autre chose, du genre « elle est toujours très élégante » ou « si si c'est pour moi qu'elle s'habille comme ça parce qu'on a très envie de s'envoyer en l'air » rêve utopique d'une amoureuse transit. « Ça,c'est sur que ce n'est pas pour toi. » Oh my god. Ça, ce n'est pas une phrase que tu as écrite, non non, c'est Lohélia qui a jugé bon de faire ce petit commentaire de sa voix robotique, mais tellement sensuelle. Tu laisses échappé un petit rire crispé avant de rapidement taper sur ton écran. « Je veux dire, merci, c'est gentil.. vous aussi... vous êtes très belle. » Espérons que personne ne fera attention aux futures remarques de ton intelligence artificielle ou avec un peu de chance, ils les prendront avec humour. Tu continues de sourire en écoutant Ciel, façon de parler, avant de pianoter sur ton ipad pour répondre. « Salut. Oui oui c'était bien, merci. » L'espace d'une seconde, d'une petite seconde, tu te dis que maintenant, tout va aller parfaitement bien, tu vas contrôler Lohélia. Le hic, c'est que tu oublies ton singe, ce cher Francis qui semblait si paisible sur ton épaule. Ce dernier, à peine ta phrase terminée saute sur cette pauvre Marie, grimpe sur son épaule et se retrouve sur sa tête, caressant ses cheveux de ses petites pattes poilus. Tu te décomposes comme si la mort s'apprêtait à te faucher, tu es figé, tu lances un regard à Wade, comme pour le prévenir que ta fin est proche, vérité que ton ipad semble avoir comprise, elle te connait trop bien. « Tu veux mourir hein? » Tu meurs. Ton singe qui attaque la soeur de Wade. Lohélia qui fait des blagues lugubres. Tu veux t'enfuir en courant, mais ses talons t'en empêchent. Tu appuies sur un bouton, un raccourci sur ton clavier virtuel, car étrangement, tu le sentais, cette phrase, tu allais la sortir très souvent ce soir. « Je suis tellement désolée. » Tu ne bouges pas. Pétrifiée. Merry Lestermas.




(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Mer 18 Mar - 12:35


❝ merry christmas ❞
repas de noël
« Merci encore, pour l'invitation. Et d'accord, mais j'essaierais d'éviter de trop te déranger. Profites de ta famille. » Tu fronces les sourcils, visiblement agacé par sa réponse. « Ciel, je ne t'ai pas emmené ici pour te poser dans un coin et t'oublier, arrête de croire que tu m'embêtes. » Tu espère que tu as été clair et que le message a bien été reçu. Tu ne veux pas qu'il pense ce qu'il vient de dire, tu veux que ce Noël soit autant le sien que celui de la famille Lester. Lorsqu'il te demande la raison de ton sourire digne du Joker, une lueur d'amusement et de malice revient briller dans ton regard, l'air de dire qu'il n'allait pas tarder à le savoir. Ciel s'inquiète de ne pas voir ton frère arriver, et tu es à la limite de sortir une mauvaise blague comme quoi ils se seraient arrêtés en chemin. Tu n'as pas encore bu, tu es capable de te retenir, et puis tu sais que ta mère t'aurais sûrement réprimandé. Tu as beau être un adulte dans la trentaine, ta mère réussit tout de même à te faire suffisamment peur. Et puis tu ne tiens pas à te transformer en l'archétype du beauf. Plutôt mourir. Seven et Wade finissent par arriver, te sauvant ainsi de la stupidité que tu allais dire. La maîtresse de maison se précipite à l'entrée et accueille les nouveaux arrivants.  Tu tends l'oreille pour écouter ce qu'ils disent. « J'ai entendu la voiture dans l'allée ! Mon dieu tu as encore maigrit Wade alors que ton frère c'est l'inverse.» « Ça c'est la bière Maman, puis je ne suis pas maigre..arrête de t’inquiéter pour rien je te promets que je mange au moins deux fruits et légumes par jour. »  « Hey, je suis là vous savez ! Et j'ai pas grossi... » dis-tu bien fort pour te faire entendre. Tu te retournes vers ton ami. « Ciel est-ce que j'ai grossi ? » demandes-tu plus bas, visiblement inquiet. Tu ne tiens pas à avoir des poignées d'amour, tu veux garder ta plastique de rêve. Ca va, les chevilles? Finalement, les derniers invités font leur apparition dans le salon, tu salues ton frère puis Seven en souriant. Tu te penches légèrement vers ton meilleur ami. « Seven est sourde, mais elle lit sur les lèvres, il faut juste bien la regarder quand tu parles, pour que ce soit plus facile pour elle. Elle s'exprime avec sa tablette, qui d'ailleurs possède une intelligence artificielle. » Et juste au moment où tu prononces cette phrase, l'ipad fait un commentaire assez sarcastique sur la blague de Wade, comme pour illustrer tes dires. Tu hausse les sourcils, surpris par le timing quasi-parfait. Ce serait presque drôle, si tu ne te sentais pas terriblement désolé pour ta petite protégée. La pauvre tente tellement de faire bonne figure, mais l'appareil ne semble pas vouloir lui faciliter la tâche, le singe non plus d'ailleurs.

La bête vient de sauter sur ta sœur, et le visage de Seven se décompose. Elle reste là à regarder son singe décoiffer Marie. Alors tu décide d'agir avant que ça tourne au carnage. Le singe n'est pas ton meilleur ami, mais au moins il te connaît, tout comme tu le connais, et tu connais son goût pour la nourriture. Tu prends une cacahuète dans les plats posés sur la table et la tends à l'animal. « Hey Francis ! Ca te dit une cacahuète ? » It's super effective ! Les pupilles de Francis se posent directement sur ta main. Le macaque saute sur ton épaule quelques secondes plus tard et se saisit de la graine pour la manger. Tu souris, fier de toi, avant de te rendre compte que désormais, le singe ne te lâchera plus de la journée parce que tu lui as donné de la nourriture. Tu te dis que c'est pas si grave, alors tu passes outre pour te moquer de Marie qui tente tant bien que mal de se recoiffer en te lançait un regard qui veut dire « oh ça va, hein ! » qui te fait rire de plus belle. Puis tu reposes ton regard sur Seven après t'être calmé. Tu poses une main sur son épaule et lui offre un sourire rassurant. « Hey, ça va aller Seven, t'inquiète ! » Tu veux qu'elle se sentent à l'aise et pour l'instant il semblerait que ce soit loin d'être le cas. « Dis-tu crois qu'on est meilleurs amis, lui et moi maintenant ? Il va me lâcher quand même au bout d'un moment, hein ? Je tiens pas trop à dormir avec lui cette nuit... » Le singe s'est mis à te pouiller la tête. Tu t'en amuses et tu espères que ça peut redonner le sourire à ta petite protégée. Tu veux lui montrer qu'il n'y a pas de soucis à se faire, qu'elle est en sécurité chez les Lester. Toi par contre, tu devrais commencer à t'inquièter, tu ignores encore quels plans diaboliques ton frère et ta sœur ont mis au point dans ton dos.

L'animal finit par te laisser pour retrouver sa maîtresse, tu remarques alors que ta mère commence à s'agiter autour de vous, règlant quelques derniers détails dans la présentation de la table. « Tu as besoin d'aide, Maman? » Elle secoue doucement la tête. « Non, pour l'instant ça va. » Elle sourit, puis reprend. « D'ailleurs vous pouvez vous asseoir! On ne va pas passer la journée debout au milieu de la salle à manger, si? » Voyant que personne ne s'exécute, tu t'assied le premier, suivi de Marie. « Alors Marie, comment vont les affaires? » Ta soeur était une femme d'affaire aguérie, et tu étais plus que fier de la voir si bien réussir. « Pas trop mal, la crise se fait toujours sentir, mais il en faut plus pour nous décourager! » « Finalement, être aussi tête de mule te réussi plutôt bien! » Tu la taquines en affichant un sourire narquois. « Oui mais je peux pas en dire autant de toi! » renchérit-elle. Tu fronces les sourcils, un peu vexé, mais surtout parce que tu ne comprends pas très bien à quoi elle fait référence. Ou peut-être que tu ne veux pas comprendre. Bref. Tu fais signe à Ciel, encore debout, pour qu'il vienne s'asseoir. Ca te met un peu mal à l'aise de le voir se tenir là au milieu. Tu espères qu'il est quand même heureux d'être là, même s'il doit se sentir un peu exclu face à cette majorité de Lesters. Alors tu fais de ton possible pour éviter ça.
© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Ven 20 Mar - 23:21

merry christmas.

graham & ciel & seven & wade
❝ I don't want a lot for Christmas there is just one thing I need I don't care about the presents underneath the Christmas tree I just want you for my own More than you could ever know Make my wish come true all I want for Christmas is you ❞

Ta salutation n'avait rien d’anodine et semble avoir frapper votre invité. Ah, Ciel. Depuis le temps que tu sais pour lui, pour ton frère. En réalité tu l'as su le premier jour où il vous a présenté l'un à l'autre à ton arrivée à l'institut, même si tu l'avais déjà vu grâce à vos conversations sur ordinateur, tu n'as jamais été capable de déceler quelques choses à distance...Alors quelle surprise ça a été. C'est quelques choses que tu n'as pas vraiment réussi à cacher à ta chère sœur. Ça comme tout le reste, plus honnêtement. Comme la gêne parfois entre eux, qui venait de quelques choses qu'ils refoulaient tellement que parfois, ça t'étais à peine perceptible, par exemple. Tu n'as jamais rien dit pourtant, attendant sûrement le meilleur moment pour faire savoir à ce pauvre Ciel que tu le voyais ramer depuis un bon moment déjà, sans pouvoir l'aider. Ton frère est juste une tête de nœuds avec qui tu n'as pas parlé depuis trop longtemps, seul à seul, pour te lancer dans une explication sur la bisexualité...Il le prendrait sûrement assez mal. Désolé pour ton potentiel-futur-beau-frère, c'est avec une tape sur l'épaule que tu lui apportes ton soutien, mais ça, il ne savait pas vraiment.

Ta blague idiote ne fait pas l'unanimité, et pour cause la voix robotique à qui personne n'avait rien demandé s’élève dans les airs à ce moment là, ce à quoi tu souris, faussement amusé par a tablette et sa faculté à parler toute seule. Tu le méritais, non ? Tout ça c'était de ta faute et tu étais le crétin qui l'avait envoyé sur les roses au bal, pas plus, pas moins, puisqu'elle semblait avoir oublié le reste, tout le reste. Tout ce que tu voulais dire au final c'est qu'elle n'avait pas besoin de tout ça à tes yeux,
tu avais du mal à comprendre pourquoi elle tenait à se briser une cheville pour impressionner ta famille...Mais tu n'étais sûrement pas assez normal pour comprendre tout ça, fallait voir ta dégaine parfois pour comprendre.

Comme si l'ipad n'avait pas suffit à mettre Seven dans l’embarras, voilà que c'était Francis qui venait faire l'idiote sur la tête de ta sœur, comme il l'avait fait avec toi d'ailleurs le premier jour où tu l'as rencontré. Il aime bien jouer avec la tête des gens apparemment, ou celle des Lester seulement, tu n'en savais pas trop à ce sujet. Tout ce qui semblait important c'était la tête de Seven, et la remarque de son ipad car oui, tu la sentais la soudaine envie de crever sur place qui la pétrifiait. Heureusement Graham réagit plus vite que toi, trop occupé à analysé la santé mentale de ton amie que de vraiment t'occuper du problème. Il libère votre sœur des petites pattes du singe avec facilité, alors que tu le savais que trop bien, cette petite boule de poil était une véritable tornade, surtout en présence de ton chat parti se cacher sous un meuble sûrement.  « Je tiens pas trop à dormir avec lui cette nuit... »  Tu saisis la phrase et te tournes immédiatement vers ta sœur, balançant à voix basse quelques  mots de façon discrète. «Il n'y aura pas assez de place dans le lit pour eux trois. » Vous saviez très bien de quoi vous vouliez parler, pas besoin d'en rajouter plus, la remarque était juste très amusante à vos yeux de fouineurs. « T'es pas croyable Francis. »  Le signe reprend sa place sur l'épaule de sa maîtresse, où tu viens lui grattouiller la tête pendant que les autres se dirigent vers la table pour s'y asseoir et reprendre leur conversation pendant que vous, aviez la votre.

Ta main se pose sur l'épaule de Seven, après que Graham ait essayé de la rassurer avant toi c'était ton tour de lui apporter un peu de réconfort. Un réconfort certain que ta main caressant son épaule suffisait à apporter de lui-même, à cause de ton pouvoir oui..mais à tout ce qu'il y avait aussi derrière tout ça. C'était pas une bonne idée tu le savais, c'était bien de rester là comme un idiot à lui coller la main au front comme si tu t'inquiétais qu'elle choppe une vilaine grippe, et pourtant. Pourtant tu étais assez stupide pour agripper son épaule, soudainement libéré de ses angoisses et accablé par des sentiments qui se réfléchissait sur toi. C'était pas une bonne idée et tu t'en rendais compte, sans pour autant changer d'expression aussi...transparent que d'habitude et sans la libérer de ton toucher. «  Tout va bien se passer, je te le promets. » Tu mimes les mots sans les prononcer, certain que personne ne pourra comprendre tes mots à part elle. Déjà embarrassée tu supposais que cela suffisait ainsi pour le moment. Elle n'avait sûrement pas besoin que tout le monde sache à quel point elle pouvait être en panique et les effets de celle-ci sur ta propre personne, une panique intérieure que tu tentais de repousser mais qui te faisait légèrement trembler...Mais cela n'importait peu, tu la cachais, ayant connu bien pire il y a encore peu de temps. C'était le genre de crise que tu pouvais gérer facilement, du moins tu l'espérais vraiment. Manquerait plus que tu passes le restant de la soirée à la regarder respirer dans un sac en papier à un rayon supérieur à la capacité de fonctionnement de ton pouvoir – tu finirais sûrement dans le jardin d'ailleurs, ou à dormir dans ta voiture.

« Tu n'as pas à t’inquiéter, personne ne va te détester peu importe ce qui arrive, que ce soit Francis, Lohélia...un verre cassé ou une assiette pas finie, d'accord ? » Lohélia, celle qui parlait toute seule sans vous demander votre avis, auteur de cette petite remarque précédemment que tu avais retenue. Elle aimait attirer l'attention, c'était tout. Autant tu étais assez ouvert d'esprit pour lui reconnaître une existence et un avis qui pouvait compter, parfois elle semblait juste vouloir faire son intéressante, comme dans le trajet aller où elle n'arrêtait pas de mettre des chansons à l'eau de rose, un peu comme ce soir du bal de noël où ses goûts musicaux n'avaient pas vraiment aidé. Ou peut-être que si. Tu n'en savais rien, même incapable de savoir si votre relation était une bonne chose ou non. Sur le moment, cela l'était. Un doux rêve éveillé dont tu ne voulais pas sortir, mais tu n'avais pas le choix. C'était le silence qui suivait ce moment, qui te rappelait à la réalité. Un peu comme maintenant. «  Et, je suis là. »  Finis-tu par dire, comme si ça devait suffit, évidemment que tu étais là...c'était bien toi qui l'avait fait venir, et avait donc transformer quelques jours de calme dans un institut vidé de ses étudiants pour les fêtes en un week-end de torture avec ta famille. Et ton frère avait décidé de faire subir cet enfer à Ciel aussi, que de cruauté venant de vous. Trop habitués au confort de votre petite famille de nouveau unie, à l'air idéale si l'on oubliait certains points. Vous n'aviez qu'à remplacer le couvert de votre père par celui de quelqu'un d'autres et prétendre ne pas être les monstres qu'il dit que vous êtes. Cela couvrait en surface vos cicatrices, c'était tout ce que vous vouliez, vous deux.

Ton visage se masque d'un sourire encourageant, accompagné d'un signe de la tête. Tu désignais la table, où vous alliez bientôt dîner apparemment. Tu n'avais pourtant pas très faim, comme toujours. Ton emprise sur son épaule se ressert, l’entraînant avec toi tu te dirige vers la table, histoire de lui éviter de rester tétanisée au milieu de la pièce sans pouvoir faire un pas. « Oui mais je peux pas en dire autant de toi! » Tu laisses échapper un rire qui se joint à celui de ton aînée, particulièrement quand tu remarques la tête vexée de ton grand-frère, boudeur. Il semblait avoir perdu l'habitude de ses remarques toujours judicieuses, toujours frappantes auquel tu renchérissais de bon cœur. Évidemment, voilà les deux plus jeunes qui s'en prennent au plus âgé, ça changeait de d'habitude n'est-ce pas ?  « Ça, je ne te le fais pas dire, sœurette. »  Tout en parlant tu tires les deux chaises à cotés de Marie et t'assoies à ses côtés. La place libre à côté de toi, elle est pour Seven que tu as accompagné jusqu'ici, un peu comme ton frère observait Ciel, pour qu’il vienne s'asseoir. Perdu entre l'hystérie de ta sœur et celle de ta mère, tu avais du mal à suivre l'humeur des autres..Percevant de façon tout à fait désordonnée le radotage de ton frère, l'incrédulité de Ciel et l'état de Seven maintenant qu'elle ne subissait plus ton pouvoir... L'air de rien pourtant, tu reprends ta phrase, tout sourire. « Si tu savais à quel point les années le rendent encore plus borné. » Au même moment ta mère passe derrière vous et te donne un coup de torchon sur le crâne, pas assez fort pour te faire mal mais assez pour que tu comprennes son message, ta sœur subit le même traitement alors que votre mère repart vers la cuisine. « Laissez-le tranquille vous deux ! » Évidemment tout ça n'était que rigolade et rien de méchant ne s'en dégageait. Vous étiez juste comme ça, taquins. Cherchant la petite bête pour vous amusez. Car oui, tu ressentais de l'amusement en général, à côté d'eux. Riant de bon cœur et n'hésitant pas à te chamailler joyeusement avec ta famille adorée, on croirait que tu es quelqu'un d'autres lorsqu’en réalité..tu ne fais qu'être toi. Ça fait tellement longtemps que tu avais cessé de l'être, ce toi.

 « Et votre route à vous alors, Ciel ? » Ton regard se pose de nouveau sur votre invité, que tu allais autant taquiner que rassurer tout au loin de ce séjour. C'était le plan. Le plan machiavélique conçu par Marie et toi pour eux. « Grammy n'a pas trop ronflé ça va ? » Le bruit dans la cuisine cesse soudainement et la voix de votre mère s'échappe à nouveau. « Marie ? Wady ? Je viens de dire quoi ? » « Pardon maman ! » Vous répondez en cœur, amusés de vos propres blagues. Si tu arrivais à rire, qu'en était-il de ta voisine de table, vers qui tu te tournes pour t'assurer qu'elle respirait toujours, ce qui -miraculeusement- était encore le cas -difficilement. Et si ce n'était pas une bonne idée de la faire venir ? Si elle voulait juste te faire plaisir et que elle, elle déteste ça finalement cette ambiance chaleureuse, mielleuse d'une petite famille presque parfaite ? Celle que tu aimais, qui te manquait, qui te vendait le rêve d'être quelqu'un de normal ? Tu ne voulais que son bonheur. Pouvoir ressentir son bonheur de vivre et le faire tiens aussi. Pourquoi ? Parce qu'elle méritait sûrement plus que n'importe qui d'être heureuse. De ne plus avoir peur, de ne plus se sentir rejetée, ou mal aimée. Surtout pas par ta faute. Surtout pas à cause de toi. Discrètement tu viens chercher sous la table sa main que tu saisis. Ce n'est pas une bonne idée, mais tu en avais envie. Tu voulais juste la rendre heureuse elle aussi.



LOVE SONG FOR A ROBOT
A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal, You look so tired-unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I'll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, With no alarms and no surprises, just silence silence, no alarms and no surprises please. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Lun 6 Avr - 17:38

Montage créé avec bloggif Merry Christmas ! Montage créé avec bloggif


- Mon dieu tu as encore maigris Wade alors que ton frère c'est l'inverse.
- Ça c'est la bière Maman, puis je ne suis pas maigre..arrête de t’inquiéter pour rien je te promets que je mange au moins deux fruits et légumes par jour...
- Hey, je suis là vous savez ! Et j'ai pas grossi... Ciel, est-ce que j'ai grossi ?

Tu te retiens de dire à Wade que non, les fruits rouges de la bière ça ne compte pas et, voyant la barre inquiète sur le front de Graham tu t'empresses de le rassurer
- Du tout ! Tu as même sûrement prit du muscle. Tu ne devrais pas prendre au sérieux les taquineries de ton frère.

Puis, tandis que ton meilleur ami te fait un rapide topo récapitulatif sur Seven, l'intelligence artificielle de l'IPad envoie une réplique bien cinglante, qui laisse un blanc. La pauvre jeune fille, visiblement mortifiée, s'excuse, rouge pivoine. Et pour accentuer sa malchance, le capucin saute agilement de son épaule, directement dans les cheveux de Marie, qu'il décoiffe gaiement.
Ca promet.

Graham sauve la situation en appâtant le singe avec une cacahuète, et tu le vois discuter un instant avec sa protégée avant qu'il n'aille aider sa mère. Tu te tournes vers Marie, qui tente encore de remettre ses cheveux en place.

- C'est un moyen comme un autre de briser la glace , déclare la jeune femme d'un ton badin, Je crois que Graham t'a indiqué ta chambre ? La sienne est à l'étage, mais n'hésite surtout pas aller le voir, même au beau milieux de la nuit. Par exemple si vous devez parler ou que tu veux qu'il te montre les douches...

Tu restes un moment abasourdi avant de cligner rapidement deux fois des yeux. Euh... Tu te fais peut-être un peu des idées, mais cette phrase est bizarre, et le sourire malicieux_ pour ne pas dire avec presque écrit diabolique dessus_ de ton hôte te font penser que, peut-être, il y a un léger sous-entendu dans sa phrase. Et d'abord, pourquoi tu voudrais demander à Graham où sont les douches au milieux de la nuit ?!

- Euh merci... Je crois ?

Le rire cristallin de la jeune fille te répond avant qu'elle ne tourne les talons à l'appel de sa mère. Tu suis le mouvement et vous vous retrouvez tous dans la salle à manger. Graham et Marie s'assoient et entament la conversation
- Alors Marie, comment vont les affaires ?
- Pas trop mal, la crise se fait toujours sentir mais il en faut plus pour nous décourager !
- Finalement être aussi tête de mule te réussi plutôt bien !
- Oui mais je peux pas en dire autant de toi !

Un partout balle au centre. Visiblement ils ne s'épargnent rien, et ça te ferait sans doute sourire si tu n'étais pas hébété par le stoïcisme total de Seven alors que son singe s'agite sur son épaule, gigote sur sa tête comme pour réclamer de l'attention. Mais la jeune fille,visiblement habituée, ne cille même pas. La vache, elle est forte.
Graham te fait un petit signe de la tête pour que tu t'asseyes. Ah oui, tu es toujours debout près de la table et tu vas avoir l'air bête si tu reste planté comme un poteau, alors tu t'exécutes. Ton regard croise celui de Graham, un brin préoccupé. Ca te fait légèrement froncer les sourcils. Ton meilleur ami aurait-il un problème dont il ne t'a pas parler ? Bien sûr, il a le droit de garder une part de secret, mais c'est ton rôle de le soutenir s'il a besoin... Bah, c'est sans doute sans importance.

Le seul petit bémol, c'est que dans ce genre de situation, tu n'es pas spécialement bavard. Tu écoutes, beaucoup, mais tu ne vas pas te lancer dans de grands discours, tu restes légèrement en retrait, ce qui te convient parfaitement, mais tu as peur que ça soit mal interpréter et ça, ça te met mal à l'aise. Alors qu'en soit, tu es vraiment content de pouvoir passer du temps avec les Lester et Seven. Mais l'idée de paraître désintéressé ou dédaigneux te fait angoisser et tes doigts commencent à s'agiter sous la table et- une minute. Tu as peur de faire mauvaise impression ?

Fichu cerveau qui pense trop.

Tu mets tes inquiétudes en veille, tu n'as pas envie de ruiner la fête avec tes doutes infondés, et sors de ton débat interne en entendant Wade en rajouter une couche

- Ca, je ne te le fais pas dire, soeurette.

Ca te laisse perplexe. Qu'est ce qu'ils ont à insister sur l'entêtement de Graham ? Oui, il est obstiné, tu ne diras pas le contraire, mais de là à le rabâcher sans cesse... Ca fait très message subliminal plus du tout subliminal. Peut-être le rappel d'une bêtise qu'il aurait fait étant jeune et sur laquelle le reste de la famille aime le charrier ?

- Si tu savais à quel point les années le rendent encore plus borné.
Visiblement non, ce n'est pas ça. Qu'est ce que...
Le torchon implacable de Mme Lester coupe court à ce petit jeu, s'abattant impitoyablement sur Wade et Marie avec une maîtrise qui trahie une certaine habitude.

- Laissez le tranquille, vous deux !

Elle avait dit ça avec une tendresse qui fit rire Wade, et la douceur dans les yeux de Graham t'apprend qu'il ne tient pas rigueur à sa fratrie de la taquinerie dont il est le centre. Tu te laisses aller à la bonne humeur générale et une expression rieuse ourle ton visage.Tu te sens bien.

- Et votre route à vous alors, Ciel ? Te demande le cadet Lester, les yeux pétillants
- Grammy n'a pas trop ronflé ? Enquille aussitôt sa sœur
- Marie ? Wady ? Je viens de dire quoi ? Retenti la voix de l'autorité matriarcale depuis la cuisine, vaguement menaçante
- Pardon maman !

Ils sont si synchronisés que c'en est comique. Tu te demandes si ça a toujours été comme ça, Wade et Marie qui se leaguent pour charrier leur grand frère. Sûrement pas, ils doivent très régulièrement échanger les rôles et se taquiner mutuellement. Ta vision de la fratrie est peut-être idéalisée, mais tu aurais adoré avoir des frères et sœurs.

- Ca a été, on n'est pas tombé dans les bouchons et je n'ai pas dû trainer Graham de force hors du lit pour le mettre dans la voiture comme je m'y attendais... Et je préférais quand il dormait, parce qu'à partir du moment où il s'est réveillé, il n'a pas arrêté de chanter toutes les chansons de Noël qui passaient à la radio.

Quoi ? Toi aussi, tu peux bien le chercher un peu, vu le nombre de fois où Graham s'amuse à te titiller. Tu regardes discrètement Seven, pour t'assurer qu'elle va bien, mais Wade la couve déjà du regard. Tiens donc. Tu détournes les yeux, amusé. Tu as peut-être compris la réjouissance soudaine de ton meilleur ami...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicroncrazy foxes
- Seven Owlbreaker -
superior minds

Célibataire. Point.
Elle peut ressentir le futur et le passé. L'entendre, en sentir des odeurs, en subir les douleurs ou simplement ressentir des sentiments liés aux moments de la vie d'une personne ou d'un lieu. Elle pousse aussi un cri qui effraie et fait souffrir la personne physiquement. Ce cris prévient d'une mort éminente.
Intendante. Professeur à remplaçant de maths, sciences et biologies.
09/12/2013
Elizabeth Olsen.
Timeless (ava) & tumblr (gifs).
385

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Dim 12 Avr - 16:46


   
Merry Lestermas

With this Noah's Ark, the world is doomed.
Tu le savais. Tu savais que rien ne se passerait comme prévu malgré tous tes préparatifs. Pourtant, tu as l'habitude, combien de fois dans ta vie ça c'est produit? Combien de fois tu as eu la sensation de tout contrôler, de tout anticiper, pour finalement voir chacun de tes petits plans tomber à l'eau violemment? Tu as arrêté de compter il y a longtemps. Tu sais juste que quoi que tu fasses, rien ne se passe jamais parfaitement bien pour toi. Peut-être qu'au fond, tu es responsable, tu veux tellement que tout soit parfait, tu veux tellement te faire accepter, faire plaisir à tout le monde, que tu attends trop de perfection du peu de choses qui se passent dans ta vie , résultat, quand tout s'effondre, tu penses que c'est toi le problème, alors qu'en réalité la réponse est beaucoup plus simple, beaucoup moins douloureuse : La perfection n'existe pas. Tu as du mal à le comprendre, peut-être parce que tu es un petit génie, tu quantifies tout ce que tu touches, en sciences il n'y a pas de hasards, il n'y a pas de peut-être, tout est parfaitement et indéniablement juste, à sa place, alors tu essaies de transposer cette linéarité dans la vie de tous les jours, ce qui ne marche bien sûr pas du tout. La preuve en est, tu n'es chez les Lester que depuis cinq minutes et les catastrophes s'enchainent. Ton singe fait des siennes, ta tablette se la joue révolution. Tu n'as pas eu le temps de dire « canard » que tout part en cacahuète. Autant dire qu'à cet instant, c'est Hiroshima dans ta tête. Ton coeur s'emballe. Tes sentiments se mélangent. Tu hésites entre pleurer de honte ou rire de ta propre naïveté à avoir cru que tous se passeraient bien. Heureusement, ton protecteur est là pour te sauver la vie. Il récupère habilement Francis de la tête de cette pauvre Marie, ce qui t'enlève un poids, même si honnêtement, tu te sens toujours terriblement mal à l'aise, au bord de la crise de nerfs ou de l'évanouissement, voir les deux en même temps. Ouais, t'es la seule au monde à pouvoir faire une crise de nerfs en t'évanouissant. « Dis-tu crois qu'on est meilleurs amis, lui et moi maintenant ? Il va me lâcher quand même au bout d'un moment, hein ? Je tiens pas trop à dormir avec lui cette nuit... » Tu sors un peu de ta catatonie pour lui répondre à l'aide de ta tablette. « T'inquiète pas... Il ne va pas te coller. » Ce sont les seuls mots que tu parviens à dire, avec un léger sourire, histoire de prouver que tout va bien, même si c'est loin d'être le cas.

Finalement, Francis revient sur ton épaule. Laissant Graham tranquille. Ouf. Tu respire, surtout lorsqu'il décide de finalement t'abandonner, sautant de ton épaule pour aller rejoindre le chat de Wade, en fait, sur le moment, quand tu le vois partir, tu paniques un peu, imaginant le pire. Et s’il cassait un truc important? Genre l'urne funéraire dans laquelle repose mamie Lester? Tu ne sais pas s’il y a vraiment ce genre de chose ici, mais tu l'imagines, tu penses au pire, comme toujours. Ce n'est que lorsque Wade pose sa main sur ton épaule que tu te sens apaiser, lui offrant ton regard, le remerciant sans un mot de sa sollicitude. Tu l'écoutes, tu le lis plutôt, silencieuse. Tu te sens soudainement beaucoup mieux. Grâce à son don, sans aucun doute, mais aussi simplement parce qu'il était là, présent, avec toi, parce qu'il t'avait emmené ici et que malgré tout ce que tu te répétais, ce geste te laisser croire à une possibilité de construire quelque chose avec lui. Tu ne veux pas t'avancer à ce sujet, tu fais tout pour ne pas y penser, pour ne pas en souffrir, toutefois, c'est un fait, contrairement à lui, tu ne peux pas ignorer ce que tu ressens, pas toujours, pas facilement. Tu lui souris donc, sans dire un mot, tu hoches simplement la tête, un sourire serein sur le visage et tu te laisses guider, tu le suis, muette, peut-être un peu rassuré, mais toujours un peu mal à l'aise, malgré tout.

Tu écoutes sans écouter. Tu suis les conversations sans vraiment les suivre, telle une lionne aux aguets, tu te prépares à un éventuel problème. Une partie de toi-même est vraiment heureuse d'être ici, une autre se sent mal à l'aise, peu habituée à une telle convivialité dans une famille. Tu les regardes se faire quelques blagues, tu observes le naturel avec lequel ils échangent, ton regard se pose aussi sur quelques photos collées au mur, posés sur des meubles, des photos de famille. Chez toi, il y en avait peu. Avant ta mutation, ta mère en posait partout, comme si tu étais un trophée, puis quand tu as changé, les images de toi ont commencé à disparaître petit à petit, comme si elle voulait ardemment gommer toute preuve de ton existence. Tu aurais pu songer à cette horrible vérité toute la soirée, mais soudainement, Wade saisis ta main, te guéris de ta tristesse, de ta peur, telle un baume bienfaiteur. Tu lui lances un regard, au début surpris, puis tu ne peux t'empêcher d'afficher un sourire, un sincère et tendre sourire, celui qu'il est le seul à pouvoir t'arracher, un sourire amoureux. Inutile de vous prévenir. Vous savez tous qu'à ce moment précis quelque chose de complètement con va se passer. Et pour preuve. Lohélia, ta tablette, jusqu'ici posée délicatement sur la table, se met à jouer une chanson connue de tous, « Only you » , cette légendaire et mythique chanson au sous-entendu clair. Au début, tu ne l'entends pas, avant que finalement ton pouvoir te permette d'entre voir le son, différemment des autres, mais tu comprends tout de suite la situation. Tu te mets à tapoter sur ta tablette énergiquement, sans lâcher la main de Wade, et tu parviens, miraculeusement, à l'éteindre.

Tu pianotes sur l'écran et la voix robotique et pourtant si suave de Lohélia disperse tes pensées dans l'air. « Désolé, ma tablette à quelques dysfonctionnements... » Tu laisses échapper un petit sourire gêné. « C'est totalement faux. » Avant de donner un coup sur ta tablette, car ce qu'elle vient dire vient uniquement d'elle et non de toi. Tu tentes de garder ton petit sourire embarrassé, avant d'enchainer, toujours grâce à cet écran tactile, désireux de t'intégrer, courageuse l'espace d'un instant et surtout pressée de faire oublier cette énième bavure. « Wade n'a pas chanté en voiture lui... mais le voyage s’est très bien passé, très vite... » Un. Deux. Trois. « Tu parles. Quatre heures sans un mot. Pas même un compliment sur ta tenue. Le temps n'est pas passé aussi vite qu'une bouteille de vin tombant d'un toit malheureusement... » Tu laisses échapper un petit rire faussement amusé face aux paroles de Lohélia, sans cesser de pianoter sur l'écran en espérant la faire taire, sans réel succès. Toutefois, tu te demandes pourquoi elle a usé d'une métaphore aussi médiocre. Ça ne veut rien dire. C'est contraire à son protocole d'utiliser ce genre de métaphores foireuses, en réalité, Lohélia est bien trop orgueilleuse pour utiliser ce genre de tournure maladroite alors que tout un panel de métaphores élégantes et moqueuses s'offrait à elle. Tu ne le comprends pas, mais en réalité, elle envoie un message subtil à Wade, faisant référence à cette soirée où tu étais ivre sur un toit, où tu as laissé tomber une bouteille dix mètres plus bas et où...ouais, bon, inutile d'entrer dans les détails. Toi, tu ne sais plus ce qui s'est passé. Lohélia, elle, semble un peu trop en savoir. Tant pis, pas le temps d'y réfléchir , tu dois sauver ton honneur, ou plutôt noyer le poisson. « Ça sent très bon en tout cas... et j'aime beaucoup la déco, pleins de photos, pleins de choses, c'est jolie. » Tu as nouveau pianoter sur ta tablette pour parler, tu souris, tu sers la main de Wade, comme pour te donner du courage, mais tu le sens, l'intelligence artificielle que tu as créée ne va pas te faciliter la tâche ce soir. I, robot, c'est ce soir et maintenant.




(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Jeu 16 Avr - 10:48


❝ merry christmas ❞
repas de noël
« Ça, je ne te le fais pas dire, soeurette. » Bon d'accord, ils tiennent apparemment absolument à te faire passer un sale quart d'heure, tu l'as bien compris. Alors tu décides d'accepter ton sort. Ta mine se fait malgré tout boudeuse, enfantine, tu fronces les sourcils. « Tu vas pas t'y mettre toi aussi? » ronchonnes-tu, visiblement agacé. Au fond de toi tu sais très bien à quoi ils font allusion et ton problème, c'est que Ciel va surement vouloir connaître l'origine de ce mal-être que tu sens grandir en toi. Ce moment t'effraie terriblement, c'est pourquoi tu tentes de le repousser le plus possible. Tu es stupide Graham, tellement ridicule. Mais il faudrait que quelqu'un te l'hurle au visage pour que peut-être tu le comprennes. Et encore, tu es si borné que ce n'est pas sur que ça fonctionne. Mais un jour peut-être que ta famille se sera lassée de supporter ta tête de mule et te balancera dans l'arène sans même te demander ton avis. Quelque part ils te sauveront la vie, même si tu les détesteras pendant quelques temps. « Si tu savais à quel point les années le rendent encore plus borné. » Voilà qu'il en rajoute une couche, le benjamin Lester. Vraiment, tu avais presque oublié à quel point c'était exaspérant d'avoir une fratrie. Cette pensée te fait malgré tout sourire, car ça t'avait manqué, la vie en famille. Bien sûr l'institut Xavier est une grande famille, mais ça n'est rien comparé à la compagnie de ceux qui ont grandi avec toi. Ton sourire s'élargit encore plus en voyant ta mère venir leur donner un coup de torchon. Tu laisses ton dos aller s'appuyer contre le dossier de ta chaise, visiblement détendu et satisfait. Tu suis du regard votre mère tandis qu'elle repart en cuisine, puis reporte ton attention sur ton petit frère. « Et votre route à vous alors, Ciel ? » « Grammy n'a pas trop ronflé ça va ? » « Peu importe à quel point je ronfle, ce ne sera jamais pire que toi, petite soeur. » répliques-tu de tac au tac. « Marie ? Wady ? Je viens de dire quoi ? » « Pardon maman ! » Tu ris légèrement, toujours aussi synchrones, même après autant d'années. Tu réalises à quel point cette pensée te fait te sentir vieux, alors tu la chasses de ton esprit. « Ca a été, on n'est pas tombé dans les bouchons et je n'ai pas dû trainer Graham de force hors du lit pour le mettre dans la voiture comme je m'y attendais... Et je préférais quand il dormait, parce qu'à partir du moment où il s'est réveillé, il n'a pas arrêté de chanter toutes les chansons de Noël qui passaient à la radio. » Tu te tournes lentement vers Ciel, écarquillant les yeux, avec une expression sur le visage qui veut dire "ça va aller oui?". Alors comme ça ils s'y mettent à trois contre un? « Ca sert à rien de te forcer à faire semblant, Ciel, je sais très bien que tu adores quand je chante. » réponds-tu avec un sourire amusé. Tu as conscience que tu n'as pas un talent inné pour le chant, mais ça te rend heureux, alors pourquoi s'en priver?

Tu observes du coin de l'oeil Seven, elle semble soucieuse, mal à l'aise, puis tu surprends le sourire qu'elle offre à Wade. Te voilà rassuré, et très heureux. Oui si ton frère peut la faire se sentir mieux, alors tu ne peut que t'en réjouir. Cependant, ce petit moment est rapidement ruiné par la tablette de Seven, qui avait presque réussi à se faire oublier jusqu'ici. Elle se met à jouer un slow mythique, et tu te sens terriblement désolé pour ta pette protégée, qui n'avait rien demandé à personne. S'il n'en tenait qu'à toi, en ce moment même, tu aurais déjà balancé l'appareil par la fenêtre. Cette tablette, ou plutôt l'intelligence artificielle qui l'anime, est peut-être trop intelligente au point d'en devenir désagréable. La jeune femme tente tant bien que mal de régler la situation, mais Lohélia en rajoute une couche. Tu sers les machoîres, tu vas vraiment finir par la briser en deux cette maudite machine. « Wade n'a pas chanté en voiture lui... mais le voyage s’est très bien passé, très vite... » « Tu parles. Quatre heures sans un mot. Pas même un compliment sur ta tenue. Le temps n'est pas passé aussi vite qu'une bouteille de vin tombant d'un toit malheureusement... » Tu affiches une mine légèrement perplexe devant l'étrange image utilisée par la tablette. Mais tu passes outre, peut-être est-ce un disfonctionnement de la bête, peut-être même que son intelligence au combien élevée a fini par lui griller les circuits. « Hé ben! J'en connais une qui n'a pas sa langue dans sa poche, mais je crois qu'elle ferait mieux de l'y laisser! » Cette chose saisit-elle au moins le concept de vie privée? Tu l'ignores, mais tu espères qu'elle puisse au moins l'apprendre. « Ça sent très bon en tout cas... et j'aime beaucoup la déco, pleins de photos, pleins de choses, c'est jolie. » « Merci, c'est gentil, Seven! » répond votre mère en disposant les assiettes devant les invités. Tu souris, puis toi aussi, tu laisses ton regard vagabonder dans la pièce. Puis soudain tu la vois, et tu blemis. Trônant bien fièrement sur un meuble avec d'autres photos. Mais c'est pas possible! Ta mère l'a fait exprès, elle n'y était pas, la dernière fois que tu es venu! Cette photo de toi en scout est ton pire cauchemar. Ta mère le sait, et c'est ça le pire. Tu détournes le regard avant que quelqu'un ne le surprenne. Tu reportes ton attention sur le plat qui a été posé devant toi. « Ca a l'air vachement bon maman! » dis-tu sincèrement. Tu attends qu'elle se soit assise avant d'ajouter. « Au fait, je voulais que ça soit une surprise mais... je change d'enseignement. » Tu marques une pause. Tu ne l'avais dit à personne, même pas à Ciel. « Je vais enseigner la maitrise des dons liés aux animaux à partir de la rentrée! » A vrai dire, tu étais fatigué de te battre, et tu avais eu envie de changement. Alors, sur un coup de tête, tu étais allé demander à changer auprès de Xavier, ce qu'il avait accepter. Tu penses pouvoir te rendre utile dans cette nouvelle matière. Après tout, tu es bien placé pour comprendre ce genre de dons. « C'est bien Grammy, mais fait gaffe à pas reprendre du poids, le manque d'activité est plus traitre qu'on le croit, surtout quand on mange comme toi! » « Oui, ben tu sais quoi petite soeur, je crois que je vais te manger, pour te faire taire et rassasier mon appétit de lion. » Vous riez tous les deux. Ca avait toujours été comme ça entre vous, mais vous vous adorez. « Nan, sérieusement c'est très bien, je suis contente pour toi, Grammy. » ajouta-t-elle doucement.
© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse gammaspicy squirrels
- Wade Lester -
superior minds

T'as pas le choix, tu ressens rien, tu es vide, froid. Un cerveau dans une boite alimenté en oxygène par un muscle qui te ment. Tu peux pas.
empathie & apaisement par le toucher: il ressent tout ce que les autres ressentent. Il les comprend mieux que n'importe qui et peut même les apaiser en les touchant. Lui, ne ressent rien par lui-même. Seulement les sentiments des autres lui font vivre ces émotions qu'il a perdu depuis des années.
professeur de biochimie et chercheur de l'institut
02/03/2014
sebastian stan
batteryfox & tumblr
401

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Ven 24 Avr - 0:18

merry christmas.

graham & ciel & seven & wade
❝ I don't want a lot for Christmas there is just one thing I need I don't care about the presents underneath the Christmas tree I just want you for my own More than you could ever know Make my wish come true all I want for Christmas is you ❞

Face au commentaire de Graham à propos de son chant tu ne peux t'empêcher de jeter un coup d'œil à ta sœur, comme pour lui demander si elle aussi avait relever le commentaire et pensait la même chose que toi. A sa tête, effectivement c'était le cas et quelques choses te disait que vous n'aviez vraiment pas fini de communiquer ainsi toute la soirée. C'était amusant, très amusant. Surtout quand on connaissait vos plans machiavéliques pour voir -en fait non, pas voir- votre frère et son psychologue finir dans le même lit. C'était votre quête ultime...comme tu savais que les premiers à être nés cherchait à savoir comment les choses tournaient avec Seven. Tu avais beau expliquer que pour toi c'était impossible et ceci, depuis toujours, te trouver quelqu'un restait un objectif comme un autre. Si ils savaient qu'à l'heure actuelle tu tenais sa main ils seraient sûrement un peu trop content pour que le repas ne soit pas embarrassant. C'est clair qu'ils vous embêteraient sans savoir où vous en étiez ou quel fossé gigantesque était creusé en plein milieu de cette histoire que t'avais fait foirer. Au moins elle n'avait plus peur, c'était le net avantage lorsque quelqu'un te touchait et ce qui rendait ton pouvoir un peu moins de l'ordre du fardeau : tu pouvais l'alléger très facilement. Simplement en gommant le stress et laissant uniquement la place à des sentiments plus positif, dont ceux qu'elle éprouvait pour toi et qui venaient attaquer ton petit cœur cassé et le sert, agréable douleur. Ton sourire s'étire, alors que tu regardes ailleurs.... et puis soudain, Lohélia. Elle ne vous laisserait jamais tranquille, cette tablette. Vous n'aviez même pas eu le temps de profiter un peu que la voilà qui recommence avec ses chansons façon dj d'un camping pourri du fin fond du pays. Vous n'aviez pas besoin d'elle pour savoir ce qu'il se passait, encore moins que la première fois qu'elle s'est mêlée de vos affaires. Vraiment, vraiment pas en fait, ton cerveau faisait en déjà bien assez comme ça.

Tu reconnais immédiatement la chanson qui sortait de la tablette et manque de soupirer. Après dirty dancing et la chanson de la petite sirène voilà que c'est une nouvelle, qu'elle décide de vous attribuer. Trop loin de la tablette pour pouvoir l'éteindre tu laisses Seven le faire avant toi, heureusement. Les autres ne devaient absolument pas comprendre ce qu'il se passait, comme la tablette le disait ce n'était pas juste quelques dysfonctionnement, c'était son existence qui était plus ou moins une erreur. Lui donner un accès internet ce n'était pas une très bonne idée au final, en voilà la preuve.

La conversation reprend par Seven, s'exprimant sur votre voyage extrêmement silencieux qui fut effectivement rapide, notamment parce que tu avais dépassé la limitation de vitesse sur la plus grande partie du parcours pour l'abréger. Il fallait que tu sois honnête avec toi-même, si tu ne l'avais pas fait vous seriez encore arrêtés à un tiers du chemin sur la banquette arrière et le dîner se serait passé à moitié sans vous.

C'est ça qui te traversait l'esprit, ou plutôt t'avais totalement perdu, lorsque la tablette évoqua non seulement le temps horriblement long que vous aviez passé mais également une bouteille de vin qui tombe du toit. Cette petite saleté savait ? Elle espionnait à ce point tout le monde ou juste Seven ? Et puis elle savait quoi au juste ? Et pourquoi elle se permettait se genre de commentaire toi qui a toujours fait preuve d'une étrange politesse envers elle comme si il s'agissait d'une entité bien réelle..En plus de faire des commentaires désagréables elle n'était pas fichue de faire preuve de reconnaissance. « Je suis d'accord avec Graham, Lohélia. S'il-te-plaît. » Non ce n'était pas forcément le moment ni l'endroit pour expliquer votre soirée suivant ce bal de Noël qu'elle avait oubliée à moitié, ne retenant que ce que tu ne voulais pas qu'elle retienne et ne se souvenant absolument pas du reste. Il fallait bien que quelque choses déraille de toute façon, tu ne pouvais pas être pour une fois quelqu'un de juste, de gentil et si tu l'étais, tout était remis à zéro et tu redevenais le mec qui lui avait fait du mal dans le lit duquel elle s'était réveillée totalement à poil sans comprendre pourquoi ni comment et qui ne lui avait pas fourni à ce jour la moindre explication sur ce phénomène. Au final, tu t'étais dit que ce la devait être mieux pour elle, d'avoir oublier et pourtant ça ne te semblait pas juste. Ça ne l'était peut-être pas mais c'était comme cela que ça fonctionnait pour toi, concentré d'injustices.

Enfin bon, il était vrai que l'odeur alléchante était plus intéressante que les remarques de la machine. Tu souris à ta mère, sûrement l'effet rebondissant de la remarque de Seven sur sa cuisine qui se retournait sur toi ou tout simplement ta collègue, qui faisait encore ça. Les deux, c'était bien. Quand les gens étaient heureux tout allait étrangement bien pour toi aussi, tu te sentais bien, trop bien. Trop pour que cela dure vraiment. Soudainement ça tombe un peu à l'eau. Quelqu'un vient de se décomposer sur place en moins d'une seconde et ce n'est ni Seven qui ne pouvait tout simplement pas, ni ta mère, mais une des trois personnes en face de toi que tu balayais du regard rapidement. Ton frère. C'est lui qui détourne immédiatement son regard de la commode où trônait un véritable autel à votre fratrie de petits monstres. Lui, qui est blanc comme un linge. Tu te décales un peu de ta place, te tordant presque le cou pour voir derrière ta sœur ce qu'il pouvait y avoir de bien traumatisant dans les parages ou si il venait juste d'avoir un étrange flash-back. Des photos de vous il y en a partout dans cette maison, sur les murs, les meubles, dans des albums classés par années dans la bibliothèque et même sur le frigidaire portant quelques dessins de Jimmy et des votre. Sur ce meuble là, une photo de votre remise des diplômes à Marie et toi, votre mère et votre père sur la terrasse il y a un long moment. Au fond une photo d'anniversaire de Graham, suivit de vous deux entrain de faire un château de sable et encore diverses choses qui auraient plus fait fondre son petit cœur qu'autre chose..hormis cette photo là. Le saint Graal, ou du moins, l'un d'entre eux : ton frère chez les scouts.

Tu allais ouvrir la bouche, lorsque ton frère coupe toute possibilité de faire une remarque. Zut. « Elle doit pas être très digeste tu sais. » Marie te tire la langue, ce à quoi tu réponds de la même façon. Vous passiez toujours votre temps à vous embêter les un les autres et pourtant tout le monde ici s'aimait, du moins, tu le pensais. Tu devais les aimer pour être aussi vache avec eux et pourtant désirer leur compagnie. « Félicitations alors, frérot. Il va falloir qu'on s'habitue à te voir plus souvent en gros chat j'imagine. Ne mange personne durant tes cours, Xavier ne serait pas vraiment heureux d'apprendre qu'un élève criquet a fini en cure-dent pour gros matou. »

Tu louches sur les assiettes et pique avec ta fourchette un bout de pomme de terre dans le plat qui te faisait face. Finalement t'avais peut-être légèrement envie de manger autre chose que tes bonbons, la faute à l'excellente cuisine de ta mère. Et pourtant tu poses ta fourchette, et alors que tu as encore la bouche pleine tu saisis la chance qui te tends les bras. « Attendez, je crois que ça va vous intéresser vous deux. » Tu relâches la main de Seven, sans avoir d'autres choix de le faire et te lèves d'un coup, sautant presque d'un bond vers la photo posée sur le meuble avant que ton frère ne puisse le faire et en saisit le cadre. Tout est parfait sur cette photo, que ce soit la pose, le short ou encore l'expression de ton aîné, cette photo est l'un des grands accomplissements de sa vie qu'il n'aimait pas vraiment que l'on expose au grand jour, mais à quoi bon cacher une de ces œuvres là ? Pour la bonne mesure tu avais de toute façon promis à Seven qu'elle verrait des photos de toi, tu tiendrais ta promesse car toi, tu ne pouvais pas avoir honte. « Graham déteste cette photo, mais je pense qu'on peut la partager avec vous deux non ? Juste une. » Tu reviens vers la table, exposant ainsi le cadre aux deux invités avant de donner celui-ci à Ciel. « Je ne vois pas pourquoi tu la détestes tellement tu es très bien dessus » dit votre mère, parfaitement consciente que cela allait arrivé à un moment où à un autre. Elle adorait cette photo malgré l'avis du plus vieux d'entre vous, comme Marie pouvait détester certain clichés de son qu'elle devait avoir planquée ailleurs dans la maison maintenant que vous ne viviez plus ici pour vous offusquer de leurs présences. « Maman a raison, n'est-ce pas, Ciel ? » La réponse tu l'attendais avec impatience, car Ciel, quoi qu'il dise au final, réagira forcément à cette remarque d'une façon ou d'une autre, mais ça promettait d'être intéressant pour toi. Sans attendre tu reviens t'asseoir à ta place l'air de rien, tentant d'éviter le regard noir que tu frère devait sûrement te jeter à l'heure actuelle. Promis, tu n'avais pas fini de l'embêter, mais c'était pour la bonne cause. Une très bonne cause.




LOVE SONG FOR A ROBOT
A heart that's full up like a landfill, A job that slowly kills you, Bruises that won't heal, You look so tired-unhappy, Bring down the government, They don't, they don't speak for us. I'll take a quiet life, A handshake of carbon monoxide, With no alarms and no surprises, just silence silence, no alarms and no surprises please. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    Dim 24 Mai - 18:50

Montage créé avec bloggif Merry Christmas ! Montage créé avec bloggif

Ton meilleur ami tourne la tête vers toi, une expression outrée sur le visage. Tu lui répond par un sourire faussement innocent. Quoi ? Ce n'est pas parce que c'est Noël que tu vas arrêter de le taquiner. Et puis il sait que c'est pour-

- Ca sert à rien de te forcer à faire semblant, Ciel, je sais très bien que tu adores quand je chante

Tu clignes des yeux. L'arroseur arrosé. Évidement que tu aimes quand il chantes, parce que quand il ne le fait pas pour faire l'andouille en piaillant volontairement des fausses notes, sa voix grave suffit à te donner des frissons. Mais pourquoi tu as voulu jouer au plus malin ? Ca t'apprendra.

- Ca va, c'est... le répertoire qui me gênait. Trop redondant, tu marmonnes

Ouais, bravo, super, la répartie. C'est sûr que le jour de Noël, tout le monde s'attend à tomber sur l'hymne du Pérou à la radio.

- Wade n'a pas chanté en voiture lui... mais le voyage s'est très bien passé, très vite...
- Tu parles. Quatre heures sans un mot. Pas même un compliment sur ta tenue. Le temps n'est pas passé aussi vite qu'une bouteille de vin tombant d'un toit malheureusement...
- Hé ben! J'en connais une qui n'a pas sa langue dans sa poche mais je crois qu'elle ferait mieux de l'y laisser !
- Je suis d'accord avec Graham... Lohélia s'il-te-plait.

Tu fronces les sourcils. Depuis qu'ils sont arrivés, l'intelligence artificielle de Seven n'a pas arrêter d'être mesquine, surtout par rapport à Wade. C'est juste que l'ordinateur a une nature peste ou il y aurait une raison plus valable ? Pourtant, quand on voit le jeune homme, il s'est toujours montré prévenant envers Seven, tu penses même qu'il y a quelque chose de plus profond en dessous... Alors pourquoi l'ordinateur semble l'avoir prit en grippe ?

- Ca sent très bon en tout cas... et j'aime beaucoup la déco, pleins de photos, pleins de choses, c'est joli...
- Merci, c'est gentil, Seven !

Tu souris tandis que Mme Lester pose un plat appétissant sur la table. C'est vrai que la maison est belle. Elle est très chaleureuse. Du coin de l'oeil, tu vois le visage de Graham se fendre d'un sourire

- Ca a l'air vachement bon maman! Au fait, je voulais que ça soit une surprise mais... je change d'enseignement.  Je vais enseigner la maitrise des dons liés aux animaux à partir de la rentrée!

Ah bon ? Tu te tournes vers ton meilleur ami. C'est plutôt un bon changement, la maitrise de don animaliers est moins agressive que le combat, et ça ne peut qu'être un bon signe, ce nouveau poste pourra sûrement l'aider à s'épanouir. Mais tu aurais aimé qu'il t'en parle avant, juste pour être le premier à être au courant. Ta possessivité, ça ne s'arrange pas... Tu vas pour lancer un Cachottier, va mais tu pense que ça sonnerait un peu trop... couple. Ce que vous n'êtes pas. Alors tu te contentes de lui sourire

- Félicitations, Graham. Je suis sûr que tu seras un aussi bon enseignant que tu ne l'étais en temps que prof de défense.
- C'est bien Grammy, mais fait gaffe à pas reprendre du poids, le manque d'activité est plus traitre qu'on le croit, surtout quand on mange comme toi!
- Oui, ben tu sais quoi petite soeur, je crois que je vais te manger, pour te faire taire et rassasier mon appétit de lion.
- Nan, sérieusement c'est très bien, je suis contente pour toi, Grammy.
- Elle doit pas être très digeste, tu sais. Félicitations alors, frérot. Il va falloir qu'on s'habitue à te voir plus souvent en gros chat j'imagine. Ne mange personne durant tes cours, Xavier ne serait pas vraiment heureux d'apprendre qu'un élève criquet a fini en cure-dent pour gros matou.

La complicité entre ces trois-là a de quoi faire envie, et une fois de plus, tu te surprend a te demander ce que ça aurait fait, d'avoir des frères et sœurs. Mais tu es content de voir combien ils soutiennent Graham, d'autant que tu sais bien que c'est ce qui lui a le plus fait défaut durant la période la plus douloureuse de sa vie.

Tu commences à manger et non, ni Graham ni Wade n'avaient exagéré quant à la cuisine de leur mère. C'est vraiment délicieux.  Même Wade, qui pourtant n'a pas l'air de beaucoup s'alimenter, picore allègrement dans son assiette. D'ailleurs, il s'arrête la fourchette à mi chemin entre lui et la table

- Attendez, je crois que ça va vous intéresser vous deux. Graham déteste cette photo, mais je pense qu'on peut la partager avec vous deux non ? Juste une.

Il vous place un cadre sous le nez, à toi et Seven, avant de te le mettre directement dans les mains. Tu l'observes d'un peu plus près, et wow, c'est vraiment Graham ? On le reconnaît bien sûr, mais... il est tout jeune ! Il a quoi là dessus ? Quinze, seize ans ? Pas plus de dix-sept. On dirait qu'il sort de chez les scouts, mais ce qui t'attires le plus l'oeil, c'est son expression. Il rayonne littéralement, avec un sourire fier et amusé à la fois qui est vraiment craquant. Pas craquant comme quand il fait sa tête d'enjôleur-n'essaies-même-pas-de-me-résister, craquant comme un chat qui ronronne. Tes comparaisons sont bizarres. Mais ça te fait étrange de le voir comme ça. Pas un mauvais étrange, hein, au contraire. Tu l'aimes bien, cette photo.

- ... n'est-ce-pas Ciel ?

Tu penches la tête, on te demandes ton avis. Tu forces le sourire sûrement attendrie qui s'était collé à tes lèvres à être moins évident et te tournes vers Graham

- Je ne comprend pas pourquoi tu ne l'aimes, pas cette photo. Moi je te trouves très...

Mignon tu te retiens de dire. Mais tu rattrapes la boulette avant qu'elle ne sorte

-… Très bien dessus. Tu ne m'avais jamais montré de photo de toi ado ou enfant, avant.

Tu espères juste ne pas être complètement grillé. Tu espères que Wade, surtout, ne remarque rien. Bon, c'est un peu idiot, mais avec un peu de chance, ton affection se noiera dans celle des autres devant la photo. Tu espères.

Tu détailles la photo encore une seconde_tu aimerais la regarder un peu plus longtemps mais ça ne se fait pas_ avant de lever les yeux vers Wade et Marie

- Et vous, on peut voir des photos de vous quand vous étiez plus jeunes ?

D'un côté parce que tu te demandes vraiment comment ils étaient eux aussi, de l'autre parce que Seven se demande peut-être aussi à quoi ressemblait Wade quand il était petit, et puis parce qu'il n'y a pas de raisons à ce que Graham soit le seul a traverser l'épreuve de la soumission des photos au regard extra familiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: merry christmas ya filthy animal    

Revenir en haut Aller en bas
 
merry christmas ya filthy animal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Merry Christmas!!
» END - Merry Christmas : Le miracle de noël ? [Chuchu]
» Merry Christmas or not ♦ Roxanne
» We wish you a merry christmas [PV] [FINI]
» [Silver Beards VS Mr.4 & Miss Merry Christmas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: IN THE WORLD, IN TIME :: dans l'espace :: Dans l'hémisphère nord-