.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 every night I try my best to dream - Graham & Ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Sam 1 Nov - 15:58


❝ i need you brother ❞
Ciel & Graham
Graham frappa dans ses mains, marquant la fin du dernier cours de la semaine. « Très bien, les gars, vous avez bien bossé, on va rester sur une note positive. Bon week-end à vous! » Il sourit, répondit à quelques questions puis attendit que la salle de sport se vide avant d'attraper son sac, et de fermer le gymnase à clé. Il regarda l'heure à sa montre, il avait largement le temps d'aller prendre une douche et de s'habiller correctement. Car ce soir-là, comme presque tous les vendredi soir, il retrouvait son meilleur ami dans un bar non loin de l'institut. Il atteignit sa chambre, posa son sac à la salle de bain, puis prit une douche bien chaude. Heureusement que les murs étaient épais à l'institut, car Graham était du genre à chanter sous la douche, et à s'en donner à cœur joie. Une fois sorti, le mutant enroula une serviette autour de sa taille et arrangea ses cheveux en sifflotant. Il n'était pas exactement un homme coquet, mais il pensait qu'être présentable et propre lorsqu'il sortait était nécessaire. Il ouvrit son armoire, enfila un jean, et une chemise à carreaux verts, blancs et noirs ouverte sur un t-shirt noir. Finalement, il revêtit sa veste en cuir marron et des bottines assorties. Il sortit de sa chambre, direction le hangar où reposait sa voiture sous une couverture, que Graham retira délicatement, dévoilant une Ford Mustang noire de 1967. Elle était presque terminée, il ne restait que quelques petites choses à régler, mais le bar étant à dix minutes de route, il espérait qu'elle ne tomberait pas en panne ce soir-là. Au pire, Ciel le ramènerait. Il l'avait achetée en piteux état, sur un coup de tête, deux ans plus tôt, et depuis il l'avait patiemment réparée. Cette voiture était un peu l'allégorie de sa réminiscence, car en la refaisant, il se reconstruisait lui-même. Il s'installa au volant, et faillit verser un larme lorsqu'elle démarra parfaitement. Il avait commencé à la sortir depuis quelques semaines seulement, mais il ne s'était toujours pas habitué au doux son du moteur.

Dix minutes plus tard, Graham franchissait la porte d'un bar à l'ambiance authentique mais chaleureuse. Il adorait cet endroit, il s'y sentait bien. Il salua Joe, le barman, commanda une bière, et alla s'asseoir à une table après avoir retiré sa veste. Il jeta un coup d’œil à l'horloge. 18h58. Il était pile à l'heure, pour une fois. Il décida de patienter en sirotant sa boisson. Quelques minutes plus tard, son visage s'illumina lorsqu'il aperçut Ciel arriver à son tour. Souriant, il se leva pour aller l'accueillir. Il lui serra la main pour ensuite l'attirer un peu vers lui pour une brève étreinte, lui tapotant le dos. « Hey Ciel, t'en as mis du temps! » Il recula d'un pas, une expression amusée sur le visage, il adorait taquiner ses amis, et Ciel n'était pas une exception, au contraire. Il se décala sur le côté pour lui montrer le chemin. « Je suis assis là-bas. » Ils s'installèrent, puis Graham fit signe à la nouvelle serveuse de s'approcher. Il ne l'avait jamais vu avant et il la trouvait plutôt jolie. Il se redressa et lui offrit un charmant sourire tandis qu'elle fit cliquer son stylo. « Bonsoir messieurs, qu'est-ce que je vous sers? » Le mutant désigna sa canette. « J'ai déjà été servi, et toi, qu'est-ce que tu prendras? » demanda-t-il alors à Ciel. Son ami commanda à son tour, et Graham ne se gêna pas pour détailler la serveuse qui retournait au bar chercher la boisson de Ciel. Il reporta son attention sur son meilleur ami. « Alors, dit-il en portant sa canette à ses lèvres, quoi de neuf? » Graham s'avachit sur sa chaise, étirant ses jambes, se mettant à l'aise. Il était heureux d'être là, et chérissait ces soirées plus que tout au monde. Il se rappelait encore de la première fois où il avait proposé à son psy d'aller discuter autour d'un verre. Il s'était sentit bête sur le coup, mais avec le recul, il pensait que c'était la meilleure décision qu'il ait jamais prise. Et puis, pour parler et se confier, il se sentait plus à l'aise dans un bar que dans un cabinet stérile de psychologue.

© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Mer 5 Nov - 23:26


Every night I try my best to dream







J'ai froid. J'étouffe. J'ai mal. Je crois que je suis en train de mourir.
Une main me maintient la tête sous l'eau. Je gigote et me débat, mais je suis complètement épuisé. Lentement, je sens mes poumons se vider d'air. Mon cœur ralenti douloureusement. Contrairement à ce que l'on peut croire, ce n'est pas rapide du tout. Chaque seconde est lancinante. Mes mouvements pour me défendre, déjà faiblards, se stoppent peu à peu. Mon corps devient complètement mou.
Je suis mort.

J'ouvre les yeux et me réveille en sursaut, avec une grande inspiration, comme si j'avais été trop longtemps en apné. Ce qui est plus ou moins le cas.
Je me concentre sur ma respiration. Ca va aller. Ce n'était qu'un rêve. Rien qu'un rêve... Peu à peu, j'arrête de tressauter. Je me calme.

Mes rêves sont de plus en plus difficiles à supporter, ces derniers temps, car ils ne me montrent que de la souffrance, et des morts violentes. J'essaie de me détacher un minimum, mais ce n'est pas aussi simple qu'on pourrait le croire. Surtout que ça dure depuis un petit moment, ces cauchemars en raffale, et que j'en ai quasiment perdu le sommeil. Déjà qu'on pouvait me considérer comme un insomniaque... Comme mon cours s'était terminé ce matin, j'avais pensé pouvoir me reposer avant ce soir_ on est vendredi soir, et j'ai rendez-vous avec Graham. Enfin, rendez-vous... Plus comme une « sortie entre potes », à mon grand regret_ Et j'étais si épuisé que je me suis endormi sans même m'en rendre compte. D'ailleurs...

Zut ! Je vais être en retard ! J'attrape mon manteau et passe une main dans mes cheveux pour leur donner un aspect présentable. De toutes façons, Graham ne me regardera pas, pas comme moi je le regarde, du moins. Et pourtant, ça ne m'empêche pas de vérifier que ma chemise n'est pas trop froissée ou que je n'ai pas trop l'air d'un revenant. C'est étrange, je pense en montant dans ma voiture. Je fais des efforts imperceptibles pour attirer son attention, tout en sachant que ça ne sert à rien. Et je continue d'attendre nos vendredis soirs avec un sentiment doux amer.

J'arrive avec cinq minutes de retard seulement, mais Graham est déjà là_ je l'apperçois en entrant dans le bar. Je ne peux pas m'empêcher de sourire un peu niaisement en le voyant se lever pour m'accueillir

- Hey Ciel, t'en a mis du temps !

Il me serre la main puis m'attire dans une accolade virile. Je profite de ce bref contact, qui me serre le cœur de toutes les façons possibles. J'ai l'impression qu'il a mit de l'eau de cologne_ pas beaucoup, pas un truc vaporeux et étouffant, mais assez pour que ça soit perceptible de si près.

- Bonsoir, Graham, je dis avec un sourire
- Je suis assis là-bas.

Il me désigne une table et nous nous installons. Entre temps, j'ai le temps de le détailler, discrètement, et constate qu'il a fait un effort vestimentaire. Je veux dire, Graham est beau, tout le temps, il fait partie de ces personnes qui pourraient venir habillées avec un sac à patates et un filet de pêche, il serait quand même magnifique. Mais là, ça se voit d'autant plus, parce qu'il s'est mis en valeur.
Toujours est-il que je regrette de ne pas m'être un peu mieux mis. Bravo, Ciel, vraiment, les compliments du chef. Mais bon, ce n'est pas comme si c'était pour moi qu'il s'était bien habillé. Plus pour des filles comme la serveuse qui ondule plus qu'elle ne marche vers nous une fois que mon meilleur ami lui a fait signe.

- J'ai déjà été servi, qu'est ce que tu prendras ?
- Un Seven Up, s'il vous plaît.

La serveuse opine et tourne les talons. Graham la détaille, sans même chercher à être discret_ ses yeux passent des  jambes à la taille, puis au buste, puis aux yeux englués de mascara. Ca m'irrite un peu, comme à chaque fois. Graham est un séducteur, et il n'a pas trop de difficultés à se faire remarquer en retour. Je vous jure, il pourrait se faire une couverture patchwork avec tous les numéros des filles qu'il accumule depuis que je le connais.

Il porte sa cannette à ses lèvres et avale une longue gorgée du liquide ambrée.

- Alors, il me demande en souriant, Quoi de neuf ?

Pas grand-chose : tu me fais toujours autant d'effet, je suis jaloux de la première fille que tu as en ligne de mire et mes cauchemars sont de plus en plus difficiles à gérer. Oui, non, bravo l'ambiance.

- Pas grand-chose, je dis avec un sourire, Le cours de ce matin s'est bien passé, les élèves semblent intéressés... Rien de nouveau, vraiment. Et toi ?

J'aime beaucoup quand il parle de ses élèves : il en est très fier et assez protecteur, comme un lion avec ses petits. L'image me fait doucement sourire.
Dans la poche de mon jeans, mon portable vibre, mais je ne sors pas le téléphone. Déjà, parce que je trouve que c'est assez impoli, et puis, je suis avec Graham, toute mon attention est portée vers lui. Il a l'air plutôt heureux, et ça me va. Alors malgré mes cernes et ma possessivité mal placée, je passe un bon moment, comme tous les vendredis soirs.

Enfin, jusqu'à ce que la serveuse revienne avec ma commande_ qu'elle me jette plus que ne me donne_ et s'approche un peu trop près de mon meilleur ami. Qui ne fait rien pour la repousser.

- Vous désirez autre chose ? Elle roucoule presque en rejettant ses cheveux en arrière

Bizarrement, j'ai l'impression qu'elle ne fait pas référence à ce qu'il y a sur la carte. Je me renfrogne un peu_ pas assez pour que ça se voit vraiment_ et bois mon verre d'une traite. Finalement, j'aurais peut-être dû prendre quelque chose avec de l'alcool. Ce n'est pas parce que je sais à quoi m'attendre que je dois m'en réjouir. J'ai assez de self-contrôl pour garder une expression impassible, presque tranquille, c'est déjà bien.

Dans ma poche, mon portable vibre une deuxième fois. Je considère l'idée de regarder. Si je dois regarder mon meilleur ami en train de jouer avec cette fille toute la soirée, j'aurais besoin de me distraire un peu pour garder mon faciès paisible.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Ven 7 Nov - 10:46


❝ i need you brother ❞
Ciel & Graham
« Un Seven Up, s'il vous plaît. » Un léger rire s'échappe des lèvres du mutant face au manque de bravoure de son meilleur ami. Un soda? Vraiment? Ne sont-ils pas là pour s'amuser un peu? Il demande ensuite des nouvelles du professeur, et se redresse un peu, manifestant son intérêt pour sa réponse, tel un enfant à qui on s'apprête à raconter une histoire. « Pas grand-chose. Le cours de ce matin s'est bien passé, les élèves semblent intéressés... Rien de nouveau, vraiment. Et toi ? » Il sourit, en même temps, qui ne serait pas intéressé par la criminologie? En tant qu'ex-policier, Graham n'est pas vraiment objectif, mais avec toutes les séries policières qui passent à la télé, il sait que le cours de Ciel retient beaucoup l'attention des élèves, et puisqu'il n'est pas obligatoire, les jeunes mutants sont souvent motivés et investis. Le cours de rêve quoi. Le regard de Graham s'attarde quelque peu sur les cernes de son ami, lui faisant froncer les sourcils. C'est encore pire que d'habitude, et Graham est à la limite de raccompagner le professeur à l'institut et de le border. Il ne lui dit pas tout, et il va tout faire pour savoir ce qu'il lui cache. Mais pas tout de suite, non, il ne veut pas gâcher la soirée alors qu'elle ne fait que commencer. Quoi de neuf? Le Professeur veut qu'il aille dans la manifestation anti-mutants à Boston. La moitié de la foule risque de le reconnaître et de se jeter sur lui. Rien de bien grave donc. De plus, Graham ne veut pas donner une raison supplémentaire à Ciel de perdre le sommeil. « Pas grand chose non plus. Mes cours se sont bien passés, il y a des élèves qui font d'énormes progrès. » On peut déceler une étincelle de fierté dans son regard. Il adore voir ses élèves s'améliorer, se rendre compte que ses conseils ont porté leur fruits. Il n'y a rien d'égoïste là dedans. Il peut simplement dormir sur ses deux oreilles en se disant qu'à la fin de l'année la plupart de ses élèves pourront se défendre seuls. Le professeur se sent utile, et les élèves sont toujours heureux d'assister à son cours, ce qui lui fait plus plaisir qu'il ne veut bien l'avouer. Graham boit une bonne partie de sa bière, tandis que la serveuse revient donner sa boisson à Ciel.

La jeune femme se penche vers lui, et Graham ne se plaint pas, lui offrant ce sourire charmeur dont il a le secret. Graham a la chance de ne pas avoir à faire trop d'efforts pour séduire, mais il sait que ce n'est pas le cas de tout le monde. Cependant, pour lui, il n'y a rien de mal à se servir de cet avantage pour s'amuser un peu. Sa seule relation sérieuse s'est tellement mal terminée, que désormais il n'envisage plus de se poser, du moins pas avant d'avoir trouvé la bonne personne, quelqu'un à qui il est sur de pouvoir faire confiance. Son regard glisse inconsciemment vers Ciel puis revient à la serveuse. « Vous désirez autre chose ? »  « Un verre de whisky avec deux glaçons, s'il te plaît. » L'alcoolisme de Graham est tel qu'il ne cherche même plus à le cacher. Il a besoin de ressentir cette ivresse, cette liberté, cette euphorie. Il ne peut plus s'en passer. Un vestige de cette dépression dont il n'aurait jamais pensé sortir. Graham n'est pas vraiment soigné, et il ne le sera probablement jamais complètement. Ce qu'il a vécu est difficilement gérable pour un homme tout seul, et il ne serait probablement plus là si on ne lui avait pas assigné Ciel. La jeune femme note sur son calepin. « Donc, un whisky avec 2 glaçons... Et vous? » demanda-t-elle alors à Ciel. Graham remarque une baisse d'enthousiasme, et un ton presque dédaigneux, comme si la serveuse venait seulement de réaliser qu'il est là et qu'il la dérange plus qu'autre chose. Graham perd un peu de sa bonne humeur, bien sûr il aime les femmes, mais ils n'aime pas celles qui manquent de respect à ses amis. Avec son apparence physique il peut se donner le droit de choisir ses conquêtes et il décide que cette fille-là n'en ferait pas partie. Soudainement il se rappelle la raison de leur présence ici. Une soirée entre amis, et non une chasse. Tandis que la serveuse repart, Graham se racle la gorge et finit sa bière, histoire de reprendre contenance. Il repose la canette vide, et ressent le besoin étrange de se justifier. « Désolé, elle s'est jetée sur moi! » dit-il en prenant un air de victime innocente et en levant théâtralement les mains en l'air. Graham a toujours eu tendance à se sortir d'une situation embarrassante en plaisantant. Ce qu'il a dit est en partie vrai, mais il aurait pu rejeter ses avances, cependant, il a du mal à résister à une jolie fille, surtout en ayant déjà bu une bière. Il y a un moment de flottement, puis Graham se penche un peu en avant, posant ses avant-bras sur la table. Son expression redevient sérieuse, presque inquiète. « Ciel, est-ce que tu dors la nuit, des fois? » dit-il en fixant les sacs - non, là c'est plutôt des valises - qu'il a sous les yeux. Il culpabilise un peu de l'avoir traîné ici, ils auraient pu reporter cette soirée.

© Pando




heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Mer 12 Nov - 7:47


Every night I try my best to dream







- Désolé, elle s'est jetée sur moi !
Avec ses yeux de chiot battu et ses bras levés, on dirait un enfant pris la main dans le bocal de bonbons par sa mère. C'est tout simplement craquant, et je me fends d'un sourire.

Pourquoi j'ai réagis au quart de tours comme ça ? Ce n'est pas de la faute de Graham et pourtant, j'avais fais comme si il était coupable de haute trahison ! Avec ma possessivité à la noix, j'avais bien faillis ruiner la soirée, alors que je les attends chaque semaines. Sérieusement, c'était quoi cette réaction ? C'est normal que Graham s'amuse, qu'il essaie de refaire sa vie, tout ce que je veux, c'est le revoir heureux, et j'ai une attitude de sale gamin capricieux. Bon, au lieux de me lamenter, je ferais mieux de retrouver le sourire pour ne pas entièrement gâcher la soirée. Ce n'est pas difficile.


- Encore une qui ne peut pas résister à ton charme, je vais finir par complexer ! Qu'est-ce-qu'elles te trouvent, toutes ? Je m'exclame, faussement tragique

Je ne sais pas si c'est sa bière ou ma réaction, mais il y a un petit blanc. Je crois que la tension est retombée, ça me rassure. Je porte mon verre à ma bouche_ oui, j'ai vu la lueur d'amusement dans les yeux de mon meilleur ami, mais la plus grande de ses forces est de connaître ses faiblesses. En l'occurrence la mienne c'est qu'après un peu trop d'alcool, je dis tout ce qui me passe par la tête, et j'aimerais autant éviter.

Brusquement, Graham s'accoude à la table et se penche vers moi.


- Ciel, est-ce que tu dors la nuit, des fois ?

Sa question me prend de court. J'effleure une de mes cernes, là où je sens son regard fixé.

Bon. Situation délicate. Je ne veux pas l'embêter avec mes problèmes, d'autant qu'il a déjà assez à faire avec ses propres démons, pas besoin que je lui greffe les miens.
D'un autre côté, Graham est mon ami_ mon meilleur ami_ et je déteste quand il ne me dit pas pourquoi il va mal, la réciprocité devrait donc s'appliquer. Il risquerait de le prendre pour un manque de confiance, et j'ai déjà faillis tuer l'ambiance tout à l'heure. Je décide d'opter pour une version mitigée.


- Je... Ne te caches pas que j'ai beaucoup de mal à dormir. Mais tu sais à cause de quoi, j'ajoute avec un sourire, J'ai l'habitude, bien que ce soit toujours assez... dur. Mais ça va, j'ai déjà connu pire ! Je ne me force plus à dormir en dehors de la nuit, revivre les souvenirs inutilement n'a plus aucun intérêt. Alors il n'y a pas de raisons de s'inquiéter, c'est juste un mauvais moment à passer.

Je prie intérieurement pour qu'il n'ait pas une soudaine réminiscence du Marionettiste, même si je ne lui en ait parlé que très vaguement. Si il aborde le sujet, je ne sais pas du tout comment on pourrait réagir_ lui comme moi.

La serveuse arrive avec la commande de Graham, qu'elle lui dépose en battant des cils. Je fronce les sourcils. Un whisky juste après une bière, sans manger entre les deux, ce n'est pas très raisonnable. Je sais que c'est difficile pour lui, et diminuer son rapport à l'alcool est mon prochain objectif dans sa thérapie. Je ne lui fais cependant pas la remarque, je ne suis pas sa mère. Mais je note dans un coin de ma tête de vérifier soigneusement son état avant de partir, et de le ramener avec moi à l'institue, en le forçant si besoin est, si il a l'air un peu trop éméché. Dommage pour sa nouvelle voiture, elle passera la nuit dans le parking.

Je décide de couper court au précédent sujet de conversation en faisant trinquer doucement mon verre avec le sien

- Allez, à nos vendredis soirs ensemble depuis presque cinq ans !

Ca sonne plus intime que ce que je ne voulais dire... Oups. J'avale une longue gorgée de soda pour me donner une contenance, et je balaye la salle des yeux. La télévision allumée dans un coin attrape mon regard. Évidement, je ne peux pas entendre ce que dit la présentatrice, mais le gros titre : «  Marches anti-mutants : la chasse aux sorcières continue » me donne une assez bonne idée du sujet. C'est vrai que les révoltes sont de plus en plus importantes. Il y en a notamment une à Boston où Graham risque d'être envoyé. Je pense que c'est prendre un énorme risque,alors forcément je ne suis pas trop pour. Après tout, son visage a fait la une pendant plusieurs semaines, son procès a été très médiatisé, il a même été traité d'Incarnation du Mal : il pourrait être reconnu. Et blessé. Et moi, je devrais rester à l'institue douillette, à surveiller les élèves qui restent, comme si tout était normal dehors...

Cette situation m'agace, et j'ai envie de passer un bon moment, alors je la chasse de mon esprit. Pour m'y aider, je me saisis de la boisson de mon meilleur ami et avale une petite gorgée d'alcool fort.


- Aucune serveuse n'a tenté de me séduire, je me console ! Je me justifie faussement sur le ton de l'humour

Humour qui même moi ne me fait pas rire. Je ne sais pas si c'est à cause de la brûlure dans ma gorge ou de ma propre remarque, mais je fais un peu la grimace. Comment il fait pour apprécier ça ?!

En relevant les yeux, je vois qu'il a un air pensif, presque rêveur.


- À quoi penses-tu ? Je lui demande en appuyant mon menton dans ma paume

Il ne me répond pas tout de suite. Je me mets à faire semblant de le houspiller un peu

- Ciel à Graham_ et je t'interdis de faire une blague sur mon nom ! Et ben, pendant quelques secondes, j'ai vraiment cru t'avoir perdu ! Tu été plongé dans tes pensées. Qu'est-ce qui te préoccupes ?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Jeu 13 Nov - 15:23


❝ i need you brother ❞
Ciel & Graham
Ciel hésite à répondre, mais Graham n'en démord pas pour autant. L'ancien soldat a toujours eu tendance à s’inquiéter pour ceux qu'il apprécie plus que pour lui-même, c'est plus fort que lui, c'est son instinct animal qui refait surface. D'ailleurs, bon nombre de ses transformations involontaires se sont produites lorsqu'un de ses proches était en danger. Un trait soucieux lui barre le front et son expression se fait un peu plus insistante. Ciel sait qu'il n'a pas le choix car Graham est très entêté pour ce genre de choses. « Je... Ne te caches pas que j'ai beaucoup de mal à dormir. Mais tu sais à cause de quoi.» Ciel sourit, et Graham plisse les yeux, insatisfait de cette réponse. « J'ai l'habitude, bien que ce soit toujours assez... dur. Mais ça va, j'ai déjà connu pire ! Je ne me force plus à dormir en dehors de la nuit, revivre les souvenirs inutilement n'a plus aucun intérêt. Alors il n'y a pas de raisons de s'inquiéter, c'est juste un mauvais moment à passer. » Le mutant finit par détendre un peu et se redresser, avec sur le visage cette expression typique du policier qui veut dire "c'est bon pour cette fois, mais j'en ai pas fini avec toi." Il laisse tout de même échapper une petite remarque. « Tu dois faire attention à toi et à ton sommeil, Ciel. » Ça a sonné plus maternel que Graham ne l'aurait souhaité, mais tant pis. Il sait à quel point le sommeil de Ciel est détraqué à cause de son pouvoir, et il sait aussi que le manque de repos n'est pas du tout bon à la santé. Graham lui, a tendance à beaucoup dormir, et encore une fois, c'est le lion qui déteint sur lui. Il a lu quelque part - car oui, il lui arrive de lire - que les chats passent les trois quarts de leur temps à dormir, ce doit être pour ça que Graham aime autant les grasses matinées et les siestes près du feu dans le salon de l'institut.

L'arrivée de la commande du mutant le sort de ses pensées et lui fait finalement oublier de faire les gros yeux à son ami. Il saisit son verre et le lève pour trinquer avec lui. La serveuse n'arrive même plus à capter son attention. « Allez, à nos vendredis soirs ensemble depuis presque cinq ans ! » Il sourit. Cinq ans, déjà? Graham a l'impression que c'était l'année dernière qu'il avait franchit la porte du cabinet de Ciel pour la première fois. « A nos vendredis soirs. » répète-t-il presque solennellement avant de porter son verre à ses lèvres. Il sent le liquide frayer son passage en lui, brûlant tout sur son chemin dans une sorte de purification effrénée. Il se rappelle encore de la première fois où il avait goûté à un alcool fort. S'en était suivit une quinte de toux qui avait duré dix bonnes minutes. Désormais, il ne ressent presque plus rien. Il a passé tellement de temps à écumer les bars et à boire tout seul chez lui, qu'il est comme immunisé contre cette douleur-là. Il fait tourner le liquide dans son verre avant de reposer l'objet translucide. Il pose le regard sur Ciel et comprend qu'il regarde la télévision que lui ne peut voir. Il porte donc son attention sur l'autre écran accroché au mur derrière le bar,et serre les mâchoires en lisant le titre des informations. Il a envie de sauter au cou de la stupide présentatrice et son air de pimbêche. Pourtant il n'entend même pas ce qu'elle dit, mais rien que son expression remplie d'hypocrisie suffit pour le faire sortir de ses gonds. Graham, depuis l'époque du procès, a développé une certaine haine envers les médias, et ne regarde plus les informations à la télévision sauf s'il y est forcé. Sa jambe droite se met à tressauter et le mutant se rend compte qu'il doit se calmer rapidement s'il ne veut pas se transformer en un lion fou de rage au milieu du bar.

Il prend une nouvelle gorgée de son whisky. Il doit penser à autre chose. Jimmy. Son fils qu'il n'a le droit de voir qu'un mois par an. Il se rappelle de leur mois de juillet, le plus beau de toute l'année. Il se rappelle la joie du gamin quand il l'a aperçut alors qu'il venait le chercher. Ils ont fait beaucoup de choses, mangé beaucoup de glaces, parfois même avec Ciel que Jimmy adore. Graham regrette de ne pas pouvoir voir grandir son fils comme n'importe quel autre père, et il chérit le mois de juillet comme un trésor précieux. Toutes les semaines il lui envoie un mail, et espère un peu naïvement que son ex-femme lui les lit. Perdu dans ses pensées, il remarque à peine que Ciel lui pique son verre, et esquisse un sourire pensif, lointain, à sa tentative de plaisanterie. Soudainement il se demande ce que Jane a dit de la marche anti-mutant à Jimmy. Est-ce qu'elle lui a expliqué? Il espère que non, il n'a pas besoin de ces choses-là, son enfance est déjà bien assez perturbée comme ça. Si Graham doit se rendre à cette manifestation, il tentera d'éviter de se faire remarquer et surtout de se faire filmer. Il ne veut pas recommencer, retomber dans cette spirale infernale, revoir son propre visage affiché partout comme tant de démons lui rappelant qu'il n'est qu'un déchet sans valeur. Il n'est même pas sur d'être capable de supporter les insultes sans arracher la jugulaire d'un de ces stupides manifestants avec ses dents, en guise d'exemple pour qu'enfin on lui fiche la paix. « Ciel à Graham_ et je t'interdis de faire une blague sur mon nom ! » « Hein, quoi? » Graham se rend compte que ce n'est pas la première fois que Ciel l'appelle. Il cligne bêtement des yeux puis se pince l'arrête du nez. Trop occupé à sortir de sa torpeur, il ne pense pas encore à faire de l'humour. « Et ben, pendant quelques secondes, j'ai vraiment cru t'avoir perdu ! Tu été plongé dans tes pensées. Qu'est-ce qui te préoccupes ? » Il baisse le regard vers son verre, jouant un peu avec, un simple prétexte pour trouver les mots. « Je pensais à Jimmy. J'espère que Jane ne l'a pas mêlé à tout ça. » dit-il en désignant d'un geste de la tête l'écran. « Le Professeur Xavier m'a dit qu'il m'enverrait surement à l’exécution publique de Boston. Je sais que c'est risqué, mais j'irai. Des vies sont en jeu. » Le ton du mutant est ferme, un peu trop même, mais il fait ainsi savoir à Ciel que s'opposer à cette décision serait inutile. Le sens du devoir de Graham peut être considéré comme une qualité, mais c'est plutôt un défaut lorsqu'il frise la témérité. Le trentenaire boit plusieurs gorgées du liquide aux couleurs douces qui contrastent avec son goût âpre, comme si ça allait aider à faire passer l'idée qu'il devrait se confronter à nouveau à la haine des humains.


© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Mar 18 Nov - 23:33


Every night I try my best to dream









- Hein ?

Il cligne deux fois des yeux, et il baisse la tête avant de doucement passer son index sur le pourtour de son verre, plusieurs fois. Ca, chez lui, ça veut dire : Je vais parler d'un sujet difficile alors laisses-moi le temps de formuler ça de façon pas trop émotive.

- Je pensais à Jimmy. J'espère que Jane ne l'a pas mêlé à tout ça.

Oh. Jimmy est un petit garçon adorable, qui aime beaucoup son père, mais comment être sûr que sa mère ne lui bourre pas le crâne d'ignominies concernant les mutants ?

Je n'arrive pas à comprendre. Que deux personnes ne s'aiment plus, d'accord. Mais mêler un enfant à ça ? Monter un fils contre son père ? Je comprends que Jane en veuille à Graham, mais quelque part, si ses nerfs ont lâchés, c'est parce qu'il l'a surprise en pleine adultère. En plus, elle sait que Graham n'est pas quelqu'un de mauvais, ni de violent. Il avait des problèmes de gestion de colère, mais il en est venu à terme il y a bien longtemps, et il n'aurait jamais, JAMAIS levé la main sur Jimmy. Ce n'est donc que la vengeance basse d'une femme rancunière, c'est presque complètement égoiste.

- Le professeur Xavier m'a dit qu'il m'enverrait sûrement à l'exécution publique de Boston. C'est risqué mais j'irai. Des vies sont en jeu.

J'ai l'impression qu'un pic de glace vient de s'abattre en plein sur ma tête et se propage partout dans mon corps.

Il n'est pas sérieux. Il ne peut PAS être sérieux.

Et pourtant, son ton est ferme, résolu. Bien sûr, qu'il va y aller. C'est ancien soldat, quelqu'un prêt à se battre jusqu'à la mort si ça peut sauver des vies. Le danger, si il est dirigé vers lui, il s'en moque. Ce n'est pas qu'il considère que ça vie n'a pas d'importance_ du moins, j'espère que ce n'est pas ça_ c'est plus une volonté d'empêcher un drame, de sauver ces innocents.

Mais Boston, c'est une ville immense. Et on parle d'une manifesation où il y aura des centaines de personnes. Le don de Graham n'est pas spécifiquement visible, tant qu'il est calme, mais...

Et si quelqu'un le reconnaissait ? Il était dans tous les médias pendant des semaines, voir des mois. Si quelqu'un le reconnaissait et l'attaquait ? Il serait du genre à hurler aux autres de s'enfuir et à gagner du temps, mais si les protestants se mettent à plusieurs, ils pourraient le maitriser. Et si il se transformait par mégarde, sous le coup de l'émotion ? Et si...

Mon cerveau tourne à 200 à l'heure, créant des centaines de scénarios catastrophes. Non, non, non ! Il ne peut pas. Si Graham est fait prisonnier, pire, sil ils l'exécutent avec les autres mutants, si...

Je dois avoir la prestance d'une truite hors de l'eau mais. Imaginer Graham blessé. Graham qui souffre. Graham...

Mort.

Mon verre se brise au sol.


- Mince !

J'en ai plein sur mon jeans, et il y a des éclats un peu partout au sol. Mais ce n'est pas possible d'être aussi maladroit ! Je commence à ramasser les plus gros bouts de verre. J'ai l'impression de trembler un peu, mais je n'en suis pas sûr.

- Aïe !

Super. J'ai réussi à me couper. Une large entaille horizontale barre presque toute ma paume droite, et ça commence à saigner. Génial.

La serveuse arrive l'air furieux et me lance un regard noir, avant de s'accroupir avec une petite balayette pour nettoyer mon bazar. Je lui adresse un regard désolé.


- Excusez moi.

Je serre ma main blessée, pour éviter de mettre du sang partout. J'adresse un pauvre sourire l'air de dire «  Oups ? » à mon meilleur ami. Quand est-ce que la soirée a décidé de prendre le pire tournant possible ?

- Je vais éviter de salir partout. Je reviens.

Les quelques clients du bar qui s'étaient retournés devant mon exploit_ je suis sûr que si j'avais voulu le faire, j'aurais pas fait mieux_ se remettent face à leurs commandes et je traverse la salle jusqu'à la petite porte qui indique les toilettes.

Je passe rapidement ma paume sous l'eau froide. J'espère qu'il n'y a pas de particules de verre qui se sont incrustées, avec la chance que j'ai... Je ne pense pas qu'il y ait besoin d'aller à l'hopital, mais j'aimerais que ça s'arrête avant de se transformer en mer rouge.

Avec ma main propre, je me passe de l'eau froide sur le visage. Je m'accorde trente secondes pour souffler.

Réfléchis de façon calme et rationnelle. Oui, Graham a été très médiatisé. Mais c'était il y a cinq ans, l'encre à couler sur d'autres sujets, plus récents et plus marquants. Donc il y a peu de chance qu'on le reconnaisse. De plus, il sait se battre, il est capable de se défendre. Et il ne sera pas seul dans le groupe, je n'imagine pas que l'un des mutants soit laissé derrière. Après tout, l'institue, c'est une sorte de famille. Même Lauritz n'abandonnerait pas personne. Et ils sont assez intelligents pour voir quand il n'y a plus rien à faire et que la seule issue est le repli, dans le pire des scénarios possibles.

Il ne peut rien lui arriver, il ne peut rien lui arriver, il ne peut rien lui arriver... Je me répète ça comme un mantra, une prière, une promesse. C'est idiot, d'autant plus que si c'était n'importe qui d'autre, je verrais les choses de manière normale et rationnelle. Mais avec Graham, il y a de l'affecte, sûrement un peu trop, et ça biaise ma reflexion. Les sentiments parasitent le jugement, c'est bien connu.

Je ferais mieux d'y retourner. Nos vendredis soirs sont sensés être des moments pour se détendre, pas pour casser les fournitures et avoir des réactions dignes des plus mauvais téléfilms romantiques.

Je m'asperge encore une fois le visage d'eau bien froide, et relève la tête devant le miroir. Je souffle, ferme les yeux et les rouvre après un bref instant.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Ven 21 Nov - 16:16


❝ i need you brother ❞
Ciel & Graham
A voir l'expression de Ciel, Graham comprend qu'il commence déjà à se faire un sang d'encre pour lui. Il savait qu'il n'aurait pas dû en parler. A lui tout seul, il vient de gâcher la soirée. Bravo Graham, franchement, bien joué. L'ancien soldat se réfugie tant bien que mal derrière son verre, buvant une longue gorgée de whisky. Le mutant suit du regard le verre de Ciel, et sent qu'il va bientôt tomber. « Attention! » Malheureusement, la mise en garde de Graham est arrivée trop tard, et le bruit du verre s'éclatant au sol le fait frémir. La seconde d'après, Graham est déjà en train de ramasser les bouts de verre, sans aucune hésitation, puisqu'il ne peut pas se couper. Cependant, ce n'est pas le cas de Ciel. Sa plainte fait lever la tête du professeur de combat. Son regard se pose sur sa main, où se trouve désormais une méchante entaille. Graham déglutit tandis que la serveuse arrive, visiblement très énervée. Est-ce à cause de son rejet ou à cause du verre à ramasser, le mutant est incapable de le dire. Surement un peu des deux, car elle demande très sèchement à Graham de s'écarter pour qu'elle puisse nettoyer. Ce dernier fronce les sourcils, offensé par tant d'agressivité alors qu'il veut juste aider. Comme il ne peut pas se rasseoir, il regarde autour de lui. Il se rappelle alors que Ciel est blessé. D'un pas décidé, il se dirige vers la cuisine du bar, bien qu'il sache très bien qu'il n'a normalement pas le droit d'y entrer. Il demande la trousse de secours, car il sait que toutes les cuisines en ont une, il n'est pas rare que quelqu'un s'y coupe. Il le sait aussi parce qu'il lui est arrivé de se battre dans les bars et de faire des blessés. Il se rappelle encore des serveuse qui tentaient de lui soigner ses hématomes, et qui s'étonnaient toujours qu'il n'ait pas de plaies du tout. On finit par lui donner la trousse, Graham s'empresse alors de rejoindre Ciel.

Il pousse la porte d'une main, et découvre son ami qui s'asperge le visage. Il s'approche et pause la mallette en fer blanc sur l'évier, tout en fixant le reflet du psychologue dans le miroir. Son regard bleuté est encore assombri par l'inquiétude, mais Graham décide de passer outre, et de tenter de détourner son attention. Doucement, il lui saisit le bras et analyse la plaie, tel le docteur qu'il n'est pas. C'est un vieux réflexe qu'il a, depuis qu'il est tout petit, lorsqu'il s'occupait des petits bobos de son frère et de sa sœur. Quand quelqu'un se fait mal, il ne peut pas s'empêcher de s'en occuper, c'est aussi un moyen pour lui de montrer son affection. Il le fait avec ses élèves, sa famille, ses plus proches amis et même auparavant avec ses compagnons d'armes. Cette fois-ci, il a décidé de s'occuper de Ciel, et ce dernier sait qu'il doit le laisser faire, ou il se vexera. Il lui lâche le bras quelques secondes. « Ne bouge pas. » dit-il en sortant de la trousse des compresses et de l'alcool. Avec application, il nettoie la plaie, et il est tellement concentré dans sa tâche qu'il ne se rend même pas compte que son corps s'est rapproché de celui de Ciel, au point que seule une petite dizaine de centimètres sépare leurs visages. Il attrape un paquet de bandages qu'il ouvre à l'aide de ses dents, puis l'enroule autour de la paume blessée, tout en s'enfermant dans un silence presque religieux. Il peut presque sentir les expirations de Ciel lui glisser sur les joues, mais il ne semble pas s'en rendre compte. C'est seulement lorsqu'il relève la tête après avoir terminé, en lançant un « Et voilà! » qu'il est surpris de leur proximité. Son sourire s'affaisse, son regard s'attarde dans celui de son ami puis descend jusqu'à ses lèvres avant de revenir immédiatement à ses yeux. Il sent des picotements dans les joues, ce qui le fait reculer d'un pas en s'éclaircissant la gorge. Est-ce que Ciel l'aurait fait... rougir? Non, c'est juste la proximité, ça aurait été la même chose avec n'importe qui d'autre. Du moins l'ancien soldat essaye de s'en persuader. Graham se sent soudainement à l'étroit dans cette pièce et a désespérément besoin d'un verre. « Je pense que tu ne saigneras plus cette fois. Je... Je vais retourner voir s'ils ont besoin d'aide. » Le mutant saisit la trousse et se dirige vers la porte qu'il pousse au lieu de tirer. Il lève les yeux au ciel, on ne peut pas faire plus embarrassant. Il adresse à Ciel un petit sourire avant tirer sur la poignée de la porte et de disparaître. Il pose la trousse sur le comptoir, puis retourne à la table pour finir son verre d'une traite, sans même prendre la peine de s'asseoir.

Qu'est-ce que c'était que ça? Il n'en a pas la moindre idée. Il essaye de noyer ce sentiment de malaise dans son whisky, et ça a l'air de fonctionner. Le mutant finit par se rasseoir, en attendant que Ciel revienne, et passe une main sur son visage. Il a été tellement ridicule, il décide de mettre ça sur le compte de l'alcool et se fait la promesse qu'il arrêterait de boire le lendemain. Une promesse qu'il ne tient jamais, mais ça l'aide à avoir bonne conscience. Il s'est comporté comme une collégienne de 12 ans, il ne comprend pas ce qu'il lui a pris. Il voudrait se mettre des claques. Ce vendredi soir, c'est du grand n'importe quoi. Il aperçoit enfin Ciel sortir et lui sourit, reprenant un semblant d'assurance. « Regarde-toi, t'es tout neuf! » dit-il en riant, espérant détendre l'atmosphère. La technique de la plaisanterie est la seule qu'il connaisse. Et jusqu'ici, elle a toujours fonctionné.


© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Sam 22 Nov - 20:28

Je me fige en voyant Graham dans le reflet. En deux enjambées, il est près de moi, et il a une espèce de... boitier en feraille blanche dans les mains, qu'il pose sur l'évier. Il attrape mon bras à la main blessée. Je vais pour le retirer de sa poigne, mais il me lance un regard qui dit " Laisse faire " sous-entendu "Ou je te colle par terre et j'utilise la force". Bon.
Je reste donc, un peu mal à l'aise, sans bouger pendant qu'il examine la plaie. Franchement, il s'inquiète pour rien, c'est pas comme si j'étais hémophile ou que je m'étais coupé un doigt, non plus ! Là encore, l'image du lion qui va chercher son petit par la peau du cou s'impose à ma mémoire, mais je suis trop tendu pour me laisser attendrir. Ou alors, juste un centième de seconde.

- Ne bouge pas, il dit en me lâchant

Très bien. Je crois que ce soir, on cumule vraiment... Je n'ai pas beaucoup de chance, mais là, ça mérite un trophée.

À nouveau, sa main attrape mon poignet pour la stabiliser tandis qu'il tamponne consciencieusement un coton imbibé d'alcool sur ma blessure. Le contact entre nos deux parcelles de peaux m'arrache un frisson_ la sienne est chaude contre la mienne, il me tient doucement mais fermement. C'est l'arythmie dans ma poitrine, et aussi agréable soit la sensation, c'est très, très gênant, alors je baisse la tête, fixant la danse précise de ses doigts sur ma paume. Ouais, non, mauvaise idée. Mes chaussures. Mes chaussures c'est bien, c'est une valeur sûre… Une ombre se rapproche sur le sol, me faisant froncer les sourcils et relever les yeux. Qu'est ce qui... Oh.

Oh.

Il s'est rapproché. Mais VRAIMENT rapproché. On est à, quoi, quinze centimètres l'un de l'autre ? Dix ? Moins ?

Ca ne va pas. Ca ne va pas du tout. Si tout à l'heure c'était l'arythmie, maintenant c'est un martèlement semblable à celui d'une tempête de grêle, en bouillant. J'ai chaud, ma respiration se fait saccadée. Mais Graham reste imperturbable, il attrape un sachet de bandelette, le déchire avec les dents et l'enroule, presque avec habitude, autour d mea paume. Je fixe longuement son visage concentré sur la blessure, avec un regard presque embué par ce que je ressens. Une vapeur d'adrénaline explose sous ma peau. Il s'occupe de moi... Il prend soin de moi... Non, ce n'est pas bon, pas bon DU TOUT !

Parce que là, j'ai très, très envie de l'embrasser.

- Et voilà !

Il relève la tête, tout fier, mais son visage perd toute contenance devant le mien qui se perd sur ses traits. Mon souffle est discret mais haché, je crois que je tremble encore un peu_ bordel, stop, je ne suis pas une princesse Disney !_ et mes yeux papillonnent de ses yeux verts absinthes à sa bouche entrouverte. J'ai très envie de céder au désir toxique qui s'enroule autour de moi en me susurrant de l'embrasser, juste une fois, juste cette fois...
Et puis le charme se rompt.

- Je pense que tu ne saigneras plus cette fois. Je... Je vais retourner voir si ils ont besoin d'aide.

… Je ne sais pas d'où vient ce bruit d'impact à ce moment. C'est soit moi qui retombe de mon petit nuage, soit ma stupidité qui me revient au visage comme un boomerang, soit quelqu'un d'autre qui a cassé un verre. J'espère que ce n'est pas la troisième supposition, sinon la serveuse risque de faire un meurtre.

Il sort vivement de la petite salle, et je me retrouve juste comme un con dans une mauvaise comédie romantique.

À quoi j'ai cru ? Sérieusement, à quoi j'ai cru ?!

Bienvenue dans le vol Graham Lester, nous vous recommandons de bien attacher vos ceintures parce que vous allez planer, avoir la tête à l'envers et même penser pouvoir toucher les étoiles. Mais attention, le crash est imminent.

Je me reprends un peu. Ce n'est pas le moment de faire le personnage de drama. Il y a plus urgent... Plus important... Graham... Boston... Boston ! Il a presque réussi à me faire oublier.
Je ressors des toilettes, plus trop chamboulé, ou du moins, suffisament calme pour garder l'esprit clair. Je retourne à notre table juste à temps pour le voir littéralement engloutir son whisky. Mince, j'espère qu'il ne passe pas une si mauvaise soirée que ça...


- Regarde toi, t'es tout neuf ! Il me lance avec un sourire
- Juste une fracture de l'amour propre, tu vas devoir attendre encore un peu avant d'être débarrasser de moi, Je plaisante en m'asseyant à nouveau

Il y a comme un blanc un peu pesant. Allez, Ciel, comportes-toi comme un adulte.

- Je suis désolé pour ça, je lâche en désignant ma main bandée, Le manque de sommeil me rend distrait. Et encore plus maladroit que d'habitude.

Oui, c'est petit, mais on fait avec ce qu'on peut !

- Je comprends que tu veuilles aller à Boston, j'ajoute, Et je sais que de toutes façons, tu iras. Alors je te demande juste d'être prudent. Tu... n'es pas vraiment anonyme. Promets-moi de ne rien faire d'inconsidéré, d'inutilement dangereux ou qui ne soit pas entièrement réfléchis. Même si je suis sûr que la plupart des gens ont oublié ton visage, il y a des névrosés qu font des blocages, et il pourrait très bien y en avoir parmis ces personnes.

Je sais qu'il n'aime pas qu'on parle de son procès, ou de cette période de sa vie en générale, mais il faut qu'il comprenne que c'est sérieux. Ce n'est pas un jeux, il ne pourra pas faire RESET et recommencer si il est en mauvaise passe.

Je me penche vers lui et le regarde droit dans les yeux. Pour lui montrer qu'il a toute mon attention, pour lui prouver que ce ne sont pas des paroles en l'air.


- Plus sérieusement, Graham. Promets-moi de faire attention à toi.

Je coince ma lèvre inférieure entre mes dents_ saleté de réflexe_ et je m'attarde un peu trop dans ses iris vertes poison. Brusquement, je me redresse, décidé à aller jsuqu'au bar, plus pour me donner une constance qu'autre chose.

- J'ai besoin d'un verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Mer 26 Nov - 11:05


❝ i need you brother ❞
Ciel & Graham
Graham se rend rapidement compte qu'il a descendu son verre trop vite, et les effets de l'alcool se font un peu ressentir. Il n'est plus mal à l'aise, une légère euphorie s'empare de lui, et il n'a plus vraiment la tête aux soucis. Il rit à la plaisanterie de Ciel, et même son rire sonne moins sobre. « Mince alors! » Il est avachi sur sa chaise, un bras passé derrière le dossier et ne quitte plus Ciel des yeux. Il le détaille sans gène, et s'attarde sur sa main bandée tandis que son ami s'excuse. « Tu aurais du me laisser faire, tu sais bien que je ne peux pas me faire mal. » dit-il en haussant les épaules. Ciel ne peut s'en prendre qu'à lui. La réaction de Graham est enfantine, mais il n'a jamais plaidé être quelqu'un de mature, après tout, et surtout lorsqu'il a déjà bu quelques verres. « Je comprends que tu veuilles aller à Boston. Et je sais que de toutes façons, tu iras. Alors je te demande juste d'être prudent. Tu... n'es pas vraiment anonyme. Promets-moi de ne rien faire d'inconsidéré, d'inutilement dangereux ou qui ne soit pas entièrement réfléchis. Même si je suis sûr que la plupart des gens ont oublié ton visage, il y a des névrosés qu font des blocages, et il pourrait très bien y en avoir parmi ces personnes. » Graham soupire, et, résigné, se redresse. Il n'a plus tellement envie d'y penser, il effacerait cette période de sa vie s'il pouvait, il remonterait le temps jusqu'à ses 21 ans. Il resterait à l'institut au lieu de partir en guerre et rien de tout ça ne serait arrivé. Il n'aurait pas été pris en otage, il n'aurait pas rencontré Jane, il ne l'aurait pas stupidement blessée, et il n'aurait pas vécu ce terrible procès. Il aurait pu avoir une vie normale, mais ce n'est pas un mot que les mutants connaissent. Il n'aurait pas rencontré Ciel non plus. C'est peut-être la seule chose de positive qui lui soit arrivé en plus de dix ans, et la seule raison qui l'empêche de chercher les mutants qui peuvent voyager dans le temps à l'institut. Tandis que son ami se penche vers lui, ses prunelles bleues exercent le pouvoir d'un aimant sur le regard d'émeraude du professeur. L'alcool estompe ses doutes et ses réflexions, il ne pense plus qu'au moment présent et il a terriblement envie de s'approcher un peu plus... « Plus sérieusement, Graham. Promets-moi de faire attention à toi. » Il se rend compte de ce qu'il est en train de faire, baisse les yeux pour découvrir que Ciel se mordille la lèvre, ce qui n'aide pas. Il sent quelque chose remuer son bas-ventre, ce qui lui fait l'effet d'un électrochoc. Il cligne des yeux tandis que Ciel fait part d'une envie de boire. Graham baisse la tête vers son verre vide. Il pense à la demande du psy. Il ne peut pas lui promettre une telle chose. Il ne se connait que trop bien et il sait qu'il prendra des risques si ça peut permettre de sauver les autres. Graham a une très faible estime de la valeur de sa vie comparée à celle des autres. Il oublie parfois qu'il y a quand même des gens qui tiennent à lui, et qui souffriront beaucoup s'il venait à disparaître.

Il se lève d'un coup, et se tourne vers lui. « Je m'en occupe, on va éviter un deuxième drame! » dit-il en riant, balayant ainsi toutes les sombres pensées qui avaient embué son esprit. « Qu'est-ce que vous prendrez monsieur? » Il bat exagérément des paupières, tout en imitant la serveuse un peu trop insistante à qui il avait eu affaire un peu plus tôt dans la soirée. Il note sur son calepin imaginaire et lui offre un sourire ridiculement niais avant de partir en se dandinant vers le bar. Il reprend un autre verre de whisky ainsi que la commande de Ciel, qu'il dispose sur un plateau. Il revient vers la table, et dépose les boissons. « Et voilà! » dit-il dans un français approximatif, avec un sourire fier, comme si c'était lui qui avait tout préparé. Il aime bien taquiner Ciel sur ses origines canadiennes, et il tente de l'amuser, de lui faire oublier que cette soirée a vraiment mal débuté. Il essaye tant bien que mal de tout reprendre à zéro. Ces vendredis soir sont faits pour se détendre et se retrouver, au départ. Il s'assied à nouveau, et n'a pas vraiment conscience de sa jambe doucement appuyée, l'espace de quelques secondes, contre celle de Ciel. Quand il s'en rend compte, il la retire immédiatement, avant de prendre son verre et de faire mine de trinquer. Décidément, le sort est contre lui. Il est à la limite de dire à Ciel qu'il vaudrait mieux qu'ils rentrent avant de mettre accidentellement le feu au bar. Il boit une gorgée de son verre. « T'as pas d'anecdotes à me raconter? Un truc bizarre pendant tes cours? Cette semaine une élève a refusé de se battre et comme j'ai un peu insisté elle a commencé à stresser. Elle ne contrôle pas son don, et elle a commencé à léviter. Elle est restée collée au plafond pendant une bonne demi-heure sans pouvoir redescendre, la pauvre! » Il a un petit rire dénué de méchanceté, et tendre comme un père qui voit son enfant tomber sans se faire mal. En réalité, il a un peu culpabilisé de la pousser ainsi, mais il faudra bien qu'elle s'y mette un jour ou l'autre. Graham peut être très sévère lors de ses cours, et d'une grande exigence.

© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Jeu 27 Nov - 22:41

- Je m'en occupe, on va éviter un deuxième drame ! Déclare Graham en riant
- Comment ça, tu ne fais pas confiance à mes légendaires deux mains gauches?     je demande d'un air faussement suspicieux

L'ambiance un peu lourde commence à retomber, c'est un changement agréable. J'ai un petit sourire au coin des lèvres, qui se transforme en un rire franc quand Graham se lève_ un peu trop vite pour son équilibre incertain_ et fait une moue qui se veut aguicheuse.

- Qu'est ce que vous prendrez, Monsieur ? Il demande en battant des cils, se moquant éhontément de la serveuse de tout à l'heure
- Une bière et ton numéro, je réponds en imitant sa voix pour le taquiner

Il avance en une parodie de déhanchement jusqu'au bar, et son attitude de sale gamin fier de lui m'arrache un sourire attendrie. Par contre, il a l'air un peu attaqué, donc je ne le laisserais pas prendre le volant_ désolé à sa voiture-prunelle-de-ses-yeux, mais elle passera la nuit seule sur le parking.

- Et voalà !

Il fait littéralement glisser mon verre jusqu'à moi, toujours avec son grand sourire un peu éméché et ses yeux rendus brillants par l'alcool. J'adore quand il parle français. En fait, j'adore quand les anglophones parlent français, ils ont un petit accent qui me fait complètement craquer, et celui de Graham est adorable.

Il s'affale en face de moi avec le sourire bienheureux des personnes légèrement pompettes, et sa jambe se presse à la mienne_ pas longtemps, juste un autre effet de la désorientation dûe au whisky. Il en a pris un autre, tiens. Après ça, il ne peut pas sérieusement penser que je vais le laisser conduire, j'aimerais autant éviter de le retrouver enroulé à un poteau à pleurer la carrosserie de son bébé. Oui, je suis taquin, mais bon, il me le rend bien.

Il lève son verre comme pour trinquer, et je l'imite. Allez, haut les coeurs.

Je fixe un instant les tressauts de sa pomme d'Adam quand le liquide ambré descend dans sa gorge. J'imagine sans trop de mal la sensation veloutée suivie d'une brûlure presqu'étouffante.


- T'as pas d'anecdotes à me raconter ?

Pardon ?

- Un truc bizarre pendant tes cours? Cette semaine une élève a refusé de se battre et comme j'ai un peu insisté elle a commencé à stresser. Elle ne contrôle pas son don, et elle a commencé à léviter. Elle est restée collée au plafond pendant une bonne demi-heure sans pouvoir redescendre, la pauvre!

Je ne peux pas m'empêcher de sourire un peu. Parce que j'imagine très bien le professeur de sport paniqué qui essaye de faire descendre la pauvre malheureuse qui gesticule au plafond, et je trouve ça mignon. Une espèce de réaction un peu paternelle.

J'avale à mon tour une gorgée de ma boisson, l'air pensif. Je repose mon verre. Une anecdote, hmm... Ah si !


- Il y a quoi, trois, quatres jours ? Je suis arrivé en cours, complètement rincé. J'avais pensé faire une nuit blanche la veille mais j'ai fini par m'écrouler et m'endormir sur mon bureau. Le lendemain, je me suis réveillé presque en retard, j'ai foncé jusqu'à ma salle de cours et je suis arrivé juste à temps. J'ai commencé mon cours, normalement, et puis j'ai vu que quelque chose n'allait pas. Les élèves n'étaient pas du tout réactifs, ils ne prennaient pas de notes, rien ! Ils m'ont dit qu'ils ne comprenaient rien à ce que je disais, ça m'a un peu énervé parce qu'on était sur ce chapitre depuis trois ou quatre séances, alors j'ai ré-expliqué... Et ce n'est qu'au bout de cinq minutes qu'une des élèves m'a dit que je parlais français depuis le début. D'où le "On ne comprend rien".

Je préfère prendre ce petit accident à la rigolade. J'ai connu bien pire et ça me ressemble assez, ce genre de maladresse.

Je sais qu'il risque de me charrier un peu, mais ça ne me dérange pas. Je souris en jouant avec mon verre, les yeux dans le vague.

En tournant la tête, je vois les décorations illuminées dans la rue. C'est vrai que c'est bientôt Noël. Il faut que je commence à m'occuper des cadeaux. Mes parents, je c'est fait depuis deux bonnes semaines, la plupart de mes amis de l'institue aussi, j'ai même pensé à prendre des chocolats pour mes élèves_ ils le méritent bien, après tout. Il me reste encore mon ancienne équipe_ c'est la seule fois où je m'autorise une forme de contact avec eux, et encore, je leur envoie par la poste. Mais je ne devrais pas avoir trop de difficultés.

Par contre, j'hésite encore beaucoup pour celui de Graham. J'ai quelques idées mais rien de transcendant. C'est mon meilleur ami, donc ça me paraît normal de lui trouver queqlue chose qui lui plaise un tant soit peu.

Je pose mon menton dans ma paume, accoudé à la table, et pianote doucement de ma main libre sur la surface lisse. Je regarde mon ami en réfléchissant, la lèvre coincée sous mes dents. Le mieux à faire, ce serait de lui demander si il y a quelque chose de particulier qui l'interesserait.


- Graham, il y a quelque chose qui te tenterait pour Noël ? Je lui demande en le regardant la tête un peu penchée sur le côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Mer 3 Déc - 10:02


❝ i need you brother ❞
Ciel & Graham
Graham accueille son ivresse à bras ouverts, enfin soulagé de ne plus avoir à se faire du souci. Son euphorie se répand dans ses veines, à croire qu'il n'y a qu'en buvant qu'il puisse se sentir parfaitement heureux, sans qu'il y ait des zones d'ombres. L'alcool engloutit les petites voix qui lui susurrent qu'il est une erreur de la nature, et qu'il finit toujours par blesser ceux qu'il aime. C'est surement pour ça que son addiction à l'alcool ne l'a jamais vraiment quitté. Il ne veut pas être soigné, il aime être bercé par l'illusion qu'il est libéré des chaînes qui l'attachent au poids d'une culpabilité qui n'a pas lieu d'être. Réchauffé par l'alcool, son visage prend quelques couleurs, ses joues parsemées de tâches de rousseur rosissent un peu. « Il y a quoi, trois, quatre jours ? Je suis arrivé en cours, complètement rincé. J'avais pensé faire une nuit blanche la veille mais j'ai fini par m'écrouler et m'endormir sur mon bureau. Le lendemain, je me suis réveillé presque en retard, j'ai foncé jusqu'à ma salle de cours et je suis arrivé juste à temps. J'ai commencé mon cours, normalement, et puis j'ai vu que quelque chose n'allait pas. Les élèves n'étaient pas du tout réactifs, ils ne prenaient pas de notes, rien ! Ils m'ont dit qu'ils ne comprenaient rien à ce que je disais, ça m'a un peu énervé parce qu'on était sur ce chapitre depuis trois ou quatre séances, alors j'ai ré-expliqué... Et ce n'est qu'au bout de cinq minutes qu'une des élèves m'a dit que je parlais français depuis le début. D'où le "On ne comprend rien". » Graham, jusque là très concentré à écouter le récit de son ami, éclate de rire. Il bascule la tête en arrière, et s'esclaffe tellement fort que certains de leurs voisins se retournent l'espace de quelques secondes. Le mutant remarque à peine les regards noirs qu'ils lui lancent. Il se couvre les yeux d'une main et tente de se calmer, sachant très bien que ça risque de mettre Ciel mal à l'aise. Il souffle après quelques minutes à ne pas pouvoir calmer son fou rire naissant. Les yeux humides, il sourit à Ciel. « Désolé, mais j'aurais tellement aimé être là. » Il s'essuie les yeux du revers de la main. « J'aime quand tu parles français. » dit-il en esquissant un sourire en coin. Il le taquine, bien qu'il y ait une once de séduction là dessous. La boisson fait tomber les barrières que forment ses doutes, une à une, comme une rangée de dominos. Les vendredis soirs sont fait pour se détendre, et il a décidé de mettre toutes ses questions existentielles de côté, pour une fois. L'alcool lui donne simplement la possibilité d'apprécier le moment présent.

Il suit le regard de Ciel, et aperçoit les illuminations de noël à l'extérieur. Le professeur n'aime pas beaucoup l'hiver, c'est humide, c'est froid, et il préfère de loin rester à l'intérieur au coin du feu. Mais paradoxalement il adore les fêtes de noël, parce que c'est le moment où il revoit sa famille, où même Marie rentre à la maison. Rien que cette pensée suffit à le faire sourire. Il a hâte de revoir sa petite sœur ainsi que sa mère et son petit frère, d'ailleurs il ignore encore que ce dernier a prévu de le rejoindre à l'institut. Graham n'a plus de contacts avec son père depuis le procès, car cet homme s'est révélé être anti-mutants, et toute la famille Lester s'est détournée de lui. « Graham, il y a quelque chose qui te tenterait pour Noël ? » Graham sort soudainement de ses pensées et son regard tout comme son attention reviennent à Ciel. Il passe distraitement une main dans ses cheveux. Les cadeaux, c'est vrai. Il est toujours en retard pour ce genre de choses, parce qu'il n'a jamais d'idées. Pour l'instant, il sait juste ce qu'il compte offrir à Ciel, et il sait que ça lui fera très plaisir. Du moins il l'espère, sinon il gardera le cadeau pour lui. Parce que ça n'est pas quelque chose qu'on peut jeter. Graham, pour sa part, ne sait pas vraiment ce qu'il veut. Il n'aime pas réclamer, et les noëls ont toujours été un casse-tête pour ses parents. Il est simplement heureux de voir ceux qu'il aime pendant les fêtes, ça lui suffit amplement. Il tripote son bracelet en cuir, semblant se plonger dans une intense réflexion. Il finit par relever la tête, sans pour autant avoir l'air de celui qui a pris une décision. « Tu m'as pris de court! » dit-il en riant nerveusement. « J'y avais même pas encore réfléchi! Pour l'instant, j'en ai aucune idée, mais si j'ai une illumination, je viendrai te voir. » Il marque une pause, boit une gorgée de son whisky, puis adresse un sourire empli de malice à Ciel. « En tout cas, moi, je sais déjà ce que je vais t'offrir. » dit-il en prenant un air mystérieux. C'est du pur sadisme, car il ne lui dira pas de quoi il s'agit, il veut juste le faire jubiler. Il est pratiquement sûr de son coup, et il a terriblement hâte de voir la réaction de Ciel lorsqu'il ouvrira le cadeau.

© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Dim 7 Déc - 23:55


- Tu m'as pris de court ! Il dit en riant nerveusement, J'y avais même pas encore réfléchi ! Pour l'instant, j'en ai aucune idée, mais si j'ai une illumination, je viendrais te voir.

Je me sens faire un peu la moue, mais pas d'une façon énervée ou agacée. Plus comme celle que doivent avoir les parents devant leur enfant quand celui-ci déclare «  Je sais pas ce que je veux » à deux semaines de son anniversaire.

Je sais pertinemment que quoi que je lui offre, ça plaira à Graham. De une, il n'est pas difficile, et de deux, il illustre le proverbe «  C'est l'intention qui compte » : donc il est touché qu'on lui offre un livre de poche ou un vêtement de marque. Mais je fais parti de ces personnes qui se compliquent la vie pour trouver le Saint Graal particulier à chacun. Surtout pour lui. J'ai conscience que je vais chercher midi à quatorze heure, mais je tiens vraiment à trouver quelque chose qui... je ne sais pas, qui prouvra que je le connais bien ? Non, pas vraiment... Quelque chose qui lui fera vraiment plaisir.

Il se saisit une nouvelle fois de son verre et avale une longue gorgée du liquide ambré. Je fronce un peu les sourcils. Il en est à combien de verres ?... Je me fiche qu'il soit un peu joyeux_ pour ne pas dire complètement pompette_ mais c'est plutôt le moment où nous devrons partir que j'appréhende. Déjà, le bar est moins remplie. Bah, avec un peu de chance, il tiendra sans trop de problème sur ses jambes...

- En tout cas, moi, je sais déjà ce que je vais t'offrir !

Il me dit en me balançant son regard de sale-gosse-qui-a-fait-une-connerie-et-en-est-content. Mon Dieu, je crains le pire... J'essaie de lui arracher un indice

- Ah bon ? J'ai droit à une piste ?

Mais regardez le ! Pour un peu il tirerait la langue ! Graham a toujours aimé jouer les sales gamins, il est très taquin de nature. Mais quand il boit, cet aspect de sa personnalité est... démultiplié ? Il est plus joueur, un peu nargueur... Le vert de ses yeux est un peu trouble, et sa peau est plus colorée que d'habitude, à cause de l'alcool. J'ai la furieuse envie de poser ma main, là, juste contre sa joue. Pour en toucher le velouté ou la chaleur ? Je ne sais pas. Sûrement un peu des deux. Mais je ne le ferais pas. Alors je joue la carte de la plaisanterie.

- Pff, méchant ! Meilleur ami indigne, va.

Je le dis avec un sourire en poussant doucement du poing son épaule. Jouer la taquinerie tout en restant calme et prudent. Ca me paraît une bonne solution.

Il va pour boire à nouveau, alors je porte ma propre commande à mes lèvres. Dans mon dos, quelqu'un passe_ sûrement un homme un peu imbibé, vu la façon bourrue qu'il a de pousser ma chaise pour passer, sans même penser à me demander de reculer. Résultat, je me retrouve, le souffle presque coupé, plié en deux sur la table, sur laquelle je me serais certainement aplatie le visage si je ne m'étais pas tenu par réflexe à la première chose à proximité_ Soit Graham.

Je me retrouve donc, penché en avant, les doigts enroulés autour du poignet de Graham_ qui avait de nouveau la main sur son verre_ le visage vers le sien, tellement proche que je peux le sentir. Sentir son souffle, l'alcool dedans, son parfum. Mais qu'est ce que j'ai fais dans ce vaste monde pour mériter tout ça en un soir ?...

Je lève des yeux un peu gêné vers ses prunelles. Quelque chose y brille, je crois_ sûrement les deux verres de whisky. J'ai un rire un peu nerveux, et vais pour retirer mon bras, mais je n'y arrive pas, ça bloque. Je ne pense pas que ce soit lui qui me retienne, ça doit être moi qui suis un peu faiblard à cause du manque de sommeil... Oui, ça doit être ça...
Mon regard glisse sur ses lèvres entrouvertes, remonte à ses yeux presque aussitôt_ mauvais, tout ça, trèèès mauvais.

Je finis par m'écarter de nouveau, et avale une nouvelle gorgée de bière. Le goût n'est pas terrible, j'aurais dû prendre aux fruits rouges. Oui, j'essaie de détourner ma propre attention, mais on fait avec les moyens du bord.

J'ai l'impression d'être complètement grillé. Je vous jure, dans ma tête, une voix me hurle "Tu es complètement grillé, mon pauvre. Et c'est très cliché, cette situation. Sérieusement, tu es un ancien profiler psychologue , pas un de ces personnages de mauvaise comédies romantique !"

Si même mon inconscient me hurle que je suis niais... Je chipe son whisky à Graham_ ça lui fera ça de moins_ et avale une gorgée. J'ai déjà fais ça tout à l'heure, non? Le goût âcre me brûle l'oesophage, je le sens distinctement glisser dans mon estomac avant de s'y loger.

J'ai l'impression pesante que quelqu'un nous observe. Je tourne la tête et tombe sur le regard noir de la serveuse. Quoi, elle nous en veut encore pour le verre cassé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Mer 10 Déc - 15:48


❝ i need you brother ❞
Ciel & Graham
« Ah bon ? J'ai droit à une piste ? » « Non! » Graham affiche ce sourire d'enfant turbulent qui est terriblement fier de la bêtise qu'il vient de faire. L'alcool le fait perdre le peut de maturité qu'il a et il retombe dans ses années insouciantes où le plus gros de ses problèmes était de choisir de quelle couleur colorier son dessin. Graham devient rapidement incontrôlable lorsqu'il a bu, et il a toujours les idées les plus stupides qui soient. Heureusement que Ciel est là pour le distraire et l'encadrer parce que sinon cela ferait longtemps qu'il se serait attiré des ennuis. « Pff, méchant ! Meilleur ami indigne, va. » Il laisse échapper un petit rire presque machiavélique et se tord théâtralement de douleur alors que Ciel ne fait que le pousser gentiment. Un vrai gamin je vous dis! Tandis qu'il s'apprêtait pour la énième fois à boire, un homme, encore plus éméché que lui apparemment, bouscule sans gène son ami qui se rattrape à ce qu'il peut, entendez par là le poignet de Graham. Heureusement que son verre était presque vide car sinon il y en aurait encore eu partout et la serveuse les auraient surement étripés. Par réflexe, l'ancien soldat attrape le bras de Ciel pour l'empêcher de se faire mal. Tout va bien jusqu'au moment où il réalise à quel point le psychologue est proche de lui. Malgré son euphorie, malgré l'alcool dans ses veines, Graham peut sentir son pouls s'accélérer quelque peu. Il oublie tout, la serveuse harpie, les manifestations anti-mutants, le procès, l'homme bourré, tout. Ce qui importe à ce moment précis ce sont ces deux prunelles bleues qui glissent vers ses lèvres. Il est hypnotisé, et imperceptiblement, comme pour goûter au fruit interdit, il se penche en avant. En temps normal, il aurait déjà essayé de se défaire de cette situation embarrassante, mais la boisson rend les choses tellement, tellement plus faciles, plus évidentes. Il n'y a plus de place pour les restrictions qu'il s'impose d'habitude. Car Graham, sobre, tente toujours d'enfouir ces choses qui ne lui paraissent pas naturelles. Il ne veut pas ressentir ce qu'il ressent pour Ciel, il veut continuer à avoir une relation purement amicale avec lui, mais il y a tellement plus que ça, et il est incapable de l'accepter. Il sent le bras de Ciel qui tente d'échapper à son étreinte, ce qui le fait sortir de ces pensées toxiques. Il réalise alors ce qu'il était sur le point de faire et son cœur rate un battement. Il lâche un peu trop rapidement le bras de Ciel, trahissant un embarras naissant. Et pour ne rien arranger, ses joues rosissent encore plus, bien que Graham ignore comment cela est humainement possible. Comme d'habitude, il se réfugie dans son verre pour se redonner contenance. A-t-il seulement conscience que l'objet ne couvre même pas la moitié de son visage?

Ciel lui pique son verre et il fronce les sourcils en le récupérant, affichant l’expression qu’il prend lorsqu’il gronde Jimmy. « C'est pas pour les enfants ça. » dit-il de sa voix rendue rauque par le liquide ambré qu'il vient d'avaler. Graham suit le regard de Ciel qui se pose sur la serveuse qui les dévisage comme si elle était sur le point de les égorger avec ses ongles. Le mutant soupire d'agacement. « Elle m'énerve celle-là, il faut qu'elle apprenne le respect et aussi à accepter le rejet, sinon elle n'ira pas loin dans la vie. » Il faut tourner son verre sur la table, provoquant un bruit de raclement désagréable, exprimant son mécontentement. Il finit par s'arrêter sous les regards meurtriers des gens aux tables voisines. Graham fait la moue pour quelques secondes, dévisageant le verre de Ciel comme s'il pouvait le faire exploser par la pensée. Il regarde une fois de plus la serveuse et secoue la tête avec dédain. Elle est jalouse ou quoi? Jalouse de quoi d'ailleurs? Soudain ça fait tilt dans la tête de Graham, les regards noirs lancés à Ciel s'expliquent maintenant, elle pense qu'ils sont... un couple? Cette réalisation le frappe tellement fort qu’il ouvre de grands yeux et déglutit en évitant le regard de Ciel. Cette soirée est un peu surréelle, il s’est passé trop de choses et Graham a du mal à tout digérer. Il n’aime pas cet état de confusion, alors, plus par un réflexe inconscient qu’autre chose, il porte son verre à ses lèvres, mais il est vide. Il n’en peut plus de cet endroit, qui d’habitude lui paraît si accueillant et familier. Il cherche quelques billets dans son portefeuille, puis les pose sur la table sans laisser le temps à Ciel de protester. Ce soir, c’est lui qui paye, et il n’y a pas de négociation. « Tu finis ton verre et on y va ? » propose-t-il en espérant qu’il accepte. Il n’apprécie pas cette sensation d’étroitesse inconfortable et gigote un peu sur sa chaise. A l’extérieur, les premiers flocons tombent silencieusement dans la nuit. Graham ne prendra surement pas le volant, il n’est plus très sobre, et si la route est verglacée, il ne veut pas prendre le risque d’abîmer sa voiture alors qu’elle est presque comme neuve. Il préférerait qu’elle le reste encore longtemps. Plus qu’un simple tas de ferraille la ford mustang est une allégorie de sa guérison, et à ses yeux elle a une forte symbolique.
© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Sam 20 Déc - 23:57


- Elle m'énerve celle-là, il faut qu'elle apprenne le respect et aussi à accepter le rejet, sinon elle n'ira pas loin dans la vie.

Je me contente d'acquiescer. Bah, heureusement que tout le monde n'est pas aussi acide que cette serveuse. Mais je suis d'accord avec Graham : ce comportement n'est pas celui d'une personne mature, et encore moins celui d'une personne aimable. Bon courage à ses proches si elle est aussi braquée au quotidien.

Quand je sors de mes pensées, mon meilleur ami ouvre des yeux grands comme des soucoupes, et il a le nez dans son verre... Déjà vide. Ce n'est pas bon signe.

- Graham ? Qu'est ce qui ne va pas ?, je m'inquiète

Il ne me répond pas. À la place il fouille dans la poche de sa veste, sort son portefeuille et en un éclair, jette des billets sur la table. Plus que pour payer sa seule consommation. Je fronce les sourcils et vais pour protester, mais il me lance le même regard que celui qu'il fait à ses élèves. Celui qui crie «  Ne me défie pas ou je vais te botter les fesses tellement fort que tu ressembleras à un schtroumpf ». Ok, message reçu, mais la prochaine fois, c'est moi qui invite, je note dans ma tête.

- Tu finis ton verre et on y va ? Il me demande.

Il a l'air tendu. Anormalement. Qu'est-ce-qui le met si mal à l'aise ? C'est vrai que cette soirée a accumulé les toutes situations bizarres, possibles et inimaginables, mais là, subitement, il s'agite tellement que je commence à vraiment me faire du soucis... J'ai fais quelque chose qu'il ne fallait pas ?

Pas besoin d'être ex-profiler pour comprendre que Graham veut sortir, et le plus vite possible. Alors j'avale le reste de mon verre en trois longues gorgées et je me lève.

- Allons-y, je dis avec un sourire que je veux rassurant.

Quand nous nous dirigeons vers l'entrée, je remarque qu'il chancèle un peu. Il ne marche pas de travers, mais je ne prendrais pas de risque. C'est décidé, je le ramène. Il viendra récupérer sa mustang demain sur le parking.

Il pousse la porte mais à peine il pose un pied par terre qu'il trébuche. J'ai le reflexe de l'attraper avant qu'il ne tombe et ne risque de vraiment se faire mal. J'espère simplement qu'il ne s'est pas foulé la cheville.

- Attention !


Sa chute est-elle dûe à l'ivresse ou à la neige qui commence à couvrir le sol ? Un peu des deux, sûrement. Je préfère ne pas prendre de risque. Je le soutiens toujours, un bras enroulé autour de ses épaules, les doigts agrippant fermement de la rondeur que forme l'os, l'attirant un peu contre moi pour être sûr de ne pas le laisser glisser, tandis qu'on descend les marches_ c'est traître, sous le verglas,alors quand on a bu...

On doit avoir l'air d'être de vrais pochtrons. Je peux sentir la tête de mon meilleur ami dodeliner contre ma clavicule. Je peux sentir son souffle sur ma peau. Je ne vois pas comment ça pourrrait être pi...

-... alors que non, c'était une tarlouze ! Il était avec son mec_ l'autre le regardait avec des yeux de merlan frit, c'était répugnant ! À un moment ils sont partis dans les toilettes, j'suis sure qu'ils ont...

La serveuse s'arrête brusquement. Je suis là, figé, Graham dans mes bras, à la regarder. Une cigarette brûle dans sa main droite_ ça doit être sa pause, parce qu'elle est encore tout près du bar. Elle pâlit furieusement en comprenant que j'ai tout entendu.

Elle pense qu'on est ensemble_ et c'est vrai que notre position doit renforcer cette supposition.

Je ne sais pas si je suis furieux, aterré, blessé ou bouche bée. Pas que ça m'atteigne plus que ça_ je me moque des déductions foireuses de cette fille. C'est plus l'homophobie flagrante dans ses propos qui me déconcerte. Comment au XXI ème siècle on peut être si intolérant ? Je ne dis pas que tout le monde doit aller à la gay pride, mais l'ouverture d'esprit, la tolérance, tout ce dont le pays ne cesse de se vanter ?

Je suis juste très, très content que Graham n'ait pas toutes ses capacités. Sinon je n'ai aucune idées de comment il aurait réagit. Ou si il aurait pu contrôler son pouvoir_ après tout, c'est une attaque directe sur quelque chose de vraiment personnel_ Et avec les évènements de Boston, ça serait plutôt mauvais, d'attirer l'attention.

Elle ouvre la bouche mais je ne lui laisse pas le temps de se justifier ou de s'excuser_ je m'en fiche.

- Bonne soirée, je dis, glacial

Et je vais vers ma voiture, toujours en soutenant mon meilleur ami. D'une main, je cherche mes clées, ouvre la portière, installe Graham côté passager et lui met sa ceinture. Il a l'air complètement out. Je soupire. Je n'aime pas le voir comme ça. Comme je sais qu'il n'a pas une totale conscience des choses, je m'autorise à passer une main dans ses cheveux, avec une tendresse que j'oblige à rester fraternelle. Je caresse doucement jusqu'à la base de sa nuque.

- Dans quel état tu es... Je souffle

Je sais pourquoi il est comme ça. Je sais que ses vieux démons et ses vieilles blessures transparaissent, sont présente sous la forme de l'alcool. Il faut que quelqu'un s'occupe de lui. Je veux l'aider. Je dois réussir à l'aider...
Je monte derrière le volant et démarre. Du coin de l'oeil, je le regarde. Sa tête est appuyée contre la vitre, et je me demande si il a émergé. Doucement, je chuchote
- Graham ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Dim 21 Déc - 22:41


❝ i need you brother ❞
Ciel & Graham
Graham se lève enfin, et dans la joie de pouvoir enfin quitter les lieux, il se presse un peu trop. La salle se met à tanguer légèrement, l'espace de quelques secondes. Il s'accroche un peu à la table, le temps de s'accoutumer, mais Ciel est déjà la porte. Il lui offre un sourire qui se veut rassurant, qui veut dire 't'inquiètes je gère' alors qu'il ne gère rien du tout. Pour sur, il ne pourra pas conduire ce soir. Ciel devra se trimbaler sa carcasse jusqu'à l'institut. Il aimerait pouvoir lui dire qu'il est désolé, qu'il est le plus stupide des meilleurs amis, et qu'il ne lui a jamais rendu ne serait-ce que le dixième de tout ce que le psy a fait pour lui. Mais il se contente de s'appuyer sur lui, encore et toujours. Il redoute le jour où Ciel lui dira merde et le laissera échoué là, tout seul, sur le bitume froid du parking. Parce qu'à sa place, Graham aurait déjà perdu patience depuis longtemps. L'ancien soldat pousse la porte, et à peine sorti, il trébuche déjà. Bien sûr, il entend Ciel l'avertir, mais son temps de réaction est tellement démultiplié qu'il aurait rencontré le sol avant même que l'information soit montée au cerveau, du moins si Ciel n'avait pas été là pour le retenir. Il grogne et marmonne un « Désolé. » Pitoyable, vraiment. Graham n'ose même plus croiser le regard du psychologue, il préfère se réfugier contre lui, glisser sa main dans son dos et agripper sa veste aussi fermement qu'il le peut, comme s'il a peur qu'il disparaisse, qui ne soit qu'un mirage créé par son ivresse. Il s'enivre un peu de sa chaleur et de son odeur, au point de ne pas vraiment comprendre ce que l'autre pimbêche de serveuse homophobe a à dire. Non là tout de suite, tout ce qui importe c'est Ciel, le plus confortable des hommes, si proche de lui. Il pourrait presque s'endormir... Non pas dormir, il faut rester éveiller, au moins jusqu'à la voiture. Fais un effort Graham! Il sent la poitrine de Ciel vibrer agréablement tandis qu'il dit au revoir à la harpie. Sa voix sonne bizarre dans sa cage thoracique, mais le mutant pourrait rester des heures ainsi. Il se laisse entraîner jusqu'à la voiture de Ciel sans rechigner. Il s'installe sur le siège passager, se laisse attacher comme le gros incapable qu'il est. Malgré son état semi-comateux, il frissonne lorsqu'il sent la main de Ciel passer dans ses cheveux, il esquisse même un léger sourire peu visible dans la pénombre, appréciant la sensation. Sa perception se disloque, il n'a plus conscience de tout, seulement du bruit sec de la porte qui se ferme. Graham appuie sa tête contre la vitre, sur le point de sombrer complètement.

« Graham ? » « Hmmm? » Graham a du somnoler car il n'a même pas entendu la voiture démarrer, et ils sont désormais en route. Le mutant se redresse un peu en fronçant les sourcils, émergeant comme quelqu'un qui vient de se réveiller un peu trop tôt, ce qui est un peu le cas, finalement. Graham avait déjà entamé sa nuit. Il pose son regard sur Ciel, fixe avec un peu trop d'insistance ses traits faiblement éclairés par la lumière du tableau de bord. Mais son visage est ancré dans son esprit, il se rappelle ses yeux aussi bleu que le ciel - il voudrait rencontrer ses parents pour les féliciter d'avoir tellement bien choisi ce si joli prénom - ses cernes qui le rendent d'autant plus attachant, ses cheveux de jais qui se parent de tellement de reflets sous le soleil. « On t'a déjà dit que t'étais pas trop mal foutu? Comment ça se fait que tu soit encore célibataire? Tout le monde devrait se jeter sur toi! » Moi je le ferais, si j'étais une femme, il a failli rajouter. Il rit, soupire en réalisant qu'il est très stupide et reporte son attention sur le bitume qui défile devant eux. Après quelque minutes d'un silence plutôt gênant, il reprend la parole, aussi sérieux qu'il puisse l'être avec tant d'alcool dans le sang. « Tu mérites mieux que moi tu sais, j'suis une épave, un truc qui boit comme un trou et puis qui s'échoue. Tu devrais me dire quand je fais nimp, m'empêcher d'être un poids pour toi - parce que je sais que j'en suis un. Ciel, j'suis tellement désolé d’être c'que j'suis. Comment tu fais pour me supporter? Parce que moi ça fait longtemps que j'me supporte plus. » Sa gorge se serre, l'euphorie étant retombée, Graham a désormais l'alcool mauvais. Il passe alors son temps à se reprocher tout ce qu'il peut, et se noyer dans sa culpabilité. « Ce mot doit même pas couvrir tout c'que t'as déjà fait pour moi, mais merci Ciel. » Il fixe son ami, ses yeux brillants trahissant une tendresse qu'il n'arrive pas à exprimer autrement. Est-ce qu'un jour il arrivera à poser des mots sur ce qu'il ressent? Parviendra-t-il à accepter ses sentiments? Il l'espère un peu au fond, ce serait la délivrance, mais ça n'est jamais aussi simple. Graham a terriblement peur de ce qu'il pourrait se passer, il a peur de tout ça, il a déjà fait l'erreur de s'enticher une fois, il n'est pas sur de pouvoir recommencer. Le pire dans tout ça, c'est que demain, il aura probablement tout oublié, ces pensées qui sont déjà un progrès en elles-mêmes, pouf, envolées. Mais peut-être que Ciel s'en rappellera, lui, autrement, secrètement. D'une manière ou d'une autre, il saura lui raviver la mémoire au moment opportun.

© Pando


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse omicronmadmen krakens
- Ciel Myocarde -
superior minds

Depusi que son meilleur ami hétéro lui a annoncé ne pas être si hétéro, ils sont un peu plus... Mais chut, il faut pas le dire
Connexion mentale approfondie via les rêves
Professeur de criminologie
08/10/2014
Misha Collins
Thalia Bubble
135

MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   Jeu 25 Déc - 19:07





- Graham ?
- Hmmm ?
Du coin de l'oeil, je vois mon meilleur ami légèrement sursauter. Et mince. Il s'était endormi, et je viens de le réveiller.
- Désolé, je dis doucement, Je n'avais pas vu que tu dormais.

Je sais qu'il va rapidement fermer les yeux de nouveau, alors je n'insiste pas. Je ne suis même pas sûr qu'il tienne jusqu'à l'institue.
Au bout d'un moment, j'ai la sensation insistante d'être scruté. Je jette une oeillade discrète à Graham_ Enfin, discrète, je ne suis même pas sûr que ça soit utile, vu l'état dans lequel il est. Toujours est-il que Graham me fixe. De façon appuyée.

Concentres-toi sur la route, Ciel. La route, la route, la...

- On t'a déjà dit que t'étais pas trop mal foutu ?

Je m'étrangle à moitié face à cette remarque. Je me reprends rapidement_ autant éviter de nous tuer tous les deux sur la route, même si je sais que Graham est très résistant. C'est l'alcool qui lui fait dire ça. C'est l'alcool qui lui fait dire n'importe quoi. Il n'est pas lui-même, il ne pense pas ce qu'il dit...

- Comment ça se fait que tu sois encore célibataire ? Tout le monde devrait se jeter sur toi !

Ma langue passe sur mes lèvres desséchées. J'ai l'impression que ma gorge est tapissée de papier à poncer. Mes phalanges se serrent autour du volant, devenant blanches sous la pression.
Ca serait tellement agréable, d'y croire, de me laisser bercer par le mensonge de l'alcool. Mais je ne peux pas. Plus haut est le nuage, plus rude est la chute... Et mon Dieu qu'est ce que ça me fait mal. Il ne s'en rend pas compte, forcément, mais c'est comme tendre une gourde d'eau empoisonnée à un homme dans le désert, là, juste sous son nez, juste à portée de main...

- Tu... ne sais pas ce que tu dis, Graham... Je lâche entre mes dents serrées

Le silence qui suit est gênant, lourd. Je me gifle mentalement de l'avoir réveillé_ ça aurait été tellement plus simple si il avait continué à dormir !

- Tu mérites mieux que moi tu sais, j'suis une épave, un truc qui boit comme un trou et puis qui s'échoue.

Pour le coup, je manques de peu de piler. Oh non...
Là, c'est carrément un coup de marteau que je m'assène psychologiquement. Il est dans la deuxième phase, quand l'euphorie est redenscendue et qu'il ne reste qu'une amertume âcre au creux du cœur. Et dans ces moments-là, Graham ne cesse de s'en vouloir, de se descendre... POURQUOI je l'ai réveillé ?!

- Tu devrais me dire quand je fait nimp, m'empêcher d'être un poids pour toi_ parce que je sais que j'en suis un. Ciel, j'suis tellement désolé d'être c'que j'suis. Comment tu fais pour me supporter ? Parce que moi ça fait longtemps que j'me supporte plus.

Il a l'air tellement fragile, tellement vulnérable, tellement perdu, comme un enfant qui comprend pour la première fois que rien n'est éternel, même pas ceux qu'il aime, même pas lui. Alors je fais ce que je pense être le mieux. J'essaie de le rassurer.

- Ce mot doit même pas couvrir tout c'que t'as déjà fais pour moi, mais merci Ciel.
- Graham... Déjà, tu n'es pas une épave. Tu t'es relevé de choses atroces, tu as continué à avancé alors que tout semblait t'avoir tourner le dos. Tu n'es pas une épave, tu es en reconstruction. Tu continue là où d'autres auraient laissé tomber. Alors oui, parfois tu es fatigué de devoir mentir aux autres en disant que ça va, donc tu bois. Mais tu as fais tellement de chemin depuis 5 ans, tu es sur la bonne voie, tu sais qu'il y a de l'espoir, même dans les coups durs. C'est juste une étincelle, mais c'est assez pour que tu continues à avancer, et quand il fait sombre et que personne n'est là, ça continue de briller.

J'ai l'impression d'être niais, de dégouliner d'eau de rose en disant ça, mais ce sont les choses telles que je les pense, et je ne peux pas laisser Graham continuer de s'en vouloir, de se ruiner de l'intérieur. C'est encore plus douloureux que tout à l'heure. Un patient normal, j'aurais rapidement trouvé quoi dire, même si  e n'était pas sincère_ mais avec Graham, c'est différent. Les sentiments me font oublier que je suis psychologue, et je ne peux pas être neutre avec lui_ je ne supporte pas de le voir mal.

- Et puis... je te dis quand j'ai l'impression que tu pars en vrille. Tu crois vraiment que je te laisserais seul dans la nature ? Ma conscience me le permettrait pas ! Pourquoi tu crois que je te colle autant aux basques ?
J'essaie de détendre l'atmosphère, mais je crois que je ne m'en sors vraiment pas bien.
- Sérieusement. Si tu étais « un poids » comme tu dis, si tu me tapais vraiment sur les nerfs ou si je ne te supportais plus, tu crois que je continuerais à venir à nos vendredis soirs ? Je suis peut-être forcé d'être ton psy_ et encore_ mais rien ne me force à être ton ami. Et c'est ce que je suis avant tout. Ton ami.

J'aimerais dire et faire tellement plus, lui dire à quel point il est incroyable, drôle, généreux, gentil, lui dire que ce que j'éprouve pour lui, c'est tellement plus, et qu'il n'a pas de raisons de s'en vouloir, de se dégouter de lui-même. Je voudrais passer mes bras autour de son corps, le serrer jusqu'à ce qu'il n'ait plus peur ou mal, lui transmettre tout ce que je vois de bon en lui pour qu'il se voit avec mes yeux et comprenne à quel point il est loin d'être un poids ou une épave.
Mais je ne peux pas. Je ne peux pas étreindre Graham parce que je ne serais plus capable de le laisser partir. Je ne peux pas lui dire que je l'aime parce qu'il ne me laissera pas rester. Je ne peux pas lui dire tout ça parce qu'il comprendra ce que ça signifie.

- Je suis là, Graham, et je serais là aussi longtemps que tu auras besoin.

Je ne peux pas dire autre chose. Même si il est plus que sûr qu'il aura tout oublié demain, je ne veux pas prendre de risque.

Le reste du trajet se fait en silence. Arrivés à l'institue, je l'extirpe de ma voiture et le traîne jusqu'au deuxième étage, en priant de toutes mes forces pour que personne ne nous voit. Je ne sais pas ce qui serait le pire : expliquer l'état dans lequel il est et notre rentrée tardive à un prof ou à un élève... Vive la crédibilité. Mais la chance semble enfin nous sourire, et nous atteignons la Big Cat Room sans trop d'encombres_ j'ai repassé mon bras autour de ses épaules pour le maintenir, y'avait quand même les escaliers à monter...

Je tourne doucement la poignée de sa chambre. Qui bien sûr ne s'ouvre pas.

- Graham, qu'est ce que t'as fais de tes clés ? Je chuchote pour ne réveiller personne

Il me répond dans un borborygme de mec bien bourré qu'il en sait rien. Je ne vais pas lui faire les poches, quand même. J'insiste, je ne veux pas rendre la situation encore plus gênante_ même s'il n'en pas conscience_ mais rien à en tirer. Alors je lui fais les poches, de la façon la plus neutre possible. J'aurais pu en profiter, il ne s'en serait pas rendu compte, mais quel genre d'ami je serais, si j'abusais de son état rendu atone par l'alcool ? Alors je reste le plus distant possible. Je finis par les trouver dans la poche intérieure gauche de son blouson. Je soupire presque de soulagement en entrant le plus silencieusement possible dans la pièce.

Doucement, je lui enlève sa veste, ses chaussures et ses chaussettes_ pas question d'aller plus loin_  et le couche sur son lit avant de rabattre la couverture. C'est bientôt fini, je me dis en arrangeant la couette pour qu'il ne s'en débarasse pas dans son sommeil. Cette étrange soirée arrive bientôt à son terme, je vais rentrer dans ma chambre et...

Et rien du tout parce que je trébuche sur un pan traître de la couverture et m'affale presque sur lui_ j'ai juste le  temps de me retenir avant de le heurter. Je suis si proche que je pourrais l'embrasser. Furtivement, là, sur ses lèvres entrouvertes dont s'échappe sa respiration mesurée. Mes pupilles accrochent à sa bouche et, sans vraiment le vouloir, je me penche un peu plus.

Là aussi, je pourrais. Il ne s'en rendrait pas compte. Il ne le saura sans doute même jamais...
Mais je ne le fais pas. Sérieusement, qu'est ce qui m'est passé par la tête ? Penser à abuser de la situation comme ça... Mon pauvre Ciel, tu es encore plus désespéré que tu croyais.

Je m'écarte un peu et je crois l'entendre grogner_ je ne suis pas sûr, je n'ai même pas allumé la lumière. Ça m'arrache un sourire. Alors je presse rapidement ma bouche sur son front. Ca dure à peine une seconde, un tout petit frôlement, qui est purement attendrie. Je dégage les deux-trois mèches qui avaient filées sur son front et m'en vais_ pour de bon et sans faire le moindre bruit. Avant de fermer la porte, je le regarde une dernière fois.

spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: every night I try my best to dream - Graham & Ciel   

Revenir en haut Aller en bas
 
every night I try my best to dream - Graham & Ciel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream of Ewilan
» Wednesday Night Raw # 60
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: IN THE WORLD, IN TIME :: dans l'espace :: Dans l'hémisphère nord-